RIM PDC 
1
INTRODUCTION AU COURS DE 
BIOPHYSIQUE MEDICALE 
UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie 
Introduction  
Cible ...
RIM PDC 
2
• Muncaster R. A.level physics ELBS edition 
AVON (GB) 1987 
Modalité d’évaluation : 
QCM et QROC 
Conseils 
Li...
RIM PDC 
3
Résumé 
Toute l’Imagerie médicale par les rayonnements 
ionisants, la Radiobiologie et la Radiothérapie sont 
b...
RIM PDC 
4
artificielle source à son tour de la production des 
rayonnements βeta moins et βeta plus et Gamma 
utilisés en...
RIM PDC 
5
- Muncaster R. A.level physics ELBS 
edition AVON (GB) 1987 
Modalité d’évaluation 
  QCM et QROC 
Conseils 
Co...
RIM PDC 
6
Plan: 
- Classification des 
rayonnements ionisants en 
directement ionisants et 
indirectement ionisants 
- Pr...
RIM PDC 
7
 Bibliographie : 
- Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. 
Physique pour les Sciences de la vie, 
BELIN, DIA Universi...
RIM PDC 
8
3. donner les définitions de tous les 
termes liés à une analyse 
compartimentale 
Plan : 
- Exemples de compar...
RIM PDC 
9
Etudiants du niveau L1 des filières médicales, 
médico – odontologique, pharmaceutique et 
médico – sanitaire, ...
RIM PDC 
10
Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au 
PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed 
2004 
Munca...
RIM PDC 
11
Suivant la position de ce maillon dans la chaîne 
auditive on distingue des surdités de perception 
(cochlée),...
RIM PDC 
12
2. décrire tous les processus d’optique 
géométriques mis en jeu pour la 
formation de l’image sur la rétine 
...
RIM PDC 
13
BIOPHYSIQUE DE LA CIRCULATION 
SANGUINE : NOTION DE 
DYNAMIQUE DES FLUIDES 
VISQUEUX 
UE : PHY 111 ‐ Biophysiq...
RIM PDC 
14
L’IR  est  constituée  par  les  ombres  portées  des 
organes  de  structure  et  de  transparence 
différent...
RIM PDC 
15
ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ; 
www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site 
www.e...
RIM PDC 
16
Bibliographie  
1. C2I NIVEAU 1 
Modalités de l’évaluation 
QCM et QROC 
Conseils 
Faire l’autoformation du C2...
RIM PDC 
17
Plan : 
Généralités 
1. Physique des US 
2. Production des US 
3. Interaction des US avec la matière 
4. Effet...
RIM PDC 
18
3. Définir  les  différents  modes  d’acquisition 
en tomodensitométrique 
Plan : 
Introduction 
1. Principes ...
RIM PDC 
19
Résumé : 
L’enregistrement  du  signal  de  précession  d’un 
proton  d’hydrogène  placé  dans  un  champ 
mag...
RIM PDC 
20
2. énoncer le principe de formation de 
l’image échographique et des modes 
d’image A, B, M, TM et Doppler 
3....
RIM PDC 
21
Conseils :  
• Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les 
définitions  et  applications  et  les  sites...
RIM PDC 
22
les  contraintes  et  les  indications  de 
chaque type d’examen.  
4. A  partir  de  la  sémantique  usuelle ...
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p

557 vues

Publié le

ok

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Plan de cours all l1 l2l3m1m2 p

  1. 1. RIM PDC  1 INTRODUCTION AU COURS DE  BIOPHYSIQUE MEDICALE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médicosanitaire (option  radiologie).  Présentation  Au début des études et du cours de biophysique  médicale, cette leçon définie la biophysique  médicale en l’intégrant comme matière  fondamentale dans les études médicale, médico –  odontologique, pharmaceutique et biomédicales,  (option radiologie). Ainsi l’étudiant est sensibilisé  sur l’étendue de cette matière qui va bien au –  delà du cours qu’il recevra compte tenu des  impératifs horaires.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. définir étymologiquement le terme  biophysique  2. Dégager l’importance de la biophysique   pour la connaissance de la physiologie  humaine.  3. Donner un aperçu général du contenu  du cours de biophysique médicale dans  les études  en médecine et autre.  Plan :  • Introduction   • Définition de la Biophysique  • Contenu exhaustif du cours  • Biophysique du milieu intérieur  • Biophysique neuro – sensorielle  • Biophysique des rayonnements  ionisants  • Introduction à l’Imagerie médicale  Résumé :  La Biophysique médicale est l’application des lois  de la physique à la biologie humaine. Elle est  indispensable pour comprendre aussi bien la  Physiologie de l’homme (système cardiovasculaire,  système nerveux, organes des sens, etc.) que les  rayonnements ionisants utilisés en médecine.   Bibliographie :  - Bouyssy A., Dvier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Médecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  - Muncaster R. A. Level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalités d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :  Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers liens  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine françaises.    ANALYSE DIMENSIONNELLE EN  PHYSIQUE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologie, pharmaceutique  et médicosanitaire, option radiologie.  Présentation  Ce cours introduit le système d’unités  internationales (SI, MKSA), nécessaire pour définir  les unités d’énergie indispensable pour exprimer  les rayonnements ionisants et leurs interactions  avec la matière.  Objectifs :   A la fin du cours l’étudiant doit être  capable de :  1.  définir le système SI  2.  citer les unités simples et dérivées de  ce système  3.  définir les unités classiques et  modernes de l’énergie  Plan :  • Introduction   • Les Unités SI  o unités simples  o unités dérivées  • les Unités d’énergie  o le Joule  o l’électron Volt  Résumé  La Biophysique médicale étant l’application des lois  physiques à la physiologie humaine, les unités en  physique sont indispensables pour une expression  universelle de ces lois.  Les unités SI sont des unités adoptées en 1967 par  la communauté internationale et qui sont divisées  en unités simples et dérivées parmi lesquelles  l’énergie.   Celle – ci peut s’exprimer en Joules (physique  classique), mais surtout en électron Volt (physique  moderne). Cette dernière unité est celle qu’on  utilise pour les rayonnements ionisants en  médecine.   Bibliographie  • Bouyssy A., Dvier M., Gatty.B. Physique  pour les Sciences de la vie, BELIN, DIA  Université Paris 1988  • Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Médecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004 
  2. 2. RIM PDC  2 • Muncaster R. A.level physics ELBS edition  AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils  Lire le chapitre : « système d’unité en physique »  dans n’importe quel manuel de physique.      RAPPELS SUR LA NOTION DE  RELATION MASSE/ENERGIE ET  SUR CELLE DE RAYONNEMENT  ELECTROMAGNETIQUE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médicosanitaire, option  radiologie.  Présentation  La relation d’Einstein entre la masse et l’énergie  intervient à plusieurs niveaux dans le processus  d’interaction entre les rayonnements X et γ avec la  matière. Ce cours permet à l’étudiant de  s’approprier la physique des rayonnements  électromagnétiques X et γ ainsi que l’annihilation  ou la matérialisation des rayonnements ionisants  tous les deux processus faisant intervenir  la notion  de relation masse/énergie.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. définir la relation de relativité restreinte  d’Einstein   2. définir ce qu’on entend par annihilation  des particules et par création des Pairs  ou matérialisation  3. décrire la nature, les paramètres  caractéristiques et la classification des  rayonnements X et γ.  Plan :  • Introduction   • Expression de la relativité Restreinte  o Relation d’Einstein  o Les limites de cette relation  • Quelques Energies équivalentes  caractéristiques  Résumé :  Les rayonnements X et γ les plus utilisés en  médecine sont des rayonnements dits  électromagnétiques. Leur caractéristique  principale est l’énergie qu’ils transportent. Leur  interaction avec la matière qui fonde leur  utilisation en médecine est basée sur les échanges  d’énergie qu’ils ont avec la matière.  Pendant ces échanges un X ou un γ peut apparaître  ou disparaître pourvu qu’une masse équivalente  disparaisse ou apparaisse. C’est l’équivalence  masse/énergie qu’on retrouve en Imagerie  Médicale et en Radiobiologie (Radiothérapie).  Bibliographie :  • Bouyssy A., Dvier M., Gatty B. Physique  pour les Sciences de la vie, BELIN, DIA  Université Paris 1988  • Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Médecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  • Muncaster R. A.level physics ELBS edition  AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Lire des ouvrages sur le sujet      STRUCTURE DE LA MATIERE :  STRUCTURE DE L’ATOME  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médicosanitaire, (option  radiologie).  Présentation :  A la suite des rappels sur les rayonnements X et γ,  ce cours donne à l’étudiant des bases de la  configuration structurelle d’un atome de la matière  en insistant notamment sur la relation énergétique  entre les électrons et le noyau. L’action du  rayonnement se situe à ce niveau où il peut y avoir  des excitations et des ionisations qui sont à la base  de l’imagerie et du traitement par rayonnement  ionisant en médecine.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. donner la structure globale de l’atome  2. donner et décrire les 2 postulats du  modèle atomique de Bohr  3. définir l’énergie d’excitation et l’énergie  d’ionisation d’un atome  4. définir un rayonnement ionisant.  Plan  • Constitution d’un atome avant 1913  • Modèle atomique de BOHR (1913)  o 1er  Postulat  o 2e  Postulat  o Etat fondamental d’un électron  o Etat excité d’un électron  o Energie d’ionisation d’un électron 
