Le sabbat

374 vues

Publié le

Mieux comprendre le sujet du sabbat.

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
374
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le sabbat

  1. 1. Etude biblique [LE SABBAT ENTRE CRÉATION ET RE-CRÉATION] Recueil des textes et citations sur le sabbat et son observation Page 1
  2. 2. Etude : Le sabbat Introduction Le sabbat est une vérité fondamentale pour notre Eglise. D’ailleurs, notre nom y fait référence. Tous ceux qui nous abordent est d’emblée mis en contact avec notre croyance dans le sabbat. Le sabbat rappelle plusieurs choses et est au cœur du grand conflit entre le bien et le mal. Le sabbat nous parle : d’adoration de relation de libération de communion fraternelle de création de sanctification de justification Dans le sabbat, nous trouvons un monde d’étude et de connaissance à acquérir. Croyance fondamentale Au terme des six jours de la création, l'Auteur de tout bien s'est reposé le septième jour et a institué le sabbat comme mémorial de la création pour toute l'humanité. Le quatrième commandement de la loi divine et immuable requiert l'observation de ce septième jour de la semaine comme jour de repos, de culte et de service, en harmonie avec les enseignements et l'exemple de Jésus, le Seigneur du sabbat. Le sabbat est un jour de communion joyeuse avec Dieu et entre nous. Il est un symbole de notre rédemption en Christ, un signe de notre sanctification, un témoignage de notre fidélité et un avant-goût de notre vie future dans le royaume de Dieu. Le sabbat est le signe permanent de l'alliance éternelle de Dieu avec son peuple. L'observation joyeuse de ce temps sacré d'un soir à l'autre, d'un coucher de soleil à l'autre, est une célébration des œuvres créatrice et rédemptrice de Dieu. Page 2
  3. 3. Etude : le sabbat Ce que dit la Bible Genèse 2 : 2-3 Exode 16 :16 à 30 Exode 20 : 8 à 11 Exode 35 : 2 Deutéronome 5 : 14 à 15 Exode 31 : 13 à 17 Lévitique 23 : 3 Néhémie 10 : 30-31 Esaïe 58 : 13 Esaïe 56 : 5 à 7 Esaïe 58 : 13 à 14 Matthieu 12 : 1 à 12 Ezéchiel 20 : 12 Ezéchiel 20 : 20 Deutéronome 5 : 12 à 15 Lévitique 23 : 32 Luc 23 : 50 à Luc 24 : 8 Page 3
  4. 4. Etude : Le sabbat Ce que dit l’Esprit de prophétie Tiré de La Tragédie des siècles, Ellen WHITE, Editions Vie et Santé « Ce qui fait l’importance du sabbat comme mémorial de la création, c’est qu’il rappelle constamment la raison pour laquelle il faut adorer Dieu, à savoir qu’il est le Créateur et que nous sommes ses créatures. Le sabbat est par conséquent à la base même du culte du vrai Dieu, puisqu’il enseigne cette grande vérité de la façon la plus frappante, ce que ne fait nulle autre institution. La véritable raison d’être du culte rendu à l’Etre suprême, non pas le septième jour seulement, mais constamment, se trouve dans la distinction qui existe entre le Créateur et ses créateurs. Jamais ce grand fait ne sera aboli, et jamais il ne sera oublié. C’est pour nous le rappeler constamment que Dieu institua le sabbat en Eden, et aussi longtemps que son attribut de Créateur demeurera la raison pour laquelle il faut adorer, le jour du repos béni par lui restera son signe et son mémorial. Si ce jour avait été universellement observé, les pensées et les affections des hommes se seraient tournées vers le Créateur comme objet de leur adoration et de leur culte, et jamais on n’aurait entendu parler d’un idolâtre, d’un incrédule ou d’un athée. L’observation du repos de l’Eternel est un signe de fidélité au vrai Dieu, qui a fait les cieux, la terre et la mer et tout ce qui y est contenu. De ce fait, le message qui ordonne aux hommes d’adorer Dieu et de garder ses commandements les exhortera tout spécialement à observer le quatrième commandement. » Page 474 Tiré de Evangéliser, Ellen WHITE, Edition Vie et Santé « Le sabbat prescrit dans le quatrième commandement est le critère pour notre époque, et tout ce qui a trait à ce grand mémorial doit être présenté