WeotherReport
KeithJorrett ù!
ChickCoreo 1
uàl"rW
HerbieHoncock
John
 gillE"H, - John
DoveBrubdèkChetBoker I
GerryMulligon...
E)GOSEHISTOIREDU JMZ - le 13.06.1998
- SuzanneHUG
- Eric Stark
- Nicolas
pApilrr-LfBfBop
NEW-YORI(DEBUTDESANNEES40. LA REV...
II LES INFLUENCES
Bien sûr celane c'estpas fait tout seul.Commedanstous lesmouvementil y eu des
précurseurs:
- Roy Eldridg...
1) la guerre
7 DécembreI94l: L'attaquede PearlHarborprovoquel'entréeen guerredesEU. Cette
guerreva accélérerl'évolution de...
rvlE I,IEU
En outre si I'on a parléd'autresclubsayantabritéI'effervescencedespremièresannéesdu
bebop,notammentle Monroe's ...
V LA CONTESTATION
Le nouveaucourantexploseen 1945et la révolution gagnebientôt lesmondeentierexportant
avecellele scandale...
VI LES APPORTS DU BEBOP
- a) harmoniques
- b) mélodiques
- c) rythmiques
Aux grandsorchestres,le bebopva préfererlespetite...
LES GRANDS DU BEBOP (voirci-ioint)
VIII CHARLIEPARKER
XIX DIZZY GILLESPIE
X TI{ELOMIOUS'MONK
)il KENNY CLARKE
Autour de ce...
CHAPLII DAEKIE _ ..BIQD'"
- 29.08.1920: KansasCity
- 12.03.1955: New-York
Oir ne saitpassi le suinom de CharlieParkervient...
En 1944Parkercommenceà enregistrersoussonnom et l'annéesuivantegravelesimmortels
siilonsqui allait assurersaréputation.Sur...
- uneimaginationsanslimite et un goût du risque.Bird sejettait dansl'improvisation comme
certainsgrandsflambeursde casinos...
- Principauxpartenaires: - Dizzy Gillespie
- Miles Davis
- Max Roach
Fiims: Bird Now (1987)deMarc Huraux
"
Bird (1988)de C...
TtlELCÀtlCUS ,|toflK
- 10.10.1917:CarolineduNord
- il.oz.l982 : New-jersey
Monk estun personnagequel'on a trés souventqual...
Aprés1972d disparaitdudevantdelascèneet seréfugiedanslemutismejusqu'àsamort.
SONIMAGE
Dégainebohème,goûtprononcépourleslun...
- particularités: - jouait lesdoigtsà plats
- tous sesbluessonten sib
- enquartetteMonk joue toujours pour l'exposition de...
KINNY CLAPKE _ ".KLCCK"'
- 09.01.1914: Pittsburgh
-26.01.1985: Paris
Sonsumomde,Xlook" lui estvenuà caused'unedesesfigures...
1948il joue SallePleyelà Parisavecle grandorchestredeDizzy Gillespie(concertqui fait
datedansI'histoire du Jazz.
Il euau c...
JC}]N BIPKS GILLESPIE _ ."DIIIY""
- 21.10.1917: Carolinedu Sud
- 06.01.1993: Englewood
Il reçu le surnomde ,pizzy" (pris d...
On le rencontreensuitedanslescabaretsde la 52èmeRue associéavecOscarPettiford à
I'Onyx ou CharlieParkeret Max Roachau Thre...
SON IMAGE
Gillepsieétait un amuseurné et uneinfatigablebêtede scène.Tandisque la plupatt des
bopperscultivaientuneimageéli...
XII CONCLUSION ET TRANSITION
Mais la véritablerévolution qu'était dansle mondedujazz,f imrption du bebopallait produire
pa...
L ' H I S T O I R E D U J A Z Z
Lesannées40
c s r ri r r g . r l r r i i r l t t i l t t t ô t t t t 't ' o t l r l t t i ...
L E S A N N É T S 4 0
s i r l i o r rr r i g r r l i i ' r ' r ' r l r rs r ri r r gp o r r lr : t t i c rr r r r tr r r u...
L ' H I S T O I R E D U I A Z Z
I _
Lesannées50
:-.,:,:r_
r:-|r'irgrrrcrrlir.tlirrrslr:surrrlrics50.'Jlrrrrlisr;rrr,lr.
l]...
L E S A N N E E S 5 0
prér'icrrct'srlt: ['n't"jaz.z.lt lr t t t lt r ' lit l' t t t iot tt lt ' lit t ttttsir;trt,
( ' o u...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier bebop (jazz)

463 vues

Publié le

Dossier bebop (jazz)

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
463
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier bebop (jazz)

  1. 1. WeotherReport KeithJorrett ù! ChickCoreo 1 uàl"rW HerbieHoncock John gillE"H, - John DoveBrubdèkChetBoker I GerryMulligon Connonboll HoroceSilver Modern Jazz Jozz ssWftnWoodyHermon ..tlù.IsrsTi$ xsw 'ni$-Ï$'iN')$$ -u$New Orleqns $igevivql W R$.$.t-$$ry"hnnyHodses TommyDorsey HorrvCorÀey CootieWilliomi BennyGoodmon DiqnooReinhordt'Lioiel Hompton Art T boogiewoogie NEOBOP
  2. 2. E)GOSEHISTOIREDU JMZ - le 13.06.1998 - SuzanneHUG - Eric Stark - Nicolas pApilrr-LfBfBop NEW-YORI(DEBUTDESANNEES40. LA REVOLUTION LE FABT.TLETXTO{'RNANT QUI OWRE LA PORTEAU JAZZMODERN. I INTRODUCTION Au seuildesannées40,e Jazz(qu'onappelle aujourd'hui Mainstream)estarrivé à un tel degrédeperfectionqu'il sembleimpossible de continuerà évoluerou tout au moinsde faire mieux dansla mêmedirection. Le swinget lesBig Band (BennyGoodmann)triomphentdansle mondeentier. Mais il estdevenuunegigantesqueentreprisecommerciale(servantde labelpour cigaretteset diversautresproduits). Le lazz estpour ainsidire confisquépar le show Businessà desfins de divertissementet risquaitde tomber dansla routine. Et c'est cetteroutine qui parait pesanteauxjeunesmusiciens.Ils estimentque lejzzz.pratiqué alorsavaitétéexploitéjusqu'à I'extrêmelimite disponibleet quelessolistestournaientenrond à l'intérieur desmêmesformulesharmoniques,desmêmestypesd'a:rangementssur le même backgroundrythmique.Il estwai que le répertoireconçu spéciaiementpour la danselaissait de moinsenmoinsde placeaux solisteset à l'improvisation. Faceà cetteinertie,certainsmusicienscherchentde nouvellesdirectives.Aprés le travail alimentairede la soirée,ils seretrouventpour lesjam-sessionsla nuit danslesclubsde Harlem. La musiquequ'ils créèrentflrt appeléedu nom mytérieuxde bebop(ou rebopou Bop) probablementd'aprésuneonomatopéeutiliséepour scatterdansle nouveaustyle(Cf Biographie deDizzy Gillespie- To be or not to bop).
  3. 3. II LES INFLUENCES Bien sûr celane c'estpas fait tout seul.Commedanstous lesmouvementil y eu des précurseurs: - Roy Eldridge (trompette) - Clyde Hart (piano) - LesterYoung (saxoténor) - JimmyBlarton (basse - JoeJoneset Dave Tough (batterie) - Charlie Christian (guitare) Mais égalementdesmusiciensillustrescommeArt Tatum (piano),ColemanHawkins, Count Basie. Pour quedesmusicienscofirmecequeje viensde citer, qui comprennaientlesfondamentaux du bebopsemettentàjouer le bebop,il n'y avait qu'un pasà franchir,maisce simplepasleur semblaitencoreun goufte. En vérité il fallait l'énergiede nouveauxvenus,dont la réputationétait encoreà faire et qui n'avaientrien à perder.Et ce sontdestels musiciensparmislesquelson compte: - Charlie Parker -Dizzy Gillespie - ThelomiousMonk - Kenny Clarke pour lesplus célèbresqui seretrouvaientaux petitesheuresde la nuit. Aucun d'eux n'avaient conscienced'inventer le bebop.Ils n'étaientquedejeunesmusicienstalentueuxet rebellesqui voulaientjouer sanscontrainte. III LE CONTEXTE SOCIO-HISTORIOUE Indéniablementle bebopestné avanttout d'un besoinde renouvellementdu langage.Mais on ne comprendraitpastout à fait si l'on faisaitabstractiondesèvènementssocio-historiquesde l'époque,c'est à dire du fait quele beboprefllètait à safaçon le sentimentde frustation revendicatriceéprouvéalorspar unegrandepartie desNoirs Américainssurtout chezles jeunes.
