SlideShare une entreprise Scribd logo
  	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  Eskander	
  Alexandre	
  	
  
	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  
	
  
A n n é e 	
   2 0 1 4 	
   – 	
   2 0 1 5 	
  
P r o f e s s e u r 	
   : 	
   M o n s i e u r 	
   D o m i n i q u e 	
   V e s c i o 	
  
	
  
	
  
	
   	
  
Contrat	
  de	
  Quartier	
  Durable	
  «	
  Université	
  »	
  
Eskander	
  Alexandre	
  
	
  
	
  
Ateliers	
  d’aménagement	
  du	
  territoire	
  et	
  gestion	
  des	
  paysages	
  
Cas	
  d’étude	
  :	
  les	
  quartiers	
  bruxellois	
  «	
  Université	
  »	
  et	
  «	
  Cimetière	
  d’Ixelles	
  »	
  de	
  la	
  
commune	
  d’Ixelles.	
  
  	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  Eskander	
  Alexandre	
  	
  
	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  
	
   	
  
Contrat	
  de	
  Quartier	
  Durable	
  «	
  Université	
  »	
  
  	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  Eskander	
  Alexandre	
  	
  
	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  
Table des matières
TABLE	
  DES	
  MATIERES	
   3	
  
LISTE	
  DES	
  FIGURES	
   5	
  
LISTE	
  DES	
  TABLEAUX	
   6	
  
INTRODUCTION	
   7	
  
	
  
PHASE	
  01	
  :	
  DIAGNOSTIC.	
   8	
  
1.	
   ANALYSE	
  THEMATIQUE.	
   10	
  
1.1.	
   LOCALISATION	
  ET	
  SITUATION.	
   10	
  
1.2.	
   HISTOIRE	
  ET	
  ARCHEOLOGIE.	
   12	
  
1.3.	
   INVENTAIRE	
  DES	
  OPERATIONS	
  DE	
  RENOVATIONS	
  URBAINES.	
   14	
  
1.3.1.	
   LES	
  CONTRATS	
  DE	
  QUARTIER.	
   14	
  
1.3.2.	
   LES	
  PROJETS	
  A	
  L’ECHELLE	
  REGIONALE	
   15	
  
1.3.3.	
   AUTRE(S)	
  PROJET(S)	
   17	
  
1.3.4.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   17	
  
1.4.	
   POPULATION	
   18	
  
1.4.1.	
   DENSITE	
   18	
  
1.4.2.	
   NATIONALITES	
   18	
  
1.4.3.	
   EVOLUTION	
  DE	
  LA	
  POPULATION	
   19	
  
1.4.4.	
   PYRAMIDE	
  DES	
  AGES	
   19	
  
1.4.5.	
   TAILLE	
  ET	
  TYPES	
  DE	
  MENAGES	
   19	
  
1.4.6.	
   REVENUS	
  ET	
  EVOLUTION	
  RECENTE	
   20	
  
1.4.7.	
   CAS	
  PARTICULIER	
  DES	
  «	
  KOTEURS	
  »	
   20	
  
1.4.8.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   20	
  
1.5.	
   LOGEMENT.	
   21	
  
1.5.1.	
   TYPE	
  DE	
  LOGEMENT	
   21	
  
1.5.2.	
   STATUT	
  D’OCCUPATION	
  DES	
  LOGEMENTS	
   22	
  
1.5.3.	
   SUPERFICIE	
  DES	
  LOGEMENTS	
   22	
  
1.5.4.	
   AGE	
  DU	
  PARC	
  DE	
  LOGEMENT	
   22	
  
1.5.5.	
   ETAT	
  DU	
  BATI	
   23	
  
1.5.6.	
   MARCHE	
  IMMOBILIER	
   24	
  
1.5.7.	
   DYNAMIQUE	
  FONCIERE	
   24	
  
1.5.8.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   24	
  
1.6.	
   OCCUPATION	
  DU	
  SOL.	
   25	
  
1.6.1.	
   METHODOLOGIE	
   25	
  
1.6.2.	
   PLAN	
  REGIONAL	
  D’AFFECTATION	
  DU	
  SOL	
  (PRAS)	
   25	
  
1.6.3.	
   PLAN	
  PARTICULIER	
  D’AFFECTATION	
  DU	
  SOL	
  (PPAS)	
   27	
  
1.6.4.	
   SITUATION	
  EXISTANTE	
  DE	
  FAIT	
   28	
  
1.6.5.	
   OCCUPATION	
  DU	
  SOL	
  DE	
  FAIT	
   29	
  
1.6.6.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   30	
  
1.7.	
   CADRE	
  DE	
  VIE.	
   31	
  
1.7.1.	
   ESPACES	
  PUBLICS	
   31	
  
1.7.2.	
   ESPACES	
  VERTS	
   32	
  
1.7.3.	
   INTERIEURS	
  D’ILOTS	
   33	
  
1.7.4.	
   PROPRETE	
  PUBLIQUE	
   34	
  
1.7.5.	
   ETAT	
  DES	
  VOIRIES	
  ET	
  TROTTOIRS	
   34	
  
1.7.6.	
   PATRIMOINE	
   34	
  
1.7.7.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   35	
  
1.8.	
   CLIMAT	
  SOCIAL	
   36	
  
1.8.1.	
   VILLE	
  PERÇUE	
  VS.	
  PERIMETRE	
  D’ETUDE	
   36	
  
1.8.2.	
   INVENTAIRE	
  DES	
  LIEUX	
  SIGNIFICATIFS	
  DU	
  QUARTIER	
   37	
  
1.8.3.	
   DYNAMIQUE	
  SOCIALE	
  ET	
  MOUVEMENTS	
  CONTESTATAIRES	
   38	
  
1.8.4.	
   LES	
  EVENEMENTS	
  DU	
  QUARTIER	
   40	
  
1.8.5.	
   AFFLUENCE	
  ET	
  ANONYMAT	
   40	
  
1.8.6.	
   LA	
  JEUNESSE	
  ET	
  SES	
  ESPACES	
   41	
  
1.8.7.	
   NUISANCES	
  ET	
  COHABITATION	
   41	
  
1.8.8.	
   QUELQUES	
  ASSOCIATIONS	
  PARTICULIERES	
   41	
  
1.9.	
   EMPLOI.	
   43	
  
1.9.1.	
   GENERALITES	
  ET	
  ELEMENT	
  DE	
  DEFINITION	
   43	
  
1.9.2.	
   TAUX	
  D’ACTIVITE	
   43	
  
1.9.3.	
   TAUX	
  D’EMPLOI	
   44	
  
1.9.4.	
   TAUX	
  DE	
  CHOMAGE	
   44	
  
1.9.5.	
   PROFIL	
  DES	
  TRAVAILLEURS	
   44	
  
1.9.6.	
   STRUCTURE	
  DE	
  L’EMPLOI	
   45	
  
1.9.7.	
   INITIATIVES	
  LOCALES	
  EN	
  MATIERE	
  D’EMPLOI	
   46	
  
1.9.8.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   46	
  
1.10.	
   INFRASTRUCTURES	
  SOCIO-­‐ECONOMIQUES.	
   47	
  
1.10.1.	
   COMMERCES	
   47	
  
1.10.2.	
   ENTREPRISES	
   47	
  
1.10.3.	
   BUREAUX	
   47	
  
1.10.4.	
   EQUIPEMENTS	
   48	
  
1.10.5.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   48	
  
1.11.	
   MOBILITE.	
   49	
  
1.11.1.	
   METHODOLOGIE	
   49	
  
1.11.2.	
   SITUATION	
  DU	
  QUARTIER	
  «	
  UNIVERSITE	
  »	
  EN	
  TERME	
  DE	
  MOBILITE	
   49	
  
1.11.3.	
   VEHICULES	
  PARTICULIERS	
   50	
  
1.11.4.	
   TRANSPORTS	
  PUBLICS	
   52	
  
1.11.5.	
   MODES	
  DOUX	
   53	
  
1.11.6.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   54	
  
1.12.	
   ENVIRONNEMENT	
  ET	
  SANTE	
   55	
  
1.12.1.	
   EAU	
   55	
  
1.12.2.	
   LE	
  PAYSAGE	
  ET	
  LES	
  ESPACES	
  VERTS	
   56	
  
1.12.3.	
   GESTION	
  DES	
  DECHETS	
   58	
  
1.12.4.	
   ENERGIE	
   58	
  
1.12.5.	
   POLLUTIONS	
   59	
  
1.12.6.	
   CONCLUSION	
  INTERMEDIAIRE	
   60	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
 
	
  
4	
  
	
  
	
  
2.	
   SYNTHESE	
  DU	
  DIAGNOSTIC	
   62	
  
.2.1.	
   LOCALISATION,	
  SITUATION	
  ET	
  HISTOIRE	
   62	
  
.2.2.	
   INVENTAIRE	
  DES	
  OPERATIONS	
  DE	
  RENOVATIONS	
  URBAINES	
   62	
  
.2.3.	
   POPULATION	
   63	
  
.2.4.	
   LOGEMENT	
   63	
  
.2.5.	
   OCCUPATION	
  DU	
  SOL	
   63	
  
.2.6.	
   CADRE	
  DE	
  VIE	
  ET	
  CLIMAT	
  SOCIAL	
   64	
  
.2.7.	
   EMPLOI	
   64	
  
.2.8.	
   INFRASTRUCTURES	
  SOCIO-­‐ECONOMIQUES	
   64	
  
.2.9.	
   MOBILITE	
   65	
  
.2.10.	
   ENVIRONNEMENT	
  ET	
  SANTE	
   65	
  
3.	
   CAMPAGNE	
  DES	
  ENQUETES.	
   66	
  
3.1	
   PREAMBULE	
   66	
  
3.2	
   MATERIELS	
  ET	
  METHODES	
   66	
  
3.3	
   RESULTATS	
   67	
  
	
  
	
  
	
  
PHASE	
  02	
  :	
  PROPOSITIONS	
   70	
  
1.	
   INTERVENTIONS	
  PRIORITAIRES	
   71	
  
1.1	
   INTERVENTIONS	
  SUR	
  LES	
  DEPLACEMENTS	
  ET	
  LA	
  MOBILITE.	
   71	
  
1.2	
   INTERVENTIONS	
  SUR	
  LES	
  ESPACES	
  PUBLICS	
   75	
  
1.3	
   INTERVENTIONS	
  SUR	
  LE	
  LOGEMENT	
   77	
  
1.4	
   INTERVENTIONS	
  SUR	
  LES	
  ESPACES	
  VERTS	
   80	
  
2.	
   INTERVENTIONS	
  SECONDAIRES	
   84	
  
	
  
