2
Sommaire
Qui sommes-nous ? …………………………………………………………………3
Epidémie du VIH, où en sommes-nous ? ………………………………….6
Les temps for...
3
Qui sommes-nous ?
Créée en Février 1988, l’ALCS est la première association de lutte contre le sida à avoir vu le jour
a...
4
L’approche de proximité de l’ALCS
Les programmes et actions de l’ALCS sont basés sur une approche de proximité. Il s’agi...
5
Les instances dirigeantes de l’ALCS
Le conseil national
Le conseil national est l’organe d’orientation et de décision de...
6
Epidémie du VIH, où en sommes-nous ?
Le nombre cumulé de cas de VIH/sida déclarés de 1986 à fin décembre 2010 est de 570...
7
Les temps forts de l’année 2010
VIIIème Assises Nationales, Marrakech, du 15 au 17 janvier 2010
« Stigmatisation et Disc...
8
4ème
édition de la Journée Nationale de Dépistage, 15 mai
2010
L’importance du dépistage n’est plus à démontrer. L’OMS e...
9
Guide de traitement journalistique du VIH/sida, 14 septembre 2010
L’ALCS a présenté, le 14 septembre 2010 lors d’une con...
10
Inauguration du nouveau local de la section de Rabat, 29 septembre 2010
L’Association de Lutte Contre le Sida a inaugur...
11
Sidaction Maroc 2010
Après les éditions de 2005 et de 2008, l’ALCS a organisé en 2010 la
3ème
édition du Sidaction Maro...
12
Bilan de la collecte Sidaction Maroc 2010 au 10 Janvier 2011
Nature des Dons
Montants
versés
Montants à
recevoir
Dons r...
13
Fond d’Appui aux Structures Partenaires (FASP)
Le Fond d’Appui aux Structures Partenaires
est né à l’occasion du Sidact...
14
Journées portes ouvertes de dépistage, 18 & 19 décembre 2010
La promotion du dépistage étant le thème de l’édition 2010...
15
Les programmes de l’ALCS
Le département des programmes
Le département des programmes est une instance technique de l’AL...
16
Projet : Prise en charge des personnes infectées ou affectées par le VIH/sida
Implantation : Agadir, Casablanca, Fès, M...
17
C’est aussi un espace d’écoute, de dialogue et de soutien, qui change de la représentation que se
font les patients des...
18
Projet AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les
personnes infectées et affectées par le VIH...
19
Projet : Dépistage du VIH fixe et mobile
Bailleurs : Ministère de la Santé - Fonds Mondial de Lutte Contre le Sida, la
...
20
Projet : Prévention de proximité auprès des professionnelles du sexe
Implantation : Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Es...
21
Projet : Prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles
avec d’autres hommes (HSH) et des prof...
22
Projet : Prévention de proximité auprès des routiers
Implantation : Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Guelmim, Marrakech...
23
Projet : Prévention de proximité dans le monde du travail, auprès des ouvriers et
ouvrières
Implantation : Agadir, Casa...
24
Projet : Prévention de proximité auprès des migrants subsahariens
Implantation : Casablanca, Rabat
Bailleurs : Fonds Mo...
25
Projet : Prévention auprès des usagers de drogues injectables
Implantation : Tétouan
Bailleurs : Sidaction Maroc
Object...
26
Projet : Prévention de proximité auprès des jeunes en milieu scolaire
Implantation : Le Grand Casablanca
Bailleurs : Fo...
27
Projet : Actions de prévention auprès du grand public
Objectif : Sensibilisation et prévention de l’infection à VIH aup...
28
Projet : Ligne d’écoute Allo Info Sida : 080 100 25 25
Bailleurs: Ministère de la Santé - Fondation Drosos
Objectifs : ...
29
Projet : Recherche communautaire
La recherche communautaire est un moyen efficace pour sonder les besoins d’une communa...
30
Cellule de formation de l’ALCS
Objectif : Préparer et mettre en œuvre les différentes formations de l’ALCS
La formation...
31
Réalisation des projets de prévention de proximité 2010
Synthèse des réalisations des projets de prévention de l'ALCS :...
32
Performance :
En 2010, l’ALCS a atteint et même dépassé les objectifs tracés par le département des
programmes en conce...
33
Objectifs 2011 : dépistage
Département financier
La restructuration du département financier a commencé en 2006, avec l...
34
Rue Salim Cherkaoui, quartier des hôpitaux, CP 20360, Casablanca, Maroc
Téléphone : (212) 5 22 22 31 13 / 14 Fax : (212...
Rapport d'activité de l'ALCS 2010
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport d'activité de l'ALCS 2010

633 vues

Publié le

Rapport d'activité de l'ALCS
2010

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
633
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activité de l'ALCS 2010

  1. 1. 2 Sommaire Qui sommes-nous ? …………………………………………………………………3 Epidémie du VIH, où en sommes-nous ? ………………………………….6 Les temps forts de l’année 2010……………………………………………….7 Les programmes de l’ALCS………………………………………………………15
  2. 2. 3 Qui sommes-nous ? Créée en Février 1988, l’ALCS est la première association de lutte contre le sida à avoir vu le jour au Maghreb et au moyen orient. Elle est devenue un acteur incontournable dans ce domaine, ce qui lui a valu d’être reconnue d’utilité publique en 1993. La mobilisation de l’ALCS vient de la conviction que plus la prévention est précoce plus elle est efficace. Depuis sa création, l’ALCS n’a cessé de s’agrandi, elle compte actuellement : -19 sections : Agadir, Béni Mellal, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Guelmin, Laâyoune, Larache, Marrakech, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Safi, Tanger, Taroudant, Tétouan et Tiznit -28 Centres d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) -4 CIDAG mobiles Objectifs : - La prévention de l’infection à VIH - La prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH - Le plaidoyer et la défense des droits des personnes vivant avec le VIH Activités de l’ALCS - Prise en charge médicale et psychosociale des personnes vivant avec le VIH - Actions de prévention et de sensibilisation auprès des populations-clés : routiers, ouvriers et ouvrières, professionnel(le)s du sexe, migrants, usagers de drogue injectable, jeunes et grand public - Tests de dépistage anonyme et gratuit dans 28 CIDAG fixes et 4 CIDAG mobiles. L’ALCS réalise environ 80% des tests de dépistage au Maroc. - Plaidoyer pour l’accès au traitement et la défense des droits des personnes vivant avec le VIH - Lutte contre la discrimination et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH - Recherche communautaire - Ligne téléphonique d’écoute et d’orientation : Allo Info Sida - Formations en interne et en externe
  3. 3. 4 L’approche de proximité de l’ALCS Les programmes et actions de l’ALCS sont basés sur une approche de proximité. Il s’agit d’actions de sensibilisation et de communication visant le changement de comportement des populations- clés les plus exposées au risque d’infection par le VIH. C’est un processus de communication de proximité sur les sites de regroupement de ces dernières. Il est adapté et soutenu pour les amener à adopter un comportement à moindre risque en matière d’IST/sida, à corriger les idées erronées quant aux modes de transmission et de prévention, à encourager les bénéficiaires à se faire dépister, et enfin à démystifier l’infection à VIH en axant sur les possibilités de prise en charge du VIH/sida au Maroc. Il s’agit également d’un processus participatif puisque des pairs éducateurs, appelés aussi relais de prévention, sont identifiés parmi les bénéficiaires pour assurer la continuité du processus sur les différents sites. Les sites sont priorisés en fonction de leur fréquentation par les bénéficiaires, et de leur proximité relative aux structures fixes de l’ALCS, ainsi qu’en fonction des demandes exprimées et de la réceptivité des bénéficiaires à nos messages préventifs sur ces sites. Tous les sites identifiés sont répertoriés sur une cartographie d’intervention, qui est constamment renouvelée, et qui sert de base pour la planification et la programmation des actions de prévention. Au niveau national L’ALCS est un acteur principal dans la lutte contre le sida au Maroc. Elle est présente dans d’importants ateliers, réunions et assemblées générales. L’association participe, entre autres, aux réunions du Comité Coordination Maroc (CCM), du plan stratégique national de lutte contre le sida, du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, du comité Oversight… L’ALCS travaille également en partenariat avec le Ministère de la Santé, le Ministère du Développement social, de la famille et de la solidarité, l’université Hassan II de Casablanca, le syndicat national de la presse, les organisations de droits humains… L’association attache aussi une grande importance au partage des expériences, et offre un appui à des associations travaillant dans la lutte contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles. Au niveau international Les programmes développés par l’ALCS sont parmi les meilleures pratiques de lutte contre le sida dans la région MENA. L’association est ainsi souvent sollicitée à partager son expérience aux niveaux régional et international. L’ALCS est également membre de comités scientifiques et exécutifs de diverses ONG et institutions au niveau international, actives dans la lutte contre le SIDA, notamment: SIDACTION, AIDES, Coalition Plus, ONUSIDA, Union Européenne, PATAM, CSAT…
