SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  28
Edité par de Vergezac Matthieu
Année de création : 2019
Projet : Innovation sociale :
création d’un tiers-lieu éditorial
Cadre du projet : scolaire
création d’un tiers lieu
éditorial
INNOVATION
SOCIALE
IUT Bordeaux MontaigneA. Bouldoires, A. Monseigne et C. Forthoffer
Communication des
Organisations
Mars 2019
SOMMAIRE
PARTIE 1: tiers-lieu éditorial à Cenon
INTRODUCTION
PARTIE 2: tiers-lieu éditorial itinérant
CONCLUSION
Benchmark
Personas
Concept
Structure du lieu et matériel
Animation
Site internet et réseaux sociaux
Benchmark
Personas
Concept
Structure du lieu et matériel
Animation
Site internet et réseaux sociaux
ETUDE DE L’EXISTANT: les tiers lieux et bulletin municipal
Planning
p.1
p.1
p.5
p.5
p.8
p.10
p.12
p.13
p.13
p.16
p.16
p.17
p.18
p.20
p.21
p.21
p.22
p.23
1
INTRODUCTION
Il nous a été demandé de penser un tiers-lieu éditorial qui permettrait aux citoyens
de produire un journal territorial. Il s’agissait pour nous d’innover, de créer et de
concevoir cet espace inédit. Il a donc fallu penser non seulement aux outils utiles à
sa mise en oeuvre, mais également à sa gouvernance et à son organisation interne.
L’objectif principal était de trouver comment impliquer une majorité des citoyens
dans ce projet, alors qu’ils seraient principalement novices en journalisme. Nous
avons retenu que le but premier de ce projet était de donner la parole aux habitants,
par les habitants, pour les habitants. Il était important de trouver comment augmenter
le sentiment d’appartenance de ces citoyens à la vie communale.
Dans un premier temps, il est important de bien comprendre la notion de tiers-lieu et
les enjeux d’un journal municipal.
ETUDE DE L’EXISTANT: les tiers-lieux
Qu’est-ce qu’un tiers-lieu?
Il est difficile de donner une définition exacte d’un tiers-lieu puisqu’il s’agit avant
tout d’un état d’esprit, d’une entreprise sociale : il faut professionnaliser le lieu, ce
n’est pas pour répondre à une tendance mais pour proposer quelque chose d’officiel.
Le tiers-lieu répond également à une utilité sociale qui vise à créer des conditions
favorables à l’émergence d’idées et à redonner du sens au travail en proposant un lieu
de créativité, de convivialité et de recherche d’équilibre des personnes. La recherche
de la performance économique est tout aussi présente, avec un intérêt de plus en plus
marqué pour son impact social et environnemental.
Comment créer un tiers-lieu?
En premier lieu, il est nécessaire de visualiser le projet commun. Pour ce faire, il est
indispensable de le définir et de le faire maturer par tous les acteurs en présence et
à en devenir (par le biais de sondage, d’audites, …) tout en ayant une connaissance
poussée du territoire sur lequel nous souhaitons nous implanter.
Une phase “d’éveil” est nécessaire, en ce sens les personnes concernées pourront
avoir la parole afin que les besoins des futurs utilisateurs et le souhait de création
aillent dans le même sens.
2
Accompagnement: aide à la création d’une communauté
Les diverses formes de tiers-lieu
Rôle des adhérents à un tiers-lieu
Les formes de gouvernance existantes au sein des tiers-lieux
L’enjeu d’un tel projet étant que les personnes se sentent investies et concernées par
le projet. Sa réussite ne réside pas dans l’espace proposé mais dans les capacités de
la communauté à le construire et l’entretenir.
Il est utile, dans le public cible, d’identifier un besoin commun, une démarche qui
pourrait concerner le plus grand nombre, afin de mettre ces points en exergue. Il
faut donc être flexible dans la mesure du raisonnable pour contenter les besoins du
public avec différents moyens. Des workshops/ateliers devront être mis à disposition
des usagers. L’entraide et le partage des connaissances acquises sont les ressort sur
lesquels repose une telle entreprise.
L’espace doit être pensé dans l’idée d’une appropriation par les usagers. De ce fait
les adhérents seront en mesure de créer des liens d’échanges.
Un tiers-lieux peut être : un espace de coworking, une pépinière, un café associatif,
un jardin partagé, un fablab ou encore un makerspace.
Un espace de coworking (ou pépinière) est un lieu qui peut aussi bien être implanté à
l’intérieur d’une entreprise qu’une zone de travail se suffisant à elle-même. Il a pour
vocation de proposer un espace de socialisation, et donc de permettre à des actifs de
travailler en collaboration.
Un café associatif est un café sans but lucratif, organisé pour être un lieu de vie, de
rencontres, de convivialité et de créativité.
Un jardin partagé est lieu de vie ouvert sur le quartier, convivial, qui favorise les
rencontres entre générations et entre cultures. Il privilégie une gestion écologique et
est un terrain d’expérimentation pour des pratiques respectueuses de l’environnement.
Un FabLab est un réseau d’ateliers qui partagent leurs projets et peuvent s’associer,
exporter ou diffuser certaines réalisations.
Un makerspace est un tiers-lieu de type atelier de fabrication numérique - une
évolution du hackerspace, ouvert au public et mettant à disposition des machines-
outils à commande numérique habituellement réservées à des professionnels dans un
but de prototypage rapide ou de production à petite échelle.
Dans le cas de la création d’un tiers-lieu participatif, l’organisation sera ouverte au
plus large public, qui sera force de proposition et acteur de la rédaction.
Exemple de la Nouvelle Aquitaine
57% des tiers lieux de Nouvelle-Aquitaine ont une gouvernance de type associative,
12% de type coopérative et 20% sont de type privé. Les contributions bénévoles sont
encore aujourd’hui très importantes au sein des tiers lieux, qui s’auto-administrent
dans la plupart des cas ; en Nouvelle-Aquitaine, 12% des tiers-lieux seulement sont
gérés par des collectivités locales.
Depuis deux ans, les tiers-lieux créent des emplois pour décharger les bénévoles et
développer les structures
3
Le bulletin municipal a généralement une périodicité trimestrielle.
ETUDE DE L’EXISTANT: bulletin municipal
Qui est concerné par la rédaction du bulletin municipal au sein de la mairie ?
C’est le pôle communication de la mairie qui dirige. Pour créer les contenus, ce
sont les responsables de tous les pôles qui fournissent les idées et les infos brutes :
communication, culture, ressources humaines, finances, urbanisme, enfance et CCAS,
service technique et entretien, environnement. Un rédacteur est employé pour relire
et organiser les contenus.
Lors de son élaboration, il y a 60% de rédacteurs, 20% de graphistes/maquettistes et
20% de photographes.
Comment sont organisées les réunions ?
Tous les représentants de pôles se réunissent à l’occasion de 2 réunions. Pendant
les 3 mois avant la publication du bulletin, chaque pôle partage ses opinions sur la
contenance du bulletin par rapport à sa commission.
Quelles sont les règles du bulletin municipal ?
- Respect de trois couleurs
- Définition d’un nombre de caractères, en lien avec le budget défini pour sa rédaction
- Insertion de l’édito du maire au début en introduction
- Publicités de partenaires à la fin du bulletin
Comment se déroule l’impression du bulletin municipal ?
Le bulletin municipal est envoyé à l’imprimeur après relecture et mise en forme
du dossier par le rédacteur. Il y aura ajustement des textes, couleurs, images par
l’imprimeur, et le choix du papier.
Quelles sont les généralités du bulletin municipal ?
La presse editoriale compte environ 26 pages par journal.
Budget annuel des publications :
	 28 000€ pour les communes de 5 à 20 000 habitants
	 90 000€ pour les communes de plus de 20 000 habitants
À l’heure actuelle, le journal municipal tend vers plus de visuel.
4
Compte tenu de cette analyse et de la
démarche innovante de notre projet,
nous avons opté pour deux propositions
de tiers-lieux : un tiers-lieu fixe et
un tiers-lieu itinérant.
5
PARTIE 1: tiers-lieu éditorial
à Cenon
Benchmark
Les journaux de quartier
> Journal des habitants du parc
Le Journal des habitants du parc est un journal trimestriel de huit pages. Il est fait par les
habitants accompagné d’un mini-guide du parc, d’une petite publication pratique/ludique/
familiale composé d’idées et de conseils pour des activités à faire en famille. En plus de cela,
un agenda des animations est joint aux envois de mars et de septembre-octobre.
Ce journal gratuit et sans abonnement est une offre réservée aux habitants du territoire du parc
naturel régional des Caps et Marais d’Opale et distribué dans les boîtes aux lettres ainsi que
dans les mairies, maisons du département, estaminets randonnée, offices de tourisme et autres
lieux d’informations publiques.
> Journal “Vie de quartier” : Nice
Le Journal “Vie de quartier” de Nice est un journal mensuel conçu et écrit par des habitants des
quartiers. Financé par la ville, il met chaque mois un quartier de la ville en avant.
> Journal quartier : “l’écho de Saint-Pierre Quilbignon”
Le Journal L’écho de Saint-Pierre Quilbignon est un journal de quartier, fait par des habitants
bénévoles, et subventionné par la ville de Brest. Mensuel, il existe depuis janvier 1988. Distribué
dans les commerces et les lieux publics à 2000 exemplaires, ce journal donne les nouvelles du
quartier et des associations. De plus, l’association «Mémoire de Saint-Pierre» l’enrichit par
ses articles sur l’histoire et les témoignages du passé. L’Echo de Saint-Pierre est adhérent du
collectif des journaux de quartiers brestois.
> Journaux de quartiers de la ville de Nantes
Les journaux de quartier de la ville de Nantes sont des journaux de chaque quartier gratuit
et financé par la ville de Nantes. Élaboré par chaque habitants bénévoles des quartiers, à
destination, principalement, des habitants des quartiers concernés. Chaque quartier a un
référent fixe pour la rédaction.
> Journal de quartier de Bacalan
Le Journal de quartier de Bacalan est un journal ayant pour but d’informer et de créer du
lien social. Rédigé par les habitants et les associations du quartier, les réunions sont présidées
par une directrice de publication et une coordinatrice. Une charte editoriale reprend la ligne
éditoriale du journal et la liste des devoirs professionnels des journalistes. Le journal sort tous
les 3 mois et le comité se réunit 4 à 5 fois par numéro :
Première réunion : bilan du numéro précédent puis proposition de sujets/dossiers/articles du
numéro à venir.
4 à 5 réunions durant lesquelles les articles sont lus, discutés, corrigés, approuvés ou rejetés.
Avant dernière réunion : réunion de bouclage (textes, photos et autres documents validés puis
fournis au maquettiste pour la mise en page).
Dernière réunion : relecture du journal, ultimes corrections et “bon à tirer” qui autorise son
impression.
Les membres du comité de rédaction et des bénévoles distribuent les journaux dans les boîtes
aux lettres secteur par secteur.
6
> Journal de quartier de Grenoble : Écritures - Journal d’expressions libres (04/1999)
Le Journal d’expressions libres est le journal de quartier de Grenoble écrit par des femmes,
seules, collectivement ou avec l’aide d’un «scribe», puis l’animatrice retravaille avec elles la
mise en forme, le contenu, le vocabulaire. Elles écrivent elles-mêmes leur texte sur l’ordinateur
puis font ensemble la maquette du numéro. Une réunion est prévue tous les quinze jours. Le but
est de se former à l’écriture et d’échanger avec les autres habitants.
> Journal Les Antennes - Le journal participatif de Grenoble
Le journal Les Antenne est un journal pour donner la parole aux habitants. Ces derniers ont
réalisé jusqu’à aujourd’hui de nombreuses enquêtes participatives et publiés des articles que
les habitants leur envoient. La ligne éditoriale est le développement durable avec quatre piliers
: l’environnement, le social, l’économie solidaire et la gouvernance. Dans ce cadre, tout sujet
peut être traité s’il a un lien avec la ville de Grenoble.
> Journal de quartier de Brest fait par des jeunes
Le journal de quartier de Brest est un web-journal regroupant environ 15 jeunes de 10 à 14 ans.
Ils se regroupent une fois par semaine durant 1h30. Le journal a des partenaires tels que FOL,
MPT Guelmeur, Patronage Laïque Pilier Rouge, Bibliothèque municipale St Marc...
> Journal “le p’tit coucou” par le CCAS de Roubaix
Le journal Le p’tit coucou est un journal où les usagers sont intégrés dans toutes les étapes de
production du journal : sa conception (choix des thématiques et rubriques), sa rédaction (seuls
rédacteurs) et sa diffusion.
La conception du journal est la suivante :
- 6 séances d’écriture de deux heures chacunes, animées par 4 personnes (2 intervenants de la
compagnie d’artistes «Les chiens tête en haut», 1 travailleur social et la psychologue de l’Étape)
Des jeux d’écritures sont organisés par les intervenants pour amener les participants vers la
rédaction. Les séances ne sont pas soumises à un programme précis, les participants choisissent
eux-mêmes les thématiques.
Le comité de rédaction, composé de participants et d’animateurs, valide la parution des articles
avant publication du journal. Une charte rédigée par le comité de rédaction est soumise à
chaque participant pour poser les règles de l’atelier d’écriture.
Le CCAS de Roubaix mobilise son service de communication pour la création graphique,
l’impression et la publication.
Afin de favoriser la participation du plus grand nombre, dans le cadre de l’action, l’Etape a permis
la participation de l’ensemble des usagers à l’atelier d’écriture sans appartenir forcément à cet
atelier.
La distribution du journal se fait par les usagers eux-même : exemplaires déposés dans les
boîtes aux lettres du quartier, dans des organismes médico-sociaux de Roubaix.
> Journal de quartier de Poitiers “Au coin de la rue” :
Le journal Au coin de la rue est composé de 9 organisateurs et/ou rédacteurs et des habitants qui
participent quand ils le souhaitent. 4 numéros par an sont distribués à 3000 exemplaires chez tous
les commerçants, cabinets médicaux, établissements scolaires partenaires. Ils en distribuent
aussi une petite partie dans des boîtes aux lettres. Le journal est soutenu financièrement par
des acteurs économiques du quartier, du Centre d’Animation de Beaulieu, de la Ville de Poitiers
et du Conseil Général de la Vienne.
7
Benchmark des journaux créés par les habitants des quartiers
Distribution
Boite aux lettres + lieux stratégiques (offices de tourismes, gare, mairies,
maisons de quartier…), par les usagers eux-mêmes.
Prix/Abonnement Gratuit et sans abonnement.
Population visée Quartier/Communauté de commune concerné(e) par le magazine.
Temporalité Temporalité variable : De 2 semaines à quadrimestriels.
Nombre de pages 10 à 20 pages.
Financement Mairie + Emplacements publicitaires + Région
Matériel fournis Service communication de la mairie
Autre: associations, tiers-lieux...
> Association “Naqu1oeil”
L’association Naqu1oeil est un guide des quartiers de la Bastide et de Bacalan par les habitants.
Ils veulent “faire des livres avec ceux qui n’en font pas d’habitude” selon leurs dires. Ce projet
est mené grâce au soutien du fonds de dotation InpPACT. C’est une initiative pour le partage
culturel. Leurs partenaires sont Bordeaux, Gironde Le Département, Caf de la Gironde.
> Quartier Libre
Quartier Libre est le journal des étudiants, fondé à Montréal en 1993. Écrit et réalisé par les
étudiants (principalement en filière journalisme mais pas que) qui traitre d’une variété de
sujets (du local au régional, voire national avec les débats et questions de société) il oscille
entre 20 et 30 pages.
> Tier-lieu “Le Kiosque”
Le Tier-lieu Le Kiosque est un lieu ouvert à tous types d’activités et accueille des professionnels
aux métiers complètement différents : archéologue, couturière styliste modéliste, relaxation
créative, développement et création de jeu de société, et même un boucher, comptable et
poète. Toutes ces personnes se retrouvent autour de deux grands thèmes que sont le partage
et l’échange. Ils développent également une relation particulière à l’art avec des expos de
peinture organisées au Kiosque. Auparavant itinérant, il est désormais implanté au centre de la
ville de Nérac. C’est un espace de travail partagé à proximité du domicile qui a vu le jour dans
le besoin de créer du lien social et de travailler en dehors de chez soi.
> le blog Bondy Blog
Le blog Bondy Blog est un média en ligne né au moment des révoltes urbaines de novembre 2005,
après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. Il a été fondé par le magazine suisse L’Hebdo dont
la volonté était de donner la parole aux habitants des quartiers populaires.
Plus d’une décennie plus tard, l’objectif de raconter le quotidien de celles et ceux que l’on
n’entend pas ou dont la parole est déformée, stigmatisée, minoritaire, n’a pas changé. La
rédaction, ouverte à tous, est constituée d’une vingtaine de reporters, pas tous journalistes
