SlideShare une entreprise Scribd logo
TPE

ère
1

L/ES Blanche

e
hach
il
d Ba
r
e
doua
E
nglé
lo
n De
t
amie
D
émo
l
ce G
nstan
Co

Dans quelle mesure l’argent peut être un
facteur de bonheur ?
Som
m

aire

!  Intr

o
géné duction
!  L’ar rale et présenta
tion
du bgent, fac
onhe teur
impo
ur
!   Am
rtant
ène
dif
vie

! 

féren

ts élé
Le se
men
ts de
ntim
augm
ent d
ente
avece bien-ê
Le b
tr
le s r
even e
diffé onheur,
us
rente un é
s infl tat au
!  Les
ue n c x
autre
es
s fac
!  Le
teurs
para
du b
doxe
Stati
onhe
d’Ea
stiqu
ur
sterl
dém
es et
in
o

! 

! 

nstra
tions
En c
mais

es te

m ps

auss
i

de c

rise

Intro
duct
io

n

écon
polit
Pren
omiq
ique
d d’a
ue
, cett
utan
e qu
équa
t plu
estio
s de
tion
n
qui à
sens
. C’e
les é
toujo
st ce
cono
urs f
tte
mist
ascin
Est-c
es et
é et
e qu
autre
divis
e l’a
é
s son
rgen
deur
t app
s:
orte
Dans
le bo
quel
nheu
le m
r?
du b
esur
onhe
e l’a
rgen
ur ?
Pour
t est
quoi
un fa
en e
cteu
Com
st-il
r
un ?
men
t agi
t-il s
ur le
mora
l de
l’ind
ividu
?
Prés
enta
tion
géné
rale

L’ a rg
cour e n t e s
f orm ant la m t , d a n
scrip es, div onnaie s l e l a
mon turale o isionna sous tou n ga ge
chac étaires, u encorire, fidu tes ses
p e u un au s c'est la e les ag ciaire,
imm t d i s pens larg riche régats
ss
édia
e
te. o s e r d , celle d e de
e m
on
a n i è t il
Le b
re
onhe
subj
ectiv ur est
peu
t c o e, mai une n
co m
me u u r a m ms néan otion p
satis
facti n état m e n t l amoins lus
l’ind
o
o
i v i d n, un ét oral, du d é f i n i n
souff
ranc u , é q u at agré rable r
le tro
uble e, le stre i l i b r é , able po de
ss, l'i
en g
d ' o ù ur
n
énér
al so quiétud l a
nt ab e et
sents
.
L’arg
ent, f
acteu
impo
r
rtant
du
bonh
eur

Il ap
po r t
e dif
esse
féren
ntiel
tes c
les à
hose
la vie
en so s
ciété
:
Confort
matériel

Confort psychologique

Soutien moral

Soutien
informatif
Soutient évaluatif
Soutien matériel

Libertés
r t ma
térie
l
Conf
o

Un logement agréable
par exemple, dans un
lieu qu’on a choisi, avec
des équipements pour
la détente tous les
jours, qui apporte une
certaine sérénité.
Un environnement
personnel propice à la
sérénité.
ue
logiq
ych o
rt ps
Con
fo

Un confort psychologique,
car des difficultés liées à
l'argent ne sont pas
envisagées, ce qui apporte
une situation financière
stable, sans soucis de
manque éventuel, ou
d'insécurité.
ation
Sout
ien
d’inf
orm

Comme par la présence
d'un comptable par
exemple, service auquel
une personne moins
aisée financièrement n'a
pas la possibilité
d'obtenir.
ral
n mo
Sout
ie

Un coach personnel, ou
encore un thérapeute,
sont des aides
psychologiques
seulement
envisageables si la
personne dispose de
moyens financiers assez
importants pour
satisfaire ce soutien.
l
n ma
térie
Sout
ie

Du personnel
d’entretien, de service
à la personne, qui
financièrement sont
plus accessibles aux
plus aisés.
Sout
ien
d’év
alua
tion

Comme un médecin
spécialisé qui avertit
sur les risques liés à la
santé lors d'une
consultation, ce qui est
impossible si les
moyens financiers ne
sont pas assez
satisfaisants pour
obtenir cette aide.
Libertés
En tout premier lieu, l’argent apporte le choix. Pour beaucoup de choses, ce qui est une
grande liberté. Comme le choix du lieu de résidence.
Les prises de risques financières (investissement, entrepreneurs) sont moins dangereuses,
car on dispose de ressources en réserve.
Vivre selon ses désirs et non ses besoins, c'est à dire que, tous les besoins étant pleinement
satisfaits, la personne peut s'autoriser de satisfaire ses désirs et ses envies.
Liberté dans la vie privée, comme par exemple avoir le nombre d'enfants désirés, sans avoir
à se soucier d'une éventuelle limite financière qui bloquerait le désir d'enfants et bloquerait
en quelque sorte l'individu dans sa vie familiale.
Il y a moins d’appréhension du futur, pas d’inquiétude concernant les perspectives d’avenir
sur le plan financier.
Sortir des contraintes temporelles de la vie quotidienne: un individu aisé à la possibilité
d'éviter une routine monotone en partant en voyage par exemple, ce qui libère l'individu
d'habitudes désagréables et répétées.
Le sentiment de bien-être augmente en même temps que les
revenus
Pour évaluer la satisfaction des gens sur leur vie, on peut utiliser des facteurs
subjectifs : les études dans lesquelles on leur demandera leur avis sur la question.
Pour savoir si «  L’argent fait le bonheur  » comme il est communément dit, il suffit
ensuite de mettre les deux en relation : argent et bonheur, en demandant à ces
sondés leur revenu mensuel.
Ainsi, on peut savoir si les gens qui se disent « Satisfaits de leur vie » sont aussi ceux
qui gagnent le plus, ce qui viendrait corroborer la théorie.
On s’aperçoit aussi que :
Aussi considérés comme tels par leurs
parents et amis
Réagissent mieux au stress
Se rappelleront sans doute plus volontiers les
événements positifs
Souriront davantage
Vivront plus longtemps en risquant moins de
souffrir de dépression
Ont moins peur de
perdre leur emploi
Revenus supérieurs à 5000€ par mois
Le bonheur est un état qui est
influencé par d’autres facteurs
Loisirs

Argent

Temps
Libre

Âge

Météo

Bonheur
Santé

Relations
sociales
Peur de perdre son
emploi

Métier qui plaît

Travail
Facteurs
Voici
de la un exemp
r
l
de l’ épartitio e
in
n
chaq fluence
de
u
sur l’ e facteur
é
bonh tat de
e
varia ur, qui es
b
t
l’ind le selon
iv
qui e idu, mai
s
n
rapp général
Métier
roch
se
e de
ordre
qui plait
cet
de p
riori
7%
té.

