SlideShare une entreprise Scribd logo
www.curia.europa.eu
Presse et Information
Cour de justice de l’Union européenne
COMMUNIQUE DE PRESSE n° 28/22
Luxembourg, le 16 février 2022
Arrêts dans les affaires C-156/21 Hongrie/Parlement et Conseil
et C-157/21 Pologne/Parlement et Conseil
Mesures de protection du budget de l’Union : l’assemblée plénière de la Cour de
justice rejette les recours formés par la Hongrie et la Pologne contre le mécanisme
de conditionnalité qui subordonne le bénéfice de financements issus du budget de
l’Union au respect par les États membres des principes de l’État de droit
Ce mécanisme a été adopté sur une base juridique adéquate, est compatible avec la procédure
prévue à l’article 7 TUE et respecte en particulier les limites des compétences attribuées à l’Union
ainsi que le principe de sécurité juridique
Le 16 décembre 2020, le Parlement et le Conseil ont adopté un règlement 1
qui établit un régime
général de conditionnalité pour la protection du budget de l’Union en cas de violation des principes
de l’État de droit dans un État membre. Pour réaliser cet objectif, le règlement permet au Conseil,
sur proposition de la Commission, d’adopter des mesures de protection telles que la suspension
des paiements à la charge du budget de l’Union ou la suspension de l’approbation d’un ou de
plusieurs programmes à la charge de ce budget 2
.
La Hongrie et la Pologne ont chacune formé un recours devant la Cour de justice en demandant
l’annulation de ce règlement. Elles fondent leur recours respectif notamment sur l’absence d’une
base juridique appropriée dans les traités UE et FUE, sur le contournement de la procédure
prévue à l’article 7 TUE 3
, sur un excès des compétences de l’Union et sur la violation du principe
de sécurité juridique. À l’appui de leur argumentation, la Hongrie et la Pologne se sont référées à
un avis confidentiel du service juridique du Conseil portant sur la proposition initiale ayant
abouti au règlement, ce que la Cour admet, malgré les objections du Conseil, au titre de l’intérêt
public supérieur que constitue la transparence de la procédure législative.
Dans ces deux affaires, la Hongrie et la Pologne se sont soutenues mutuellement, tandis que la
Belgique, le Danemark, l’Allemagne, l’Irlande, l’Espagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas,
la Finlande, la Suède et la Commission sont intervenus au soutien du Parlement et du Conseil. À
la demande du Parlement, la Cour a traité ces affaires selon la procédure accélérée. Ces affaires
ont par ailleurs été attribuées à l’assemblée plénière de la Cour, compte tenu de l’importance
fondamentale de la question qu’elles soulèvent au sujet des possibilités susceptibles de découler
des traités en vue de permettre à l’Union de défendre son budget et ses intérêts financiers face à
des violations des principes de l’État de droit dans les États membres.
La Cour constate, en premier lieu, en ce qui concerne la base juridique du règlement, que la
procédure prévue par le règlement ne peut être engagée que dans le cas où il existe des motifs
raisonnables de considérer non seulement que des violations des principes de l’État de droit ont
lieu dans un État membre, mais surtout que ces violations portent atteinte ou présentent un risque
sérieux de porter atteinte, d’une manière suffisamment directe, à la bonne gestion financière du
budget de l’Union ou à la protection de ses intérêts financiers. En outre, les mesures pouvant être
adoptées au titre du règlement se rapportent exclusivement à l’exécution du budget de l’Union et
1
Règlement (UE, Euratom) 2020/2092 du Parlement européen et du Conseil, du 16 décembre 2020, relatif à un régime
général de conditionnalité pour la protection du budget de l’Union (JO 2020, L 433I, p. 1).
2
Le règlement préserve toutefois, dans de tels cas, les intérêts légitimes des destinataires finaux et des bénéficiaires.
3
L’article 7 TUE prévoit la possibilité d’engager une procédure contre un État membre en cas de violation grave des