  3. 3. RIM PDC  3 Résumé  Toute l’Imagerie médicale par les rayonnements  ionisants, la Radiobiologie et la Radiothérapie sont  basées sur l’interaction entre les rayonnements  ionisants et la matière. Cette interaction qui est un  échange d’énergie se situe au niveau atomique.  L’électron atomique étant lié au noyau par une  énergie de liaison d’après le modèle de Bohr  absorbe cette énergie et peut soit s’ioniser, soit  s’exciter. Les ionisations et les excitations  entraînent des conséquences exploitées en  Imagerie médicale et en Radiothérapie.    Bibliographie  - Bouyssy A., Dvier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Médecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  - Muncaster R. A.level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation  QCM et QROC  Conseils  Consulter les ouvrages relatifs au sujet    Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers liens  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine Françaises.      STRUCTURE DE LA MATIERE :  STRUCTURE DU NOYAU  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médico – sanitaire, option  radiologie.  Présentation :  Ce cours est complémentaire de celui sur la  structure de l’atome et il permet à l’étudiant de  connaître la composition des nucléons (protons,  neutrons) d’un noyau atomique, de définir  l’énergie de liaison par nucléons et par voie de  conséquence la notion de stabilité et d’instabilité  d’un noyau prélude à la radioactivité productrice  de rayonnement γ. Par ailleurs le cours permet de  définir les notions importantes d’Isotopie,  d’Isobare et d’Isomérie nucléaire.   Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. décrire la constitution d’un Noyau  Atomique  2. donner la notation symbolique d’un  noyau et quelques noyaux  caractéristiques (noyaux Isotopes,  Isobares, Isomères)  3. définir la notion d’énergie de liaison  moyenne par nucléon comme facteur  de stabilité nucléaire  Plan  - Constitution d’un noyau atomique  Nombre de masse  Nombre de charge  - Notation symbolique d’un noyau et quelques  noyaux caractéristiques  - Noyaux :     Isotopes   Isobares   Isomères   Résumé  Un noyau atomique est composé de nucléons  (protons et neutrons) dont l’ensemble forme le  nombre de masse. Tout noyau atomique est  représenté par son symbole chimique avec la  mention du nombre de masse et des protons.  Il existe des noyaux spéciaux très utiles en  médecine comme les noyaux isotopes ayant des  propriétés chimiques identiques ou les noyaux  isomères producteurs de γ.   Bibliographie  Bouyssy A., Dvier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Médecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation    QCM et QROC  Conseils  Consulter les ouvrages relatifs au sujet  Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers liens  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine Françaises.      RADIOACTIVITÉ 1 :  TRANSFORMATIONS  RADIOACTIVES  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médicosanitaire, option  radiologie.  Présentation : Ce cours à la suite de celui sur la  structure du noyau cherche à emmener l’étudiant  à comprendre la notion d’instabilité nucléaire qui  elle aboutit à la Radioactivité naturelle ou 
  4. 4. RIM PDC  4 artificielle source à son tour de la production des  rayonnements βeta moins et βeta plus et Gamma  utilisés en médecine.    OBJECTIFS :   A la fin du cours l’étudiant doit être  capable de :  1.  donner les 3 facteurs de stabilité d’un  noyau en insistant sur le rapport  Neutrons/Protons  2. décrire les types de Radioactivité en  fonction de ce rapport  3.  décrire particulièrement la  transformation isomérique productrice  des rayonnements γ  4. donner le principe d’utilisation des β+  :  PET (“Positron Emission Tomography’’)  Plan :  - Rappels sur les facteurs de stabilité  - Stabilité nucléaire suivant le rapport N/Z     Ligne de stabilité β  - Les Radioactivités  Radioactivité β‐   Radioactivité β+   Radioactivité par capture  électronique (CE)  Radioactivité γ (Transformation  isomérique)  Résumé  Tout noyau instable recherche spontanément un  état de stabilité en se transformant. Cette  transformation peut se faire soit avec un nombre  de masse qui reste constant : cas des  transformations β‐ , et β+  et capture électronique,  ou alors A constant et Z constant : c’est la  transformation isomérique.  Les transformations β‐  et β+  produisent des  particules du même nom, alors que la  transformation isomérique produit les γ.  Bibliographie  - Bouyssy A., Davier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Medecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  - Muncaster R. A.level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet   Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers liens  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine Françaises.  RADIOACTIVITE 2 : CINETIQUE  DES TRANSFORMATIONS  RADIOACTIVES  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie    Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologie, pharmaceutique  et médicosanitaire, option radiologie.  Présentation :  Le cours précède sur les transformations  radioactives, les a présentés sous forme  qualitative. Celui‐ci vise à donner à l’étudiant la  notion de quantification du phénomène radioactif  en terme de paramètres de quantification tels  que : le période radioactive, la constante  radioactive et l’activité radioactive.   Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  écrire et commenter la loi physique  sous forme mathématique de la  désintégration d’un noyau radioactif  en fonction du temps.  2.  définir la période et les constantes  radioactives  3.  définir l’activité radioactive d’un  noyau et l’unité d’activité radioactive  Plan :  • Etablissement de la loi de variation de N  (t) noyaux radioactifs en fonction du  temps :   N (t) = N (o) e‐λt   • Représentation graphique de cette loi  o déduction de la Période  radioactive  o déduction de la constante  radioactive  • Définition de l’activité et de l’unité  radioactive  Résumé  Tout noyau instable producteur de rayonnements  ionisants se désintègre suivant une loi qui est une  loi en exponentielle décroissante, fonction du  temps et de sa constante radioactive λ qui est une  probabilité de désintégration. Le paramètre temps  est pris en compte grâce à la période radioactive  (T) encore appelée demi‐vie en secondes.  L’activité radioactive d’une source  en Becquerels  ou en Curies est le nombre de désintégrations par  unité de temps.    Bibliographie  - Bouyssy A., Davier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM ;Medecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004 
  5. 5. RIM PDC  5 - Muncaster R. A.level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation    QCM et QROC  Conseils  Consulter les ouvrages relatifs au sujet  Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers liens  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine Françaises.   INTERACTION DES  RAYONNEMENTS AVEC LA  MATIERE 1 : INTERACTION DE  PARTICULES CHARGEES LEGERS  (ELECTRONS) AVEC LA MATIERE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce cours qui est centré sur l’interaction entre les  particules type électrons avec la matière donne à  l’étudiant les principes physiques qui prévalent  quand la particule interagit avec les électrons et  quand elle interagit avec les noyaux de l’atome.   Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  décrire le processus de transfert  d’énergie entre particule et électron  de la matière.  2.  décrire le processus de perte  d’énergie par la particule en  interaction avec un noyau de la  matière   3.  donner les conséquences à chacune  de ces interactions  Plan :  - Le transfert d’énergie électron  (particule)/électrons de la matière  Excitation  Ionisation   - Freinage d’une particule électronique par un  noyau  Production d’un X de freinage  Résumé :  Quand une particule de type électron interagit  avec la matière, ceci se fait soit avec les électrons  de l’atome, soit avec le noyau atomique.  Si l’interaction a lieu avec un électron de l’atome, il  y aura soit excitation, soit ionisation de ce dernier  en fonction de l’énergie transférée.  Si l’interaction a lieu avec un noyau, il y aura  freinage de la particule par le noyau et production  d’un X dit de freinage tel que dans le tube à Rayon  X.     Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet    Utiliser le site www.sfbmn.org et ses  divers lien vers le site des enseignants de  biophysique pour les divers programmes de  biophysique des facultés de médecine Françaises.      INTERACTION DES  RAYONNEMENTS AVEC LA  MATIERE 2 : INTERACTION DES  RAYONNEMENTS  ELECTROMAGNETIQUES (X, Γ)  AVEC LA MATIERE.  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction     Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologie, pharmaceutique  et médico – sanitaire, option radiologie.    Présentation :    Faisant suite au cours sur l’interaction des  particules chargées (électrons) avec la matière, ce  cours aborde l’interaction des rayonnements X et γ  avec la matière. Interaction dont la spécificité se  trouve dans le fait que les rayonnements  X et γ  sont non corpusculaires, indirectement ionisant et  les plus utilisés en médecine.   Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  classer les rayonnements ionisants  en rayonnements directement  ionisants et indirectement ionisants  2.  donner les différents principes  d’interaction des rayonnements X et γ  avec la matière.   3.  en déduire les applications pratiques  de ces interactions en Imagerie  médicale et en Radiothérapie 
  6. 6. RIM PDC  6 Plan:  - Classification des  rayonnements ionisants en  directement ionisants et  indirectement ionisants  - Principaux mécanismes  physiques d’interactions entre  un rayonnement X ou  γ avec la  matière  Effet  photoélectrique  (absorption totale)  Effet Compton  (absorption  partielle)  Création des paires  ou matérialisation  - Commentaires et discussions sur  les conséquences des  mécanismes physiques   D’interaction sur l’atténuation, l’absorption, la  transmission et la diffusion des rayonnements X et  γ par la matière.  Résumé:  Les rayonnements X et γ sont atténués, absorbés,  transmis et diffusés par l’addition des effets  photoélectrique (absorption totale),effet compton  (absorption partielle),création des paires  (matérialisation) ou alors diffusion Reileight etc…  La sommation de ces processus permet soit  d’obtenir une image,soit de traiter par les  rayonnements ionisants  Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet  Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers lien  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers programmes de biophysique des facultés  de médecine Françaises.    DETECTION DES RAYONNEMENTS  IONISANTS   UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médico – sanitaire, option  radiologie.  Présentation : Ce cours est destiné à donner à  l’étudiant les principes de base de la détection  d’un rayonnement ionisant, la classification des  types de détecteurs possibles et la nomenclature  des détecteurs les plus utilisés actuellement ainsi  que ceux d’avenir.   Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  définir les principes de  fonctionnement des différents  détecteurs des rayonnements  ionisants.  2.  classer les détecteurs actuellement  connus suivant le principe de  fonctionnement    3  donner quelques domaines  d’utilisation de ces détecteurs en  médecine  Plan:  - Introduction   Généralités sur la détection des  rayonnements ionisants  Principe de fonctionnement d’un  détecteur à rayonnement ionisant  et classification des détecteurs  - Principaux détecteurs de rayonnements  ionisants  Détecteurs à ionisation                +   détecteur à ionisation d’un  gaz               +   détecteur à ionisation d’un  solide               +   détecteur à ionisation d’une  émulsion photographique (le                       film radiologique)  Détecteurs à excitation (les  scintillateurs)               +   scintillateurs solides               +   scintillateurs liquides  Résumé :  La détection des rayonnements ionisants se fait  soit par des détecteurs à ionisation, soit par des  détecteurs à excitation.  Les détecteurs à ionisation peuvent être des  détecteurs à ionisation d’un gaz (chambre à  ionisation, compteur proportionnel ou Geiger  Müller), auxquels il faut ajouter le film radiologique  qui est un détecteur à ionisation d’une émulsion  photographique, le plus vieux détecteur.  Les détecteurs à excitation sont les scintillateurs  surtout solides utilisés dans la Gamma Caméra et  le scanner X.   
