Cie23

690 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
690
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cie23

  1. 1. Mensuel - mars 2013 - N° 23 Marketing Les enjeux du développement du secteur bancaire et le rôle du marketing Contrairement aux autres secteurs reliés à l’économie d’un pays, la banque constitue un secteur particulier voire stratégique. Son embellie est perçue comme révélatrice d’un développement certain de ce pays. Lire p. 19 L ’ e s s e n t i e l L as er Opcvm, comment être attractif ? Pour intéresser un maximum de clients, les sociétés de gestion ont développé des gammes de fonds de plus en plus larges correspondants aux différents niveaux de risques et horizons de placement souhaités par les clients. Lire p.9 Huile de palme, le dénigrement passe mal L’AIPH a gagné son procès contre le groupe système U. La publicité considérée comme mensongère de cette dernière a été interdite de diffusion. Une sanction assortie d’une astreinte de 3 000 euros par infraction constatée. Lire p.6 Banques le succès de UBA repose sur les solutions innovantes Le Directeur général de UBA CI après le sacre de son groupe a bien voulu se prêter à nos questions. Dans cette interview, M. Franklin EREBOR relève les sécrets du succès de sa banque. Lire p.7 assurances Oxford Business Group analyse les facteurs de la croissance du secteur En dépit des bouleversements engendrés par les dernières élections présidentielles, le marché ivoirien de l’assurance a enregistré une croissance annuelle de 40 % en moyenne au cours des cinq dernières années, due en grande partie aux partenariats bancaires, aux ventes de voitures neuves et aux politiques fiscales. Lire p.5 EXEMPLAIRE GRATUIT d o s s ie r Paiement Electronique : opérateurs mobiles & banquiers au coude à coude Le marché du transfert d’argent, au départ, exclusivement détenu par le secteur financier et bancaire est aujourd’hui concurrencé par la téléphonie mobile. Cette dernière est en passe de devenir un sérieux concurrent pour les opérateurs mobiles. Lire p. 10
  2. 2. REJOIGNEZ-NOUS! 50 ans d’expérience 66 agences 79 distributeurs 250 000 clients Plus de 1 000 collaborateurs... Société Générale de Banques en Côte d'Ivoire S.A, Siège Social à Abidjan, Plateau 5 et 7 Avenue J.Anoma - Yéri 20 20 10 10 - ww w.societegenerale.ci
  3. 3. 3 CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 EDITO Mars 2013, déjà un trimestre ! Le temps coule, le compteur remis à zéro repart de plus belle. Pour notre pays, c’est une nouvelle page qui s’écrit en lettre mais aussi en chiffres au rythme des chantiers de développement : troisième pont, autoroute de Bassam, renforcement du système d’adduction d’eau potable à partir de la ville de Bonoua, barrage de Soubré… « Le pays est en chantier ». Les investissements ne se font pas seulement dans les infrastructures économiques. Dans le secteur des banques et du transfert d’argent, la Côte d’Ivoire enregistre de nouvelles enseignes ; les anciennes consolidant leurs positions avec, à la clé, une grande percée dans les techniques de l’information et de la communication (T.I.C.). Les T.I.C. ont ce fascinant pouvoir de faire reculer les barrières, et faire tomber les cloisons de sorte à favoriser l’interpénétration des secteurs, voire des métiers. Il est de plus en plus fréquent de voir une banque offrant des services de transfert d’argent ou un opérateur mobile proposant des services d’e-money, d’e-paiement… Une indéniable REVOLUTION qui allie efficacité et gain de temps. Une fois n’est pas coutume, l’Afrique et particulièrement la Côte d’Ivoire n’est pas en reste avec les solutions innovantes des opérateurs du secteur. Mais rien est encore joué et le chemin de la technologie réserve encore bien de surprises. La prochaine pourrait venir du secteur des transports terrestre et aérien. L A REDACTION Sommaire 10 18 21 20 Laser Pourquoi et comment faire une levée de fonds ? Au coeur du marché Procès AIPH contre le groupe Système U Brèves d'ici... Les différents types d'OPCVM p. 4 p. 5 p. 6 p. 8 p. 9 Dossier Transfert électronique Téléphonie mobile: (assurance, monétique, transfert...) la grande ménace Banques / Assurances : chronique d'une fusion généralisée Secteur bancaire en Afrique de l’Ouest : le Nigeria, la locomotive Téléphonie Mobile - Côte d’Ivoire: les nouveaux défis p. 10 p. 11 p. 12 p. 15 Management Interview : Charles DABOIKO, Directeur Général de ECOBANK CI p. 18 Marketing Le rôle du marketing dans le système financier Enquête 3è pont, opportunités d'emplois pour la jeunesse p. 19 p. 20 Conso Options de migration du "cloud" vers l'androïd p. 21 REDACTION GESTION ET ADMINISTRATION Directeur de la rédaction : Jean-Pierre Pont (jeanpierrepont@gmail.com) Directeur de Publication et d'exploitation : Ibrahim Ouattara Coordinateur de rédaction : Ibrahim Ouattara Administration et marketing : Armelle Kouakou Secrétaire général de la rédaction : Didier Bras Coordination commerciale : Prisca Kouassi Secrétaire de rédaction : Jean-Claude Acké Contacts commerciaux : prisca.kouassi@cotedivoire-economie.com carine.bogui@cotedivoire-economie.com Directeur artistique : Anderson LAKO INFORMATIONS LEGALES Ont participé à ce numéro : Jean-Claude Acké, Jean-Jacques Amond, Lassina Keita, Jean-Emile Sosoo, Germain Tanoh, Prisca Kouassi Armelle Kouakou. Pour nous contacter : redac@cotedivoire-economie.com Côte d’Ivoire Economie, S.A. au capital de 60 000 000 FCFA. - PCA : Jean-Pierre Pont - Siège social : Cocody cité des Arts - Abidjan. Site Internet : www.cotedivoire-economie.com - RCCM n° CI-ABJ2010-B-1358 du 25 février 2010 - Récépissé du procureur de la République 12D du 22/03/2010 - Dépôt légal éditeur n° 9162 du 25/03/2010. Agrément CSP n°ER-291/CSP Impression : HOODA GRAPHICS : Cocody Danga - face cité BAD, 11 BP 1140 Abidjan 11, Côte d'Ivoire. Tirage : 10 000 exemplaires.
  4. 4. 4 Laser CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 Pourquoi et comment faire une levée de fonds ? Peut-on intéresser des investisseurs quand on est une petite entreprise ou un entrepreneur local ? Une levée de fonds, pour quoi faire et auprès de qui ? Au prix de quels sacrifices ? Qu’il s’agisse de développer une idée ou un prototype, de lancer une nouvelle activité, d’envisager une croissance externe, de se développer à l’international, les PME et les entrepreneurs locaux ont rarement la capacité de s’autofinancer. Ainsi, pour assurer le financement de leurs besoins de démarrage et de développement, les PME et les entrepreneurs locaux qui sont porteurs de projet, doivent envisager de recourir à une levée de fonds. Cependant, ce n’est pas le métier de leur banque de tous les jours. Ils doivent donc se tourner vers le secteur du capital investissement pour trouver ces moyens financiers qui leur sont nécessaires. C’est un long chemin qui commence, mais si l’énergie et le professionnalisme sont là, la réussite sera au rendez-vous. Des problèmes de financement L'accès aux ressources financières est identifié dans de nombreuses enquêtes de conjoncture comme un des principaux obstacles à la survie et à la croissance des PME et des entrepreneurs locaux porteurs de projet. Les banques commerciales et les investisseurs traditionnels se montrent réticents à fournir des services financiers aux PME et aux entrepreneurs, parce qu’ils estiment en général que leur financement est risqué et incertain, du fait d’un pouvoir de marché limité, le manque de compétences en matière de gestion, la forte proportion d'actifs incorporels, l'absence de pièces comptables adéquates et le manque d'avoirs… De surcroît, le cycle de l'innovation est un processus complexe qui suit souvent une trajectoire non linéaire, son financement requiert une série d'injections de capitaux et à chaque phase du cycle de croissance correspondent des besoins différents qui doivent être financés de manière adéquate. Le capital investissement Définition. Le capital investissement consiste en une prise de participation en capital dans des entreprises généralement non cotées afin de leur procurer des financements que les fondateurs, actionnaires, porteurs de parts ne peuvent fournir. Le capital investisseur est, la plupart du temps, un intermédiaire entre les institutions financières et l’entreprise. L’attente d’une forte rentabilité… L’objectif du capital investissement est d’obtenir une rentabilité supérieure à celle des placements sans risques. Et plus l’investissement est risqué, plus la rentabilité attendue est élevée. … pour une durée limitée. Car c’est la plupart du temps au moment du désinvestissement que se constate l’essentiel de la rentabilité espérée. Les acteurs de la levée de fonds Les différentes formes du capital investissement correspondent aux différentes étapes du développement de l’entreprise : La ‘Love Money’. Les premiers apports de fonds pour financer le projet de l’entrepreneur proviennent souvent de la famille et des amis. D’où leur nom… Les ‘Business Angels’. Il s’agit de personnes privées investissant leur fortune personnelle dans un projet industriel ou commercial et leur investissement varie de 500 000 FCFA à 500 millions FCFA. Les ‘incubateurs privés’. L’incubateur privé prend une partie du capital en contrepartie d’un environnement matériel (locaux, équipement informatique, secrétariat,..) et de très nombreux services (Assistance juridique, recherche de financements,..). Ils assurent, entre le Business Angel et le Capital Investissement, une continuité de la chaîne de financement. Les Fonds de Capital Investissement. Ils sont le plus souvent organisés en deux structures : D’un côté, le fonds ou véhicule d’investissement, de l’autre une société de gestion composée de managers, appelées Société de Gestion de Patrimoine (SGP) et Société de Gestion d’OPCVM (SGO). Ces principaux intervenants sont agréés par les autorités des marchés financiers. L’introduction en Bourse Une introduction en Bourse peut être une alternative au recours à un capital investisseur pour lever des fonds. Dans la réalité, il s’agit souvent de deux opérations complémentaires qui se succéderont dans le temps. A qui s’adresser ? Nous distinguerons schématiquement 3 stades : La start up qui devra privilégier le critère de la proximité, celle-ci pouvant être Géographique, Relationnelle ou Professionnelle. La cible sera l’épargne de proximité, tels que les business angels. La levée de fonds dans ce cas est inférieure à 500 millions FCFA. La société ayant déjà un début de réussite liée à une innovation. La cible sera le capital investissement. La levée de fonds dans ce cas est comprise entre 500 millions et 2 milliards FCFA. Enfin, La société déjà développée et qui souhaite passer à la vitesse supérieure. La cible sera le capital développement ou le marché boursier. Et comment ? Seul ou accompagné ? La réussite de la levée de fonds suppose d’être bien préparé et bien cibler ceux auxquels on va s’adresser, sous peine de s’essouffler à frapper aux mauvaises portes. Et comment faire en sorte que le dossier soit regardé ? des dizaines de dossiers sont envoyés tous les jours à de nombreux investisseurs, la sélection est donc redoutable. Il est donc souvent préférable de se faire accompagner. Un réseau de business angel en Côte d’Ivoire Qu’est ce que le Finvest Initié par les Alumni de MDE Business School, Le Finvest est un forum de formation et d’affaire, au cours duquel des entrepreneurs ont l’occasion de défendre leur projet d’entreprise face à des investisseurs privés ayant la volonté de faire fructifier leur patrimoine tout en participant à la promotion de l’entreprenariat local. Il a pour but de créer un cadre permanent dans lequel des entrepreneurs sélectionnés, sur la base de business model innovants, ont la possibilité de défendre leur projet d’entreprise devant un panel d’investisseurs. Le Finvest a pour but également de créer le premier réseau de business angel de Côte d’Ivoire. Qu’est ce qu’un business angel ? Le business angel est un investisseur privé– en général, un individu ayant investit dans plusieurs projets ou ayant développé avec succès plusieurs entreprises – qui intervient soit durant la période d’amorçage ou de démarrage d’une entreprise, soit, de façon très active, dans des économies où les institutions financières sont réticente à financer les entreprises à long terme et à un coût raisonnable. Le Business Angel investit sur une période qui peut aller de 3 à10 ans, et il apporte à l’entrepreneur et au chef de l’entreprise, en plus des moyens financiers, ses connaissances, son expérience professionnelle et son réseau de contacts. Il a l’esprit d’entreprenariat et la capacité d’investir dans des projets porteurs. Il peut décider ou non de s’impliquer dans le conseil stratégique de l’entreprise dans laquelle il investit afin de mieux accompagner l’entrepreneur. Le Business Angel attend surtout de rentabiliser son investissement sur la base de la valeur de l’entreprise à sa date de sortie. Mory SOUMAHORO, CFS, AAMS, IFP, professeur de Finance, MDE Business School.