aux hommes. » Page 196 Tiré de Témoignages pour l’Eglise Volume 3, Chapitre 2 L’observation du sabbat page 15 à 37 Ellen WHITE, Editions Vie et Santé « L’observation du sabbat nous réserve de grandes bénédictions, et la volonté du Seigneur est que ce jour soit pour nous un jour de joie. » « Le sabbat sera le sujet du grand conflit final auquel le monde entier va prendre part. […] Chaque sabbat porte le nom de son auteur, marque indélébile qui indique la provenance de chacun d’eux. (des hommes) Notre tâche est de le démontrer à nos semblables. Faisons-leur comprendre qu’il est bien plus important de porter la marque du royaume de Dieu que celle du royaume de la rébellion, car on est sujet de celui dont on porte la marque. Le Seigneur nous appelle à remettre en honneur sn saint jour qui a été foulé aux pieds. De là l’importance de donner le bon exemple touchant l’observation du sabbat. […] Prenons garde de ne pas nous laisser aller aux pratiques relâchées qui prévalent chez les observateurs du dimanche. Il faut que la ligne de démarcation soit nettement marquée entre ceux qui portent le sceau de Dieu et ceux qui portent le signe de l’adversaire. Le sabbat est bien plus sacré que ne le supposent beaucoup de ceux qui s’en disent les observateurs. Le Seigneur est grandement déshonoré par les hommes qui n’observent ce jour ni selon la lettre ni selon l’esprit. Il nous invite à opérer une réforme à ce sujet. » « Il faut se souvenir du sabbat durant toute la semaine afin de se préparer à l’observer selon le commandement. » Page 4
  5. 5. Etude biblique « Aucun devoir des six jours ouvrables ne sera négligé jusqu’au sabbat. Toutefois on ne s’épuisera pas pendant la semaine au point que le septième jour, ce jour où le Seigneur se reposa de ses œuvres, on soit trop fatigué pour vaquer à son service. Mais si toute la semaine doit être consacrée à se préparer pour le jour du sabbat, le vendredi est d’une manière toute spéciale le jour de la préparation. » « Ainsi donc, le vendredi que la préparation soit complète. Assurez-vous que tous les vêtements soient en bon état, et que rien ne reste à cuisiner. Qu’on prenne son bain et que les chaussures soient cirées. Il est possible d’y arriver, si l’on en fait une règle. Le sabbat ne doit pas être consacré à raccommoder ses vêtements, à faire la cuisine, à rechercher ses plaisirs, ou à se livrer à quelque autre occupation mondaine. Avant le coucher du soleil, que tout travail séculier soit mis de côté ainsi que tout journal profane. Parents, expliquez à vos enfants ce que vous faites, ainsi que l’objet que vous avez en vue ; qu’ils s’associent à votre préparation afin d’observer le sabbat selon le commandement. Nous devons veiller sur le commencement et la fin du sabbat. Souvenons-nous que chaque instant de ce jour est saint, consacré au Seigneur. Partout où cela est possible, que les patrons accordent à leurs ouvriers l’après-midi du vendredi. Qu’on donne à ceux-ci le temps de se préparer pour commencer le jour du sabbat dans le calme. En agissant ainsi, vous ne subirez pas même de perte matérielle. » « Une autre tâche ne doit pas non plus être négligée le jour de la préparation, c’est celle qui consiste à régler les différends qui auraient pu s’élever, soit dans la famille, soit dans l’Eglise. Que toute amertume, toute colère, toute malice soient bannies du cœur. Confessez humblement vos péchés les uns des autres, et priez les uns pour les autres. Jean 5 :16 Avant le commencement du sabbat, l’esprit aussi bien que le corps doit être délivré de toute préoccupation d’ordre temporel. […] Nous devrions chaque sabbat faire un examen de conscience pour nous rendre compte si, pendant la semaine écoulée, nous avons fait des progrès au point de vue spirituel ou si au contraire nous avons rétrogradé. » « Avant le commencement du sabbat, l’esprit aussi bien que le corps doit être délivré de toutes préoccupation d’ordre temporel. » « Nous devrions chaque sabbat faire un examen de conscience pour nous rendre compte si, pendant la semaine écoulée, nous avons fait des progrès au point de vue spirituel ou si au contraire nous avons rétrogradé. » « Sanctifier le sabbat, c’est travailler à son salut éternel. J’honorerai celui qui m’honore. 