SCREENRUNNER PRESENTSA FILM BYPHILIPPE FAUCON  THE  DISINTEGRATION        LA DÉSINTÉGRATION
NOTE OF INTENT                                                                                 Terrorism today has insidio...
ALI                                                                RASHID DEBBOUZE                                        ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de présentation du film "La désintégration"

1 465 vues

Publié le

Dossier de présentation du film de Philippe Faucon pour lequel j'ai écrit la musique

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 465
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de présentation du film "La désintégration"

  1. 1. SCREENRUNNER PRESENTSA FILM BYPHILIPPE FAUCON THE DISINTEGRATION LA DÉSINTÉGRATION
  2. 2. NOTE OF INTENT Terrorism today has insidiously become more present had experienced before him. The groundwork is already than it perhaps ever was, through both the real and in place. His frustration, desperation, anger, and identity fantasized elements of the threat it represents. Cinema, crisis are ripe for exploitation by Djamel. Here the writing and in a more general sense, fiction, have frequently dealt process also opens up questions: how to treat this subject with the subject through short cuts, sensationalism, and and avoid the traps it comprises (exclusion does not made it the simple pretext for yet another « thriller ». necessarily lead to terrorism)? How to depict characters All these approaches share the assumption that the within complexities that sometimes elude us? How to terrorists represent evil. Defined in more or less simplistic, render palpable, without simplification, manichaeism, or stereotyped, or dehumanized terms, this notion, evidently, stereotypes, the characters’ conflicts, contradictions and usually precludes any further thought. But what is the relationships with themselves, the society in which they origin of this evil? What are the mad, incomprehensible, live, and their confrontation with the world? reasons we should be studying more closely, that culminate in these barbaric actions? We have chosen to frontally address questions which regularly manifest themselves in the daily media: social In my film, the drift towards radicalism and violence suffering, unrest and ghettoization in the housing projects, also takes on a metaphoric meaning: it is the revealing the feeling of being denied, religions and communitiesA housing project in the Lille urban area, Northern France, today. symptom of a society already undermined. Ali believes folding in on each-other, and the destruction of egalitarian that the social barriers he suffers despite all his efforts are belief, first on a local level, experienced first hand, andThree twenty year old friends, Ali, Nasser and Hamza, meet Djamel, who is simply the logical continuation of the exclusion his parents then, by extension, on a global level.ten years older.In the eyes of Ali and his friends, Djamel appears like an elder brotherwith a shrewd outlook and undeniable charisma. A skilled manipulator,he gradually indoctrinates the three boys. More than anyone, he knows theirdisappointments, weaknesses and feeling of rebellion against the society inwhich they were born but in which they no longer feel they belong.Une cité dans l’agglomération Lilloise, aujourd’hui.Ali, Nasser et Hamza, âgés d’une vingtaine d’années, font la connaissancede Djamel, dix ans de plus qu’eux.Aux yeux d’Ali et ses amis, Djamel apparaît comme un aîné aux proposacérés et au charisme certain. Habile manipulateur, il endoctrine peu à peules trois garçons, connaissant mieux que quiconque leurs déceptions, NOTE D’INTENTIONleurs failles et leurs révoltes face à une société dans laquelle ils sont nés, Le terrorisme est aujourd’hui devenu plus présent qu’il est préparé pour que soient récupérés par le personnage de ne l’a peut-être jamais été, avec sa part de désignation Djamel la frustration, le désespoir, la colère, le morcellementmais dont aucun des trois ne pense plus désormais faire partie. fantasmée ou réelle de la menace. Le cinéma, ou la fiction identitaire. Se posent précisément de véritables questions de façon plus générale, ont fréquemment abordé d’écriture : comment aborder ce sujet et éviter les pièges ce sujet, par le raccourci, le sensationnalisme, le simple qui lui sont liés (l’exclusion ne conduit pas nécessairement prétexte à « thriller ». Ces approches ont en commun qu’il au terrorisme) ? Comment faire exister des personnages est entendu que les terroristes représentent le Mal. Posé de dans des complexités qui peuvent parfois nous échapper ? façon plus ou moins réductrice, caricaturale ou désincarnée, Comment rendre palpable, sans simplifications, sans ce postulat, par son évidence même, évite le plus souvent manichéismes, sans stéréotypes, leurs conflits, leurs tout approfondissement. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce contradictions, leurs rapports aux autres, à la société dans Mal ? Quelles sont les raisons folles, incompréhensibles, laquelle ils vivent, aux confrontations du monde ? ou sur lesquelles il faudrait au contraire se pencher, qui peuvent mener à ces barbares passages à l’acte ? Nous avons fait le choix d’aborder frontalement des questions dont les manifestations sont récurrentes Dans mon film, la dérive radicale et violente a aussi un sens dans le quotidien médiatique : souffrances sociales, métaphorique : elle est le symptôme révélateur d’un état mal-être et ghettoïsation des banlieues, sentiment d’être de société miné. Ali a le sentiment que la fermeture sociale nié, replis communautaires et religieux, destruction de qu’il subit malgré son investissement est la suite directe la croyance égalitaire, à l’échelle du vécu dans un premier de l’exclusion vécue avant lui par ses parents. Le terrain temps, et par extension à l’échelle mondiale.
  3. 3. ALI RASHID DEBBOUZE DJAMEL YASSINE AZZOUZ HAMZA YMANOL PERSET NASSER MOHAMED NACHIT ALI’S BROTHER KAMEL LAADAILI ALI’S MOTHER ZAHRA ADDIOUI DIRECTOR SET PHILIPPE FAUCON PATRICK COLPAERT S C R E E N P L AY PRODUCERS ERIC NEBOT YVES CHANVILLARD MOHAMED SIFAOUI NADIM CHEIKHROUHA PHILIPPE FAUCON P R O D U C T I O N C O M PA N Y PHOTOGRAPHY SCREENRUNNER LAURENT FÉNART CO-PRODUCTION SOUND C O M PA N I E S PASCAL RIBIER ISTIQLAL FILMS SOUND EDITING CRRAV NORD-PAS DE CÉCILE CHAGNAUD CALAIS SOUND MIX UFUND - UFILM - DRAGONS NATHALIE VIDAL FILMS COLOR GRADING WITH THE SUPPORT OF PIERRE SUDRE RÉGION PROVENCE ALPES COTE D’AZUR MUSIC CENTRE NATIONAL DU CINEMA BENOIT SCHLOSBERG ET DE L’IMAGE ANIMEE EDITING CANAL + SOPHIE MANDONNET CINECINEMA COSTUMES CENTRALE ELECTRIQUE OL PRODUCTION HÉLÈNE BUSUTTIL COFIMAGE 22 WORLD SALESPYRAMIDE INTERNATIONAL FRANCE – 2011 – FRENCH/ARABIC 5, rue du chevalier de saint george, 75008 paris T. 33(0) 1 42 96 02 20 • F. 33(0) 1 40 20 05 51 COLOR – 1.85 – DTS – 78 MN – 35 MM / DCPyoann@pyramidefilms.com • lgarzon@pyramidefilms.com WWW.PYRAMIDEFILMS.COM PHOTOS © LUC MOLEUX & CHRISTIAN ARGENTINO

×