La musiqueorientale
1. Le vocabulaire
Au coursde l'histoire,différentstermessontapparuspourdéfinirla musiqueau Proche-
Ori...
5. Les influencesde la musiqueorientale
A, Les influencesperses
La musiqueorientaleest profondémentinfluencéeet façonnéepa...
2. Quelques genres ffrusicauxen Afrique du Nord
Les musiquespopulairesd'Afriquedu Nord sont inspiréesdu répertoireberbère ...
3. Le ud {luth}
C'estun instrumentà manchecourt,sansfrets, monté d'une sériede cordesdoubles(il a
11 cordes).Il est instru...
Quelquestechniquespour jouer du ûd
Le plectre :
- pourladuréed'unenoire) ' V4 YA
- pour-laduréed'unecroche/ Vrl ^
I l
- po...
Lammabadayatathanna
R y t h m e = 3 + 4 + 3
départenlevée
Lam
Aw
ma
ma
ba
b i _
da
La
y a - t a - t h a - n - n a ,
H - z ...
YaShadiil-Al'han
Maqam:SazKar
Iqa':MasmudiKabir
Sawid Darwish
Poetry:unknown
tr. IssaBoulos
.--a
Yashad-il-al'hanah(wa)-sm...
PAtrfIEZ
cD-l1 (4'20") : chonsonr Babaynuba(ovovoinouvo)d,rdir.
Enregistréeen 1974à Alger.Depuiselleafoit unecarcièreguitr...
I
D
I
t
I
t
t
I
t
?
t
t
t
I
I
I
t
t
I
I
I
)
)
)
)
)
t
l
)
l
I
ç
I
I
l
P^trflL Z PASSÉE( PRÉSE}T(
atncez-ztn4i
'[ril-k
elli...
t
t
t
t
t
I
t
t
t
I
t
t
I
I
I
l
I
I
I
)
I
l
I
I
)
D
I
D
)
)
)
I
t
I
PAKftE1 LESÉTUDESBERBÈRESSUR{A f'IUS'QUE
Remarquer le ...
ptlb t ci+.:
æ
EEEEEEEEEEEEEEEE-J
V
j+a (nat)r J# l.r,aLs..-r,;S-r G.6*
Eu-r45*J"à"
&ùz
L,qF."!i (d,âJ Awi*^)A
NJi{" b"2É
...
c*.ly'l ptro
(>".."^^"8) L
'â)-(**S*q
)f,
T"bs(W
dU;r*lt ptÂ+
J!!l e+ Êti4
/'ry-"*"iltt**'tÏî;r!( )
. + L J l A l À l
r ^ / 
(8,."*ek)'J
(H. F"*s.X,;, ,^ p,L
-:/ '-/
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La musique orientale

284 vues

Publié le

La musique orientale

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
284
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La musique orientale

  1. 1. La musiqueorientale 1. Le vocabulaire Au coursde l'histoire,différentstermessontapparuspourdéfinirla musiqueau Proche- Orient.Ghina(chant)était déjà présentà la périodepré-islamique(V et VIe sièclede l'ère chrétienne).Le mot mûsîqûou mûsîqâa été empruntéaux grecs.Le mot samâ qui signifie<<audition> a été introduitpar lessoufis(domainedu sacré). Mais à l'heureactuelle,le terme de ghina s'est maintenuet a fait l'unanimitépour désignerà la foisla musiqueet le chant. 2. Le langage universel La musique orientale (arabe) est essentiellementbasée sur I'unisson: la le chæur et les instruments cheminent conjointement. Ils exposent ainsi mélodique. ^ 3" Les modes (gammes) Le mode en arabe s'appellemaqâm. Dans un premier temps le maqâm signifiaitle lieu où s'effectuaitla musique puis il prie son sens de mode. Le nom des modes apparaissent vers fe XIIIe siècle. Un premier inventaire en définit L2: hidjaz, rast, ûshshâq, irâq, husayni, etc.....). En Afriquedu nord, la modalitéest définitpar le mottab' (caractère). 4. La rythmique ou igâ' La légendeveut que ce soit la démarchedu chameauqui ait déterminéle premiermètre musicalet fondéainsi la rythmique. Ex : sur une percussionderbouka : le doum (frappe sur le centre de la membrane) et le fak (sur le rebordde la percussion). Meksoum (CD 2, titre 7) : I t e - ! (+ ) | l r I I w - I Masmoudi (CD 2, titre 8) : Karachi : Berwafi : voix du soliste, une seule ligne