BIBLIOGRAPHIE	
   85	
  
  	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
   	
   	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  Eskander	
  Alexandre	
  	
  
	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
   	
  
Liste des figures
Figure	
  1	
  :	
  Localisation	
  et	
  situation	
  du	
  périmètre	
  d'étude	
  (Urbis,	
  
2015)	
  .......................................................................................................	
  10	
  
Figure	
  2	
  :	
  Photographie	
  aérienne	
  du	
  périmètre	
  d'étude	
  (zone	
  
en	
  fonction	
  de	
  la	
  texture)	
  Google	
  Earth,	
  2015	
  ......................	
  11	
  
Figure	
  3	
  :	
  L'Abbaye	
  de	
  la	
  Cambre	
  vers	
  1935	
  (Histoire	
  d'Ixelles	
  
ASBL,	
  1998)	
  ..........................................................................................	
  12	
  
Figure	
  4	
  :	
  Caserne	
  de	
  Witte	
  de	
  Haelen	
  et	
  la	
  Plaine	
  des	
  
manoeuvres	
  (Police	
  fédérale	
  belge	
  in	
  laplaine.jimdo.com,	
  
2015)	
  .......................................................................................................	
  12	
  
Figure	
  5	
  :	
  Sud	
  du	
  campus	
  de	
  la	
  Plaine	
  vers	
  1970	
  
(laplaine.jimdo.com,	
  2015)	
  ...........................................................	
  13	
  
Figure	
  6	
  :	
  Evolution	
  de	
  la	
  surface	
  urbanisée	
  dans	
  le	
  périmètre	
  
d'étude	
  entre	
  1930	
  et	
  2012	
  (BruCiel,	
  2014)	
  .........................	
  13	
  
Figure	
  7	
  :	
  Contrats	
  de	
  Quartier	
  (Durable)	
  à	
  proximité	
  de	
  la	
  zone	
  
d'étude	
  (BruGis,	
  2015)	
  ....................................................................	
  14	
  
Figure	
  8	
  :	
  Répartition	
  des	
  projets	
  de	
  la	
  zone	
  Delta	
  (ADT-­‐ATO,	
  
2015)	
  .......................................................................................................	
  15	
  
Figure	
  9	
  :	
  Photographie	
  aérienne	
  du	
  sud	
  du	
  Campus	
  de	
  la	
  
Plaine	
  (à	
  g.)	
  et	
  Projet	
  Universalis	
  Park	
  (à	
  d.)	
  .........................	
  15	
  
Figure	
  11	
  :	
  Tracé	
  de	
  la	
  futur	
  ligne	
  de	
  tram	
  71	
  dans	
  la	
  zone	
  
d'étude	
  (Tram71.be,	
  2014	
  .............................................................	
  16	
  
Figure	
  12	
  :	
  Localisation	
  des	
  demandes	
  de	
  permis	
  d'urbanisme	
  
pour	
  les	
  réaménagements	
  du	
  Boulevard	
  général	
  Jacques	
  et	
  
de	
  l'avenue	
  Buyl	
  (tram	
  71).	
  Source	
  :	
  Stib	
  et	
  Bruxelles	
  
Mobilité,	
  2013.	
  ....................................................................................	
  16	
  
Figure	
  13	
  :	
  Plan	
  de	
  V.	
  Besme	
  (Ministère	
  de	
  la	
  Région	
  de	
  
Bruxelles	
  Capitale,	
  2007	
  in	
  Laplaine.jimdo.com,	
  2015)	
  ...	
  17	
  
Figure	
  14	
  :	
  Carte	
  de	
  la	
  densité	
  de	
  population	
  (hab/km2)	
  dans	
  la	
  
Région	
  de	
  Bruxelles	
  -­‐	
  Capitale	
  pour	
  l'année	
  2013.	
  
Réalisation	
  personnelle.	
  .................................................................	
  18	
  
Figure	
  15	
  :	
  Part	
  des	
  différentes	
  nationalités	
  dans	
  le	
  quartier	
  
"Université"	
  pour	
  l'année	
  2013	
  (IBSA,	
  2015).	
  ......................	
  18	
  
Figure	
  16	
  :	
  Structure	
  par	
  âge	
  (en	
  %)	
  de	
  la	
  population	
  du	
  
quartier	
  et	
  de	
  la	
  moyenne	
  régionale	
  (IBSA,	
  2015).	
  ............	
  19	
  
Figure	
  17	
  :	
  Revenus	
  moyen	
  par	
  habitants	
  (€/an)	
  entre	
  2000	
  et	
  
2012	
  (IBSA,	
  2015)	
  .............................................................................	
  20	
  
Figure	
  18	
  :	
  Carte	
  synthèse	
  de	
  l'état	
  du	
  bâti	
  (Réalisation	
  
AutoCAD	
  à	
  partir	
  d'une	
  visite	
  de	
  terrain,	
  2015)	
  ..................	
  23	
  
Figure	
  19	
  	
  :	
  Profil	
  général	
  de	
  la	
  zone	
  d'étude	
  (BruGIS,	
  2014)	
  .	
  25	
  
Figure	
  20	
  :	
  Carte	
  de	
  l'affectation	
  du	
  sol	
  dans	
  le	
  périmètre	
  
d'étude	
  (PRAS,	
  2014).	
  Réalisation	
  avec	
  GIMP.	
  ......................	
  26	
  
Figure	
  21	
  :	
  PPAS	
  dans	
  la	
  zone	
  d'étude	
  (BruGIS,	
  2014)	
  ...............	
  27	
  
Figure	
  23	
  :	
  Carte	
  de	
  la	
  situation	
  existante	
  de	
  fait	
  (PRAS,	
  2014)
	
  ....................................................................................................................	
  28	
  
Figure	
  24	
  :	
  Carte	
  de	
  l'occupation	
  du	
  sol	
  (Réalisation	
  sur	
  
AutoCAD	
  sur	
  base	
  d’une	
  visite	
  de	
  terrain)	
  ..............................	
  29	
  
Figure	
  25	
  :	
  Vue	
  sur	
  le	
  Square	
  des	
  Latins.	
  ...........................................	
  31	
  
Figure	
  26	
  :	
  Entrée	
  de	
  la	
  plaine	
  de	
  jeu	
  "Petite	
  Suisse"	
  (à	
  g.)	
  et	
  
place	
  de	
  la	
  Petite	
  Suisse	
  (à	
  d.)	
  .......................................................	
  31	
  
Figure	
  27	
  :	
  Vue	
  aérienne	
  sur	
  le	
  campus	
  de	
  la	
  Plaine	
  (Immobel,	
  
2015)	
  .......................................................................................................	
  32	
  
Figure	
  28	
  :	
  Vue	
  aérienne	
  sur	
  le	
  cimetière	
  d'Ixelles	
  et	
  sur	
  les	
  
zones	
  résidentielles	
  comprises	
  dans	
  le	
  périmètre	
  d'étude	
  
(en	
  haut)	
  et	
  vue	
  sur	
  l'entrée	
  et	
  sur	
  le	
  giratoire	
  du	
  
cimetière.	
  ...............................................................................................	
  32	
  
Figure	
  29	
  :	
  Carte	
  de	
  la	
  situation	
  des	
  intérieurs	
  d'ilots.	
  
Réalisation	
  :	
  Eskander	
  Alexandre	
  (sur	
  base	
  d'une	
  photo	
  
interpretation)	
  ....................................................................................	
  33	
  
Figure	
  30	
  :	
  Carte	
  de	
  l'état	
  des	
  trottoirs	
  sur	
  base	
  d'un	
  relevé	
  de	
  
terrain	
  (Groupe	
  CQD	
  3ème	
  GEU	
  :	
  Cappuccio	
  G.,	
  Parry	
  A.,	
  et	
  
Peeters	
  J.)	
  ...............................................................................................	
  34	
  
Figure	
  31	
  :	
  Situation	
  des	
  sites	
  et	
  monuments	
  classés	
  dans	
  le	
  
périmètre	
  d'étude	
  (Atelier	
  CQD,	
  2014)	
  ....................................	
  35	
  
Figure	
  32	
  :	
  Carte	
  des	
  noyaux	
  d'identité	
  locale	
  (Bruno	
  Raulier,	
  
2014)	
  .......................................................................................................	
  36	
  
Figure	
  33	
  :	
  Carte	
  de	
  l'implantation	
  de	
  la	
  braderie	
  (Bruno	
  
Raulier,	
  2014)	
  ......................................................................................	
  39	
  
Figure	
  34	
  :	
  Carte	
  des	
  lieux	
  de	
  rencontres	
  officiels	
  (Bruno	
  
Raulier,	
  2014)	
  ......................................................................................	
  42	
  
Figure	
  35	
  :	
  Part	
  d'activité	
  des	
  populations	
  actives	
  (Actiris	
  in	
  
SPF	
  Economie,	
  DGSIE	
  (EFT),	
  et	
  calculs	
  Observatoire	
  
bruxellois	
  de	
  l’Emploi,	
  2014)	
  ........................................................	
  43	
  
Figure	
  36	
  :	
  Evolution	
  du	
  taux	
  d'activité	
  dans	
  la	
  commune	
  et	
  
dans	
  la	
  région	
  entre	
  2007	
  et	
  2012	
  (Monitoring	
  des	
  
quartiers,	
  2015)	
  ..................................................................................	
  43	
  
Figure	
  37	
  :	
  Evolution	
  du	
  Taux	
  d'emploi	
  dans	
  la	
  commune	
  et	
  
dans	
  la	
  région	
  (Monitoring	
  des	
  quartiers,	
  2015)	
  .................	
  44	
  
Figure	
  38	
  :	
  Evolution	
  du	
  taux	
  de	
  chômage	
  dans	
  la	
  commune	
  et	
  
dans	
  la	
  région	
  (Monitoring	
  des	
  quartiers,	
  2015)	
  .................	
  44	
  
Figure	
  40	
  :	
  Localisation	
  des	
  commerces	
  dans	
  la	
  zone	
  d’étude	
  
(shoppingbrussels.be,	
  2014)	
  ........................................................	
  47	
  
Figure	
  41	
  :	
  Hiérarchisation	
  des	
  voiries	
  à	
  partir	
  de	
  la	
  carte	
  de	
  la	
  
spécialisation	
  des	
  voiries	
  (Plan	
  IRIS	
  II,	
  2014)	
  .......................	
  50	
  