  7. 7. RIM PDC  7  Bibliographie :  - Bouyssy A., Davier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Medecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  - Muncaster R. A.level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet Utiliser le  site www.sfbmn.org et ses divers lien vers le site  des enseignants de biophysique pour les divers  programmes de biophysique des facultés de  médecine Françaises.         PRODUCTION DES RAYONS X   UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologie, pharmaceutique et médico  – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Faisant suite au cours sur l’interaction  électrons/noyau atomique, qui a montré  l’obtention théorique du RX de freinage. Ce cours  étudie les aspects pratiques de la production des  rayons X telle qu’elle se passe dans un tube à  rayons X.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  définir les X de freinage et les  X de  transition électronique.  2.  décrire les spectres théoriques et  pratiques des rayons dans un tube à   rayons X.  3. faire un schéma général d’un tube à  rayons X.  4. décrire le fonctionnement d’un tube à  rayons X, le rôle de chaque élément  constitutif et les limites imposés par  la technologie.  Plan :  - Principes physiques qui génèrent les rayons X    RX de freinage  RX de transition (X  caractéristiques)  - Spectres des rayons X  Spectre théorique  Spectre pratique  - Schéma annoté d’un tube à Rayons X  - Fonctionnement d’un tube à Rayons X     Résumé :  Les Rayons X utilisés en Radiologie sont produits  dans un tube à Rayons X dans lequel : des  électrons émis par une cathode sont accélérés par  une haute tension variable pour être freiné par les  noyaux gros d’une cible généralement en  Tungstène. Les rayons X issus de ce freinage  prennent une direction privilégiée pour sortir du  tube après filtrage.   Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet Utiliser le  site www.sfbmn.org et ses divers lien vers le site  des enseignants de biophysique pour les divers  programmes de biophysique des facultés de  médecine Françaises.  Visiter un service de  Radiologie    ANALYSE COMPARTIMENTALE 1 :  INTRODUCTION A L’ANALYSE  COMPARTIMENTALE   UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, ‘option radiologie).  Présentation :  Ce cours introduit le concept de compartiment  dans un organisme en Biologie animale en général  et chez l’homme en particulier chez qui il existe  des compartiments anatomiques, physiologiques  et même métaboliques.  Le cours est axé spécialement sur la position du  problème et les définitions des termes et concepts.  OBJECTIFS:   A la fin du cours l’étudiant doit être  capable de :  1.  définir la notion de compartiment  dans un organisme humain  2.  donner les divers objectifs d’une  analyse compartimentale en Biologie  et en médecine 
  8. 8. RIM PDC  8 3. donner les définitions de tous les  termes liés à une analyse  compartimentale  Plan :  - Exemples de compartiments en :  Biochimie   Pharmacologie   Hormonologie  Hématologie   - Définition   compartiments  autres définitions  Résumé :  La physiologie du corps humain fonctionne sous  forme de compartiments qui peuvent avoir une  forme anatomique ou pas. Il peut s’agir d’un  métabolisme, de la pharmaco cinétique d’un  médicament, de la production de cellules  sanguines etc. le contenu de chaque compartiment  reste constant dans l’état normal alors qu’il y a des  échanges perpétuels entre les divers  compartiments. L’étude de cette homéostasie se  fait par l’analyse compartimentale à l’aide des  termes comme : substance tracée, substance  traceuse, état stationnaire, constante de  renouvellement.    Bibliographie:  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité  d’évaluation           QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet Utiliser le  site www.sfbmn.org et ses divers lien vers le site  des enseignants de biophysique pour les divers  programmes de biophysique des facultés de  médecine Françaises.     ANALYSE COMPARTIMENTALE 2:  ETUDES DE QUELQUES SYSTEMES  COMPARTIMENTAUX   UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce cours qui vient après celui sur l’introduction à  l’analyse compartimentale se focalise sur l’étude  théorique de quelques systèmes compartimentaux  simples tels : le système compartimental à un  compartiment fermé, système à un compartiment  ouvert et l’étude du système compartimental à  deux compartiments ouverts ainsi que leur  modélisation.  Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. décrire l’étude par un modèle d’un  compartiment fermé et son  application à la détermination du  volume globulaire sanguin  2. décrire l’étude pour un modèle d’un  compartiment ouvert et son  application à la détermination de la  clearance rénale  3. décrire les paramètres intervenant  dans l’étude par un modèle d’un  système compartimentale à 2  compartiments ouverts.  Plan:  A. Etude d’un compartiment fermé : équation de  détection   B. Etude d’un système à un compartiment  ouvert : détermination de la clearance rénale  C. Etude d’un système à 2 compartiments  ouverts  Résumé :  L’étude du comportement de n’importe quelle  substance dans un compartiment donné se fait par  l’utilisation de la même substance, mais qui  possède un signal permettant de la suivre.  Ainsi on évalue le volume globulaire sanguin en  utilisant des globules rouges marqués à l’Indium  111 ou au Technétium 99m et en considérant  l’organisme entier comme un compartiment  fermé.   Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet       ANALYSE COMPARTIMENTALE 3:  LES COMPARTIMENTS LIQUIDIENS  DE L’ORGANISME HUMAIN  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie    Introduction   Cible :  
  9. 9. RIM PDC  9 Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce cours est un exemple physiologique en analyse  compartimentale. Il donne à l’étudiant un exemple  pratique de compartiments avec leur contenu et  les divers échanges entre ces compartiments  liquidiens de l’organisme.  Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  donner les divers compartiments  liquidiens de l’organisme humain  2. décrire leur composition  stock hydrique  solutés (substances neutres  et ions)  3. décrire les divers échanges entre ces  compartiments   Plan:  A. Compartiments hydriques de l’organisme  humain   a. Classification  B. Composition des compartiments liquidiens  de l’homme  a. Stock hydrique  b. Solutés neutres   c. Ions  C. Mécanisme des échanges entre  compartiments hydro – électrolytiques  chez l’homme  Résumé :  L’eau et les solutés de l’organisme de l’homme  sont repartis en compartiment intracellulaire,et  compartiment extracellulaire, lui – même divisé en  compartiment plasmatique (vasculaire) et  compartiment interstitiel. Chacun de ces  compartiments contient une quantité déterminée  de solutés qu’elles soient neutres ou ioniques.  Cette homéostasie est primordiale pour la santé.    BIBLIOGRAPHIE :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet     LES FONCTIONS SENSORIELLES ;  SON EN AUDITION  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce cours est introductif à la biophysique  sensorielle. Il présente en premier lieu l’aperçu  général de toutes les fonctions sensorielles avec  leur chaîne identique qui part du message  physique à la sensation en passant par la  transduction  Ensuite il aborde la notion de son comme message  physique en audition.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. donner la définition d’une chaîne  sensorielle et ses divers maillons dans  l’ordre  2. donner les maillons qui composent la  chaîne sensorielle auditive   3. donner toutes les caractéristiques  d’une vibration acoustique audible  (son) d’importance à l’analyse d’un  son par la chaîne auditive  Plan:  • Introduction   • La chaîne sensorielle générale  o message physique → recueil →  transduction → interprétation   • La chaîne sensorielle auditive  • La vibration acoustique (son)  o Notion d’ébranlement  o Propriétés physiques du son  o Propriétés physiologiques du son  Résumé:  Toutes les fonctions sensorielles renseignent  l’homme sur son environnement. Chacune d’entre  elles part d’un message physique bien  caractéristique passe par un organe de recueil,  ensuite un organe transducteur qui génère un  potentiel d’action qui à son tour est transmis au  centre nerveux sensoriel concerné pour  interprétation.  La fonction auditive commence par une vibration  acoustique audible, recueillie par l’oreille externe  et moyenne, et transformée en potentiel d’action  transmis pour interprétation par le nerf auditif  aux aires 41, 42 de Brodman.  Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988 
  10. 10. RIM PDC  10 Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :   Consulter les ouvrages relatifs au sujet  AUDITION 2 : CHAINE AUDITIVE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médico – sanitaire, option  radiologie.  Présentation :  A la suite du cours sur le message physique en  audition, ce cours décrit schématiquement la  chaîne sensorielle auditive.  Après il passe en revue le cheminement du son à  travers tous les maillons de la chaîne auditive en  précisant le rôle joué par chaque maillon dans  l’analyse, le codage, la transmission et  l’interprétation du son.  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  décrire à l’aide des schémas annotés  tous les maillons de la chaîne auditive  2. donner le rôle joué par chaque  maillon, jusqu’à l’interprétation  cérébrale  Plan :   Constitution de la chaîne auditive  - Organe de recueil   oreille externe  oreille moyenne   - Organe de transduction : oreille interne  (cochlée)   - Organe de transmission : nerf auditif (VIIIe   paire)  - Organe d’interprétation : aires 41,42 de  Brodman   Rôle des maillons de la chaîne auditive  - Oreille externe  - Oreille moyenne  - Oreille interne  - Nerf auditif  - Aires 41,42 de Brodman  Résumé :  Dans l’audition humaine, une vibration acoustique  audible est recueillie et amplifiée par l’oreille  externe, transmis à l’oreille interne par l’oreille  moyenne qui assure l’adaptation d’impédance et la  protection de l’oreille interne contre les sons de  grande intensité.  L’oreille interne ou cochlée, transforme la vibration  acoustique en potentiel d’action parfois codé qui  est transmis aux aires 41,42 parasylviennes  auditives de Brodman pour interprétation qui  aboutit à la sensation auditive.    Bibliographie :  - Bouyssy A., Davier M., Gatty.B.  Physique pour les Sciences de la vie,  BELIN, DIA Université Paris 1988  - Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F.  Biophysique au PCEM Medecine –  sciences Flammarion Paris 3ed 2004  - Muncaster R. A.level physics ELBS  edition AVON (GB) 1987  Modalité d’évaluation :   QCM et QROC  Conseils :   Consulter les ouvrages relatifs au sujet      PRINCIPALES EXPLORATIONS  FONCTIONNELLES DE L’AUDITION  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce  cours le dernier pour l’étude de la fonction  auditive introduit les différentes explorations  fonctionnelles en cas de pathologie auditive.  Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1.  citer les divers types de surdités ou  d’hypoacousies en fonction de  l’atteinte supposé d’un maillon de la  chaîne auditive.   2. décrire succinctement les différentes  méthodes biophysiques  d’explorations subjectives et  objectives de chaque maillon de la  chaîne auditive.   Plan :  - Introduction   - Classification des surdités et des hypoacousies  surdité de perception  surdité de transmission  surdité rétro cochléaires  surdité centrale  - Explorations fonctionnelles dans l’audition   Explorations subjectives  Explorations objectives  Résumé :  Une hypoacousie ou surdité intervient dès lors  qu’un maillon de la chaîne auditive est atteint. 