  5. 5. Laser A u ÉCONOMIE - N°22r FÉVRIER é c CÔTEu r œ D’IVOIRE d u m a - c h 2013 5 SONATEL SN : Publication d’un résultat net de 171,3 milliards FCFA en 2012 Côte d’Ivoire : l’union fait la force La société publie un chiffre d'affaires pour l'exercice 2012, de 663 milliards FCFA en hausse de 4,3% par rapport à l'exercice précédent et un résultat net en 2012 de 171,3 milliards FCFA soit +11% comparativement à la même période en 2011. En termes de perspectives, une préservation de ses parts de marché est attendue sur tous leurs marchés malgré une concurrence de plus en plus accrue. La croissance sera soutenue par le développement de la couverture des réseaux, la forte animation du marché autour des offres prépayées mobiles, du haut débit et des services à valeur ajoutée et des investissements maitrisés pour la couverture des réseaux et le lancement de produits innovants favoriseront la poursuite de la croissance du chiffre d’affaires. La société annonce une dividende net de 1 350 FCFA qui sera mis en paiement à compter du 03 Mai 2013. Capitalisation : CBC ouvre son capital Malgré quelques années mouvementées pour la Côte d’Ivoire dans son ensemble, le secteur des assurances ivoirien a affiché au cours des deux dernières années des chiffres plutôt réguliers, même si le degré de la concurrence est élevé Le marché subit également des pressions sur les revenus de primes liés à la réforme de l’Article-13 de la CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance) qui oblige les clients à régler l’intégralité de leurs primes avant d’être assurés, créant ainsi un défi notamment pour l’assurance automobile. Certes, les recettes des branches vie et non-vie sont passées de 193 milliards de francs CFA (294, 23 millions d’euros) en 2010 à 185 milliards de francs CFA (282,03 millions d’euros) en 2011 mais, compte tenu de la crise électorale qui a paralysé l’économie durant les quatre premiers mois de l’année, il est impressionnant que la baisse n’ait pas été plus marquée. Au contraire, en dépit des bouleversements engendrés par les dernières élections présidentielles, le marché ivoirien de l’assurance a enregistré une croissance annuelle de 40% en moyenne au cours des cinq dernières années, due en grande partie aux partenariats bancaires, aux ventes de voitures neuves et aux politiques fiscales. Ces excellents résultats reflètent également le fort potentiel de croissance du secteur, dans la mesure où le taux de pénétration des produits d’assurance auprès de la population ne s’élève qu’à 1%. La réduction depuis 2006 des impôts sur l’assurance maladie, la ré-domiciliation de l’assurance sur les transports et les mesures d’incitation fiscale sur les indemnités de fin de carrière pour les contrats d’assurance vie depuis 2005 ont eu un effet positif sur le secteur. 32 assureurs opèrent actuellement sur le marché, qui est dominé par des capitaux ivoiriens et africains, même si les compagnies européennes Allianz (Allemagne) et Axa (France) détiennent environ 13% et 4% des parts du du marché, selon la publication ivoirienne d'un organe de presse. Le secteur est marqué par une forte concentration et les acteurs les plus importants se partagent le gros des recettes : quatre compagnies d’assurances, Colina, la NSIA (Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance), Allianz et UA-Vie (Union des Assurances de Côte d’Ivoire-Vie) réalisent 60% du chiffre d’affaires du secteur. Le secteur regorge par conséquent de petites entreprises, avec 21 compagnies qui affichent des recettes annuelles de moins de 6,55 milliards de francs CFA (10 millions d’euros), dont 15 qui ont généré des recettes inférieures ou égales à 3,28 milliards de francs CFA (5 millions d’euros), toujours selon PME Magazine. La fragmentation du secteur exerce une pression à la baisse sur les marges des entreprises, en proie à une forte concurrence pour attirer et conserver des clients, tandis que les petites compagnies, en particulier dans la branche vie, ont du mal à faire face à des coûts fixes d’exploitation élevés. Afin d’accroître les ventes, les compagnies d’assurance se sont associées au secteur bancaire, espérant tirer profit du réseau de distribution de ce dernier et de son taux de pénétration plus élevé. Le succès dont ont été couronnées ces initiatives s’est révélé d’autant plus frappant qu’il existe d’autres canaux de distribution bien implantés, avec environ 100 courtiers, agents et institutions de microfinance à travers le pays. C’est la NSIA qui a lancé la tendance en 2006 en faisant l’acquisition de BIAO, l’une des principales banques du pays. Elle a depuis également établi des partenariats avec Ecobank et la Société Ivoirienne de Banque (SIB). Aussi bien les assureurs que les African Agriculture Fund a pris une part minoritaire dans le producteur d’eau minérale ivoirien Continental Beverage Company. Le fonds d’investissement African Agriculture Fund (AAF), géré par la société sud-africaine Phatisa, a annoncé le 28 février avoir investi dans Continental Beverage Company (CBC), une société d'embouteillage et de distribution d'eau minérale installée à Abidjan.Pour justifier cette opération, Phatisa met en avant une étude récente de l’ONU selon laquelle 75 à 250 millions de personnes consommeraient de l’eau non potable en Afrique. « Le besoin en eau potable fait l’objet d’une réelle demande, en raison d’une forte croissance démographique et de l'urbanisation », explique la société. CBC a été créée en 2004 par le Groupe Teylium, conglomérat africain propriété de l’homme d’affaire Yérim Sow actif en Afrique de l’Ouest et du Centre. Teylium opère actuellement dans plusieurs secteurs d'activités en Afrique de l’Ouest et Centrale notamment dans la finance, les télécommunications, l'agro-industrie, l’immobilier et l'hôtellerie. Le groupe a d’ailleurs annoncé le 27 février la construction d’un hôtel de Luxe à Douala en partenariat avec la société civile immobilière Faris, de l’homme d’affaires Lionel Fofé. BRVM / Groupe Ecobank : la bonne cohabitation La Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) et Ecobank transnational incorporated (ETI) le principal groupe panafricain ont organisé le vendredi 15 février dernier une rencontre d’information à l’Hôtel Ivoire d’Abidjan. Cette importante rencontre avait pour objectif de présenter la vision et les actions stratégiques du Groupe Ecobank aux investisseurs et intervenants dans le marché financier de l’Uemoa ainsi qu’à la presse économique régionale et internationale. La Brvm était représentée par Mrs Aménounvé Kossi et Gabriel Fal respectivement Directeur général et Pca quand Thierry Tanoh représentait Ecobank. banques ont pris plusieurs associés, ce qui a profité à toutes les parties concernées. Le Directeur-Général d’UA-Vie, Almany Timité, a déclaré à OBG : « Nous avons multiplié notre chiffre d’affaires par deux, passant de 11 milliards de francs CFA (16,77 millions d’euros) en 2007 à 22 milliards de francs CFA (33,54 millions d’euros) en 2012, essentiellement en mettant davantage l’accent sur la bancassurance en partenariat avec des banques panafricaines. » Dans le cadre d’une évolution positive qui permettrait de limiter l’exportation des primes envers des réassureurs à l’étranger, les assureurs ivoiriens devraient bénéficier de plus grandes capacités locales de réassurance. Continental Reinsurance, compagnie nigériane qui figure parmi les leaders sur le marché de la réassurance, prévoit l’ouverture de bureaux à Abidjan. Une première incursion dans l’union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour le groupe, qui rejoint les autres réassureurs sur le marché ivoirien, notamment la Cica-Re, compagnie d’assurance commune de la zone UEMOA, et Avenir-Re. Au-delà des canaux de distribution, de la rétention locale des primes et des incitations fiscales, l’avenir des assurances en Côte d’Ivoire dépend avant tout de la stabilité politique et de la sécurité du pays. Dans un marché où plus d’un tiers des recettes de la branche non-vie provient de l’assurance automobile, qui est obligatoire, il n’est pas étonnant que la baisse de 4,1% qu’accusaient les recettes du secteur en 2011 coïncide avec le ralentissement économique qui a marqué cette année et qui s’est accompagné d’une chute des ventes de voitures neuves. En attendant, il ne fait pas de doute que le secteur des assurances va poursuivre sa croissance à mesure que la pénétration augmente et que de nouveaux produits sont lancés ; reste à savoir à quel point cette croissance sera marquée. Une contribution de OXFORD BUSINESS GROUP
  6. 6. 6 Laser CÔTE D’ IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 Procès AIPH contre le groupe Système U Le dénigrement de l'huile de palme ne passe pas L’AIPH a gagné son procès contre le groupe système U. La publicité considérée comme mensongère de cette dernière a été interdite de diffusion. Une sanction assortie d’une astreinte de 3 000 euros par infraction constatée. Le 21 novembre 2012, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale française a repoussé un amendement – dit « Nutella » – qui avait été présenté par le Parti socialiste et défendu par le groupe Europe Ecologie. Les Verts, censés augmenter de 300% la taxe sur l’huile de palme, c’est un combat au sein duquel les producteurs ivoiriens d’huile de palme ont pris une large part qui a trouvé son épilogue. Car parallèlement à cette joute législative, le combat s’est également joué dans l’espace judiciaire. Pour rappel, à l’automne dernier, le groupe de distribution français « Magasins U » a lancé une vaste campagne publicitaire dénonçant les conséquences de la culture intense du palmier à huile, détruisant les forêts tropicales, augmentant les gaz à effet de serre et menaçant les espèces protégées. Au-delà de ces raccourcis, cette campagne publicitaire présentait des produits consommables sans huile de palme, sans aspartame, sans sels aluminium, sans bisphénol A, et vendus sous marque distributeur. L’enseigne donnait également à voir des frites cuites avec de l’huile de tournesol, expliquant les méfaits de l’huile de palme. Les producteurs de palmiers à huile, regroupés au sein de l’Association interprofessionnelle des producteurs de palmier à huile (AIPH), ont alors décidé de réagir en assignant le groupe Système U devant le tribunal de commerce de Paris. Ce dernier a tranché. L’interdiction de diffuser cette publicité, considérée comme mensongère, fut assortie d’une astreinte de 3 000 euros par infraction constatée. L’occasion de remettre en perspective les aspects positifs du produit. Cette décision a été évidemment accueillie à sa juste valeur par l’ensemble des acteurs de la filière palmier à huile qui venait de remporter une victoire historique sur un grand groupe de la distribution. Se félicitant de ce qu’ils ont appelé la victoire de « David sur Goliath », les producteurs de palmier à huile, par la voix de leur président, Monsieur Logossina Kamara, ont rappelé que l’huile de palme ne présentait pas de danger particulier sur le plan sanitaire, précisant au demeurant que celle produite en Côte d’Ivoire contenait sensiblement moins d’acides gras saturés que l’huile de palme produite en Asie. Chronique d’une victoire annoncée, le mardi 4 décembre, jour du verdict final, l’AIPH conviait la presse à l’Hôtel Ivoire Sofitel d’Abidjan. Autour du Pr Gnopo Jean Nemlin, les convives étaient amenés à débattre autour du thème : « La palme au cœur de la tourmente ». Pour le conférencier il s’agissait de présenter les différents enjeux auxquels l’huile de palme produite en Côte d’Ivoire était confrontée. Il en a profité pour annoncer la tenue très prochaine, au mois de juin 2013, du premier congrès africain sur l’huile de palme à Abidjan. Selon lui, l’objectif d’un tel forum « permettra de démontrer tous les bienfaits de l’huile de palme afin de renforcer les éléments de contradiction de la campagne de dénigrement perpétrée par des ONG françaises contre ce produit ». Au sortir de cette conférence, les acteurs de la filière palmier à huile n’ont pas manqué également de saluer les efforts consentis par les autorités ivoiriennes pour leur soutien dans cette lutte contre cette campagne dont ils ont fini par démontrer le caractère infondé. Jean-Claude Acke