professionnels, mais en formation, en recherche d’emploi, en début de carrière professionnelle,
à la retraite…
8
Personas
Pour ce qui est des cibles visées, nous avons établi un panel sur la base de personas créé
collectivement pour obtenir une représentativité dans ses contributeurs potentiels. Un
échantillon de 5 profils a été fixé, couvrant une large gamme de catégories socio-professionnelles
(étudiants, chômeurs, salariés, retraités, …).
Amed
32 ans
Habite depuis 4
ans dans le haut
Cenon
Marié, 2 enfants
Manutentionnaire
Aime :
Écologie
La famille
Se reposer
Freins :
S’occuper de sa famille
Difficulté d’écriture
Horaires
Aime pas :
Le racisme
L’ art
L’ injustice
Motivation :
S’intégrer
Être un porte-parole
Leader dans l’ âme
Roger
46 ans
Habite depuis 15
ans dans le haut
Cenon
Divorcé, 2 enfants
Chômeur
Aime :
Sortir avec ses amis
La culture
Le sport
Freins :
Distance
Timide
Peur de sentir exclu
Aime pas :
Les outils numériques
Les politiciens
Motivation :
Rencontrer du monde
Se sentir utile
Se relancer
Benchmark des journaux créés par des concepts alternatifs
Disposition du lieu Tiers-lieux
Distribution
Boite aux lettres + lieux stratégiques (offices de tourismes, gare,
mairies, maisons de quartier…), par les usagers eux-mêmes.
Prix/Abonnement Gratuit et sans abonnement.
Population visée Quartier/Communauté de commune concernée par le magazine.
Temporalité Temporalité variable : De 2 semaines à quadrimestriels.
Nombre de pages Dizaine de pages.
Financement Mairie + Emplacements publicitaires + Région
Matériel fournis Service communication de la mairie
Bilan du benchmark des différents tiers-lieux proposant une alternatives aux
journaux communautaires dits “classiques” :
9
Alban
25 ans
Habite depuis 2
ans à Floirac
En couple depuis
2 ans
Auto-entrepreneur
Aime :
Esprit start-up
Crossfit
PAO
Freins :
Habite pas Cenon
Ne se sent pas à sa place
Aime pas :
Mots croisés
Perdre son temps
Motivation :
Partager
Revivre l’esprit du
journal du lycée
Damien
19 ans
Habite à Cenon
depuis tout
petit avec sa
famille
Célibataire
Etudiant en fac
Aime :
Apprendre
Les séries
Les réseaux sociaux
Freins :
Flemmard
Non véhiculé
Peu disponible
Aime pas :
Les règles
Être cadré
Motivation :
Intéressé par le journalisme
Curieux de tout
Engagé dans une
association de foot
10
Concept
Objectif
Dans le but d’offrir un nouvel espace de liberté et d’expression au sein de la commune de
Cenon, la création d’un tiers-lieu éditorial répond à trois besoins : tisser des liens entre les
citoyens, créer (ou renforcer) le sentiment d’appartenance au sein de la communauté, et offrir
un nouveau mode de communication avec les élus.
L’objectif final est de publier un journal municipal trimestriel (qui remplacerait le format
institutionnel précédent) dont la forme et le fond seront dictés par les propositions et réflexions
des Cenonnais.
La charte graphique et les sujets changeront d’un numéro à un autre.
La contribution au journal se fait au sein du tiers-lieu, mais il est toutefois possible de la faire
via les réseaux (site web, réseaux sociaux).
Présentation du tiers-lieu
Zone géographique:
Nous avons choisi de situer le tiers-lieu à Cenon car cette commune offre une grande diversité
de profils (enfants, étudiants, jeunes actifs, retraités), permettant au projet d’accroître ses
chances de prospérité.
Le Haut-Cenon nous a semblé être le choix idéal pour sa grande concentration d’habitants et
son accessibilité (tram et bus).
Budget:
Il s’agira d’un projet directement porté par la municipalité de Cenon, le budget (location des
locaux, achat du matériel, etc.) sera validé et alloué par la mairie.
Permanents:
Gardien: Personne qui s’occupera des lieux en veillant à ce que tout le matériel soit bien
entretenu lors de l’utilisation ainsi que de l’ouverture/fermeture du tiers-lieu.
Hôte(sse) d’accueil :
Personne qui sera présente pour accueillir les personnes, leur montrer les locaux ainsi que les
activités qui sont effectuées au sein du bâtiment. Elle sera aussi une aide pour celles et ceux
dans le besoin dans la salle commune.
Audiovisuel :
Personne qui présentera plusieurs ateliers audiovisuels tels que : la photographie, la vidéo, la
PAO et la prise de son. Elle pourra proposer son aide lors de la mise en place du journal, des
articles sur le site web, des montages vidéo et des retouches photos.
Linguistique :
Personne qui sera la référente de tous les ateliers tournant autour de l’écriture et qui sera un
supplément lors de la mise en page du journal en offrant son aide aux gens présents. Elle pourra
aussi proposer son aide pour des personnes ne maîtrisant pas la langue française ou lors des
corrections des différents articles.
11
Horaires :
Compte tenu de la multiplicité des participants, et de la disponibilité de ses membres permanents,
les horaires du tiers-lieu couvriront la deuxième moitié de la semaine.
Ses horaires seront aménagés en tenant compte des impératifs qui pourraient limiter la venue
de ses membres (vie de famille, activités principales).
Mercredi : 12h-20h / Jeudi : 12-14h / 17h-20h / Vendredi : 12h-14h / 17h-20h / Samedi : 10h-19h
/ Dimanche : 11h-16h
Fonctionnement :
La rédaction d’un journal municipal en commun nécessitera une organisation structurée.
Néanmoins le principe est de casser la disposition verticale usuelle à ce type de projet. Nous
opterons donc pour un fonctionnement horizontal mettant au centre de son dispositif les citoyens,
afin de créer un lieu propice à l’échange (contact entre habitants, transfert de compétences) et
de maximiser l’intégration de ses membres.
Pour ce faire, la mairie mettra à disposition du tiers-lieu des permanents polyvalents dans les
domaines de la photographie, du journalisme et de l’audiovisuel qui apporteront leur soutien
régulier aux habitants dans l’élaboration du journal. Sur une période de 90 jours, voici ce que
cela donnerait :
Diffusion :
Le journal municipal est initialement envoyé par la mairie dans les boîtes aux lettres des habitants
de la ville. Ce principe ne changera pas, mais il inclura également toutes les associations et
structures alentours.
Aussi, il sera disponible au format PDF sur le site de la mairie ainsi que sur le site propre au
tiers-lieu, une façon de rester dans l’ère du temps.
Evolution :
Sur le long terme, le tiers-lieu pourra s’auto-gérer, s’auto-déterminer et être auto-suffisant : il
pourra être un lieu autonome où les citoyens se forment entre eux et échangent sur la création
du journal indépendamment de la mairie.
12
Structure du lieu
Conçu sur le modèle des espaces de co-working qu’on peut trouver dans plusieurs métropoles
françaises (Paris, Nantes, Marseille, …), le tiers-lieu sera aménagé en plusieurs zones semi-
ouvertes, réparties selon les activités (salle de formation, salle de rédaction, salle informatique,
espace de détente).
Pour faciliter l’accès de tous les participants (personne(s) handicapée(s)), le tiers-lieu sera un
espace de plein-pieds avec une zone extérieure et un espace fumeur.
13
Matériel
À la disposition des membres du tiers-lieu, un certain nombre d’outils :
- Des ordinateurs avec des logiciels PAO (suite Adobe)
- Un système de stockage de données
- Une imprimante de bureau pour la réalisation des tests
- Des agrafeuses
- Des appareils photos
- Des caméras
- Des micros
- Des vidéoprojecteurs
- Des scanners
- Des tutoriels vidéos
Dans un mouvement de partage, de savoir-vivre ensemble et d’écologie, les fournitures
bureautiques telles que les feuilles et la papeterie pourront être fournies par les habitants
directement depuis leurs domiciles.
Animations
Un personnel encadrant (journaliste, photographe…) sera toujours présent pour prendre en
charge les participants afin de leur apporter un soutien concernant les différentes étapes de
fabrication du journal. Ainsi, les participants pourront être conseillés à tout moment et se
mettre à niveau sur les différentes activités : écriture journalistique, dessin de presse, etc. Il
sera possible d’intégrer le tiers-lieu même en cours de trimestre et de se mettre rapidement
aux niveaux des autres.
À cela s’ajoute le fait qu’il n’y a pas de hiérarchie, et que les connaissances sont horizontales
: toute personne ayant des compétences doit pouvoir accompagner quelqu’un dans le besoin.
Autrement dit, les participants pourront toujours trouver sur place :
Soutien de langage :
Les personnes dont les notions lexicales de français sont balbutiantes pourront bénéficier
d’une aide en français. Que ce soit des permanents ou des participants dont le niveau de
français écrit est certifié, toute personne doit pouvoir être accompagnée.
Concernant les personnes en réelle difficulté (analphabétisme / non maîtrise de la langue),
des micros seront mis à leur disposition afin qu’elles puissent enregistrer leurs articles.
Celui-ci sera par la suite retranscrit à l’écrit par un permanent ou un participant.
Photo :
	 • Prise de vue : l’atelier se fait en deux temps:
> Réflexion sur le choix des prises de vues à effectuer en lien avec les articles.
> Déplacement sur le lieu concerné pour la photographie encadré par un professionnel
en petit groupe. Les personnes désireuses de cet atelier s’inscriront sur un planning
relativement souple afin de déterminer le jour de leur sortie.
	 • Retouche photo :
Une fois les prises de vues effectuées, les participants pourront retravailler leurs photos
grâce à des logiciels de PAO mis à disposition avec une possibilité d’encadrement par un
professionnel.
14
Aide à la structuration des articles :
Un permanent qualifié dans l’écriture sera toujours présent afin d’accompagner, conseiller,
relire les articles des participants. Au-delà de l’aspect lexical, l’idée est d’apprendre à
construire un article pour un journal tant sur le fond que sur la forme.
Réunion choix des sujets :
En début de trimestre, une semaine de réunion sera prévue afin de suggérer les grands
sujets communs (en rapport avec la ville, qui permet à chacun d’être impliqué), qui seront
traités dans le prochain journal. Les idées seront notées sur un tableau et laissées à la vue
de toute personne ayant ratée la réunion afin qu’elle puisse rajouter un sujet si elle le
souhaite. Privilégiant un fonctionnement démocratique, un système de vote s’effectuera
à l’issue de cette semaine pour choisir les sujets (exemple : 15 sujets « communs » pour
chaque édition). Afin d’inclure tous les habitants de Cenon, le principe de “vote par
mégots” sera installé dans différents points stratégiques de la ville ainsi qu’un vote sur le
site ou la page Facebook dédiée. Il y aura également un « journal mural » mis à disposition
des usagers afin de proposer des sujets d’articles.
Une fois le vote effectué, les participants choisiront de travailler sur le/les sujets qui
les intéressent le plus et formeront des groupes afin de favoriser l’échange. Ces derniers
demeureront suffisamment souples afin de pouvoir intégrer une personne en cours de
route. Ils se mettront d’accord entre eux pour leur rendez-vous afin qu’ils se sentent 100%
responsables et impliqués. L’autonomie donnée aux participants devrait assurer le bon
fonctionnement de la construction des articles et donc du journal.
Réunion rédactionnelle (validation des sujets) :
Chaque article fini fera l’objet d’une vérification et d’une validation par le responsable de
rédaction. Le dernier jour de la huitième semaine sera la date buttoir de ces validations
afin de laisser le temps nécessaire à la mise en page du journal (cette étape se fera par
un permanent du lieu). Ainsi, tout article donné au-delà de cette date se verra soit publié
dans le journal suivant, soit publié sur le site internet de la mairie (selon la décision de
l’auteur de l’article).
À la fin du trimestre, un rassemblement aura lieu afin d’exposer les contenus et photographies
créés par les habitants qui n’apparaissent pas dans le journal, et d’offrir un moment de
convivialité aux Cenonnais.
Atelier dessin de presse (parents/enfants) :
Tout comme la photo, le dessin est un moyen d’illustrer les écrits. Des conseils liés à la
technique seront donnés par le permanent responsable de cet atelier. L’idée est ici de
permettre aux enfants en bas âge de pouvoir s’exprimer au même titre que les adultes via
un support plus ludique ; mais surtout de favoriser l’échange parent enfant. Bien entendu,
cette activité ne sera pas uniquement réservée aux enfants.
Enquête de terrain :
Toujours faite en présence d’un permanent, un groupe de 4 / 5 sortira de la structure pour
prendre des photos (cf. point photo) mais aussi interviewer des habitants afin d’appuyer
un article et inclure les habitants qui ne participent pas à la rédaction du journal.
Cela permettra d’acquérir des compétences techniques sur le terrain telles que prise de
vue, prise de son, interview.
Ce contenu pourra se retrouver sur plusieurs supports, à la fois sur le journal que sur le
site internet. Aller à la rencontre des citoyens pour une interview (par exemple) sera le
moyen de faire connaître le tiers-lieu et d’inciter les habitants à rejoindre l’initiative.
15
Vidéo (création, prise, montage) :
Le principe de ce tiers-lieu va au-delà d’un simple journal papier : les participants auront
les moyens de réaliser des articles, reportages au format vidéo, qui seront disponibles sur
le site web de la mairie (cf point terrain).
Son (création, prise, montage) :
Afin de compléter le format vidéo par un son de qualité, les moyens de prise de son et de
montage son seront à disposition des participants.
Voici un exemple de planning que le tiers-lieu pourrait mettre en place sur le trimestre :
Site internet et réseaux sociaux
Pour le tiers-lieu, et pour faire participer un maximum de monde de la commune, il faudra
plusieurs réseaux sociaux ainsi qu’un site internet.
Le site internet
Pour le site, un calendrier pourra être mis en place pour pouvoir avoir accès au cours, à leurs
disponibilités, ainsi qu’à l’avancée du journal.
Pour tous les numéros publiés, le site comportera évidemment des articles qui seront un plus
pour parler des actualités en quasi temps-réel. Un article pourra comporter des vidéos, qui
seront hébergées sur YouTube, des enquêtes sur la vision que peut avoir la collectivité sur leur
commune, etc. On retrouvera en plus les journaux en version numérique.
Enfin ce site sera relié au site mère de la commune pour faire savoir aux nombreux habitants
qui en font partis, qu’un tiers-lieu existe désormais au sein de la commune. Le calendrier sera
lui aussi lié à ce site pour que toutes personnes puissent se tenir au courant, si elle n’est pas au
courant qu’un site dédié existe.
16
Les réseaux sociaux
Facebook : Réseau social numéro 1, mais de plus en plus plébiscité par les personnes actives
que par les adolescents et les jeunes actifs qui viennent de se lancer dans le monde du travail,
il permettra de faire des sondages ainsi que d’avoir des interactions entre citoyens.
Instagram : C’est LE principal réseau utilisé par les adolescents, il pourra accorder aux jeunes de
voter pour les couvertures du journal, qui leur plaisent, à travers les publications des graphistes
et des sondages liés à ses couvertures.
YouTube : Plateforme d’hébergement et de partage vidéos, le tiers-lieu pourra y mettre ses
vidéos de tutoriel, par exemple, et ainsi partager ses savoirs directement sur le web, et pourquoi
pas la vie du tiers-lieu.
SoundCloud : Réseau social de musique et podcast permettant d’héberger des podcasts ainsi
que des émissions radios.
(Twitter : Réseau social qui est spécialisé dans l’instantanéité et le plus utilisé par les jeunes
actifs, il permettra de discuter du lieu et de l’avancé du journal avec les citoyens de la commune).
PARTIE 2: tiers-lieu itinérant
Benchmark
Verovati :
Verovati est un atelier de sérigraphie itinérants. Réaliser sur 5 ateliers d’une journée dans 5
bibliothèques différentes, la structure accueille un public de 8 à 88 ans et porte sur une réalisation
collective de sérigraphies. Ces dernières se basent sur des anecdotes ou des légendes observées
aux Balkans. Elle propose des ateliers enfants/adultes, sollicite des lycéens à la création, ateliers
arts imprimés enfants/parents le matin et enfants l’après-midi, des fresques, des ateliers tampons,
composition collectives sur draps avec une école maternelle, etc. Les oeuvres sont exposées dans
les bibliothèques de quartiers.
La radio itinérante :
La radio itinérante se promène dans trois régions différentes : Seine et Marne, Yvonne et le Loiret.
Elle a une attache dans la commune de Moret-Loing-et-Orvanne. Le but de la radio itinérante
est de sillonner les différentes régions pour découvrir la vie des communes : des nouvelles, des
informations drôles, passionnantes.
Elle est sous la forme d’une association à but non lucratif et gérée par des bénévoles. Le projet
est mené grâce à des généreux donateurs et des partenaires impliqués.
	
