Pv bosnie juillet2013

810 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
810
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pv bosnie juillet2013

  1. 1. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 1 Commission du secteur Bosnie lundi 1 Juillet 2013 (19h30 - 21h30) Synthèse p2 La commission de secteur p2 Les usages et réactions des habitants pendant la présence de la caravane p3 Synthèse des échanges durant la balade et à la caravane p7 Participants
  2. 2. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 2 Les commissions de secteur et quelques rappels sur le projet de quartier : ● Une commission pour chacun des 12 secteurs afin de donner la parole aux habitants Le projet du Blosne prendra la forme de deux ZAC (Zone d’Aménagement Concerté). La première a été créée en mars 2012 sur la partie Est du quartier. Le dossier de réalisation de la ZAC Est est en cours d'élaboration et sera validé à l'automne. Dans ce dossier, la ville donne les grandes orientations en ce qui concerne les infrastructures, les logements, les équipements : c'est une esquisse de programmation avec une préfiguration des nouvelles constructions. La durée de vie d'une ZAC est longue (10, 20...40 ans) : on ne commence pas partout en même temps. La mutation qui va concerner tout le monde est donc sectorisée en 12 secteurs opérationnels. Sur chaque secteur est créé une commission pour réfléchir ensemble : les élus, les professionnels avec les habitants. Aujourd’hui c’est la première réunion de la commission du secteur Hautes Ourmes, elle se fait sous forme de balade. D’autres réunions auront lieu tout au cours du projet :au moins quatre fois, dans l'idée de tester auprès des usagers les programmations (quelles constructions, qui les occupera …).On pourra aussi parler des questions de types de matériaux, du choix des architectes... Il y a la volonté de créer un groupe qui n'est pas institutionnalisé (bailleurs, habitant, associations, syndics...). Il y aura l’arrivée d'une centaine de logements par secteur. Rappels sur le projet de quartier Parmi les points à retenir dans l’Est du quartier, on note un grand espace de centralité place de Zagreb. On y trouvera : ● un conservatoire de musique (programmation plus définie dans quelques semaines) ● une halle d'équipement ● une rambla qui va de la halle jusqu'au Triangle, dédiée aux déplacements doux et doublée d'une voirie. C'est donc une centralité qui est renforcée d'Est en Ouest mais aussi du Nord au Sud avec la traversée de la place de Zagreb par le parc en réseau. Les usages du square par les habitants pendant la présence de la caravane La caravane a été présente pendant trois jours la semaine précédent la commission (du 24 au 26 juin). Une quarantaine de personnes se sont exprimées : un tiers d’enfants et deux tiers d’adultes. Les usages du square Observation de la vie quotidienne du square du Monténégro : ● les tables installées sur la pelouse sont utilisées par les jeunes et les moins jeunes ● le projet de nouvelle construction est bien accepté ● la valorisation des espaces verts est importante pour les habitants de Bosnie-Monténégro ● le chemin d’Herzégovine est très fréquenté, par les enfants mais aussi beaucoup par les assistantes maternelles.
  3. 3. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 3 Synthèse des échanges durant la balade et à la caravane I / Remarques sur le projet, à l’échelle du quartier: Les remarques sur le projet concernent les thématiques suivantes : les nouvelles constructions, les espaces verts et espaces publics, les voitures et le stationnement, la participation et la vie sociale. Réactions des usagers : ● Il y a des problèmes concernant les déchets : un matelas est resté un mois sur l’espace public. Réponse de F. Bourcier : C’est un point des plus problématique ici par rapport à la ville de rennes et à l’agglomération. On ramasse les ordures plus souvent ici qu’ailleurs. Il arrive souvent que des choses soient laissées à coté des poubelles et elles s’envolent. On distribue des sacs poubelles pour expliquer qu’il ne faut pas en acheter de plus grands car ils ne rentreront pas dans les poubelles. ● On aime utiliser le vélo or il n’y a pas de borne Vélostar. Réponse de F. Bourcier : On a multiplié par quatre le nombre de stations Vélostar dans la ville. Comme il y a cinq stations de métro dans le quartier, nous ne sommes pas prioritaires pour les stations Vélostar. J’ai proposé au quartier de la Poterie qu’ils passent avant nous pour les stations Vélostar mais je pense qu’il en faudrait à l'hôpital, et au métro Blosne. Etre en périphérie nous désavantage. Il y a un autre élément : dans ce qui nous sépare du centre-ville, il n’y a pas d’endroit évident où mettre une station Vélostar. Or, le système n’est pas fait pour faire de grandes balades, ça marche bien sur les petites distances, dans le centre. Il y a une réflexion sur les transports en commun sur les petites distances : il y a peut-être