  7. 7. Laser CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 7 Interview:M. Franklin EREBOR, Directeur général de UBA-Côte d’Ivoire «Ce prix est une reconnaissance internationale» Le Directeur général de UBA-CI, M. Franklin EREBOR a bien voulu se prêter à nos questions après le sacre de son groupe . Dans cette interview exclusive, il révèle les secrets du succès de la banque. Il parle également de la réouverture des agences de Yopougon et de la responsabilité sociétale de l’entreprise. Entretien. Votre stratégie, apparemment, est basée En une seule soirée, vous raflez trois prix : celui de la banque de l’année 2013 décerné par Banquer Magazine, et vous êtes distingué comme la meilleure banque au Cameroun et au Sénégal. Quelles sont vos impressions après ce sacre acquis de haute lutte ? Ces prix confortent le Groupe UBA dans sa position de leader sur le continent et rendent crédible son expansion à travers l'Afrique et ses contributions en faveur du développement du secteur bancaire sur le plan international. Remporter ces trois prix tant convoités est une grande réussite et cela nous conforte aussi dans nos efforts collectifs et dans notre volonté de faire de UBA la banque de référence en Afrique en accord avec notre slogan « Africa’s Global Bank » qui s’inscrit dans notre vision d’être la Banque Africaine de Choix à l’Echelle Internationale. Nous dédions ces prix à tous nos clients, nos parties prenantes et partenaires à travers le continent, en reconnaissance de leur soutien continu. Cela nous exhorte à poursuivre notre quête de l’excellence, de la satisfaction clientèle et nous sommes motivés à faire encore davantage. Par rapport aux autres banques, on observe que vous disposez de moins d’agences, notamment à Abidjan. Pourtant vous êtes sacré champion ! N’est-ce pas-là un paradoxe ? Le prix du Groupe est une reconnaissance internationale décernée pour récompenser les performances de UBA dans son ensemble. Les critères de sélection ont portés sur plusieurs aspects : il y a certes l’étendue du réseau, mais également les innovations en termes de produits et la performance financière. En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, UBA ne comptabilise que 5 années d’existence dans un marché où les premières banques sont arrivées il y a plus de 50 ans. Il est donc tout à fait normal que celles-ci disposent de réseaux plus étendus. Cinq ans après notre installation, nous comptons 10 agences dont 1 à San Pédro et 23 guichets automatiques. Suite à cette première phase d’expansion, nous consolidons nos acquis tout en planifiant la prochaine phase d’élargissement de notre réseau. Il est bon également de noter que le mode de livraison des services bancaires est en train d’évoluer vers des solutions électroniques offrant plus de confort et de mobilité aux clients. Notre approche de la proximité consiste aussi à utiliser la technologie moderne pour assurer un accès à la banque 24h/24 via Internet, les guichets automatiques ou le téléphone mobile. Néanmoins, nous sommes résolument engagés à déployer davantage notre réseau en Côte d’Ivoire. A titre d’exemple, au Nigeria, où se situe le siège de UBA, la banque dispose de 750 agences réparties sur l’ensemble du territoire, cela s’inscrit dans la volonté du groupe de démocratiser la banque au plus grand nombre. Comment avez-vous fait la différence d’avec vos concurrents ? Le choix de UBA a été motivé par la transformation réussie de la Banque et le retour d’une forte rentabilité après la passation en pertes des créances douteuses et la restructuration de son bilan en 2011. Le Banker a également indiqué d'autres raisons qui justifient le choix de UBA, notamment la consolidation notable des activités de la banque à travers l'Afrique, ainsi que des produits innovants en termes de paiement électronique et de transferts transfrontaliers qui ont rendu les transactions commerciales et financières plus abordables et plus pratiques sur le continent Quel est votre position en Cote d’Ivoire, ou vous n’a pas encore obtenu un prix ? UBA à démarré ses activités en Côte d’Ivoire en 2008 et en 2010 un autre sondage éffectué nous classais 3è banque préférée des ivoiriens nous étions la 19ème banque à ouvrir ses portes sur le marché ivoirien. UBA s’est différenciée grâce à certaines actions pionnières qui ont défrayé la chronique, notamment le lancement de la première solution d’Internet Banking en TEMPS REEL (U-Direct), le déploiement du premier réseau de guichets automatiques hors-sites pour désengorger les agences, la réduction du dépôt minimum requis pour l’ouverture d’un compte à 5000 FCFA, l’évolution rapide de notre réseau d’agences et de guichets automatiques après peu d’années d’existence. Plus récemment, nous avons dévoilé notre carte prépayée AFRICARD qui est une carte de retrait internationale très versatile pouvant servir aux entreprises comme aux particuliers, notamment pour les achats sur Internet, pour le virement de salaires, de frais de mission ou de bourses d’études. La carte fonctionne partout dans le monde via le réseau VISA et elle peut être rechargée en espèces depuis la Côte d’Ivoire ou par transfert Internet à partir d’une autre carte AFRICARD. Notre positionnement est donc axé sur l’innovation et l’apport de solutions concrètes pour satisfaire les besoins des populations, des institutionnels et des entreprises locales. Certaines de vos agences sont encore fermées, notamment à Yopougon. Pourquoi alors que la situation socio-économique se normalise ? Yopougon est une zone incontournable pour toute banque de la place étant donné sa forte activité industrielle et le fait que sa population regorge d’entrepreneurs et de ménages à fort potentiel. Peu après avoir démarré nos activités en Côte d’Ivoire, nous avons ouvert quatre agences à Yopougon. Malheureusement celles-ci ont été fortement touchées par la guerre en 2011 et nous avons dû les fermer. Maintenant que la situation du pays s’est stabilisée, nous allons procéder, dans un premier temps, à la réouverture de notre agence de Yopougon Sable. Des travaux de rénovation sont actuellement en cours afin de garantir un cadre agréable à nos clients. Nous avons même démarré les recrutements, nous recherchons d’habiles talents pour servir la clientèle à la hauteur des ses exigences. sur l’Afrique. Avez-vous l’intention d’aller au-delà ? Notre stratégie d’expansion se décline en souvent une expansion de leurs activités à échelle régionale, continentale et même internationale. Ainsi notre vision africaine de la banque consiste à les conseiller dans leurs projets grâce à notre expertise de ces marchés, à les accompagner via le déploiement physique de notre réseau, mais également à leur proposer des solutions technologiques qui leur permettent de gérer leurs affaires sereinement, d’effectuer leurs transactions rapidement et d’avoir les moyens de leurs ambitions. Notre banque s’est donné pour mission de contribuer à la promotion de l’intégration africaine, celle-ci passe inévitablement par le renforcement des liens économiques et commerciaux entre les pays. Non seulement notre banque est outillée localement pour faire une contribution significative, mais en plus nous reposons sur un groupe bancaire bien implanté dans le paysage financier mondial et ayant une surface financière suffisamment importante pour appuyer de grands projets. Par ailleurs, notre offre technologique parvient à accroître la rapidité des transactions intra-africaines tout en réduisant leurs coûts, il s’agit notamment de solutions telles que PAY MANAGER (paiements entreprises par Internet), U-DIRECT (banque par Internet), AFRITRADE (solutions de financement de commerce extérieur), BANK COLLECT (collecte des fonds), AFRICASH (Transfert d’argent instantané), AFRICARD (carte de retrait, de paiement et de transfert d’argent). La responsabilité sociale d’entreprise fait-elle partie de vos priorités ? Un groupe qui opère en Afrique ne peut aspirer à devenir leader s’il ne se soucie pas du bien être des populations du continent. La dimension sociale fait partie intégrante de l’impact que UBA souhaite avoir dans la vie des populations africaines. A cet effet, le groupe a créé la Fondation UBA qui est en charge de développer la politique de responsabilité sociale du groupe et d’assurer sa mise en œuvre à travers les filiales africaines. Le pilier de l’action sociale du groupe est l’Education et un vaste programme a été entamé en collaboration avec les gouvernements et les diverses parties prenantes en Afrique. Les initiatives de la fondation vont s’étendre à la Côte d’Ivoire dès cette année et plusieurs actions sont prévues (suite p.8)
  8. 8. 8 CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE v N°22 - FÉVRIER 2013 b r è - e s D ' I C I (suite p.8 ) interview DG UBA dans ce sens. Par ailleurs, nous pensons que notre promesse d’entreprise citoyenne s’inscrit également dans notre choix d’offrir des opportunités d’emplois aux talents locaux et aux jeunes. En Côte d’Ivoire, sur un effectif de 143 employés presque entièrement ivoiriens, il y a de nombreux jeunes que nous avons formés et pour lesquels UBA est une première expérience professionnelle. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire est considérée comme un véritable vivier de compétences pour le Groupe qui compte 5 ivoiriens parmi les directeurs généraux de filiale de pays. Interview réalisée par Lasina Keïta Côte d’Ivoire : 6ème réunion des ministres de l’Economie et des Finances de l’UA à Abidjan Abidjan accueillera du 21 au 26 mars prochain, la 6ème réunion annuelle des ministres de l’Economie, des Finances et de la planification de l’Union Africaine (UA). Cette rencontre annuelle est organisée conjointement par la Commission de l’UA et la Commission Economique des nations unies pour l’Afrique (CEA) et a pour objectif de mieux appréhender les problèmes qui minent l’Afrique en vue de lui permettre de faire face aux nouveaux défis du développement. Plusieurs pays africains aspirent devenir émergents d’ici 2020, 2025 pour certains et 2030 pour d’autres, les travaux permettront ainsi aux différents Etats de réformer leur politique économique en vue d’atteindre cet objectif. Télécoms : Le classement des opérateurs de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire bientôt publié Le classement des opérateurs de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire sera désormais publié afin de permettre aux abonnés d’opérer le choix du meilleur opérateur dans un contexte où la qualité des services de communication et d’internet est de plus en plus décriée. L’Agence de Télécommunication de Côte d’Ivoire (l’ATCI) procèdera à des contrôles mensuels et trimestriels afin de mesurer la qualité des services fournis par ces opérateurs. La nouvelle loi sanctionnera tout opérateur qui fournit un service de mauvaise qualité, en prélevant 3% de son chiffre d’affaires et jusqu’à 5% s’il récidive. Technologies / Tics : IT Centrex se lance dans la formation IT CENTREX, société spécialisée dans l’édition et l’intégration de solutions informatiques, a organisé le jeudi 28 février dernier à l’hôtel Ibis au Plateau une session d’information sur le thème « la Virtualisation et le Cloud Computing ». Cette cérémonie qui se veut une plateforme d’échanges bimestrielle, a permis aux Directeurs de systèmes informatiques (DSI) des entreprises ivoiriennes présentes de s’informer sur ce thème d’actualité. M. Noël Koffi Kouamé, directeur général d’IT CENTREX a mis en exergue ses 22 années d’expérience acquises dans les Tics, pour décrypter ce concept qui gagne de plus en plus du terrain et qui impose une vision nouvelle de la stratégie des systèmes d’information. La virtualisation, il faut le savoir est un mécanisme informatique qui consiste à faire fonctionner plusieurs systèmes, serveurs ou applications, sur un même serveur physique. Elle est un composant technique clé dans le Cloud Computing, qui lui même est un modèle permettant d'établir un accès par le réseau à un réservoir partagé de ressources informatiques standard configurables qui peuvent être rapidement mobilisées et mises à disposition en minimisant les efforts de gestion. Pour cette année 2013, IT CENTREX se lance résolument dans la formation en proposant des sessions spécifiques sur ces technologies novatrices pour le renforcement des compétences des professionnels des Tics. Energie électrique : la Côte d'Ivoire devrait produire plus d'électricité à moindre coût dès 2013 Actuellement, 70 % de la production nationale d'électricité est d'origine thermique et générée par des sociétés privées, qui la revendent à l'État. Son coût est ainsi établi à partir de celui du gaz naturel, indexé sur le prix du brut et le dollar. Plus le prix du brut augmente, plus les factures augmentent d'où le déficit record de 150 milliards FCFA enregistré en 2011 par l'Etat ivoirien. Plusieurs chantiers pour le développement de la production nationale d'électricité sont entamés. L’Etat devrait produire plus d'électricité à moindre coût, dès 2013. La puissance installée actuelle, qui est de 1 321 Méga Watts, devrait augmenter de plus de 80 % d'ici à 2018 et doublée d'ici à 2020.