Figure	
  42	
  :	
  Plan	
  d'action	
  Stationnement	
  de	
  la	
  Commune	
  
d'Ixelles	
  (Commune	
  d'Ixelles,	
  2015)	
  .........................................	
  51	
  
Figure	
  43	
  :	
  Plan	
  des	
  réseaux	
  de	
  la	
  STIB	
  (Stib.be,	
  2015)	
  ..............	
  52	
  
Figure	
  45	
  :	
  Réseaux	
  des	
  ICR	
  dans	
  le	
  périmètre	
  d'étude	
  
(bruxellesmobilité.irisnet.be,	
  2015)	
  ..........................................	
  53	
  
Figure	
  46	
  :	
  Carte	
  des	
  cours	
  d'eau	
  et	
  étangs	
  à	
  Bruxelles	
  
(Bruxelles	
  Environnement,	
  2015)	
  ..............................................	
  55	
  
Figure	
  47	
  :	
  Cartes	
  des	
  espaces	
  verts	
  dans	
  et	
  à	
  proximité	
  du	
  
périmètre	
  d'étude	
  (Aurelie	
  Parry,	
  2014)	
  .................................	
  56	
  
Figure	
  48	
  :	
  Carte	
  du	
  maillage	
  vert	
  bruxellois	
  (Bruxelles	
  
Environnement,	
  2013)	
  .....................................................................	
  57	
  
Figure	
  49	
  :	
  Orthophotographie	
  aérienne	
  dans	
  l'infrarouge	
  de	
  
2012	
  (Urbis,	
  2015)	
  ............................................................................	
  57	
  
Figure	
  50	
  :	
  Fascicule	
  "Propreté,	
  affaire	
  de	
  tous"	
  de	
  la	
  Commune	
  
d'Ixelles.	
  ..................................................................................................	
  58	
  
Figure	
  51	
  :	
  Thermographie	
  dans	
  le	
  périmètre	
  d'étude	
  
(Bruxelles	
  Environnement,	
  2008)	
  ..............................................	
  58	
  
Figure	
  52	
  :	
  Carte	
  de	
  la	
  pollution	
  sonore	
  multi-­‐exposition	
  
(Bruxelles	
  Environnement,	
  2014)	
  ..............................................	
  59	
  
Figure	
  53	
  :	
  Valeur	
  moyenne	
  journalière	
  de	
  la	
  concentration	
  en	
  
NOx	
  (µg/m3).	
  Monitoring	
  des	
  quartiers	
  et	
  Bruxelles	
  
Environnement.	
  ...................................................................................	
  59	
  
Figure	
  55	
  :	
  Trafic	
  de	
  transit	
  et	
  problème	
  de	
  congestion	
  dans	
  le	
  
quartier	
  ...................................................................................................	
  71	
  
Figure	
  56	
  :	
  Site	
  partagé	
  à	
  Leidestraat	
  (Amsterdam)	
  ....................	
  72	
  
Figure	
  57	
  :	
  Principales	
  zones	
  d'intervention	
  en	
  matière	
  de	
  
mobilité	
  ...................................................................................................	
  72	
  
Figure	
  58	
  :	
  localisation	
  de	
  la	
  zone	
  problématique	
  en	
  terme	
  de	
  
sécurité	
  et	
  de	
  confort	
  pour	
  les	
  modes	
  doux	
  (en	
  rouge)	
  .....	
  73	
  
Figure	
  59	
  :	
  La	
  ligne	
  de	
  tram	
  T1	
  à	
  Lyon	
  (Sytral.fr,	
  2015)	
  .............	
  73	
  
Figure	
  60	
  :	
  Passerelle	
  de	
  la	
  Woluwe	
  ....................................................	
  75	
  
Figure	
  61	
  :	
  Gare	
  SNCF	
  intermodale	
  de	
  Clermont.	
  ..........................	
  75	
  
Figure	
  62	
  :	
  Place	
  Jamblinne	
  de	
  Meux	
  à	
  Schaerbeek.	
  .....................	
  76	
  
Figure	
  63	
  :	
  Résultat	
  de	
  l'enquête	
  concernant	
  les	
  priorité	
  à	
  
améliorer	
  dans	
  le	
  quartier.	
  .............................................................	
  77	
  
Figure	
  64	
  :	
  Exemple	
  de	
  gabarit	
  bas	
  (Avenue	
  Général	
  Médecin	
  
Derache)	
  .................................................................................................	
  77	
  
Figure	
  65	
  :	
  Exemple	
  de	
  gabarit	
  bas	
  (Rue	
  de	
  l'Eté)	
  .........................	
  78	
  
Figure	
  66	
  :	
  Parking	
  au	
  niveau	
  de	
  l'avenue	
  de	
  la	
  Couronne.	
  .......	
  78	
  
Figure	
  67	
  :	
  photographie	
  aérienne	
  du	
  Cimetière	
  d'Ixelles	
  
(Google	
  earth,	
  2015)	
  .........................................................................	
  80	
  
Figure	
  68	
  :	
  Cimetière	
  paysager	
  de	
  la	
  ville	
  de	
  Bruges.	
  ...................	
  80	
  
Figure	
  69	
  :	
  Square	
  des	
  griottiers	
  à	
  Schaerbeek	
  (Bruxelles-­‐
mobilité.com,	
  2015)	
  ..........................................................................	
  81	
  
-­‐	
   Figure	
  70	
  :	
  Mur	
  végétale	
  au	
  musée	
  du	
  quai	
  Branly	
  (Paris)	
  .	
  81	
  
Figure	
  71	
  :	
  Exemple	
  de	
  toiture	
  végétale	
  aménagée	
  à	
  Montreal	
  
au	
  Canada.	
  ..............................................................................................	
  82	
  
Figure	
  72	
  :	
  Exemple	
  de	
  plantes	
  grimpantes	
  (Glycine)	
  sur	
  
façade.	
  ......................................................................................................	
  82	
  
 
	
  
6	
  
Liste des tableaux
Tableau	
  1	
  :	
  Types	
  de	
  ménages	
  en	
  2006	
  dans	
  le	
  quartier	
  et	
  dans	
  
la	
  Région	
  (Monitoring	
  des	
  quartier,	
  2015)	
  .............................	
  19	
  
Tableau	
  2	
  :	
  Typologie	
  des	
  logements	
  dans	
  le	
  quartier	
  
"Université",	
  la	
  commune	
  d'Ixelles,	
  et	
  la	
  Région	
  bruxelloise	
  
pour	
  l'année	
  2001	
  (en	
  %)	
  ..............................................................	
  21	
  
Tableau	
  3	
  :	
  Part	
  des	
  logements	
  sociaux	
  dans	
  le	
  quartier,	
  la	
  
commune	
  d'Ixelles,	
  et	
  la	
  Région	
  (nombre	
  de	
  logements	
  
sociaux	
  pour	
  100	
  ménages)	
  (Ibsa.,	
  2015)	
  ...............................	
  21	
  
Tableau	
  4	
  :	
  Pourcentage	
  de	
  biens	
  occupés	
  par	
  le	
  propriétaire	
  
dans	
  le	
  quartier,	
  la	
  commune	
  d'Ixelles,	
  et	
  dans	
  la	
  région	
  
bruxelloises	
  (Monitoring	
  des	
  quartiers,	
  2015)	
  ....................	
  22	
  
Tableau	
  5	
  :	
  Part	
  des	
  superficies	
  des	
  logements	
  dans	
  le	
  quartier,	
  
la	
  commune	
  d'Ixelles,	
  et	
  la	
  Région	
  en	
  2001	
  (Ibsa,	
  2015).	
  22	
  
Tableau	
  6	
  :	
  Classement	
  des	
  prix	
  des	
  terrains	
  les	
  plus	
  élevés	
  en	
  
Belgique	
  en	
  2007	
  (Le	
  Vif	
  in	
  Contrat	
  de	
  quartier	
  durable	
  
"Autour	
  de	
  Leopold",	
  2008)	
  ..........................................................	
  24	
  
Tableau	
  7	
  :	
  :	
  Répartition	
  des	
  emplois	
  salariés	
  par	
  secteur	
  
d'activité	
  au	
  31	
  décembre	
  2013	
  (ONSS	
  et	
  Observatoire	
  
bruxellois	
  de	
  l’Emploi	
  in	
  Actiris,	
  2015	
  .....................................	
  45	
  
Tableau	
  8	
  :	
  Tableau	
  récapitalitif	
  de	
  l'offre	
  en	
  transports	
  en	
  
commun	
  dans	
  le	
  périmètre	
  d'étude	
  (Stib.be,	
  2015)	
  ...........	
  52	
  
	
  
 
	
  
7	
  
Introduction
La Région de Bruxelles – Capitale, comme de nombreuses villes, a connu une évolution qui a
changé sa configuration. Ces changements se sont traduits par l’apparition de quartiers fragilisés.
Dans ce contexte, la région bruxelloise s’est donnée l’objectif de revitaliser l’ensemble de ses
quartiers. Cet effort s’est transcrit par l’apparition de l’Ordonnance du 7 octobre 1993 organique
sur la revitalisation des quartiers et propose un plan d’action appelé « Contrat de Quartier ».
Les Contrats de quartier sont des plans d’action limités dans le temps et dans l’espace conclu entre
la Région, la commune, et les habitants d’un quartier bruxellois. Celui-ci a pour mission de fixer un
programme d’interventions à réaliser. Aujourd’hui, ces plans d’action ont évolué et porte une
attention particulière à la dimension environnementale. On parle dès lors de « Contrats de Quartiers
Durable ».
Dans le cadre du cours d’Atelier d’aménagement du territoire et gestion des paysages, organisé en
dernière année de Gestion de l’environnement urbain (Institut Arthur Haulot – Haute Ecole Lucia
de Brouckère), nous sommes amenés à élaborer une étude urbaine sous forme d’un Contrat de
Quartier Durable fictif. Le périmètre d’étude est définit par les deux quartiers bruxellois
« Université » et « Cimetière d’Ixelles ».
Cet exercice est structuré en deux phases.
La première phase consiste au diagnostic urbain. Celle-ci contient une analyse thématique, une
synthèse du diagnostic, et les résultats d’une campagne des enquêtes. L’analyse thématique est
construite autour de douze thématiques (logement, mobilité, histoire, etc.) qui tente de déterminer la
situation existante du quartier. La synthèse du diagnostic rappelle les éléments importants identifiés
dans chaque thématique. Enfin, la campagne des enquêtes se veut améliorer l’analyse quantitative
du diagnostic mais également apporter des éléments pour l’analyse qualitative.
La deuxième phase consiste à l’élaboration des propositions d’aménagement du périmètre sous
forme de prescription. Celle-ci comporte les interventions prioritaires et les interventions
secondaires et se base sur le diagnostic urbain établi dans la première phase. Pour chaque
intervention prioritaire, une carte de synthèse a été élaborée et définit les zones d’intervention.
 