La radio itinérante gère un agenda qui répertorie les émissions, les reportages et les événements
spéciaux. En dehors des rendez-vous, la radio propose 24h/24 et 7j/7 d’écouter de la musique et
les annonces des événements à venir. De plus, aucune publicité n’est programmée. Les émissions
sont toutes disponibles en replay sur leur site internet prévu pour : https://www.la-radio-
itinerante.com
17
Le CAP :
Le CAP (Centre d’Animation Polyvalent) de Tonnay est un dispositif itinérant (type camionnette)
pour rencontrer des usagers suite à la numérisation des services publics. Elle propose de réduire
les inégalités d’accès aux droits sur le territoire de la CARO (Communauté d’agglomération de
Rochefort Océan), contribuer à l’autonomie des usagers en termes d’accès aux services publics en
général, repérer les personnes sans accompagnement les plus éloignées des services.
L’itinérance est permise grâce à un véhicule aménagé (camion avec un équipement numérique,
pouvant recevoir les usagers en toute confidentialité) et circulera dans les communes volontaires
éloignées des centres villes ou des villages. Elle comprend un bureau d’accueil et un espace libre
accès à deux ordinateurs (avec imprimante et scanner).
Fonctionnement : Il stationne à des dates/horaires prévus à l’avance avec la commune accueillante.
L’information est diffusée : guichets, réseaux sociaux, site internet, bulletins communaux et
intercommunaux.
Le camion des sciences :
Le camion des sciences a comme mission de mettre à portée de tous la science, la technique et
l’innovation. Il est considéré comme un tiers-lieu. L’itinéraire du camion est réalisé autour des six
communes choisis autour de Toulouse. Dans chacune d’elle, il reste deux semaines dans chaque
ville. La première est consacrée aux ateliers de créativité et la deuxième à la libre création des
habitants sur un thème choisi. Les activités sont faites par des scientifiques reconnus. Le projet a
été financé par un groupe privé appelé Inmédiats.
Personas
Marco
41 ans
Hameau de 100
habitants depuis
ses 17 ans
Célibataire
Agriculteur
Aime :
La nature
L’autonomie
Son village
Freins :
Charge de travail
Socialisation
Aime pas :
La foule
La ville
Les étrangers
Motivation :
Parler de son
exploitation
Découvrir la radio
Parler de son village
Josette
81 ans
Centre village
depuis toujours
Veuve, 2
enfants et 5
petits-enfants
Retraitée
Aime :
Les commérages
La vie de quartier
Parler avec du monde
Freins :
Être contre-dite
Marche difficilement
Sa routine
Aime pas :
Les nouveaux arrivants
Changer ses habitudes
Motivation :
Donner son avis
Rencontrer des gens
Être au centre
de l’attention
18
Concept
Objectif
Afin de pousser l’innovation éditorial au-delà du format classique d’un journal papier ou
d’un station radio parisienne, ce tiers-lieu est une radio mobile (bus) allant à la rencontre
d’une communauté de communes. L’idée est de donner la parole aux habitants de communes
reculées, oubliées dans lesquelles se passent pourtant pleins de choses. Cette radio permettra
à chacun de raconter l’histoire de sa commune, le rapport qu’il entretient avec elle et pousser
à l’échange entre chaque citoyen. De plus, cela permet un réel échange de compétences entre
les professionnels et les habitants ainsi qu’un échange entre citoyens. Cela créera donc un lien
entre tous. Ce support permettra de rafraîchir l’image et les initiatives de la communauté de
communes, revenant aussi bien aux valeurs d’antan (le rendez-vous des habitants du village
autour d’une émission de radio) qu’en s’inscrivant dans la modernité (podcast sur internet).
Lucas
27 ans
Petite communce
Célibataire
Médecin
Aime :
Aider les gens
Son métier
Passer du temps avec
ses amis
Freins :
L’ambiance «PMU»
de village
Emploi du temps
Arrivé depuis peu
Aime pas :
Etre isolé
Les petis villages
Se sentir inutile
Motivation :
S’occuper
Rencontrer ses patiens
dans un cadre différent
19
Présentation du tiers-lieu
Budget
Il s’agira d’un projet directement porté par la collectivité concernée, le budget (location des
locaux, achat du matériel, etc.) sera validé et alloué par celle-ci.
Le bus sera également soumis au fonctionnement et législation en vigueur.
Permanents
Le lieu étant mobile et restreint, il n’était pas nécessaire d’avoir une équipe volumineuse. Ainsi,
ce projet sera encadré par deux professionnels : un technicien et un journaliste / animateur.
Horaires
Cette radio mobile se baladera d’une semaine à l’autre dans chaque commune d’une
communauté déterminée. Du mardi au vendredi, le bus ira aux devants d’un établissement
(ciblant essentiellement une structure dont le public peut difficilement se déplacer telle que
les commerces, les établissements scolaires et les maisons de retraite). Du samedi au dimanche,
le bus s’installera dans un endroit stratégique de la commune : place du village, lieu dynamique
à côté de magasins etc. Le lundi sera réservé aux montages des émissions et au congé des deux
professionnels. Pour annoncer l’arrivée du bus, les dates seront présentes dans le calendrier du
site web, sur les panneaux lumineux de la mairie.
Fonctionnement
La rédaction d’un journal municipal en commun nécessitera une organisation structurée.
Néanmoins le principe est de casser la disposition verticale usuelle à ce type de projet. Nous
opterons donc pour un fonctionnement horizontal mettant au centre de son dispositif les citoyens,
afin de créer un lieu propice à l’échange (contact entre habitants, transfert de compétences) et
de maximiser l’intégration de ses membres.
Pour ce faire, des professionnels seront présents dans le bus afin d’apporter leur connaissance
aux habitants.
Diffusion
La radio diffusera en continu du contenu que ce soit des artistes de la commune mise en avant
durant la semaine, l’annonce des ateliers, les rediffusions des anciennes émissions, et enfin les
émissions enregistrées avec les habitants de la commune. Ces émissions seront diffusés le lundi
suivant après le passage du bus pour que l’équipe ait le temps de monter les émissions et les
envoyer sur le site en même temps que la diffusion sur les ondes.
Les émissions de radio enregistrées, au préalable, avec les citoyens de la commune seront diffusés
sur les places de marché, au lieu des musiques habituels. Les émissions sont, en parallèles,
hébergées sur le site internet et permettront à tous ceux qu’ils le souhaitent d’écouter en différé
les émissions qu’ils auraient pu rater. Pour que la radio soit disponibles pour tous, les hôpitaux,
EHPAD, et toute autre structures sociales proposent que les télés soit utilisés comme radio grâce
aux chaînes hertziennes pour pouvoir écouter les diffusions grâce aux postes présent dans ces
dernières. Et enfin, tous les podcasts des précédentes émissions seront aussi trouvables sur les
mobiles.
Chaque lundi, les usagers retrouveront de nouvelles émissions enregistrées durant la semaine
précédente dans la nouvelle commune, ainsi que les artistes appartenant à cette dernière et
souhaitant faire leur promotion.
20
Structure du lieu et matériel
Le bus ferait 8,60 mètres. Différents espaces seront délimités : un studio radio, un lieu d’attente
dans lequel les habitants pourront préparer leur sujet et un espace dédié au rangement. Afin de
gagner de la place, les tables et les sièges seront pliables.
A côté du bus, un barnum sera installé afin de créer un coin d’échange et de convivialité.
Matériel de radio nécessaire :
	 • des micros,
	 • des casques
	 • une console de mixage,
	 • des platines,
	 • des ordinateurs portables
	 • des magnétophones de reportages,
	 • des appareils qui contrôlent le son,
	 • un émetteur et une antenne en hertzien ou un encodeur
	 • une box internet 5G
	 • caisson mobile
Matériels supplémentaires pour l’extérieur :
	 • 1 table et des chaises de jardin
	 • 1 Barnum
Voici à quoi ressemblerait l’organisation de l’espace du bus :
21
Animations
Les personnes seront invitées à choisir un sujet, l’écrire dans les grandes lignes, et à l’aborder
devant un micro dans les mêmes conditions qu’une vraie radio. L’idée est surtout de pousser
l’échange entre chaque participant en suggérant notamment des « débats / interviews », toutefois
les habitants seront libres de définir le format de leur choix.
Comme ce n’est pas une radio qui sera diffusée en direct, durant la semaine, il y aura des ateliers
réalisés en même temps que la conception de l’émission.
> Ecriture des sujets
Les citoyens pourront participer à des ateliers d’écriture pour apprendre à rédiger les sujets sous
des formats qui seront adaptés à la radio. Ces ateliers seront animés par le journaliste permanent.
> Préparation de communication à la radio
Le journaliste prendra également le temps d’expliquer aux habitants, après les sujets rédigés, les
méthodes essentielles à l’enregistrement de leurs voix.
> Atelier de découverte de la radio
Le régisseur animera l’atelier qui permettra de découvrir le fonctionnement de la radio, tout en
enregistrant l’émission de la commune. Les citoyens pourront donc en apprendre plus sur le côté
technique de la radio.
> Vacances scolaires
Edition spéciale enfants - tous les enfants de la communauté des communes pourront venir.
Planning
Le jour du marché, le bus se rendra sur la place du marché pour atteindre le plus de monde
possible.
Le montage pourra également avoir lieu durant les moments creux de la journée.
22
Site internet et réseaux sociaux
Afin de faire participer un maximum de monde des différents communes qui seront visitées, il
faudra plusieurs réseaux sociaux ainsi qu’un site internet.
Le site internet
Pour le site, un calendrier pourra être mis en place afin d’avoir accès au mini-cours, à leurs
disponibilités durant le passage du tiers lieu dans les communes. Il permettra aussi de savoir
quand est-ce que l’émission enregistrée dans la commune sera disponible.
En complément des podcasts qui seront hébergés et mis à disposition de tous sur le site, il sera
possible de retrouver des articles qu’auront rédigés les citoyens lors des ateliers proposés lors du
passage, en plus de faire la promotion des artistes locaux qui passeront de temps en temps à la
radio.
Enfin ce site sera relié au site mère de la communauté des communes pour faire savoir aux
nombreuses communes qui en font partis, ainsi qu’à leurs habitants, qu’un tiers-lieu sous forme
de bus, circule dans les communes. Le calendrier sera lui aussi lié à ce site pour que toute
personne puisse se tenir au courant de l’existence de ce tiers-lieu itinérant.
Les réseaux sociaux
Facebook : Réseau social numéro 1, mais de plus en plus plébiscité par les personnes actives, les
adolescents et jeunes actifs qui viennent de se lancer dans le monde du travail, il permettra de
faire des sondages sur les sujets abordés durant les émissions enregistrées ainsi que d’avoir des
interactions entre citoyens.
Instagram : C’est LE principal réseau utilisé par les adolescents, il permettra de signaler le lieu
exact du bus grâce aux photos ainsi que de mettre en avant les personnes qui seront passées à la
radio, si elles le souhaitent.
SoundCloud : Réseau social de musique et podcast permettant d’héberger des podcasts ainsi que
les émissions radios qui seront enregistrées dans le bus.
23
CONCLUSION
Le concept de tiers-lieu est de plus en plus utilisé, notamment à travers les espaces de co-
working en constant développement. Il s’agit ici, pour les municipalités de casser leur image
conventionnelle de gouvernance, et ainsi rétrécir le fossé entre les élus et les citoyens.
La municipalité, se servant habituellement du journal municipal pour s’adresser à la population
dans une communication verticale, innove en proposant aux habitants de prendre en charge ce
média.
Notre première proposition répond au besoin d’innovation dans la pratique éditoriale de la ville,
et reprend la définition classique de “journal territorial”, selon le modèle d’un journal écrit.
Notre deuxième proposition, plus innovante encore, prend en compte la définition moderne de
“journal territorial”, qui comprend le journal écrit mais aussi plus largement la radio, la télévision
et le web. Ici, la voix des citoyens est écoutée au sens propre du terme, par l’intermédiaire d’une
radio itinérante.
Ce projet nous plonge donc au cœur de l’innovation sociale : en créant un tiers-lieu propice aux
échanges intergénérationnels, à la prise de parole citoyenne, à la création de liens et de partage
de compétences.
Sachant que cette étude de cas est proposée pour la première fois cette année, il est intéressant
que nous fassions un retour constructif sur notre perception de ce module, lui aussi innovant au
sein de la formation.
Nous avons compris l’intérêt d’être sensibilisés à la notion de communication et d’innovation
sociale qui monte en puissance dans la société. Nous avons cependant eu du mal à mettre de côté
notre vision de la communication au sens de « faire connaître » pour faire place à la communication
sociale, qui est davantage portée sur l’écoute, l’échange et le commun.
Nous aurions aimé être davantage accompagnés pour nous aider à mieux cerner le sujet. Ainsi, il
nous semble que l’accompagnement de ce projet pourrait être renforcée dans la semaine, pour
les prochaines années.