  9. 9. b r è Laser v e s D ' A I L L E U R S Infrastructures économiques : The Arab Contractors retenu pour l’aéroport d’Abidjan L'Égyptien The Arab Contractors, l'un des plus importants groupe de BTP en Afrique, a remporté l’appel d’offre pour la modernisation de l'aérogare de l'aéroport d'Abidjan dédié au fret, un projet de 20 milliards FCFA. Un vaste chantier, financé par la Banque Islamique de Développement (BID), prévoit la mise à plat complète de l’actuel site de l’aérogare pour faire place à de nouvelles infrastructures de hautes technologies pour abriter divers services. Il fait partie du vaste programme de développement de l’aéroport d’Abidjan. Partenariat : CORIS BANK International et la BOAD Il y a eu une signature de convention entre CORIS Bank International et la BOAD. Coris Bank International et la Banque OuestAfricaine de Développement (BOAD), ont procédé à la signature d’une convention de 10 milliards de FCFA dans le cadre du renforcement des actions au profit des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et du secteur privé. UEMOA : La conjoncture économique reste bien orientée en 2012 Au quatrième trimestre 2012, en glissement annuel, l'indice de la production industrielle a enregistré une hausse de 4,6% et celui du chiffre d'affaires s'est accru de 7,5%. Le taux d'inflation dans l'UEMOA, en glissement annuel, est passé de 2,9% à fin septembre 2012 à 3,3% à fin octobre 2012, avant de s'orienter à la baisse en se situant à 3,2% à fin novembre 2012 et 2,8% à fin décembre 2012. Cette évolution de l'inflation est liée essentiellement à la remontée des prix des légumes et des tubercules dans certains pays, ainsi qu'à celle des frais d'enseignement supérieur, notamment en Côte d'Ivoire. Elle est également due à la progression du prix de l'essence vendue en vrac au Bénin, où les Autorités de ce pays ont pris la décision d'interdire le commerce informel de carburants. Transport aérien : Création d’une nouvelle compagnie aérienne nationale Le gouvernement nigérien annonce la création de Niger Airways, une nouvelle compagnie aérienne nationale, en vue de dynamiser l’économie du pays et d’assurer des liaisons entre plusieurs villes nigériennes. Ce projet a été réalisé en partenariat avec Turkish Airways, une compagnie turque et serait détenu à 51 % par l’Etat nigérien. CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°22 - FÉVRIER 2013 UEMOA: perspectives économiques en 2013 Selon la Banque Centrale des Etats de L’Afrique de l’Ouest (Bceao), l’activité économique au sein de l’Union devrait connaître une accélération, au cours de l’année 2013, en rapport avec le rythme soutenu de l’expansion économique en Côte d’Ivoire, au Niger, au Burkina et, dans une moindre mesure, au Togo, au Sénégal et au Bénin. Cette situation s’expliquerait par l’essor des activités extractives, consécutif à l’accroissement de la production d’or au Burkina, en Côte d’Ivoire et au Mali ainsi qu’à la consolidation de l’extraction d’uranium et de pétrole au Niger. L’activité économique bénéficierait également des mesures mises en œuvre par les Etats membres de l’UEMOA pour augmenter la production vivrière et assainir les 9 filières des principales cultures de rente. Par ailleurs, la poursuite de l’exécution des programmes d’investissement publics dans les infrastructures et le renforcement des capacités d’offre d’énergie électrique contribueraient à doper la croissance au sein de l’Union. Selon les projections effectuées par les Services de la Banque Centrale en novembre 2012, le taux de croissance économique de l’Union, en termes réels, ressortirait à 6,5% en 2013 contre 5,8% en 2012. Les différents types d'OPCVM Les sociétés de gestion d’OPCVM (SGO) ont développé des gammes de fonds de plus en plus larges correspondant aux différents niveaux de risques et horizons de placement souhaités par les clients. Plusieurs fonds existent non seulement en gestion traditionnelle mais également de plus en plus dans les nouveaux types de gestion proposés par la gestion alternative. En gestion traditionnelle, l’on distingue principalement quatre grandes familles d’OPCVM, chacune composée de plusieurs catégories : Long Terme. L'OCPVM diversifié peut donc avoir une les OPCVM « Monétaires » orientation majoritairement monétaire, obligataire ou Une Sicav (Société d'Investissement à Capital Variaaction. Il peut aussi être parfaitement équilibré entre ble) ou un fond commun de placement (FCP) est ces différentes classes d'actifs. Les risques pris et les monétaire lorsque, son portefeuille est composé de rendements réalisés peuvent donc être totalement titres dont, la durée de vie est très courte (de quelques différents selon la composition des actifs de l'OCPVM jours à 12 mois en général) et peu sensibles à diversifié. l’évolution des taux d’intérêts. Les fonds sont investis Les grandes catégories d'OPCVM diversifiés sont : en placement de trésorerie, en créance à court terme les OPCVM diversifiés dynamiques, principalement émises par les banques ou en bon du Trésor de courte investi en actions avec un rendement et un niveau de durée. Ainsi l’épargnant est assuré de pouvoir récupérisque relativement élevé ; rer l’intégralité de son capital à tout moment. En les OPCVM diversifiés équilibrés, correspondant à contrepartie, le rendement de ces titres est très faible des OPCVM dont la répartition de l’investissement est car il suit l’évolution des taux d’intérêt à court terme, équilibrée entre les actions, les obligations et les c'est-à-dire les taux du marché monétaire qui produits de taux. Le rendement et le risque est moyen; aujourd’hui baissent. Même si leur rémunération est peu élevée, les OPCVM monétaires ont pour objectif les OPCVM diversifiés prudents qui sont des d’offrir une rentabilité, une sécurité et une liquidité, à OPCVM principalement investis en produits de taux court terme. monétaires avec parfois une partie obligation à durée Ils offrent, par ailleurs, une rémunération calculée au de vie courte. Le rendement et le risque sont plus jour le jour sans plafond de versement. C'est donc, un limités. support à privilégier dans le cadre des placements de Le principal avantage d’un OPCVM diversifié pour un trésorerie importante pendant quelques jours, épargnant est que l'investisseur ne prend pas le risque quelques semaines ou quelques mois dans l'attente de associé à une seule catégorie de produits. En effet, son réemploi à plus long terme. dans la performance d’un OPCVM diversifié, une chute du marché des actions pourra être par exemple compensée par la rémunération et la valorisation les OPCVM « Obligataires » associée, aux produits obligataires et monétaires. Ils sont composés essentiellement d’obligations, émises par les États et/ou par les entreprises privées bénéficiant d’une bonne signature. Les OPCVM « contractuels » Pour un risque relativement maîtrisé en capital, ils Il s’agit d’un engagement mutuel entre la SGO et le correspondent à des placements à Moyen et Long souscripteur. La SGO s’engage à garantir au souscripTerme. Le niveau de risque du fonds dépendra de la teur, un résultat contrat en termes de performance et à qualité de la signature des émetteurs. L'objectif d'un rembourser le montant investi par ce dernier. En OPCVM obligataire est d’assurer une performance contrepartie de cette garantie, la SGO peut exiger du plus importante que celle proposée par les OPCVM souscripteur un engagement sur la durée du placement monétaires sur la durée de placement recommandée. et le montant investi. Ils sont destinés à des investisseurs prudents. En complément, dans la gestion traditionnelle il faut aussi mentionner les catégories de fonds spécialisés, souvent liés à des avantages fiscaux, tels les FCPE, les OPCVM « Actions » FCPR Pour un risque plus important en capital, Ils correspondent à un placement à Long Terme. Ils doivent être Petit lexique : investis dans des actions cotées à la BRVM ou sur tout FCPR : Fonds Commun de Placement à Risque autre marché réglementé en fonctionnement régulier et FCPE : Fonds Commun de Placement Entreprises ouvert au public au sein de l’UEMOA. les OPCVM « Diversifiés » Ils correspondent souvent à un placement à Moyen et BOA Asset Management, en partenariat avec Côte d'Ivoire Economie
  10. 10. Dossier CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 dossier 10 Services financiers : Opérateurs mobiles et banquiers la concurrence est ouverte! Entre le secteur de la téléphonie mobile et le secteur financier et bancaire, la cohabitation devient difficile. Aujourd’hui, la téléphonie mobile offre plusieurs prestations qui jadis étaient détenues par les banques et établissements financiers uniquement. Une concurrence qui a certainement des inconvénients au niveau du secteur bancaire et financier. L es deux secteurs les plus dynamiques de l’économie ivoirienne sont la banque et la téléphonie mobile. En 2011, la téléphonie mobile avec ses six opérateurs représentait près de 10% du Produit intérieur brut (Pib) ivoirien, avec un chiffre d’affaire global de 1.000 milliards F Cfa. Quant au secteur bancaire et financier, les 24 représentants occupait plus de 36% du Pib national. Sa contribution à l’économie ivoirienne se situe à 3.113 milliards F Cfa. Bien vrai que les banques et établissements financiers apportent plus de ressources financières au pays, fort est de constater que le taux de pénétration du mobile reste impressionnant. De 2008 à 2011, ce taux a atteint les 50% tandis qu’il est seulement de 10% pour le secteur bancaire et financier. Une chose qui, avec les avancées technologiques, ont permis d’offrir progressivement des produits financiers via le mobile. Et les populations ivoiriennes ont vite fait d’adopter ses nouveaux moyens de paiements et de transactions. Certes, il y a des avantages mais des inconvénients se présentent pour certains acteurs des services bancaires et financiers. D’autres formes s’installent de concurrence Le transfert d’argent via mobile a démarré par Orange Money, puis Mtn Money pour arriver à Flooz de Moov CI. En un temps record, l’on a la possibilité d’envoyer et recevoir de l’argent de partout sur le territoire ivoirien. Les taxes et frais sont bien amoindris à la grande satisfaction des moins nantis. Mais, avant que les opérateurs de téléphonie mobile y soient, le transfert d’argent était l’affaire d’institutions financières spécialisées à savoir Western Union, Money Gram, Cash Express, etc. Par la suite, les banques commerciales et d’affaires se sont appropriées les services de transferts d’argent. Avec l’avancée technologique, le mobile ne peut plus uniquement servir pour la communication. Il se lance dans le domaine de compétences des acteurs financiers classiques. Ainsi, une concur rence s’installe et le mobile est nettement avantagé à cause de sa proximité avec les clients. L’on comprend aisément que ce phénomène pourrait entrainer une perte de parts de marché du côté des agences de Western Union et Money Gram. Fort heureusement, le transfert d’argent via mobile se limite au marché intérieur. Pour ce qui est des paiements de factures (le Mobile Payement), notamment celles de l’électricité, de l’eau, l’internet, etc., le mobile vient encore racler une part du marché des banquiers. De nombreuses entreprises et des individus qui avaient pour habitude de payer leur facture par virement bancaire ou par chèque, ont d’autres options. Les fatures payées via le mobile Maintenant, l’offre du mobile est aussi valable et efficace. Même si les frais à payer sont presqu’identiques, le mobile est plus facilement accessible. Avec le mobile, l’on a également la possibilité de souscrire à des contrats d’assurances et payer périodiquement ses primes. L’on peut donc se passer de la banque. Quant au porte monnaie électronique, c’est tout simplement un compte bancaire à portée de main. Un étudiant peut y stocker tout son argent et en jouir à tout moment. Plus besoin de faire la queue devant un guichet automatique ou dans une agence de banque. Ses paiements se feront directement au niveau des terminaux appropriés. En somme, les services financiers offerts par la téléphonie mobile sont fortement appréciables pour l’économie nationale, mais une autre chose est de trouver des mécanismes pour une concurrence saine avec les autres acteurs du secteur du transfert d’argent. JEAN-JACQUES AMOND