valeurs de l’Union ou en cas de risque clair d’une telle violation.
sont toutes de nature à limiter les financements issus de ce budget en fonction de l’incidence sur
celui-ci d’une telle atteinte ou d’un tel risque sérieux. Dès lors, le règlement vise à protéger le
budget de l’Union contre des atteintes découlant de manière suffisamment directe de
violations des principes de l’État de droit, et non pas à sanctionner, en soi, de telles
violations.
À cet égard, la Cour rappelle que le respect par les États membres des valeurs communes sur
lesquelles l’Union est fondée, qui ont été identifiées et sont partagées par ceux-ci et qui
définissent l’identité même de l’Union en tant qu’ordre juridique commun à ces États 4
, dont
l’État de droit et la solidarité, justifie la confiance mutuelle entre ces États. Ce respect
constituant ainsi une condition pour la jouissance de tous les droits découlant de
l’application des traités à un État membre, l’Union doit être en mesure, dans les limites de
ses attributions, de défendre ces valeurs.
La Cour précise sur ce point, d’une part, que le respect de ces valeurs ne saurait être réduit à
une obligation à laquelle un État candidat est tenu en vue d’adhérer à l’Union et dont il
pourrait s’affranchir après son adhésion. D’autre part, elle souligne que le budget de l’Union est
l’un des principaux instruments permettant de concrétiser, dans les politiques et actions de
l’Union, le principe fondamental de solidarité entre États membres et que la mise en œuvre de
ce principe, au moyen de ce budget, repose sur la confiance mutuelle qu’ils ont dans l’utilisation
responsable des ressources communes inscrites audit budget.
Or, la bonne gestion financière du budget de l’Union et les intérêts financiers de l’Union
peuvent être gravement compromis par des violations des principes de l’État de droit
commises dans un État membre. En effet, ces violations peuvent avoir pour conséquence,
notamment, l’absence de garantie que des dépenses couvertes par le budget de l’Union satisfont à
l’ensemble des conditions de financement prévues par le droit de l’Union et, partant, répondent
aux objectifs poursuivis par l’Union lorsqu’elle finance de telles dépenses.
Partant, un « mécanisme de conditionnalité » horizontale, tel que celui institué par le règlement,
qui subordonne le bénéfice de financements issus du budget de l’Union au respect par un État
membre des principes de l’État de droit, peut relever de la compétence conférée par les traités
à l’Union d’établir des « règles financières » relatives à l’exécution du budget de l’Union.
En deuxième lieu, la Cour constate que la procédure instituée par le règlement ne contourne pas
la procédure prévue à l’article 7 TUE et respecte les limites des compétences attribuées à
l’Union.
En effet, la procédure prévue à l’article 7 TUE a pour finalité de permettre au Conseil de
sanctionner des violations graves et persistantes de chacune des valeurs communes sur
lesquelles l’Union est fondée et qui définissent son identité, en vue, notamment, d’enjoindre à l’État
membre concerné de mettre un terme à ces violations. En revanche, le règlement vise à protéger
le budget de l’Union, et cela seulement en cas de violation des principes de l’État de droit dans un
État membre qui porte atteinte ou présente un risque sérieux de porter atteinte à la bonne
exécution de ce budget. Par conséquent, la procédure dite de l’article 7 TUE et celle instituée
par le règlement poursuivent des buts différents et ont chacune un objet nettement distinct.
En outre, étant donné que le règlement ne permet à la Commission et au Conseil d’examiner que
des situations ou des comportements qui sont imputables aux autorités d’un État membre et qui
apparaissent pertinents pour la bonne exécution du budget de l’Union, les pouvoirs conférés à
ces institutions par ce règlement n’excèdent pas les limites des compétences attribuées à
l’Union.
4
