Réflexions épistémologiques : nouvelles
aproches pour la logique
communicationnelle
PRATIQUES CULTURELLES DES JEUNES ET...
Un modèle dominant: la balle
magique
Médias de massess Les audiences
Les contenus et les moyens de les interpréter
sont exportés
• SXX modèle dominant de communication pour un demi-
siècle: ...
Les communications change
• Vous voyez la TV?
• La TV et ses migrations digitales: TDT, online,
dans la poche
• C’est quoi...
Ils doivent changer les façons de les
comprendre (pour classifier une myriade de pratiques)
• De nombreux concepts sont pr...
Centralité de l’usager
• Récepteurs actifs, utilisateurs, partenaires: il fait
des décennies que personne ne leur attribue...
Quel acteurs, avec quel degré d’
activité?
a) Dans la communication de masse
– (contrôle: «Messieurs du réseau" -tradition...
Qui parle de ça?
Les académiques (théoriser avec enthousiasme)
Les entreprises (obtenir bénéfice de l'économie et de la
so...
Besoin de clarifier le débat
• The Centre for European Policy Studies, Bruselas (mars 2014): “Prospects,
Challenges and Li...
Confusions conceptuelles
• Accès: avoir présence (des groupes sociaux dans
la production de contenu) / aux technologies et...
Participer au pouvoir
• La participation, dans la théorie et la pratique démocratique:
– Minimalistes (restreignent la par...
Utopies, contreutopies, distopies
• Idées centrales dans la culture occidentale depuis 500
ans:
– Organisation de la socié...
Ciber utopies y distopies à la nouvelle
communication
• H. Jenkins et autres/ E. Morozov
• Déjà vu: dans l'histoire de l'é...
Réflexions épistémologiques : nouvelles aproches pour la logique communicationnelle
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Réflexions épistémologiques : nouvelles aproches pour la logique communicationnelle

279 vues

Publié le

Certaines considérations pour actualiser la théorie de la communication

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Réflexions épistémologiques : nouvelles aproches pour la logique communicationnelle