  11. 11. Dossier CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 11 Banques / Assurances : Chronique d’une fusion généralisée Les sous-secteurs financiers que représentent la banque et l’assurance donnent des gages d’adaptation aux évolutions actuelles. Les frontières entre celles-ci tendent à disparaître alimentant ainsi des conjectures sur la possibilité d’une fusion pour donner un secteur unique des services financiers. Tous les pays traversent actuellement une accélération de leur histoire financière marquée par des évènements aussi importants que l’essor des bourses et des marchés financiers, les évolutions contrastées des taux d’échanges, le grossissement de l’endettement de tous les organismes publics et notamment de l’Etat, le niveau élevé des taux d’intérêt réels. Cette véritable révolution financière se caractérise, notamment par l’atténuation, la redéfinition voire même l’abolition de multiples frontières qui ont pendant longtemps séparé les divers métiers, institutions, produits, et systèmes financiers nationaux. Ces phénomènes concernent également d’autres frontières, celle qui sépare la sphère financière du monde non financier- l’industrie et le commerce-, ou celle qui délimite le secteur public du secteur privé. Parmi ces évolutions, on assiste surtout à un redécoupage sans précédent des frontières entre les deux sous-secteurs de la sphère financière : la banque et l’assurance. Le secteur de la banque comme celui de l’assurance envisage de grandes opérations stratégiques tout en sachant comment évolue leur relation réciproque. Elles essaient d’adapter leur gestion, leur fonctionnement, leur organisation et leur distribution aux mutations actuelles. Ces deux secteurs connaissent une série de transformation qui leur permet d’être une entreprise comme les autres où la concurrence est permanente et où la maîtrise des coûts, de la productivité, de la rentabilité s’est imposée. Les liens entre les banques et les assurances existent depuis bien longtemps, ils épousent des formes diverses : prises de participation en capital, produits joints crédits assortis d’assurancesdécès ou chômage, accord de commercialisation, etc. Ces relations entre les deux secteurs se resserrent très fortement. L’observation attentive des faits montre qu’actuellement, il existe de grandes manœuvres dans le monde financier. Les évènements s’accélèrent. Les banques prennent des participations dans les sociétés d’assurance et réciproquement. Le rapprochement au niveau du capital va ainsi s’accélérant. Le domaine de concurrence directe entre banque et assurance est pour le moment le placement de produits financiers et produits d’assurance –vie. Mais depuis quelque temps, le champ est devenu plus vaste. Dans ce jeu où la question de savoir qui gagnera ou perdra, la réponse semble simple pour les financiers : ce ne sont pas les assurances ou banques prises globalement mais les meilleures entreprises, de l’un ou l’autre secteur qui seront parvenu à maîtriser les évolutions en cours. Aujourd’hui, on emploie des neologismeqs tels que ‘’assuranques’’ ou ‘’ banssurance ‘’ ou ‘’bancassurance’’ bref, des sociétés intégrées offrant tous les services bancaires et d’assurance, de véritables entreprises industrielles de services financiers. Si l’on peut établir toutefois un tableau qui intègre les avantages comparatifs de l’une et de l’autre, chacune a ses spécificités propres relatives à son fonctionnement et d’intérêts pour leurs usagers. En ce qui concerne la distribution, la banque va distribuer de plus en plus des produits d’assurance-vie (elle distribue d’autres formes d’assurance liée à l’octroi de crédits par exemple). Elle va continuer et intensifier la vente et la commercialisation de produits d’assurance par le moyen habituel de ses réseaux. Ce mouvement peut aller au-delà et la banque pourrait commencer déjà à s’intéresser à l’assurance dommage des entreprises. La banque ne s’est pas encore véritablement intéressée à l’assurance d’entreprise ; Elle s’est à vrai dire intéressée plus aux particuliers. Peut-être s’agira t-il de l’étape suivante. Concernant la banque, on peut s’imaginer qu’elle commence de façon dynamique à commercialiser toute la gamme de produits d’assurance, vie et dommage, entreprises et particuliers. Le scenario un peu minimaliste qui voudrait qu’ onstate que d’ores et déjà les rapprochements se font. On voit qu’au niveau de la commercialisation, des opérations conjointes sont déjà engagées et qu’à celui de la production, elles pourraient l’être. Si ce scenario va à son terme, les deux secteurs seront fondus dans une industrie des services financiers. Germain Tanoh Taux de bancarisation: Où en est-on aujourd’hui ? Le taux de bancarisation reste une préoccupation majeure des autorités ivoiriennes. Malgré les efforts enregistrés ces dernières années, les regards restent toujours tournés vers les acteurs du système bancaire. L e taux de bancarisation est un indicateur qui permet de mesurer le niveau de pénétration des services bancaires dans la population d'un pays. Il est le pourcentage de la population qui utilise les services de banque dans un pays. Arithmétiquement, l’on obtient le taux de bancarisation en divisant le nombre de personnes ayant un compte en banque par celui de la population du pays en question multiplié par cent. Ce taux il faut le préciser représente le nombre de personnes sur 100 possédant un compte bancaire ou usant des services d’une banque. Plusieurs pays d’Afrique de l’ouest y compris la Côte d’Ivoire, affichent un taux de bancarisation très faible. Le cas généralement observé est que les populations préfèrent en majeure partie l’utilisation des moyens de paiement fiduciaires au détriment des moyens scripturaux pour effectuer les transactions. Bien qu’elles s’exposent à un véritable risque sécuritaire dans certaines situations, les populations optent pour cette solution à savoir se déplacer avec d’importante liquidité d’argent qu’un simple chèque ou une carte magnétique. Face à une telle évidence, cette question mérite d’être posée : pourquoi les populations ouest-africaines en général et ivoiriennes en particulier boudent-elles les établissements bancaires ? Le cas de la Côte d’Ivoire étant un cas typique, c’est lui qui va nous intéresser. Le fait est que la plupart des personnes interrogées évoquent la pauvreté, le chômage et les maigres salaires insignifiants qui depuis plus de deux décennies n’ont pas connu de hausse majeure. Cependant, ce ne sont pas les seules raisons qui expliquent la méfiance des Ivoiriens vis-à-vis des banques. Ceux-ci, remettent en question l’accueil et les services que les banques leurs proposent. Sur l’accueil, rares sont les Ivoiriens qui sont satisfaits de leur contact quotidien avec le typique, c’est lui qui va nous intéresser. Le fait est que la plupart des personnes interrogées évoquent la pauvreté, le chômage et les maigres salaires insignifiants qui depuis plus de deux décennies n’ont pas connu de hausse majeure. Cependant, ce ne sont pas les seules raisons qui expliquent la méfiance des Ivoiriens vis-à-vis des banques. Ceux-ci, remettent en question l’accueil et les services que les banques leurs proposent. Sur l’accueil, rares sont les Ivoiriens qui sont satisfaits de leur contact quotidien avec les banques (mauvaise attitude des caissières et la lenteur des opérations). S’agissant des services (heures d’ouverture et fermeture des banques, demandes de position et de relevé bancaire, retrait et dépôt d’argent, etc.…), ils affirment rester sur leur faim, aucune satisfaction tellement ceux-ci sont d’une autre époque, prétendent-ils. Tout ceci contribue à la réticence des populations ivoirienne vis-à-vis des banques. Pourtant il faut bien s’y adapter L’utilisation des moyens de paiement scripturaux dans la zone Uemoa au détriment des moyens fiduciaires était au centre des préoccupations de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) qui a entrepris la sensibilisation des organismes publics et privés. Le taux de personnes non bancarisées de la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) est estimé, à
  12. 12. 12 Dossier CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 environ 90% de la population et l’utilisation des moyens de paiement fiduciaires gagnent de plus en plus de terrain au détriment des moyens de paiement scripturaux dans les transactions. Pour changer cette donne la Bceao, en collaboration avec le Groupement interbancaire monétique (Gim-Uemoa), créé en 2003, ont initié en 2011 le projet de sensibilisation sur l’apport de la monétique dans la zone Uemoa. Cette opération de sensibilisation visait essentiellement les acteurs publics et privés du secteur bancaire afin qu’ils évoluent vers l’utilisation de la monétique. Ceci pour favoriser à terme l’accès d’un plus grand nombre d’Ivoiriens au système bancaire. La Standard Chartered Bank soutien le monde agricole red Bank ne peut donc pas intervenir directement auprès des paysans. Le manque d’organisation cohérente et la fragmentation du marché en sont les raisons fondamentales. Il faudrait, comme le préconise M. Hiren Singharay, qu’une structure – à l’image du Conseil national du café et du cacao – puisse fédérer les différentes interventions, ce qui favorisera l’intéressement du secteur financier. « Le marketing du cacao en lui-même, n’est pas un problème. Le problème, c’est la coordination entre le producteur et le marketing », souligne ainsi M. Hiren Singharay. 