  4. 4. 5 Les instances dirigeantes de l’ALCS Le conseil national Le conseil national est l’organe d’orientation et de décision de l’association. Il est chargé de faire le bilan de l’action de l’association entre chaque réunion et de tracer ses orientations pour l’avenir. Tous les trois ans, il se prononce sur l’action du bureau national sortant et élit le bureau qui doit lui succéder. Le conseil se compose de la totalité des membres de l’ensemble des bureaux de l’association. Il se réunit 4 fois par an et à chaque fois que les circonstances l’exigent. Le bureau national Constitué de personnes élues, il est l’organe d’administration courant et de décision au niveau national, dans le cadre des orientations tracées par les Assises et le Conseil. A défaut de ces orientations, il jouit des pleins pouvoirs pour déterminer lui-même l’action à entreprendre. Les bureaux locaux des sections sont tenus d’adresser chaque année au bureau national une copie de leurs rapports annuels moraux et financiers, des procès-verbaux de réunion des assemblées, ainsi que tout autre document qui représente un intérêt national. Le bureau national se réunit tous les 15 jours. Le bureau local C’est l’organe d’administration courante de la section qui exécute les décisions prises par les assemblées générales et se conforme à leurs orientations. Les volontaires des sections de l’ALCS élisent leurs instances dirigeantes tous les 3 ans et déterminent leur action en pleine autonomie, dans le cadre des statuts, du règlement intérieur et des orientations de l’association. Le bureau local est composé de 3 à 5 personnes : un président, un trésorier, un trésorier adjoint, un secrétaire général et un secrétaire adjoint. Ce bureau représente la section au sein du conseil national. Les assises nationales Les assises sont l’organe d’orientation de base de l’association. Elles sont chargées de faire le bilan de l’action de l’association durant les deux années précédentes. C’est un rendez-vous privilégié de tous les acteurs de lutte contre le VIH/sida au Maroc. Elles se présentent comme un moment de réflexion collective de l’ensemble des volontaires, pour faire le point et repenser les actions et les orientations. Elles sont aussi un espace de partage des initiatives et des expériences diverses en matière de lutte contre le sida. Les partenaires nationaux et internationaux, institutions, programmes gouvernementaux et associations amies sont invitées à participer activement à ces rencontres. Les actes des assises font l’objet d’une publication.
  5. 5. 6 Epidémie du VIH, où en sommes-nous ? Le nombre cumulé de cas de VIH/sida déclarés de 1986 à fin décembre 2010 est de 5700 cas, dont 3822 au stade sida-maladie. Cependant, et selon les dernières estimations du ministère de la santé et de l’ONUSIDA, le nombre de personnes vivant avec le VIH au Maroc est de près de 26.000. Le mode de transmission prédominant est hétérosexuel (85%). Parmi les personnes diagnostiquées, 71% sont âgés entre 25 et 44 ans, et 48% sont des femmes. La prévalence du VIH dans la population générale reste faible (0.1%) et stable depuis l’année 2000, mais des prévalences plus élevées sont enregistrées parmi les populations les plus exposées au risque d’infection par le VIH : les professionnelles du sexe (2.68%), les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (4%) et les usagers de drogues injectables (13.95%). On note également une épidémie concentrée parmi les professionnelles du sexe de la région Souss-Massa- Darâa, avec une prévalence de 5.80%. Les cas notifiés concernent toutes les régions du pays. Les régions de Souss-Massa-Drâa, Marrakech-Tensift-Al Haouz et le Grand Casablanca englobent près de 60% des cas. Le mode de transmission par l’usage de drogues injectables représente 32% au niveau de la région de l’Oriental et 9% au niveau de la région Tanger-Tétouan. Un traitement de substitution à la méthadone pour les usagers de drogues injectables a été lancé par le ministère de la santé en juin 2010, accompagnant ainsi les efforts dans la réduction des risques chez cette population. La trithérapie antirétrovirale (ARV) est accessible gratuitement au Maroc. Près de 3000 personnes vivant avec le VIH sont actuellement sous traitement ARV.
  6. 6. 7 Les temps forts de l’année 2010 VIIIème Assises Nationales, Marrakech, du 15 au 17 janvier 2010 « Stigmatisation et Discrimination : l’autre épidémie », tel était le thème des 8èmes Assises nationales de l’ALCS à Marrakech. Environ 300 volontaires et salariés de toutes les sections de l’ALCS ont participé à ces assises, aux côtés de nombreux spécialistes et chercheurs, nationaux et internationaux, qui ont animé et pris part aux discussions. Le thème retenu a été largement débattu à travers les différentes séances plénières programmées, avec un résultat commun : la stigmatisation et la discrimination entravent les efforts de prévention et aggravent l’impact de la maladie. Le but était d’amener les volontaires et intervenants de l’ALCS, les acteurs associatifs, les partenaires de la société civile et les responsables politiques à inscrire la stigmatisation et la discrimination dans leurs stratégies. Un objectif sur le long terme a été exprimé, celui de mettre en place une stratégie commune de plaidoyer et des mécanismes de riposte aux violations des droits des personnes infectées ou affectées par le VIH. 5ème conférence francophone VIH/sida, Casablanca, du 28 au 31 mars 2010 Le Maroc a été choisi pour abriter la 5ème conférence francophone sur le sida. Organisée par l'Alliance Francophone des Acteurs de santé contre le VIH (AFRAVIH) et présidée par Pr Hakima Himmich, la conférence s’est tenue à Casablanca entre le 28 et le 31 mars 2010. Plus de 1500 participants, représentants d’une cinquantaine de pays, médecins, chercheurs et acteurs de la lutte contre le sida ont répondu présents à ce rendez-vous. Une occasion de discuter de différents points en relation avec la lutte contre le sida, avec un seul mot d’ordre : empêcher le sida de gagner du terrain dans les pays francophones. L’ALCS a tenu un stand pendant toute la durée de la conférence, et a participé à divers ateliers et séances plénières, avec 18 présentations orales et affichées, préparées et présentées par une vingtaine de participants de l’ALCS. Plusieurs thèmes ont été développés dans les ateliers, du dépistage à la prise en charge des patients, en passant par la stigmatisation et la discrimination. La 5ème conférence francophone a été clôturée par un message d’espoir dans le discours de Mr Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA : «Si nous œuvrons main dans la main, nous pouvons réaliser mon rêve : mettre un terme à toutes les nouvelles infections à VIH. »
  7. 7. 8 4ème édition de la Journée Nationale de Dépistage, 15 mai 2010 L’importance du dépistage n’est plus à démontrer. L’OMS et l’ONUSIDA le décrivent comme la porte d’entrée dans le système des soins. Malheureusement le nombre de tests de dépistage effectués dans notre pays reste insuffisant. L’ALCS a donc inscrit dans ses objectifs l’élargissement du dépistage et l’augmentation du nombre des tests effectués. La journée nationale de dépistage est désormais un rendez-vous annuel. Grâce à la forte mobilisation des 18 sections, de 70 médecins bénévoles, de très nombreux volontaires, la 4ème édition de la Journée Nationale de Dépistage, qui a eu lieu le 15 mai 2010, a connu un grand succès. En chiffres : Sites d’intervention : 70 Tests : 6.284 Tests rapides positifs : 31 Préservatifs distribués : 47.180 Dépliants distribués : 47.058 Université et Sida en Afrique du Nord, Ifrane, 17 & 18 Juin 2010 Cet atelier rentre dans le cadre d’un projet régional mené avec le soutien du bureau du Caire de la Fondation Ford. Il concerne le Maroc, la Mauritanie, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Egypte. L’idée est d’organiser une série d’ateliers regroupant des associations de lutte contre le sida et des acteurs universitaires de tous les pays d’Afrique du Nord, afin d’impliquer les acteurs de l’Université dans la lutte contre le sida. Après l’organisation du 1er atelier en avril 2009 à Marrakech, un 2ème atelier a été organisé en juin 2010 à l’Université Al Akhawayn à Ifrane, avec des associations de lutte contre le sida et des organisations estudiantines, sous le thème : « Le rôle des organisations estudiantines dans la lutte contre le sida en Afrique du Nord ». Cet atelier a rassemblé 30 participants, venus de toute l’Afrique du Nord, représentant des associations de lutte contre le sida et des organisations estudiantines. Les participants ont passé en revue les défis et les réalisations des associations estudiantines de la région, et commencé à préparer un plan d’action commun pour une riposte globale à l’épidémie. L’ALCS a également profité de cet atelier pour organiser une campagne de dépistage dans les environs d’Ifrane, ce qui a permis de réaliser près de 422 tests et 39 consultations IST. Un troisième atelier est en cours de réflexion pour une organisation en 2011.