Contenu connexe

Similaire à Innovation sociale - tierslieu éditorial

Forum2021_Hop2 Presse territoriale
Forum2021_Hop2 Presse territorialeForum2021_Hop2 Presse territoriale
Forum2021_Hop2 Presse territorialeCap'Com
 
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbain
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbainAlléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbain
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbainFing
 
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)Je fais Mtl
 
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsCap'Com
 
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsCap'Com
 
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012 document final
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012  document finalMemoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012  document final
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012 document finalElisabeth Burnouf
 
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020UNIMEV_FR
 
Contribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localContribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localCoraia
 
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011CoRAIA
 
Les Portails Web Locaux de ChezNous
Les Portails Web Locaux de ChezNousLes Portails Web Locaux de ChezNous
Les Portails Web Locaux de ChezNousMathieu Coste
 
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...nous sommes vivants
 
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?Cap'Com
 
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèque
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèqueUn acteur de la ville intelligente : la bibliothèque
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèqueDujol Lionel
 
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009ma-residence.fr
 
L'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresL'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresFrédéric GASNIER
 
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...lafabriqueecolo
 
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...Claudine Revol
 

Similaire à Innovation sociale - tierslieu éditorial (20)

Forum2021_Hop2 Presse territoriale
Forum2021_Hop2 Presse territorialeForum2021_Hop2 Presse territoriale
Forum2021_Hop2 Presse territoriale
 
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbain
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbainAlléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbain
Alléger la Ville - Plateformes de Crowdfunding urbain
 
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)
Rdv Je fais Mtl # 2 : Impact (11 avril)
 
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
 
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifsForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
ForumCapCom2019_C4_BudgetsParticipatifs
 
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012 document final
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012  document finalMemoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012  document final
Memoire elisabeth burnouf mastere dimt 2012 document final
 
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020
Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020
 
Contribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localContribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social local
 
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011
Carnet de la Médiation Numérique - Septembre 2011
 
Les Portails Web Locaux de ChezNous
Les Portails Web Locaux de ChezNousLes Portails Web Locaux de ChezNous
Les Portails Web Locaux de ChezNous
 
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
 
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
Banques 2.0 : cas concrets sur l'impact du 2.0, les développements sur le web...
 