  2. 2. 5. Les influencesde la musiqueorientale A, Les influencesperses La musiqueorientaleest profondémentinfluencéeet façonnéepar la civilisationperse. Ce passages'estconcrétiséà partir du VIIIe siècleà l'époquede I'empireAbbasideau coursdu règnedu Khalifade Haroun-Erachid(VIII siècle)qui a encouragéla poésie,la musiqueet le chant, Au début,on a prislesrepèresde sonsde la musiqueindienne,perseet turque. Actuellement,on a adoptéla nominationinternationale: do (C),ré (D), mi (E),fa (F),sol (G),la (A),si (B). ee- r.tr F"( SàALq 4 E x : ? 3> s) t te B. Les influences CIccidentales Beaucoupd'instrumentsoccidentauxont été adoptés par la musique orientale: piano, violon, violoncelle,contrebasse,accordéon,banjo....Certainsconcertspour instruments solistes(nây -flÛte- ou ûd) et orchestrevoient également le jour. r' l-esrnusiqrreset chants populaires en Afrique dr^rNord X..Chantset musiquesberbères Les berbères ou Imazighen sont un ensemble d'ethnies autochtones d'Afrique du Nord ayant ou non des points communs entre elles (langues, habillements, coutumes, musiques,organisationssociales,originesethniques,etc.) selon I'espacegéographique où elles vivent. Dans I'antiquité,les Berbèresétaient connus sous les noms de Libyens, Maures,Gétules,Garamanteset Numides. Les Berbèressont répartis.sur près de cinq millions de kilomètrescarrés - depuis le Maroc jusqu'à l'ouest de I'Egypte (Siwa) - en différents groupes, ayant une culture et une fangue commune (le berbèreou tamazighf), déclinéeen plusieursdialecteslocaux. Les berbères regroupent une grande diversité dans les dialectes, les cultures et les musiques. Il n'y a pas une mais des musiquesberbèresaux influencesdiversesvenues d'Afrique noire (Guinée),d'Orient(par I'islamisationde l'Afriquedu Nord), du bassinméditerranée (Grèce,Italie, Espagne,Andalousie). La plupart des chants berbèrescomportentun solisteet un chæur qui lui répond ou deux chæursqui se répondent.Danscertainesrégions,la polyphonieexiste. Ex: ChansonDaddaA/i (vièle,flûte, tambour,derbouka),F.S.Daniel(CD 1, titre 3). )Y rr
  3. 3. 2. Quelques genres ffrusicauxen Afrique du Nord Les musiquespopulairesd'Afriquedu Nord sont inspiréesdu répertoireberbère pour la plupart,d'autressont des dérivésdu répertoireandalou(cf. ci-dessous), Le chaâbi (dérivé de l'andalou) (CD 1, titre 8 à 11): signifie en arabe populaire <.parlé >>.Le chaâbi est né à Alger dans les années 30. Le Cheikh El Anka est I'un des précurseursde ce genre. Le Yeï yei': chant des Hauts Plateauxdu désert, en arabe ou en berbère. Le gnawa (dérivéde berbère)(CD 2, titre 1): musiquede transequi vient de Guinée. Le Asri : genre moderne qui tire sa sourcede la musique orientale. Le raî (dérivé du berbère) (CD 1, titre 12 et 13): genre folkloriquetrès populaire dont les principauxinterprètessont Cheikha Remitiet Cheb Khaled. Le hawzi (dérivé de l'andalou):né à Tlemcen (Algérie),c'est un genre musical qui se joue à la périphériede la ville. Le achouiq : c'est une complainte berbèrechantéegénéralementa capella. La musiqueandalouse La musique andalouseest née sur les rives de I'Euphrate,au VIIIe siècle. Êllea été introduiteen Espagnepar Ziryab, illustre musicien,virtuosedu luth oriental, Ziryab, chasséde Bagdaden 820, prend le cheminde l'exil,il parcourtI'Afriquedu Nord, et intègre à sa musique toutes les influencesmusicalesqu'il découvre pendant son voyage. Il est finalementaccueillià la cour du Califede Cordoueoù il crée le premier Grand Conservatoireet fixe pour un millénaireles règlesdu grand répertoire des noubas andalouses. Nouba : La nouba (arabe y, nouba) est une suite de la musique andalousequi trouve son origineau Moyen-Âge.Chaquenoubaest jouée sur un mode déterminé,à une heure déterminée,selon un ordre déterminé.Il existait à I'originepas moins de 24 noubas (mode calqué sur les heures de la journée), composéechacune,selon les traditions, de cinq à dix sous-parties,où les chants alternent avec des compositionsinstrumentales (préludes). Ex : extrait d'une nouba <<la Nouba Gharibat Al-Husayn>>(l'étrangère de Al-Husayn) (CD 2, titre 4), Lesinstrumentsde musique Le ûd (luth) et le mandolesont les plus emblématiquesde la musiqueorientaleet de I'Afriquedu Nord.