1 Samuel 2: 30 » « Avant le coucher du soleil, que les membres de la famille se réunissent pour lire la Parole de Dieu, chanter et prier. Une réforme est ici nécessaire, car une certaine négligence s’est manifestée chez un grand nombre à cet égard. Confessons nos fautes au Seigneur et confessons-nous mutuellement. Faisons en sorte que chaque membre de la famille puisse se préparer à honorer le jour que Dieu a béni et sanctifié.» « Qu’on ne gaspille pas au lit les heures précieuses du sabbat. Que chacun soit debout de bonne heure. Si l’on se lève tard, c’est la confusion et la précipitation dans la préparation du petit déjeuner et de l’Ecole du sabbat, on se hâte, on se bouscule, on s’impatiente. Cela crée des sentiments pénibles. Le sabbat est profané, et sa venue est redoutée plutôt que désirée. » Page 5
  6. 6. Etude biblique « Les repas du sabbat ne devraient pas être plus abondants et plus variés que les autres jours. Qu’ils soient au contraire plus simples et que l’on prenne une quantité moindre de nourriture afin que l’esprit soit plus lucide et puisse mieux comprendre les choses spirituelles. Un excès de nourriture alourdit l’esprit. On peut alors entendre les plus belles paroles sans les apprécier. En mangeant plus que de raison le jour du sabbat, beaucoup ont inconsciemment déshonoré Dieu. » « Si l’on doit éviter de cuisiner le jour du sabbat, il ne s’ensuit pas nécessairement qu’il faille manger froid. En hiver, qu’on réchauffe les aliments préparés la veille, et que les repas, bien que simples, soient bons et appétissants. Qu’on prépare ce jour-là un plat qui soit considéré comme un régal et qui ne paraisse pas sur la table chaque jour. » « L’Ecole du sabbat et le culte n’occupent qu’une partie du jour du repos. Les heures qui restent doivent être pour la famille les plus précieuses et les plus sacrées du sabbat. Que les parents passent la plus grandes partie de ce temps avec leurs enfants. Dans bien des foyers les plus jeunes sont abandonnés à eux-mêmes et passent leur temps le mieux qu’ils peuvent. Ils ne tardent pas à devenir remuants; ils commencent à jouer ou à faire des polissonneries. Le sabbat perd ainsi à leurs yeux sa nature sacrée. » « Au coucher du soleil, que la prière et le chant d’un cantique marquent la fin des heures sacrées, et sollicitent la présence de Dieu pour la semaine de labeur qui va commencer. » « Si vous voulez que vos enfants l’observent selon le commandement, vous devez le leur enseigner par le précepte et par l’exemple. La vérité profondément gravée dans le cœur peut être obscurcie mais elle ne s’efface jamais complètement. » « Si vous voulez participer aux bénédictions promises à ceux qui obéissent, il vous faut observer le sabbat plus strictement, je crains que nous ne voyagions trop souvent ce jour-là, alors qu’on pourrait l’éviter. D’après la lumière que le Seigneur m’a donnée à cet égard, nous devrions moins employer les bateaux et le chemin de fer, et montrer ainsi à nos enfants et à la jeunesse le bon exemple. Pour apporter aux églises le message que le Seigneur leur destine, il peut arriver qu’il faille voyager le jour du sabbat; mais autant que possible procurons-nous notre billet et faisons les arrangements nécessaires un autre jour. Lorsque nous entreprenons un voyage important, il faut s’arranger de manière à ne pas arriver à destination le sabbat. Quand on ne peut faire autrement, cherchons à fuir, ce jour-là, la compagnie de ceux qui nous entretiendraient de choses temporelles. Evitons de parler d’affaires ou de nous engager dans des entretiens ordinaires ou mondains. Fixons notre attention sur le Seigneur et restons en communion