Banques 2.0 : Cas concrets sur l'impact du 2.0, les developpements sur le web...
Banques 2.0 : Cas concrets sur l'impact du 2.0, les developpements sur le web...Banques 2.0 : Cas concrets sur l'impact du 2.0, les developpements sur le web...
Banques 2.0 : Cas concrets sur l'impact du 2.0, les developpements sur le web...
 
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?
Y-a-t-il encore une place pour la presse territoriale ?
 
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèque
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèqueUn acteur de la ville intelligente : la bibliothèque
Un acteur de la ville intelligente : la bibliothèque
 
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009
Compte Rendu Du Colloque Le Nouveau Vivre ensemble au Sénat le 17 juin 2009
 
L'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresL'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoires
 
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
 
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...
Initiatives collaboratives sur et avec les territoires - Vue de la métropole...
 
Localtis 25 janvier 2017
Localtis 25 janvier 2017Localtis 25 janvier 2017
Localtis 25 janvier 2017
 

Plus de Matthieu de Vergezac

Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...
Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...
Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...Matthieu de Vergezac
 
Gwanni, la quintessence d'une marque
Gwanni, la quintessence d'une marqueGwanni, la quintessence d'une marque
Gwanni, la quintessence d'une marqueMatthieu de Vergezac
 
Création d'entreprise - Solar'drive
Création d'entreprise - Solar'driveCréation d'entreprise - Solar'drive
Création d'entreprise - Solar'driveMatthieu de Vergezac
 
Projet scientifique Your Digital Escape - MICA
Projet scientifique Your Digital Escape - MICAProjet scientifique Your Digital Escape - MICA
Projet scientifique Your Digital Escape - MICAMatthieu de Vergezac
 
Stage communication 2019 - de Vergezac Matthieu
Stage communication 2019 - de Vergezac MatthieuStage communication 2019 - de Vergezac Matthieu
Stage communication 2019 - de Vergezac MatthieuMatthieu de Vergezac
 

Plus de Matthieu de Vergezac (8)

Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...
Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...
Mémoire professionnel : les métiers de communicants, quand compétences et évo...
 
Gwanni, la quintessence d'une marque
Gwanni, la quintessence d'une marqueGwanni, la quintessence d'une marque
Gwanni, la quintessence d'une marque
 
Salon chocolat
Salon chocolatSalon chocolat
Salon chocolat
 
Relation presse - CCAS de Cenon
Relation presse - CCAS de CenonRelation presse - CCAS de Cenon
Relation presse - CCAS de Cenon
 
Création d'entreprise - Solar'drive
Création d'entreprise - Solar'driveCréation d'entreprise - Solar'drive
Création d'entreprise - Solar'drive
 
Projet scientifique Your Digital Escape - MICA
Projet scientifique Your Digital Escape - MICAProjet scientifique Your Digital Escape - MICA
Projet scientifique Your Digital Escape - MICA
 
Création de marque : Sau'jito
Création de marque : Sau'jitoCréation de marque : Sau'jito
Création de marque : Sau'jito
 
Stage communication 2019 - de Vergezac Matthieu
Stage communication 2019 - de Vergezac MatthieuStage communication 2019 - de Vergezac Matthieu
Stage communication 2019 - de Vergezac Matthieu
 