	
  
8	
  
Phase 01 : Diagnostic.
	
  
 
	
  
9	
  
Phase 01 : Diagnostic.
La première phase de cette étude urbaine concerne le diagnostic. Cette première partie
tentera de révéler les informations indispensables qui permettent de comprendre le périmètre
d’étude
Ce diagnostic se divise en trois étapes :
1) l’analyse thématique ;
2) la synthèse du diagnostic ;
3) et la campagne des enquêtes.
L’analyse thématique se base sur l’étude de la situation existante de fait et de droit à travers douze
thématiques :
1. Localisation et situation ;
2. Histoire et archéologie ;
3. Inventaires des opérations de rénovations urbaines ;
4. Population ;
5. Logement ;
6. Occupation du sol ;
7. Cadre de vie ;
8. Climat social ;
9. Emploi ;
10. Infrastructures socio-économiques ;
11. Mobilité ;
12. Et Environnement et santé.
	
  
 
	
  
10	
  
1. Analyse thématique.
1.1. Localisation et situation.
La	
  zone	
  d’étude	
  du	
  contrat	
  de	
  quartier	
  durable	
  «	
  Université	
  »	
  se	
  trouve	
  dans	
  le	
  Sud-­‐Est	
  de	
  la	
  
Région	
  de	
  Bruxelles-­‐Capitale	
  dans	
  la	
  commune	
  d’Ixelles.	
  Le	
  périmètre	
  d’étude	
  est	
  bordé	
  à	
  l’Est	
  par	
  
la	
  commune	
  d’Auderghem	
  et	
  au	
  Nord	
  par	
  la	
  commune	
  d’Etterbeek.	
  	
  
	
  
Le	
   quartier	
   «	
  Université	
  »	
   est	
   délimité	
   au	
   Nord	
   par	
   le	
   boulevard	
   Général	
   Jacques,	
   à	
   l’Est	
   par	
   le	
  
boulevard	
  du	
  Triomphe,	
  à	
  l’Ouest	
  par	
  l’avenue	
  Adolphe	
  Buyl,	
  au	
  Sud	
  par	
  l’avenue	
  Pierre	
  et	
  Marie	
  
Curie	
  et	
  comprend	
  le	
  cimetière	
  d’Ixelles.	
  
	
  
Elle	
  est	
  traversée	
  par	
  trois	
  axes	
  importants	
  :	
  
-­‐ le	
  boulevard	
  de	
  la	
  Plaine	
  ;	
  
-­‐ et	
  l’axe	
  reliant	
  l’avenue	
  Arnaud	
  Fraiteur,	
  l’avenue	
  de	
  la	
  Couronne	
  et	
  l’avenue	
  de	
  l’Université	
  
-­‐ et	
  l’avenue	
  de	
  la	
  Couronne.	
  	
  
	
  
La	
  photo	
  aérienne	
  permet	
  de	
  distinguer	
  quatre	
  textures	
  dans	
  le	
  paysage	
  de	
  la	
  zone	
  d’étude	
  :	
  
-­‐ le	
  campus	
  de	
  la	
  Plaine	
  qui	
  forme	
  une	
  grande	
  zone	
  boisée	
  ;	
  
-­‐ le	
  cimetière	
  d’Ixelles	
  ;	
  
-­‐ la	
  ligne	
  de	
  chemin	
  de	
  fer	
  ;	
  
-­‐ et	
  le	
  reste	
  de	
  la	
  zone	
  qui	
  forme	
  les	
  zones	
  d’habitations.	
  
	
  
Au	
  Nord	
  du	
  quartier,	
  le	
  paysage	
  se	
  distingue	
  principalement	
  par	
  de	
  zones	
  d’habitation	
  alors	
  que	
  le	
  
Sud	
  est	
  largement	
  plus	
  «	
  vert	
  »	
  dont	
  notamment	
  le	
  Bois	
  de	
  La	
  Cambre.	
  
	
  
Le	
  quartier	
  est	
  également	
  traversé	
  par	
  la	
  ligne	
  de	
  chemin	
  de	
  fer	
  161	
  reliant	
  les	
  gares	
  de	
  Bruxelles	
  
au	
   Grand	
   Duché	
   du	
   Luxembourg	
   en	
   passant	
   par	
   Namur.	
   	
   Celle-­‐ci	
   forme	
   une	
   réelle	
   barrière	
  
physique	
   dans	
   le	
   paysage	
   et	
   n’est	
   franchissable	
   uniquement	
   par	
   l’avenue	
   Arnaud	
   Fraiteur	
   et	
   le	
  
Boulevard	
  Général	
  Jacques.	
  
	
  
	
  
	
  
Figure 1 : Localisation et situation du périmètre d'étude (Urbis, 2015)
	
  
Realized by means of Brussels UrbIS®© - Distribution & Copyright CIRB
0 1,500 3,000 4,500 6,000750
Meters
1:100,000
1:10,000
0 130 260 390 52065
Meters
Realized by means of Brussels UrbIS®© - Distribution & Copyright CIRB
 
	
  
11	
  
	
  
Figure 2 : Photographie aérienne du périmètre d'étude (zone en fonction de la texture) Google Earth, 2015
	
  
 
	
  
12	
  
1.2. Histoire et archéologie.
	
  
Les premières traces de peuplement humain sur le site datent d’au moins du VIIème
siècle. En
effet, des fouilles entreprisent en 1890 a révélé l’existence des tombes mérovingiennes. Cependant,
il faut attendre le XIIIème
siècle pour trouver les premiers documents écrits relatifs à Ixelles.
Le début du XIIIème
siècle voit la naissance des premiers hameaux sur le site actuel de la commune
d’Ixelles. Les marécages à côté du cours d’eau Maelbeek y sont asséchés. Des cabanes en bois
commencent à s’installer autour du Grand Etang sur l’actuel Place Eugène Flagey.
La zone reste encore très boisée et on y voit apparaître l’Abbaye de La Cambre (figure suivante).
Figure 3 : L'Abbaye de la Cambre vers 1935 (Histoire d'Ixelles ASBL, 1998)
Le XVème
siècle voit le développement du secteur agricole sur le site actuel. En effet, plusieurs
fermes s’installent autour de l’Abbaye et le paysage devient progressivement rural. Non loin de
l’Abbaye, on voit apparaître trois châteaux : celui de l’Ermitage, celui de Ten Bosch, et enfin le
château d’Ixelles. Ce siècle se marque également par une période de paix que Philippe le Bon
apporte à la région influençant ainsi certains bourgeois à faire construire des maisons de campagne
hors des enceintes de la ville de Bruxelles.
Au début du XIXème
siècle, Ixelles est une zone rurale et donc très peu urbanisée. Après
l’indépendance de 1831, la zone commence à s’urbaniser progressivement. La population augmente
et passe de 9 881 à 58 615 habitants en 57 années (1843 à 1900). En 1854, on crée également la
ligne ferroviaire du Luxembourg et de nombreux bâtiments connus de la commune commence à
apparaître (Eglise Saint-Boniface, Eglise de la Sainte-Croix, etc.).
A la fin de ce siècle et jusqu’à la première Guerre Mondiale (1914 – 1918), Ixelles vit en pleine
prospérité. Le noyau ixellois est progressivement englobé dans le noyau bruxellois. A cette même
période, le Sud-est d’Ixelles, et donc la zone d’étude, deviennent une zone militaire. Cette vaste
zone fut d’ailleurs nommée le « Quartier des casernes ». Le campus de la Plaine était nommé « la
plaine des manœuvres » et servait pour toutes sortes d’entrainements militaires.
Figure 4 : Caserne de Witte de Haelen et la Plaine des manoeuvres (Police fédérale belge in laplaine.jimdo.com, 2015)
 
	
  
13	
  
Après la guerre de 14-18, l’urbanisation d’Ixelles se déroule principalement autour du Bois de la
Cambre. Le réseau des transports en commun se développe à partir des années 30’.
Après les années 50’, Bruxelles est marquée par le développement du « tout-à-la-voiture » et le
réseau routier s’étend et se ramifie fortement.
A la fin des années 60’, la Région offre à l’Université Libre de Bruxelles l’actuel campus de la
Plaine. La volonté sera de boiser en partie le terrain afin de rendre le campus plus agréable.
Figure 5 : Sud du campus de la Plaine vers 1970 (laplaine.jimdo.com, 2015)
Aujourd’hui, l’urbanisation du quartier continue toujours. Les derniers terrains sont rapidement
achetés pour y construire de l’immobilier. Concernant le campus de la Plaine, celui-ci vit
actuellement une nouvelle ère. En effet, la Société Immobilière de Belgique (Immobel) projette de
déboiser le campus afin d’y installer de nouveaux projets immobiliers. Pour rappel, celui-ci
représente plus du tiers en superficie du périmètre d’étude. Nous pouvons déjà nous demander à
quoi ressemblerait notre zone d’étude sans cette énorme espace vert. Il serait considérablement
différent.
La figure suivante illustre l’évolution de l’urbanisation du quartier depuis les années 30’ jusqu’à
aujourd’hui sur base des photographies aériennes disponible sur Bruciel.
Figure 6 : Evolution de la surface urbanisée dans le périmètre d'étude entre 1930 et 2012 (BruCiel, 2014)
 
	
  