avec lui. Efforçons-nous d’amener la conversion sur la vérité évangélique. » « Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, a dit le Christ, je suis au milieu d’eux. » Matthieu 18: 20 Partout où se trouvent deux ou trois croyants leur devoir est de se réunir le jour du sabbat et de se réclamer de cette promesse du Seigneur. » « Que la prédication du sabbat soit généralement courte. Donnons à ceux qui aiment Dieu l’occasion de l’exprimer. » « Si l’Eglise n’a pas de pasteur, un frère qualifié sera chargé de présider le service. Mais il n’est pas nécessaire qu’il fasse un sermon ou qu’il occupe la plus grande partie du temps consacré au culte. Le plus souvent, une simple étude biblique fera beaucoup plus de bien qu’un sermon. Celle-ci peut-être suivie d’une réunion de prière ou d’édification mutuelle. » Page 6
  7. 7. Etude biblique « Ceux qui sont à la tête de l’Eglise ne devraient pas épuiser toutes leurs forces physiques et mentales pendant la semaine, au point que le sabbat venu ils ne puissent apporter aux réunions l’influence vivifiante de l’Evangile du Christ. Travaillez moins pendant la semaine, et ne dérobez pas Dieu en lui offrant, le jour du sabbat, un culte qu’il ne puisse agréer. Ne soyez pas des hommes dépourvus de spiritualité. Le jour du sabbat vos frères ont besoin de votre concours; nourrissez-les de la Parole. Apportez au Seigneur vos meilleurs talents. Offrez-lui votre âme sanctifié dans un culte véritable. » Que nul ne se rende au culte pour sommeiller. Il n’y a pas de place pour les dormeurs dans la maison de Dieu. Vous ne dormez pas lorsque vous vous occupez de vos affaires temporelles, parce qu’elles vous intéressent. Accorderez-vous au culte dont dépendent vos intérêts éternels moins d’importance qu’aux affaires de ce monde ? » Celui qui le fait se prive des bénédictions que le Seigneur lui réserve. Le sabbat ne doit pas être un jour d’oisiveté stérile. Il faut faire preuve, tant à la maison qu’à l’église, du désir de se rendre utile. » « Chacun devrait se rendre compte que son devoir est de contribuer à rendre intéressantes les assemblées du sabbat. Ne vous réunissez pas seulement pour la forme, mais pour échanger vos pensées, pour vous faire part de vos expériences quotidiennes, pour exprimer votre gratitude et votre désir sincère de recevoir la lumière divine afin de mieux connaître Dieu et Jésus-Christ qu’il a envoyé. […] Ne soyez pas que vous pouvez être chrétiens et vous renfermer en vous-mêmes. Nous faisons tous partie de la grande famille humaine, et la conduite de chacun est fortement influencée par celle des autres. Nous ne retirons pas la centième partie des bénédictions que les services du sabbat sont destinés à nous procurer. » « Chaque fois que nous nous rendons à un service religieux, nous devrions être convaincus que le Seigneur et ses anges nous y ont devancés pour collaborer avec tous les vrais adorateurs. » « Nous sommes exhortés à ne pas négliger nos assemblées. Toutefois, celle-ci ne devraient pas seulement viser à notre propre édification, mais nous inspirer le désir ardent de communiquer à d’autres les bénédictions que nous y avons reçues. Notre devoir est donc de nous montrer jaloux de la gloire de Dieu. Evitons tout ce qui pourrait en ternir l’éclat, et ne donnons à personne l’impression par nos discours, par la tristesse empreinte sur notre visage, ou par quelques paroles intempestives, que les préceptes divins entravent notre liberté. » « Quand vous vous réunissez le jour du sabbat, chantez donc les louanges de celui qui vous appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière. Rendez hommage à celui qui nous aime et qui nous a lavés de nos péchés par son sang. Que l’amour du Christ soit le grand thème du prédicateur. Que cet amour soit exprimé simplement dans chaque cantique, et nos prières, dictées par l’Esprit. Lorsque vous entendez la Parole, que la réponse empressés de votre cœur témoigne que vous recevez un message directement du ciel. » « Le Seigneur veut que nous nous réunissions dans sa maison pour y cultiver les attributs de l’amour parfait. C’est ainsi que les habitants de la terre seront préparés pour les demeures que le Christ est allé édifier au ciel pour tous ceux qui l’aiment. Alors ils s’assembleront dans le sanctuaire chaque nouvelle lune et chaque sabbat pour exécuter les chants les plus sublimes. Ils feront monter sans cesse devant celui qui est assis sur le trône et devant l’Agneau des louanges et des actions de grâce. » Page 7