  11. 11. RIM PDC  11 Suivant la position de ce maillon dans la chaîne  auditive on distingue des surdités de perception  (cochlée), de transmission (oreille externe et  moyenne), rétro cochléaire (voies auditives) et  centrales (centres nerveux).  L’exploration en cas de surdité se fera en étudiant  la conduction aérienne ou la conduction osseuse.  L’exploration peut être objective ou subjective.   Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Médecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet  VISION 1 : MESSAGE PHYSIQUE ;  L’ONDE ELECTROMAGNETIQUE DU  VISIBLE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médico – sanitaire, option radiologie.  Présentation :  Ce cours sur la vision étudie le message physique  qui est à l’origine de la vision c'est‐à‐dire le photon  lumineux visible. Celui – ci doit être replacé dans  l’ensemble des ondes électromagnétiques ou on  retrouve : les ondes TV, les Infrarouges, les ultra  violets et les rayons X et γ  Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. décrire une onde électromagnétique  en général   2. donner ses caractéristiques physiques  3. classer les ondes électromagnétiques  en fonction de leurs énergies et de  leur longueur d’onde, en insistant sur  la position du photon lumineux du  visible dans cette classification.    Plan:  • Introduction  o Rappel sur les phénomènes  périodiques  • L’onde électromagnétique  o définition  o dualité onde/corpuscule  • Paramètres d’un photon   o l’énergie  o la longueur d’onde  • classification des ondes  électromagnétiques  Résumé:  La chaîne sensorielle usuelle fonctionne grâce à  son message physique qui est le photon lumineux  visible de longueur d’onde λ compris entre 0,4μm  et 0,8 μm, pour des énergies transportées variant  entre 1,5 et 3 électron – volt environ.  Contrairement aux autres ondes  électromagnétiques. (Ondes Radio, infra rouge,  ultra violet, RX et Rγ). L’homme peut voir grâce aux  énergies des photons du visible qui ont des  énergies capables d’être absorbées par les  molécules des pigments visuels rétiniens  (Rhodopsine, cyanolobe, erythrolobe etc.).   Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Médecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :  Consulter les ouvrages relatifs au sujet   Utiliser le site www.sfbmn.org et ses divers lien  vers le site des enseignants de biophysique pour  les divers      TITRE: VISION 2 : CONSTITUTION  ET FONCTIONNEMENT DE LA  CHAINE SENSORIELLE VISUELLE  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible :   Etudiants du niveau L1 des filières médicales,  médico – odontologique, pharmaceutique et  médicosanitaire, option radiologie.  Présentation :  A la suite du cours sur le message physique de la  vision, celui – ci donne à l’étudiant la constitution  schématique de la chaîne visuelle à partir du globe  oculaire jusqu’à l’aire visuelle occipital pour lui  permettre de comprendre par la suite le rôle joué  par chaque élément dans le processus visuel.   Objectifs:     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. décrire à l’aide de schémas annotés,  tous les éléments constitutifs de la  chaîne visuelle : du globe oculaire à  l’aire visuelle occipital. 
  12. 12. RIM PDC  12 2. décrire tous les processus d’optique  géométriques mis en jeu pour la  formation de l’image sur la rétine  3. décrire le principe de transduction de  l’énergie lumineuse de l’image en  énergie chimique et en potentiel  d’action par les cellules visuelles à  bâtonnet et à cône.  4. donner tous les facteurs intervenant  dans l’interprétation pour aboutir à la  sensation de vision non colorée et de  vision colorée.    Plan :  - Constitution de la chaîne visuelle  Le globe oculaire et son système de  lentilles  La rétine : organe de transduction  Le nerf optique et le centre visuel occipital   - Rôle des éléments de la chaîne visuelle  - L’iris et son rôle de protection  - Les lentilles ou dioptres de l’œil (optique  géométrique)  - La rétine, les voies optiques et le centre visuel  Résumé :  Les rayons lumineux du visible qui réfléchissent sur  un objet pénètrent dans le globe oculaire par la  pupille qui joue le rôle de diaphragme. Le système  des lentilles ou dioptres de l’œil (cornée, cristallin  etc.) par un jeu d’optique géométrique dont  l’accommodation cristalline projette l’image de  l’objet sur la rétine.  A ce niveau les cellules visuelles à bâtonnet pour la  vision non colorée et les cellules visuelles à cône  pour la vision colorée transforment l’énergie  lumineuse en potentiel d’action qui sera transmis  au centre occipital par le nerf optique.   Bibliographie:  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet      BIOPHYSIQUE DE LA CIRCULATION  SANGUINE : NOTION DE  DYNAMIQUE DES FLUIDES  PARFAITS  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologique,  pharmaceutique et médicosanitaire, option  radiologie.  Présentation :  Ce cours est le premier des deux cours sur  l’application des lois physiques de la Rhéologie à la  circulation sanguine chez l’homme.  Il rappelle à l’étudiant des notions physiques  d’intérêt comme la pression, la loi fondamentale  de l’hydrostatique et la notion de débit. Ensuite les  conséquences médicales de ces notions telles que  la tension artérielle, la conservation du débit  sanguin et l’équation de Bernoulli.     Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. définir :  - la Rhéologie  - la pression et ses unités  - la loi fondamentale de  l’hydrostatique  - la notion de débit d’écoulement  2. établir les conséquences médicales des  notions ci – dessus, notamment en ce qui  concerne :  - la tension artérielle   - la concentration du débit sanguin  - les facteurs physiques intervenant  dans la circulation sanguine  Résumé:  Les lois physiques de la dynamique des fluides  parfaits sont à la base de la circulation sanguine  chez l’homme. Dans ces lois interviennent les  notions de pression (tension artérielle), le principe  fondamental de l’hydrostatique de Blaise Pascal  sans oublier l’influence de la force de gravitation  universelle et de la pression due à l’effet  dynamique. La résultante de ces forces aboutit soit  à un débit cardiaque, soit à un retour veineux  physiologique ou pathologique.   Bibliographie:  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet  Pr Alain Georges Juimo, Service de radiologie HGY,  Email : a_gjuimo@yahoo.fr     
  13. 13. RIM PDC  13 BIOPHYSIQUE DE LA CIRCULATION  SANGUINE : NOTION DE  DYNAMIQUE DES FLUIDES  VISQUEUX  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction   Cible : Etudiants du niveau L1 des filières  médicales, médico – odontologie, pharmaceutique  et médicosanitaire, option radiologie.  Présentation :  A la suite du cours sur la dynamique des fluides  parfaits, ce cours introduit la notion de viscosité  car le sang n’est pas un fluide parfait. Le cours sera  centré sur l’étude de la loi de Poiseuille et son  application su r le débit sanguin, la régime  d’écoulement.   Objectifs :     A la fin du cours l’étudiant doit être capable de :  1. définir la notion de viscosité comme  facteur de résistance à l’écoulement  2. énoncer la loi de Poiseuille et la perte  de charge ou de pression qui en  découle, ainsi que les facteurs qui y  interviennent  3. définir les types de Régimes  d’écoulement connus :  - régime laminaire  - régime turbulent  - quelques régions  physiologiques  - la pression artérielle et les  bruits de Korotkov  Résumé:  Le sang est un fluide visqueux dans lequel  l’écoulement fait intervenir des forces de  frottement responsables d’une perte de pression  au fur et à mesure qu’on s’éloigne du cœur dans  les artères.  Le débit sanguin en un point donné sera fonction  de la pression, du diamètre vasculaire, de la  situation de ce point par rapport au cœur et de la  viscosité.  Il existe 2 types de régime d’écoulement le régime  laminaire physiologique et le régime turbulent.    Bibliographie :  Bouyssy A., Davier M., Gatty.B. Physique pour les  Sciences de la vie, BELIN, DIA Université Paris 1988  Aurengo A., Petitclerc T., Gremy F. Biophysique au  PCEM Medecine – sciences Flammarion Paris 3ed  2004  Muncaster R. A.level physics ELBS edition AVON  (GB) 1987  Modalité d’évaluation :    QCM et QROC  Conseils :    Consulter les ouvrages relatifs au sujet  FORMATION DE L’IMAGERIE  RADIOLOGIQUE  CONVENTIONNELLE (LOIS DE  PROJECTION, AGRANDISSEMENT,  DEFORMATION, CONTRAINTES)  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction :   Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine, médecine dentaire, pharmacie, sciences  biomédicales  et  médicosanitaires  (option  radiologie et imagerie médicale).  Présentation : cette leçon qui fait suite aux  enseignements de biophysique médicale,  présente les notions de base (lois, concepts et  éléments de physique technologique)  indispensables à la compréhension des  applications des rayons X dans la radiologie  conventionnelle.   Pré requis : connaissances de base de  l’enseignement secondaire, enseignements de  biophysique L1  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. énoncer les lois, concepts et les éléments  de physique technologique indispensables  en radiologie conventionnelle.  2. Expliquer  la  formation  d’une  image  radiographique (IR)  3. Énoncer la loi d’agrandissement d’une IR  4. Expliquer le principe du flou des contours  d’une IR  5. Énoncer les facteurs de tonalité d’une IR  Plan :  Généralités  1. Formation géométrique de l’IR  2. Tonalités et flous de l’IR  3. Facteurs et contraintes dans la formation  de l’IR  Résumé et points clés:  La  formation  physique  de  l’IR  résulte  de  la  propagation  rectiligne  des  RX  et  de  l’atténuation  différentielle de l’intensité du rayonnement par les  organes traversés.   La formation de l’image est une projection par un  faisceau  de  RX  d’un  volume  de  forme  et  de  structure  complexes;  elle  est  régie  par  des  lois  connues  comme  les  « lois  de  l’optique  radiologique ».  L’IR  d’un  objet  placé  dans  un  faisceau de RX  est  la base d’un cône passant  par  l’objet dont la source est le sommet. 
