Travail intellectuel, traces et réflexivité

724 vues

Publié le

Présentation au Séminaire préparatoire ENMI - 30 juin / 2 juillet 2014 sur "La « vérité » du numérique. Recherche et enseignement supérieur du point de vue des digital studies"

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
724
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Travail intellectuel, traces et réflexivité

  1. 1. Travail intellectuel, traces et réflexivité Séminaire préparatoire ENMI - 30 juin / 2 juillet 2014 La « vérité » du numérique. Recherche et enseignement supérieur du point de vue des digital studies Yannick Prié LINA, Université de Nantes
  2. 2. Plan 1. Inclinaisons théoriques 2. Éléments de réflexion sur sciences et numérique 3. Quelques propositions sur enseignement /recherche
  3. 3. Plan 1. Inclinaisons théoriques 2. Éléments de réflexion sur sciences et numérique 3. Quelques propositions sur enseignement /recherche
  4. 4. Travail intellectuel Tâches et objectifs multiples, ouverture Non finitude Lien fort aux inscriptions Réflexivité
  5. 5. Penser le travail intellectuel comme couplage homme / système Dynamique, 
 co-évolutif Énaction
 constructivisme
  6. 6. Étudier le couplage activité / inscriptions numériques observable 
 hors machine (vidéo, interviews) observable 
 en machine 
 (traces numériques) observables identifiables manipulables
  7. 7. Développement • Stabilités et instabilités • Échelles de temps • micro : sens • méso, macro : partage, 
 normalisation Trajectoires de couplage activité / inscriptions numériques
  8. 8. Inscriptions signifiantes Objets visés, saisis, créés, modifiés • plus ou moins explicitement perçus en tant que tels • plus ou moins partagés, inscrits dans des champs de signification liés à des pratiques • plus ou moins canoniques, inscrits dans les outils, partagés entre concepteurs et utilisateurs
  9. 9. Instruments numériques Médiateurs de la manipulation des objets Artefact-outil + schèmes incorporés (Rabardel) • artefact-outil = inscription numérique (application, sous- partie d’application, ensemble d’applications, etc.) Instrument Objet Instrument ArtefactSchèmes
  10. 10. Structures informationnelles Inscriptions-objet effectivement manipulées • canoniques : définies par les outils canoniques • non-canoniques : co-définies par les instruments qui permettent de les manipuler • e. g. sous-partie de formulaire, liste texte brut, agenda+doodle
  11. 11. Dynamiques instrumentales Co-développement du sujet et de son espace informationnel • objets canoniques et non- canoniques • instruments de manipulation des objets : instrumentation / instrumentalisation Echelles temporelles variées (micro, méso), partage
  12. 12. Dynamiques de réintégration 
 du sens en acte Penser l’évolution des espaces informationnels à des échelles variées • lecture et écriture, adaptation de système, fabrication d’instruments d’intelligibilité, évolution de système (ré-ingénierie), normalisation… Soutien à la réintégration • outils plastiques, outils paramétrables, technologies réflexives, logs, etc.
  13. 13. Plan 1. Inclinaisons théoriques 2. Éléments de réflexion sur sciences et numérique 3. Quelques propositions sur enseignement /recherche
  14. 14. Concepts et inscriptions Les concepts scientifiques ont des inscriptions support • textes, diagrammes, tableaux, figures, etc. • le concept existe en acte du fait de la lecture de ses inscriptions support Une inscription supportant un concept est liée à d’autres inscriptions supportant d’autres concepts, mobilisées ou mobilisables dans un raisonnement ou un calcul • arrimage plus ou moins rigide des concepts entre eux
  15. 15. Arrimages
  16. 16. Activité scientifique Travail intellectuel consistant notamment à partager et à négocier les inscriptions de la science • forme, manière de les écrire, de les lire, de les lier entre elles, de les catégoriser, critères de solidité des arrimages, etc. • en fonction des besoins : expérimentations, démonstrations, publications, etc.
  17. 17. Le numérique comme technicisation et facilitation des processus de liaison entre inscriptions Construction explicite des liaisons et donc des arrimages • hypertexte, accès instantané, données ouvertes Découverte de liaisons et d’arrimages potentiels • recherche d’information, apprentissage, fouille, découverte Formalisation opérationnelle des liaisons en vue des arrimages • automatisation des processus de lecture, de calcul, de transformation, simulation