  4. 4. 1) la guerre 7 DécembreI94l: L'attaquede PearlHarborprovoquel'entréeen guerredesEU. Cette guerreva accélérerl'évolution de la mentalitécollectivedesNoirs enrendandchezeux plus aiguela consciencedè I'injustice de leur condition. D'une part ils sontmobilisésen grand nombre,d'autre part le développementde I'industrie de I'armementva entrainerunenouvelle migrationverslesgrandesviiles du Nord et de I'Est, où beaucoupdeNoirs vont trouver du travail bienpayé.Mais ils ne vont pastarder à s'apercevoirquel'améliorationde leur statut économiquene leur permetpasde sortir desghettos.On verra alorséclaterdesémeutes racialesà Chicago,Détroit maissurtout Harlem en 1943(lesNoirs mettentà saclesmagasins tenuspar lesblancset s'opposentauxpoliciersblancs).Bref lesNoirs comprennentqueleur contributionà I'effort de guerredu paysn'a rien changéà la situation. Deux anecdotes: - le 23janvier ... 19Duke Ellington donnesonhistoriqueconcertde CarnégieHall, premier orchestredejazz,uniquementnoir (on y jouera le célèbre,Black Brown andbeige". - A peuprésà la mêmeépoque,Dizzy Gillespieconvoquéau Conseilde Révision,s'y présentenu, maisenserrantsoussonbrassatrompette enveloppéedansun sacenpapier. DéroutéscesMessieursle dirigentversla CommissionPsychiatriqueoù on lui demandece qu'il pensedela guerre.EtD'vz! répond: ,,Ecoutez,qui est-cequi m'a fait chier,qui m'a emmerdéjusqu'au cou dansce paysdepuistoujours heim ? : lesBlancs,personned'autre. Vous venezme parlerde I'ennemi,lesAllemands.Moi je veux bien,maispersonnellementje n'en aijamaisrecontréun seul.Alors si vous m'envoyezau front avecun fusil entreles mainset I'ordre de tirer sur I'ennemi,je suiscapablede faire un transfertd'identité ence qui concernela cible". Voilà doncpour situerI'atmosphèrequi régnaità cetteépoque. En margedu malaisede la sociétéaméricainedonc, lesjeunesmusiciensnoirs s'interrogentet seréunissenttard la nuit enpetitesformationspour inventerde nouvellesrèglesdanslesclubs de Harlem.
  5. 5. rvlE I,IEU En outre si I'on a parléd'autresclubsayantabritéI'effervescencedespremièresannéesdu bebop,notammentle Monroe's Uptown ou encoreI'Onyx dansla 52èmeRue,tous les témoignagess'accordentquantau lieu qui fut waiment sinonle berceaude la nouvelle musique,tout au moinsunecouveuse: LE MINTON'S PLAYHOUSE, unepetite boite qui s'était ouvertedans1â118èmeRue Est à I'initiative de Henri Minton (ancienSaxoet Chef d'orchestre).Ii y installacoûrmegérantun autreancienchef d'orchestre: Teddy hiil lequel engageaun quartette: - plano - batterie - basse - trompette ThelomiousMonk Kenny Clarke Nick Fenton JoeGuy et encouragealesmusiciensà venirjouer enjam-sessions. - Deux interviewsde Kenny Clarke : ,uA.uMinton, rien n'était écrit. Tout était libre et improvisé.Jecrois bienque c'était la premièreexpériencede musiquelibérée". ,,Tousleslundison mangeaità l'oeil. Le lundi s'étaitjour de relachepour lesmusicienset Teddy avaitpenséque s'il y avaituneboite ouverteoù ils pourraientmangergratuitement,ils viendraientaussijouer gratuitement(1963). Petit à petit lesmanièresfort peuhabituellesde Monk et de Clarkeattirèrentau Minton's une fouie dejeunesmusiciensenquêted'un nouveaulangage.Le guitaristeCharlieChristiany installaun amplificateurà demeure.Le trompettisteDizza Gillespiey fit desvisitesde plus en plus fréquentes.Au mêmemomentauMonroe's Uptown seproduisaitunjeune saxophoniste alto, CharlieParker,qui avait déjàfait sensationau seinde l'orchestrede JayMcShannà KansasCity. Monk et ClarkeallèrentI'entendreet le ramenèrentau Minton's. Découragéspar de nouvellesrèglesdujeu qui lesdépassaient,lesmusiciensswingfurent bientôt exclusdeslieux. La nouvellegénérations'était constituéeen véritableélite et multipliait lesbizareries harmoniquessur lestemposlesplus enlevéspour tenir éloignésles indésirablesde leursjam-sessionsexpérimentaleset éliminerlesmusicienstechniquement insuffisants. Cesjeunescontestataires,qui avaientfait leursclassesdanslesgrandesformationset cherchaientà réagir contreleslimitationset lescontraintesdu travail enBig Band commencèrentà afficherplus ou moinsleur point de we (chezCootie Williams ou Earl Hines) avantqueBillie Eckstinene leur ouwe toutesgrandeslesportesde sonBig Band.
  6. 6. V LA CONTESTATION Le nouveaucourantexploseen 1945et la révolution gagnebientôt lesmondeentierexportant avecellele scandalequ'elle constituaitpour lesespritsobtus.Car si le bebopinove et ofte un vocabulaireneufà l'improvisatiorUil dérange.Il suscitacheznornbredejazzrnenclassiques u4eréactiond'incompréhensionet d'hostilité. Les musiciensde swing sesentirent personnellementinsultés.Même Louis Armstrong pourtantbon enfantjoignit savoix aux réprobationset parla,d'accords bizarresqui ne veulentrien dire,, ajoutant,,onretientpasles mélodieset on peut pasdanserdessus". En FranceHuguesPanassié(peineà scierpour Boris Vian), célèbrecritique et présidentdu Hot Club de Franceprit la tête d'une véritablecabalepour dénoncerle bebop,contraireselon lui auxnormesdujazz. Cesréactionsne fi.rent d'ailleurspasétrangèreau succésdu New-OrleansRevival qui ramena sur le devantde la scènelesvétéransde la Nouvelle-Orléans. Pourquoile bebopdéranse-t-il? Le beboprevientau racines,au blueset puisedanslesstandardsqu'il métamorphoseet rebaptise: - How High The Moon Ornithology - Cherokee Ko-Ko - All The Thingsyou are Bird Of Paradise - Indiana DonnaLee - JustYou Justme Evidence - Lady Be Good Hackensack -What Is This Thing CalledLove Hot House En fait le plaisirdesbopeursconsistaitenpartie à déguiserlesstandardsde façon à lesrendre méconnaissablesmêmepour leursamateurslesplus fervents.Quandil pouvaientpiègerune stardu swing, ils estimaientqu'ils étaientsur la bonnevoie.