  14. 14. RIM PDC  14 L’IR  est  constituée  par  les  ombres  portées  des  organes  de  structure  et  de  transparence  différentes  d’où  la  superposition  sur  le  plan  du  récepteur.  Le  faisceau  de  RX,  traverse  l’objet  et  après  avoir  subi  l’atténuation  sélective  avant  d’atteindre  le  récepteur  et  se  propage  en  ligne  droite. L’image est porteuse de 4 types de flous :  géométrique,  cinétique,  de  réception  et  du  rayonnement diffusé.  La tonalité de l’IR est liée aux facteurs anatomiques  et les tonalités de base sont celles de l’air, l’eau, du  squelette  et  de  la  graisse.  Les  autres  facteurs  de  tonalité sont d’ordre physique, photographique et  électronique.  Les principaux facteurs et contraintes de l’IR sont la  source  de  RX,  le  faisceau  de  RX,  l’objet  et  le  détecteur.   Bibliographie :   Utiliser les sites suivants : www.vikipédia.org pour  les définitions et applications ; www.sfbmn.org et  ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ;  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases  physiques  de  l’imagerie médicale  Modalités d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   Utiliser les sites suivants : www.vikipédia.org pour  les définitions et applications ; www.sfbmn.org et  ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ;  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases  physiques  de  l’imagerie médicale      FORMATION DE L’IMAGERIE  RADIOLOGIQUE  CONVENTIONNELLE – LES  DETECTEURS (FILMS,  AMPLIFICATEUR DE BRILLANCE)   UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction  Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine,  médecine  dentaire,  pharmacie  et  sciences  biomédicales  (option  radiologie  et  imagerie médicale)  Présentation :  cette  leçon  qui  fait  suite  aux  enseignements de biophysique médicale, présente  les notions de base (lois, concepts et éléments de  physique  technologique)  indispensables  à  la  compréhension des applications des rayons X dans  la radiologie conventionnelle.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. énoncer les lois, concepts et les éléments  de physique technologique indispensables  en radiologie conventionnelle.  2. Citer deux types de détecteur de l’image  radiographique  3. Énoncer  les  caractéristiques  d’un  détecteur  4. Expliquer  les  éléments  déterminant  le  choix d’un détecteur  Plan :  Généralités  1. Détection de l’image radiante  2. Image dynamique  Résumé :  Les  différents  types  de  détecteurs  de  l’image  radiante  sont  décrits    et  analysés  selon  leurs  principes,  avantages  et  limites. L’image  radiante,  résultat de l’atténuation différentielle du faisceau  RX  par  le  sujet  doit  être  rendue  visible  à  l’observateur,  de  façon  fugitive  ou  de  façon  permanente. Le médecin a besoin d’un document  pour  analyse  et  exploitation  diagnostique.  Ce  document  doit  être  communicable  et/ou  archivable.  Les  détecteurs  ou  récepteurs  transforment l’image radiante, de manière directe  ou indirecte, en image physique visible pour l’œil  humain.  Les  trois  principaux  types  de  détecteurs  sont  l’écran  de  radioscopie,  le  film  radiographique  ou  couple  écran‐film  et  l’amplificateur  de  brillance  (AL)  avec  ses  détecteurs  associés.  L’amplificateur  de  brillance  est  un tube  image  (électronique)  permettant  de  multiplier  d’un  facteur  5  à  15000  l’énergie  lumineuse  visible  pour  une  même  dose  de RX incidents % radioscopie classique. Il permet  une diminution de la dose utile de 3 à 4 fois tout  en  permettant  d’accroître  la  luminance  de  5  à  15000 fois). Un AL est caractérisé par son gain, son  facteur  de  conversion,  son  champ  d’entrée  nominal,  sa  résolution  (définie  comme  la  dimension du plus petit détail qu’il est possible de  discerner  dans  l’image  de  l’écran  secondaire  et  exprimée en paires de lignes/cm), sa sensibilité de  détection,  ses  facteurs  de  contraste,  ses  facteurs  de  bruit  –  efficacité  de  détection  quantique,  sa  rémanence  et  sa  fonction  de  transfert  de  modulation (FTM). La FTM traduit la variation en %  du contraste de l’image de deux détails distincts en  fonction de leur fréquence spatiale (en pl/cm) ou  de  la  dimension  des  détails;  deux  points  de  référence:  point  d’inflexion  A:  le  transfert  de  contraste ne se fait plus à 100% ; point d’inflexion  B ou fréquence de coupure qui correspond au plus  petit objet identifiable.  Bibliographie :   Utiliser les sites suivants : www.vikipédia.org pour  les définitions et applications ; www.sfbmn.org et 
  15. 15. RIM PDC  15 ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ;  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases  physiques  de  l’imagerie médicale  Modalités d’évaluation :  QCM, QROC  Conseils :  Utiliser  les  sites  suivants :  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications ; www.sfbmn.org et ses liens vers les  enseignements de biophysique ; www.sfrnet.org et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases physiques de l’imagerie médicale       ASPECTS MATÉRIELS  DU  TRAITEMENT DE L'INFORMATION  UE : INF 112 Introduction  Cible : étudiants du niveau L1, L2 ou L3 de la filière études médicales, pharmaceutiques, dentaires ou médicosanitaires Présentation : Depuis plusieurs années, l’on note à  la FMSB une prise en charge médiocre des  étudiants due à des effectifs en augmentation  croissante, contrastant avec des ressources  limitées en termes de capacités d’accueil,  ressources documentaires, enseignants de qualité.  La pédagogie numérique est une bonne réponse à  ces problèmes.  Pour cela, tous les étudiants  doivent être familiarisés avec l’usage des NTIC. Le  premier de cette série de cours vise à initier  l’étudiant aux aspects matériels   Objectifs  À la fin du cours, l’étudiant doit être capable de :  1. Expliquer les trois fonctions d l’ordinateur  2. Décrire la structure et le fonctionnement  des principaux composants des  ordinateurs  3. citer et indiquer l’usage des différents  périphériques  Plan  A. Les fonctions d'un ordinateur  B. Structure d’un ordinateur  1. Unité de base  2. périphériques  Résumé   • Un ordinateur est un ensemble de circuits  électroniques permettant de manipuler  des données sous forme binaire. Ses  fonctions principales sont : calculer, gérer  des données, communiquer.  • Un ordinateur est constitué de 2 parties :  le « hardware » ou ensemble des  éléments matériels de l'ordinateur et le  « software » ou ensemble de programmes  et logiciels qui permettent à l’ordinateur  de fonctionner.  • L’ordinateur manipule une information  digitale alternative appelée bit ou digit : il  y a ou il n'y a pas de courant dans un fil  électrique. Conventionnellement ces états  sont notés 1 et 0. Les informations  complexes se ramènent à un ensemble de  bits grâce aux techniques de codage   • L’ordinateur est en règle composé d’une  unité centrale  (ensemble composé du  boîtier et des éléments qu'il contient) et  de périphériques (éléments externes à  l'unité centrale).  • L’unité centrale est composée d’un châssis  avec une alimentation électrique. À  l’intérieur du châssis se trouve le circuit  électronique principal appelé carte mère  sur laquelle sont branchés différents  composants comme : le processeur, les  bus, le chipset, les cartes mémoires et les  connecteurs d’entrée sortie.  • Les périphériques sont des composants  physiques qui ne font pas partie du cœur,  mais qui permettent de réaliser les deux  autres fonctions de l'ordinateur : la  gestion des données et la communication.  Certains périphériques sont internes  (cartes réseau ou graphiques intégrées) et  d’autres  externes  (clavier, souris,  écran...).  • Les  périphériques (appelés interfaces  réseau) qui  permettent la communication  avec d'autres ordinateurs sont : le  modem, la carte réseau filaire, la carte  réseau sans fil.  • D’autres périphériques appelés   périphériques d'entrée/sortie permettent  la  communication avec l'utilisateur :  clavier, souris, écran, imprimante,  microphone, hauts parleurs, appareil  photo,….   • Les périphériques de gestion des données  ont pour fonction le stockage des données  non en cours d’utilisation. Il y en a trois  catégories : les mémoires de masse  (disque dur), accessibles en lecture et  écriture ; les mémoires de stockage  (lecteur ou graveur de CD et de DVD,  lecteur de bandes magnétiques),  uniquement destinés à des archivages  durables  et les périphériques de stockage  sur supports moins fiables, mais qui  permettent de transférer des données  d'un ordinateur à un autre (clé USB,  lecteur de disquettes).  