Les valeurs fondatrices de l’Union et communes aux États membres, contenues à l’article 2 TUE, comprennent celles
du respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, de l’État de droit et du respect des droits de
l’homme, dans une société caractérisée notamment par la non-discrimination, la justice, la solidarité et l’égalité entre les
femmes et les hommes.
En troisième lieu, s’agissant de l’argument de la Hongrie et de la Pologne tiré d’une violation du
principe de sécurité juridique, notamment en ce que le règlement ne définirait pas la notion
d’« État de droit » ni ses principes, la Cour souligne que les principes figurant dans le règlement,
en tant qu’éléments constitutifs de cette notion 5
, ont amplement été développés dans sa
jurisprudence, que ces principes trouvent leur source dans des valeurs communes reconnues et
appliquées également par les États membres dans leurs propres ordres juridiques et qu’ils
découlent d’une notion d’« État de droit » que les États membres partagent et à laquelle ils
adhèrent, en tant que valeur commune à leurs traditions constitutionnelles. Par conséquent, la
Cour considère que les États membres sont à même de déterminer avec suffisamment de
précision le contenu essentiel ainsi que les exigences découlant de chacun de ces
principes.
Par ailleurs, la Cour précise que le règlement requiert, pour l’adoption des mesures de protection
qu’il prévoit, qu’un lien réel soit établi entre une violation d’un principe de l’État de droit et une
atteinte ou un risque sérieux d’atteinte à la bonne gestion financière de l’Union ou à ses intérêts
financiers et qu’une telle violation doit concerner une situation ou un comportement imputable à
une autorité d’un État membre et pertinent pour la bonne exécution du budget de l’Union. Elle
relève que la notion de « risque sérieux » est précisée dans la réglementation financière de
l’Union et souligne que les mesures de protection pouvant être adoptées doivent être
strictement proportionnées à l’incidence de la violation constatée sur le budget de l’Union. En
particulier, selon la Cour, ce n’est que dans la stricte mesure du nécessaire pour atteindre l’objectif
de protéger ce budget dans son ensemble que ces mesures peuvent viser des actions et
programmes autres que ceux affectés par une telle violation. Enfin, constatant que la Commission
doit respecter, sous le contrôle du juge de l’Union, des exigences procédurales strictes qui
impliquent notamment plusieurs consultations de l’État membre concerné, la Cour conclut que
le règlement satisfait aux exigences du principe de sécurité juridique.
Dans ces conditions, la Cour rejette les recours formés par la Hongrie et la Pologne dans leur
intégralité.
RAPPEL : Le recours en annulation vise à faire annuler des actes des institutions de l’Union contraires au
droit de l’Union. Sous certaines conditions, les États membres, les institutions européennes et les
particuliers peuvent saisir la Cour de justice ou le Tribunal d'un recours en annulation. Si le recours est
fondé, l'acte est annulé. L'institution concernée doit remédier à un éventuel vide juridique créé par
l'annulation de l'acte.
Document non officiel à l’usage des médias, qui n’engage pas la Cour de justice.
Le texte intégral et le résumé des arrêts (C-156/21 et C-157/21) est publié sur le site CURIA le jour du
prononcé.
Contact presse : Amanda Nouvel  (+352) 4303 2524.
Des images du prononcé des arrêts sont disponibles sur « Europe by Satellite »  (+32) 2 2964106.
5
Selon le règlement, cette notion recouvre le principe de légalité, qui suppose l’existence d’un processus législatif
transparent, responsable, démocratique et pluraliste, ainsi que les principes de sécurité juridique, d’interdiction de
l’arbitraire du pouvoir exécutif, de protection juridictionnelle effective, y compris l’accès à la justice, assurée par des
juridictions indépendantes et impartiales, également en ce qui concerne les droits fondamentaux, de séparation des
pouvoirs, de non-discrimination et d’égalité devant la loi.