  7. 7. VI LES APPORTS DU BEBOP - a) harmoniques - b) mélodiques - c) rythmiques Aux grandsorchestres,le bebopva préfererlespetitesformations.Et c'est sousle double signede I'expérimentationet de la compétitionquele bop s'élabora. VII LES EVENEMENTS PERTURBATEURS Il faut égalementpréciserquesi le phénomènea fait I'effet d'une bombeen 1945,c'est que I'on peut dire quejusqu'à cettedatele bebops'élaborapresqueconfidentiellementet ce pour detx raisons: - D'abord |ASCP (SociétéAméricainedesCompositeurs,Auteurs et Editeurs)semit en grèvepour interdiredansle paysla diffirsionradiophoniquedetoute musiquedéposéechez elle. - En Août 1942,le SyndicatnationaldesMusiciens(AmericanFederationof Musicians) décrétaunegrèvedesenregistrementsqui durajusqu'en novembre1944. Cettegrévenenousa laisséqu'une petite partiede bandesartisanalesinsuffisantespour nous faire une idée exactede ce fabuleux tournant pris par la musiquenoire américaineau début des années40. Toujours est-il qu'emmenépar deuxgrandssolistescontmeCharlieParkeretDizzy Gillespie et par despianistenovateurscommeThelomiousMonk, par unegrandechanteusecomme SarahVaughan,,laDivine", la vaguebebopdéferlasur le mondeentier.Destournéesfurent organisées.Norman Grants(producteur)commenceà organiserle lazz At The Philharmonique (JATP). Le bebopdevientmêmeunemodevestimentaire,illustréespar Dizzy Gillespie: lunettes rondes,béret,vesteampleet barbiche.
  8. 8. LES GRANDS DU BEBOP (voirci-ioint) VIII CHARLIEPARKER XIX DIZZY GILLESPIE X TI{ELOMIOUS'MONK )il KENNY CLARKE Autour de ceschefsde fi.le,nombrede solistesremarquablesont contribuéà forrnertmeécole qui porta souventlejazz verssessommets: - Trompettistes: - Saxophonistes: - Pianistes: - Batteurs: - Bassistes - Arrangeurs LesGrandsorchestresduBEBOP: Il fautciter: - - FatsNavaro - Howard Mc Ghee - Kenny Dorham - Miles Davis - SonnySlitt - Lou Donaldson - SahibShihab - Leo Parker - Bud Powell - Art Haig - JohnLewis - Max Roach - Art Blakey - Ray Brown - CharlieMingus - Walter Fuller - TaddDameron - GeorgesRussel
  9. 9. CHAPLII DAEKIE _ ..BIQD'" - 29.08.1920: KansasCity - 12.03.1955: New-York Oir ne saitpassi le suinom de CharlieParkervient de ,,Yatdbird" (bleu en langagemilitaire) ou s'il s'agit d'une métaphorepoétiquepour désignercelui qui volait au dessusde tous et de tout. Charlie Parker était le fils d'un artiste de Music-Hall du Kansasqui quitte le foyer familial vers 1931.I1estchoyépar samère,Addie (qui le destinaità une carrièremédicale)qui lui interdit de faire depetits boulotspour gagnerde I'argentcommelesautresgosseset lui donnetout ce qu'ellepeut,y comprissonpremiersaxophone(45,--$). QuandCharlieatteint l'âge de 14ans,elleobtientun travail de femmede ménagede nuit et I'adolescentenprofite pour hanterlesclubsde KansasCity, où il écoutedessaxophonistes commeBen Websteret LesterYoung qui devientsonidole. Charliequitte alorsl'école et consacretoute sonénergieà l'étude du saxoqu'il apprendtout seulà samanière.Il apprendà jouer sur toutes lesclefset I'art de la tranpositiond'une clef à uneautre.Il essaiede mémorisertous lessolosdeLester Young. (C' estégalementà cetteépoquequ'il commenceà s'adonneraux droguesdures).Il s'exerceavecpassion,convaincuque sesméthodessontles bonnes - un excésde confiancequi l'exposaparfoisà quelquesdéconvenues. Incident du Reno Club 1937.IJnenuit au Reno Club pour épaterla galerieParkeressayede changerde clef au milieu d'un furieux I got Rhythm - exercicequelesmusiciensplus expérimentésquelui trouvaient difficile - et s'ernbrouillelamentablement.Jo Jones(Batteur de Count Basie)parachève I'humiliation en lançantunecymbaleà sespieds. 1937.Il estrecrutépar JayMcshann (aveclequelil jouerajusqu'en 1942)avantd'échouerà New-York où il sefait d'abord embauchercommeplongeurdansle cafeoù jouait saseconde idole, Art Tatum (CafeJimmy's ChickenShack). Il sefait renvlrquerdanslesjam-sessionsde Harlemet ne tardepasà rencontrerlesquelques autresmusiciensNew-Yorkais qui oeuwaientdansla mêmedirection : Kenny Clarke, ThelomiousMonk, CharlieChristianetDuzy Gillespie. En 1943il estrecrutépar Earl Hinesetjoue avecDizza Gillespie.Les deuxhommes s'associentet deviennentie pharede la 52èmeRue (1944-1945).A ce stadede la vie de ParkerI'alcool et la droguelui posaitdéjàdesproblèmesprofessionnels.Mais si sesdéfautsde ponctualitémettaientsacarrièreen danger,sonimaginatiorl elle,ne faisaitqu'améliorersa musique.
  10. 10. En 1944Parkercommenceà enregistrersoussonnom et l'annéesuivantegravelesimmortels siilonsqui allait assurersaréputation.Sur desbouts de papieravantlesscéances d'enregistrements,il $ffone desmélodiesqui allait devenirdesstandardsincontournables pour lesJazz.meî du mondeentier. Sesimprovisationssur lesthèmescontme,Now's The Tirne,Billie's Bounceet Koko" étaientdesétalagesde virtuosité techniqueet d'énergie, proposantdesphraséset destimingstoujours imprévisibleset empreintsd'une atmosphèrequi nepouvait descendrequedu blues. L'annéesuivanteParkerintégrela formation de Dizzy Gillespieau EastCoastClub de Billy Berg (Hollywood). Aprés 2 mois le gourpesesépareet tous lesmusiciens(saufParkerqui avaitvendu sonbillet pour seprocurer de la drogue)s'en retournentà l'est. Charlierestedonc surplaceet signeavecRossRusselpour le labelDIAL (six Albums phénoménauxcomprenant notamment(Night in Tturisia- Ornithology et Yard Birde suite- Lover Man) Mais sonétat physiqueet psychiquesedétérioreet il esthospitalisépour depressionneryeuse au CamarilloStateHospital (uillet 1946à Janvier1947). 11revienten 1947avecun quintetteformé deDuke Jordan,Tonny Potter, Max Roachet Miles Davis). En 1949il réaliseun de sesrêves: travailleravecdescordes. Mais le nnnque de succéspublic, la drogue,la maladieajoutéeà uneinsatisfactionpermanente vont détruirelesdernièresannéesde savie. Lorsqu'il mourut en 1955il était déjàentrédansla légende- BIRD LiVES. Ou'est-cequi caractérisele jeu de Charlie Parker ? A l'écouteBirds'imposetoutd'abordpar: - sasonorité: dureet agressive.Une puissancepeuco[rmune. Utilisation parcimonieuseet pertinentedu vibrato Emploi d'un bectrés ouvert. (annecdoteracontépar CharlieMingus à propos de Konitz) - salibertérythmiqueet sonapprochenouvellede la décompositiondu temps.On doit à Parkerdesinovationscapitalesau niveaurythmique: Parkerutiliseune accentuationqui porte alternativementsur le tempset à l'intérieur du tempset qui en outre exploite avec rigueur lesdiftrences d'intensitéentrelesnotes.Certainesnotesne sontpasréellement expriméesmaisplutôt suggérées.