  16. 16. RIM PDC  16 Bibliographie   1. C2I NIVEAU 1  Modalités de l’évaluation  QCM et QROC  Conseils  Faire l’autoformation du C2I Niveau 1      INFORMATIQUE ET IMAGERIE  MEDICALE­IMAGE  NUMERIQUE (MATRICE,  RESOLUTION SPATIALE,  CONTRASTE,  ARCHIVAGE)  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction  Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine,  médecine  dentaire,  pharmacie  et  sciences  biomédicales  (option  radiologie  et  imagerie médicale)  Présentation :  cette  leçon  qui  fait  suite  aux  enseignements de biophysique médicale, présente  les notions de base (lois, concepts et éléments de  physique  technologique)  indispensables  à  la  compréhension des applications de l’informatique  en imagerie médicale.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. Définir une matrice image  2. Énoncer  les  notions  élémentaires  de  traitement de l’image numérique  3. Expliquer  le  lien  entre  matrice  image,  résolution  spatiale  et  contraste  d’une  image numérique  Plan :  Rappels Informatique  1. Numérisation de l’image  2. Traitement de l’image numérique  3. Conservation des images numériques  Résumé :  Les  notions  générales  d’image  analogique  et  numérique sont décrites. L’image numérique est la  représentation  matricielle  sous  forme  d’éléments  images (pixel) correspondant à une caractéristique  physique  d’un  élément  de  volume  (voxel).  La  conservation  des  données  sous  forme  matricielle  rend  possible  des  opérations  mathématiques  connes  comme  « traitement  d’images »  qui  permettent  des  additions,  des  soustractions  d’images.  La  résolution  de  l’image  est  variable  selon la taille de la matrice. Les images numériques  peuvent  être  conservées,  archivées  sur  divers  supports et/ou échangées via Internet avec ou sans  compression.  Dans  les  services  d’imagerie  médicale,  les  images  produites  par  différentes  sources  sont  stockées,  analysées  et  échangées  grâce à des réseaux d’images qui rendent possible  le télédiagnostic. Les notions de base de la qualité  d’une  image  numérique  sont  décrites  ainsi  que  sont données des explications sur la liaison entre  résolution spatiale, image matricielle, résolution en  densité.   Bibliographie :   Utiliser les sites suivants : www.vikipédia.org pour  les définitions et applications ; www.sfbmn.org et  ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ;  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases  physiques  de  l’imagerie médicale  Modalités d’évaluation :  QCM, QROC  Conseils :   Utiliser les sites suivants : www.vikipédia.org pour  les définitions et applications ; www.sfbmn.org et  ses  liens  vers  les  enseignements  de  biophysique ;  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org    pour  les  bases  physiques  de  l’imagerie médicale      IMAGERIE  ULTRASONORE (PHYSIQUE DES US,  PROPRIETES, PRINCIPES DE  PRODUCTION, ACTIONS  BIOLOGIQUES DES US,  TRANSDUCTEURS, AVANTAGES,  EFFET DOPPLER)  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine,  médecine  dentaire,  pharmacie  et  sciences  biomédicales  (option  radiologie  et  imagerie médicale)  Présentation :  cette  leçon  qui  fait  suite  aux  enseignements de biophysique médicale, présente  les  notions  de  base  indispensables  à  la  compréhension  des  applications  des  US  en  médecine et en échographie.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. Décrire  le  mode  de  production  des  ultrasons (effet piézoélectrique)   2. Caractériser  les  utilisations  des  US  en  imagerie médicale  3. Décrire  les  interactions  des  US  avec  la  matière  4. Énoncer  le  principe  de  formation  de  l’image échographique  5. Énoncer le principe de l’effet Doppler 
  17. 17. RIM PDC  17 Plan :  Généralités  1. Physique des US  2. Production des US  3. Interaction des US avec la matière  4. Effet Doppler  Résumé :  Les US produits par effet piézoélectrique (inverse)  sont  utilisés  en  médecine  et  imagerie  médicale.  L’échographie  est  une  technique  d'imagerie  utilisant le phénomène de réflexion des US par les  tissus  pour  former  une  image  de  la  région  examinée. Ces ondes réfléchies sont recueillies par  la  même  sonde  puis  numérisées,  traitées,  adressées et visualisées sur un moniteur. Un cristal  piézo‐électrique soumis à un champ d'US convertit  cette  énergie  en  courant  électrique.  Soumis  à  un  courant électrique, il émet des US. Cette propriété  est due à un déplacement des charges électriques  en  réponse  à  une  compression.  Le  cristal  et  son  environnement  constituent  la  sonde  (ou  transducteur).   Les  US  sont  des  ondes  mécaniques  vibratoires,  dont la fréquence est supérieure à 20 000 Hz. Leur  comportement est dû à leurs interactions avec le  milieu  de  propagation.  L’US,  onde  sonore  ou  acoustique, onde de pression se propage dans un  milieu élastique. Il s’agit d’un mode de propagation  de l'énergie dans un milieu matériel sans transport  de matière ; elle ne peut se faire dans le vide (à la  différence des ondes électromagnétiques).   Les  caractéristiques  de  l’onde,  son  amplitude  de  déplacement  [a(x,  t)  (m)],  sa  vitesse  de  déplacement  [u(x,  t)  (m/s)]  et  sa  pression  acoustique [p(x, t)(Pa)] sont liées : p=Z u; I=po/2Z  où  Z  est  l’impédance.  La  célérité  de  l'onde  acoustique  est  sa  vitesse  de  propagation  qui  dépend  uniquement  du  milieu.  Le  comportement  d'un  milieu  matériel  vis‐à‐vis  des  US  est  exprimé  par une constante appelée impédance acoustique,  Z  qui  dépend  de  la  masse  volumique  et  de  la  compressibilité  du  milieu  i.e.  son  aptitude  à  reprendre  sa  forme  originale  après  déformation.  En chaque point, la pression acoustique  varie selon  la    fréquence  de  l'onde  US.  L'énergie  délivrée  au  tissu  dépend  de  ces  variations  de  pression  qui  soumettent  les  particules  du  milieu  à  des  mouvements vibratoires. L’intensité ultrasonore (I)  est  l'énergie  qui  traverse  perpendiculairement  l'unité de surface pendant l'unité de temps et est  reliée à la pression acoustique.    La sonde conditionne la qualité de l'image en étant  à  la  fois  un  émetteur  et  un  récepteur  :  elle  transforme l'impulsion électrique en onde US puis  convertit  les  informations  US  en  signaux  électriques. Les interactions des US avec les tissus  biologiques qui concourent à la production de ces  images sont la réflexion spéculaire, la réfraction, la  diffusion.  Les  modes  d’imagerie  sont  A,  B,  TM,  Doppler  et  Duplex.  L’effet  Doppler  se  définit  comme  la  capacité  de  particules  en  déplacement  de réfléchir une onde US en modifiant la fréquence  de l’onde réfléchie de manière proportionnelle à sa  vitesse  et  à  l’angle  d’incidence.  Tout  système  d'échographie est formé de 3 éléments essentiels :  unité  de  base,  sondes,  système  de  reproduction  de l'image sur papier ou film.  Bibliographie :   (1)  Abrégé  de  Radiodiagnostic,  Collection  Masson  Ed – Monnier JP, Tubiana JM et al, 5e  édition ; (2)  EDICERF 2003 ; (3) Echographie Collection Abrégés  Masson, P. Bonnin et coll  Modalités de l’évaluation :  QCM et QROC  Conseils :   Utiliser le site www.vikipédia.org pour les  définitions et applications et les sites  www.sfrnet.org et www.edicerf.org  pour les  ressources d’enseignement du Collège des  Enseignants de Radiologie de France. Visiter un  service de radiologie pour voir les appareils et la  réalisation des examens      Pré  requis :  connaissances  de  base  de  l’enseignement  secondaire,  enseignements  de  biophysique L1  IMAGERIE SCANOGRAPHIQUE   (PRINCIPES, DENSITE TISSULAIRE,  DETECTEURS, MODE SPIRALE,  MULTI BARRETTES, PARAMETRES  TECHNIQUES)  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine,  médecine  dentaire,  pharmacie  et  sciences  biomédicales  (option  radiologie  et  imagerie médicale)  Présentation :  cette  leçon  qui  fait  suite  aux  enseignements de biophysique médicale, présente  les notions de base (lois, concepts et éléments de  physique  technologique)  indispensables  à  la  compréhension des applications des rayons X dans  la tomodensitométrie X.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. Énoncer  les  principes  généraux  de  la  tomodensitométrie  2. Décrire  de  manière  synoptique  les  éléments constitutifs d’un scanographe X 