  4. 4. 3. Le ud {luth} C'estun instrumentà manchecourt,sansfrets, monté d'une sériede cordesdoubles(il a 11 cordes).Il est instrumentd'accompagnementet aussi du soliste.Son importanceest très grandedans la arabeet andalouse...expliquer.Il se joue avec un plectre. Actuellement,le ûd continueson expansionà travers le monde (fusion avec le jazz, le blues,la salsa,le tango, le hip hop...)(CD 2, titre 5). Accordage du îtd : 1" corde z- coroe J- COrOe 4" corde do sol .:t c l a grave do grave 5" corde : sol 6" corde : ré ou ;+ 5oi- 5o cerL- 2" Le mandole L+ îrt.- '5r''- 4-uJ- 3'..,L Ç*i- J} ) uuL- Le mandole est utilisé dans la musique chaâbi, andalouse récent) dans les chantsoccitansen France. I l a 4 c o r d e s d o u b l é e s . et berbèremais aussi (c'est Accordage du mandole: lu corde 2" corde 3" corde 4" corde sol ré la m i Le mandolese joue avec un médiator classique. q ffi Qu s'tr
  5. 5. Quelquestechniquespour jouer du ûd Le plectre : - pourladuréed'unenoire) ' V4 YA - pour-laduréed'unecroche/ Vrl ^ I l - pourla duréed'unedoublecrochu) , V (luth)..,
  6. 6. Lammabadayatathanna R y t h m e = 3 + 4 + 3 départenlevée Lam Aw ma ma ba b i _ da La y a - t a - t h a - n - n a , H - z u a - s a - r - n a , man, a man, man, a man, a man,a a man,a Lam- Aw man, Hub man, Ghu man. man. - m a b a - d a y a t a t h a n n a , m a b i - L a - H z u a . s a - r n a , ta nnawomen, - i - n a m a l , W a a - d i w a - y a - H i l i s h a - f e e - a - s h a k w a - t i . - mal, ??? W a a - d i w a - y a - H i ra ti, Man la ma - lee k u l- j a - A A Ia H - man, - man, man, a man,a man, a man,a d a A man, a - m a n , a m a n , a - m a n , hub - bi min la wa A - m a n . a - m a n , a m a n , a - m a n .
  7. 7. YaShadiil-Al'han Maqam:SazKar Iqa':MasmudiKabir Sawid Darwish Poetry:unknown tr. IssaBoulos .--a Yashad-il-al'hanah(wa)-smi'na Rannat-al'idanya la lalli Ya la la ahya la lalli Rannat-al'idan Ahi wa-smi'r,a Ah ya lalli Ya la la !a la Ah ya lalli 2. Wa-tribmanfil 'han ah(wa)-'hsibna Min dimni-nudmanya la lalli Ya la la ahya la lalli Min dimni-nudman Ahi wa'hsibna Ah ya lalli Yala la la la Ah ya lalli 3. Sha'rakwal-jabinahwal-wajnat Kal-lail wa-nnaharya la lalli Ya la la ahya la lalli Kal-lail wa-nnahar Ahi wal-wajnat Ai ya lalli Ya la la la la Ah ya lalli
  8. 8. PAtrfIEZ cD-l1 (4'20") : chonsonr Babaynuba(ovovoinouvo)d,rdir. Enregistréeen 1974à Alger.Depuiselleafoit unecarcièreguitraverse lesgénérotionssuccessives. Remorguerladiff érenceexistontentreunoccompagnementfoit ovecdes instrumentsoccidentouxeT celuiréaliséavecdesinstrumentstroditionnels (renvoyerouxpiècescD-4 et cD-5 entenduesprécédemment). b{ xrl'kcl lr yln tnh,bun U-ga<J'ycl-wchccl- l1,atra ba À- ynu-ba ynu-bâ a h a b a - h a a h a b a - b â ynu-ba Si.en-i.t,nli_zch, ynu-bâ tJ,-raiJ'yu_la Yn-ba Yri-ba alr ah Am-yar yct-(cl tlcg-9"-t)er-nus rl i tcs_ga la yez-zi4_ztn Mrnisyeçheb- trir i lqui Lls-sandcg-gwqcr-ruy rcz-z-in Tis-lit def-fir u_ ,el_la tcs_sa_rayri Musiqueso, Mono.ÈËÀI[ p 3 2