  11. 11. - uneimaginationsanslimite et un goût du risque.Bird sejettait dansl'improvisation comme certainsgrandsflambeursde casinosejettent danslejeu. Sonhabiiitétechniquemiseau serviced'une penséetrésmobileet rapidelui permettaitd'improviser dansdestempos avoisinant360 à la noire. Il nejouait pasla mêmechosesur le mêmethèmed'une fois à I'autre. Parkeravait un senstrés aigu de la tonalité. - il seplaisaità opposerdiatonismeet chromatisme,cultive certainsglissements mélodicos-harmoniquesau moyend'accord de passage. Parkerlui-mêmeracontaitavoir eu la révélationharmoniquedés 1939,lorsqu'il découwit la possibilitéde greffer surchaqueaccordprééxistantune sériede notescomplémentairesdans I'octave supérieure.Cettesuperstructurede I'accord étenditconsidérablementle champde libertéde l'improvisateur.I1racontaplus tard : ,, Jecontinuaisà penserdansmatête,maisje n'arrivaispasà lejouer. C'est entravaillant sur Cherokeequej'ai trouvé : en utiiisantles intervalleshautsd'un accordcommeunelignemélodiqueet en lessoutenantavecdes changements(d'accord) appropriés,j'étais capabledejouer ce quej'avais entendu.Jeme suis mis à reviwe". L'influence de Bird sur lessaxophonistesmaiségalementtous lesautresinstrumentistes(que l'on a souventcomparéeà l'influencequ'avait eu20 ansplutôt Armstrong) fut telle quele pianisteLennieTristanoa pu dire quelquesmois avantla mort de Bird : ,,S'il voulait invoquer leslois sur le plagiat,il pourrait poursuiwe presquetous ceux qui ont enregistréun disqueau coursdesdix dernièresarurées. TITRES - SaltPeanuts- Hot House(1941 avecDina) - Billie's Bounce- Now's TheTime - Ko-Ko (1945) - Ornithology - A Night in Tunisia- Lover man(1946) - Embraceableyou - Don't BlameMe (19a7) - Parker'sMood (1948) - LeapFrog - Relaxingwith Lee (1950) - All The ThingsYou Are (1953)
  12. 12. - Principauxpartenaires: - Dizzy Gillespie - Miles Davis - Max Roach Fiims: Bird Now (1987)deMarc Huraux " Bird (1988)de Ciint Eastwood
  13. 13. TtlELCÀtlCUS ,|toflK - 10.10.1917:CarolineduNord - il.oz.l982 : New-jersey Monk estun personnagequel'on a trés souventqualifiéde surréalisteet énigmatique(peu enciinà parierde lui ou de samusique).Il a fait coulerbeaucoupd'encreet déroutéautantpar soncomportementquepar sonoeuwe. Monk apprendle piano déssapetite enfance(5 ans)et asseztôt il accompagnesamèrequi chanteà I'Eglise (le gospela d'ailleurs influencésonjeu). Aprésplusieursannéesde bohème au coursdesquelsil travaiila avecunegrandevariétéde musiciens(ex. quartettedu batteur Key Purnell 1939)il commenceà fréquenterle Minton's Playhouseoù ii travailleavecKenny Clarke. Il effectuesespremiersenregistrmentsavecColemanHawkins (1944) avantd'enchainer plusieurscollaborations,qui le mènerontjusqu'au Big banddeDizzy Gillespieen 1946.C'est aussià cetteépoquequ'il rencontreBud Powell qu'il conseilleet encourage. Hélassonascensioneststoppéenet en 1951lorsqu'il sefàit arrêterpour usagede droguece qui lui vaudraun séjourde 2 mois enprison et le retrait de sacartede travaii pour 2 ans. A sasortiede prisonil estdonc interdit de séjourdanslesclubs,maisheureusementon I'accepteà nouveaudanslesstudioset il commenceà graversescélèbresimprovisations.La célèbreBaronneNica de Koenigswarterlui fait doucementremonterla penteet il apparaitau Salondulazz àParisen1954(lère TV 1956). Il fait un retour triomphal en1957 au fameuxFive Spot deNew-York avecColtrane.En 1958 on l'a:rête à nouveau(passéà tabac)et il sevoit retirer à nouveausacartede travail pour 2 ans. De 1959à 1970il travailleavecCharlieRouse: - 2 concertsenregistrés: - 1959Town Hall - 1963Philharmonic Hall A partir de i951 il joue en quartette(tournéeen Europeet au Japon). 1970I seproduit au côté de sonpère(batteur) 1971TournéeenEuropepour lesGiantsof Jaz"
  14. 14. Aprés1972d disparaitdudevantdelascèneet seréfugiedanslemutismejusqu'àsamort. SONIMAGE Dégainebohème,goûtprononcépourleslunettesnoireset leschapeauxexentriques.Solitaire, marginaletrebelle.Personnagesanscompromis SAMUSIOUE Exerceunevéritablefascinationsurlesjeunespianistes. - Coltranedisait: ,,Lorsqu'onrataitunchangementd'accord,onavaitl'impressiondetomber dansunecaged'ascenseurvide". - WhitneyBalliet(CritiqueauNew-Yorker)écrivit: ,,,A.entendresesbrusquesécartsonwoyaitmanquerladernièremarchedansI'obscurité". Toujoursest-ilqueMonkavaituneperceptiontoutepersonnelledutempsetdel'espace. Samusiquebousculeàlafoislamélodie,I'harmonieetlerythme.Il porteauplushautpoint I'art deladissonance.C'estdanslesmorceauxlentsquelabeautémélodiquedesthèmesde Monkestlaplusécidente(grandinspirédutempolent). Cen'estpaspourdenqu'avecseulementunesoixantainedecompositionsenregistrées,parmis lesquellesoncompte: - SweetLorraine(1941) - Evidence,Misterio(1948) - SweetAbdKiverky(1952) - SmokeGetsIn yourEyes,OffMinor (1954) - BagsGroove(MilesDavis1954) - PlaysDukeEllington(1955) - TheUnique(1956) - Monk'sMood,CrepusculeWithNeilie(1957) - DarknessOnTheDelta(1963) - RoundMidnight(morceauleplusjouédelafin desannées80) il soitconsidéréparlesmusicologguescommeI'un desplusgrandsmusiciensdusiècle,toutes musiquesconfondues,l'un desplusoriginauxet desplusrévolutionnaires. OnI'a souventbaptisé,,legrandPrêtredubop"etil enatoujoursrefusél'étiquette.
  15. 15. - particularités: - jouait lesdoigtsà plats - tous sesbluessonten sib - enquartetteMonk joue toujours pour l'exposition de la mélodie enmêmetempsquesonsaxophoniste(chosehabituellementprohiM - par leslois de 1'accompagnement). Principauxpartenaires: Art Blakey JohnColtrane Johny Griffn CharlieRouse Film de Bertrand Tavernier : Round Midnieht
  16. 16. KINNY CLAPKE _ ".KLCCK"' - 09.01.1914: Pittsburgh -26.01.1985: Paris Sonsumomde,Xlook" lui estvenuà caused'unedesesfiguresdestylefavorite. TeddyHill racontaittoujours: ,,Désquej'ai ledostourné,ii partdanssontruc là : Klook-mop!Klook-mop. KennyClarkefut incontestablementlegrandrévolutionnairequiremitenquestionnon seuiementlejeu maisaussilerôledelabatterie. SA CARRIERE : Songoût pour la musiquelui vient de samèrepianistequi le laissamalheureusementorphelin à l'âgede 6 ans.C'estun professeurde l'écoleprimairequi l'initia tout d'abordau saxalto, puis au saxbarytoq à la trompette et toujours au piano.A 11ansil n'initie aux tambourset entredansun orchestreà l'âge de 14 ans.I1s'en suittoute unesériede collaborationsavec notammentGeorgesHornby, Leroy Bradley,Yeter Pillar, FreddyGreen. En 1936il part pour New-York. EdgarHayesl'engageen 1937(1er enregistrementau xylophone). En 1938il entredansI'orchestrede TeddyHill (enmêmetemps queDizzy Giilespie).Il travailleégalementavecLouis Armstrong, Billie Holiday. En 1941il enregistreavecCount Basie,maissurtoutjoue au Minton's où sedérouleles jam-sessionshistoriquesqui réunissentJoeGuy, Nick Fentonet TheloniousMonk. On y entendégalementCharlieParkeretDizry Giilespie,CharlieChristian. 1943-46il estmobiliséfioue du trombone). A sonretour il accompagneBiilie Holiday, SarahVaughanet enregistreavecbeaucoupde musciens(Tadd Dameron).