25% en 2012, un taux plus qu’atteint, mais des efforts restent à faire Aujourd’hui, le résultat est là, le taux de bancarisation en Côte d’Ivoire connaît une nette amélioration. L’Etat de Côte d’Ivoire, aidé des acteurs du public et du privé du secteur bancaire ainsi que des institutions internationales notamment la Banque mondiale (BM) se sont investis résolument à améliorer le taux de bancarisation en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui selon M. Anderson Golé, chargé de communication au Marché des assurances, banques et établissements financiers (Mabef) le taux de bancarisation a atteint les 25%. Ce taux a dépassé les attentes des autorités ivoiriennes. Il est passé de 8,98% en 2009 à 14,67% à fin 2010. C’est dire que la campagne de sensibilisation initiée par la Bceao, l’Etat de Côte d’Ivoire, les acteurs publics et privés du système bancaire, les institutions internationales, l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEFCI), le Mabef, etc. a contribué à relever le taux de bancarisation en Côte d’Ivoire. La campagne de sensibilisation qui aujourd’hui porte ses fruits ne s’adressait pas uniquement aux travailleurs du public et du privé. Aussi prenait-elle en compte le monde du secteur informel c'est-à-dire les personnes à faible revenu que sont les agriculteurs, les artisans, les techniciens, les petits commerçants, les garagistes, les syndicats, etc. La hausse du taux de bancarisation s’explique par les offres promotionnelles que proposaient certains établissements bancaires. Par exemple pour la rentrée des classes plusieurs banques et non des moindres pour ne pas les citer avaient lancé des campagnes de prêts scolaires à des taux d’intérêt intéressant et concurrentiel. Mieux, certaines d’entre elles allaient encore plus loin en favorisant l’ouverture d’un compte bancaire à moindre coup avec plus d’avantages et de moyens d’accès aux crédits. Toutefois, il est bon de relever que ce taux reste insuffisant vu la forte présence d’établissements bancaires en Côte d’Ivoire. Selon des statistiques officielles recueillies en 2011, le taux de bancarisation dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se trouvait entre 3 et 7%, alors qu’il avoisinait 99% dans certains pays et se situait à 50 ou 60% dans les pays du Maghreb. C’est dire qu’il faudra redoubler d’effort dans le processus de sensibilisation afin d’atteindre un taux raisonnable proportionnel aux potentialités économiques du pays. La grande majorité des personnes vivant en Côte d’Ivoire devrait détenir un compte en banque et user des moyens de paiements scripturaux. Tel devra être le cheval de bataille des autorités ivoiriennes au cours des années à venir. Jean-Claude Acke La Standard Chartered Bank veut renforcer sa présence dans le financement du secteur agricole ivoirien en s’appuyant sur ses expériences au Ghana. L ors de la conférence internationale sur le cacao qui s’était tenue en fin d’année dernière à l’hôtel Ivoire Sofitel d’Abidjan, M. Hiren Singharay, directeur général des syndications et des crédits de Standard Chartered Bank, avait été clair sur la volonté de l’institution bancaire de soutenir la culture cacaoyère ivoirienne. La production du cacao a en effet connu une baisse ces dernières années, ce qui affecte son développement. Par conséquent, bon nombre de banques sont réticentes à accorder des prêts aux producteurs. Depuis 1993, la Standard Chartered Bank a initié un programme pour le développement du cacao au Ghana dont le coût d’investissement estimé à plus de 125 millions de dollars a été une fière réussite. Le Cocoa Board est l’institution gouvernementale qui a piloté ce projet. L’intérêt du modèle ghanéen A titre d’exemple, au Ghana, la Cocoa Board a en charge le fonctionnement de toute la chaîne d’intervention qui gravite autour de l’industrie cacaoyère comme le marketing, la recherche, pour aboutir à la production. Au stade de la production, les paysans ont la possibilité de transformer les graines de telle sorte qu’ils puissent bénéficier de leur production. Le Cocoa Board, en tant qu’entité gouvernementale, intervient entre le paysan et le marché. Ce qui n’est pas le cas en Côte d’Ivoire où il n’y a pas de coordination qui permette aux institutions bancaires de traiter directement avec les entités afin qu’elles puissent avoir un financement pour les paysans. Cette expérience a fort bien fonctionné au Ghana où le cacao local est de plus en plus apprécié, même si la Côte d’Ivoire demeure le premier producteur mondial. En Côte d’Ivoire, la Standard Charte De l’importance d’une entité de coordination Evoquant la transformation du cacao en produit fini, voire l’implantation d’unités de transformation des fèves de cacao en chocolat, M. Hiren Singharay estime que tout devrait partir de la production jusqu’à l’exportation, puis ensuite interviendra sur le segment de la transformation. L’Indonésie, dont la production avoisine quelque peu celle de la Côte d’Ivoire, ne disposait pas de société de transformation de cacao. Mais la mise en place d’une entité de coordination a résolu ce problème, et aujourd’hui ce pays transforme une partie de sa production. Bon nombre d’actions doivent être menées pour une économie cacaoyère durable. La Côte d’Ivoire, qui avait pu réunir une vaste assistance venue du monde entier pendant ce forum de novembre dernier sur le cacao, espère que les débats fructueux qui s’y étaient déroulés puissent trouver une concrétisation. C’est aussi une priorité pour la Standard Chartered Bank et son directeur général des syndications et des crédits M. Hiren Singharay, qui, forts de l’expérience acquise au Ghana, nourrissent de grandes attentes sur ce secteur en Côte d’Ivoire. Jean-Claude Acke Secteur bancaire LeNigeria,locomotive de la sous-région . Le secteur bancaire connaît un essor certain en Afrique de l’Ouest, les analyses des spécialistes augurent un avenir plus prometteur. Si la crise a fragilisé les fondations de l’économie ivoirienne, le Nigeria consolide ses acquis après plus d’un quart de siècle de régime militaire pour renforcer sa position de solide leader de la sous-région dans le secteur bancaire, voire au-delà. De sorte, qu’il reste le principal acteur bancaire en Afrique de l’Ouest grâce aux performances de ses banques. Sur le triple critère du total bilan, du PNB (produit national brut) et des résultats, les banques nigérianes occupent les cinq premières places dans le classement des structures bancaires de la sous-région. Et ce n’est pas un hasard, si en une seule soirée, United Bank for Africa (UBA) a raflé trois prix cette année: celui de la banque de l’année décerné par Banquer Magazine, et la distinction de meilleure banque au Cameroun et au Sénégal. Sans mentionner les chiffres que certains analystes remettent en cause, on peut noter que Zenith International Bank, First Bank of Nigeria, Intercontinental Bank, United Bank for Africa (UBA), United Bank of Nigeria figurent au nombre des plus importantes en Afrique de l’ouest. Ces établissements bancaires sont dotés d’importants capitaux, qui leur permettent de faire une percée fulgurante dans l’espace francophone, notamment en Cote d’Ivoire. En effet, dans un contexte économique favorable, dont les analystes s’accordent à dire qu’il facilitera l’émergence de l’Afrique « comme sauveur du monde », le Nigeria rachète et s’installe durablement sur les bords de la lagune Ebrié. « Le monde s'enfonce, l'Afrique devient son sauveur. En 2013, les économies du continent devraient croître, tout comme en 2012, de plus de 5% en moyenne. Soit très nettement au-dessus de l'Amérique du Nord (environ 2,2 %) et d'une Europe (1,1 %) qui plonge chaque jour davantage vers la récession et le chômage de masse », peut-on lire dans une analyse assez optimiste d’un expert averti. Mais pourquoi la ruée vers la Cote d’Ivoire ou vers les anciennes colonies françaises ? La première raison ne tient pas seulement dans son poids démographique et économique, mais bien plus dans les ambitions du pays, qui se posent comme une puissance sous-régionale. « Pays anglophone enclavé dans un espace ouest-africain très majoritairement francophone, le Nigeria a traditionnellement fait preuve d'un esprit d'ouverture, (suite )p.14
  13. 13. Dossier CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 suite p.12 ( Secteur bancaire ) en se montrant à l'écoute des enjeux de ses voisins francophones », observait, le groupe interparlementaire d'amitié France-Afrique de l'Ouest dans un rapport disponible sur sénat.fr. La seconde, évidemment, tient à des raisons économiques. Les banques françaises, quittant peu à peu l’espace au profit de l’Afrique du nord (à l’image du crédit agricole), il y avait donc un marché à combler. Ainsi, Access Bank, UBA, Diamond Bank, Zénith Bank…prennent pied dans le pays. Si la crise postélectorale a perturbé les activités des banques, notamment à travers les casses de certaines agences, il n’en demeure pas qu’à présent avec le retour du pays sur le devant de la scène international, elles consolident leurs positions. Les rapports entre Abuja et Yamoussoukro étant au beau fixe, l’annonce de la revitalisation de la commission mixte ivoiro-nigeriane, et la construction de l’autoroute Abidjan-Lagos vont être des occasions d’accroitre la sollicitation des banques, mais aussi de parvenir ainsi à être un levain pour améliorer le taux de bancarisation et la contribution des nouvelles technologies. L Lassina KEITA e dynamisme du secteur bancaire ivoirien est en partie dû à la présence remarquable de banques étrangères. Sur un potentiel de 24 banques, près de la moitié sont d’origine européenne, américaine et africaine. En effet, le volume global des ressources des banques ivoiriennes s’est établi à 3 697,87 milliards FCFA en 2011, contre 3 136,32 milliards FCFA en 2010. Ce qui représente une progression nette de 17,9%. Au 30 juin 2012, le réseau bancaire ivoirien comptait 550 agences et près de 500 Distributeurs automatiques de billets (Dab) et Guichets automatiques bancaires (Gab). Pour y arriver, les banques étrangères ont fortement contribué à la vitalité du système bancaire nationale. Les raisons de leur affluence peuvent être appréhendées sous plusieurs angles. Un marché ivoirien encore attractif Malgré la décennie de crises, la Côte d’Ivoire conserve les fondamentaux de son économie et reste le pays leader de la sous région. Sa part de plus de 40% des richesses de l’Union économique et monétaire ouest africain (Uemoa) se confirme encore. Elle reste la seconde puissance économique après le Nigéria au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao). En plus, le président de la République Alassane Ouattara qui veut faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, a engagé de vastes chantiers dans le cadre du Plan national de développement (PND) 2012-2015. Dans la visée du ‘’Triomphe de l’Eléphant’’, un budget global de 11 087 milliards de FCFA en investissements publics et privés est prévus sur quatre années consécutives. Depuis l’année dernière, quelques chantiers ont démarré et cela devrait s’accroitre au 14 SECTEUR BANCAIRE: Les raisons de l’affluence des banques étrangères Depuis les années 60, des filiales de grandes banques commerciales françaises ont établi des bases en terre ivoirienne. Aujourd'hui la tendance reste toujours la même avec à la clé une diversité d'origine de ces institutions financières. fur et à mesure. Cette relance économique nécessite un secteur bancaire fort, non seulement pour accompagner la politique économique du pays, mais et surtout le secteur privé. C’est lui qui crée de la richesse et les banques doivent être présentes pour mobiliser l’épargne privée, financer des projets d’entreprise, refinancer l’économie, etc. L’on ne doit aussi pas ignorer la forte mobilisation d’investisseurs étrangers, à voir les dizaines de prospection économique en terre ivoirienne depuis l’atteinte de l’achèvement de l’initiative Pays pauvre très endettés (PPTE), le 26 avril 2012. Tous veulent participer à la reconstruction nationale et la relance économique. Des banques étrangères plus