  8. 8. Etude biblique Tiré de Témoignages pour l’Eglise Volume 2 page 213 à 219, Ellen WHITE, Editions Vie et Santé « Quiconque obéit au quatrième commandement s’apercevra qu’une ligne de démarcation le sépare du monde. Le sabbat est une pierre de touche; ce n’est pas une ordonnance humaine mais divine. C’est la marque distinctive entre ceux qui servent Dieu et ceux qui ne le servent pas. C’est sur ce point qu’éclatera le dernier grand conflit. » « Certains de nos frères engagés dans les affaires n’ont pas observé le sabbat selon l’esprit du commandement. D’autres se sont associés avec des incroyants, et l’influence de ces transgresseurs du sabbat s’est fait sentir sur eux. Certains ont été si aveuglés qu’ils ne peuvent plus discerner le danger de telles associations. Ce danger est d’autant plus grand qu’il passe inaperçu. Tandis que l’un des associés prétend observer le sabbat, l’autre, ainsi que les ouvriers de l’entreprise, s’occupent des affaires de la maison. L’observateur du sabbat, quoique ne travaillant pas ce jour-là, ne peut pas s’empêcher de songer à ses affaires. Bien que croyant observer le sabbat, il ne le respecte pas. Le Seigneur le considère comme un transgresseur de la loi. » Certains membres ont envoyé leurs enfants à l’école le jour du sabbat. Ils n’étaient pas obligés de le faire, mais les autorités scolaires déclaraient ne pas accepter leurs enfants s’ils ne les envoyaient pas en classe pendant six jours. Dans certaines de ces écoles, on ne donne pas seulement un enseignement intellectuel, mais on initie les enfants à toutes sortes de travaux pratiques. Les enfants de chrétiens se disant observateurs du sabbat ont été envoyés à ces écoles le septième jour. Certains parents ont essayé de justifier leur attitude en citant le Christ lorsqu’il est permis de faire du bien le jour du sabbat. Mais ce même raisonnement conduirait à dire qu’on peut travailler le jour du sabbat. Mais ce même raisonnement conduirait à dire qu’on peut travailler le sabbat pour gagner le pain de sa famille. Ainsi il n’y aurait plus de limite pour établir ce qui peut ou ne peut pas être fait ce jour-là. » « Nos frères ne peuvent pas s’attendre à recevoir l’approbation de Dieu quand ils placent leurs enfants sur un terrain où il est impossible d’obéir au quatrième commandement. Ils devraient faire des arrangements avec les autorités pour que leurs enfants soient dispensés de venir à l’école le septième jour. Si cela n’est pas accordé, alors leur devoir est clair: obéir aux exigences de Dieu coûte que coûte. » « Certains allèguent que le Seigneur n’est pas aussi exigeant qu’on le pense et qu’il ne leur demande pas d’être stricts dans leur observation du sabbat au point de subir de grandes pertes et de s mettre en conflit avec les lois du pays. Or, c’est justement par notre fidélité à cet égard que nous prouverons que nous honorons les lois de Dieu plus que celles des hommes; l’observation du sabbat est la marque qui distingue celui qui honore Dieu de celui qui ne l’honore pas. C’est là que réside la preuve de notre loyauté. L’histoire des agissements de Dieu avec son peuple au cours des âges nous montre qu’il a toujours exigé une stricte obéissance de sa part. » « Si les parents donnent à leurs enfants une éducation mondaine et permettent qu’ils fassent du sabbat un jour ordinaire, le sceau de Dieu ne pourra pas être placé sur eux. Ils seront détruits avec le monde. Les parents ne seront-ils pas, dans ce cas, responsables de leur sang? Mais si nous enseignons fidèlement à nos enfants les commandements de Dieu, en les amenant à se soumettre à l’autorité des parents, et si par la foi et par la prière nous les confions à Dieu, le Seigneur secondera nos efforts, car il l’a promis. Et lorsque le fléau dévastateur visitera la terre nous serons tous sous la protection de Dieu. » Page 8