  8. 8. 9 Guide de traitement journalistique du VIH/sida, 14 septembre 2010 L’ALCS a présenté, le 14 septembre 2010 lors d’une conférence de presse, le « guide de traitement journaliste du VIH/SIDA » en langue arabe. Ce guide est le résultat d’un partenariat avec le Syndicat National de la Presse Marocaine. Son auteur n’est autre qu’Abdelwahab Rami, écrivain et professeur à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication, en collaboration avec l’ALCS. Ce guide, qui a nécessité deux années de préparation, a pour objectif d’améliorer le traitement journalistique de la problématique du sida au Maroc. Il cherche ainsi à combler un vide d’information autour du sida et surtout d’outils linguistiques pour son traitement. Cette publication se veut également une référence en matière d’éthique et de déontologie pour le traitement des sujets en lien avec la thématique VIH/SIDA. On y trouve des informations pratiques autour du sida, un guide de terminologie, des adresses utiles… C’est un guide pratique, pour une utilisation au quotidien, et prenant en compte le contexte marocain. Il est disponible pour les journalistes dans les sections de l’ALCS et au niveau du SNPM. Reconstitution des ressources du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme A l’instar de plusieurs ONG nationales et internationales, L’ALCS a plaidé pour le soutien au financement du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. L’ALCS a lancé un appel aux leaders du monde pour renouveler leurs engagements financiers en faveur du Fonds Mondial, craignant le cas échéant, un arrêt de financement des pays à faible prévalence du VIH et à revenu intermédiaire comme le Maroc et la majorité des pays de la région Mena. La conférence internationale pour la reconstitution du fonds mondial s’est tenue le 5 octobre à New York. Pour demander la mobilisation des 20 milliards de dollars nécessaires lors de cette reconstitution, l’ALCS a mené plusieurs actions :  Diffusion d’un communiqué de presse le 19 mars 2010  Organisation d’une conférence de presse le 28 septembre par l’ALCS, l’AMDH, le CSAT- MENA et l’ITPC North Africa, couverte par un grand nombre de médias.  Diffusion d’un communiqué de presse conjoint (ALCS, CSAT-MENA et ITPC North Africa)  Diffusion d’une lettre conjointe (ALCS, CSAT-MENA, ITPC North Africa, AMDH et Association du Jour) à l’attention des ambassadeurs de plusieurs pays au Maroc Le Maroc fera partie des pays qui seront financés pendant le round 10 du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
  9. 9. 10 Inauguration du nouveau local de la section de Rabat, 29 septembre 2010 L’Association de Lutte Contre le Sida a inauguré, le 29 septembre 2010, le nouveau local de la section de Rabat. Situé à l’avenue Al Massira, ce nouveau local permettra à la section de mieux lutter au quotidien contre le sida, notamment en améliorant considérablement l’accès au dépistage. Ce local a pu voir le jour grâce au financement du Ministère de la Santé, de l’Agence de Développement Social, de Bank Al Maghrib, de l’association française Sidaction et de Sidaction Maroc. L’inauguration du nouveau local a été célébrée avec nos partenaires nationaux et internationaux, en présence de l’ex-joueur de tennis Younes El Aynaoui, de l’acteur Kamal Kadimi (acteur principal de la série Hdidane) et de l’acteur Anouar Al Joundi. Marche de lutte contre le sida, Agadir, 5 décembre 2010 Le 1er décembre est désormais un rendez-vous pour les acteurs de la lutte contre le sida. C’est une occasion de faire le point sur la situation épidémiologique mondiale, et de s’unir pour faire reculer le sida. Les différentes sections se sont mobilisées pour cette journée avec la tenue de stands et l’organisation d’actions notamment dans les lycées. Le 5 décembre 2010, une marche de lutte contre le sida a été menée par la section d’Agadir sous le thème : « L’accès pour tous à la prévention, au traitement et aux soins du VIH est un élément essentiel des droits de l’homme ». Cette marche a été organisée par l’ALCS Agadir et l’association Sida et Entreprises. L’évènement a été annoncé lors d’une conférence de presse, à laquelle étaient présents Dr Kamal Alami, administrateur du programme ONUSIDA au Maroc, et le délégué régional de la santé, Dr Fouad Bouchareb. La marche a rassemblé plus de 1000 personnes, de nombreux partenaires et a été un grand succès.
  10. 10. 11 Sidaction Maroc 2010 Après les éditions de 2005 et de 2008, l’ALCS a organisé en 2010 la 3ème édition du Sidaction Maroc. Pour rappel, le montant de la collecte nette du Sidaction Maroc 2008 (après déduction des charges d’organisation) s’élevait à 8.252.430,25 DH. A fin décembre 2010 un montant de 7.725.728,59 DH a été dépensé, réparti comme suit : 49% pour la prévention et 51% pour la prise en charge. L’ALCS, et afin de continuer à financer ses actions et celles de ses partenaires, a organisé le Sidaction Maroc 2010, du 6 au 31 décembre 2010, sous le thème « Donner, c’est AGIR contre le sida ». Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reconduit Son Haut Patronage à l’ALCS, témoignant de la confiance qu’il porte à l’association et de Son engagement dans la lutte contre le sida. Cette campagne de sensibilisation et de collecte de fonds s’est basée sur plusieurs modes de collecte : toutes les banques du Maroc, les bureaux de poste, les sms, les dons en ligne sur Internet et les promesses de dons par téléphone. Plusieurs partenaires nous ont renouvelé leur confiance et nous ont accompagnés pendant la préparation de cet évènement. L’ALCS doit surtout la continuité de cet évènement à l’appui de la chaine de télévision 2M, direction et équipes, qui continuent à nous soutenir depuis la première édition du Sidaction. Nous tenons également à remercier nos partenaires Shem’s, Méditel, Intelcia, Dialy, Inwi et Maroc Télécom pour leur engagement à nos côtés. La soirée Sidaction, produite par 2M et diffusée le 17 décembre 2010 a été un franc succès. Gad Elmaleh, parrain de cette édition, les deux animateurs Choumicha et Ali Baddou, ainsi que tous les artistes et experts présents sur le plateau n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire de cette soirée une réussite. Reportages, micros- trottoirs, témoignages, plateaux artistiques… la soirée était riche aussi bien en informations qu’en divertissement, totalisant une part d’audience d’environ 21%. Une large promotion a accompagné la campagne de cette année : affiches, spot radio, spots d’appel au don enregistrés par Gad Elmaleh et une quarantaine d’autres artistes, des émissions spéciales sur différentes chaines de télé, insertions presse et une campagne sur Internet (Facebook, Twitter, Google, en plus de bannières sur les sites partenaires). La campagne Sidaction Maroc a bénéficié d’une large médiatisation et de bonnes retombées médiatiques. Grâce à la mobilisation des différents partenaires, des équipes de l’ALCS et surtout des petits et grands donateurs, le montant annoncé à la fin de l’émission a atteint 13.309.989 DH. Ces promesses de dons, une fois concrétisées, serviront à financer des programmes de prévention et de prise en charge des personnes vivant avec le VIH, de recherche et surtout d’accès au dépistage, thème de la campagne de cette année. Un pourcentage de la collecte finale ira au financement de projets d’associations partenaires dans le cadre du FASP, le Fond d’Appui aux Structures Partenaires.