  17. 17. 1948il joue SallePleyelà Parisavecle grandorchestredeDizzy Gillespie(concertqui fait datedansI'histoire du Jazz. Il euau cours de sacarrièreénormémentde contactavecdiftrents musiciens: Miles Davis, CannonballAderley,$ook, Horace Silver,OscarPettiford, Lee Konitz etc... 1956.I1s'installeà Parispour jouer avecI'orchestrede JacquesHélian et seproduit alorsavec de nombreuxmusiciensfrancaisdont StéphaneGrapelli. 1957ienregistre avecMiles Davis la musiquedu Film de Louis Malle ,$scenseurpour 1'Echaffaud'0,travailleavecBud Powell, StanGetz, ChetBacker etc.... SON STYLE : Kenny Clarkea incontestablementsaplaceparmi lespèresfondateursdu Bop. Contrairementà ce qui sepassaitchezlesbatteursde swing, sesschémasrythmiques intervenaientde manièreirrégulière,la grossecaisseet la caisseclaireétantutiliséespour fournir desaccentuationsentrele tempsde la mesureplutôt quepour soulignerceux participantsdirectementà la pulsationde base. Mais laissonsKenny Clarkenousexpliquerluimême sadémarche: Interview de Kenny Clarkepar Maurine Cullaz pottt lazz Hot en Jun 1976. ,J-echangementradicalquej'ai établidanslejeu de la batteriesesitueau niveaude la grosse caisseet de la cymbale.Jesuisparti de la constatationsuivante,c'est que si l'on veutjouer sur la caisseclaireavecla main gaucheet frapperla cymbalecharlestonde la droite on estobiigé de croiserlesbras.Il estdifficile dejouer ainsilongtempstout en conservantunecertaine souplesse. J'ai doncpenséqu'il était préferablede maintenirle tempo trés fermementmaistrés |égèremeentavecla maindroite sur la cymbale(ride). La maingauche,sur la caisseclaire(ou surun destoms) et le pied droit sur la pédalede la grossecaissetravaillenten étroite collaboration,fournissantlesaccentuations,lessyncopesqui relancentsansarrêt lessections mélodiquesdu grandorchestreou le soliste. Quandà la charleston,ellemarqueenprincipeI'after beat. Lorsqu'onjoue le tempo sur la cymbaletout estclair. Celalaissele champlibre aux ensembles et au soliste,qui disposentde beaucoupplus de libertépour improviser. Le solistepeut alorsbougersur le tempo, stimulépar lesaccentuationssur la caisseclaireet la grossecaisse." Kenny Clarke influençabon nombre de batteurs dont Max Roach et Art Blakey.
  18. 18. JC}]N BIPKS GILLESPIE _ ."DIIIY"" - 21.10.1917: Carolinedu Sud - 06.01.1993: Englewood Il reçu le surnomde ,pizzy" (pris de vertige,loufoque) à causede sesfacétiessur scène,la manièrehilarantedont il présentaitsamusiqueet sesmusiciens,l'incongruité et la volubilité de sesimprovisationsen scat. SA CARRIERE Gillespieétait le benjamind'une famillede 9 enfants.Sonpéremaçonde sonétat et chef d'orchestreamateurencourageasapassionpour la musique.Il obtint uneboursepour le LaurinburgInstitue où il apprit conjointementla trompette (il avaittaté du trombonependant I'adolescence)et le piano ce qui lui permit d'acquérir unescienceharmoniquequi allait être décisivedansle bop. Dizzy commençapar imiter Roy Eldrige avecunetelle réussitequ'il finit par remplacerson idoledansl'orchestrede swingde TeddyHill en 1937.Il s'associeensuiteavecCabCalloway jusqu'à ce quecedernierle renvoiepour chahutsintempestifs. Récit de I'incident : En 1941au coursd'un concertun destrompettisteslançadesboulesde papiersur le percussionniste.L'une d'elle atterrit tout présde Cab Callowayqui était entrain de chanter.A la fin du concertil accusaDizzy qui pour unefois était innocent.Il I'attrapapar le reversdu vestonet le menaçade I'envoyerdanslesrosess'il n'avouait pas.Dizzy ne prit pasla menace au sérieuxet Cablui envoyasamaindansla figure. Dizzy s'en allaet revint avecun couteau. Le percussionnisteMilt Hinton eujuste le tempsde dévierle gesteDizzy et la lametoucha légèrementla cuissede Cabdont le beaucostumeblancsetâchade sang. C'est au coursde la collaborationavecCallowayqu'il rencontrepour la premièrefois Charlie Parkerlors d'un concertde sonorchestreà KansasCity. De sapremièrerencontreavec ParkerDizq dira : ,,Birdjouait le bluescommepersonneau monde.Plusvite quequiconque au monde.Les clefsn'avaientaucuneimportancepour lui. Jeme suisdit, voilà I'homme. J'étaisconvaincuquej'avais devantmoi le Jésusde la musique.Nous avonsjoué toute la joumée. J'en ai oubliéde manger.J'ai mêmeoubiiémon travail avecCab".. En 1942il estdanslesrangsde I'orchestrede Earl Hinesoù il rencontreCharlieParker,Sarah Vaughanet Billy Eckstine.
  19. 19. On le rencontreensuitedanslescabaretsde la 52èmeRue associéavecOscarPettiford à I'Onyx ou CharlieParkeret Max Roachau ThreeDeuces(1945 - Hot House).La même annéesil enregistrelespremièresfaceshistoriquesdu bebopqui le rendentcélèbre. En l946,il créesongrandorchestreavecintégrationd'élémentsafro-cubains(ChanoPozo) où défilent : Monk, JohnLewis, Kenny Clarke,JohnColtraneinterprétant desarrangements signésTadd dameron,JohnLewis ou encoreGeorgesRussell. Cettephalangefait découwir apréslesEU le bebop etle jazz.afro-cubainà toute I'Europe (concerthistoriqueSallePleyelà Parisen fewier 1948). A proposde la musiqueafro-cubaneDizzy écrivit danssonautobiographie,,To be or not to Bop" : ,,Lesgensdu calypso,de la rumbade la sambaet desrythmeshaitiensont tous reçu un héritagecofilmunde la mèrede leur musique,le rythme.Le rythme fondamentalparceque Mama Rythme,c'est l'Afrique. Malheureusementlesdifficultéséconomiquesne lui permmettentpasde maintenirle groupe au delàde i950. A partir desannéess},Dizzy estconstammententournéeet seproduit en descontextes diftrents : soliste,chefd'orchestredepetitesou grandesformations.Il sedistingueau siendu JATP. Il joue et enregistrebeaucoupencompagniede Roy Eldridge, StanGetz, Sonny Rollins,Duke Ellington, OscarPeterson,Count Basieetc... En 1956le Départementd'ètat lui demanded'être l'Ambassadeurdu Jazzdansle monde entieret au EU. Dizzy constituealorsun orchestreavecdesmusiciensde culture et d'ethnies diftrentes. On y verraapparaitrele tout jeune Quincy Jones. Ambassadeurdu Jazz Gillespiemilita toute savie pour lesdroits civiquesdu peuplenoir, pour l'égalité de tous les artistesindépendammentde leur raceet pour la reconnaissancede la musiqueafro-américaine commeart majeur. Il feraégalementparlerde lui en annoncantsacandidatureà la présidencede la république (1960et 1972)proclamantqu'il rebaptiseraitla Maison Blanche,Jvlaisonbleue",nommerait Miles Davis à la tête de la CIA, Duke Ellington cornmeSecrétaired'Etat et Maicom X Ministre de lajustice. En 1992pour la premiérefois il ne peutmonter sur scène.On diagnostiqueun diabèteet trn cancerdu pancréa.Sonétatsedégradevite et ii décèdele 06.01.1993.