Météo
4%

Âge
4%

Argent
16%

Santé
16%

Travail
11%
Peur de
perdre son
emploi
7%

Loisirs
14%

Relations
sociales
14%

Temps
libre
7%
Sant
é

Le f a
moin cteur sa
très s néglig nté est
(vari grande eable, i l’un des
mais able sel influenc l a une
chez néanmoon les ine
bonh chacun ins imp dividus
mais eur. Un ) sur l’é ortante
t
incu atteint individu at de
heur rable se d’une m riche,
et en eux qu’ura bien aladie
exem bonne n indiv moins
santé ple ext santé. D idu rich
le fa domin rême, le ans cet e
e
plus cteur arg tellem facteur
e
d’inf
luen ent n’a p nt que
ce.
resq
ue
Parto
ns d’
un é
l’exe
mple tat d’éq
l’arg
ent p , la part uilibre.
D
d’inf
ar ra
luen ans
ppor
c
le bo t à la sa e de
nté s
nheu
ur
r dim
inue
:

Etat d'équilibre

Argent

Santé

Exemple

Argent

Santé
Rela
ti

ons s
ocial

es

Notr
e en
toura
rela
tions
ge. E
n ef f
rôle
soci
et le
impo
ales
s
cha
rtant
joue
que
nt un
dans
ent
i
o u r n d i v i d la vie de
u. N
amo
age
o t re
u
am
fami r e u x
ica
mai
lial
l,
perm
d'in
s a
d iv i
d u s et à bea u s s i
mieu
ucou
de
x. Ils
p
se s
en
sont
sach
enti
plus
ento
ant
heur r
urés
qu'i
eux
leurs
e
l
actio t soute s s o n t
nus
ns au
dans
quot
idien
.
Trav
ail

Le t
impo ravail
stres rtant, n est aus
altèr s qu'il p otamme si un
obje e le bi rovoque nt à ca facteur
e x e ctif , ou êen-être. ou non use du
stres m p l e . tre patr La ven , et qui
ses osante, c L a p r on de P te par
sont bjectifs ar si on e m i è r ME par
patro emplo on a pene réali e e s t
s o n n qui c i. De m ur de pse pas
temp e n t re p raint po ême p erdre
méti s de cr r i s e, n ur la su our le
auss er qui ise. Le f o t a m m ervie de
i m p i consid plaît à ait de f n t e n
man o r t a n t , éré com l’indiv aire un
ière
i
évid p u i s q u me un f du est
a
ente
’
sur l i l j o u ecteur
e bo
nheu d e
r.
Loisi

rs

Les
facte l o i s i r s
 
repo ur aussi  c o n s t i t
: se d
ser, s
ue
de
tout 'amuser étendre u n
,
bon
 
h e u cela inf : l’équilib se
poss
r. U
l
édan
n e ue sur re
loisi
r s s t d e s p e r s o n le
qu'u
n e e por te temps n e
temp
pers
ra m d e
temp s au trav o n n e t i e u x
savo s libre. ail et do o u t l e
i
mêm r qu'ils Les gens nc sans
rien, e parfoi ont du aiment
s s'il
cela
t
s n'e emps,
le s r
assu
re. n font
Facte
urs m

ineu
rs

La m
réell é t é o ,
cara ement p m ê m e
pleu ctère de rouvé, s i c e
cont t, les g chacu elle peu n ' e s t
hum ribue à ens vonn. Par e t modifi p a s
imm eur. Il s les rendt plus rxemple, er le
se dédiat. A ’agit ici re de mâler ce si il
resse istingueinsi deu d’un b oins b qui
moti nti par nt  : le x types onheur onne
factevé (ou l’individ bonheude bonh plus
auss urs varjusteme u sur l’ r immé eurs
qui i les au iables nt attén instant, diat,
(san dépend tres  ; et et pon ué) par plus
té, so
ct
le
d
cial, e facteu bonheuuels, mdes
Il y
trava
a
r
a au
il). rs plus c durableis
qu'on
ssi
onsta ,
appo a acc la réus
nts
est g rter du ompli d site de
étud énérale bien-ê ans no chacun
notrees cons ment vi tre. Cet tre vie . Ce
titue
sé
pe
o
vie.
l'acc au débbjectif q ut
omp
lisseut de noui
men
s
t de
Le p
arad
oxe
d’Ea
sterl
in

Cette
expl théorie d
iq
e
pas l ue pourq Richard
’u
E
u
Sans nique co oi l’arge asterlin
n
n
p
facte rendre e stituant d t n’est
u
n com
u
élém rs, elle u
pte l bonheur
tilise
e
d’au es autres .
d’ex nts
tres
plica
tions
.
in
Rich
ard E
aster
l