  9. 9. Etude biblique Par négligence, beaucoup de chrétiens attendent le commencement du sabbat pour s’occuper de certaines petites choses qui devraient être faite le jour de la préparation. Cela ne devrait pas être. Tout ce qui n’a pas été fait au moment voulu doit être mis de côté jusqu’à la fin du sabbat. » « On devrait surveiller ses paroles et ses pensées. Ceux qui s’occupent de leurs affaires et établissent des plans pendant le jour du sabbat sont considérés par Dieu comme s’ils travaillaient. Pour sanctifier le sabbat, nous ne devrions pas même nous permettre de penser aux choses profanes. » « Le sabbat devrait être pour toute la famille un jour de consécration. Le commandement englobe tout ce qui est dans nos portes. Tous ceux qui font partie de la maison doivent cesser leurs occupations serviles et employer les heures sacrées à des exercices de piété. Que tous s’unissent pour honorer le Seigneur en le servant joyeusement en son saint jour. » Ce qu’en dit d’autres auteurs Tiré de Une jour à part, Paul NOUAN, Collection Signe des temps, Edition Vie et Santé « …, l’homme ne doit pas se considérer comme esclave enchaîné à un sabbat dont les restrictions seraient pour lui une entrave qui l’empêcherait de réaliser ce qui est pour son bien. Car l’idée que l’on se fait habituellement du sabbat est celle d’un réseau compliqué d’interdits au milieu desquels le croyant devrait se frayer péniblement un chemin, obsédé par la crainte d’être pénalisé à tout instant par la justice divine. » Page 94 « Le sabbat ne peut être un jour béni que pour celui qui croit en Dieu, et qui est conscient d’avoir mené une vie d’aliénation sous la domination du péché avant d’avoir été délivré par la grâce de Dieu. Seul ce type de croyant peut vivre ce jour comme un cadeau de Dieu exprimant sa grâce, comme un repos offert gratuitement dans une vie incapable, malgré tous ses efforts, de goûter le vrai repos. » Page 95 « Le croyant, par la foi, vit déjà dans le royaume de Dieu. Cependant, en même temps, il vit dans le monde présent, dans la société des hommes, faite de croyants et d’incroyants, mais surtout marquée par le péché. Ses activités, en particulier celles qui lui permettent de gagner son pain, y sont aussi entachées par le péché. Il a donc besoin de suspendre activités pour se libérer de ses préoccupations ordinaires, pour jouir d’un temps de repos. Il ne s’agit pas d’un temps de sommeil, mais d’un temps de réflexion, d’ouverture, de rencontre plus profonde avec Dieu et avec ses créatures. Il s’agit de cesser ses activités légitimes ordinaires, parce que l’on sait que l’essentiel de la vie ne dépend pas d’elles, mais de ce que Dieu donne gratuitement. Quelle libération d’être dispensé ce jour-là, d’aller au travail, de faire ses courses, sa lessive, son grand ménage, etc. ! On est enfin libre dans sa tête et dans son emploi du temps pour cultiver ses rapports avec Dieu et avec les siens. » Page 98 « Seuls les hommes et les femmes soucieux de prendre soin de la semence d’éternité confiée à leur âme peuvent comprendre la nécessité, le jour du sabbat, de mettre de côté les choses et les activités ordinaires afin d’accorder la priorité au domaine du sacré. » Page 99 « Le croyant conséquent avec lui-même aura donc à cœur de nourrir son âme, le jour du sabbat, de la parole de Dieu contenue dans la Bible et de réserver du temps à la méditation et à la prière. En somme, le septième jour, il aura soin de recharger les batteries de sa vie intérieure, ce que la multitude des Page 9