  11. 11. 12 Bilan de la collecte Sidaction Maroc 2010 au 10 Janvier 2011 Nature des Dons Montants versés Montants à recevoir Dons reçus entreprises, institutions et privés 3 481 145,00 140 250,00 Dons reçus entreprises, institutions publiques 1 029 000,00 1 610 000,00 Dons particuliers par chèques, virements et versements espèces 4 988 345,44 Dons par paiement électronique 501,65 148 576,98 Dons par SMS – prévisionnel 1 700 000,00 Total 9 498 992,09 3 598 826,98 Montant de la collecte (y compris les montants promis) 13 097 819,07
  12. 12. 13 Fond d’Appui aux Structures Partenaires (FASP) Le Fond d’Appui aux Structures Partenaires est né à l’occasion du Sidaction Maroc 2008, avec l’objectif de favoriser le développement et l’émergence d’acteurs de lutte contre le sida. C’est un outil de soutien financier et technique pour des projets ayant trait à la recherche appliquée, la formation, la structuration des associations et le soutien des personnes infectées et/ou affectées par le VIH. En 2008, 31,5% des fonds collectés, soit 2.624.668 DH, ont permis de financer les projets d’associations et d’instituts travaillant dans la lutte contre le sida sur tout le territoire marocain, sur une période de deux années (juillet 2009 – juillet 2011). Les structures financées sont : - Association du Jour : 393.336 DH = renforcement des capacités de fonctionnement de l’association - AMSED : 392.838 DH = promotion des droits humains et mobilisation communautaire auprès de 6 autres associations dans la région de Souss Massa Daraâ et Meknès-Tafilalt afin d’améliorer l’intervention en matière de prévention focalisée, avec une partie ressources humaines importante - AMPF : 148.400 DH = projet de prévention et de sensibilisation auprès des jeunes de 14 à 25 ans avec l’organisation d’une caravane de sensibilisation sur la plage d’Ain Diab au mois d’août, et de l’éducation par les pairs - La LMLMST : 386.000 DH = renforcement des compétences à travers l’éducation par les pairs pour les étudiants des écoles traditionnelles dans la région de Tanger-Tétouan - Association Soleil : 393.700 DH = renforcement des capacités de fonctionnement - Le SMI en collaboration avec l’INH : 363.460 DH = étude sur la prévalence de l’allèle HLA- B5701 et son impact sur l’utilisation de l’abacavir dans la thérapie antirétrovirale - L’institut Pasteur : 157.000 DH = étude sur la coïnfection par les virus des hépatites B et C chez les PVVIH du Maroc L’expérience du fond d’appui a été reconduite pour le Sidaction Maroc 2010. Tous les partenaires bénéficiaires du Sidaction Maroc 2008 ont signé la charte de partenariat pour cette édition, rejoints par trois autres partenaires : l’association Hasnouna, l’association de lutte contre les maladies infectieuses (ALMI) et l’association RDR Maroc.
  13. 13. 14 Journées portes ouvertes de dépistage, 18 & 19 décembre 2010 La promotion du dépistage étant le thème de l’édition 2010 du Sidaction Maroc et l’un des objectifs de l’ALCS, des journées portes ouvertes ont été organisées le lendemain de la soirée Sidaction Maroc. Toutes les sections se sont mobilisées pour ces journées les 18 et 19 décembre. Les CIDAG fixes et mobiles en plus des mallettes ont été déployées sur différents sites. Bilan chiffré Villes : 16 Sites d’interventions : 39 Tests : 3120 Tests rapides positifs : 19 Maison d’accueil d’Agadir La maison d’accueil d’Agadir a ouvert ses portes en 2009. L’idée de la mise en place de cette maison découle de plusieurs constats. Le centre référent de l’hôpital Hassan II d’Agadir accueille des personnes vivant avec le VIH de plusieurs régions alentours, même les plus éloignées comme Dakhla. La plupart de ces patients sont économiquement démunis. Un problème de transport se pose également puisque les départs des bus vers les destinations du sud sont essentiellement nocturnes et les patients se voient obligés de passer toute la journée à Agadir. Le centre vient donc pour répondre à ces besoins ressentis et offre un espace convivial, d’appui à la médiation sociale et thérapeutique, de soutien psychologique et de détente des bénéficiaires. Il permet par exemple, le repos et la restauration des patients en attente de l’heure du retour, ainsi que la préparation des repas pour les PVVIH hospitalisés suivant des régimes spécifiques. C’est également un espace d’écoute qui permet le tissage de liens et d’amitiés entre les PVVIH, et donne naissance à des groupes de parole et d’auto-support. En 2010, et face à la demande importante, l’ALCS a augmenté la capacité d’accueil du centre avec un étage supplémentaire pour accueillir les hommes et les femmes tout en garantissant une intimité entre les uns et les autres. Un chargé de projet a également été recruté pour renforcer l’équipe constituée de deux médiatrices thérapeutiques, une médiatrice sociale, un psychologue et une femme de charge. Un véhicule a également été acheté ce qui améliore considérablement l’accessibilité au centre d’accueil.
  14. 14. 15 Les programmes de l’ALCS Le département des programmes Le département des programmes est une instance technique de l’ALCS dont le rôle est d’appuyer la direction dans la gestion des programmes mis en œuvre par l’ALCS. Cette instance a été mise en place en 2008 pour coordonner l’action de l’ALCS dans la prévention, l’appui à la prise en charge des personnes vivant avec le VIH et la recherche communautaire liée au VIH/sida. En effet, tous les projets de prévention ont des points de convergences (dépistage VIH, prévention, prise en charge des PVVIH…) et de ce fait, la gestion de ces différents programmes ne peut être compartimentée ni cloisonnée. Le département crée donc un espace de coordination et de collaboration entre les différents chargés de projets selon un cadrage stratégique des instances politiques. La mise en place du département des programmes a permis la standardisation du système de suivi et d’évaluation de l’ALCS, l’amélioration du suivi financier des projets, la formation des chargés de projets en matière de montage de projets, mais également la participation à des projets comme la préparation collégiale de la soumission du Round 10 du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le département se réunit 4 fois par an pour faire le suivi des projets, leur évaluation annuelle, et la mise en place des objectifs pour l’année à venir. Une adresse e-mail groupée a été créée pour faciliter les échanges entre toutes les personnes concernées au sein du département des programmes.