Né e
n
le Ne 1926 à R
id
w Jer
un é
sey, R gefield
c
P
profe onomiste ichard E ark dans
as
s
a
théo seur d’é méricai terlin es
n
r
c
t
être  icien de onomie, ,
« l’éc
».
e
onom t
Il est
ie du
l
porte e créateu
bien
r du
son p
expl
para
ropre
ic
nom doxe qu
théo ations le
i
rie d
s plu , une d
es
e la c
s con
arge
o
n
nt et
bonh rrélation ues sur l
a
eur.
entre
Ce p
a
1974 radoxe à
par l
é
es re té démo
cher
ches ntré en
d’Ea
sterl
in
arad
oxe
Le p
PIB par habitant (Etats-Unis)
Satisfaction moyenne des habitants (Etats-Unis)
Pour
E
évid asterlin
, q ui
e n ce
l’a m
, une
socié
is en
fois q
té a a
seuil
u'une
ttein
de r i
t un
certa
pour
ches
suite
se, la
in
déve
de so
lopp
eme n
est s
nt éc
ans i
onom
nflue
l'évo
n
lutio
ique
n du ce sur
moye
bien
n de
-être
sa po
C’es
pula
t ici i
tion.
llustr
grap
é pa
hiqu
r le
e.
Le re
venu

relat
i

f

C’es
t do n
pers
onne c en ef f e
fortu
nées s les plu t les
h e ur
s
euse qui sont
qu’e
lles gs, non pa
en p
s par
agne
l
autre us, mais nt de pl ce
us
parc
s ne
c’est
e qu
gagn
le re
ent p e les
venu
C'es
relat as plus,
t don
if .
relat
c ce
if , et
prog
non revenu
de p ression, sa
qu'il
rend
conv
re en
ient
com
pte.
Rem

ise e
n cau
du p
se
arad
oxe.

En 2
Wo l 008, Be
l’uni f e r s , d tsey St
une versité e u x é evenson
le paétude d de Penn c o n o m et Jus
donn radoxe ans laqu sylvani i s t e s tin
Ils e ées réc Easterli elle ils re publied e
d é m n conc entes e n en ut éévalue nt
l ’ a u o n s t r a luent, c t du mo ilisant d nt
clair g m e n t a t i o n d ontraire nde ent es
bonhement t i o n d ’ E a s t e ment à ier.
l
dans eur, lesiée à l e s re v r l i n , q la
deux ’augme e n u s u e
é t u d tous
augm e m o les pay distinctntation e s t
mais ente mn t r e q s. Leur ement, du
u
n o u v et
en m qu’il a oins vite e l e
e
relat ême te ugmente que le b o n h e lle
chez if déter mps. Po nt tous s reven u r
un in mine
ur e
les d us,
divid l’ind ux le
e
ice d
u.
reve ux
e bo
n
nheu u
r
Stati
stiqu
dém
es et
onstr
ation
s

Dans
expo cette par
tie se
sées
diffé
e
rente t expliq ront
uées
sujet
s étu
les
des s
et qu
répo
ur le
i per
ndre
mett
ent d
prob
à la
e
léma
tique
.
Les plus riches plus heureux
Non, pas du tout
Hauts
revenus
Bas
revenus

Diriez-vous que vous
êtes heureux dans votre
vie ?

1,8 %

4%
22,5
%

14 %

18
%

Autres

Dans les 4% de français qui se
considèrent « Pas du tout heureux »,
22,5% d’entre eux sont des bas
revenus, et seulement 1,8% sont des
hauts revenus.
Source : sondage BVA 2013. Données Brutes mises en forme avec
Microsoft Excel.

63
%
Oui, tout à fait
Oui, plutôt
Non, plutôt pas
Non, pas du tout
onhe
ur
mon
dial

Le b

Extrait de « Economic Growth and Subjective Well-Being: Reassessing the Easterlin Paradox »
(Betsey Stevenson, Justin Wolfers), 2008.
Sur l
plac e graph
de b és en fo ique, les
pays onheur nction d pays so
Guat le plus et de leue leur in nt
les E emala ( heureux r PIB. A dice
G
tatsi
Unis TM), et est le nsi le
On o
(USA le plu
bser
).
s ric
riche
ve q
he
heur (Etats- ue le p
le 2 e eux, queUnis) es ays le p
Plus moins r le moi t le 3 e p lus
plup général iche. ns heurelus
ux e
cent art des ement, o
st
re : p pays
n voi
le bo
nheulus ils so suit la li t que la
q ue l
ques r augm nt riche gne au
Bulg
arie excepti ente. Il n s et plu
(BGR
ons c
’y a q s
).
omm
e la ue
Bette

r Life

Inde
x

Le Be
ligne tter Life
aux h ) de L’O Index
class abitant CDE, lu(toujour
plus er selons de diff i, dema s en
qui s a leur b ce qui érents pnde
Emp ont Log onheur particip ays de
Envi loi, Lien ement, Rles facte e le
civiqronnem s sociau evenu, urs
e
trava ue, Sécu nt, Eng x, Educa
pays il-vie. E rité, Sanagemen tion,
arriv , ce son n moyen té, Equ t
plus ent en pt les rev ne de t ilibre
(noto heureux remier. enus qu ous les
riche ns auss , les Eta Le pays i
com du mo i que c’e ts-Unis le
n
bonhme prem de), pla st le pl
u
eur,
c
les rière conde lui au s
even
s
us. ition au si
Capture d’écran du site de l’OCDE « Better Life Index »
(Indicateur du vivre mieux) le 25 janvier 2014.
Effet

de se

uil

Source : Etude Gallup, Daniel Kahneman et Angus Deaton.
Données brutes mises en forme avec Microsoft Excel.