Innovation sociale - tierslieu éditorial

  • 1. Edité par de Vergezac Matthieu Année de création : 2019 Projet : Innovation sociale : création d’un tiers-lieu éditorial Cadre du projet : scolaire
  • 2. création d’un tiers lieu éditorial INNOVATION SOCIALE IUT Bordeaux MontaigneA. Bouldoires, A. Monseigne et C. Forthoffer Communication des Organisations Mars 2019
  • 3.
  • 4. SOMMAIRE PARTIE 1: tiers-lieu éditorial à Cenon INTRODUCTION PARTIE 2: tiers-lieu éditorial itinérant CONCLUSION Benchmark Personas Concept Structure du lieu et matériel Animation Site internet et réseaux sociaux Benchmark Personas Concept Structure du lieu et matériel Animation Site internet et réseaux sociaux ETUDE DE L’EXISTANT: les tiers lieux et bulletin municipal Planning p.1 p.1 p.5 p.5 p.8 p.10 p.12 p.13 p.13 p.16 p.16 p.17 p.18 p.20 p.21 p.21 p.22 p.23
  • 5.
  • 6. 1 INTRODUCTION Il nous a été demandé de penser un tiers-lieu éditorial qui permettrait aux citoyens de produire un journal territorial. Il s’agissait pour nous d’innover, de créer et de concevoir cet espace inédit. Il a donc fallu penser non seulement aux outils utiles à sa mise en oeuvre, mais également à sa gouvernance et à son organisation interne. L’objectif principal était de trouver comment impliquer une majorité des citoyens dans ce projet, alors qu’ils seraient principalement novices en journalisme. Nous avons retenu que le but premier de ce projet était de donner la parole aux habitants, par les habitants, pour les habitants. Il était important de trouver comment augmenter le sentiment d’appartenance de ces citoyens à la vie communale. Dans un premier temps, il est important de bien comprendre la notion de tiers-lieu et les enjeux d’un journal municipal. ETUDE DE L’EXISTANT: les tiers-lieux Qu’est-ce qu’un tiers-lieu? Il est difficile de donner une définition exacte d’un tiers-lieu puisqu’il s’agit avant tout d’un état d’esprit, d’une entreprise sociale : il faut professionnaliser le lieu, ce n’est pas pour répondre à une tendance mais pour proposer quelque chose d’officiel. Le tiers-lieu répond également à une utilité sociale qui vise à créer des conditions favorables à l’émergence d’idées et à redonner du sens au travail en proposant un lieu de créativité, de convivialité et de recherche d’équilibre des personnes. La recherche de la performance économique est tout aussi présente, avec un intérêt de plus en plus marqué pour son impact social et environnemental. Comment créer un tiers-lieu? En premier lieu, il est nécessaire de visualiser le projet commun. Pour ce faire, il est indispensable de le définir et de le faire maturer par tous les acteurs en présence et à en devenir (par le biais de sondage, d’audites, …) tout en ayant une connaissance poussée du territoire sur lequel nous souhaitons nous implanter. Une phase “d’éveil” est nécessaire, en ce sens les personnes concernées pourront avoir la parole afin que les besoins des futurs utilisateurs et le souhait de création aillent dans le même sens.
  • 7. 2 Accompagnement: aide à la création d’une communauté Les diverses formes de tiers-lieu Rôle des adhérents à un tiers-lieu Les formes de gouvernance existantes au sein des tiers-lieux L’enjeu d’un tel projet étant que les personnes se sentent investies et concernées par le projet. Sa réussite ne réside pas dans l’espace proposé mais dans les capacités de la communauté à le construire et l’entretenir. Il est utile, dans le public cible, d’identifier un besoin commun, une démarche qui pourrait concerner le plus grand nombre, afin de mettre ces points en exergue. Il faut donc être flexible dans la mesure du raisonnable pour contenter les besoins du public avec différents moyens. Des workshops/ateliers devront être mis à disposition des usagers. L’entraide et le partage des connaissances acquises sont les ressort sur lesquels repose une telle entreprise. L’espace doit être pensé dans l’idée d’une appropriation par les usagers. De ce fait les adhérents seront en mesure de créer des liens d’échanges. Un tiers-lieux peut être : un espace de coworking, une pépinière, un café associatif, un jardin partagé, un fablab ou encore un makerspace. Un espace de coworking (ou pépinière) est un lieu qui peut aussi bien être implanté à l’intérieur d’une entreprise qu’une zone de travail se suffisant à elle-même. Il a pour vocation de proposer un espace de socialisation, et donc de permettre à des actifs de travailler en collaboration. Un café associatif est un café sans but lucratif, organisé pour être un lieu de vie, de rencontres, de convivialité et de créativité. Un jardin partagé est lieu de vie ouvert sur le quartier, convivial, qui favorise les rencontres entre générations et entre cultures. Il privilégie une gestion écologique et est un terrain d’expérimentation pour des pratiques respectueuses de l’environnement. Un FabLab est un réseau d’ateliers qui partagent leurs projets et peuvent s’associer, exporter ou diffuser certaines réalisations. Un makerspace est un tiers-lieu de type atelier de fabrication numérique - une évolution du hackerspace, ouvert au public et mettant à disposition des machines- outils à commande numérique habituellement réservées à des professionnels dans un but de prototypage rapide ou de production à petite échelle. Dans le cas de la création d’un tiers-lieu participatif, l’organisation sera ouverte au plus large public, qui sera force de proposition et acteur de la rédaction. Exemple de la Nouvelle Aquitaine 57% des tiers lieux de Nouvelle-Aquitaine ont une gouvernance de type associative, 12% de type coopérative et 20% sont de type privé. Les contributions bénévoles sont encore aujourd’hui très importantes au sein des tiers lieux, qui s’auto-administrent dans la plupart des cas ; en Nouvelle-Aquitaine, 12% des tiers-lieux seulement sont gérés par des collectivités locales. Depuis deux ans, les tiers-lieux créent des emplois pour décharger les bénévoles et développer les structures
  • 8. 3 Le bulletin municipal a généralement une périodicité trimestrielle. ETUDE DE L’EXISTANT: bulletin municipal Qui est concerné par la rédaction du bulletin municipal au sein de la mairie ? C’est le pôle communication de la mairie qui dirige. Pour créer les contenus, ce sont les responsables de tous les pôles qui fournissent les idées et les infos brutes : communication, culture, ressources humaines, finances, urbanisme, enfance et CCAS, service technique et entretien, environnement. Un rédacteur est employé pour relire et organiser les contenus. Lors de son élaboration, il y a 60% de rédacteurs, 20% de graphistes/maquettistes et 20% de photographes. Comment sont organisées les réunions ? Tous les représentants de pôles se réunissent à l’occasion de 2 réunions. Pendant les 3 mois avant la publication du bulletin, chaque pôle partage ses opinions sur la contenance du bulletin par rapport à sa commission. Quelles sont les règles du bulletin municipal ? - Respect de trois couleurs - Définition d’un nombre de caractères, en lien avec le budget défini pour sa rédaction - Insertion de l’édito du maire au début en introduction - Publicités de partenaires à la fin du bulletin Comment se déroule l’impression du bulletin municipal ? Le bulletin municipal est envoyé à l’imprimeur après relecture et mise en forme du dossier par le rédacteur. Il y aura ajustement des textes, couleurs, images par l’imprimeur, et le choix du papier. Quelles sont les généralités du bulletin municipal ? La presse editoriale compte environ 26 pages par journal. Budget annuel des publications : 28 000€ pour les communes de 5 à 20 000 habitants 90 000€ pour les communes de plus de 20 000 habitants À l’heure actuelle, le journal municipal tend vers plus de visuel.
  • 9. 4 Compte tenu de cette analyse et de la démarche innovante de notre projet, nous avons opté pour deux propositions de tiers-lieux : un tiers-lieu fixe et un tiers-lieu itinérant.
  • 10. 5 PARTIE 1: tiers-lieu éditorial à Cenon Benchmark Les journaux de quartier > Journal des habitants du parc Le Journal des habitants du parc est un journal trimestriel de huit pages. Il est fait par les habitants accompagné d’un mini-guide du parc, d’une petite publication pratique/ludique/ familiale composé d’idées et de conseils pour des activités à faire en famille. En plus de cela, un agenda des animations est joint aux envois de mars et de septembre-octobre. Ce journal gratuit et sans abonnement est une offre réservée aux habitants du territoire du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale et distribué dans les boîtes aux lettres ainsi que dans les mairies, maisons du département, estaminets randonnée, offices de tourisme et autres lieux d’informations publiques. > Journal “Vie de quartier” : Nice Le Journal “Vie de quartier” de Nice est un journal mensuel conçu et écrit par des habitants des quartiers. Financé par la ville, il met chaque mois un quartier de la ville en avant. > Journal quartier : “l’écho de Saint-Pierre Quilbignon” Le Journal L’écho de Saint-Pierre Quilbignon est un journal de quartier, fait par des habitants bénévoles, et subventionné par la ville de Brest. Mensuel, il existe depuis janvier 1988. Distribué dans les commerces et les lieux publics à 2000 exemplaires, ce journal donne les nouvelles du quartier et des associations. De plus, l’association «Mémoire de Saint-Pierre» l’enrichit par ses articles sur l’histoire et les témoignages du passé. L’Echo de Saint-Pierre est adhérent du collectif des journaux de quartiers brestois. > Journaux de quartiers de la ville de Nantes Les journaux de quartier de la ville de Nantes sont des journaux de chaque quartier gratuit et financé par la ville de Nantes. Élaboré par chaque habitants bénévoles des quartiers, à destination, principalement, des habitants des quartiers concernés. Chaque quartier a un référent fixe pour la rédaction. > Journal de quartier de Bacalan Le Journal de quartier de Bacalan est un journal ayant pour but d’informer et de créer du lien social. Rédigé par les habitants et les associations du quartier, les réunions sont présidées par une directrice de publication et une coordinatrice. Une charte editoriale reprend la ligne éditoriale du journal et la liste des devoirs professionnels des journalistes. Le journal sort tous les 3 mois et le comité se réunit 4 à 5 fois par numéro : Première réunion : bilan du numéro précédent puis proposition de sujets/dossiers/articles du numéro à venir. 4 à 5 réunions durant lesquelles les articles sont lus, discutés, corrigés, approuvés ou rejetés. Avant dernière réunion : réunion de bouclage (textes, photos et autres documents validés puis fournis au maquettiste pour la mise en page). Dernière réunion : relecture du journal, ultimes corrections et “bon à tirer” qui autorise son impression. Les membres du comité de rédaction et des bénévoles distribuent les journaux dans les boîtes aux lettres secteur par secteur.
  • 11. 6 > Journal de quartier de Grenoble : Écritures - Journal d’expressions libres (04/1999) Le Journal d’expressions libres est le journal de quartier de Grenoble écrit par des femmes, seules, collectivement ou avec l’aide d’un «scribe», puis l’animatrice retravaille avec elles la mise en forme, le contenu, le vocabulaire. Elles écrivent elles-mêmes leur texte sur l’ordinateur puis font ensemble la maquette du numéro. Une réunion est prévue tous les quinze jours. Le but est de se former à l’écriture et d’échanger avec les autres habitants. > Journal Les Antennes - Le journal participatif de Grenoble Le journal Les Antenne est un journal pour donner la parole aux habitants. Ces derniers ont réalisé jusqu’à aujourd’hui de nombreuses enquêtes participatives et publiés des articles que les habitants leur envoient. La ligne éditoriale est le développement durable avec quatre piliers : l’environnement, le social, l’économie solidaire et la gouvernance. Dans ce cadre, tout sujet peut être traité s’il a un lien avec la ville de Grenoble. > Journal de quartier de Brest fait par des jeunes Le journal de quartier de Brest est un web-journal regroupant environ 15 jeunes de 10 à 14 ans. Ils se regroupent une fois par semaine durant 1h30. Le journal a des partenaires tels que FOL, MPT Guelmeur, Patronage Laïque Pilier Rouge, Bibliothèque municipale St Marc... > Journal “le p’tit coucou” par le CCAS de Roubaix Le journal Le p’tit coucou est un journal où les usagers sont intégrés dans toutes les étapes de production du journal : sa conception (choix des thématiques et rubriques), sa rédaction (seuls rédacteurs) et sa diffusion. La conception du journal est la suivante : - 6 séances d’écriture de deux heures chacunes, animées par 4 personnes (2 intervenants de la compagnie d’artistes «Les chiens tête en haut», 1 travailleur social et la psychologue de l’Étape) Des jeux d’écritures sont organisés par les intervenants pour amener les participants vers la rédaction. Les séances ne sont pas soumises à un programme précis, les participants choisissent eux-mêmes les thématiques. Le comité de rédaction, composé de participants et d’animateurs, valide la parution des articles avant publication du journal. Une charte rédigée par le comité de rédaction est soumise à chaque participant pour poser les règles de l’atelier d’écriture. Le CCAS de Roubaix mobilise son service de communication pour la création graphique, l’impression et la publication. Afin de favoriser la participation du plus grand nombre, dans le cadre de l’action, l’Etape a permis la participation de l’ensemble des usagers à l’atelier d’écriture sans appartenir forcément à cet atelier. La distribution du journal se fait par les usagers eux-même : exemplaires déposés dans les boîtes aux lettres du quartier, dans des organismes médico-sociaux de Roubaix. > Journal de quartier de Poitiers “Au coin de la rue” : Le journal Au coin de la rue est composé de 9 organisateurs et/ou rédacteurs et des habitants qui participent quand ils le souhaitent. 4 numéros par an sont distribués à 3000 exemplaires chez tous les commerçants, cabinets médicaux, établissements scolaires partenaires. Ils en distribuent aussi une petite partie dans des boîtes aux lettres. Le journal est soutenu financièrement par des acteurs économiques du quartier, du Centre d’Animation de Beaulieu, de la Ville de Poitiers et du Conseil Général de la Vienne.