  15. 15. 16 Projet : Prise en charge des personnes infectées ou affectées par le VIH/sida Implantation : Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Tanger Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme – Fondation Drosos – ESTHER – Sidaction – BMS – Sidaction Maroc Objectifs : Contribuer à une prise en charge de qualité des personnes vivant avec le VIH et améliorer leur qualité de vie Une grande partie du travail de l’ALCS est concentrée sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH. L’ALCS apporte une aide et un soutien aux PVVIH et à leurs familles, afin d’améliorer leur qualité de vie. Cette prestation englobe la prise en charge thérapeutique, psychologique, économique et sociale, ainsi que la médiation thérapeutique. En 2010, la file active des personnes vivant avec le VIH dans le cadre de ce programme comptait 3.192 patients. Devant l’augmentation de la file active des personnes vivant avec le VIH et la décentralisation de la prise en charge vers d’autres sections, l’un des objectifs de ce programme en 2011 est de renforcer l’équipe de prise en charge avec notamment le recrutement de médiateurs thérapeutiques à Agadir, Meknès et Casablanca. >Prise en charge thérapeutique La prise en charge thérapeutique du VIH/sida et des maladies liées à cette infection comprend le diagnostic et le traitement des maladies liées au VIH. Un suivi médical est assuré afin de détecter rapidement les rechutes ou l’apparition de nouvelles infections, de faire baisser la charge virale du patient et d’augmenter son immunité. Dans ce cadre l’ALCS finance l’achat de médicaments autres que les ARV, les examens biologiques et radiologiques non disponibles au niveau des hôpitaux, les consommables médicaux, les consultations spécialisées, les ARV de 3ème ligne, des séances de kinésithérapie… L’ALCS mène aussi des activités de plaidoyer pour la baisse des prix des médicaments, et la gratuité au niveau des CHU. 1.571 prestations médicales ont été financées par l’ALCS en 2010. >Médiation thérapeutique pour les personnes infectées et affectées par le VIH/sida : La médiation thérapeutique du patient est un processus continu, intégré dans les soins et centré sur le patient (hommes, femmes, femmes enceintes et enfants). Les séances de médiation permettent la sensibilisation, l’information et le soutien psychologique des personnes infectées et/ou affectées par le VIH/sida. Il s’agit de leur fournir toutes les informations nécessaires pour une meilleure connaissance de leur maladie, sa surveillance, son traitement, et les comportements de santé et de maladie du patient. De plus, les médiateurs informent et sensibilisent les patients à la prévention secondaire (prévention des infections sexuellement transmissibles et sexualité). Les séances de médiation thérapeutique ont pour objectif la bonne observance des patients, tout en leur apprenant à mieux faire face aux situations de la vie courante. Ceux-ci apprennent à être autonomes dans la gestion de leur maladie et de son traitement.
  16. 16. 17 C’est aussi un espace d’écoute, de dialogue et de soutien, qui change de la représentation que se font les patients des hôpitaux et de l’équipe médicale. Cette activité de médiation thérapeutique permet de réduire les abandons de traitement et le nombre de patients perdus de vue, et en même temps d’améliorer la qualité du suivi des soins. Elles sont assurées par des médiateurs thérapeutiques formés par l’ALCS. Au total, 5.232 séances de médiation thérapeutique, initiale et de suivi, ont été organisées en 2010. >Soutien psychologique aux patients et à leurs familles : Il s’agit d’un accompagnement psychologique des personnes infectées et affectées par le VIH/sida pour les aider à affronter la maladie et les représentations qu’ils s’en font. Ce soutien s’articule autour de séances de psychothérapies, de séances individuelles et de groupes de paroles, ainsi que des régulations pour l’équipe de prise en charge. Ces séances sont assurées par 3 psychologues de l’ALCS dans les villes de Casablanca, Rabat et Agadir. Les assistantes sociales, les médiateurs thérapeutiques et sociaux sont également impliqués dans le soutien psychologique des patients et de leurs familles. >Soutien économique aux patients et à leurs familles : Il a été établi que les conditions sociales et économiques défavorables des personnes vivant avec le VIH réduisent les effets de la prise en charge médicale et psychosociale. Ainsi, l’ALCS essaie de répondre aux besoins des personnes infectées et affectées par le VIH, en finançant le transport de patients démunis vers les centres de prise en charge, des paniers alimentaires et le paiement du loyer pour les plus nécessiteux. L’ALCS finance également, pour les personnes répondant aux critères d’éligibilité, l’achat de couches, de lunettes, de soins dentaires, de lait artificiel… Cette gestion est assurée par les assistantes sociales de l’ALCS. Un appui est également assuré par le projet des activités génératrices de revenus mis en place par l’association (cf. Activités Génératrices de Revenus). En 2010, l’ALCS a financé un total de 9092 aides économiques de tous genres. >Soutien social aux patients et à leurs familles C’est un ensemble de mesures mises en œuvre pour aider les personnes en situation de vulnérabilité à résoudre les problèmes liés à leur bien être personnel sur les plans psychologique, affectif, et social, ainsi qu’à leur intégration dans la société. Il s’agit par exemple de l’accomplissement des démarches administratives au profit des PVVIH, l’orientation selon leurs besoins vers d’autres associations (femmes battues, mères célibataires…), l’intervention auprès de la famille en cas de conflits familiaux, l’accompagnement vers les structures juridiques en cas de besoin, et bien sûr la lutte contre la discrimination et la stigmatisation. Ce soutien social est assuré par les assistants sociaux et les médiateurs sociaux et thérapeutiques. 2010 en chiffres 5.232 séances de médiations thérapeutiques 1.571 prestations médicales 9.092 aides économiques de tous genres
  17. 17. 18 Projet AMALI : Programme d’activités génératrices de revenus (AGR) pour les personnes infectées et affectées par le VIH. Implantation : Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Rabat, Tanger, Taroudant Bailleurs : Agence de Développement Social – Sidaction Maroc Objectif : Réduire l’impact socio-économique du VIH/sida sur les personnes vulnérables, infectées et/ou affectées par le VIH/sida. Le projet AMALI a entamé sa première phase en 2006, sous forme d’un partenariat tripartite entre l’Agence de Développement Social, l’AMSED et l’ALCS. Pendant les 3 années suivant son lancement, 38 bénéficiaires ont pu mener à bien leurs projets. Ces projets vont de l’épicerie à la couture en passant par la vente de diverses marchandises. Les partenaires ont par la suite fait appel à une consultante externe pour évaluer le programme. Cette révision a abouti au lancement d’une 2ème phase du projet, démarrée en janvier 2010, sur une période de 5 ans. Elle a été marquée par le transfert de l’unité de gestion du programme, de l’AMSED au siège de l’ALCS, via le recrutement d’une chargée de projet AMALI. L’Agence de développement social cofinance le projet avec l’ALCS et apporte son expertise en matière d’AGR. L’ALCS gère également la partie identification et suivi des bénéficiaires, et les associations locales partenaires assurent l’accompagnement en proximité des porteurs de projets. Une fois le bénéficiaire identifié, l’ALCS l’oriente vers l’association locale qui entame avec lui l’étude de faisabilité de son projet en concertation avec les coordinations régionales de l’ADS. En 2011, le projet vise le financement de 32 projets, tout en essayant de développer des formations et de renforcer les capacités des anciens et futurs bénéficiaires. 2010 en chiffres : 24 projets approuvés et financés Budget global : 576.000dh