Echelle
de notation

9,5
9
8,5
8
7,5
7
6,5
6
5,5
5
4,5

Bien-être
quotidien
Impression
de bonheur

Revenu annuel

20 40 60 80 100 120 140 160

(en milliers)
Nous avions distingué deux types de bonheur : le
bonheur immédiat et le bonheur durable. On
observe sur le graphique que le bonheur
immédiat (le bien être quotidien) à tendance à
augmenter avec les revenus, mais de moins en
moins, jusqu’à atteindre un effet de seuil. Après
80 000 euros par mois, l’augmentation marginale
du bonheur immédiat est très faible jusqu’à se
stabiliser complètement.
Ce phénomène est dû au fait qu’après un certain
niveau de revenu, on s’habitue à la richesse, et
aux choses que nous apporte l’argent. On
appelle cela le tapis roulant hédonique.
Reve
nu N
satis ational
facti
Brut
on g
et
énér
ale

On voit sur le graphique que le revenu à
augmenté depuis 1975, et que le bonheur,
est resté constant (entre 70 et 80%. C’est le
fameux tapis roulant hédonique : les gens se
sont habitués à leur niveau de vie plus haut
et n’en retire donc aucun bonheur
supplémentaire.
tre s
e lo n
l’âge

Bien
-ê

Cette étude met en évidence un autre facteur de bonheur : l’âge. La
satisfaction en fonction du revenu est aussi influée par l’âge :

Extrait de « Le bonheur attend-il le nombre des années ? » (Cédric Afsa, Vincent Marcus), étude Insee et Eurobaromètre de 2011.
Rapp
or t s
bonh
eur m ur le
ondi
al

Le R
publ apport s
New ié par l' ur le bo
Jona York, à universi nheur m
than
é
té
Hull.té cartog Columondial,
raph bia d
ié pa e
r
Si l’o
n sup
s’ape
er
heur rçoit qupose ce
Candeux com e les pas deux c
exac a, L’Eur me Les ys les p artes, o
n
sont tement ope, l’A Etats-U lus
mêm les plus les mêm ustralie nis/
moye e a des riches. es que , sont
égal nneme degrés Cela ce ceux qu
(Pay ement lent heure divers : confirm i
e
sont s pétroli s moye ux sont les
Tout donc le ers). Le nnemen
colo e, l’Asie s moins s moins t riches
rée s
r
h
e
ur le st uniforiches au eureux
ss
s deu
m
x car ément i.
tes.
Argent comptant, argent content
! 

Econ
Paradomic G
rowt
ox

h and

Bibli
ogra
com
plém phie
enta
ire

(Bets

Subj
ectiv
e

Well
-Bein
ey St
even
g: Re
! 
http:
so n ,
asse
//use
ssing
Justin
Le b
rs.nb
onhe
the E
Wolf
ur at
er.or
aster
ers)
tend
:
g/~j
lin
-il le
wolfe
nom
rs/Pa
(Céd
bre d
ric A
pers
http:
es an
fsa, V
/Eas
//ww
terlin
incen
nées
w.ins
Para
t Mar
?
! 
ee.fr
dox.
cus)
/fr/ff
Bette
pdf
:
c/do
r Life
cs_ff
Inde
c/ref
x de
/FPO
l’OC
RSO
! 
DE :
C08n
Etud
.PDF
e BV
A 20
http:
13 :
//ww
w.oe
http:
cdbe
tterli
fichi //www.b
feind
er_b
_les_
va_p va.fr/da
ex.o
franc
rg/fr
ta/so
our_
le_m
/
ais_e
ndag
!  R
o n de
t_lav
e/so
enir8
ndag
_appo
e_fic
5ad7
rt su
he/1
.pdf
r le b
304/
onhe
http:
ur m
//ww
%20
ondi
Happ w.earth
al pa
r l’Un
iness .colu
%20 mbia
ivers
Repo .edu
ité d
e Ne
rt.pd /sitef
w Yo
iles/
! 
f
rk :
file/S
Cart
achs
ogra
%20
phié
Writ
par J
ing/2
onat
012/
han H
Worl
ull :
d
http://
visuali
zing.o
rg/vis
ualiza
tions/
mone
y-buy
s-hap
pines
s

Contenu connexe

En vedette

Présentation Microsoft CRM Computerland
Présentation Microsoft CRM ComputerlandPrésentation Microsoft CRM Computerland
Présentation Microsoft CRM Computerland
ComputerlandBelgium
 
Produire contenu-animer-site-internet
Produire contenu-animer-site-internetProduire contenu-animer-site-internet
Produire contenu-animer-site-internet
carolinebenoist17
 
Présentation slideshare - 05.02.2014
Présentation slideshare - 05.02.2014Présentation slideshare - 05.02.2014
Présentation slideshare - 05.02.2014
Marion Yon
 
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégienBibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
stilkr
 
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
purprojet
 
La forêt; c'est la vie
La forêt; c'est la vieLa forêt; c'est la vie
La forêt; c'est la vie
purprojet
 
Présentation slideshare
Présentation slidesharePrésentation slideshare
Présentation slideshare
Marion Yon
 
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet yohan seror
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet  yohan serorCordonnerie Seror - Ressemelage complet  yohan seror
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet yohan seror
WEB4 SA
 
Présentation programme ERP
Présentation programme ERPPrésentation programme ERP
Présentation programme ERP
lxn001
 
Vocabulaire des sentiments1
Vocabulaire des sentiments1Vocabulaire des sentiments1
Vocabulaire des sentiments1
malakaccaoui
 
Comment se développer grâce aux médias sociaux
Comment se développer grâce aux médias sociauxComment se développer grâce aux médias sociaux
Comment se développer grâce aux médias sociaux
Add Online
 
Ofamay.Backend.Report
Ofamay.Backend.ReportOfamay.Backend.Report
Ofamay.Backend.Report
Mohamed HOSNI
 
Regie Télédistribution de Dalem
Regie Télédistribution de DalemRegie Télédistribution de Dalem
Regie Télédistribution de Dalem
regietv
 
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
Sébastien Rabaud
 
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015marchCOMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
ComputerlandBelgium
 
Namaa.APA.Report
Namaa.APA.ReportNamaa.APA.Report
Namaa.APA.Report
Mohamed HOSNI
 

En vedette (16)

Présentation Microsoft CRM Computerland
Présentation Microsoft CRM ComputerlandPrésentation Microsoft CRM Computerland
Présentation Microsoft CRM Computerland
 