  • 12. 7 Benchmark des journaux créés par les habitants des quartiers Distribution Boite aux lettres + lieux stratégiques (offices de tourismes, gare, mairies, maisons de quartier…), par les usagers eux-mêmes. Prix/Abonnement Gratuit et sans abonnement. Population visée Quartier/Communauté de commune concerné(e) par le magazine. Temporalité Temporalité variable : De 2 semaines à quadrimestriels. Nombre de pages 10 à 20 pages. Financement Mairie + Emplacements publicitaires + Région Matériel fournis Service communication de la mairie Autre: associations, tiers-lieux... > Association “Naqu1oeil” L’association Naqu1oeil est un guide des quartiers de la Bastide et de Bacalan par les habitants. Ils veulent “faire des livres avec ceux qui n’en font pas d’habitude” selon leurs dires. Ce projet est mené grâce au soutien du fonds de dotation InpPACT. C’est une initiative pour le partage culturel. Leurs partenaires sont Bordeaux, Gironde Le Département, Caf de la Gironde. > Quartier Libre Quartier Libre est le journal des étudiants, fondé à Montréal en 1993. Écrit et réalisé par les étudiants (principalement en filière journalisme mais pas que) qui traitre d’une variété de sujets (du local au régional, voire national avec les débats et questions de société) il oscille entre 20 et 30 pages. > Tier-lieu “Le Kiosque” Le Tier-lieu Le Kiosque est un lieu ouvert à tous types d’activités et accueille des professionnels aux métiers complètement différents : archéologue, couturière styliste modéliste, relaxation créative, développement et création de jeu de société, et même un boucher, comptable et poète. Toutes ces personnes se retrouvent autour de deux grands thèmes que sont le partage et l’échange. Ils développent également une relation particulière à l’art avec des expos de peinture organisées au Kiosque. Auparavant itinérant, il est désormais implanté au centre de la ville de Nérac. C’est un espace de travail partagé à proximité du domicile qui a vu le jour dans le besoin de créer du lien social et de travailler en dehors de chez soi. > le blog Bondy Blog Le blog Bondy Blog est un média en ligne né au moment des révoltes urbaines de novembre 2005, après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. Il a été fondé par le magazine suisse L’Hebdo dont la volonté était de donner la parole aux habitants des quartiers populaires. Plus d’une décennie plus tard, l’objectif de raconter le quotidien de celles et ceux que l’on n’entend pas ou dont la parole est déformée, stigmatisée, minoritaire, n’a pas changé. La rédaction, ouverte à tous, est constituée d’une vingtaine de reporters, pas tous journalistes professionnels, mais en formation, en recherche d’emploi, en début de carrière professionnelle, à la retraite…
  • 13. 8 Personas Pour ce qui est des cibles visées, nous avons établi un panel sur la base de personas créé collectivement pour obtenir une représentativité dans ses contributeurs potentiels. Un échantillon de 5 profils a été fixé, couvrant une large gamme de catégories socio-professionnelles (étudiants, chômeurs, salariés, retraités, …). Amed 32 ans Habite depuis 4 ans dans le haut Cenon Marié, 2 enfants Manutentionnaire Aime : Écologie La famille Se reposer Freins : S’occuper de sa famille Difficulté d’écriture Horaires Aime pas : Le racisme L’ art L’ injustice Motivation : S’intégrer Être un porte-parole Leader dans l’ âme Roger 46 ans Habite depuis 15 ans dans le haut Cenon Divorcé, 2 enfants Chômeur Aime : Sortir avec ses amis La culture Le sport Freins : Distance Timide Peur de sentir exclu Aime pas : Les outils numériques Les politiciens Motivation : Rencontrer du monde Se sentir utile Se relancer Benchmark des journaux créés par des concepts alternatifs Disposition du lieu Tiers-lieux Distribution Boite aux lettres + lieux stratégiques (offices de tourismes, gare, mairies, maisons de quartier…), par les usagers eux-mêmes. Prix/Abonnement Gratuit et sans abonnement. Population visée Quartier/Communauté de commune concernée par le magazine. Temporalité Temporalité variable : De 2 semaines à quadrimestriels. Nombre de pages Dizaine de pages. Financement Mairie + Emplacements publicitaires + Région Matériel fournis Service communication de la mairie Bilan du benchmark des différents tiers-lieux proposant une alternatives aux journaux communautaires dits “classiques” :
  • 14. 9 Alban 25 ans Habite depuis 2 ans à Floirac En couple depuis 2 ans Auto-entrepreneur Aime : Esprit start-up Crossfit PAO Freins : Habite pas Cenon Ne se sent pas à sa place Aime pas : Mots croisés Perdre son temps Motivation : Partager Revivre l’esprit du journal du lycée Damien 19 ans Habite à Cenon depuis tout petit avec sa famille Célibataire Etudiant en fac Aime : Apprendre Les séries Les réseaux sociaux Freins : Flemmard Non véhiculé Peu disponible Aime pas : Les règles Être cadré Motivation : Intéressé par le journalisme Curieux de tout Engagé dans une association de foot
  • 15. 10 Concept Objectif Dans le but d’offrir un nouvel espace de liberté et d’expression au sein de la commune de Cenon, la création d’un tiers-lieu éditorial répond à trois besoins : tisser des liens entre les citoyens, créer (ou renforcer) le sentiment d’appartenance au sein de la communauté, et offrir un nouveau mode de communication avec les élus. L’objectif final est de publier un journal municipal trimestriel (qui remplacerait le format institutionnel précédent) dont la forme et le fond seront dictés par les propositions et réflexions des Cenonnais. La charte graphique et les sujets changeront d’un numéro à un autre. La contribution au journal se fait au sein du tiers-lieu, mais il est toutefois possible de la faire via les réseaux (site web, réseaux sociaux). Présentation du tiers-lieu Zone géographique: Nous avons choisi de situer le tiers-lieu à Cenon car cette commune offre une grande diversité de profils (enfants, étudiants, jeunes actifs, retraités), permettant au projet d’accroître ses chances de prospérité. Le Haut-Cenon nous a semblé être le choix idéal pour sa grande concentration d’habitants et son accessibilité (tram et bus). Budget: Il s’agira d’un projet directement porté par la municipalité de Cenon, le budget (location des locaux, achat du matériel, etc.) sera validé et alloué par la mairie. Permanents: Gardien: Personne qui s’occupera des lieux en veillant à ce que tout le matériel soit bien entretenu lors de l’utilisation ainsi que de l’ouverture/fermeture du tiers-lieu. Hôte(sse) d’accueil : Personne qui sera présente pour accueillir les personnes, leur montrer les locaux ainsi que les activités qui sont effectuées au sein du bâtiment. Elle sera aussi une aide pour celles et ceux dans le besoin dans la salle commune. Audiovisuel : Personne qui présentera plusieurs ateliers audiovisuels tels que : la photographie, la vidéo, la PAO et la prise de son. Elle pourra proposer son aide lors de la mise en place du journal, des articles sur le site web, des montages vidéo et des retouches photos. Linguistique : Personne qui sera la référente de tous les ateliers tournant autour de l’écriture et qui sera un supplément lors de la mise en page du journal en offrant son aide aux gens présents. Elle pourra aussi proposer son aide pour des personnes ne maîtrisant pas la langue française ou lors des corrections des différents articles.
  • 16. 11 Horaires : Compte tenu de la multiplicité des participants, et de la disponibilité de ses membres permanents, les horaires du tiers-lieu couvriront la deuxième moitié de la semaine. Ses horaires seront aménagés en tenant compte des impératifs qui pourraient limiter la venue de ses membres (vie de famille, activités principales). Mercredi : 12h-20h / Jeudi : 12-14h / 17h-20h / Vendredi : 12h-14h / 17h-20h / Samedi : 10h-19h / Dimanche : 11h-16h Fonctionnement : La rédaction d’un journal municipal en commun nécessitera une organisation structurée. Néanmoins le principe est de casser la disposition verticale usuelle à ce type de projet. Nous opterons donc pour un fonctionnement horizontal mettant au centre de son dispositif les citoyens, afin de créer un lieu propice à l’échange (contact entre habitants, transfert de compétences) et de maximiser l’intégration de ses membres. Pour ce faire, la mairie mettra à disposition du tiers-lieu des permanents polyvalents dans les domaines de la photographie, du journalisme et de l’audiovisuel qui apporteront leur soutien régulier aux habitants dans l’élaboration du journal. Sur une période de 90 jours, voici ce que cela donnerait : Diffusion : Le journal municipal est initialement envoyé par la mairie dans les boîtes aux lettres des habitants de la ville. Ce principe ne changera pas, mais il inclura également toutes les associations et structures alentours. Aussi, il sera disponible au format PDF sur le site de la mairie ainsi que sur le site propre au tiers-lieu, une façon de rester dans l’ère du temps. Evolution : Sur le long terme, le tiers-lieu pourra s’auto-gérer, s’auto-déterminer et être auto-suffisant : il pourra être un lieu autonome où les citoyens se forment entre eux et échangent sur la création du journal indépendamment de la mairie.
  • 17. 12 Structure du lieu Conçu sur le modèle des espaces de co-working qu’on peut trouver dans plusieurs métropoles françaises (Paris, Nantes, Marseille, …), le tiers-lieu sera aménagé en plusieurs zones semi- ouvertes, réparties selon les activités (salle de formation, salle de rédaction, salle informatique, espace de détente). Pour faciliter l’accès de tous les participants (personne(s) handicapée(s)), le tiers-lieu sera un espace de plein-pieds avec une zone extérieure et un espace fumeur.
  • 18. 13 Matériel À la disposition des membres du tiers-lieu, un certain nombre d’outils : - Des ordinateurs avec des logiciels PAO (suite Adobe) - Un système de stockage de données - Une imprimante de bureau pour la réalisation des tests - Des agrafeuses - Des appareils photos - Des caméras - Des micros - Des vidéoprojecteurs - Des scanners - Des tutoriels vidéos Dans un mouvement de partage, de savoir-vivre ensemble et d’écologie, les fournitures bureautiques telles que les feuilles et la papeterie pourront être fournies par les habitants directement depuis leurs domiciles. Animations Un personnel encadrant (journaliste, photographe…) sera toujours présent pour prendre en charge les participants afin de leur apporter un soutien concernant les différentes étapes de fabrication du journal. Ainsi, les participants pourront être conseillés à tout moment et se mettre à niveau sur les différentes activités : écriture journalistique, dessin de presse, etc. Il sera possible d’intégrer le tiers-lieu même en cours de trimestre et de se mettre rapidement aux niveaux des autres. À cela s’ajoute le fait qu’il n’y a pas de hiérarchie, et que les connaissances sont horizontales : toute personne ayant des compétences doit pouvoir accompagner quelqu’un dans le besoin. Autrement dit, les participants pourront toujours trouver sur place : Soutien de langage : Les personnes dont les notions lexicales de français sont balbutiantes pourront bénéficier d’une aide en français. Que ce soit des permanents ou des participants dont le niveau de français écrit est certifié, toute personne doit pouvoir être accompagnée. Concernant les personnes en réelle difficulté (analphabétisme / non maîtrise de la langue), des micros seront mis à leur disposition afin qu’elles puissent enregistrer leurs articles. Celui-ci sera par la suite retranscrit à l’écrit par un permanent ou un participant. Photo : • Prise de vue : l’atelier se fait en deux temps: > Réflexion sur le choix des prises de vues à effectuer en lien avec les articles. > Déplacement sur le lieu concerné pour la photographie encadré par un professionnel en petit groupe. Les personnes désireuses de cet atelier s’inscriront sur un planning relativement souple afin de déterminer le jour de leur sortie. • Retouche photo : Une fois les prises de vues effectuées, les participants pourront retravailler leurs photos grâce à des logiciels de PAO mis à disposition avec une possibilité d’encadrement par un professionnel.
  • 19. 14 Aide à la structuration des articles : Un permanent qualifié dans l’écriture sera toujours présent afin d’accompagner, conseiller, relire les articles des participants. Au-delà de l’aspect lexical, l’idée est d’apprendre à construire un article pour un journal tant sur le fond que sur la forme. Réunion choix des sujets : En début de trimestre, une semaine de réunion sera prévue afin de suggérer les grands sujets communs (en rapport avec la ville, qui permet à chacun d’être impliqué), qui seront traités dans le prochain journal. Les idées seront notées sur un tableau et laissées à la vue de toute personne ayant ratée la réunion afin qu’elle puisse rajouter un sujet si elle le souhaite. Privilégiant un fonctionnement démocratique, un système de vote s’effectuera à l’issue de cette semaine pour choisir les sujets (exemple : 15 sujets « communs » pour chaque édition). Afin d’inclure tous les habitants de Cenon, le principe de “vote par mégots” sera installé dans différents points stratégiques de la ville ainsi qu’un vote sur le site ou la page Facebook dédiée. Il y aura également un « journal mural » mis à disposition des usagers afin de proposer des sujets d’articles. Une fois le vote effectué, les participants choisiront de travailler sur le/les sujets qui les intéressent le plus et formeront des groupes afin de favoriser l’échange. Ces derniers demeureront suffisamment souples afin de pouvoir intégrer une personne en cours de route. Ils se mettront d’accord entre eux pour leur rendez-vous afin qu’ils se sentent 100% responsables et impliqués. L’autonomie donnée aux participants devrait assurer le bon fonctionnement de la construction des articles et donc du journal. Réunion rédactionnelle (validation des sujets) : Chaque article fini fera l’objet d’une vérification et d’une validation par le responsable de rédaction. Le dernier jour de la huitième semaine sera la date buttoir de ces validations afin de laisser le temps nécessaire à la mise en page du journal (cette étape se fera par un permanent du lieu). Ainsi, tout article donné au-delà de cette date se verra soit publié dans le journal suivant, soit publié sur le site internet de la mairie (selon la décision de l’auteur de l’article). À la fin du trimestre, un rassemblement aura lieu afin d’exposer les contenus et photographies créés par les habitants qui n’apparaissent pas dans le journal, et d’offrir un moment de convivialité aux Cenonnais. Atelier dessin de presse (parents/enfants) : Tout comme la photo, le dessin est un moyen d’illustrer les écrits. Des conseils liés à la technique seront donnés par le permanent responsable de cet atelier. L’idée est ici de permettre aux enfants en bas âge de pouvoir s’exprimer au même titre que les adultes via un support plus ludique ; mais surtout de favoriser l’échange parent enfant. Bien entendu, cette activité ne sera pas uniquement réservée aux enfants. Enquête de terrain : Toujours faite en présence d’un permanent, un groupe de 4 / 5 sortira de la structure pour prendre des photos (cf. point photo) mais aussi interviewer des habitants afin d’appuyer un article et inclure les habitants qui ne participent pas à la rédaction du journal. Cela permettra d’acquérir des compétences techniques sur le terrain telles que prise de vue, prise de son, interview. Ce contenu pourra se retrouver sur plusieurs supports, à la fois sur le journal que sur le site internet. Aller à la rencontre des citoyens pour une interview (par exemple) sera le moyen de faire connaître le tiers-lieu et d’inciter les habitants à rejoindre l’initiative.
  • 20. 15 Vidéo (création, prise, montage) : Le principe de ce tiers-lieu va au-delà d’un simple journal papier : les participants auront les moyens de réaliser des articles, reportages au format vidéo, qui seront disponibles sur le site web de la mairie (cf point terrain). Son (création, prise, montage) : Afin de compléter le format vidéo par un son de qualité, les moyens de prise de son et de montage son seront à disposition des participants. Voici un exemple de planning que le tiers-lieu pourrait mettre en place sur le trimestre : Site internet et réseaux sociaux Pour le tiers-lieu, et pour faire participer un maximum de monde de la commune, il faudra plusieurs réseaux sociaux ainsi qu’un site internet. Le site internet Pour le site, un calendrier pourra être mis en place pour pouvoir avoir accès au cours, à leurs disponibilités, ainsi qu’à l’avancée du journal. Pour tous les numéros publiés, le site comportera évidemment des articles qui seront un plus pour parler des actualités en quasi temps-réel. Un article pourra comporter des vidéos, qui seront hébergées sur YouTube, des enquêtes sur la vision que peut avoir la collectivité sur leur commune, etc. On retrouvera en plus les journaux en version numérique. Enfin ce site sera relié au site mère de la commune pour faire savoir aux nombreux habitants qui en font partis, qu’un tiers-lieu existe désormais au sein de la commune. Le calendrier sera lui aussi lié à ce site pour que toutes personnes puissent se tenir au courant, si elle n’est pas au courant qu’un site dédié existe.