  18. 18. 19 Projet : Dépistage du VIH fixe et mobile Bailleurs : Ministère de la Santé - Fonds Mondial de Lutte Contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Fondation Drosos - Fondation GSK L’ALCS a ouvert son premier Centre d’Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) en 1992 à Casablanca. L’association dispose aujourd’hui de 25 centres de dépistage fixe et 4 bus pour le dépistage mobile. Ces centres, qu’ils soient fixes ou mobiles, représentent le pivot de toutes les actions de prévention des projets de proximité. Le dépistage est assuré par des médecins formés en counseling et en test volontaire. Chaque personne venue se faire dépister bénéficie d’un counseling pré-test et d’un counseling post-test pendant lequel le médecin remet le résultat du dépistage, disponible au bout de 20 à 30 minutes. En cas de test VIH positif, la personne concernée est systématiquement adressée à un centre référent pour sa prise en charge. Les centres de dépistage fixes et mobiles mettent à la disposition du public le dépistage, des consultations IST et des outils d’information autour du VIH/sida. Les CIDAG fixes Les centres de dépistage fixes siègent souvent au sein des sections de l’ALCS, ou sont intégrés à une autre structure. Les médecins, en majorité des bénévoles, assurent des permanences selon leur disponibilités. La coordination au niveau de la section est assurée par un référent qui veille au bon fonctionnement du centre. Chaque CIDAG a un planning pour définir les jours réservés au grand public et ceux réservés aux populations vulnérables. Les CIDAG mobiles L’unité mobile de dépistage est un bus spécialement aménagé pour pouvoir abriter des consultations de conseil, de dépistage et des consultations IST. L’unité mobile peut se rendre dans différentes zones où l’offre de test fixe est faible ou inexistante, ainsi que dans les lieux de rassemblement (festivals, moussems, souks, plages…). Les sorties de ces unités mobiles sont planifiées pour être destinées dans les deux tiers des cas aux populations clés (usagers de drogue, professionnelles du sexe, ouvriers…). Une fois le bus établi dans un site, les volontaires de chargent d’orienter la population vers le CIDAG mobile. Les prestations et le circuit sont les mêmes que dans un CIDAG fixe. 2010 en chiffres 12.151 tests en dépistage fixe 18.657 tests en dépistage mobile 6.284 tests pendant la journée nationale de dépistage Total : 37.092 tests de dépistage, dont 389 tests positifs
  19. 19. 20 Projet : Prévention de proximité auprès des professionnelles du sexe Implantation : Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Essaouira, Fès, Guelmim, Larache, Marrakech, Meknès, Nador, Oujda, Rabat, Tanger, Taroudant, Tétouan, Tiznit Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Fondation Drosos – ONU Femmes Objectif : Réduire la vulnérabilité au VIH/sida et aux IST auprès des professionnelles du sexe L’épidémie du sida se féminise au Maroc. Le pourcentage de femmes parmi les cas de sida a connu une augmentation fulgurante en 20 ans. Il est passé de 8% en 1988 à 48% en 2010. Les professionnelles du sexe, du fait de leur position de passerelle, sont depuis longtemps comptées parmi des populations cibles en matière de prévention contre le VIH. L’ALCS a mis en place en 1991 un programme de prévention auprès des professionnelles du sexe, afin de réduire leur vulnérabilité au VIH/sida. Le but est de les sensibiliser à l’infection au VIH/sida et aux IST, tout en favorisant un changement de comportement sur le long terme. En 2010, et grâce au financement de la fondation Drosos, les actions programmées dans le cadre du projet PPF ont pu être renforcées sur plusieurs villes. Plusieurs formations ont été réalisées, surtout au profit des éducatrices paires. Pour 2011, le programme a pour objectif de sensibiliser 30.000 professionnelles du sexe, et signer des conventions avec des associations féminines. Le programme a également diversifié ses activités avec la signature de deux conventions, la première avec l’ONUFEMMES pour un projet d’appui à la prévention de la violence à l’égard des professionnelles du sexe, et l’autre avec la fondation GSK pour la mise en place d’une stratégie mobile afin d’élargir l’offre de l’ALCS en matière de prévention, de dépistage VIH et de prise en charge des IST pour les bénéficiaires. 2010 en chiffres : 5.043 actions de sensibilisation 24.542 nouveaux contacts 411.906 préservatifs distribués 6.026 tests VIH 3.277 consultations IST
  20. 20. 21 Projet : Prévention de proximité auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) et des professionnels du sexe Implantation : Agadir, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Marrakech, Meknès, Rabat, Tanger, Tiznit Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Fondation Drosos Objectif : Réduire les risques d’infection au VIH/sida et aux IST chez les HSH Les derniers chiffres de 2010 font état d’une prévalence du VIH/sida de 4% chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, alors que dans la population générale cette prévalence n’est que de 0.1%. L’ALCS a donc naturellement orienté ses activités vers cette population en essayant de toucher les groupes les plus marginalisés parmi cette population et particulièrement les plus jeunes. L’objectif est de réduire le risque d’infection à VIH/sida et aux IST, et en même temps de les accompagner vers l’adoption de pratiques à moindre risque. Ce programme offre également un espace d’information, d’écoute et de parole avec l’organisation de séances de sensibilisation et de séances thématiques. A travers toutes ces activités, l’expertise de l’ALCS sur ce projet a été reconnue aux niveaux régional et international. Ainsi, l’association est souvent sollicitée pour animer des ateliers régionaux ou internationaux. 2010 en chiffres 2.836 actions de sensibilisation 7.928 nouveaux contacts 148.586 préservatifs distribués 7.457 supports d’information et de communication 2.545 tests VIH 457 consultations IST
  21. 21. 22 Projet : Prévention de proximité auprès des routiers Implantation : Agadir, Beni Mellal, Casablanca, Guelmim, Marrakech, Tanger Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Fondation Drosos - Fondation Total Objectifs : Prévention des IST/sida auprès des routiers et des travailleuses du sexe qu’ils fréquentent Ce projet est destiné aux populations mobiles et aux transporteurs routiers circulant sur l’axe Guelmim- Tanger. Le but est de réduire les risques des infections au VIH et aux IST, et de faciliter l’accès au dépistage et aux soins IST auprès de cette population, mais également auprès des professionnelles du sexe qu’ils fréquentent tout au long des axes routiers qu’ils traversent. Chacune des villes où opèrent nos sections constitue le point focal d’une aire géographique d’intervention d’environ 100km de diamètre. Les intervenants du programme travaillent directement dans les gares routières, les stations de transport de marchandises, les parkings, les cafés, les mouqafs… Le projet a réussi à s’améliorer au fil du temps. Grâce à une présence régulière des intervenants terrain du projet, il y a de plus en plus de routiers orientés vers les structures fixes de l’ALCS. Certains bénéficiaires se sont même approprié le projet et ont naturellement constitué des relais auprès des nouveaux routiers, ce qui facilite le partage des expériences, la compréhension des bonnes pratiques et l’usage du préservatif. Le but étant d’accompagner les routiers vers l’adoption d’un comportement sexuel responsable. 2010 en chiffres 990 actions de prévention 22.794 nouveaux contacts 140.571 préservatifs distribués 72.202 supports d’information et de communication 3.994 tests VIH 545 consultations IST 1441 tests syphilis réalisés
  22. 22. 23 Projet : Prévention de proximité dans le monde du travail, auprès des ouvriers et ouvrières Implantation : Agadir, Casablanca, Fès, Guelmim, Laâyoune, Larache, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger, Taroudant, Tétouan Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme – Fondation Drosos – Fondation GSK Objectifs : Réduction des risques d’infection au VIH/sida et aux IST chez les ouvriers et ouvrières et plaidoyer pour leurs L’ALCS a engagé très tôt des actions de sensibilisation et de prévention du VIH/sida dans le monde du travail. Mis en place depuis 1993, puis restructuré en 2003, ce projet cible les ouvriers et ouvrières de différents secteurs : textile, agriculture, agroalimentaire et même dans le secteur informel. Les actions de sensibilisation ont lieu dans des usines, des fermes et des entreprises. Le projet travaille aussi sur le volet de protection des droits des travailleurs vivant avec le VIH selon les recommandations de l’Organisation Internationale du Travail, à travers des rencontres et des ateliers avec divers acteurs dans le monde du travail. Les acteurs du projet sont souvent confrontés à un manque de disponibilité de la part des patrons, qui refusent de prendre sur le temps de travail des ouvriers, ou acceptent sans prévoir un lieu adéquat pour les séances. Pour remédier à ce problème, l’ALCS a noué des partenariats avec notamment la Confédération Générale des Entreprises du Maroc et l’association Sida Entreprises Maroc. Ces partenariats permettent de mobiliser des entreprises autour de la lutte contre le sida au profit de leurs employés, en impliquant les directions des ressources humaines, les services sociaux et les médecins d’entreprises. 2010 en chiffres 334 actions de prévention et de sensibilisation 18.400 nouveaux contacts 45.926 préservatifs distribués 32.311 supports d’information et de communication 5.718 tests de VIH