Produire contenu-animer-site-internet
Produire contenu-animer-site-internetProduire contenu-animer-site-internet
Produire contenu-animer-site-internet
 
Présentation slideshare - 05.02.2014
Présentation slideshare - 05.02.2014Présentation slideshare - 05.02.2014
Présentation slideshare - 05.02.2014
 
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégienBibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
Bibliographie sélective du livre 101 ans de cinéma norvégien
 
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
Dhamma Rakhsa "La nature est le remède"
 
La forêt; c'est la vie
La forêt; c'est la vieLa forêt; c'est la vie
La forêt; c'est la vie
 
Présentation slideshare
Présentation slidesharePrésentation slideshare
Présentation slideshare
 
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet yohan seror
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet  yohan serorCordonnerie Seror - Ressemelage complet  yohan seror
Cordonnerie Seror - Ressemelage complet yohan seror
 
Présentation programme ERP
Présentation programme ERPPrésentation programme ERP
Présentation programme ERP
 
Vocabulaire des sentiments1
Vocabulaire des sentiments1Vocabulaire des sentiments1
Vocabulaire des sentiments1
 
Comment se développer grâce aux médias sociaux
Comment se développer grâce aux médias sociauxComment se développer grâce aux médias sociaux
Comment se développer grâce aux médias sociaux
 
Ofamay.Backend.Report
Ofamay.Backend.ReportOfamay.Backend.Report
Ofamay.Backend.Report
 
Regie Télédistribution de Dalem
Regie Télédistribution de DalemRegie Télédistribution de Dalem
Regie Télédistribution de Dalem
 
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
Sécurité de l'information - Nouveaux enjeux - [SCASSI] [2009]
 
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015marchCOMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
COMPUTERLAND Belgium MICROSOFT CRM - presentation- 2015march
 
Namaa.APA.Report
Namaa.APA.ReportNamaa.APA.Report
Namaa.APA.Report
 

Similaire à Argent comptant, argent content

ADOLESCENCE
ADOLESCENCEADOLESCENCE
ADOLESCENCE
asbl darna
 
Monitoring 5
Monitoring 5Monitoring 5
Monitoring 5
hugo3933
 
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
Equipe12SkemaParis
 
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
ADESS29
 
Contribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheurContribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheur
francoislietta
 
Art thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifsArt thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifs
Christelle Moreau
 
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdfLanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
Ombotimbe Salifou
 
News Averoess
News AveroessNews Averoess
News Averoess
JCTAIEB
 
edition 2012
edition 2012edition 2012
edition 2012
Med Amine Hmani
 
Newsletter muzac magazine décembre 2016
Newsletter muzac magazine   décembre 2016Newsletter muzac magazine   décembre 2016
Newsletter muzac magazine décembre 2016
Redaction InfosCaraïbes
 
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
Sylvie Timmers
 
Upline yearly 2016
Upline yearly 2016Upline yearly 2016
Upline yearly 2016
SERVICE_bis
 
Num ro 4 automne
Num ro 4 automneNum ro 4 automne
Num ro 4 automne
Halbarad65
 
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemalyPresentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
Rita Chemaly
 
Liste des ateliers conférences
Liste des ateliers conférencesListe des ateliers conférences
Liste des ateliers conférences
Institutfrase
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
Miloé Santé
 
Palabre 32 engagement
Palabre 32 engagementPalabre 32 engagement
Palabre 32 engagement
boprat
 

Similaire à Argent comptant, argent content (20)

ADOLESCENCE
ADOLESCENCEADOLESCENCE
ADOLESCENCE
 
Monitoring 5
Monitoring 5Monitoring 5
Monitoring 5
 
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
La viande a-t-elle sa place dans l'alimentation durable ?
 
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
Parcours local d'accompagnement en Finistère - 2015
 
Contribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheurContribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheur
 
Art thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifsArt thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifs
 
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdfLanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
Lanalyse des données (Boruche J.-M., Saporta G.) (z-lib.org).pdf
 
News Averoess
News AveroessNews Averoess
News Averoess
 
edition 2012
edition 2012edition 2012
edition 2012
 
Newsletter muzac magazine décembre 2016
Newsletter muzac magazine   décembre 2016Newsletter muzac magazine   décembre 2016
Newsletter muzac magazine décembre 2016
 
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
Conférence ICF Synergie - Sylvie Timmers - L'intelligence somatique, un levie...
 
Upline yearly 2016
Upline yearly 2016Upline yearly 2016
Upline yearly 2016
 
Nouvelle caledonie
Nouvelle caledonieNouvelle caledonie
Nouvelle caledonie
 
Num ro 4 automne
Num ro 4 automneNum ro 4 automne
Num ro 4 automne
 
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemalyPresentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
Presentation foi-et-lumiere-handicap-et-sexualite-par-rita-chemaly
 
Congo
CongoCongo
Congo
 
Congo
CongoCongo
Congo
 
Liste des ateliers conférences
Liste des ateliers conférencesListe des ateliers conférences
Liste des ateliers conférences
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
 
Palabre 32 engagement
Palabre 32 engagementPalabre 32 engagement
Palabre 32 engagement
 