proches de leurs populations Cela ne date pas de maintenant ! Depuis les indépendances, les français sont venus créer des filiales de leurs banques en Côte d’Ivoire. On a encore la Banque internationale pour le commerce et l’industrie (Bicici) du Groupe BNP Paribas, la Société générale des banques de Côte d’Ivoire (Sgbci) de la Société générale (Sg) de France. Aussi, la Citibank s’est imposée N° 1 2 3 4 5 6 7 pour que les américains et ceux qui font affaires avec les Etats Unis d’Amérique soient plus proactifs. N’ignorons pas les britanniques avec la Standard Chartered Bank qui convient bien aux anglophones. Aujourd’hui encore, les ressortissants africains sont de plus en plus attirés par la destination ‘’Ivoire’’. On constate une très forte communauté nigériane en Côte d’Ivoire. Des commerçantes, des opérateurs économiques dans les fonctions libérales, et ceux qui sont dans l’informel. Il leur faut des banques qu’ils connaissent déjà. C’est ainsi que la United Bank for Africa (UBA) est arrivée en première position. Par la suite, le label Access Bank est venu remplacer celui d’Omnifinance. L’année dernière, deux banques nigérianes ont fait leur apparition sur le marché local. Il s’agit de la Diamond Bank et la Guaranty Trust Bank (GT Bank). En somme, ce sont quatre banques étrangères venant du Nigéria qui opèrent en terre ivoirienne. Lors de sa récente visite à Abidjan, du 1er au 2 mars dernier, le président nigérian Goodluck Jonathan, n’a pas manqué d’afficher une ferme volonté politique de renforcer la coopération économique ivoiro-nigériane. Le classement des banques par nombre d'agences Institutions CitiBank Origine USA Nombre d'agences 1 Standard Chatered bank Grande Bretagne 3 BSIC Lybie 13 UBA Nigeria 4 + 6 cash point Diamond Bank Nigeria 1 GT BANK Nigeria 1 BGFI Bank Nigeria 1 Plusieurs chantiers sont annoncés, notamment la construction de l’autoroute sur l’axe Abidjan-Lagos, en vue de faciliter les échanges commerciaux. Et la présence des banques du Nigéria en Côte d’Ivoire anticipe un peu les choses. A côté de cette frange de la population, les investisseurs de pays asiatiques et arabes se font bien remarqués. L’avènement de la Banque sahélo-sahélienne pour l’investissement et le commerce (BSIC) d’origine libyenne ne saurait être fortuit. Des arabes et musulmans se sentiraient plus à l’aise dans cette banque. Il y a même des interlocuteurs directs pour parler l’arabe en vue de faciliter les transactions financières. C’est option très stratégique… Jusque là, les ressortissants de l’Afrique centrale qui sont présents étaient comme isolés de leurs banques d’origine. C’est à juste titre que BGFI Bank, initialement détenu par des gabonais fait son entrée sur le marché bancaire ivoirien. Elle sera très bien accueillie par les investisseurs camerounais, congolais, gabonais et autres qui font aussi de bonnes affaires au pays. Une stratégie pour rapatrier les fonds L’une des conditions que les investisseurs étrangers regardent avant de s’engager dans un pays, ce sont les facilités de rapatriement de fonds. Un pays dont la réglementation est trop rigide ne saurait vraiment intéressé certains opérateurs économiques. En Côte d’Ivoire, l’affluence des banques étrangères conjuguent bien avec la présence de leurs ressortissants. Ces derniers voudront pour une raison ou une autre, transférer en partie et la totalité des bénéfices commerciaux dans leurs pays d’origine. Les banques étrangères où sont logés les fonds constituent les meilleurs canaux pour y aller. A titre d’exemple, un investisseur ‘’Ibo’’ (une langue du Nigéria- ndlr) peut facilement récupérer ses fonds à Lagos, par le biais de la banque qui a son siège là bas. Il en ait de même pour les opérateurs économiques français, anglais, arabes, etc. Avoir un compte dans une banque de son pays d’origine est option très stratégique… Même si le rapatriement des fonds n’est pas un délit, l’on pourrait à partir des banques d’origine étrangères contourner certaines règles en la matière. Attention à ne pas utiliser ces canaux pour des actions illicites qui seraient dommageables pour l’économie ivoirienne. Par ailleurs, le déploiement des banques ivoiriennes dans d’autres contrées du monde, notamment sur le continent africain reste très amoindri. JEAN-JACQUES AMOND
  14. 14. 15 Dossier CÔTE D’ IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 Téléphonie Mobile : Lesoutsider pourront-ils bouleverser la hiérarchie ? En Côte d’Ivoire, la téléphonie mobile reste l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie. Sur un total de six opérateurs, les trois premiers (Orange, Mtn et Moov) ont une longueur d’avance sur les autres. Comium, GreenN et Café Mobile ont-ils les moyens nécessaires pour inverser les tendances actuelles du marché ? Les opérateurs de la téléphonie mobile peuvent être classés en deux grandes catégories. D’une part, on a Orange, Mtn et Moov vu comme des ‘’favoris’’ du marché local avec de très fortes assises financières et de bonnes stratégies commerciales. D’autre part, il y a ceux qu’on pourrait appelés les ‘’outsiders’’ à savoir Comium, GreenN et Aircom (connu sous la marque Café Mobile). A la fin de l’année 2012, les statistiques de l’Agence des télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI) témoignent bien des tendances annoncées. Sur plus de 18,6 millions d’abonnés au mobile pour une population d’environ 20 millions d’habitants en Côte d’Ivoire, Orange CI détient près de 35% des parts de marché. Idem pour Mtn CI. Quant à Moov CI, il se retrouve avec près de 13% de l’effectif des abonnés de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. Dans la seconde catégorie, le groupe Comium qui détient la marque Koz affiche près de 10% de part, contre seulement 3% pour GreenN. En ce qui concerne Café Mobile (en activité depuis le 18 avril 2012), son occupation du marché n’a pu être prise en compte. Rappelons que cette répartition n’est pas le fait de l’année 2012 uniquement. Il y a quelques années déjà qu’Orange CI et Mtn CI se positionnent en leaders du marché avec Moov CI qui essaie tant bien que mal de se rapprocher d’eux. La hiérarchie semble donc bien établie. Pourtant, les trois autres acteurs ne doivent pas être ignorés parce qu’ils continuent de déployer des moyens et stratégies pour, eux aussi, se faire valoir sur le marché national. La stratégie des prix ne suffit pas. Comium, GreenN et Café Mobile essaient d’attirer les clients par la politique des prix. Ils affichent des tarifs relativement bas par rapport à la concurrence. Une action qui a des limites parce leurs parts de marché sont encore restreintes. Dans le système de la téléphonie mobile, les acteurs font des compensations financières pour les appels extra-réseaux. En avril 2012, Comium et GreenN comptaient respectivement 1.854.436 et 292.648 abonnés, tandis qu’Orange CI était à 6.228.894 et Mtn CI à 5.782.162 abonnés, selon l’Atci. Dans ces conditions, Comium et GreenN ne peuvent pas vraiment baisser leurs tarifs. Sinon, ils devront quotidiennement reverser d’importantes ressources financières à leurs concurrents. Ce qui fait qu’ils se contentent de réduire leurs tarifs que pour les appels intra-réseaux. De 0 F à une moyenne de 50 F Cfa la minute de communication. Si ces trois acteurs veulent réellement stimuler le marché local, il faut qu’ils partent au-delà des tarifs jugés plus ou moins attractifs offerts aux populations ivoiriennes. D’autres contraintes se présentent L'alternative est d’accroitre le réseau de couverture. Là encore, il y a des couacs. La téléphonie mobile est déjà saturée en Côte d’Ivoire. Les personnes en âge d’avoir un appareil portable, l’ont presque tous. D’ailleurs, le ministre de la poste et des Technologies de l’information, Bruno Koné, ne compte plus délivrer de nouvelles licences (7 déjà attribuées). C’est dire que ceux qui l’ont déjà doivent se battre pour capter ou s’arracher des clients. Le groupe Comium est, quant à lui, confronté depuis quelques années à des conflits de gouvernance au plus haut sommet. D’une part, on parle de la guerre des actionnaires entre l’équipe de Michel Hubert et la paire Mohamed Salamé et Eugène Diomandé (l’ancien Pca) qui est loin de se terminer. D’autre part, il y a le spectre de retrait de la licence par l’Etat ivoirien, sans ignorer les détournements de fonds et licenciements qui s’annoncent ça et là. Tout cela n’est guère favorable pour déployer des moyens conséquents en vue d’accroitre le réseau avec des parts de marché. (suite) p.17
  15. 15. 17 CÔTE D’ IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 TéléphonieMobile-Côted’Ivoire (suite p15) Tout cela n’est guère favorable pour déployer des moyens conséquents en vue d’accroitre le réseau avec des parts de marché. Avec un chiffre d’affaires de 41,381 milliards de F Cfa en 2012, Comium aurait pu gagner encore du terrain. Il reste malheureusement victime de mal gouvernance. Quant à GreenN, ses assises financières, soit 2,825 milliards F Cfa de chiffre d’affaires en 2012, ne lui permet pas d’aller plus loin. Il reste pour l’instant à Abidjan et six autres villes à l’intérieur du pays. Cela ne suffit pas pour faire bouger le marché intérieur de la téléphonie mobile. Le sort d’Aircom semble déjà connu. Il ne peut nullement influencer le marché avec ses deux agences à Abidjan uniquement. Cette année, il serait encore difficile d’aller plus loin… Et le label Café Mobile qui a l’allure d’être vite refroidi. Car, dès le départ, Café Mobile n’a pu faire une nette démarcation, faute de moyens financiers ou de politique Marketing ajustée. Dans ce contexte, il est clair que Comium, GreenN et Café Mobile auront du mal à s’imposer à niveau de la couverture réseau du portefeuille clientèle. Que dire de la 3G et des services innovants ? Pour prétendre stimuler le marché intérieur, les trois opérateurs doivent pouvoir se démarquer de la première catégorie grâce aux avancées technologi- ques. Il ne reste d’une seule licence 3G et l’Etat exige des conditions qui mettent d’office Comium, GreenN et Aircom en hors jeu. D’abord, il faudrait atteindre un taux de couverture nationale de 95%. Puis, l’opérateur de téléphonie mobile doit s’acquitter du règlement de la somme de 6 milliards de F Cfa. Des deux conditions cumulées, GreenN et Aircom sont non éligibles. Il ne reste que Comium qui peut payer le montant exigé mais n’a pas encore la couverture suffisante de réseau. Pourtant, Orange CI, Mtn CI et Moov CI sont en plein dans la technologie 3G et les populations en tirent déjà de réels profits avec les services Internet haut débit. Si les autres veulent gagner un peu plus de parts de marché, il faut avoir au moins la 3G. Ce qui est quasi impossible ! A côté de cela, les services de transferts d’argent, de mobile banking, de paiement de factures d’électricité-eau-téléphone fixe, et autres sont disponibles chez les trois leaders du marché. Ce qui n’est pas encore le cas au niveau de Comium, GreenN et Aircom. Un véritable désavantage car les populations ivoiriennes commencent à se familiariser avec les services financiers via mobile. Si les trois opérateurs veulent réellement bousculer la hiérarchie de la téléphonie mobile en terre ivoirienne, ils devront se mettre à fonds dans l’ère de la technologie. Cela parait tout simplement irréalisable en cette année 2013.
