Culture and safety in Douala @ Rencontres Ars&Urbis, Douala

650 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
650
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Culture and safety in Douala @ Rencontres Ars&Urbis, Douala

  1. 1. Marta Pucciarelli New Media in Education Laboratory Università della Svizzera italiana @ Ars & Urbis Salon Urbain de Douala 2013 4 Décembre 2013
  2. 2. MOBILE ACCESS TO KNOWLEDGE: CULTURE AND SAFETY IN AFRICA Comment les évènements culturels et l’art public influencent la sécurité et la sûreté urbaine dans les villes africaines?
  3. 3. DOUALA
  4. 4. 3 CATEGORIES D’ART PUBLIC 1. Monuments La Colonne Pascale, Shell New Bell Pascale Marthine Tayou, 2010 La Nouvelle Liberté, Rond Point Deido Joseph-Francis Sumégné, 1996 Njé Mo Yé, Dernier Poteau, New Bell Koko Komégné, 2007
  5. 5. 3 CATEGORIES D’ART PUBLIC 2. Oeuvres de proximité La Borne-Fontaine, Vallée Bessengue Danièle Diwouta-Kotto, 2005 New Walk Ways in New Bell, Kamiel Verschuren 2010 Le Jardin Sonore, Bonamouti Deido, Lucas Grandin, 2010
  6. 6. 3 CATEGORIES D’ART PUBLIC 3. Oeuvres de passage Les Mots Écrits de New Bell, Ngangue Hervé Yamguen, 2010 Oasis, Babylon New Bell Tracey Rose, 2010 Corps d’eau, Cité Sic Aser Kash, 2010
  7. 7. METHODOLOGIE Décembre 2012 – Janvier 2013 1. SELECTION DES CAS D’ETUDES  New Bell  Bessengue 2. INTERVIEWS (n.40)  Artistes, institutions culturelles, publiques, traditionnelles, résidents de quartiers 3. QUESTIONNAIRES (n.200)  Shell New Bell  New Bell Ngangue  Bessengue
  8. 8. ZONES DE TRAFFIC: MONUMENTS SHELL NEW BELL: (Carrefour) La Colonne Pascale (Pascale Marthine Tayou, 2010) Monument de l’aigle (CUD, 2010) J’aime le Cameroun (Yamguen 2012)
  9. 9. Ce que les gens en disent : « Cela ne me parle pas » Incompréhension de l’oeuvre (30%) « C'est la preuve que ce sont des embellissement professionnels du carrefour Shell New Bell » Requalification de l’espace public (20%) « c’est la modernité! » Urbanisation (12%) « Cela ne reflète pas l'histoire du quartier. On devrait construire un monument pour le présenter à nos enfants» Mémoire historique (20%) « Ça veut dire que les gens de New Bell ont le ventre affamé» Evidence de le pauvreté (12%)
  10. 10. PERCEPTION DE L’ART PUBLIC Le poteau des assiettes (60%) Jardin public (16%) C’est une oeuvre de la Communauté Urbaine de Douala (CUD)
  11. 11. IMPACT DE L’ART PUBLIC 1. 2. 3. 4. Augmentation des commerces dans l’espace public (boulangeries, brasseries, ventes à l’étalage) Renforcement de l’idée de l’espace comme point de repère pour la mobilité en ville, les rendez-vous et le shopping Réduction des agressions (88%) mais la perception de la sécurité diminue pendant la nuit (64%) Plus d’attention de la part des medias (TV)
  12. 12. IMPACT DE L’ART PUBLIC 5. 6. 7. 8. Le jardin à côté de la Colonne Pascale est devenue un espace de rencontre et de convivialité pour les jeunes de New Bell Augmentation de touristes (78%) , mais affluence irrégulière Aménagement de l’espace public par la CUD (lampadaires, poubelles) Plus de police et établissement d’un groupe d’auto-défense
  13. 13. ZONES DE PASSAGE: INSTALLATIONS MURALES NEW BELL NGANGUE: (Quartier) Scénographies Urbaines (Cercle Kapsiki, 2001-2002) Programme de théâtre et Cinéma du Kwatt (Cercle Kapsiki, 2005-2006) Le puits ( Loris Cecchini, 2010) New walk ways in New Bell (Kamiel Verschuren, 2010) Les Mots Écrits de New Bell (Hervé Yamguen, 2010)
  14. 14. Ce que les gens en disent : « Les actions comme ça sont vraiment très bonnes. Ça réveille. Ça réveille de grandes personnes, comme ça réveille des petits enfants… Les petits enfants eux aussi ont pris des feuilles dans les salles de classe. Ils ont fait des dessins. En fait, c’était comme une concurrence. » Prof. David « Cela fait briller le quartier! » Requalification du quartier (28%) « Travail de conscientisation sur les retombés et la valeur de l'art » Education (12%) « Pour moi cela représente la différence, comme je ne vois pas cela partout! » Fierté des habitants (12%) « Une autre vision de nos réalités en terme de cris d’alarme » Identification (12%) « C’est l’ouverture de notre quartier à la modernité, c’est une renaissance ! » Modernité (22%)