  10. 10. Etude biblique occupations habituelles des six premiers jours de la semaine ne lui permet pas de faire. Le sabbat est par excellence un jour de remise en ordre, un temps de re-création spirituelle. Ce pourrait être, devrait être aussi un jour privilégié où le chrétien se réconcilie si besoin est avec ses semblables, confesse les fautes qu’il a commises et cultive la paix intérieure, selon la remarque de saint Augustin : « Tout homme méchant ne peut garder le sabbat ; car, sous aucun rapport, sa conscience n’est en repos, le trouble est son inévitable partage. Au contraire, celui qui a une bonne conscience est tranquille, et cette tranquillité est le sabbat de son cœur. » Page 99 « Le sabbat doit aussi être un jour de libération, donc de détente et d’émerveillement. C’est un jour privilégié pour admirer les merveilles que Dieu a créées et les multiples beautés artistiques qu’il a inspirées aux humains par les différentes formes d’art. C’est le jour propice aux relations familiales et amicales, aux démarches d’affection et de soutien en faveur des malades, des isolés, des prisonniers, des démunis, bref envers toutes celles et tous ceux qui ont spécialement besoin de la grâce de Dieu et de la chaleur humaine. C’est aussi, bien évidemment, un jour où l’on peut témoigner de sa foi et partager l’Evangile. » Page 101 « Etant donné que les communautés ecclésiales fidèles au sabbat tiennent des assemblées cultuelles ce jour-là, le chrétien isolé et soucieux de se conformer au quatrième commandement peut librement participer à des assemblées. Ainsi, il ne souffrira plus d’un sentiment d’isolement et pourra fraterniser avec ceux qui ont la même foi que lui. » Page 101 « Nous l’avons déjà dit et redit : la sanctification du sabbat s’adresse d’abord et avant tout à des croyants. Cela est surtout évident lorsque, par suite de ses absences ce jour-là, l’observateur du samedi court le risque d’être congédié par son employeur. Quand il s’agit d’affronter de tels obstacles, la seule conviction que le samedi est le septième jour ne suffit pas. Il faut aussi posséder ou acquérir l’assurance que Dieu saura ouvrir la voie à une solution satisfaisante. En tout cas, l’observateur du sabbat veillera à ne pas exprimer ses convictions de manière agressive, à l’égard de ses employeurs et de sa famille, lesquels ne comprendront pas forcément le bien-fondé de ses options religieuses. Il montrera par ailleurs sa bonne volonté en se déclarant disposé à compenser ses absences du samedi par un travail équivalent effectué les autres jours de la semaine, y compris le dimanche. » Page 102 « Des millions de chrétiens déterminés à respecter le sabbat du Seigneur, et heureux de le faire, répartis dans le monde entier et représentants pratiquement toutes les professions, fournissent la preuve que pareille observance est possible, parce que « tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » 1 Jean 5 :4 » Page 102 « Un gros volume ne suffirait pas à relater de quelle façon providentielle une multitude d’observateurs du sabbat ont obtenu la possibilité pratique de respecter le jour béni et sanctifié par Dieu, sans cesser pour autant de subvenir à leurs besoins. » Page 103 « Autrement dit, certains travaux d’urgence et de nécessité vitale pour le bien des autres ne sont pas violations du sabbat qu’en apparence. A l’exemple du Christ son Maître, le chrétien est sans cesse à l’œuvre au service des hommes, y compris le jour du sabbat qu’il observe dans son véritable esprit libérateur. » Page 104 Tiré de Genèse ou l’antimythe, Jean FLORI, Edition Vie et Santé Page 10