  1. 1. Réflexions épistémologiques : nouvelles aproches pour la logique communicationnelle PRATIQUES CULTURELLES DES JEUNES ET MOUVEMENTS SOCIAUX DANS LA MÉDITERRANÉE: UNE NOUVELLE ÈRE? Miguel de Aguilera Universidad de Málaga
  2. 2. Un modèle dominant: la balle magique Médias de massess Les audiences
  3. 3. Les contenus et les moyens de les interpréter sont exportés • SXX modèle dominant de communication pour un demi- siècle: le cas de la télévision (média de fluxe, pratique collective –famille, le pay-, liée à l’écra de la TV, ...) et de sa façon dominante de l’interpréter (E actifm R passif, avec des effets sur le plan des idées et des comportements) • Qui se réfère à une théorie du pouvoir les émetteurs peuvent influencer les récepteurs (masses); mais, le développement de ces théories: du pouvoir de l'E (MCR, économie politique) à la puissance du message (sémiotique) jusqu’au récepteur (usages et gratifications, les études culturelles): les audiences actives, les usagers, les partenaires • (à la sociologie: structure versus agency théorie de la structuration)
  4. 4. Les communications change • Vous voyez la TV? • La TV et ses migrations digitales: TDT, online, dans la poche • C’est quoi aujourd’huila TV?Et quoi “voir la TV”? • YouTube, streaming, download, TV connectée, second screen, webs de TVs/ 4 écrans, multitask, … Téléspectateur 2.0 (spect-actor)
  5. 5. Ils doivent changer les façons de les comprendre (pour classifier une myriade de pratiques) • De nombreux concepts sont proposés pour baser leur compréhension, énoncés depuis plusieurs points de vue: médiations, la cyberculture et la culture numérique, la convergence, hybridations, remix, simulation et ludologie (jeux vidéo), ... • On dévellope des grandes narratives • Crucial: qui énonce, dans quel cadre théorique et quel contexte social (institutionnel et organisationnel), à quel logique professionnelle obéi • Entre la réalité et le discours; qui au même temps aide à éclarcir, confus et construit (construction sociale de la réalité)
  6. 6. Centralité de l’usager • Récepteurs actifs, utilisateurs, partenaires: il fait des décennies que personne ne leur attribue pas une nature passive, en leur reconnaissant plus ou moin niveau d’activité • Media literacy: – compétence interprétative (et la participation imaginaire), se les approprier, les trouver et les utiliser dans des contextes (travail culturel) – capacité critique – modifier, commenter, recommander – compétence expressive
  7. 7. Quel acteurs, avec quel degré d’ activité? a) Dans la communication de masse – (contrôle: «Messieurs du réseau" -traditionnels et nouveaux-) – Professionnels de industries culturelles – Professionnels non intégrées, qui trouvent leur modèle d'entreprise et niche de marché – Professionnel-amateur (pro-am) – Des privés: créer, modifier, diffuser / discuter et reproduire – Tous, dévloppant notre "diète médiatique" (je vois ce que je veux, quand, où et comment je veux) b) Dans les communications interpersonnelles – La mesure dans laquelle nous sommes prosumer (Toffler) ou produser (Bruns)
  8. 8. Qui parle de ça? Les académiques (théoriser avec enthousiasme) Les entreprises (obtenir bénéfice de l'économie et de la société collaborative, en plus de faire marketing) – Webminding, coolhunting, crowdsourcing, prosumer (aux jeux vidéo), User-driven innovation, remix, mash-up chercher le valeur ajouté, touché des target concrets – Engagement (implication) y viralización (participation à la difusion) – La Generation C(YoutubersGoogle) • Les politiciens: “empowerment” des citoyens (le “pouvoir” une autre foi: ds theorisations dans le cadre des différents point de vue)
  9. 9. Besoin de clarifier le débat • The Centre for European Policy Studies, Bruselas (mars 2014): “Prospects, Challenges and Limits to User-Centric Approaches in the Digital Information Society” (http://www.eurocpr.org/call-for-papers- current.html) • The aim of EuroCPR2014 is to examine whether user-centric European information society policies are serving the interests of the (European) consumers/citizens, whether the rhetoric of European information society policy is aligned with implementation, and how user-centric policies can better inform market practice and policy making. What is the contribution of users to our information society/economy and how can this be integrated in research, business decisions, policy making, and especially in multi-stakeholder approaches? • En bref: il y a une argumentation trop euphorique par rapport à l’empowerment, la participation, la création et les autres? • Dans quelle mesure? Quelle est la façon dont ces questions sont mises en œuvre pour le développement économique et démocratique? • Ce qui vient en premier, la poule ou l'oeuf? (Entre la réalité et le discours)
  10. 10. Confusions conceptuelles • Accès: avoir présence (des groupes sociaux dans la production de contenu) / aux technologies et les contenus: fracture numérique (base: media literacy – capital symbolique) • Interaction: de l'interactionnisme symbolique (co- construction de la réalité dans les milieux sociaux) à la communication homme-machine et homme-machine-homme • Participation: Théorie du pouvoir et de la démocracie représentation (délégation) versus participation (co-décision)
  11. 11. Participer au pouvoir • La participation, dans la théorie et la pratique démocratique: – Minimalistes (restreignent la participation -mais pas dans les pays rivaux-): les néoconservateurs – Maximalistes (augmenter de la participation du public au pouvoir et à la prise de décisions): anarchistes, marxistes, Nouvelle Gauche, la démocratie délibérative • Extension de la démocratie au-delà des sphères instituées pour la pratique de la politique: genre et famille patriarcale comme exemples (micro – macro) • Médias et pouvoir symbolique • De la démocratie télévisée au pouvoir dans les médias • De Voice of America à Twitter et Facebook dans le printemps arabe et le 15M
  12. 12. Utopies, contreutopies, distopies • Idées centrales dans la culture occidentale depuis 500 ans: – Organisation de la société (solidarité versus homo homini lupus? Culture de prédateur et de victime?) – Usage de la technologie (outils) pour traiter la connaissance et l'information (du projet de l’Illustration -la connaissance accessible à tous avec la presse et de l'éducation, l'intelligence collective - // au darwinisme social et la technologie au service de la croissance économique) • La nouvelle réalité, entre l’utopie et la contreutopie ("Société de coût marginal nul", J. Rifkyn): qui la dirige, et vers où? (et construisant ainsi la réalité)
  13. 13. Ciber utopies y distopies à la nouvelle communication • H. Jenkins et autres/ E. Morozov • Déjà vu: dans l'histoire de l'étude et du débat sur les médias, on a demandé: – Servent-ils à promouvoir la démocratie et à permettre aux gens de participer à la vie publique? – Ou à renforcer l'inégalité et l'hégémonie des élites? – Pluralisme d'idées versus culture monolithique?

×