  16. 16. Management CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°23 - MARS 2013 18 Charles DABOIKO, Directeur Général de ECOBANK CI "Mettre plus d'accent sur les canaux alternatifs" avec des comptes dont l’accès sera plus large. Notre action inclura également des produits destinés à la population non bancarisée. Ecobank transnational incorporated (Eti) veut gagner le pari du panafricanisme. C’est pourquoi à travers son vaste réseau d’agences, elle a décidé d’aller encore plus loin en contribuant à élever le taux de bancarisation qui reste toujours faible en Afrique. Monsieur Charles DABOIKO, Directeur général de Ecobank CI évoque les grands axes qu’il compte développer d’ici 2015 en vue d’apporter une touche particulière au panafricanisme qui constitue un challenge . CÔTE D’IVOIRE ECONOMIE : En quelques mots, pouvez-vous nous présenter Ecobank CI ? Charles DABOIKO : Ecobank Côte d’Ivoire, en abrégé ECI, est la filiale Ivoirienne du Groupe Panafricain ECOBANK. Elle a été créée en Octobre 1989, suite au rachat des activités de la Chase Manhattan Bank. ECI a donc une présence de plus de 23 ans sur le marché national. CI ECO : Quel est le bilan de vos activités de ces trois dernières années ? CD : Au cours de ces dernières années, ECI a mis en œuvre la politique du Groupe qui a consisté à développer davantage la proximité avec la clientèle, afin de devenir une véritable banque de détail dont les activités couvrent tous les secteurs de l’économie. Cela s’est traduit essentiellement par un réseau d’agences qui s’est considérablement étoffé, avec un accroissement des dépôts collectés auprès du public et des concours octroyés à l’économie, avec à la clé, des bénéfices croissants sur la période. CI ECO : La période post-électorale a été difficile pour l’ensemble des entreprises ivoiriennes, notamment les banques. Comment l’avez-vous vécue et quelles dispositions avez-vous adoptées pour la surmonter ? CD : A l’instar des autres banques, ECI a souffert de la crise post électorale, avec notamment une forte détérioration de la qualité du portefeuille et une baisse des revenus à la reprise de nos activités en Avril 2011. Les relations de confiance que nous entretenons avec nos clients ont permis de trouver des solutions qui ont sauvegardé nos intérêts mutuels. Nous avons ainsi terminé l’année 2011 avec un taux de dégradation du portefeuille de crédits de 2% et une rentabilité en hausse par rapport à l’année précédente. CI ECO : Depuis plus de quatre ans, Ecobank CI est de plus en plus présente sur l’ensemble du territoire national. Qu’est-ce qui explique ce fait et quel est l’objectif visé? CD : Notre présence de plus en plus marquée sur le terrain participe de notre politique de transformation de la banque en une véritable banque de détail. Nous comptons ainsi nous rapprocher davantage de nos clients, non seulement à travers les points de vente traditionnels que sont les agences, mais aussi par le biais de canaux alternatifs. CI ECO : Votre présence suscite beaucoup d’intérêts auprès des populations ivoiriennes. Depuis votre prise de fonction à la tête de Ecobank CI, qu’avez-vous apporté de nouveau ? CD : En plus du développement du réseau que nous mentionnions plus haut, nous avons aussi amélioré notre offre de services. Tout en étant guidés par la volonté de satisfaire nos clients, Il s‘est agit particulièrement de remodeler des produits existants afin de les rendre plus attrayants et d’introduire des services innovants. CI ECO : Quelle est votre vision d’une politique managériale pertinente au sein d’une banque comme Ecobank ? CD : Dans toute entreprise et encore plus dans une entreprise de services comme Ecobank, une politique de management pertinente s’appuie sur une politique rigoureuse des ressources humaines. Nous nous appliquons à employer et à retenir les meilleures ressources, convaincus que cela représente un ingrédient important dans la délivrance d’un service de qualité à notre clientèle. CI ECO : De plus en plus, il est fait cas d’une politique du genre en entreprise. Comment appréhendez-vous cette question au sein d’Ecobank CI ? CI ECO : Au cours d’une rencontre avec la presse vous mentionniez que Ecobank CI est le numéro 2 en tant qu’acteur majeur du marché bancaire en CI. Quel (s) est (ou sont) le (ou les) critère (s) qui fonde (nt) votre position ? CD : Les critères les plus couramment utilisés pour mesurer la performance des établissements financiers sont le total du bilan, les ressources collectées auprès de la clientèle et les crédits octroyés à l’économie. Avec une taille de bilan de 640 milliards de FCFA, des dépôts clientèle de plus de 400 milliards de FCFA et des crédits de plus de 380 milliards de FCA, ECI a conforté sa place de numéro deux du marché au terme de l’exercice écoulé. CI ECO : Pouvez-vous nous donner des informations sur vos prochaines campagnes de communication ? CD : Nous avons une campagne actuellement en cours, qui est une campagne institutionnelle destinée à mettre en exergue le caractère panafricain de l’organisation. Nous comptons dérouler très prochainement une campagne produit spécifique, dont le but est de faire la promotion de nos prêts immobiliers à taux réduits, et avec des échéances de remboursement désormais allongées jusqu’à 20 ans. CI ECO : Développer votre rôle citoyen et améliorer la qualité de service demeurent quelques-unes de vos préoccupations à l’orée 2015. Pourrait-on avoir les granCD : La politique du genre est une réalité des lignes de ces programmes ? de notre action. Quelques chiffres à titre CD: Le rôle citoyen du Groupe est déjà d’illustration. Sur les 500 employés que une réalité. La Fondation ECOBANK est compte la banque, presque la moitié est en effet opérationnelle depuis quelques composée de femmes ; sur les onze dépar- années avec des actions à son actif. Cette tements du comité de direction, 40% sont année, ce rôle sera encore marqué par dirigés par des femmes. En direction de l’organisation d’une journée ECOBANK, notre clientèle, nous avons un volet genre au cours de laquelle toutes les unités du actif. Nous comptons en effet mettre en Groupe entreprendront une action autour place une ligne de financement dédiée d’un thème commun. Monsieur Charles DABOIKO, DG de ECOBANK CI spécialement aux PME dirigées par des femmes. CI ECO : Le nouveau siège de Ecobank CI ECO : Aujourd’hui, le taux de bancarisation en Côte d’Ivoire est faible, bien qu’il existe un nombre important d’établissements bancaires en CI. Comment Ecobank CI peut-il contribuer à élever ce taux ? CD : Notre réseau d’agences, qui comprend aujourd’hui 42 unités, continuera d’être étoffé en direction de nouvelles zones. Nous mettrons aussi plus d’accent sur les canaux alternatifs, CI est en construction. Pouvez-vous nous en parler ? CD : Après plus de 23 ans de présence sur le marché, il était plus que nécessaire pour la banque de se doter d’un siège qui reflète la position de la banque et sa confiance dans l’avenir du pays. Nous avons donc entrepris la construction d’un immeuble moderne dans le quartier des affaires, dont la livraison est prévue pour 2014. PPROPOS RECUEILLIS PAR Jean Claude Acke
  17. 17. Marketing CÔTE D’IVOIRE ÉCONOMIE - N°22 - FÉVRIER 2013 Les enjeux de développement du secteur bancaire et le rôle du marketing Contrairement aux autres secteurs reliés à l’économie d’un pays, la banque constitue un secteur particulier voire stratégique. son embellie est perçue comme révélatrice d’un développement certain de ce pays. Le marketing qui est une discipline proche de la consommation des clients se positionne dans la stratégie de ces structures financières pour booster non seulement leur rentabilité mais également pour favoriser la satisfaction des clients. Après deux décennies de profonde mutation observée dans le secteur bancaire un constat est fait. présence accrue de banque africaine en Côte d’Ivoire (Accès Bank- UBA- EcobancAfrixim….) développement des établissements de financement et de crédit diversification des produits bancaires Et plus loin, prise de conscience de la part de la population sur les biens fondés d’ouverture de compte bancaire. A déduire de ces observations que la satisfaction des clients est une réalité. En effet les besoins des clients se caractérisant par : La recherche effrénée d’information L’immédiateté des réponses à leur préoccupation L’interactivité entre les opérateurs bancaires et eux Interconnexion entre les différentes agences La prise en compte de leur préoccupation dans le processus de prise de décision La diversification des produits et services Est loin d’être perçues aux yeux des clients comme un acquis indéniable nonobstant les efforts marketing déployés par les banques pour les satisfaire. A savoir : Branding plus accrue des institutions Qualité de service Réseautage panafricain Diversification des offres Innovation à la pointe des nouvelles technologiques Relation de proximité Renforcement des capacités motivations des personnels Convivialité des produits Politique sociale Rotation du personnel Esprit de compétitivité Flexibilité administrative Qualités des conseils Compréhension des conseils Maximisation des visites rapidité des réponses Rapidité des réponses Confortabilité des centres d’accueil et bien d’autres actions menées. Des PME, PMI et certaines structures organisées de la place à la recherche de financement pour se développer ne voient pas la banque comme un véritable partenaire de développement. Elle n’emprunte qu’aux entreprises et oriente plus ses activités vers les structures d’une certaine catégorie. Pourquoi cela ? En effet cette assertion est partagée par un nombre non négligeable de dirigeants et collaborateurs dans les pays francophones font remarquer qu’au cours de de la dernière décennie, le marketing bancaire s’est essentiellement intéressé au marché des particuliers (prêt scolaires, prêt immobilier prêt funéraires, prêt mariage ou évènement (Tabaski-Noël-Pâques et autres). Pour redorer son blason et paraître comme Pour redorer son blason et paraître comme de véritable structure de développement il est important d’accroître la recherche marketing vers la satisfaction des besoins des entreprises. Il s’agira de mieux connaitre et segmenter le marché des PME et PMI ivoiriennes. Aller au-delà des critères classiques habituellement utilisés par l’ensemble des institutions dans les analyses et prises de décisions. Les nouvelles technologies qui font leur entrée dans la gestion de la vie des entreprises en général convient bien à la mise en œuvre de la politique de satisfaction des clients elles devraient permettre de rassembler et concentrer les riches informations à propos des clients, des biens bancaires vendus. D’utiliser le crédit scoring comme un moyen d’accepter automatiquement des dossiers d’un demandeur de crédit. De contrôler et de suivre la gestion du marketing, d’utiliser la courbe d’expérience appliquée aux banques de mettre en cause la segmentation traditionnelle du marché en tenant compte des critères inherents aux biens bancaires : Le crédit à la consommation Les services de règlement standarisé Opération des crédits mobiliers Il est à noter que ce progrès technologique à réellement impacté le fonctionnement des banques. Une nouvelle forme de rapport avec les clients caractérisée aujourd’hui par le transfert de d’argent en ligne communément appelé e-money. On parle beaucoup plus de désintermédiation bancaire. A tout cela s’ajoute un élément important dans le secteur bancaire et financier il s’agit de la concurrence à la fois interne au secteur (les banques entre elle-même) et externe au secteur (entre les banques et les maisons d’assurance et les grands distributeurs (cartes privatives)). Les objectifs fondamentaux des banques qui sont de conquérir et de fidéliser les clients doivent tenir comptent de trois facteurs essentiels dans leur approche marketing. À savoir : La rentabilité : introduire des principes de qualités du top à down de l’organigramme. La concurrence : afin d’éviter la faillite elles doivent tenir compte de la qualité des produits et des services proposés. L’évolution des attentes de la clientèle : les clients sont devenus de plus en plus sensibles aux erreurs et aux incidents. Intangibilité, l’inséparabilité, l’hétérogénéité et la périssabilité des produits et services bancaires doivent faire l’objet de considération exceptionnelle dans les processus de prise de décision. Au-delà des objectifs financiers à atteindre annuellement, les banques comme les grandes entreprises du monde industriel, sont appelées à mettre au cœur de leur stratégie l’épanouissement des clients. Gage nécessaire pour la pérennisation de leurs activités de génération en génération. Contribution de M. Jean Emile SOSOO, Société Intelligente Marketing ( SIM) 19

×