  23. 23. 24 Projet : Prévention de proximité auprès des migrants subsahariens Implantation : Casablanca, Rabat Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme - Organisation Internationale pour les Migrants (OIM) - Open Society Institute (OSI) Objectifs : Réduire les risques d’infection au VIH/sida et aux IST auprès des migrants subsahariens, et plaidoyer pour leurs droits Les migrants subsahariens au Maroc, dont les droits ne sont pas toujours reconnus, forment une population vulnérable à l’infection à VIH. A travers ce projet, l’ALCS tente de réduire le risque d’infection chez cette population en l’informant en matière de VIH/sida et en lui assurant une accessibilité aux moyens de prévention, aux consultations IST et au dépistage pour le VIH. Il s’agit aussi d’étudier les caractéristiques de la population concernée pour mieux les sensibiliser. L’ALCS travaille dans ce domaine avec d’autres associations de migrants, constituant ainsi une plateforme dynamique et coordonnée. En 2010, l’équipe du projet a finalisé un livret et des dépliants en anglais pour les migrants, s’adaptant ainsi à un besoin en matière d’outils d’information. Le projet s’est également enrichi avec la création d’une plateforme de protection des femmes et des mineures victimes de violences sexuelles. 2010 en chiffres 639 actions de sensibilisation 3.347 nouveaux contacts 25.196 préservatifs distribués 8.356 supports d’information et de communication 815 tests VIH 224 consultations IST
  24. 24. 25 Projet : Prévention auprès des usagers de drogues injectables Implantation : Tétouan Bailleurs : Sidaction Maroc Objectif : Réduction des risques de l’infection à VIH/sida et à l’hépatite C auprès des usagers de drogues injectables Selon le ministère de la santé, le nombre d’usagers de drogues injectables au Maroc est estimé à 14.000, et ce phénomène prend de l’ampleur en particulier dans le nord du pays. L’usage de drogues injectables est responsable d’infections par le VIH et par le virus de l’hépatite C. D’après les études du ministère de la santé, 13% des usagers de drogues injectables à Tanger et à Tétouan, et 39% à Nador sont infectés par le VIH. Le travail de l’équipe mobile de l’ALCS à Tétouan est une expérience pilote. L’équipe de Tétouan effectue 4 sorties par semaine pendant lesquelles les intervenants sensibilisent les usagers de drogues sur l’usage de seringues individuelles, leur distribuent des kits pour injection propre et des préservatifs et les incitent à se faire dépister. Les kits sont distribués à raison de 5 injections par jour, ils sont composés de : seringue, eau distillée, cupule, coton alcoolisé et préservatif à la demande. L’ALCS travaille également sur ce projet dans d’autres villes du Nord : à Tanger en collaboration avec l’association Hasnouna et à Nador avec l’association RDR. L’ALCS vise à atteindre davantage d’usagers et à couvrir tous les sites actifs. En 2011, le projet va également se renforcer avec une dimension plaidoyer, visant à dépénaliser l’usage de drogues au Maroc pour permettre aux usagers d’accéder aux soins et aux structures de santé. Il s’agit également d’un plaidoyer pour les droits de ces personnes et la lutte contre leur discrimination et stigmatisation. 2010 en chiffres : 213 bénéficiaires 31.950 kits distribués 3.195 seringues récupérées 52 tests VIH
  25. 25. 26 Projet : Prévention de proximité auprès des jeunes en milieu scolaire Implantation : Le Grand Casablanca Bailleurs : Fondation Total Partenaires : Institut Pasteur France – Institut Pasteur Maroc – Ministère de la Santé – Université Hassan II – Académie régionale de l’éducation nationale Objectif : Sensibiliser les jeunes scolarisés aux risques et aux modes de prévention des IST/sida Les jeunes constituent une cible essentielle dans le cadre du travail de sensibilisation et de prévention des infections sexuellement transmissibles et du VIH. Le travail de l’ALCS consiste en le renforcement des capacités des lycéens et des étudiants à prévenir et à réduire les risques liés au VIH/sida. C’est également une occasion de leur fournir des connaissances dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, ainsi que de consultations IST gratuites. Outre les actions de sensibilisation, le projet prévoit la formation de formateurs issus du milieu universitaire, motivés et ayant une expérience dans le travail avec les jeunes dans le but de mener des actions de prévention dans leurs établissements. Il s’agit également des former des relais de prévention dans le milieu lycéen et universitaire Une action innovante a été menée dans le cadre de ce projet. Il s’agit d’une université thématique des jeunes, organisée du 21 au 23 mai 2010 à l’université Hassan II, sous le thème : « la mise en œuvre de stratégies adaptées aux jeunes pour réduire le risque d’infection par l’IST/sida ». L’intérêt est de créer un espace de dialogue et de formation pour les jeunes, ainsi que d’évaluer l’impact et la pertinence des actions de sensibilisation et de prévention qui leur sont destinées dans leurs établissements scolaires. Cette université a réuni 80 étudiant(e)s, et un comité de suivi jeunes pour jeunes a été mis en place. Cela a permis de renforcer l’implication de ces jeunes dans les activités de l’ALCS, avec leur participation notamment à la marche symbolique de lutte contre le sida et à la kermesse, organisées par la section de Casablanca. 2010 en chiffres : 1526 nouveaux contacts 60 pairs éducateurs formés 437 tests VIH
  26. 26. 27 Projet : Actions de prévention auprès du grand public Objectif : Sensibilisation et prévention de l’infection à VIH auprès du grand public L’association de lutte contre le sida ne manque aucune occasion pour aller à la rencontre du grand public et surtout des jeunes afin de le sensibiliser à l’infection au VIH/sida. L’ALCS est ainsi présente lors de divers festivals : L’Boulevard et le Tremplin des jeunes musiciens à Casablanca, Timitar à Agadir, Festival de Gnaoua à Essaouira… Les sections de l’ALCS participent également à des conférences dans les établissements scolaires autour de la thématique VIH/sida, tiennent des stands lors de divers évènements et nouent des partenariats avec d’autres associations comme les associations de quartiers et les maisons de jeunes afin d’atteindre un maximum de personnes. D’autres évènements sont organisés par l’ALCS au profit du grand public. A titre d’exemple, une kermesse a été organisée par la section de Casablanca, le 31 janvier 2010. C’est un concept créatif où les jeux populaires de la kermesse (le chamboule- tout, la pêche à la ligne, le jeu des quilles…) ont été adaptés à la thématique du VIH/sida. Au total, 250 enfants et 260 jeunes ont bénéficié de ces activités. 2010 en chiffres 140.404 préservatifs 112.905 supports de communication 17.942 tests VIH
  27. 27. 28 Projet : Ligne d’écoute Allo Info Sida : 080 100 25 25 Bailleurs: Ministère de la Santé - Fondation Drosos Objectifs : Ecouter, informer, soutenir et orienter les appelants autour des questions en lien avec les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH/sida La ligne d’écoute All Info Sida, se veut un espace de soutien, d’orientation et d’information. Première ligne d’écoute de ce genre au Maroc, Allo Info Sida a été lancée en décembre 2002 au profit des personnes vivant avec le VIH, et pour toute personne ayant besoin d’information autour des IST/sida. Cette ligne est un moyen efficace de prévention et de réduction des risques et de la vulnérabilité à l’infection VIH et aux Infections Sexuellement Transmissibles. C’est également un outil de soutien et d’accompagnement qui se fait dans l’anonymat et la confidentialité les plus stricts. Allo Info Sida est aussi un point d’information incontournable pendant les évènements de l’ALCS tels que le Sidaction Maroc, ou la Journée Nationale de Dépistage. L’équipe d’écoutant(e)s est mobilisée du lundi au samedi, de 9h à 19h pour répondre aux questions des appelants. Le centre a reçu un total de 3257 appels en 2010, avec une durée moyenne de 4 minutes par appel. Environ 80% des appelants étaient âgés entre 20 et 44 ans. La majorité était des hommes (65%), ayant des demandes d’information concernant en premier lieu le VIH puis les IST. Cependant la ligne ne reçoit pas beaucoup d’appels, du fait du prix de la communication qui reste élevé. L’ALCS cherche des partenariats pour mettre en place un numéro vert, une mesure qui pourrait faire augmenter considérablement le nombre d’appels et par conséquent le nombre de bénéficiaires. 2010 en chiffres : 3257 appels reçus