  20. 20. SON IMAGE Gillepsieétait un amuseurné et uneinfatigablebêtede scène.Tandisque la plupatt des bopperscultivaientuneimageélitistedestinéeà un cerclerestreintde connaisseurs,Giilespie étaittout disposéà s'extérioriser. Sonhumour surréaiisteet satenuevestimentairebohèmedevinrentdesmodèlespow le style hipster: Béret, lunettesnoireset barbichettefi.rent un tempsI'uniforme du Jazz.On commercialisamêmedesproduits soussonsnom. Satrompettecoudée: la petite histoireracontequ'au coursd'une Ëte d'anniversairedonnée pour Lorrainesafemmele 06.01.1953,quelqu'uns'assitsurla trompettedeDizzy et le paviilon en fut tordu. Gillespieaimele résultatparce-quedisait-il,, j'entends le sonplus vite." En conscéquence,il sett dessinerun instrumentcoudéqui devint sonimagede marque. Il faut égalementpréciserque s'il n'a jamaiseu de problèmesde droguecofilmeunegrande partiede sescontemporains,il le doit pour beaucoupà I'influencede safemmeLorraine. SON STYLE : Dizzy étaitun techniciennhorspair, trés à I'aisedanslesaigus,traçantdesarabesques incroyables.Il s'affirma commeun improvisateurd'unejustesseétonnanteet d'une fantastique inventivitédansdestemposvertigineux.Il contribuaactivementà la fusionlazz eTmusique latine. TITRES IMPORTANTS : - A Night In Tunisia(1946) - Manteca(1947) - Grovin'Hight - ThingsTo Come - Woody'n You - Bebop - Con Alma BIOGRAPHIE : To Be Or Not To Bop
  21. 21. XII CONCLUSION ET TRANSITION Mais la véritablerévolution qu'était dansle mondedujazz,f imrption du bebopallait produire par réactiondeuxmopvementstout à fait fascinants: - le New-OrléansRevival(dont nousavonsdéjàparléprécédemment) - et un autremouvementqui allait faire date.Il s'agissait1àplutôt d'une évolution du bebop, orientéevers un sonplus doux et une rythmique moins haletante: LE COOL JAZZ
  22. 22. L ' H I S T O I R E D U J A Z Z Lesannées40 c s r ri r r g . r l r r i i r l t t i l t t t ô t t t t 't ' o t l r l t t i s( , r r r r r t y , ^ i t 'I l l l l - s t ' r r r l r l i r i ti t t s t t t ' n i r s s i r l l l cr r l l l i r r r l c sl t t t t t é t ' sj l 0 . l t r i s ' c r rr r r i s o r rr l cs o t ts t t c t ' i ' s .t : t ' s l r ' l t ' l c r r t l i r i li t r l c r c r r i lr r " l ' r i t i t i l " l , i r s s r " s .n l r g r ' o l t I r 'r l t ' j t ' t t r t c st t t t t s i c i t ' t t sr l t ' l r i g l r i t l r r l s . ; r i u ' r r r il c s r l u c l so t t l t ' o t t v i t i {l t ' l l o r t t p c l t i s t r ' l ) i z z r( i i l l c s p i t ' . I c s i r r o p l t o t r i s l r '( l l r i r r l i t 'l ' i t r l i t ' r 't ' l l c g r r i l i t r i s t r '( l l r r r r l i t ' ( l l r r i s l i l r r t .l o t t t t r i ' t ' t ' t r ll i tp i t g t ' .l l s i ' l t r r r l i l t ' r r ll c t ' r ' g i s l r cl t i t t - r r r o n i r l r r cr ' 1i r r l l o r l t r i s i r t r t lr l r 'l i t t l i s c o t t l i r r r r i l ir l i r r r sl r rl r r r l - t940 lr brtteur Kenny Clarke marquc la tnesure avcc les ornbrles, de prc'fèrcrrcci h Sfosr crrssc.cc qui lrri permer urreplrtsgrrndc luplcsse , v t l l l l l l ( l l t ( c t t94l Lessolosde Charlie Parker passerrtdrrnrurnurcaLtcri,dtt blues langoureuxau ternpo frénétiquc, dc lr rugosiréà h grâcc. cl I csprcc rlc qrrcltlucs clrortrs. Le virtuoseBud Powell est lc pianisrel.op le plus influent. Sesnrélocliesde la ntrin clroitc ressemblentà dcs solos d'irrstrtrmentsà venr. 1944 l.e hartcur Max Roach tlonne rtnc di nrension nrlstérieuse ii (€rtâ[rs ellreglsrrcmenr crucirnrxde (lirarlic l)arker 1942 1943 urrcacccrrtulriottplttsvrriit. Ben Webster, rérrorisrei h sonorité éclrrrtrte, rejoirrt l'orchcstredc [)trl<eEllirrqtonqui, dans lesannées4(). entre dans sa période la plus créative. Jimmy Blanton, lejeunebsisre d'Ellington. trmsfornrele rôlede la base.Il joueda contrernélodis, Prsque comme un guitariste, derrièrels solists. Charlie Christian, Ie guiraristevedettede Goodman. fondareur de la guitare bop et initirteur de l'amplificarion. iouc un rôle clé dans Ie nouvcatt mouYenent en expérimentant dcs harmonies inhabituelles. Il meurt leune. Le Minton's, un club de la 108' Rue où les stars du su'ing adoptent un sryle plus décontracréet où Kentry Clarke est invité à former un orchestre maison. Il réunit quelques-unsdes jeunc musiciens insarisfaitsqui vont rransfornrcr le jazz-. Les boppers augmentent les accordsde bæe et improvisent sur les notes hauts. I{oss Russell, le biographe de Charlie I'arker, appelleracela" surfer sur l'écunre ds accords u. Lionel Hampton, barreur ervibraplronistespecrrctthire. estl urrdesIrtttsicicnsclesuirtg L'Onyx lournit à Dizzy Gillespie et Max Roach l'une clespremièresoccæions de jouer du bebop ensemble prolssion nellcment. lnsuccès commercial du bebop,maisI'Amériqueest surle piedde guerreet une nouvelletaxe sur les cabarets incitelespromoteursà Préferer lespetiresformations- un encourâgenrentpourIebeboP. Earl Hines, lrianisreet chef d'orchesrresrving.engage (iillcspieer I'rrlicr. A Ia frn de l année, Coleman Hawkins enregistre à nouveau.Ii n'esrpas bopper. nraisla nouvelle musi<lue âtilre sacurroslte Les batteurs de bop ont un appareillagepiussinrple,un son pluslégeret plusnen'eu, urilisantlagrossecaisseà conrretenrps(Paf I '-* u bonrbes') ct non plus pour ntarqucr la rlestlrc l,r tccltnitluclrrclric.lt Thelonius Monk et ses corupositiorrsdépotrillées dcvierrdrontdcs classiclrres du xx'sii'cle. Hau,kinsréaliseles premien enregistrements dè bop aprèsI'interdiction. .!,,4r0/o' r.ntÉ-. B(* .lolft new orlæ !:=lî{ Par contrecouP, le bop provoque une renaissance nosraigique du vieux son nerv-orleans. Le corrrettistevétéranBunk Johnson fait sespremiers enreglstrements, De jeunesmusiciensafro- améric:inspluspolitisés commencerltà reieter les stéréotypes racistes du show-biz.. Grève dc lfunerimrr Federation o[}v4usicians,pour obrenir ttn meilleur pourcentagesur les ventesde disques. conrretenrps(paf I u bonrbes') ct non 2 8