Contenu connexe

Similaire à Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne

Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/CommissionArrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
Paperjam_redaction
 
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargneL’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
LeSoir.be
 
Position obfg droit européen des contrats final
Position obfg droit européen des contrats finalPosition obfg droit européen des contrats final
Position obfg droit européen des contrats finalOBFG
 
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil ConstitutionnelSécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
Société Tripalio
 
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
Laurent Sailly
 
Contribution 17 -Sénateur Patient
Contribution 17 -Sénateur PatientContribution 17 -Sénateur Patient
Contribution 17 -Sénateur Patient
Olivier_envo
 
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillitesConférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
Vermeille & Co
 
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
L'Economiste Maghrébin
 
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RUNote de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
OBFG
 
Recouvrement des pensions
Recouvrement des pensionsRecouvrement des pensions
Recouvrement des pensions
Jerome Messinguiral
 
Zone franc conférence u ds 2017
Zone franc   conférence u ds 2017Zone franc   conférence u ds 2017
Zone franc conférence u ds 2017
Université de Dschang
 
Zone franc conférence u ds 2017
Zone franc   conférence u ds 2017Zone franc   conférence u ds 2017
Zone franc conférence u ds 2017
Université de Dschang
 
Zone Franc conférence UDs - Pr Mody KOKO
Zone Franc   conférence UDs - Pr Mody KOKOZone Franc   conférence UDs - Pr Mody KOKO
Zone Franc conférence UDs - Pr Mody KOKO
Université de Dschang
 
2011 11 28 avis obfg prop regl vente
2011 11 28 avis obfg prop  regl  vente2011 11 28 avis obfg prop  regl  vente
2011 11 28 avis obfg prop regl venteOBFG
 
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au marocNote critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
Arab Freedom of Information Network (AFOINET)
 
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Laurent Sailly
 
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenneRecours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
OBFG
 
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
Support for Improvement in Governance and Management SIGMA
 
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
JLMB
 

Similaire à Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne (20)

Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/CommissionArrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
Arrêt du Tribunal de l'UE dans l'affaire T-259/20 Ryanair DAC/Commission
 
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargneL’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
L’Europe condamne l’exonération fiscale des comptes d’épargne
 
Position obfg droit européen des contrats final
Position obfg droit européen des contrats finalPosition obfg droit européen des contrats final
Position obfg droit européen des contrats final
 
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil ConstitutionnelSécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
Sécurisation de l'emploi: saisine du Conseil Constitutionnel
 
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
406543L - EXTRAIT AVIS.pdf
 
Contribution 17 -Sénateur Patient
Contribution 17 -Sénateur PatientContribution 17 -Sénateur Patient
Contribution 17 -Sénateur Patient
 
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillitesConférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
Conférence 18 décembre - Harmonisation du droit des faillites
 
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
Quel traitement des dengagements bancaires en phse du covid 19
 
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RUNote de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
Note de la Belgique, France, Irlande, PB et RU
 
20130604 minimis b
20130604   minimis b20130604   minimis b
20130604 minimis b
 
Recouvrement des pensions
Recouvrement des pensionsRecouvrement des pensions
Recouvrement des pensions
 
Zone franc conférence u ds 2017
Zone franc   conférence u ds 2017Zone franc   conférence u ds 2017
Zone franc conférence u ds 2017
 
Zone franc conférence u ds 2017
Zone franc   conférence u ds 2017Zone franc   conférence u ds 2017
Zone franc conférence u ds 2017
 
Zone Franc conférence UDs - Pr Mody KOKO
Zone Franc   conférence UDs - Pr Mody KOKOZone Franc   conférence UDs - Pr Mody KOKO
Zone Franc conférence UDs - Pr Mody KOKO
 
2011 11 28 avis obfg prop regl vente
2011 11 28 avis obfg prop  regl  vente2011 11 28 avis obfg prop  regl  vente
2011 11 28 avis obfg prop regl vente
 
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au marocNote critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
Note critique du projet de loi sur le droit d' accès à l 'information au maroc
 
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
Cour de justice de l’union européenne cd p 192 21
 
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenneRecours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
Recours collectif: réponse du CCBE à la consultation de la Commission européenne
 
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
Synthese des travaux, Indépendance de la Cour des comptes condition préalable...
 
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
E. de Lamaze - Faut-il élargir le droit d'accès à un avocat ?
 

Plus de NicolasLonard3

LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022
NicolasLonard3
 
Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
NicolasLonard3
 
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
NicolasLonard3
 
Rapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-LuxembourgRapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-Luxembourg
NicolasLonard3
 
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
NicolasLonard3
 
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de LuxembourgVente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
NicolasLonard3
 
Discours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGBDiscours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGB
NicolasLonard3
 
Discours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBLDiscours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBL
NicolasLonard3
 
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-SolidariteitspakAccord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
NicolasLonard3
 
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdfGrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
NicolasLonard3
 
Présentation du campus he:al
Présentation du campus he:alPrésentation du campus he:al
Présentation du campus he:al
NicolasLonard3
 
Conclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européenConclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européen
NicolasLonard3
 
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeoisDéclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
NicolasLonard3
 
Avis du groupe d'experts
Avis du groupe d'expertsAvis du groupe d'experts
Avis du groupe d'experts
NicolasLonard3
 