14	
  
1.3. Inventaire des opérations de rénovations urbaines.
Ce chapitre, comme son nom l’indique, fait l’inventaire des opérations de rénovations
urbaines sur et proche de la zone d’étude. Nous considérerons dès lors les projets futurs et ceux en
cours. Nous mentionnerons également les projets qui ont été proposés mais qui n’ont jamais abouti.
1.3.1. Les Contrats de Quartier.
La commune d’Ixelles présente trois Contrats de quartier et un Contrat de Quartier Durable :
-­‐ Le Contrat de Quartier ‘Blyckaerts’ ;
-­‐ Le Contrat de Quartier ‘Malibran’ ;
-­‐ Le Contrat de Quartier ‘Sceptre’ ;
-­‐ Le Contrat de Quartier Durable ‘Maelbeek’.
Le Contrat de Quartier ‘Blyckaerts’ s’est déroulé durant la période 2002 – 2006 et est actuellement
achevé. L’objectif était misé sur la lutte contre la paupérisation du quartier et contre le sentiment
d’insécurité.
Le Contrat de Quartier ‘Malibran’ s’est déroulée dans la période 2005 – 2008 et a abouti sur le
développement d’une maison de quartier, d’un jardin public et de logements sociaux.
Le Contrat de Quartier ‘Sceptre’ s’est déroulé dans la période 2010 – 2013 et avait comme objectif
de renforcer le maillage vert et bleu autour de la vallée du Maelbeek et de la voie ferrée. Il a
également abouti à la mise en œuvre d’un schéma directeur pour le quartier européen.
Le Contrat de Quartier Durable ‘Maelbeek’ est d’actualité pour la période 2014 - 2017 et s'inscrit à
la suite du Contrat de quartier Sceptre mis en œuvre entre 2010 et 2013.
Figure 7 : Contrats de Quartier (Durable) à proximité de la zone d'étude (BruGis, 2015)
 
	
  
15	
  
1.3.2. Les projets à l’échelle régionale
La zone stratégique Delta
Qualifiée de « stratégique » par le Gouvernement bruxellois, cette zone comporte le campus de la
Plaine, les abords du viaduc Hermann-Debroux, et le triangle Delta délimité par les lignes de
chemin de fer (Figure 8). Cette vaste zone se caractérise par son accessibilité. En effet, elle forme
une porte d’entrée de la ville et bénéficie d’une proximité directe avec trois gares ferroviaires, avec
la station de métro/bus Delta et avec des infrastructures routières métropolitaines dont le Ring.
Figure 8 : Répartition des projets de la zone Delta (ADT-ATO, 2015)
Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale y a élaboré un schéma directeur orienté sur
trois objectifs :
-­‐ le développement du campus universitaire de la Plaine ;
-­‐ le développement du triangle Delta ;
-­‐ l’amélioration de la mobilité du site.
Concernant le campus de la Plaine, la VUB et l’ULB souhaitent développer et restructurer leur
implantation sur le site. Les espaces publics devraient être repensés de manière à faciliter les
cheminements (piétons et modes doux), dégager de nouveaux espaces de rencontre et créer de
nouvelles connexions inter-quartiers (ADT-ATO, 2015). Les deux Universités souffrant d’un
manque de logements étudiants comptent augmenter leur parc en logements étudiants.
Enfin, la Compagnie Immobilière de Belgique (Immobel - CIB) envisage de déboiser une grande
partie du campus universitaire afin d’y aménager un nouveau quartier résidentiel (100 000 m2
de
nouveaux logements) sur les 150 000 m2
acquis en 2010 par l’ULB. Un PPAS est en cours
d’élaboration
Figure 9 : Photographie aérienne du sud du Campus de la Plaine (à g.) et Projet Universalis Park (à d.)
Au Sud du campus universitaire, hors de la zone d’étude se trouve une grande friche ferroviaire, le
triangle Delta. Sur celui-ci, la Région envisage de réaménager le site dont les objectifs sont :
-­‐ de localiser le futur pôle hospitalier du CHIREC (± 80 000 m2
) ;
-­‐ et de développer un quartier mixte accueillant du logement.
En effet, le site devrait accueillir dès 2017 le pôle hospitalier du
CHIREC d’une capacité de 500 lits. Un hôtel et des commerces sont
également envisagés. La Commission européenne et la Région de
Bruxelles Capitale ont négocié l’implantation du 200 000 m2
de
bureaux sur ce site mais cette proposition n’a finalement pas été
retenue. Figure 10 : Implantation du
futur centre hospitalier
CHIREC
 
	
  
16	
  
La tramification de la ligne 71
La Région de Bruxelles-Capitale a un projet ambitieux : transformer la ligne de bus 71 en une ligne
de tram. En effet, actuellement, la ligne de bus 71 est selon la STIB la plus fréquentée dans la
Région. Le bus 71 est très souvent bondé et régulièrement des voyageurs sont contraints de rester
aux arrêts à défaut de place dans le bus (be71.be, 2015). De plus, la part de la population régionale
qui utilisent les transports en commun augmente de 5% chaque année (STIB, 2015).
Aujourd’hui, la ligne 71 est majoritairement composée de bus articulé. La futur ligne sera
finalement tramifier. Ce choix s’explique notamment par la capacité d’usagers qu’un tram peut
prendre par heure. En effet, alors qu’un bus articulé transporte jusqu’à 900 voyageurs par heure, le
tram peut quant à lui transporter 2160 voyageurs par heure (Be71.be, 2015).
La Figure 11 illustre le futur tracé de la ligne 71. Dans notre zone d’étude, celle-ci devrait passer
par l’avenue Adolphe Buyl, l’axe formé par les avenues de l’Université, de la Couronne, et Arnaud
Fraiteur. Elle contournerait enfin le campus de la Plaine sur le boulevard du Triomphe pour
rejoindre Delta.
Figure 11 : Tracé de la futur ligne de tram 71 dans la zone d'étude (Tram71.be, 2014
Concernant les travaux de réaménagement, ils ont commencé mi-2016 et devraient durer 4 années.
La mise en service du tram 71 de la Porte de Namur jusqu’à Delta est prévue pour mi-2020.
Le réaménagement du Boulevard Général Jacques
Actuellement, le boulevard Général Jacques est un long boulevard qui donne la priorité aux
véhicules. Celui-ci sera dès lors réaménager pour lui donner une allure de boulevard contemporain
où chaque usager de la route y trouve équitablement sa place. Les trottoirs seront élargis et
incluront une piste cyclable. Une diminution du nombre de bandes de circulation automobile (deux
bandes) est prévue. Concernant les transports en commun, et en particulier la ligne de tram qui
circule au milieu du boulevard, les quais seront également élargis et allongés pour un meilleur
confort. Enfin, l’espace public sera amélioré et une plantation d’arbre est également prévue le long
de la berne centrale (BruxellesEspacesPublics.Irisnet.be, 2015).
Figure 12 : Localisation des demandes de permis d'urbanisme pour les réaménagements du Boulevard général Jacques et de
l'avenue Buyl (tram 71). Source : Stib et Bruxelles Mobilité, 2013.
 
	
  
17	
  
1.3.3. Autre(s) projet(s)
Projets jamais réalisés
A titre d’information, en 1866, le plan de V. Besme projetait d’installer deux hippodromes ; l’un
sur l’actuel Campus de la Plaine et un second à proximité du Bois de la Cambre. Ce projet n’a
jamais vu le jour (Laplaine.jimdo.com, 2015)
Figure 13 : Plan de V. Besme (Ministère de la Région de Bruxelles Capitale, 2007 in Laplaine.jimdo.com, 2015)
1.3.4. Conclusion intermédiaire
En conclusion, nous pouvons affirmer que la zone d’étude est riche en projet de réaménagement
ambitieux. La commune d’Ixelles a déjà lancé des Contrats de quartier dans le nord fragilisé du
territoire communal. Nous pourrions dès lors suggérer que la réalisation d’un contrat de quartier
durable dans le sud du territoire ne peut que être prometteur de bons résultats.
Les projets de réaménagements du Boulevard Général Jacques et de l’avenue Adolphe Buyl
(tramification de la ligne 71) vont très probablement apportés une amélioration de la qualité de vie
pour les habitants du quartier. En effet, le réaménagement du Boulevard Général Jacques donnera
plus de place aux modes de transports doux et aux transports en commun. Diminuer la place des
véhicules particuliers sur ce grand axe se calque sur la vision d’une ville durable proposée dans le
Plan Régional de Développement Durable (P.R.D.D). De plus, le réaménagement prévu au
carrefour formé par le Boulevard Général Jacques et l’avenue Adolphe Buyl va considérablement
améliorer la sécurité des riverains.
Le réaménagement de l’avenue Adolphe Buyl via la tramification de la ligne 71 aura un bénéfice à
long terme. En effet, si les riverains, et en particuliers les propriétaires des commerces, voient d’un
mauvais œil les travaux de réaménagement de l’avenue, nous pensons réellement qu’à long terme,
et une fois que les travaux seront finalisés, la qualité de l’espace public et le noyau commercial
seront valorisés.
Enfin, le pouvoir régional a vu le potentiel de la « zone stratégique Delta ». Si certains projets sur
cette zone semblent ambitieux, nous espérons qu’ils seront réalisés dans une optique de
développement durable.
 
	
  
18	
  
1.4. Population
1.4.1. Densité
Pour l’année 2013, le quartier « Université » compte une population totale de 10 986 habitants. La
densité du quartier est quant à elle de 8842 habitants par km2
, soit légèrement supérieur à la
moyenne régionale qui est de 7154,66 habitants par km2
(Ibsa, 2015).
Sans surprise, le quartier « Cimetière d’Ixelles » n’est pas concerné par cette thématique. Nous
nous intéresserons donc uniquement au quartier « Université ».
Figure 14 : Carte de la densité de population (hab/km2
) dans la Région de Bruxelles - Capitale pour l'année 2013. Réalisation
personnelle.
1.4.2. Nationalités
Pour l’année 2013, la part des étrangers dans la population totale du quartier est de 44,18 %. Ce
chiffre est fort élevé par rapport à la moyenne régionale qui est de 33,06 %. On remarquera
également une forte proportion d’habitants de nationalité française. Il représente 10,70 % (5 % en
moyenne dans la région).
La part des nationalités de l’Europe des 15 (hors Belgique) est aussi bien représentée : 22,54 %
dans le quartier contre 15,27 % en moyenne dans la Région.
Le graphique ci-dessus résume les différentes nationalités présentes dans le quartier.
Figure 15 : Part des différentes nationalités dans le quartier "Université" pour l'année 2013 (IBSA, 2015).
	