  23. 23. L E S A N N É T S 4 0 s i r l i o r rr r i g r r l i i ' r ' r ' r l r rs r ri r r gp o r r lr : t t i c rr r r r tr r r u s i r ; r r r 'l c r r r l r r r . . li'irgrtrr,rrtric.irrrrlrigrrii.rlrrinivolrrtiorrrrir lu r'orrr;rosiliorr t,t I c . l l c r l c s o l ot l t ' l o u s l c s i r r s l r r r r r r c r r l s .l ) i r l l i c r . r : r rf ' r r tl c g l i r n r l 1 , r ' ô l r r . r ' i s i o r r r r i r i r r ' .r r r i r i sl t ' l r c l r o l rr r i r r l r r i lr l c sl r o n l t ' - ' ( ' t ' 5 ( ' i l t ( ' i l l sr r r r r s i ( . t r r t rt . { s o r . i 0 - i ' r : o r t o r r r i r ; r r r . si t r r l r r i l sP i r r . l i t S.t:'rrrlc(lrr.r'rrrrrr'rrrliirlc.l,.s irrlisrr:srk' slr.* -lriz.l'rrr- irrrri:r'it:irirrsrrcscsirlisIlistri.rrlgrlrrstlrrr.ôk'tlrr',rrl.rrr.[iri- siril.itrrrcr'.l)crrtlrrrrlrrrrlr:rrr1):.lcjtzz scrrrirrgirrirli.sir. Prrker conrnreson orlbre l.t'Par l*iurtrlrc ëffiq, !NIRff t945 chanrcurBilly Eckstine vienrla prcmièrepopstar ire.f)'inrporrrnrsboppers rr parriedesonorchestre. rromperrisreMiles Davis, jeuneérudianrdel'écolcde nrusique.fuilliard,suir 1946 Certrins orchcsrrcsr.lcsrvirrg évoluenr vers une sone de bcbop pour grandc fornnrion, en uriiiunr parfoisun nrarériausemi- clsique. Vood;, Herman en est I rtn Jc: nrcillcursillrrsrrrrcurs.l-c wophonisreStan Getz fait scsdéburs, gns s'occuperdu passé. Dizzie Gillespie, l rudrcieux et spiriruel virruoscde la tromprre. Son orchestre de 19.{6 cxplore le bop cr h musiqucde dansccubaine h muique afrocubaine fait un nralheurà New brk. Ir iiinranche de l)âques,un bal mambo, avec cinq orchatres larins, durera 24 heur* nns inrerruprion. Louis Armstrong presenre sonAll-SnrsauNm York'sTowr Hall. Des (( progressistes )) commeStanKenton roient dc marier I'audaceds big bands à la rigueur da onseruatoires, recherchant ainsi le starut d'an . sérieu t947 Le blues rural s'esrurbanisé depuis la fin des années30. Bluescr jazzdansanrsc cornbinenr6,p5 l3 " jump music u, utt avent-goùt du rock, illusrréepar Louis Jordan. Miles Davis et I'arrangeurGil avec de jeunes interprères comme ItlilesDaviser Theloniuslrlonk On invenre le terme cubop pour désigncrun méhnge de musique crrbaineet de bebop 1948 Stan Kenton cngagetlcs brrreurs dc l orchesrrealiocubaiu Machiro et frir un rtrbcavec Il Peanut Vetdor. Chano Pozo, le percussion- nistecubain, éronnele public er lesmtrsicicnsde l'orchestrede Cillespie per son jeu polyryth- mrque er son chant emprunté à des ritueis afriains. Sa arrière ct brutalemenr inrerrompue par LttrcorrPde lerrclrnsunc rixc à Hrrlcnr en 1948 Rarc apparirions de l'orchstre Birrh of rhe Cool de À,1ilesDavis et Gil Evansau Royal Roost de New York. Le public reste froid ; les musiciensrendenr l'oreille. lrs rencontrsJazz at the Philharmonic, organiséespar I'impresarioNorman Granrz, sonr maintenant àes pèierinaga annuels où les stars jouenr avecla même décontractionque dans une jam-ssion. 1949 Mary Lou Williams, une brillante pianistcct conrposirricc, do'ient une 6gure signil'icarive du mouvement bop. Elle se produir avecl'orchcstrccle Cillcspie er aide de nonrbreux jeunesmusiciens. , r r r .i ^ , i l N l l ! f N a T t o 4 a ! l i ' 4 t ' I l Le festival de jazz de Paris de 1949 accueilleCharlie Parker et d'aurrs vederrs du bop, saluô comme les rois du izz oar les fans. Ce succèsleur révÉleque le nouvau ju susciredes oassions en Europe. Birth of the Cool ët gravé. n t ruI F I 'esse ièbre wing, r Seconde Guerre rondiale s'achève.Hiroshimr noncc l'èrc aronricluc.I-c lz nrodcrnc, séduir rruc emière bcat generatiott. Le bop devienr une sous- culture - aveclrarbicherres, bérers,jargon propre et inrérêr alliché pour l'art nroderneer la phikrsophic cxisrentirlisrc; lcs L'islam er la recherche de racines culturelles plus profondes infiuencenrde rrornbreuxafro-anrérioins. Qucltlrresnrusiciensprennent ocs noms musulmans. a +à, 2 9
  24. 24. L ' H I S T O I R E D U I A Z Z I _ Lesannées50 :-.,:,:r_ r:-|r'irgrrrcrrlir.tlirrrslr:surrrlrics50.'Jlrrrrlisr;rrr,lr. l],11(-,,.1:l:i,';.l,1rr,li; rtrrr'L,l,r.lro;rscsr.irrrlirirr.rrlrirrrll,o;rr.l -lit7'7r't'tl' l''ll.s'ili'rrt irrrssilir .riir.rrirrisirri.rrrrr.r,,,,,,,ri',;,,, itlttr-111111"r'1,.lirrt'arr.lririrlrrcrlirrrsrk.rr.rrlirtr:lirrrrs1r1y1y1151 rl'rrrrr'ôté'l. rr'.j.trl. r,rrr. srr'r('rrr'('rlirrrsr.s'r.lrriè*.s r,.r- 'l'ourrrée de Stan Kenton à traversles Érars-Unis(avecun grand orchestresemi- svmplroniquc): Inrrovarionsin lVlodern Music Orchesrra. Frank Sinatra ravit à Bing Crosbl,le tirre de chanteur È nrieux payé des Étars-Unis en srgnantun contrar de plusieurs rnillions de dollers pour la radio. Le Modern Jazz Quartet est lornré par quarre nrusiciens de I'orchestrede Dizzi, Ciillespie,sous la direction du vibraphonisreMilt Jackson.On.y rrouve Ic pianisre fohn Lewis. l-esnréthodcsd irrrprovisarion linéaires,en demi-reinte, du pianiste Lennie Tristano Une école de jazz esr iirntléc j N.l I':k 1'rr Ic guru du cool. tf,n,re I nstano. l)rrnri les ensergt)anrs: Lre Konitz et Varne Marsh. Gerry Mulligan, suo baryron cr arrangeur, s'associeavecCher tsaker dms une déliqte forrnati<rr conrrapunrrquesanspiano. Succès cornnrercial. Le nouveau son est bapriséVcsr Coasr. Horace Silver, pianisre-composi- teur. lillce un nouveaurnouvemerrr, le hrrd bop.- fusion de hebop, rhr.thnrantJ ^ blue{ er rnspirent l'écolecool nlontf,nte. st le creusetd'une version sofi du bebop, dominéeparlei Blancs.Le nom oe ceftercglonresteraartachéà toureformede jazzcool. a i-----i i t. I-----........_..- ';_i----i:---.--i ! Ir dé'eloppemenrdesdisgues .,/ry{IE+,siê!itonguedirée.n.ou,ng.bJ[. i i-,---;-,1Ë Ellingronà composerdessurresà -Ë ûil:i,î:ï:îï[ a,r.s,arse forme pour une tou.née canadienne.Bird, Dizzy, Mingus, Bud Powell ei Mu Roach sonr enregistrésen direct au Mæsey Hall àe Toronro. Bill Haley, chanreurcounrry. enregistreRochAroundtbeCbck. puis un autrevtbe,ShaheRanlz !!