  9. 9. I D I t I t t I t ? t t t I I I t t I I I ) ) ) ) ) t l ) l I ç I I l P^trflL Z PASSÉE( PRÉSE}T( atncez-ztn4i '[ril-k elli,-in tabbttrt u bnba Ynubu,a Baba Ynuba Sëenëen.tizebcttitt-irna I'elli Yriba ult Ugad'y elu;afucel-ly66o a Babu Ynuba,a BabaYnuba Ugad'y ule d nekkini a yelli lriba ah AntS,arveltel deg-gwber.nus I vtesg1a1ullu yezzizzin Emmi-s yeghebbir i lqut (Jssan deg-gwqeryu-s tezzin Ti.çlit deffrr uzetta Tessalay tijebbadin Arrctc ezzin-d i tentyal As-ent -essyar tiqdimi n AdJèl yessu-d tibbura Tuggi kecmen-gyehlulen Tujtt ntuut tello rgu Iurfsut Agur ed yetrnn lrcgben Ma d aqejmur en Tasaf't Idegg'r akkin i denyen Mlalen-d akkw at we)Lrant I tmacahul ad eslen tem-l,aft a-sent-es-syertiqdÈmin ar-racez.-zin4 i tem-yarl Ouvrc-moi la pofie je te prie ô Baba Inubu, ô Btbu Inubu Iraistinter tes blacelets,ô fille Ghriba. ah ! J'ai peur du monstredc dehorsô Baba Inuba, ô Baba Inubct Moi aussij'ai peur ô fille Ghriba, ah I L,epère ernmitouflé dans le burnous Se réchauf]è au feu de l'âtre Son fils sestlucierlescontingences Darrssatêtelesjours tournoienl La bru derrière le métier à tisser Monte les tendeurs Les enfàntsentourentla grand-mère Qui lesinstruirad'histoiresanciennes La neige entrave les portes Dans la nrarmiteIa soupecuit L'ussemhléerêvede printemps [,a lune et les étoiles sedérobent Quant à la bûche de Tasaft Elle enjambe les pierres clel'âtre Toutela tamilleestréunie Pour écouter le conte ta rep.auretratn) Yala la la a-sent-es-syeftiq-di-min Musiquesdu MondeBerbère p 3 3
  10. 10. t t t t t I t t t I t t I I I l I I I ) I l I I ) D I D ) ) ) I t I PAKftE1 LESÉTUDESBERBÈRESSUR{A f'IUS'QUE Remarquer le caractère répétitif de la mélodie et Ia relative sobriété de la ligne mélodique telle qu'elle est notéepar DanieL Or, la musiqueberbèreestgénéralement ornéeconttneon I'entendradanslesdifférentsextraitsù venir. Ce sera I'occasion de dire quelques ntots sur la biographie de F.-S. Daniel : composileur,musicienaltisteet musicologue.Il est né à Bourgesen 1831d'un père espagnolémigré en France, égalementcomposileuret musicologue.Après un séjour d'une douzained'annéespasséesà Alger (185311865),où il apprendla languearabeet la musiquearabed'Alger en seproduisant avecdesmusicienslocaux,Daniel revient à Paris. Engagé dans le ntouvententde Ia Commune, il devtentpour quelque temps directeur du Conservatoire de musique de Paris. En mai 1871 il estfusillé par les Versaillais. Daniel est I'auteur de différents articles sur la chansonfrançaise et la musique kabyle. Son étude la plus intéressante,du point de vue de la musicologie, est celle consacréeà La musiquearabeet sesrapportsavecla musiquegrecqueet le chant grégorien(consulterI'ouvragecitédansla bibliographieau nom del'auteur). Ecoutede pièces jouéesà portir des nototionsde F.-5.Doniel. CD-l(1'10"): chansonDaddaAli (vièle,flûte et tombourdcrboulca). 5uivreloportitiondeDaniel,Fig.1. CD-a(1'0a'): chonsonZohra(vièle. flûte et tambour derbouka)par MohrnoudTobrizi,BernordViardet MehennoMahfoufi. Fis. 1 : DuddaAIi. notation de Fl.-S.f)aniel. lMusiques du l,londe Berbère p . r J
  11. 11. ptlb t ci+.: æ EEEEEEEEEEEEEEEE-J V j+a (nat)r J# l.r,aLs..-r,;S-r G.6* Eu-r45*J"à" &ùz L,qF."!i (d,âJ Awi*^)A NJi{" b"2É iÉJllÂ+.ll sJ' ( p") cs., (a; ;, (+; e) tH,j' ?u)tn lL^) r i g t b * /|.truj^__)rî..rr F*(M -.,r5 1'r^ à4%-* itr-j cNi6*t ( 4all*h'T.".nk)u uF; oK lh '(c ltlA,toh.,^) dÇr' '; ( s*s'J?*€) (n-tÊ.") Jr jg*- I , l - q l 6t.(rî il
  12. 12. c*.ly'l ptro (>".."^^"8) L 'â)-(**S*q )f, T"bs(W dU;r*lt ptÂ+ J!!l e+ Êti4
  13. 13. /'ry-"*"iltt**'tÏî;r!( ) . + L J l A l À l r ^ / (8,."*ek)'J (H. F"*s.X,;, ,^ p,L -:/ '-/

×