  
	
  
	
  
	
  
Belgique	
  
56%	
  
Europe	
  (hors	
  
Belgique)	
  
29%	
  
Afrique	
  
7%	
  
Amérique	
  latine	
  
2%	
  
Turquie	
  
0%	
  
Autres	
  
6%	
  
 
	
  
19	
  
1.4.3. Evolution de la population
Entre 2005 et 2010 la population totale du quartier n’a que peu évolué puisqu’elle a seulement
augmenté de 516 habitants. La densité de population dans la zone étudiée était de 8692,15 habitants
par kilomètre carré en 2011. C’est une valeur moyenne pour la Région de Bruxelles-Capitale.
1.4.4. Pyramide des âges
Figure 16 : Structure par âge (en %) de la population du quartier et de la moyenne régionale (IBSA, 2015).
La Figure 16 représente la structure par âge de la population du quartier et de la moyenne régionale.
On remarquera que la part des 18 – 29 ans et celle des 30 – 44 ans est supérieure à la moyenne
régionale. En effet, ils représentent près de 31,05 % et 27,11 % de la population totale du quartier.
Les autres part sont quant à elles inférieurs à la moyenne régionale.
1.4.5. Taille et types de ménages
La taille moyenne des ménages en 2009 était de 1,53 personnes.
Les couples avec ou sans enfants sont largement minoritaires par rapport aux personnes vivant
seules. Les isolés, toutes catégories d’âge confondues, représentent plus de 80% des ménages. La
part des isolés de moins de 30 ans dans le quartier est la plus élevée dans toute la RBC.
Le tableau suivant résume la répartition en pourcentage des types de ménages dans le quartier par
rapport à la moyenne régionale.
Type de ménages Quartier « Université » (%) Moyenne régionale (%)
Isolés < 30 ans 26,11 9,45
Isolés 30 – 64 ans 43,75 40,06
Isolés > 65 ans 10,26 13,12
Couples avec enfants 10,58 20,91
Couples sans enfants 11,45 16,55
Ménages monoparentaux 6,15 10,76
Autres types de ménages (ménages
collectifs et familles multigénérationnelles)
1,96 2,27
Tableau 1 : Types de ménages en 2006 dans le quartier et dans la Région (Monitoring des quartier, 2015)
	
  
0	
   5	
   10	
   15	
   20	
   25	
   30	
   35	
  
<	
  3	
  ans	
  
3	
  -­‐	
  5	
  ans	
  
6	
  -­‐	
  11	
  ans	
  
12	
  -­‐	
  17	
  ans	
  
18	
  -­‐	
  29	
  ans	
  
30	
  -­‐	
  44	
  ans	
  
45	
  -­‐	
  64	
  ans	
  
65	
  -­‐	
  79	
  ans	
  
>	
  80	
  ans	
  
Moyenne	
  régionale	
  
Quartier	
  "Université"	
  
 
	
  
20	
  
1.4.6. Revenus et évolution récente
Figure 17 : Revenus moyen par habitants (€/an) entre 2000 et 2012 (IBSA, 2015)
La Figure 17 illustre l’évolution du revenu moyen par habitants (€/an) entre 2000 et 2012 dans le
quartier « Université » comparée à la moyenne régionale. On remarque que globalement le revenu
moyen par habitant dans le quartier augmente de la même manière que dans la Région. On peut
observer cependant une chute plus importante dans l’évolution du quartier en 2010.
L’indice de richesse est un indice calculé par le SPF Economie qui compare le revenu moyen par
habitant d’un territoire par rapport au revenu moyen par habitant national. L’indice de richesse de
la Belgique est défini à 100 et celui de la Région de Bruxelles – Capitale est de 83,5. Cela signifie
donc que le revenu moyen par habitant de la Région est inférieur à la moyenne nationale.
Concernant le quartier « Université », son indice de richesse est de 79,26. Le revenu moyen par
habitant du quartier est donc sans surprise inférieur à celui du Royaume mais également inférieur à
celui de la Région.
1.4.7. Cas particulier des « koteurs »
L’ensemble des données présentées précédemment est basé sur les données du Registre National
Belge et ne tiennent compte que des personnes domiciliées dans le quartier. Dès lors, elles ne
prennent pas en compte les étudiants non domiciliés qui représentent une part non négligeable de la
population du quartier.
Les données relatives aux étudiants vivant en kot dans le quartier sont malheureusement très rares.
Cependant, l’Université libre de Bruxelles (ULB) a estimé dans une étude de 2002 que la densité
d’étudiants habitants le quartier, les « koteurs », devrait se situer entre 698 et 1208 koteurs/km2
.
Rapporté à la superficie du quartier « Université », nous obtenons le chiffre de 572 à 990 koteurs,
soit un peu moins de 10 % de la population totale.
1.4.8. Conclusion intermédiaire
L’analyse réalisée à partir « Monitoring des quartier » dévoile de nombreux éléments qui nous
permettent d’identifier le profil général de la population du quartier « Université ». En effet,
presque la moitié de la part de la population (44,18 %) est de nationalité étrangère. Cette part est
largement représentée par des nationalités de l’Union européenne (nationalité française
notamment). Les données de l’Université libre de Bruxelles nous ont permis d’estimer la part des
étudiants « koteurs » dans le quartier et de combler ainsi les données manquantes du « Monitoring
des quartiers ». Celle-ci serait de 10 % la part de « koteurs » dans la population totale du quartier.
L’évolution démographique de la population du quartier est stable et se calque avec celle de la
région.
Enfin, la jeunesse y est très bien représentée. La part des 18 – 29 ans dépasse largement la moyenne
régionale. Cette particularité provient très probablement de la présence de l’Université libre de
Bruxelles dans le quartier et explique également la grande part des isolés de moins de 30 ans
(record régional pour le quartier).
Concernant les revenus des habitants du quartier, l’indice de richesse révèle qu’il est légèrement
inférieur à la moyenne régionale.
8000	
  
9000	
  
10000	
  
11000	
  
12000	
  
13000	
  
14000	
  Revenus	
  moyen	
  par	
  habitants	
  (€/an)	
  
Quartier	
  "Université"	
  
Moyenne	
  régionale	
  
 
	
  
21	
  
1.5. Logement.
1.5.1. Type de logement
La part des habitants vivant en appartement est largement majoritaire. Elle est supérieure à celle de
la commune, ainsi qu’à celle de la Région. Globalement, dans la commune d’Ixelles, très peu
d’habitants vivent dans une maison à 3 ou 4 façades. Ils ne dépassent pas les 2%, contre 6,47% pour
la Région. La part d’habitant vivant en maison unifamiliale est également inférieure à celle de la
Région.
Dès lors, on peut conclure que la majorité des habitants du quartier vivent en appartement.
Les chiffres sont présentés dans le tableau ci-dessous.
Type de logement Quartier
« Université » (%)
Commune d’Ixelles
(%)
Région de Bruxelles-
Capitale (%)
Appartement 82,87 80,24 71,16
Maison unifamiliale 16,78 19,26 28,17
Maison 3 ou 4 façades 1,68 1,92 6,47
Tableau 2 : Typologie des logements dans le quartier "Université", la commune d'Ixelles, et la Région bruxelloise pour l'année 2001
(en %)
	
  
Logements sociaux
Les logements à gestion publique et à finalité sociale dans la Région de Bruxelles Capitale sont très
largement insuffisants et augmente trop peu. Parmi ceux-ci, nous comptons les logements gérés par
les Sociétés Immobilières de Service Public, les communes, les CPAS, les agences Immobilières
Sociales et le Fonds du logement.
Les partis de la majorité bruxelloise, dans l’accord de Gouvernement 2009-2014, ont convenu de
fixer à 15% le taux de logement de qualité, à gestion publique et à finalité sociale sur le territoire de
toutes les communes d’ici 2020.
Pour arriver à cet objectif, plus de 20 000 logements doivent être créés dans les 19 communes
bruxelloises. Les communes doivent fournir le plus d’effort car le pourcentage de logements
publics et/ou à caractère social par rapport au nombre total de logements, est le plus faible.
Depuis lors, plusieurs projets existent et le nombre de logements abordables a augmenté mais le
taux de logements destinés aux ménages à revenus limités ne dépasse toujours pas les 6%.
Quartier
« Université »
Commune d’Ixelles Région de Bruxelles-
Capitale
Lgt/100 ménages < 5 3,42 7,61
Tableau 3 : Part des logements sociaux dans le quartier, la commune d'Ixelles, et la Région (nombre de logements sociaux pour 100
ménages) (Ibsa., 2015)
Le tableau ci-dessus présente la part de logements sociaux dans le quartier « Université », la
commune d’Ixelles, et la Région de Bruxelles-Capitale pour l’année 2014. Cet indicateur s’exprime
en « nombre de logements sociaux pour 100 ménages ».
On remarquera que la part de logements sociaux dans la commune d’Ixelles et dans le périmètre
d’étude est inférieure à celle de la Région. D’ailleurs, le parc en logement social d’Ixelles est la
moins importante de la Région.
Logements étudiants
Le quartier Université est fortement marqué par la présence d’étudiants venant de tout bord. L’ULB
et la VUB se partagent l’espace et accueillent respectivement 24 000 et 11 000 étudiants dont 10
000 cherchent à bénéficier d’un logement. La capacité d’accueil n’est malheureusement pas à la
hauteur de la demande.
L’ULB compte 7000 étudiants à la recherche d’un logement et seulement 4000 demandes peuvent
être satisfaites actuellement. L’offre de logements universitaires plafonnant à 1700 chambres ou
appartements, dont la moitié en gestion propre, et l’autre moitié en gestion attribuée à des
partenaires. A côté, il y a encore les offres proposées par les particuliers qui proposent des
chambres chez l’habitant ou des appartements réservés aux étudiants.
 