Argent comptant, argent content

  • 1. TPE ère 1 L/ES Blanche e hach il d Ba r e doua E nglé lo n De t amie D émo l ce G nstan Co Dans quelle mesure l’argent peut être un facteur de bonheur ?
  • 2. Som m aire !  Intr o géné duction !  L’ar rale et présenta tion du bgent, fac onhe teur impo ur !   Am rtant ène dif vie !  féren ts élé Le se men ts de ntim augm ent d ente avece bien-ê Le b tr le s r even e diffé onheur, us rente un é s infl tat au !  Les ue n c x autre es s fac !  Le teurs para du b doxe Stati onhe d’Ea stiqu ur sterl dém es et in o !  !  nstra tions
  • 3. En c mais es te m ps auss i de c rise Intro duct io n écon polit Pren omiq ique d d’a ue , cett utan e qu équa t plu estio s de tion n qui à sens . C’e les é toujo st ce cono urs f tte mist ascin Est-c es et é et e qu autre divis e l’a é s son rgen deur t app s: orte Dans le bo quel nheu le m r? du b esur onhe e l’a rgen ur ? Pour t est quoi un fa en e cteu Com st-il r un ? men t agi t-il s ur le mora l de l’ind ividu ?
  • 4. Prés enta tion géné rale L’ a rg cour e n t e s f orm ant la m t , d a n scrip es, div onnaie s l e l a mon turale o isionna sous tou n ga ge chac étaires, u encorire, fidu tes ses p e u un au s c'est la e les ag ciaire, imm t d i s pens larg riche régats ss édia e te. o s e r d , celle d e de e m on a n i è t il Le b re onhe subj ectiv ur est peu t c o e, mai une n co m me u u r a m ms néan otion p satis facti n état m e n t l amoins lus l’ind o o i v i d n, un ét oral, du d é f i n i n souff ranc u , é q u at agré rable r le tro uble e, le stre i l i b r é , able po de ss, l'i en g d ' o ù ur n énér al so quiétud l a nt ab e et sents .
  • 5. L’arg ent, f acteu impo r rtant du bonh eur Il ap po r t e dif esse féren ntiel tes c les à hose la vie en so s ciété :
  • 8. r t ma térie l Conf o Un logement agréable par exemple, dans un lieu qu’on a choisi, avec des équipements pour la détente tous les jours, qui apporte une certaine sérénité. Un environnement personnel propice à la sérénité.
  • 9. ue logiq ych o rt ps Con fo Un confort psychologique, car des difficultés liées à l'argent ne sont pas envisagées, ce qui apporte une situation financière stable, sans soucis de manque éventuel, ou d'insécurité.
  • 10. ation Sout ien d’inf orm Comme par la présence d'un comptable par exemple, service auquel une personne moins aisée financièrement n'a pas la possibilité d'obtenir.
  • 11. ral n mo Sout ie Un coach personnel, ou encore un thérapeute, sont des aides psychologiques seulement envisageables si la personne dispose de moyens financiers assez importants pour satisfaire ce soutien.
  • 12. l n ma térie Sout ie Du personnel d’entretien, de service à la personne, qui financièrement sont plus accessibles aux plus aisés.
  • 13. Sout ien d’év alua tion Comme un médecin spécialisé qui avertit sur les risques liés à la santé lors d'une consultation, ce qui est impossible si les moyens financiers ne sont pas assez satisfaisants pour obtenir cette aide.
  • 14. Libertés En tout premier lieu, l’argent apporte le choix. Pour beaucoup de choses, ce qui est une grande liberté. Comme le choix du lieu de résidence. Les prises de risques financières (investissement, entrepreneurs) sont moins dangereuses, car on dispose de ressources en réserve. Vivre selon ses désirs et non ses besoins, c'est à dire que, tous les besoins étant pleinement satisfaits, la personne peut s'autoriser de satisfaire ses désirs et ses envies. Liberté dans la vie privée, comme par exemple avoir le nombre d'enfants désirés, sans avoir à se soucier d'une éventuelle limite financière qui bloquerait le désir d'enfants et bloquerait en quelque sorte l'individu dans sa vie familiale. Il y a moins d’appréhension du futur, pas d’inquiétude concernant les perspectives d’avenir sur le plan financier. Sortir des contraintes temporelles de la vie quotidienne: un individu aisé à la possibilité d'éviter une routine monotone en partant en voyage par exemple, ce qui libère l'individu d'habitudes désagréables et répétées.
  • 15. Le sentiment de bien-être augmente en même temps que les revenus Pour évaluer la satisfaction des gens sur leur vie, on peut utiliser des facteurs subjectifs : les études dans lesquelles on leur demandera leur avis sur la question. Pour savoir si «  L’argent fait le bonheur  » comme il est communément dit, il suffit ensuite de mettre les deux en relation : argent et bonheur, en demandant à ces sondés leur revenu mensuel. Ainsi, on peut savoir si les gens qui se disent « Satisfaits de leur vie » sont aussi ceux qui gagnent le plus, ce qui viendrait corroborer la théorie. On s’aperçoit aussi que : Aussi considérés comme tels par leurs parents et amis Réagissent mieux au stress Se rappelleront sans doute plus volontiers les événements positifs Souriront davantage Vivront plus longtemps en risquant moins de souffrir de dépression
  • 16. Ont moins peur de perdre leur emploi Revenus supérieurs à 5000€ par mois
  • 17. Le bonheur est un état qui est influencé par d’autres facteurs Loisirs Argent Temps Libre Âge Météo Bonheur Santé Relations sociales Peur de perdre son emploi Métier qui plaît Travail