  18. 18. « Concept numérisé » Objet du scientifique, de la discipline, dont on peut étudier • la matérialisation en inscriptions plus ou moins liées formellement • le ou les instruments qui en permettent l’appréhension • la diffusion entre individus et collectif, la circulation au sein des groupes, la négociation • l’évolution : apparition, stabilisation, intégration, disparition • …
  19. 19. Matérialisations des concepts sur écrans Surface d’appréhension des inscriptions numériques • texte, figures, tableaux, graphes, etc. Remarque : décalage • inscriptions-données • inscriptions-représentations
  20. 20. Concepts au-delà de l’ici et maintenant écranique Interaction • comme dépassement de la surface : exploration, construction, modification Incorporation • schèmes et non-immédiateté de l’appréhension Les concepts numérisés sont appréhendés et construits dans des pratiques instrumentées de manipulation : instruments numériques
  21. 21. Tracer les pratiques scientifiques Observer les concepts numérisés et les instruments numériques associés • niveau individuel micro / méso • niveau collectif micro / méso / macro pour • faire de l’épistémologie ou de l’anthropologie de laboratoire « numériques » (DH) • construire des technologies réflexives à destination des chercheurs
  22. 22. Traces pour une épistémologie numérique Mettre en évidence les pratiques numériques, les mutations induites par le numérique • liens savoirs / inscriptions • processus de construction des savoirs, de certification • notamment automatisation • processus de diffusion Construire la ou les epistémè associées
  23. 23. Traces pour les technologies réflexives des scientifiques La trace de ses pratiques comme objet réflexif pour prendre conscience • de sa manière de produire de la science par les inscriptions • des processus et de leur degré d’automatisation • pouvoir valider ou ré-interroger les traitements automatiques, la délégation de traitement
  24. 24. Traces pour les technologies réflexives des scientifiques (2) La trace comme élément de médiation permettant le partage de ses pratiques • pairs : science ouverte • public : médiation scientifique Questions d’éditorialisation Projet Episteme 
 (astrophysique, histoire)
  25. 25. Plan 1. Inclinaisons théoriques 2. Éléments de réflexion sur sciences et numérique 3. Quelques propositions sur enseignement /recherche
  26. 26. Recherche Favoriser la réflexivité sur les pratiques de travail intellectuel instrumenté • scientific digital literacy • fournir des technologies réflexives Étudier les pratiques numériques de la science comme travail intellectuel • objets et instruments numériques mobilisés • différences entre disciplines
  27. 27. Liens recherche / monde Recherche <—> enseignement (en et hors université) • communautés de pairs étendues + recrutement
 vs compréhension + appui sur la recherche Recherche <—> public • communautés de pairs étendues vs compréhension Les inscriptions ouvertes permettent la liaison • open access, open educational ressources, open science, etc.
  28. 28. Ingénierie (sociale) de la science ? « L’oeil de Dieu » (Pentland) appliqué au pratiques scientifiques" • voir la science en train de se faire à partir de ses traces" • qui ?" • intervenir" • à quel niveau ? comment ?" • gérer la mise en abîme
  29. 29. Conclusion La science comme travail intellectuel et lecture / écriture : les inscriptions numériques portent les concepts scientifiques, tandis que les manipulations numériques portent les concepts en acte Les traces numériques peuvent contribuer à décrire une Epistémè numérique (en construction), mais aussi à fournir des technologies réflexives aux chercheurs Ces traces offrent des points de liaison supplémentaires au sein du monde scientifique et avec les différentes couches de la société L’ouverture permet de les transformer en point d’accroche et de poursuivre une mutation dans un sens potentiellement bénéfique
  30. 30. Mutation numérique de l’informatique ? Science en tant que travail intellectuel : mutation des pratiques comme tout le monde Accompagnement des mutations dans les sciences: adaptation des concepts, émergence de sous- disciplines (e.g. bio-informatique) Y-a-t’il des choses qui changent ? • Plus de réflexivité que les autres ? • Big data sur le big data ?
  31. 31. Merci de votre attention

×