	
  
22	
  
La VUB comptent 3000 étudiants cherchant un logement dans le quartier ou aux alentours.
Seulement la VUB disposent de 1256 chambres sur et autour de campus de la plaine.
A ces logements appartenant aux universités s’ajoute 4000 logements en ‘kots privatifs’ dispersé à
travers la Région de Bruxelles Capitale. Ces kots étudiant restent trop cher ou manque de confort. Il
faut compter en moyenne 375€ par mois pour une chambre dans un kot ou les communs sont
partagés. Pour plus d’intimité il faut compter autour de 550€ par mois sans compter les charges
pour un kot privé ou studio.
Il y a donc une carence récurrente d’espaces pour loger les étudiants, mais aussi les chercheurs et
professeurs invités.
Dans ce contexte, le conseil d’administration de l’ULB a adopté un « Plan Directeur du Logement
Universitaire » avec l’ambition de porter la capacité d’accueil à 4600 lits à l’horizon 2017. Pour ce
faire, l’ULB est en partenariat avec des agences privatives tel que la Résidence privée – Irena V qui
proposent 526 studios, 13 duplex et 9 appartements avec une chambre.
Mais, actuellement, la moitié des chambres sont vides, les prix de locations étant trop élevé.
1.5.2. Statut d’occupation des logements
La Région de Bruxelles-Capitale se démarque par sa grande part de logements mis en location par
des particuliers. En effet, en 2001, cette part représentait 72,82 % des logements.
A l’échelle de la commune et du quartier, ce chiffre est encore plus élevé. Il est en effet,
respectivement, 79,66 % et 84,90 %.
Statut Quartier
« Université » (%)
Commune d’Ixelles (%) Région de Bruxelles –
Capitale (%)
Occupés par le
propriétaire
32,48 33,07 41,45
Tableau 4 : Pourcentage de biens occupés par le propriétaire dans le quartier, la commune d'Ixelles, et dans la région bruxelloises
(Monitoring des quartiers, 2015)
1.5.3. Superficie des logements
Le tableau ci-dessous illustre la part des superficies de logements attribuée dans le périmètre
d’étude, la commune d’Ixelles, et la Région de Bruxelles-Capitale.
Catégorie Quartier
« Université » (%)
Commune d’Ixelles
(%)
Région de Bruxelles-
Capitale (%)
<55 m2
33,77 37,82 34,72
55 – 84 m2
30,45 26,90 29,09
85 – 104 m2
19,48 18,17 19,8
> 104 m2
12,30 17,10 16,39
Tableau 5 : Part des superficies des logements dans le quartier, la commune d'Ixelles, et la Région en 2001 (Ibsa, 2015).
Les logements sont principalement des appartements dont la superficie moyenne (72,32 m2
) est
légèrement inférieure à celle de la Région (74,39 m2
). Un peu plus d’un tiers des logements du
quartier « Université » font moins de 55 m2
. L’ensemble des données est relativement similaire aux
moyennes régionales.
1.5.4. Age du parc de logement
	
  
La plupart des constructions datent d’avant 1961 et est donc relativement ancien. On observe
également une part de bâtiments ancien (avant 1961) plus élevé dans le quartier « Université »
(85,16 %) que dans la Région de Bruxelles-Capitale (63,03 %).
	
  
	
  
	
  
 
	
  
23	
  
1.5.5. Etat du bâti
Malgré que nous soyons en présence d’un bâti relativement ancien, l’état général des immeubles dans notre périmètre d’étude est relativement bon. Cependant, quelques groupements de maisons, ou certaines
parcelles isolées sont en mauvais état. C’est le cas pour les bâtis le long de l’avenue Buyl mais surtout les bâtis rue de l’Automne, de l’Eté, et de la Couronne.
L’état du bâti se base sur plusieurs critères afin de statuer sur l ‘état d’un bâtiment: L’état de la façade, des châssis et de la corniche du bâtiment. Les relevés concerne donc uniquement les façades des
bâtiments cotés rue. Nous relevons ainsi quatre catégories:
- Bon état: Les trois critères sont en bon état. Les immeubles de cette catégorie sont neufs ou totalement rénovés ;
- Etat moyen: Un seul critère est en mauvaise état. Ces immeubles sont à entretenir ;
- Etat dégradé: Deux critère au moins sont en mauvaise état ou à remplacer. Ces immeubles sont à rénové.
Figure 18 : Carte synthèse de l'état du bâti (Réalisation AutoCAD à partir d'une visite de terrain, 2015)
 
	
  
24	
  
1.5.6. Marché immobilier
En Région bruxelloise
Localité Prix au m2
Ixelles 1 746,99
Woluwe Saint-Lambert 1 504,88
Jette 773,32
Woluwe Saint-Pierre 683,43
Knokke-Heist 676,16
Tableau 6 : Classement des prix des terrains les plus élevés en Belgique en 2007 (Le Vif in Contrat de quartier durable "Autour de
Leopold", 2008)
Le classement présenté ci-dessus montre que le prix des terrains de la Région de Bruxelles-capitale,
et en particulier ceux de la commune d’Ixelles, sont parmi les plus élevés de Belgique. En effet, le
prix au m2
à Ixelles grimpe à la première place avec 1 746,99 €/m2
(Le Vif, 2006).
1.5.7. Dynamique foncière
Dans les zones bâties, les terrains sont très rapidement achetés et bâtis. Cependant, on observe
malgré tout plusieurs terrains laisser en friche.
Le Campus de la Plaine et la zone de bureau longeant le chemin de fer possèdent une multitude de
lieu potentiel à bâtir.
Nous avons également observés des gabarits bas, bâtiments dont la hauteur du front de bâtisse est
inférieure à la hauteur des bâtiments de la même voirie.
1.5.8. Conclusion intermédiaire
La thématique développée dans la partie « Population » nous a permis de déterminer le profil
général de la population du quartier « Université ». Egalement, sur base du « Monitoring des
quartiers », nous avons tenté de déterminer le profil général en terme de logement.
Premièrement, nous observons une grande part d’habitants logeant en appartement. Ce constat se
calque avec ceux faits dans la partie « Population », à savoir une grande part de moins de 30 ans
habitants seuls.
En terme d’offre en logement, nous pouvons établir deux constats. Premièrement, l’offre en
logements sociaux est insuffisante. Le quartier ne répond pas aux objectifs de la région concernant
l’offre en logements sociaux (15% d’ici 2020). Deuxièmement, l’offre en logements étudiants est
élevée dans le quartier. En effet, la proportion de logements étudiants dans le périmètre d’étude est
largement supérieure à celle de la Région. Le quartier est riche en logements étudiants et cela
s’explique par la présence de l’ULB et de la VUB.
Cependant, en terme de demande, nous constatons une demande élevée et progressive en logements
étudiants. Effectivement, si l’offre en logements étudiants est élevée dans le quartier, elle ne répond
cependant pas à la demande. Malgré des efforts des pouvoirs régionaux, privés, et des universités
concernés, il y a toujours une demande à satisfaire. La demande en logement sociaux n’est quant à
elle pas autant marquée que celle en logements étudiants.
Pour pallier à ce manque d’offre en logements, une des possibilités est de déterminer des zones
potentielles à l’implantation de nouvelles structures accueillantes. Par conséquent, le diagnostic a
observé la présence de terrains en friche mais également de « gabarit bas » sur lesquels nous
pourrions y ajouter des logements sociaux et/ou étudiants.
En ce qui concerne l’état du bâti, celui-ci est en rège général de bonne qualité. Cependant, le
diagnostic et la visite sur le terrain ont révélé une dégradation dans certaines voiries du quartier
(voir carte « Etat du bâti »).
Enfin, une grande part des logements est louée par des propriétaires privés.
 
	
  
25	
  
1.6. Occupation du sol.
1.6.1. Méthodologie
L’analyse des données concernant l’occupation du sol permet de comprendre les enjeux et
l’évolution du développement territorial de la zone d’étude. Toutes les informations et observations
citées proviennent des textes législatifs contraignants comme le Plan Régional d’Affectation du Sol
(prescriptions littérales et graphiques) et d’outils cartographique (Brugis, Bruciel, etc.)
Pour la mise en œuvre d’une carte de l’occupation du sol reprenant l’occupation du sol, nous avons
pris différentes sources. La première source étant la carte n°3 du PRAS de l’affectation du sol qui
sera comparée avec la carte n°1 de la Situation existante de fait. Celles-ci seront mises en
correspondance avec un relevé de terrain.
1.6.2. Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS)
Le PRAS est édité par la Région de Bruxelles-Capitale pour l’aménagement du territoire. Il se situe
au sommet de la hiérarchie des plans réglementaires et a valeur réglementaire dans toutes ses
dispositions. Toute délivrance de permis d’urbanisme doit lui être conforme.
Nous pouvons observer que le tissu urbain n’est pas homogène. En effet, près de 42% de la surface
d’étude sont affectés à de l’équipement d’intérêt collectif ou de service public, 39% au logement
(zone d’habitat et zone de mixité comprises), 10% au cimetière et les neuf autres pourcents se
répartissent entre le chemin de fer, la zone administrative et une zone de parc.
La zone d’équipement reprend le Campus de la Plaine, la gare d’Etterbeek, une salle du Royaume
des Témoins de Jéhovah et le groupe scolaire Les Jardins d'Elise (Ecole N°12 d'Ixelles). La zone
administrative est concentrée entre le Campus de la Plaine et le chemin de fer.
Nous observons également une Zones d’Intérêt Culturel, Historique, Esthétique ou
d’Embellissement (ZICHEE) qui s’étend sur le Boulevard Général Jacques (en surimpression
quadrillée sur la carte). Les prescriptions littérales du PRAS prévoient que « Dans ces zones, la
modification de la situation existante de fait des gabarits ou de l'aspect des façades visibles depuis
les espaces accessibles au public, est subordonnée à des conditions particulières résultant de la
nécessité de sauvegarder ou de valoriser les qualités culturelles, historiques ou esthétiques de ces
périmètres ou de promouvoir leur embellissement, y compris au travers de la qualité de
l'architecture des constructions et des installations à ériger. Ces conditions particulières sont
arrêtées par plan particulier d'affectation du sol, par règlement d'urbanisme ou en vertu de la
législation relative à la conservation du patrimoine immobilier. A défaut, elles sont arrêtées après
avis de la commission de concertation. »
Un autre élément important est la présence de liserés commerciaux sur la Chaussée de Boondael,
sur une partie de l’Avenue de la Couronne et de l’Avenue de l’Université. Cette dénomination
implique une affectation prioritaire des rez-de-chaussée aux commerces et des conditions
particulières pour les projets de plus de 1000m2 par immeuble et par projet.
A proximité de la zone d’étude se trouvent principalement des zones d’habitation et plusieurs zones
d’équipements d’intérêt collectif ou de service public. Le Bois de la Cambre se situe à l’Ouest du
quartier et du campus du Solbosch.
Figure 19 : Profil général de la zone d'étude (BruGIS, 2014)
	
  
Les affectations du périmètre d’étude selon le Plan Régional d’affectation du sol (P.R.A.S.) sont
illustrées à la page suivante.
	
  
	
  
	
  
 
	
  
26	
  
	
  
	
  
	
  
Figure 20 : Carte de l'affectation du sol dans le périmètre d'étude (PRAS, 2014). Réalisation avec GIMP.
	