  18. 18. RIM PDC  18 3. Définir  les  différents  modes  d’acquisition  en tomodensitométrique  Plan :  Introduction  1. Principes Généraux  2. Éléments constitutifs  3. Notions Pratiques  Résumé : La  tomodensitométrie  introduit  deux  avancées:  une  haute  résolution  en  contraste  (0,5‐1%),  une  présentation en coupes transverses qui permet de  s’affranchir  des  phénomènes  de  superposition  et  de sommation  La  tomographie  par  rayons  X  assistée  par  ordinateur  (encore  appelé  tomodensitométrie  ou  scanographie) fut développée par G.M. Hounsfield  et la première machine (scanner) utilisable sur site  clinique fut installée en 1971 à Londres. Tête puis  "corps entier" à partir de 1974.   La scanographie= découverte la plus importante en  radiologie  depuis  celle  des  rayons  X  par  W.C.  Roentgen en 1895.  La  tomographie  axiale  assistée  par  ordinateur  (C.T.), ou scanographie, est basée sur la détection  d'un  faisceau  de  rayons  X  tournant  autour  du  patient. Contrairement à la radiologie classique où  le faisceau transmis est détecté et visualisé à l'aide  d'un film ou d'un amplificateur de luminance, il est  détecté électroniquement puis numérisé.  L'image  est  ensuite  reconstruite  à  l'aide  d'un  calculateur et visualisée. L'acquisition de plusieurs  coupes  adjacentes  conduit  à  l'information  tridimensionnelle. Pour  un  objet  plus  complexe  composé de petits éléments de volume identiques  mais de densités différentes on peut écrire : Σµi =  (1/L).ln (Io/I) où µi est le coefficient d'atténuation  linéique de l'élément i et L est la largeur de chaque  élément  volumique.  La  somme  des  coefficients  d'atténuation  linéique  le  long  de  cet  objet  peut‐ être  calculée.  Ce  processus  constitue  la  mesure  élémentaire  en  scanographie.  Il  nécessite  un  ensemble  composé  d'un  tube  à  rayons  X,  d'un  détecteur  de  référence  pour  la  mesure  de  Io  et  d'un  détecteur  de  mesure  pour  I.  Les  éléments  constitutifs  sont les  systèmes  de  production  détection  des  RX,  le  statif,  le  calculateur  fait  de  processeurs  et  de  logiciels  permettant  la  reconstruction, la visualisation, le traitement et la  reprographie des images. Les images sont acquises  en  modes  séquentiel  et/ou  spiralé  encore  appelé  hélicoïdal.  Lorsque  le  système  de  détecteurs  comporte plusieurs couronnes, on parle de scanner  multicoupes. Après acquisition, les données brutes  (valeurs de nombre scanographique Hounsfield par  voxel)  sont  transformées  en  images  visualisées  selon un fenêtrage particulier. Les mêmes images  peuvent  être  reconstruites  en  trois  dimensions  (MIP, MPR, SSD).  Les  notions  générales  de  tomodensitométrie,  mesure de la densité des éléments de volume avec  reconstruction  en  coupes  anatomiques  sont  décrits.  Les  composants  d’un  tomodensitomètre  sont décrits ainsi que leurs fonctions. Les notions  telles que données brutes, visualisation, traitement  d’images sont également expliquées.  Bibliographie :   Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org  Modalités d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org  et  ses  liens  vers  le  site  www.edicerf.org        IMAGERIE PAR RESONANCE  MAGNETIQUE (PRINCIPES,  MAGNETISME, RADIOFREQUENCE,  RELAXATION, CARACTERISTIQUES  DU SIGNAL)  UE : PHY 111 ‐ Biophysique – Technologie  Introduction  Cible :  étudiants  du  niveau  L1  des  filières  médecine,  médecine  dentaire,  pharmacie  et  sciences  biomédicales  (option  radiologie  et  imagerie médicale)  Présentation :  cette  leçon  qui  fait  suite  aux  enseignements de biophysique médicale, présente  les  notions  de  base  indispensables  à  la  compréhension  des  applications  de  la  résonance  magnétique nucléaire en imagerie médicale.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. Énoncer le principe de l’IRM  2. Définir  les  temps  de  relaxation  longitudinale et transversale  3. Décrire le signal RMN  4. Définir  les  notions  de  T1,  T2,  densité  de  protons  Plan :  Rappels sur le magnétisme  1. Le signal RMN  2. Les séquences de base  3. Les applications médicales de la RMN 
  19. 19. RIM PDC  19 Résumé :  L’enregistrement  du  signal  de  précession  d’un  proton  d’hydrogène  placé  dans  un  champ  magnétique  B0  et  soumis  à  une  onde  de  radiofréquence constitue la base de l’imagerie par  résonance  magnétique.  Les  notions  de  relaxation  longitudinale et transversale sont décrites à partir  d’explication sur les séquences d’imagerie dite en  écho  de  spin.  Les  bases  physiques  du  signal  d’un  tissu biologique sont expliquées.  Bibliographie :  Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org  Modalité d’évaluation :  QCM, QROC  Conseils :   Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org        INTRODUCTION A LA SEMIOLOGIE  RADIOLOGIQUE  Cible : étudiants du niveau L3 des filières médecine   Présentation : cet enseignement constitue un  rappel des principes généraux qui guide la  démarche diagnostique en imagerie médicale.  UE : SEM 315 ‐ Sémiologie radiologique 1  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2    Objectifs :   1. Comprendre et savoir décrire les étapes de la  formation de l’image selon les différentes  techniques et leurs conséquences   2. Connaître la radio anatomie de chaque  appareil selon les différentes techniques  d’imagerie employées.  3. Savoir décrire les circonstances de réalisation  et de préparation, les risques, les contraintes  et les indications de chaque type d’examen.   4. A partir de la sémantique, usuelle des  comptes‐rendus d’imagerie, savoir reconnaître  et comprendre la signification des éléments  sémiologiques couramment utilisés.  Plan :  Généralités   1. les méthodes d’imagerie médicale  2. la radio anatomie générale  3. la démarche diagnostique clinique et  l’imagerie médicale  4. la démarche diagnostique en imagerie  médicale    Résumé :  La  radiologie  conventionnelle  avec  et  sans  contraste,  l’échographie,  le  Doppler,  la  scanographie,  l’IRM  et  la  Médecine  Nucléaire  constituent  la  gamme  des  technologies  disponibles.  A  chacune  de  ces  technologies  correspond  un  aspect  normal  de  l’anatomie.  L’imagerie  médicale  constitue  une  discipline  para  clinique  qui  concourt  de  manière  significative  au  diagnostic  en  pratique  médicale.  Le  radio  diagnostic  est  construit  sur  la  reconnaissance  de  signes  élémentaires  dont  le  regroupement  en  syndromes  associé  aux  données  cliniques  permet  de formuler des hypothèses diagnostiques (positif,  différentiel,  gravité…).  L’évolution  technologique  dans  les  domaines  de  l’information  et  de  la  communication  a  fait  de  l’imagerie  médicale  un  terrain  d’application  de  nombreuses  innovations  notamment  les  réseaux  d’images,  la  télé  radiologie.  Bibliographie :  • Abrégé  de  Radiodiagnostic,  Collection  Masson Ed – Monnier JP, Tubiana JM et al,  5e  édition  • Utiliser le site www.vikipédia.org pour les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org  Modalité d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   • Utiliser le site www.vikipédia.org pour les  définitions et applications et les sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org .   • Visiter un service de radiologie pour voir  les appareils et la réalisation des examens.    IMAGERIE ECHOGRAPHIQUE :  FORMATION DE L’IMAGE,  ECHOGRAPHIE INTERPRETATION  ET SEMIOLOGIE ECHOGRAPHIQUE  DE BASE  Présentation :   UE : SEM 315 ‐ Sémiologie radiologique 1  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2  Cible : étudiants du niveau L3 du cycle des études  médicales    Objectifs :   à la fin de cet enseignement, l’étudiant devra être  capable de :  1. décrire le mode de production des  ultrasons et de manière synoptique un  échographe 
  20. 20. RIM PDC  20 2. énoncer le principe de formation de  l’image échographique et des modes  d’image A, B, M, TM et Doppler  3. citer les indications et les modalités de  réalisation d’une échographie en pratique  courante  4. décrire les éléments séméiologiques de  base  Plan du cours  1. Généralités  sur  les  ultrasons  (Définition,  Mécanisme  de  production,  Interactions  des  US  avec  la  matière,  Facteurs  de  l’atténuation des US)   2. Appareillage échographique  3. Principe  de  production  de  l’image  échographique (Modes A, B, TM, Doppler,  Duplex et Triplex)  4. Images élémentaires en échographie  5. Pratique  d’un  examen  échographique  (Données  cliniques,  Choix  de  la  sonde,  Réglage  de  l’électronique  associée,  Acquisition  des  coupes,  Iconographie,  Libellé du compte rendu)  Résumé :  La  composition  synoptique  d’un  échographe  est  décrite. Les modes d’imagerie échographique A, B,  TM,  Doppler  sont  expliqués  ainsi  que  leurs  conditions de réalisation et place dans la démarche  diagnostique.  Sur  la  base  des  rappels  de  biophysique,  les  images  élémentaires  en  échographie  sont  expliquées  de  même  que  la  sémantique.  La  démarche  de  prescription,  de  préparation, de réalisation et d’interprétation d’un  examen échographique est décrite.  Bibliographie :   • Abrégé  de  Radiodiagnostic,  Collection  Masson Ed – Monnier JP, Tubiana JM et al,  5e  édition  • Abrégé d’échographie, Collection Masson  Ed – Bonnin et al  Modalité d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   • Utiliser le site www.vikipédia.org pour les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org.   • Visiter  un  service  d’imagerie  médicale  pour  voir  comment  sont  réalisées  les  échographies.       IMAGERIE SCANOGRAPHIQUE ET  IRM: FORMATION DE L’IMAGE,  INTERPRETATION ET SEMIOLOGIE  DE BASE  UE : SEM 315 ‐ Sémiologie radiologique 1  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2    Introduction  Cible : étudiants du niveau L3 des filières médecine   Présentation :  à  la  suite  des  précédents  enseignements,  les  modalités  pratiques  de  réalisation,  les  indications  et  les  éléments  séméiologiques sont présentés.   Objectifs :   1. Comprendre et savoir décrire les étapes de la  formation  de  l’image  selon  les  différentes  techniques et leurs conséquences   2. Connaître  la  radio  anatomie  de  chaque  appareil  selon  les  différentes  techniques  d’imagerie employées.  3. Savoir décrire les circonstances de réalisation  et de préparation, les risques, les contraintes  et les indications de chaque type d’examen.   4. A  partir  de  la  sémantique,  usuelle  des  comptes‐rendus d’imagerie, savoir reconnaître  et  comprendre  la  signification  des  éléments  sémiologiques couramment utilisés.  Plan :  Généralités   1. méthodes d’exploration TDM et IRM  2. éléments séméiologiques  3. principes d’interprétation     Résumé :  Après des rappels sur les principes généraux de la  tomodensitométrie  et  de  l’IRM,  les  images  élémentaires et la sémantique en scanographie et  IRM  sont  décrits  et  expliqués.  Les  conditions  de  préparation  et  de  réalisation  d’un  examen  scanographique  et  IRM  sont  présentées  avec  3  modèles,  la  réalisation  d’un  scanner  cérébral  et  d’un scanner abdominal et une IRM cérébrale. Les  notions de signal et densité en unités Hounsfield,  de prise de contraste iodé et paramagnétique, de  scanner  en  mode  spiralé  et  d’imagerie  multi  détecteurs  sont  décrites.  Les  principales  indications  du  scanner  X  et  de  l’IRM  en  pratique  médico chirurgicale courante sont abordées.  Bibliographie :   • Abrégé  de  Radiodiagnostic,  Collection  Masson Ed – Monnier JP, Tubiana JM et al,  5e  édition  • Abrégé de Tomodensitométrie, Collection  Masson Ed – Doyon P et al  Modalité d’évaluation :   QCM, QROC 