  • 18. Facteurs Voici de la un exemp r l de l’ épartitio e in n chaq fluence de u sur l’ e facteur é bonh tat de e varia ur, qui es b t l’ind le selon iv qui e idu, mai s n rapp général Métier roch se e de ordre qui plait cet de p riori 7% té. Météo 4% Âge 4% Argent 16% Santé 16% Travail 11% Peur de perdre son emploi 7% Loisirs 14% Relations sociales 14% Temps libre 7%
  • 19. Sant é Le f a moin cteur sa très s néglig nté est (vari grande eable, i l’un des mais able sel influenc l a une chez néanmoon les ine bonh chacun ins imp dividus mais eur. Un ) sur l’é ortante t incu atteint individu at de heur rable se d’une m riche, et en eux qu’ura bien aladie exem bonne n indiv moins santé ple ext santé. D idu rich le fa domin rême, le ans cet e e plus cteur arg tellem facteur e d’inf luen ent n’a p nt que ce. resq ue
  • 20. Parto ns d’ un é l’exe mple tat d’éq l’arg ent p , la part uilibre. D d’inf ar ra luen ans ppor c le bo t à la sa e de nté s nheu ur r dim inue : Etat d'équilibre Argent Santé Exemple Argent Santé
  • 21. Rela ti ons s ocial es Notr e en toura rela tions ge. E n ef f rôle soci et le impo ales s cha rtant joue que nt un dans ent i o u r n d i v i d la vie de u. N amo age o t re u am fami r e u x ica mai lial l, perm d'in s a d iv i d u s et à bea u s s i mieu ucou de x. Ils p se s en sont sach enti plus ento ant heur r urés qu'i eux leurs e l actio t soute s s o n t nus ns au dans quot idien .
  • 22. Trav ail Le t impo ravail stres rtant, n est aus altèr s qu'il p otamme si un obje e le bi rovoque nt à ca facteur e x e ctif , ou êen-être. ou non use du stres m p l e . tre patr La ven , et qui ses osante, c L a p r on de P te par sont bjectifs ar si on e m i è r ME par patro emplo on a pene réali e e s t s o n n qui c i. De m ur de pse pas temp e n t re p raint po ême p erdre méti s de cr r i s e, n ur la su our le auss er qui ise. Le f o t a m m ervie de i m p i consid plaît à ait de f n t e n man o r t a n t , éré com l’indiv aire un ière i évid p u i s q u me un f du est a ente ’ sur l i l j o u ecteur e bo nheu d e r.
  • 23. Loisi rs Les facte l o i s i r s   repo ur aussi  c o n s t i t : se d ser, s ue de tout 'amuser étendre u n , bon   h e u cela inf : l’équilib se poss r. U l édan n e ue sur re loisi r s s t d e s p e r s o n le qu'u n e e por te temps n e temp pers ra m d e temp s au trav o n n e t i e u x savo s libre. ail et do o u t l e i mêm r qu'ils Les gens nc sans rien, e parfoi ont du aiment s s'il cela t s n'e emps, le s r assu re. n font
  • 24. Facte urs m ineu rs La m réell é t é o , cara ement p m ê m e pleu ctère de rouvé, s i c e cont t, les g chacu elle peu n ' e s t hum ribue à ens vonn. Par e t modifi p a s imm eur. Il s les rendt plus rxemple, er le se dédiat. A ’agit ici re de mâler ce si il resse istingueinsi deu d’un b oins b qui moti nti par nt  : le x types onheur onne factevé (ou l’individ bonheude bonh plus auss urs varjusteme u sur l’ r immé eurs qui i les au iables nt attén instant, diat, (san dépend tres  ; et et pon ué) par plus té, so ct le d cial, e facteu bonheuuels, mdes Il y trava a r a au il). rs plus c durableis qu'on ssi onsta , appo a acc la réus nts est g rter du ompli d site de étud énérale bien-ê ans no chacun notrees cons ment vi tre. Cet tre vie . Ce titue sé pe o vie. l'acc au débbjectif q ut omp lisseut de noui men s t de
  • 25. Le p arad oxe d’Ea sterl in Cette expl théorie d iq e pas l ue pourq Richard ’u E u Sans nique co oi l’arge asterlin n n p facte rendre e stituant d t n’est u n com u élém rs, elle u pte l bonheur tilise e d’au es autres . d’ex nts tres plica tions .
  • 26. in Rich ard E aster l Né e n le Ne 1926 à R id w Jer un é sey, R gefield c P profe onomiste ichard E ark dans as s a théo seur d’é méricai terlin es n r c t être  icien de onomie, , « l’éc ». e onom t Il est ie du l porte e créateu bien r du son p expl para ropre ic nom doxe qu théo ations le i rie d s plu , une d es e la c s con arge o n nt et bonh rrélation ues sur l a eur. entre Ce p a 1974 radoxe à par l é es re té démo cher ches ntré en d’Ea sterl in
  • 27. arad oxe Le p PIB par habitant (Etats-Unis) Satisfaction moyenne des habitants (Etats-Unis)
  • 28. Pour E évid asterlin , q ui e n ce l’a m , une socié is en fois q té a a seuil u'une ttein de r i t un certa pour ches suite se, la in déve de so lopp eme n est s nt éc ans i onom nflue l'évo n lutio ique n du ce sur moye bien n de -être sa po C’es pula t ici i tion. llustr grap é pa hiqu r le e.
  • 29. Le re venu relat i f C’es t do n pers onne c en ef f e fortu nées s les plu t les h e ur s euse qui sont qu’e lles gs, non pa en p s par agne l autre us, mais nt de pl ce us parc s ne c’est e qu gagn le re ent p e les venu C'es relat as plus, t don if . relat c ce if , et prog non revenu de p ression, sa qu'il rend conv re en ient com pte.
  • 30. Rem ise e n cau du p se arad oxe. En 2 Wo l 008, Be l’uni f e r s , d tsey St une versité e u x é evenson le paétude d de Penn c o n o m et Jus donn radoxe ans laqu sylvani i s t e s tin Ils e ées réc Easterli elle ils re publied e d é m n conc entes e n en ut éévalue nt l ’ a u o n s t r a luent, c t du mo ilisant d nt clair g m e n t a t i o n d ontraire nde ent es bonhement t i o n d ’ E a s t e ment à ier. l dans eur, lesiée à l e s re v r l i n , q la deux ’augme e n u s u e é t u d tous augm e m o les pay distinctntation e s t mais ente mn t r e q s. Leur ement, du u n o u v et en m qu’il a oins vite e l e e relat ême te ugmente que le b o n h e lle chez if déter mps. Po nt tous s reven u r un in mine ur e les d us, divid l’ind ux le e ice d u. reve ux e bo n nheu u r