besoin de petits véhicules qui feraient des boucles dans le quartier. On essaiera de mettre ça en place au moins à titre expérimental. ● Il est sans doute coûteux de remplacer les parkings ? Réponse de F. Bourcier : On a fait un pré-bilan de ce que ça pourrait coûter sur les douze secteurs : toute l’infrastructure, les voiries, les parkings couteraient 70 millions d’euros dont 12 millions pour les parkings. C’est un investissement mais on n’a pas le choix si on veut conserver les espaces verts. Autant construire sur des espaces dégradés et peu utilisés en sous-sol. Aujourd’hui, les parkings sous dalles sont privés mais sur les dalles, l’usage public est reconnu, ainsi, la ville contribue à 60% des coûts d’entretien. Avec le projet, on va bien distinguer ce qui est du stationnement privé et ce qui est public. ● Quels sont les subventions de l’Europe, de l’Etat ? Réponse de F. Bourcier : On est en train de discuter pour être dans le programme de l’ANRU 2. Pour l’instant il n’y a pas de subventions de l’Europe, ni de l’Etat. Les recettes vont venir des ventes aux promoteurs. ● Quelle est la place des jeunes ? Y a t-il des agences d’interim, des régies de quartier ? Les jeunes s'ennuient, est ce que le projet n’est pas l’occasion de les impliquer plus ? Réponse de F. Bourcier : Il y a la question de l’accès à l’emploi, qui est liée à celle de la formation. Face à la précarité, la plupart se tournent vers les centres sociaux pour des stages, des offres d’emploi mais certains se tournent vers des trafics. Le secteur premier de l’emploi sur le quartier, c’est le bâtiment : on travaille sur des clauses d’insertion et sur la possibilité de faire construire par des entreprises locales. C’est complexe d'un point de vue réglementaire et légal. On va aussi amener d’autres emplois sur le quartier. Complément de A. Hache : Par exemple, Archipel publie dans leur journal les chantiers à venir : il faut essayer de faire un rapprochement entre les différents acteurs. ● Qu’est ce qui empêche le retrait rapide des voitures brûlées ? Réponse de F. Bourcier : Il faut passer par le système de l’identification de la voiture, puis par la police, les assurances... J’ai dénoncé le manque d’effectif de policiers sur le quartier : il y a quelques années, ils étaient trente-cinq, aujourd'hui ils sont quatre. On remet cette question sur le tapis quand on signe le CUCS (Contrat
  4. 4. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 4 urbain de cohésion sociale). D’ailleurs, le Blosne est le troisième quartier le plus sûr de Rennes rapporté au nombre d’habitants. Avant, les policiers repéraient les jeunes qui commençaient à aller mal, ils en parlaient aux parents, faisaient du sport avec eux. 2 / Remarques localisées sur le secteur de Bosnie-Monténégro : A/ Au niveau du chemin de Herzégovine : Présentation synthétique du projet Estel Rubeillon : Le projet consiste à faire passer le parc en réseau qui va des Hautes-Ourmes jusqu’à l’Allée du Gacet. Ici, il relie Galicie au jardin qui se trouve derrière le Triangle. Les peupliers vont être coupés et replantés. Il y a l’idée de créer des modelés dans les parterres de pelouse pour préserver l’intimité des rez-de-chaussée (au sud de villa de Moravie). On pourrait peut-être avoir des marches qui permettraient de passer directement du balcon du rez-de- chaussée à la pelouse. Ronan Désormeaux : C’est un problème général sur le quartier : au début de la construction du quartier on a mis des arbres qui poussent vite. Les peupliers ont une hauteur de R+10. Les gens qui ont planté les arbres ont bien pensé l’intégration du bâti mais aujourd’hui il faut les remplacer, probablement grâce à un plan progressif d’abattage et de remplacement. Il faut que ce plan prenne place dans un projet d’ensemble. Si on les laisse encore dix ans, les gens vont se plaindre des branches qui vont tomber. Réactions des usagers : ● En hiver il y a un problème d’éclairage pour relier la station de métro Blosne à la partie nord du secteur (villa de Moravie). On fait un détour par la rue de Hongrie pour rentrer chez nous. Réponse de R. Désormeaux : Le passage du parc en réseau va améliorer les relations entre les différents espaces et notamment l’éclairage. Le parc relie l’ensemble du quartier et est partagé par tous. Dans l’avenir il y aura des activités place de Zagreb : c’est important qu’il y ait un chemin sûr pour y aller. Complément de F. Bourcier : Le quartier est concerné cette année par le changement des lampadaires. C’est très important dans la réussite du parc en réseau. ● Pourquoi faut-il couper les arbres ? Réponse de R. Désormeaux : Ils ont une durée de vie de cinquante ans. Ce sont des “arbres à révolution rapide”. Les branches vont commencer à casser. On ne va pas attendre qu’ils soient vraiment vieux mais on va avoir une stratégie pour les remplacer au fur et à mesure. On en profite pour avoir un projet plus durable et peut-être avec plus d’essences d’arbres