  21. 21. RIM PDC  21 Conseils :   • Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org   • Visiter  un  service  d’imagerie  médicale  pour  voir  comment  se  déroule  un  examen  scanographique       TITRE: PRODUITS DE CONTRASTE :  PRINCIPAUX PRODUITS DE  CONTRASTE EN RADIOLOGIE  CONVENTIONNELLE,  TOMODENSITOMETRIE, IRM,  ECHOGRAPHIE ; INCIDENTS ET  ACCIDENTS, PREVENTION ET  TRAITEMENT  Cible : étudiants du niveau L3 des filières médecine   Présentation :   UE : SEM 315 ‐ Sémiologie radiologique 1  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2    Objectifs :   1. Comprendre et savoir décrire les bases de  contraste de l’image radiographique  2. Connaître les principes de pharmacologie des  agents de contraste artificiel.  3. Savoir décrire les circonstances de réalisation  et de préparation, les risques, les contraintes  et les indications du recours à chaque type de  produit de contraste.  Plan :  1. Notions générales de chimie,  pharmacodynamie et  pharmacocinétique  2. Produits de contraste iodé  3. Produits de contraste baryté  4. Produits de contraste  paramagnétique  5. Indications  6. Précautions d’utilisation  Résumé :   Les  produits  de  contraste  iodés  et  les  substances  paramagnétiques sont des modificateurs artificiels  de  contraste  qui  s’injectent  par  voie  vasculaire  (artérielle ou veineuse) et permettent l’analyse de  la  vascularisation  et  du  tissu  interstitiel  des  différents organes. Les produits de contraste iodés  utilisés  en  radiologie  conventionnelle  et  en  TDM  sont  de  plusieurs  types  en  fonction  de  leur  osmolarité  (concentration  en  iode).  Les  agents  paramagnétiques  sont  utilisés  en  IRM.  Leur  structure biochimique est décrite. Les principes de  pharmacodynamie  et  de  pharmacocinétique  notamment  les  espaces  de  diffusion  et  d’élimination  sont  expliqués.  Les  conditions  d’utilisation  (préparation,  précautions  avant  usage),  les  modalités  d’utilisation  (dosage,  voies  d’administration)  ainsi  que  les  effets  secondaires  sont  expliquées.  Les  principaux  risques  liés  à  l’utilisation de produits de contraste par voie intra  vasculaire  sont  les  réactions  allergiques,  la  détérioration  de  la  fonction  rénale,  la  décompensation  d’une  insuffisance  viscérale  (rénale, cardiaque), les troubles hydro électriques.  Leur  utilisation  exige  une  enquête  clinique  pour  déterminer  les  facteurs  de  risques  et  un  bilan  biologique rénal. Les produits barytés sont utilisés  pour  l’opacification  du  tube  digestif,  il  s’agit  de  produits non absorbables.    Bibliographie :   Abrégé de Radiodiagnostic, Collection Masson Ed –  Monnier JP, Tubiana JM et al, 5e  édition  Utiliser  le  site  www.vikipédia.org  pour  les  définitions  et  applications  et  les  sites  www.sfrnet.org et  www.edicerf.org  Modalité d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   • Visiter  un  service  d’imagerie  médicale  pour observer la réalisation d’un examen  avec injection de contraste iodé et lire la  notice  d’information  d’un  flacon  de  produit de contraste iodé  SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE DU  SYSTEME LOCOMOTEUR  Introduction  UE : SEM 315 ‐ Sémiologie radiologique 1  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2  Cible : étudiant du niveau L3 du cycle des études  médicales  Présentation :  cet  enseignement  intervient  à  la  suite  de  l’enseignement  sur  les  généralités  en  imagerie  médicale  au  cours  duquel  l’étudiant  a  acquis  des  connaissances  sur  la  formation  de  l’image radiologique, la sémiologie élémentaire en  radiologie, échographie, TDM et IRM.  Objectifs :   à la fin de cet enseignement, l’étudiant doit être  capable de :    1. Comprendre  et  savoir  décrire  les  étapes  de  la  formation  de  l’image  selon  les  différentes  techniques  et  leurs  conséquences   2. Connaître  la  radio  anatomie  du  système  locomoteur  selon  les  différentes  techniques d’imagerie employées.  3. Savoir  décrire  les  circonstances  de  réalisation et de préparation, les risques, 
  22. 22. RIM PDC  22 les  contraintes  et  les  indications  de  chaque type d’examen.   4. A  partir  de  la  sémantique  usuelle  des  comptes‐rendus  d’imagerie,  savoir  reconnaître et comprendre la signification  des éléments sémiologiques couramment  utilisés  en  pathologie  ostéo  articulaire  courante  (fractures,  infections,  tumeurs,  arthrose et maladies métaboliques)  Plan :  Technique  d’exploration,  résultats  normaux,  sémiologie élémentaire  1. Radiographie  standard :  différentes  incidences  pour  explorer,  les  membres  supérieurs, inférieurs    2. Arthrographie du genou et de l’épaule.  3. Echographie musculaire, coxo‐fémorale et  scapulo humérale.  4. TDM :  indications,  techniques  d’exploration,  sémiologie  élémentaire,  principales pathologies.  5. IRM :  indications,  techniques  d’exploration,  sémiologie  élémentaire,   principales pathologies.  Résumé :  L’exploration du système locomoteur est basée sur  la  radiologie  conventionnelle  (clichés  standard,  opacifications) ;  le  scanner  X,  en  permettant  une  analyse en coupes permet de mieux apprécier les  modifications  de  densité  du  système  musculo  squelettique,  est d’un grand apport dans certaines  pathologies telles que les tumeurs ; l’IRM constitue  une  avancée  incontestable  dans  l’approche  diagnostique  et  est  devenue  la  meilleure  alternative  pour  de  multiples  pathologies  en  radiologie  ostéo‐articulaire  (lésions  ligamentaires  et  tendineuses,  tumeurs  des  parties  molles).  L’échographie  dans  notre  contexte  permet  de  mieux  diagnostiquer  les  lésions  musculaires  (myosites,  hématomes)  et  les  ruptures  tendineuses.  Les  aspects  séméiologiques  des  fractures  chez  l’enfant  et  l’adulte ;  les  lésions  dégénératives  et  les  arthropathies  métaboliques  ainsi  que  des  infections  et  tumeurs  sont  décrits  présentés. La démarche diagnostique se fonde sur  les  données  anamnestiques,  les  modifications  de  taille de l’interligne articulaire, les modifications de  densité des pièces osseuses.   Bibliographie :   • Abrégé  de  Radiodiagnostic,  Collection  Masson Ed – Monnier JP, Tubiana JM et al,  5e  édition  Modalités d’évaluation :   QCM, QROC  Conseils :   • Visiter un service d’imagerie médicale afin  d’assister à la réalisation de radiographies  ostéo  articulaire  et  à  une  séance  d’interprétation  pour  comprendre  la  radio‐anatomie  et  les  éléments  séméiologiques  des  fractures,  de  l’arthrose  et  des  infections  ostéo  articulaires.   • Visiter  les  sites  www.e‐anatomy,   www.edicerf.org, www.sfrnet.org     SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE DU  SYSTEME UROGENITAL  UE : SEM 314  Pré requis : UE fondamentales du niveau L1 et L2  et SEM 315  Introduction :  Cible : étudiant du niveau L3 du cycle des études  médicales  Présentation :  cet  enseignement  intervient  à  la  suite  de  celui  sur  les  généralités  en  imagerie  médicale  au  cours  duquel  l’étudiant  a  acquis  des  connaissances  sur  la  formation  de  l’image  radiologique,  la  sémiologie  élémentaire  en  radiologie, échographie, TDM et IRM.  Objectifs :   à  la  fin  de  cet  enseignement,  l’étudiant  doit  être  capable de :  1. Comprendre  et  savoir  décrire  les  étapes  de  la  formation  de  l’image  selon  les  différentes  techniques  et  leurs  conséquences   2. Connaître  la  radio  anatomie  de  du  système  urogénital  selon  les  différentes  techniques d’imagerie employées.  3. Savoir  décrire  les  circonstances  de  réalisation et de préparation, les risques,  les  contraintes  et  les  indications  de  chaque type d’examen.   4. A  partir  de  la  sémantique,  usuelle  des  comptes‐rendus  d’imagerie,  savoir  reconnaître et comprendre la signification  des éléments sémiologiques couramment  utilisés  Plan :  Généralités :  anatomie  et  produits  de  contraste  iodés hydrosolubles  1. Appareil  urinaire :  techniques  d’exploration  et  résultats  normaux,  sémiologie  2. Appareil  génital  féminin  :  techniques  d’exploration  et  résultats  normaux,  sémiologie  3. Appareil  génital  masculin :  techniques  d’exploration  et  résultats  normaux,  sémiologie 

×