  • 31. Stati stiqu dém es et onstr ation s Dans expo cette par tie se sées diffé e rente t expliq ront uées sujet s étu les des s et qu répo ur le i per ndre mett ent d prob à la e léma tique .
  • 32. Les plus riches plus heureux Non, pas du tout Hauts revenus Bas revenus Diriez-vous que vous êtes heureux dans votre vie ? 1,8 % 4% 22,5 % 14 % 18 % Autres Dans les 4% de français qui se considèrent « Pas du tout heureux », 22,5% d’entre eux sont des bas revenus, et seulement 1,8% sont des hauts revenus. Source : sondage BVA 2013. Données Brutes mises en forme avec Microsoft Excel. 63 % Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout
  • 33. onhe ur mon dial Le b Extrait de « Economic Growth and Subjective Well-Being: Reassessing the Easterlin Paradox » (Betsey Stevenson, Justin Wolfers), 2008.
  • 34. Sur l plac e graph de b és en fo ique, les pays onheur nction d pays so Guat le plus et de leue leur in nt les E emala ( heureux r PIB. A dice G tatsi Unis TM), et est le nsi le On o (USA le plu bser ). s ric riche ve q he heur (Etats- ue le p le 2 e eux, queUnis) es ays le p Plus moins r le moi t le 3 e p lus plup général iche. ns heurelus ux e cent art des ement, o st re : p pays n voi le bo nheulus ils so suit la li t que la q ue l ques r augm nt riche gne au Bulg arie excepti ente. Il n s et plu (BGR ons c ’y a q s ). omm e la ue
  • 35. Bette r Life Inde x Le Be ligne tter Life aux h ) de L’O Index class abitant CDE, lu(toujour plus er selons de diff i, dema s en qui s a leur b ce qui érents pnde Emp ont Log onheur particip ays de Envi loi, Lien ement, Rles facte e le civiqronnem s sociau evenu, urs e trava ue, Sécu nt, Eng x, Educa pays il-vie. E rité, Sanagemen tion, arriv , ce son n moyen té, Equ t plus ent en pt les rev ne de t ilibre (noto heureux remier. enus qu ous les riche ns auss , les Eta Le pays i com du mo i que c’e ts-Unis le n bonhme prem de), pla st le pl u eur, c les rière conde lui au s even s us. ition au si
  • 36. Capture d’écran du site de l’OCDE « Better Life Index » (Indicateur du vivre mieux) le 25 janvier 2014.
  • 37. Effet de se uil Source : Etude Gallup, Daniel Kahneman et Angus Deaton. Données brutes mises en forme avec Microsoft Excel. Echelle de notation 9,5 9 8,5 8 7,5 7 6,5 6 5,5 5 4,5 Bien-être quotidien Impression de bonheur Revenu annuel 20 40 60 80 100 120 140 160 (en milliers)
  • 38. Nous avions distingué deux types de bonheur : le bonheur immédiat et le bonheur durable. On observe sur le graphique que le bonheur immédiat (le bien être quotidien) à tendance à augmenter avec les revenus, mais de moins en moins, jusqu’à atteindre un effet de seuil. Après 80 000 euros par mois, l’augmentation marginale du bonheur immédiat est très faible jusqu’à se stabiliser complètement. Ce phénomène est dû au fait qu’après un certain niveau de revenu, on s’habitue à la richesse, et aux choses que nous apporte l’argent. On appelle cela le tapis roulant hédonique.
  • 39. Reve nu N satis ational facti Brut on g et énér ale On voit sur le graphique que le revenu à augmenté depuis 1975, et que le bonheur, est resté constant (entre 70 et 80%. C’est le fameux tapis roulant hédonique : les gens se sont habitués à leur niveau de vie plus haut et n’en retire donc aucun bonheur supplémentaire.
  • 40. tre s e lo n l’âge Bien -ê Cette étude met en évidence un autre facteur de bonheur : l’âge. La satisfaction en fonction du revenu est aussi influée par l’âge : Extrait de « Le bonheur attend-il le nombre des années ? » (Cédric Afsa, Vincent Marcus), étude Insee et Eurobaromètre de 2011.
  • 41. Rapp or t s bonh eur m ur le ondi al Le R publ apport s New ié par l' ur le bo Jona York, à universi nheur m than é té Hull.té cartog Columondial, raph bia d ié pa e r Si l’o n sup s’ape er heur rçoit qupose ce Candeux com e les pas deux c exac a, L’Eur me Les ys les p artes, o n sont tement ope, l’A Etats-U lus mêm les plus les mêm ustralie nis/ moye e a des riches. es que , sont égal nneme degrés Cela ce ceux qu (Pay ement lent heure divers : confirm i e sont s pétroli s moye ux sont les Tout donc le ers). Le nnemen colo e, l’Asie s moins s moins t riches rée s r h e ur le st uniforiches au eureux ss s deu m x car ément i. tes.
  • 43. !  Econ Paradomic G rowt ox h and Bibli ogra com plém phie enta ire (Bets Subj ectiv e Well -Bein ey St even g: Re !  http: so n , asse //use ssing Justin Le b rs.nb onhe the E Wolf ur at er.or aster ers) tend : g/~j lin -il le wolfe nom rs/Pa (Céd bre d ric A pers http: es an fsa, V /Eas //ww terlin incen nées w.ins Para t Mar ? !  ee.fr dox. cus) /fr/ff Bette pdf : c/do r Life cs_ff Inde c/ref x de /FPO l’OC RSO !  DE : C08n Etud .PDF e BV A 20 http: 13 : //ww w.oe http: cdbe tterli fichi //www.b feind er_b _les_ va_p va.fr/da ex.o franc rg/fr ta/so our_ le_m / ais_e ndag !  R o n de t_lav e/so enir8 ndag _appo e_fic 5ad7 rt su he/1 .pdf r le b 304/ onhe http: ur m //ww %20 ondi Happ w.earth al pa r l’Un iness .colu %20 mbia ivers Repo .edu ité d e Ne rt.pd /sitef w Yo iles/ !  f rk : file/S Cart achs ogra %20 phié Writ par J ing/2 onat 012/ han H Worl ull : d http:// visuali zing.o rg/vis ualiza tions/ mone y-buy s-hap pines s