différentes. ● Quels seront les usages du parc en réseau ? Seront-ce des usages spécifiques ? Réponse de R. Désormeaux : C’est un véritable parc. Le quartier a été construit avec des voiries larges. L’idée est de calmer la voiture et d’en profiter pour y mettre le vélo. Le parc est un espace partagé, qui côtoie les espaces de proximité des pieds d’immeubles. Il pourra y avoir des concerts, des manifestations. Il y a déjà des gens qui courent sur le chemin du parc. L’idée est d’avoir des usages qui cohabitent. Le parc fera 35 hectares et 3 km de long. Le parc en réseau permet aux enfants d’aller à l’école, au collège. Il liaisonne les espaces. On multiplie l’offre urbaine en terme de nouveaux usages. Complément de F. Bourcier : Le parc relie l’ensemble du quartier et fait sortir de la logique de l’îlot. Dans le projet de départ, il y a des frontières, on a tout à 500 m de chez soi (commerces, école...). Entre l’école Guillevic et le citystade il y aura une ambiance sportive. Il pourrait y avoir des kiosques... B/ Au niveau de la nouvelle construction : Présentation synthétique du projet
  5. 5. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 5 Estel Rubeillon : Le projet est de construire un nouveau bâtiment qui ira de R+4 à R+6. Le bâtiment vient s’implanter sur le parking. Il y aura environ quarante logements. Il y aura une requalification du stationnement en souterrain et en aérien. Réactions des usagers : ● De quel coté sera l’entrée du bâtiment ? Réponse de Ph. Bodin: L’entrée, l’avant et l’arrière du bâtiment, seront définis avec le constructeur. Pour l’instant c’est une volumétrie. ● Quels types de logements seront dans ce bâtiment ? Réponse de F. Bourcier: On n’est pas encore à l’étape de programmation fixe. Pour l’instant le bâtiment n’est qu’une volumétrie. On choisira ensemble les architectes. A priori, on trouvera des appartements qui iront du T2 au T5. Ce seront des appartements en accession libre et en accession aidée. Aujourd’hui, à Rennes Métropole, les logements en accession aidées sont vendus à 2 000 euros par mètres carrés. Le neuf à Rennes vaut 3 800 euros par mètres carrés. Le prix de l’accession aidée restera en dessous de 3 000 euros par mètres carrés. De plus, si le Blosne reste dans une zone ANRU, on bénéficiera d’une TVA réduite. Depuis deux ans, dans l’ensemble des zones d’aménagement concerté, il y a 25% de logements à 2 000 euros du mètre carré TTC. Complément de Ph. Bodin: Il y aura des appartements à différents prix dans le même immeuble : on pourrait avoir différents niveaux de prix de vente. ● Vous parlez de bâtiment R+6. vivre au dessus de R+4, ce n’est pas bien, ce n’est pas agréable, autant pour ceux qui vont y habiter que pour ceux qui sont en face. Pourquoi monter au lieu de construire un peu plus et moins haut ? Réponse de F. Bourcier : Les typologies de bâtiments qui vont être construits dépendent du contexte : au Strat par exemple, on fera des maisons. On peut très bien habiter dans des hauts immeubles. Dans les nouveaux bâtiments, on n’a pas les problèmes d’isolation phonique entre les voisins : on peut vivre haut sans entendre ses voisins. De plus, on bénéficie d’une belle vue, sur la campagne ou sur la ville, quand on est en hauteur. On sait aujourd’hui faire des immeubles de grand standing. C/ Au niveau de la place du Monténégro : Présentation synthétique du projet F. Bourcier : On débutera les travaux de l’aire de jeux le 17 juillet. Ce réaménagement du square est parti d’un certain nombre de constats des parents qui aiment beaucoup moins la toile d’araignée que les enfants. Contrairement à ce que l’on peut croire, ce jeu est très sécurisé, mais il paraît tout de même normal de changer les jeux assez régulièrement. Il y a aussi la question des déchets qui sont laissés à coté des poubelles et qui s’envolent vers l’aire de jeux quand il y a du vent. Dans le projet, il y aura une protection (murets). Des choses ont déjà été installées comme les tables de pique- nique. Il y aura peut-être un barbecue un peu plus loin. En ce qui concerne les jeux, il y a eu un vote des habitants. Il y aura des jeux pour des enfants de différents âges. Les enrochements présents autour de la toile d’araignée sont dangereux car les enfants sont dessus et peuvent débouler sur la route : les voitures qui passent ne les voient pas arriver. Ces enrochements seront enlevés. F. Pluche : On va commencer en septembre une rénovation thermique. On commence par les tours 1 et 2 place du Monténégro en septembre, puis les tours 9 et 10 square de Bosnie suivront en 2014. Grâce à une isolation par l’extérieur et le remplacement des menuiseries, on arrivera quasiment à un niveau BBC réhabilitation (bâtiment basse consommation réhabilitation). Les halls seront aussi refaits. Complément de F. Bourcier : Il y a un gros travail de rénovation dans le projet urbain, on ne s’occupe pas que du neuf. Tout ce qu’on a évoqué sur l’espace public fait aussi partie du projet urbain.