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinaleDocument de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
NicolasLonard3
 
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
NicolasLonard3
 
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_okCp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
NicolasLonard3
 

Plus de NicolasLonard3 (20)

LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022
 
Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
 
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
 
Rapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-LuxembourgRapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-Luxembourg
 
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
 
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de LuxembourgVente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
 
Discours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGBDiscours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGB
 
Discours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBLDiscours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBL
 
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-SolidariteitspakAccord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
 
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdfGrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
 
Présentation du campus he:al
Présentation du campus he:alPrésentation du campus he:al
Présentation du campus he:al
 
Conclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européenConclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européen
 
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeoisDéclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
 
Avis du groupe d'experts
Avis du groupe d'expertsAvis du groupe d'experts
Avis du groupe d'experts
 
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinaleDocument de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
 
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
 
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_okCp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
Cp ketterthill test pcr 6 12 21_ok
 

Dernier

Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Guy Boulianne
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Philippe Villette
 
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdfPPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
Ville de Châteauguay
 
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUINPETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
MAIRIEORGERUS
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdfPrésentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
Ville de Châteauguay
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
lecourrierdesstrateg
 

Dernier (8)

Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
 
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024
 
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdfPPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
PPU_Terre Faubert_version_préliminaire.pdf
 
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUINPETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
 
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdfPrésentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
Présentation_PPU_Terre_Faubert_Consultation_publique_2024-06-20.pdf
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
 

Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne

  • 1. www.curia.europa.eu Presse et Information Cour de justice de l’Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n° 28/22 Luxembourg, le 16 février 2022 Arrêts dans les affaires C-156/21 Hongrie/Parlement et Conseil et C-157/21 Pologne/Parlement et Conseil Mesures de protection du budget de l’Union : l’assemblée plénière de la Cour de justice rejette les recours formés par la Hongrie et la Pologne contre le mécanisme de conditionnalité qui subordonne le bénéfice de financements issus du budget de l’Union au respect par les États membres des principes de l’État de droit Ce mécanisme a été adopté sur une base juridique adéquate, est compatible avec la procédure prévue à l’article 7 TUE et respecte en particulier les limites des compétences attribuées à l’Union ainsi que le principe de sécurité juridique Le 16 décembre 2020, le Parlement et le Conseil ont adopté un règlement 1 qui établit un régime général de conditionnalité pour la protection du budget de l’Union en cas de violation des principes de l’État de droit dans un État membre. Pour réaliser cet objectif, le règlement permet au Conseil, sur proposition de la Commission, d’adopter des mesures de protection telles que la suspension des paiements à la charge du budget de l’Union ou la suspension de l’approbation d’un ou de plusieurs programmes à la charge de ce budget 2 . La Hongrie et la Pologne ont chacune formé un recours devant la Cour de justice en demandant l’annulation de ce règlement. Elles fondent leur recours respectif notamment sur l’absence d’une base juridique appropriée dans les traités UE et FUE, sur le contournement de la procédure prévue à l’article 7 TUE 3 , sur un excès des compétences de l’Union et sur la violation du principe de sécurité juridique. À l’appui de leur argumentation, la Hongrie et la Pologne se sont référées à un avis confidentiel du service juridique du Conseil portant sur la proposition initiale ayant abouti au règlement, ce que la Cour admet, malgré les objections du Conseil, au titre de l’intérêt public supérieur que constitue la transparence de la procédure législative. Dans ces deux affaires, la Hongrie et la Pologne se sont soutenues mutuellement, tandis que la Belgique, le Danemark, l’Allemagne, l’Irlande, l’Espagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Finlande, la Suède et la Commission sont intervenus au soutien du Parlement et du Conseil. À la demande du Parlement, la Cour a traité ces affaires selon la procédure accélérée. Ces affaires ont par ailleurs été attribuées à l’assemblée plénière de la Cour, compte tenu de l’importance fondamentale de la question qu’elles soulèvent au sujet des possibilités susceptibles de découler des traités en vue de permettre à l’Union de défendre son budget et ses intérêts financiers face à des violations des principes de l’État de droit dans les États membres. La Cour constate, en premier lieu, en ce qui concerne la base juridique du règlement, que la procédure prévue par le règlement ne peut être engagée que dans le cas où il existe des motifs raisonnables de considérer non seulement que des violations des principes de l’État de droit ont lieu dans un État membre, mais surtout que ces violations portent atteinte ou présentent un risque sérieux de porter atteinte, d’une manière suffisamment directe, à la bonne gestion financière du budget de l’Union ou à la protection de ses intérêts financiers. En outre, les mesures pouvant être adoptées au titre du règlement se rapportent exclusivement à l’exécution du budget de l’Union et 1 Règlement (UE, Euratom) 2020/2092 du Parlement européen et du Conseil, du 16 décembre 2020, relatif à un régime général de conditionnalité pour la protection du budget de l’Union (JO 2020, L 433I, p. 1). 2 Le règlement préserve toutefois, dans de tels cas, les intérêts légitimes des destinataires finaux et des bénéficiaires. 3 L’article 7 TUE prévoit la possibilité d’engager une procédure contre un État membre en cas de violation grave des valeurs de l’Union ou en cas de risque clair d’une telle violation.
  • 2. sont toutes de nature à limiter les financements issus de ce budget en fonction de l’incidence sur celui-ci d’une telle atteinte ou d’un tel risque sérieux. Dès lors, le règlement vise à protéger le budget de l’Union contre des atteintes découlant de manière suffisamment directe de violations des principes de l’État de droit, et non pas à sanctionner, en soi, de telles violations. À cet égard, la Cour rappelle que le respect par les États membres des valeurs communes sur lesquelles l’Union est fondée, qui ont été identifiées et sont partagées par ceux-ci et qui définissent l’identité même de l’Union en tant qu’ordre juridique commun à ces États 4 , dont l’État de droit et la solidarité, justifie la confiance mutuelle entre ces États. Ce respect constituant ainsi une condition pour la jouissance de tous les droits découlant de l’application des traités à un État membre, l’Union doit être en mesure, dans les limites de ses attributions, de défendre ces valeurs. La Cour précise sur ce point, d’une part, que le respect de ces valeurs ne saurait être réduit à une obligation à laquelle un État candidat est tenu en vue d’adhérer à l’Union et dont il pourrait s’affranchir après son adhésion. D’autre part, elle souligne que le budget de l’Union est l’un des principaux instruments permettant de concrétiser, dans les politiques et actions de l’Union, le principe fondamental de solidarité entre États membres et que la mise en œuvre de ce principe, au moyen de ce budget, repose sur la confiance mutuelle qu’ils ont dans l’utilisation responsable des ressources communes inscrites audit budget. Or, la bonne gestion financière du budget de l’Union et les intérêts financiers de l’Union peuvent être gravement compromis par des violations des principes de l’État de droit commises dans un État membre. En effet, ces violations peuvent avoir pour conséquence, notamment, l’absence