/ Roll écrirpariechanteurde bluesBigJoeTurner. L'enregistrementprosrese.Ir ! La premiire bombe H est IIC d.. disques" viivle,.st I expérimentéesur un atoll du lf yd: itremicrosinong i;#;.. ô;l:'oil'.#'Ë,i ,,$:.,1:l';,:"ndelibenéaux f l*i:'ly.i:i:i = |953 t/) !-.4 :.! - T. - ) - 7 ) 4 ) l-e swing er Ia tessirured'Ell Fitzgerald arrirent l.atrenri Avec Norman Granz, elle proletre une sériesur lesautt 0c chansonsamériqins. Les Jazz Messengers, un coopérativede hard [xrp, sc conslruent. avecHorace Silv et Ie batteur explosifArt Blair L: premièrehistoire du iaz Hear Mt Tnlhin' to Ih, reprenanr le jargon des musrqens, nair sousla plume desécrivainsNat Henrôffer Nat Shapiro. Hentoffmet en lumière le rôle sous-escimédc anistes afro-américains. X r l q q q I)own Beatcélèbreles cinguante ans de Louis Armstrong, qui fait soncome ro en'a-Q back avec a l.* un ofchestre evoquantsâ jeunesse,le Ail-Stars. L'orchsrre de Count Basie,qui domineleswine depuislemilieudesannéÀ30, se dissout. Celui de Bennie Goodman interronrpr ses tournees.etne se réunit plus qu eplsodrquemena. Le rock and roll naît d'un nrélangede.boogie woogie, rn!,ilIm and hlues,countr). murc er lump music.Simpleer darsanr, il a sur la ieunasË des années 50 un effer comparable à celui du swing sur sesainés des années30 et domine bientôt le marché musical. George Russell, baneur bop cevenu compositeur et théoricien, pulie Lrdian Cbromati c ConcEt if Toral Organization, une éiude com.plexesur les gmmes et les modes.qrri servirade baseà une nouvelle forme d'improvisation atonale. ls jeunes musicien.s{s ænés 50 nesnt Pastousbtopou cool.k cornetriste mélodiqueRuby Braff (ci-conrrei âit rorjoursdu swingaudébutdu ((milnsrealn ). Charlie parker meun à l'âgede 35 ans dans l'apparremenrde la baronne Pannonica de Koenigswaner, mécènedu jazz,une semaine apres un concert à Birdland. I I I
  25. 25. L E S A N N E E S 5 0 prér'icrrct'srlt: ['n't"jaz.z.lt lr t t t lt r ' lit l' t t t iot tt lt ' lit t ttttsir;trt, ( ' o u n ( r ' l r l r r r r r ' l r , ' t ' tr l r r r l r v l l r r t ti t r t t ll l l t t t ' st l i t t t "I t ' l r r , ' l 'i t t t r l rirll. 'li,tr' r:r', rltirt'lo;rl) ( r r t t ( ' r llspr r lir llèlt ' scr ' éi' r ' r ' r rlrlirrrslt' rrrorrrft'rlu iirzzrlts rlivi sior r s.r ; r r ilr r r r lir islr lt t t ' t t èt ' t : ttli tlt s('('- lirrisrrrr'.p rrllirisp t't'rttircrtltlt'. t'rrtir'ltisr{'ltl('ttlst'ricilrtrrt;ttt'". l)irrr" lt' t'lirtrirlrlt' rrilrt'llio rrrltri citt'itrrli't'i.irillrr jr:rtttt'rst'.lit c r r l l r r r cl r o p .r ' o t t s i r l r i r ' é r ' t ' r t t t t t t t t ' r l l l ) ' ( ' t i i ( ' p i r t ' l r : st t t t t s i t ' i t ' t t s crrr-rrrô rrrcs.s('l''il(l('lrtrttlllirt ir lir ô t'rrl.!Jt'rtt'rttliott. |955 |956 1957 |958 I959 llifford Brown, un (torupcrtistc lyrirlucer invcntif, joue dms I'un rla meilleurs groupes I dc hrrd Inp avec I Roach er l{ollins. Sr mon drns urt accidenrde h rorrtc.I'annéc I c lezzWorkshop(rtelierde jrz,z)dc Charlie Mingus développeun jrzzpuissanrprr desnréthodesoralesou écrites. Miles Davis, aprèsson contc-brckrle Newpon, pren,l le detant ,lc la scènetiu hard lrcp rvcc lqsrlbrrrns cirssiqrreslV'or.Ërz er Stcnnir'. Tournéc dc I'orchestrede Dizzy Cillespie en Iran, Syrie,Crèce, Pakistan,Turquie, puis en ,rérique du Sud, sousles auspicesdu [)éparrement d'Etrt, qui fair ric Oillcspic un ambassadeur musical, comme Armstrong avant lui. Thelonius Monk, aprèsqLrcltlucs rnnées dc vlches nrligres, dcvient I'un desnrtrsiciens tle jrzz lcs pltrs tespccres ivec une séricdc lirrrtds crrrcglstre- mcnts à parilr de 1 9 5 7 . Les tléburs neu,-yorkaisde l'organistcJimmy Smith sorrtsuivisplr rrn rrionrphcà Novport, qui fàir de lLriunc figure clc pointe du jezzsoul, inspiréprr lc blues cr lc g,rspel. L: arrière discogrrphitlue de Cecil Taylor (comrnencéeen 1956) le signalecomme le principal pianisted'l,ant-grrde. fusinrilanr des musiciensaussi vrriésqrr'lillingtott,Monh, llrubeck ct Srrrvinsky, il produit une musique percutante,dense, prrfois atonale. SousI'impulsiondeJimmy Smith,I'orgue Hammond, d'abordinstrumentdevariétes episodiquemenrutiliscprr Counr Bæieet FatsWaller,devientun puisantoutil desinrprovisateurs Sonny Rollins, ul inrprtl'isltcur imprévisibleerplcind esprir, cr:regisrreccrteirtsdcsesplus [-crnrnrpcttistc Lee Morgan, inl)rrerrcéprr ClifiorJ Rrowrr,t.rftntrc .otrttt. rrrrirrrtrrrnt.'tttittc.lu(l.lLicux(t c joirrt rux -lrzz N4cssctrgerspour troislns. Ornètte Coleman,- considéré comn)e un génie par lesuns, comme un imposteur par les autres,devient le suophonisre le plus révolutionnairedepuis Charlie Parker. Sur la route dc )ack Kerouac est la bible de la beat generation. Rejerdu marérialisme,recherche de ia quintessence. Bill Evans cst un pirnistcrrès imitérprèsson délicertravail dnnsKind of Blur erd'rLrrrcsiolis enreSrstrelllcnts. Count Basie csr rrne figrrrc maieureclu nrlinsrrcaru, nrlis ses prrrerrires ocqsionnels cleswitrg dcs lrrnécs30, Lesterirung et llillic lloliclay,nreurcnr prerrirftlrcnlent. Jackie McLean, rltiste de hard bop, sedistingue aussi cotnlne acteut duts Tltc Conntctiott, le dranre sLrr la drogue de Jack Gelber. Le convulsif Giant Stepsde Coltrane er le contemplatif Âïnl of bLrcde Miles^Davissont enreglstresla meme annee ; double évolution du bebop, la plus grandecompl*ité harmonique et la plus grande simplifietion srructurelle. La stéréophonie, qui permer une rneilieurequaliré d'écoure grâceà I'emploi dc deux voies,se développe. ':iTilï,î:,rKcnne. Max Roach, brillanr rcpréscntrntdc h brtterie ( polvstrateu et militant acril-dch causenoire. Le Festival de Newport, furodeIsland,prendde. l'anrpleursousladirecrionde (leo'.eVain. [r specaculaire prr n de l)uke Ellington, l anrtfésuivante,remetson orchesrrcauprcmicrplatr. S trente-clnq an5 Elvis Presley, I'ancien qmionneur de Menrphis devenuchanreurde rock and roll,estpresquemilliardairc à vlngt âns. Acrionpourle:droits civiques sousla présidenced'Eisenhower. On déploiedestroupespour prorégerI'accsdesNoirsdans l* écol.r) LirtleRock,Àrkrnsas.

×