  6. 6. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 6 Réactions des usagers : ● On a pu recueillir le sentiment des habitants. Ils sont très contents que ça change, ils avaient le sentiment d’être abandonnés. ● Combien y-a-t’il d’habitants dans ces quatre tours ? Réponse de F. Pluche : Il y a 221 logements donc on peut estimer qu’il y a environ 750 habitants. ● Comment assurer une mixité d’usage au pied des immeubles ? Réponse de F. Pluche : Quand on rénove on pense toujours aux pieds d’immeubles, notamment parce que les logements en rez-de-chaussée posent des problèmes. Il faut qu’il y ait une demande de la part de structures pour s’installer mais on y pense toujours. Ici, il y a des locaux collectifs en rez-de-chaussée. D’ailleurs, ici, les accès aux rez-de-chaussée sont bloqués (différence de niveaux..), or pour installer une activité, il faut pouvoir avoir une entrée séparée : ce n’est pas facile. ● Aura-t-il des compteurs de chaleurs individuels pour chaque logement ? Réponse de F. Pluche : Les radiateurs et le système de chauffage ont déjà été rénovés. Les immeubles ont des compteurs individuels (par immeuble) mais on ne va pas aller jusqu’aux compteurs individuels au logement. ● Y a-t-il des garanties, des certificats, de la part des constructeurs de la baisse future de la consommation d’énergie ? Réponse de F. Pluche : Les prévisions sont théoriques, pour l’instant ce sont des calculs. Espacil s’engage à venir vérifier les baisses de consommation dans les prochaines années. ● Quel sera l’aspect extérieur ? Réponse de F. Pluche : Le système sera le même que celui des tours noires et blanches de la place de Prague mais les couleurs ne sont pas encore définies. D/ Au niveau du passage du parc en réseau sur le parking : Présentation synthétique du projet F. Bourcier : Le projet modifie la place de Zagreb : il y aura le conservatoire de musique au bout de la place. Il y aura aussi la Rambla, pour les deux roues et les piétons, ainsi que pour les véhicules de sécurité. On essaie d’apaiser la circulation. R. Désormeaux : Il faut imaginer la future place de Zagreb. A terme, elle sera très urbaine, avec des activités, des commerces. Le parc en réseau passe en travers depuis l’école Guillevic pour la rejoindre. Le devenir de ce parking (parking situé Bd de Yougoslavie) est aujourd’hui indéfini. Il faut qu’on trouve un bon projet pour cet espace là. Une halle est prévue sur l’autre parking (Galicie). La Rambla ira de cette halle jusqu’au Triangle. Il y a tout un travail sur les usages. Aujourd’hui, les gens qui vont au Triangle n’ont pas d’espace extérieur pour les accueillir. Il faut faire en sorte que ça vive. Le plan guide du projet urbain est évolutif : il y a des zones qui ne sont pas encore définies et pour lesquelles on va trouver des réponses dans le temps. Réactions des usagers : ● On fait du structurant à long terme. Il faut sacrifier quelques millions d’euros pour les parkings, mais mettre des places de stationnements en front de rue ce n’est pas une solution. Réponse de F. Bourcier : On essaie de recréer des fronts de rue. Les stationnements en front de rue permettent de séparer les trottoirs de la circulation.
  7. 7. Iaur-Audiar Commission de secteur 06 Bosnie /réunion N°1– 1 juillet / Compte rendu / 7 Participants Habitants/usagers du secteur : Marie-Claude Gervaise (propriétaire) Josette Bondu (propriétaire) Alenka Doulain (propriétaire) Ruth Bachmann (propriétaire) Vincent Doulain (propriétaire) Dominique Elysee (locataire) Franck ? (locataire) Yvette Demay (locataire) Jacques Legris (propriétaire) Nadia Lohyac (locataire) Association : Hervé Guillotel (Centre social) Mona André-Burato (Centre social) Bailleur : Franck Pluche (Espacil) Céline Plaisant (Espacil) Paysagiste : Ronan Desormeaux (agence de paysagisme Desormeaux) Elu : Frédéric Bourcier (élu de quartier) Professionnels : Philippe Bodin (chargé d’opération) Marie-Paule Lissiliour (directrice de quartier) Animateurs : Gilbert Gaultier (IAUR) Estel Rubeillon (IAUR) Annaïg Hache (Audiar) Nina Lemaire (IAUR) (prise de notes) Marie Chapron (AUDIAR)

×