de garantie que des dépenses couvertes par le budget de l’Union satisfont à l’ensemble des conditions de financement prévues par le droit de l’Union et, partant, répondent aux objectifs poursuivis par l’Union lorsqu’elle finance de telles dépenses. Partant, un « mécanisme de conditionnalité » horizontale, tel que celui institué par le règlement, qui subordonne le bénéfice de financements issus du budget de l’Union au respect par un État membre des principes de l’État de droit, peut relever de la compétence conférée par les traités à l’Union d’établir des « règles financières » relatives à l’exécution du budget de l’Union. En deuxième lieu, la Cour constate que la procédure instituée par le règlement ne contourne pas la procédure prévue à l’article 7 TUE et respecte les limites des compétences attribuées à l’Union. En effet, la procédure prévue à l’article 7 TUE a pour finalité de permettre au Conseil de sanctionner des violations graves et persistantes de chacune des valeurs communes sur lesquelles l’Union est fondée et qui définissent son identité, en vue, notamment, d’enjoindre à l’État membre concerné de mettre un terme à ces violations. En revanche, le règlement vise à protéger le budget de l’Union, et cela seulement en cas de violation des principes de l’État de droit dans un État membre qui porte atteinte ou présente un risque sérieux de porter atteinte à la bonne exécution de ce budget. Par conséquent, la procédure dite de l’article 7 TUE et celle instituée par le règlement poursuivent des buts différents et ont chacune un objet nettement distinct. En outre, étant donné que le règlement ne permet à la Commission et au Conseil d’examiner que des situations ou des comportements qui sont imputables aux autorités d’un État membre et qui apparaissent pertinents pour la bonne exécution du budget de l’Union, les pouvoirs conférés à ces institutions par ce règlement n’excèdent pas les limites des compétences attribuées à l’Union. 4 Les valeurs fondatrices de l’Union et communes aux États membres, contenues à l’article 2 TUE, comprennent celles du respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, de l’État de droit et du respect des droits de l’homme, dans une société caractérisée notamment par la non-discrimination, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes.
  • 3. En troisième lieu, s’agissant de l’argument de la Hongrie et de la Pologne tiré d’une violation du principe de sécurité juridique, notamment en ce que le règlement ne définirait pas la notion d’« État de droit » ni ses principes, la Cour souligne que les principes figurant dans le règlement, en tant qu’éléments constitutifs de cette notion 5 , ont amplement été développés dans sa jurisprudence, que ces principes trouvent leur source dans des valeurs communes reconnues et appliquées également par les États membres dans leurs propres ordres juridiques et qu’ils découlent d’une notion d’« État de droit » que les États membres partagent et à laquelle ils adhèrent, en tant que valeur commune à leurs traditions constitutionnelles. Par conséquent, la Cour considère que les États membres sont à même de déterminer avec suffisamment de précision le contenu essentiel ainsi que les exigences découlant de chacun de ces principes. Par ailleurs, la Cour précise que le règlement requiert, pour l’adoption des mesures de protection qu’il prévoit, qu’un lien réel soit établi entre une violation d’un principe de l’État de droit et une atteinte ou un risque sérieux d’atteinte à la bonne gestion financière de l’Union ou à ses intérêts financiers et qu’une telle violation doit concerner une situation ou un comportement imputable à une autorité d’un État membre et pertinent pour la bonne exécution du budget de l’Union. Elle relève que la notion de « risque sérieux » est précisée dans la réglementation financière de l’Union et souligne que les mesures de protection pouvant être adoptées doivent être strictement proportionnées à l’incidence de la violation constatée sur le budget de l’Union. En particulier, selon la Cour, ce n’est que dans la stricte mesure du nécessaire pour atteindre l’objectif de protéger ce budget dans son ensemble que ces mesures peuvent viser des actions et programmes autres que ceux affectés par une telle violation. Enfin, constatant que la Commission doit respecter, sous le contrôle du juge de l’Union, des exigences procédurales strictes qui impliquent notamment plusieurs consultations de l’État membre concerné, la Cour conclut que le règlement satisfait aux exigences du principe de sécurité juridique. Dans ces conditions, la Cour rejette les recours formés par la Hongrie et la Pologne dans leur intégralité. RAPPEL : Le recours en annulation vise à faire annuler des actes des institutions de l’Union contraires au droit de l’Union. Sous certaines conditions, les États membres, les institutions européennes et les particuliers peuvent saisir la Cour de justice ou le Tribunal d'un recours en annulation. Si le recours est fondé, l'acte est annulé. L'institution concernée doit remédier à un éventuel vide juridique créé par l'annulation de l'acte. Document non officiel à l’usage des médias, qui n’engage pas la Cour de justice. Le texte intégral et le résumé des arrêts (C-156/21 et C-157/21) est publié sur le site CURIA le jour du prononcé. Contact presse : Amanda Nouvel  (+352) 4303 2524. Des images du prononcé des arrêts sont disponibles sur « Europe by Satellite »  (+32) 2 2964106. 5 Selon le règlement, cette notion recouvre le principe de légalité, qui suppose l’existence d’un processus législatif transparent, responsable, démocratique et pluraliste, ainsi que les principes de sécurité juridique, d’interdiction de l’arbitraire du pouvoir exécutif, de protection juridictionnelle effective, y compris l’accès à la justice, assurée par des juridictions indépendantes et impartiales, également en ce qui concerne les droits fondamentaux, de séparation des pouvoirs, de non-discrimination et d’égalité devant la loi.