  • 21. 16 Les réseaux sociaux Facebook : Réseau social numéro 1, mais de plus en plus plébiscité par les personnes actives que par les adolescents et les jeunes actifs qui viennent de se lancer dans le monde du travail, il permettra de faire des sondages ainsi que d’avoir des interactions entre citoyens. Instagram : C’est LE principal réseau utilisé par les adolescents, il pourra accorder aux jeunes de voter pour les couvertures du journal, qui leur plaisent, à travers les publications des graphistes et des sondages liés à ses couvertures. YouTube : Plateforme d’hébergement et de partage vidéos, le tiers-lieu pourra y mettre ses vidéos de tutoriel, par exemple, et ainsi partager ses savoirs directement sur le web, et pourquoi pas la vie du tiers-lieu. SoundCloud : Réseau social de musique et podcast permettant d’héberger des podcasts ainsi que des émissions radios. (Twitter : Réseau social qui est spécialisé dans l’instantanéité et le plus utilisé par les jeunes actifs, il permettra de discuter du lieu et de l’avancé du journal avec les citoyens de la commune). PARTIE 2: tiers-lieu itinérant Benchmark Verovati : Verovati est un atelier de sérigraphie itinérants. Réaliser sur 5 ateliers d’une journée dans 5 bibliothèques différentes, la structure accueille un public de 8 à 88 ans et porte sur une réalisation collective de sérigraphies. Ces dernières se basent sur des anecdotes ou des légendes observées aux Balkans. Elle propose des ateliers enfants/adultes, sollicite des lycéens à la création, ateliers arts imprimés enfants/parents le matin et enfants l’après-midi, des fresques, des ateliers tampons, composition collectives sur draps avec une école maternelle, etc. Les oeuvres sont exposées dans les bibliothèques de quartiers. La radio itinérante : La radio itinérante se promène dans trois régions différentes : Seine et Marne, Yvonne et le Loiret. Elle a une attache dans la commune de Moret-Loing-et-Orvanne. Le but de la radio itinérante est de sillonner les différentes régions pour découvrir la vie des communes : des nouvelles, des informations drôles, passionnantes. Elle est sous la forme d’une association à but non lucratif et gérée par des bénévoles. Le projet est mené grâce à des généreux donateurs et des partenaires impliqués. La radio itinérante gère un agenda qui répertorie les émissions, les reportages et les événements spéciaux. En dehors des rendez-vous, la radio propose 24h/24 et 7j/7 d’écouter de la musique et les annonces des événements à venir. De plus, aucune publicité n’est programmée. Les émissions sont toutes disponibles en replay sur leur site internet prévu pour : https://www.la-radio- itinerante.com
  • 22. 17 Le CAP : Le CAP (Centre d’Animation Polyvalent) de Tonnay est un dispositif itinérant (type camionnette) pour rencontrer des usagers suite à la numérisation des services publics. Elle propose de réduire les inégalités d’accès aux droits sur le territoire de la CARO (Communauté d’agglomération de Rochefort Océan), contribuer à l’autonomie des usagers en termes d’accès aux services publics en général, repérer les personnes sans accompagnement les plus éloignées des services. L’itinérance est permise grâce à un véhicule aménagé (camion avec un équipement numérique, pouvant recevoir les usagers en toute confidentialité) et circulera dans les communes volontaires éloignées des centres villes ou des villages. Elle comprend un bureau d’accueil et un espace libre accès à deux ordinateurs (avec imprimante et scanner). Fonctionnement : Il stationne à des dates/horaires prévus à l’avance avec la commune accueillante. L’information est diffusée : guichets, réseaux sociaux, site internet, bulletins communaux et intercommunaux. Le camion des sciences : Le camion des sciences a comme mission de mettre à portée de tous la science, la technique et l’innovation. Il est considéré comme un tiers-lieu. L’itinéraire du camion est réalisé autour des six communes choisis autour de Toulouse. Dans chacune d’elle, il reste deux semaines dans chaque ville. La première est consacrée aux ateliers de créativité et la deuxième à la libre création des habitants sur un thème choisi. Les activités sont faites par des scientifiques reconnus. Le projet a été financé par un groupe privé appelé Inmédiats. Personas Marco 41 ans Hameau de 100 habitants depuis ses 17 ans Célibataire Agriculteur Aime : La nature L’autonomie Son village Freins : Charge de travail Socialisation Aime pas : La foule La ville Les étrangers Motivation : Parler de son exploitation Découvrir la radio Parler de son village Josette 81 ans Centre village depuis toujours Veuve, 2 enfants et 5 petits-enfants Retraitée Aime : Les commérages La vie de quartier Parler avec du monde Freins : Être contre-dite Marche difficilement Sa routine Aime pas : Les nouveaux arrivants Changer ses habitudes Motivation : Donner son avis Rencontrer des gens Être au centre de l’attention
  • 23. 18 Concept Objectif Afin de pousser l’innovation éditorial au-delà du format classique d’un journal papier ou d’un station radio parisienne, ce tiers-lieu est une radio mobile (bus) allant à la rencontre d’une communauté de communes. L’idée est de donner la parole aux habitants de communes reculées, oubliées dans lesquelles se passent pourtant pleins de choses. Cette radio permettra à chacun de raconter l’histoire de sa commune, le rapport qu’il entretient avec elle et pousser à l’échange entre chaque citoyen. De plus, cela permet un réel échange de compétences entre les professionnels et les habitants ainsi qu’un échange entre citoyens. Cela créera donc un lien entre tous. Ce support permettra de rafraîchir l’image et les initiatives de la communauté de communes, revenant aussi bien aux valeurs d’antan (le rendez-vous des habitants du village autour d’une émission de radio) qu’en s’inscrivant dans la modernité (podcast sur internet). Lucas 27 ans Petite communce Célibataire Médecin Aime : Aider les gens Son métier Passer du temps avec ses amis Freins : L’ambiance «PMU» de village Emploi du temps Arrivé depuis peu Aime pas : Etre isolé Les petis villages Se sentir inutile Motivation : S’occuper Rencontrer ses patiens dans un cadre différent
  • 24. 19 Présentation du tiers-lieu Budget Il s’agira d’un projet directement porté par la collectivité concernée, le budget (location des locaux, achat du matériel, etc.) sera validé et alloué par celle-ci. Le bus sera également soumis au fonctionnement et législation en vigueur. Permanents Le lieu étant mobile et restreint, il n’était pas nécessaire d’avoir une équipe volumineuse. Ainsi, ce projet sera encadré par deux professionnels : un technicien et un journaliste / animateur. Horaires Cette radio mobile se baladera d’une semaine à l’autre dans chaque commune d’une communauté déterminée. Du mardi au vendredi, le bus ira aux devants d’un établissement (ciblant essentiellement une structure dont le public peut difficilement se déplacer telle que les commerces, les établissements scolaires et les maisons de retraite). Du samedi au dimanche, le bus s’installera dans un endroit stratégique de la commune : place du village, lieu dynamique à côté de magasins etc. Le lundi sera réservé aux montages des émissions et au congé des deux professionnels. Pour annoncer l’arrivée du bus, les dates seront présentes dans le calendrier du site web, sur les panneaux lumineux de la mairie. Fonctionnement La rédaction d’un journal municipal en commun nécessitera une organisation structurée. Néanmoins le principe est de casser la disposition verticale usuelle à ce type de projet. Nous opterons donc pour un fonctionnement horizontal mettant au centre de son dispositif les citoyens, afin de créer un lieu propice à l’échange (contact entre habitants, transfert de compétences) et de maximiser l’intégration de ses membres. Pour ce faire, des professionnels seront présents dans le bus afin d’apporter leur connaissance aux habitants. Diffusion La radio diffusera en continu du contenu que ce soit des artistes de la commune mise en avant durant la semaine, l’annonce des ateliers, les rediffusions des anciennes émissions, et enfin les émissions enregistrées avec les habitants de la commune. Ces émissions seront diffusés le lundi suivant après le passage du bus pour que l’équipe ait le temps de monter les émissions et les envoyer sur le site en même temps que la diffusion sur les ondes. Les émissions de radio enregistrées, au préalable, avec les citoyens de la commune seront diffusés sur les places de marché, au lieu des musiques habituels. Les émissions sont, en parallèles, hébergées sur le site internet et permettront à tous ceux qu’ils le souhaitent d’écouter en différé les émissions qu’ils auraient pu rater. Pour que la radio soit disponibles pour tous, les hôpitaux, EHPAD, et toute autre structures sociales proposent que les télés soit utilisés comme radio grâce aux chaînes hertziennes pour pouvoir écouter les diffusions grâce aux postes présent dans ces dernières. Et enfin, tous les podcasts des précédentes émissions seront aussi trouvables sur les mobiles. Chaque lundi, les usagers retrouveront de nouvelles émissions enregistrées durant la semaine précédente dans la nouvelle commune, ainsi que les artistes appartenant à cette dernière et souhaitant faire leur promotion.
  • 25. 20 Structure du lieu et matériel Le bus ferait 8,60 mètres. Différents espaces seront délimités : un studio radio, un lieu d’attente dans lequel les habitants pourront préparer leur sujet et un espace dédié au rangement. Afin de gagner de la place, les tables et les sièges seront pliables. A côté du bus, un barnum sera installé afin de créer un coin d’échange et de convivialité. Matériel de radio nécessaire : • des micros, • des casques • une console de mixage, • des platines, • des ordinateurs portables • des magnétophones de reportages, • des appareils qui contrôlent le son, • un émetteur et une antenne en hertzien ou un encodeur • une box internet 5G • caisson mobile Matériels supplémentaires pour l’extérieur : • 1 table et des chaises de jardin • 1 Barnum Voici à quoi ressemblerait l’organisation de l’espace du bus :
  • 26. 21 Animations Les personnes seront invitées à choisir un sujet, l’écrire dans les grandes lignes, et à l’aborder devant un micro dans les mêmes conditions qu’une vraie radio. L’idée est surtout de pousser l’échange entre chaque participant en suggérant notamment des « débats / interviews », toutefois les habitants seront libres de définir le format de leur choix. Comme ce n’est pas une radio qui sera diffusée en direct, durant la semaine, il y aura des ateliers réalisés en même temps que la conception de l’émission. > Ecriture des sujets Les citoyens pourront participer à des ateliers d’écriture pour apprendre à rédiger les sujets sous des formats qui seront adaptés à la radio. Ces ateliers seront animés par le journaliste permanent. > Préparation de communication à la radio Le journaliste prendra également le temps d’expliquer aux habitants, après les sujets rédigés, les méthodes essentielles à l’enregistrement de leurs voix. > Atelier de découverte de la radio Le régisseur animera l’atelier qui permettra de découvrir le fonctionnement de la radio, tout en enregistrant l’émission de la commune. Les citoyens pourront donc en apprendre plus sur le côté technique de la radio. > Vacances scolaires Edition spéciale enfants - tous les enfants de la communauté des communes pourront venir. Planning Le jour du marché, le bus se rendra sur la place du marché pour atteindre le plus de monde possible. Le montage pourra également avoir lieu durant les moments creux de la journée.
  • 27. 22 Site internet et réseaux sociaux Afin de faire participer un maximum de monde des différents communes qui seront visitées, il faudra plusieurs réseaux sociaux ainsi qu’un site internet. Le site internet Pour le site, un calendrier pourra être mis en place afin d’avoir accès au mini-cours, à leurs disponibilités durant le passage du tiers lieu dans les communes. Il permettra aussi de savoir quand est-ce que l’émission enregistrée dans la commune sera disponible. En complément des podcasts qui seront hébergés et mis à disposition de tous sur le site, il sera possible de retrouver des articles qu’auront rédigés les citoyens lors des ateliers proposés lors du passage, en plus de faire la promotion des artistes locaux qui passeront de temps en temps à la radio. Enfin ce site sera relié au site mère de la communauté des communes pour faire savoir aux nombreuses communes qui en font partis, ainsi qu’à leurs habitants, qu’un tiers-lieu sous forme de bus, circule dans les communes. Le calendrier sera lui aussi lié à ce site pour que toute personne puisse se tenir au courant de l’existence de ce tiers-lieu itinérant. Les réseaux sociaux Facebook : Réseau social numéro 1, mais de plus en plus plébiscité par les personnes actives, les adolescents et jeunes actifs qui viennent de se lancer dans le monde du travail, il permettra de faire des sondages sur les sujets abordés durant les émissions enregistrées ainsi que d’avoir des interactions entre citoyens. Instagram : C’est LE principal réseau utilisé par les adolescents, il permettra de signaler le lieu exact du bus grâce aux photos ainsi que de mettre en avant les personnes qui seront passées à la radio, si elles le souhaitent. SoundCloud : Réseau social de musique et podcast permettant d’héberger des podcasts ainsi que les émissions radios qui seront enregistrées dans le bus.
  • 28. 23 CONCLUSION Le concept de tiers-lieu est de plus en plus utilisé, notamment à travers les espaces de co- working en constant développement. Il s’agit ici, pour les municipalités de casser leur image conventionnelle de gouvernance, et ainsi rétrécir le fossé entre les élus et les citoyens. La municipalité, se servant habituellement du journal municipal pour s’adresser à la population dans une communication verticale, innove en proposant aux habitants de prendre en charge ce média. Notre première proposition répond au besoin d’innovation dans la pratique éditoriale de la ville, et reprend la définition classique de “journal territorial”, selon le modèle d’un journal écrit. Notre deuxième proposition, plus innovante encore, prend en compte la définition moderne de “journal territorial”, qui comprend le journal écrit mais aussi plus largement la radio, la télévision et le web. Ici, la voix des citoyens est écoutée au sens propre du terme, par l’intermédiaire d’une radio itinérante. Ce projet nous plonge donc au cœur de l’innovation sociale : en créant un tiers-lieu propice aux échanges intergénérationnels, à la prise de parole citoyenne, à la création de liens et de partage de compétences. Sachant que cette étude de cas est proposée pour la première fois cette année, il est intéressant que nous fassions un retour constructif sur notre perception de ce module, lui aussi innovant au sein de la formation. Nous avons compris l’intérêt d’être sensibilisés à la notion de communication et d’innovation sociale qui monte en puissance dans la société. Nous avons cependant eu du mal à mettre de côté notre vision de la communication au sens de « faire connaître » pour faire place à la communication sociale, qui est davantage portée sur l’écoute, l’échange et le commun. Nous aurions aimé être davantage accompagnés pour nous aider à mieux cerner le sujet. Ainsi, il nous semble que l’accompagnement de ce projet pourrait être renforcée dans la semaine, pour les prochaines années.