  11. 11. Etude biblique « … dire que Dieu s’est reposé de son œuvre, c’est montrer que le septième jour, le sabbat, est un jour spécial, mis à part, réservé par Dieu lui-même. Ce n’est pas une invention des hommes, une fantaisie, mais l’émanation même de la volonté de Dieu qui, en personne, a mis à part ce jour. Les hommes se doivent donc de l’imiter. Le mot « sanctifier » ne peut se comprendre que dans ce sens de mettre à part, réserver pour un usage saint, sacré .» Page 174 « C’est assez dire que l’action de Dieu n’a pas cessé le jour du sabbat. Mais elle s’exerce désormais dans un autre domaine, sur un autre plan : son œuvre est achevée, elle est parfaite, il n’y a en elle aucune lacune, aucune faille. Rien à redire : un chef-d’œuvre qui ne laisse place à aucune critique. C’est pourquoi, tel un bon artisan, Dieu peut se reposer. Non qu’il en ait besoin, mais son œuvre est si parfaite qu’il ne saurait plus rien y ajouter. Désormais, cette action continue sera de maintenir cette perfection originelle. » Page 175 « Le but du sabbat n’est pas de reposer Dieu ni de reposer l’homme ; ils n’en avaient nul besoin ni l’un ni l’autre. Dieu parce qu’il est Dieu, Adam parce qu’il venait de sortir tout neuf des mains du Créateur. […] Le sabbat est le premier jour complet de l’homme et il fêtera désormais chaque semaine le souvenir de l’acte créateur, en se rappelant que ce fantastique événement eut lieu, un jour : sa propre création, point culminant de l’action divine. […] Ainsi chaque sabbat se présente comme une pierre commémorative de l’acte initial, un rappel de la création de l’homme, couronnement de l’œuvre de Dieu. […] Jour de repos, le sabbat l’est en effet comme moyen mais non comme but. Le vrai but de ce jour est de rappeler à l’homme son origine et de l’amener ainsi à l’adoration et à la dignité par la communion avec Dieu. » Page 177 « Jour d’émerveillement. Jour de découverte. Jour de lumière : ne l’oublions pas, c’est en ce jour que pour la première fois Adam vit se lever le soleil, marque de l’autorité souveraine de Dieu. Tout était nouveau pour lui. Tout attirait ses regards et l’invitait à la méditation, à la louange. Seul un Dieu infiniment bon avait pu le créer, lui, Adam, et lui donner la jouissance de tout ce qu’il voyait autour de lui. Jour de communion intense avec la nature, si belle dans sa perfection première. Jour d’adoration du Créateur. Jour de joie, rempli de reconnaissance envers Dieu. Voilà le sens premier de ce premier sabbat. On voit bien que la notion de repos n’y joue qu’un rôle tout à fait accessoire. » Page 178 « Jésus fait du sabbat un moyen de communion plus intense avec Dieu. Par la prière, la méditation, la prédication, la vie en plein air, la guérison et le secours apporté aux hommes. Et il sauve ! Eux font du sabbat un jour sans : sans travail, sans action, sans altruisme, sans amour. Un jour tabou. Et ils condamnent Jésus. Ils cherchent même les moyens de le faire mourir. Paradoxalement, ce n’était pas un travail à leurs yeux que de méditer un meurtre ! » Page 181 « Pour Dieu, le travail a ses limites. Même après le péché qui l’a rendu pénible. Il y a un jour de repos pour l’homme. Un jour pour qu’il lève les yeux vers le ciel après avoir gratté le sol six jours durant pour y trouver sa nourriture. Il y a donc des limites au travail. On ne peut pas non plus faire de lui un absolu. » Page 182 « Toutes les œuvres des hommes devaient cesser au septième jour pour qu’ils soient ramenés à la contemplation de l’œuvre de Dieu, autrement plus vaste et plus durable. A méditer ! » Page 183 Page 11
  12. 12. Conclusion Le sujet du sabbat est et reste un sujet important pour ceux qui attendent le retour de Jésus. Parce que le sabbat parle d’adoration du Vrai Dieu, il sera au centre de la grande controverse finale. Il est donc important que chacun prenne position et se détermine non en fonction de telle ou telle personne mais en fonction de ce qu’enseigne la Parole de Dieu et les écrits inspirés. Ce document n’est pas complet. Je vous invite donc dans la prière, la méditation et l’humilité à continuer à faire des recherches. Vous pouvez lire le chapitre du livre Ce que croient les adventistes qui parle du sabbat. Bon étude à tous!

×