  15. 15. PERCEPTION DE L’ART PUBLIC Une seule personne connaît le titre de l’installation  on les identifie plutôt à l’endroit où elles sont installées : « la joie de Njogmabi; la laverie; entrée source de quartier; École CBC Babylon » 52% des personnes interviewées attribuent les œuvres à Hervé Yamguen 100% apprécient les oeuvres
  16. 16. IMPACT DE L’ART PUBLIC • Engagement actif des habitants qui ont proposé spontanément les façades des maisons pour l’installation des oeuvres • Requalification de l’espace public:  Les habitants ont été inspiré à planter fleures and plantes à côté des installations ou panneaux de propreté • Requalification de l’espace privé:  Certains habitants ou commerçants ont reproduit sur les façades de leurs bâtiments (peinture bleue ou murale) • Augmentation des touristes dans le quartier
  17. 17. IMPACT DE L’ART PUBLIC La présence de oeuvres a amélioré: • la réputation de l’école et du bar, • La fréquentation des établissements scolaires/commerciaux • les revenus ECOLE CBC BABYLON • Le nombre des enfants inscrits dans l’école est passé de 57 à 400. • Les enseignants sont passés de 4 à 14. • L’ établissement scolaire est devenu bilingue et un nouveau bâtiment a été construit
  18. 18. IMPACT DE L’ART PUBLIC Le propriétaire du bar “la joie de Ndogmabi” a paye lui-même l’électricité pour assurer le fonctionnement de l’installation L’affluence de clients a doublé Il a agrandi la surface du bar, pavé le sol, et rénove la façade du bar chaque année De nouveaux coins de braise ont été installés à côté du bar, qui est devenu un espace de rencontre romantique Pas besoin d’agents de sécurité
  19. 19. ZONES DE PROXIMITÉ: INSTALLATIONS ARCHITECTURALES BESSENGUE (Quartier) Les ateliers urbains (doual’art, 2001) Bessengué city (Goddy Leye, 2002) La Passerelle de Bessengue (Alioum Moussa, 2003) La Borne-Fontaine de Bessengue (Danielle Diwouta-Kotto, 2005)
  20. 20. Ce que les gens en disent : « Ces oeuvres ont amélioré la vie des habitants » Aide, développement, utilité «On a pensé à nous, les oubliés de Douala : le développement nous concerne aussi » « Je sens que le quartier n’est pas complètement abandonné » Inclusion sociale
  21. 21. PERCEPTION DE L’ART PUBLIC • Intégration de l’œuvre dans l’ordinaire:  seulement 12% des habitants reconnaîssent les installations de la Borne-fontaine et de la Passerelle comme oeuvres d’art. • Les œuvres sont attribuées à la Communauté de Développement de Bessengue – Akwa (CDBA)
  22. 22. IMPACT DE L’ART PUBLIC 1) Le quartier a été désenclavé et l’eau potable rendue accessible  Réduction du banditisme (caché dans le quartier)  Réduction des maladies Entrée Vallée Bessengue 2003 Entrée Vallée Bessengue 2013
  23. 23. IMPACT DE L’ART PUBLIC 2) Accélération des activités d’urbanisation durable :  Création de la Communauté de Développement de Bessengue – Akwa (CDBA) composée par des membres d’origines différentes  Attraction de financements internationaux pour le développement du quartier (World Bank, 2005) qui ont contribué à • • • Installer deux autres borne-fontaines dans le bloc 2 et 3 Paver les routes Construire un drain sur le Mboppi pour avoir accès au quartier en cas d’incendie
  24. 24. IMPACT DE L’ART PUBLIC  La société civile, coordonnée par le chef Bamoun, a continué des processus d’urbanisation dans le bloc 2 du quartier: - Electricité - Pavage des routes - Construction d’un deuxième pont en goudron - Vaccination
  25. 25. IMPACT DE L’ART PUBLIC 3) Responsabilité civile et sociale  Journée de la propreté organisée par les associations du quartier 4) La place entre la Borne-Fontaine et la Passerelle est devenue un espace de rencontre et un point de repère pour tous les habitants
  26. 26. IMPACT DE L’ART PUBLIC 4) Augmentation et amélioration des activités commerciales
  27. 27. CONCLUSION L’impact des œuvres d’art public sur la sécurité dépend : • • • • Des endroits et du type d’installation Des installations et évènements temporaires dans les quartiers Du processus de production  ENGAGEMENT de la communauté résidente De la qualité des oeuvres
  28. 28. MERCI! Marta Pucciarelli NewMinE Lab USI Lugano marta.pucciarelli@usi.ch

×