  28. 28. 29 Projet : Recherche communautaire La recherche communautaire est un moyen efficace pour sonder les besoins d’une communauté donnée. Ces recherches, basées sur des méthodes scientifiques, répondent à des problèmes rencontrés sur le terrain. Les résultats sont ensuite traduits en actions (prévention, pris en charge, plaidoyer…). Les projets de recherche de l’ALCS ont pris de l’ampleur au fil du temps : après une première phase où l’ALCS faisait appel à des équipes extérieures, l’association a entamé une phase de professionnalisation avec une ébauche d’équipe de recherche à Marrakech, et des collaborations avec l’ONUSIDA et l’Université Columbia. Plusieurs sujets ont déjà fait l’objet de recherche : les professionnelles du sexe, les routiers, la stigmatisation et la discrimination. Etudes entreprises en 2010 : Etude RDS Bailleurs : Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme Partenaires : ONUSIDA, INH, PNLS C’est une étude bio-comportementale, menée auprès d’environ 800 hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), à Agadir et à Marrakech. C’est une étude prometteuse, jamais réalisée dans notre pays, et dont les résultats permettront d’avoir des données comportementales sur les HSH en lien avec le risque d’infection à VIH. Grâce à cette étude, l’ALCS pourra estimer la taille de la communauté et des réseaux qui la constituent, et aussi connaitre la prévalence du VIH et de la syphilis chez cette population pour les deux villes concernées. Les résultats permettront d’actualiser et d’adapter les actions de prévention à destination de cette population. Après la préparation du questionnaire, les demandes d’autorisations et la soumission du projet au comité éthique, la collecte de données a démarré en novembre 2010. Elle prendra fin en 2011. Projet Partages Bailleurs : ANRS, Sidaction, Coalition Plus Partenaires : COCQ SIDA – Université de Montréal Il s’agit d’un projet multi-pays initié et mené par la Coalition Plus. Il concerne le Maroc, l’Equateur, le Mali, la République Démocratique du Congo et la Roumanie. Cette étude est axée sur le partage du statut sérologique afin de comprendre ses facteurs, ses conséquences et les différentes stratégies pour conserver le secret. Il s’agit de mieux comprendre à qui, dans quelles conditions et pour quelles raisons les personnes séropositives décident de parler ou non de leur séropositivité. L’étude est menée auprès de 300 personnes vivant avec le VIH à : Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech et Rabat. L’objectif est de mettre en place des actions d’accompagnement au partage du statut sérologique, à destination des personnes vivant avec le VIH qui le souhaitent, tout en préservant la confidentialité de la sérologie. Le projet Partages a connu en 2010 une longue et rigoureuse phase de préparation, avec l’organisation de plusieurs rencontres entres les acteurs et les partenaires du projet pour la préparation de la collecte des données qui sera lancée en 2011.
  29. 29. 30 Cellule de formation de l’ALCS Objectif : Préparer et mettre en œuvre les différentes formations de l’ALCS La formation est un axe stratégique et un projet transversal à l’ALCS. L’objectif de la cellule de formation est de développer des procédures internes, des modules et des outils pédagogiques pour mettre en œuvre les différentes formations et améliorer leur qualité. La cellule de formation a entamé en 2010 une phase de structuration à travers le recrutement d’une chargée de formation interne et le développement d’un plan de formation (2011-2012). Des outils de suivi et d’évaluation ont également été mis en place afin d’assurer un suivi des différentes étapes des formations. La cellule est actuellement composée d’un référent national qui veille à la cohérence du projet de formation à travers la validation des modules et des profils des formateurs, et d’une chargée de la formation qui assure le suivi, la coordination et l’évaluation du projet. Il y a également le pool des formateurs qui assurent la conception des modules, l’animation des formations et l’accompagnement des nouveaux formateurs. Les principales formations de l’ALCS sont : la formation des médecins volontaires pour le counseling et le test volontaire, la formation continue des intervenants, des relais de prévention et des éducateurs pairs travaillant dans le cadre des programmes de l’ALCS. Sont programmées également des formations des médiateurs thérapeutiques, la formation initiale des volontaires, et bien sûr la formation des formateurs. 2010 en chiffres : 8 formations initiales des volontaires 3 formations des acteurs associatifs à Fès 37 formations 30 formateurs
  30. 30. 31 Réalisation des projets de prévention de proximité 2010 Synthèse des réalisations des projets de prévention de l'ALCS : Janvier - Décembre 2010 Projet Nb d'actions de prévention Nouveaux contacts Anciens Contacts Préservatifs distribués Gels distribués Supports IEC distribués Consultations IST Tests VIH PPF 5043 24542 40044 411906 3277 6026 PPM 2836 7928 19626 148586 47556 7457 457 2545 PPO 334 18400 45926 32311 5718 PPR 990 22794 14731 140571 72202 545 3994 Migrants 639 3347 2996 25196 305 8356 224 815 UDI 52 GP 140404 112905 17942 Total 9842 77011 77397 912589 47861 233231 4503 37092 Synthèse des réalisations « dépistage » Global Femmes Hommes Prévalence Population Tests VIH réalisés Tests VIH + Tests VIH réalisés Tests VIH + Femmes Hommes Globale GP 6844 46 11098 77 0,67% 0,69% 0,69% Migrants 387 14 428 14 3,62% 3,27% 3,44% Ouvriers 2472 14 3246 10 0,57% 0,31% 0,42% PS/HSH 6026 126 2545 66 2,09% 2,59% 2,24% Routiers 0 0 3994 7 0,18% 0,18% UDI 4 0 48 15 0,00% 31,25% 28,85% Total général 15733 200 21359 189 1,27% 0,88% 1,05%
  31. 31. 32 Performance : En 2010, l’ALCS a atteint et même dépassé les objectifs tracés par le département des programmes en concertations avec les chargés de projets. Les performances en baisse concernant la distribution des préservatifs sont dues à une longue période de rupture d’approvisionnement en préservatifs.
  32. 32. 33 Objectifs 2011 : dépistage Département financier La restructuration du département financier a commencé en 2006, avec l’installation du progiciel comptable SAGE, et avec le soutien technique et financer de AIDES et Coalition Plus. Ce progiciel a permis de mettre en place une comptabilité générale, centralisée comportant celle du siège et des sections de l’ALCS. Ce programme permet également de suivre analytiquement les projets, les bailleurs, les charges, et différentes informations utiles à la bonne gestion de l’association. Depuis cette restructuration, Le service comptable a été renforcé avec le recrutement d’une équipe composée d’un responsable financier, d’un chef comptable, deux comptables et deux coordinateurs régionaux. Le département financier est en contact permanent avec le département des programmes pour le suivi des projets, grâce à la création d’un groupe de diffusion pour le partage de tous les documents financiers avec les chargés de projet et de documents de suivi. Le département financier assure également un soutien aux sections avec l’aide des coordinateurs régionaux pour l’envoi des virements, les inventaires et la formations des secrétaires des sections. Grâce à ce travail d’harmonisation, les sections sont de plus en plus impliquées, et envoient à temps toutes les pièces comptables, relevés bancaires et rapports des projets. L’ALCS est auditée par le cabinet Grant Thornton depuis 2006.
  33. 33. 34 Rue Salim Cherkaoui, quartier des hôpitaux, CP 20360, Casablanca, Maroc Téléphone : (212) 5 22 22 31 13 / 14 Fax : (212) 5 22 22 28 59 Site web: www.alcsmaroc.ma E-mail: alcs@menara.ma Ligne d’écoute : Allo Info Sida 080 100 25 25

×