  
	
  
 
	
  
27	
  
1.6.3. Plan Particulier d’Affectation du Sol (PPAS)
Les PPAS sont des outils de planification utilisés par les communes et qui complètent le PRAS.
Notre zone d’étude est concernée par deux d’entre-eux: le PPAS quartier Boondael et le PPAS de la
gare d’Etterbeek.
Figure 21 : PPAS dans la zone d'étude (BruGIS, 2014)
PPAS Boondael
Ce PPAS contient des prescriptions quant au gabarit, à l’implantation et aux matériaux utilisés pour
les constructions. Il détermine également l’affectation des bâtiments. Il permet uniquement de
l’habitat avec une exception pour l’installation de commerces aux rez-de-chaussée des bâtiments de
certaines rues.
PPAS Gare d’Etterbeek
Il détermine une affectation pour les zones définies sur le périmètre du PPAS ainsi que les
modalités de leur aménagement. La zone principale est réservée à l’installation d’entreprises de
pointe non polluantes devant collaborer sur le plan scientifique avec les universités toutes proches.
PPAS Delta Partim 13
Un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 12 septembre 2013 approuve le
plan particulier d'affectation du sol « Delta Partim 13 » de la Commune d'Auderghem, délimité par
le boulevard du Triomphe, des limites parcellaires en intérieur d'îlot, la ligne de chemin de fer
26bis (partiellement comprise dans le périmètre) et des limites parcellaires en intérieur d'îlot
rejoignant le boulevard du Triomphe.
La zone concernée par les modifications est située au Sud du Campus de la Plaine et forme "le
Triangle Delta". Les terrains sont sur la commune d'Auderghem et ne sont pas concernés par le
périmètre d’étude. Cependant, l’approbation de ce nouveau PPAS aura une influence directe sur le
quartier.
L'enjeu est de faire passer le statut actuel de cette zone, à savoir
"Zone d’industrie urbaine et zone de chemin de fer", au statut de "Zone
d’équipement et zone administrative" afin de permettre la construction d'un
hôpital de 95000 m². Le Centre Hospitalier Interrégionale Edith Cavell
(CHIREC) compte regrouper la quasi-totalité de ses centres hospitaliers
bruxellois sur le site de Delta.
	
  
Figure 22 : Périmètre du
PPAS Delta.
 
	
  
28	
  
1.6.4. Situation existante de fait
En comparant la carte de l’affectation du sol avec celle de la situation existante de fait, on observe
plusieurs constats.
Le tissu urbain est plus hétérogène que les plans ne le laissaient présager. En effet, de nombreux
immeubles présentent une activité industrielle ou commerciale prédominante, en particulier dans la
zone de mixité. Ces immeubles sont présentés en bleus et foncés et mauves sur les cartes. Le
campus de la Plaine comprend quelques bâtiments de logements contrairement à ce qui est décrit
dans le PRAS. Les liserés commerciaux sont également légèrement différents. A l’inverse, il est
plus court sur l’avenue de la Couronne. Quant à la chaussée de Boondael, on observe de légères
différences.
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Figure 23 : Carte de la situation existante de fait (PRAS, 2014)
 
	
  
29	
  
1.6.5. Occupation du sol de fait
L’occupation du sol de fait reprend les informations précédemment citées du PRAS (Situation existante de fait et de droit) et mise en correspondance avec un relevé de terrain. Le relevé de terrain a été
réalisé en Novembre 2014. Cependant, la zone d’étude étant relativement grande, les données manquantes du relevé de terrain ont été complétées à l’aide de l’outil Google Street view
Le résultat est présenté à la figure suivante.
	
  
Figure 24 : Carte de l'occupation du sol (Réalisation sur AutoCAD sur base d’une visite de terrain)
 
	
  
30	
  
1.6.6. Conclusion intermédiaire
Les documents réglementaires provenant du Plan régional d’affectation du sol (P.R.A.S.) nous ont
permis d’identifier le profil général du périmètre d’étude en terme d’affectation du sol.
Premièrement, nous avons constaté que le tissu urbain n’est pas du tout homogène puisque presque
la moitié de la zone est affectée à de l’équipement d’intérêt collectif ou de service public. Le reste
étant partagé entre zones vertes, zones d’habitations, et zones de chemin de fer notamment. Cette
hétérogénéité des affectations complexifie l’implantation d’éventuels projets. En effet, la
réglementation du P.R.A.S. étant de rigueur, il faudra tenir des prescriptions littérales de celui-ci.
Deuxièmement, la carte de l’occupation du sol de fait nous permet d’identifier la présence de
plusieurs noyaux. Ceux-ci sont plus grands que ce que les cartes réglementaires prévoyaient. Cette
observation se calque avec la visite de terrain.
 
	
  
31	
  
1.7. Cadre de vie.
1.7.1. Espaces publics
La zone d’étude comprend quatre espaces publics importants :
1) Plaine de jeux « La Petite Suisse » ;
2) La place de la Petite Suisse ;
3) Le square Albert Deveze ;
4) Et le square des Latins.
Square Albert Deveze
C’est un espace résiduel, morcelé qui se situe au croisement des avenues Adolphe Buyl et Armand
Huysmans. Le square est fréquemment utilisé mais entouré de voitures, il est équipé d’une
poubelle, de bulles à verre et d’une bulle à vêtement. Le square est un lieu de détente.
Square des Latins
Ce square est un véritable canisite à lui tout seul et n’offre que très peu de service hormis l’apport
de végétal dans ce décor minéral.
Figure 25 : Vue sur le Square des Latins.
Plaine de jeux « La Petite Suisse »
Ouvert de 9 à 18h ou de 10 à 17h, la plaine de jeu « La Petite Suisse » est située en intérieur d’ilot
et est de fait un espace fermé et sécurisé. C’est un cadre bien entretenu et agréable à la fois pour les
familles mais également pour les sportifs et en particuliers pour les étudiants de l’ULB.
Durant l’été, une plaine est organisée avec réfectoire. Le responsable des lieux nous a confié lors de
notre visite que le local était auparavant à disposition des parents qui souhaitaient fêter
l’anniversaire de leur enfant. Il ne le serait plus suite à de nombreux abus.
Figure 26 : Entrée de la plaine de jeu "Petite Suisse" (à g.) et place de la Petite Suisse (à d.)
Place de La Petite Suisse
Cette place a fait couler littéralement beaucoup d’encre. En effet, un arrêté du bourgmestre y a
interdit la consommation d’alcool suite à des plaintes du voisinage pour tapages nocturne. L’objet
de plusieurs plaintes car certains y consomment de l’alcool et dérange le voisinage avec du tapage
nocturne.
Autre débat, celui du projet de réaménagement au niveau du boulevard Général Jacques ou des
initiatives citoyennes dont notamment l’artiste Philip Geluck, originaire du quartier, se plaignent
des embouteillages au niveau de la rue Emile Banning et de la place.
 
	
  
32	
  
1.7.2. Espaces verts
Deux principaux espaces verts se démarquent dans la zone d’étude ; le Campus de la Plaine et le
cimetière d’Ixelles. Historiquement, ces deux espaces verts formaient un plateau recouvert par un
grand bois, appelé Bois du Loup, ou Wolfsbosch (El Zein H., 2014).
Le Campus de la Plaine
Le Campus de la Plaine qui abrite de nombreux locaux de l’ULB et de la VUB abrite également le
plus grand espace vert de la commune d’Ixelles avec ses 47,2 ha (Google Earth, 2015). En effet,
plus de dix hectares sont boisés. L’espace boisé est entrecoupé par les bâtiments et les pelouses
entretenues donnant un aspect morcelé au campus.
Figure 27 : Vue aérienne sur le campus de la Plaine (Immobel, 2015)
Cimetière d’Ixelles
Le Cimetière d’Ixelles, comme son nom l’indique, est un cimetière situé dans le sud de la commune
d’Ixelles et donc de la zone d’étude. Son patrimoine funéraire qu’il contient est l’un des plus
importants de la Région bruxelloise (personnalités artistiques, scientifiques, politiques, militaires,
etc.). Vaste de cinq hectares, celui-ci est entouré d’un mur de pierres l’isolant du reste du quartier.
Aujourd’hui, on parle également du cimetière d’Ixelles pour désigner le quartier qui l’entoure et qui
compte de nombreux cafés et restaurants estudiantins car situé entre les deux campus de l’ULB
(Campus de la Plaine et du Solbosch).
Le	
  cimetière	
  est	
  ouvert	
  de	
  8h30	
  à	
  16h30.	
  
	
  
Figure 28 : Vue aérienne sur le cimetière d'Ixelles et sur les zones résidentielles comprises dans le périmètre d'étude (en haut) et vue
sur l'entrée et sur le giratoire du cimetière.
 
	
  
33	
  
1.7.3. Intérieurs d’ilots
Les intérieurs d’ilots sont variés dans le périmètre d’étude. On remarquera néanmoins trois grandes zones d’intérieurs d’ilots. Premièrement, le campus de la Plaine qui par son espace vert offre un grand
intérieur d’ilot d’excellente qualité. Deuxièmement, à l’ouest de la zone, vers le campus du Solbosh, une zone où la qualité des intérieurs d’ilots est relativement bonne. Et enfin, entre ces deux dernières, une
zone qui varie de moyen à mauvais. La Figure suivante synthétise cette disparité de qualité des intérieurs d’ilot. Elle a été réalisée sur base d’une photo-interprétation à partir de Google Maps et de BruGIS.
	
  
Figure 29 : Carte de la situation des intérieurs d'ilots. Réalisation : Eskander Alexandre (sur base d'une photo interpretation)
 
	
  
34	
  
1.7.4. Propreté publique
La propreté publique est dans un état relativement bon malgré les infractions constatées lors d’une
visite de terrain. Plusieurs poubelles publiques deviennent rapidement des dépôts clandestins
lorsqu’elles sont remplies. On trouve également des dépôts de sacs poubelles dans les fosses de
plantations. Le service en bulles à verres est complet au sein de notre zone, c’est pas moins de 5
point de collectes qui sont présents
1.7.5. Etat des voiries et trottoirs
L’état des trottoirs varie globalement de « bon état » à « légèrement dégradé » comme on peut le
constater sur la carte ci-dessous. Une grande partie des trottoirs est en dalle d’asphalte 30 x 30 cm
tandis qu’une autre partie est en pavé platine.
Les trottoirs les plus dégradés se trouvent dans les rues où les passages y sont fréquents, c’est le cas
du boulevard Général Jacques et de l’Avenue de l’Université. La rue Arnaud Fraiteur qui longe le
cimetière d’Ixelles est dans un état très dégradé, les racines traçantes des tilleuls occupent beaucoup
de place dans le sol et les pavés ont été placés dessous sans fosse de plantation.
Figure 30 : Carte de l'état des trottoirs sur base d'un relevé de terrain (Groupe CQD 3ème GEU : Cappuccio G., Parry A., et
Peeters J.)
1.7.6. Patrimoine
La zone d’étude offre un patrimoine plusieurs monuments et sites classés. On en dénombre
quatorze dont douze se trouve sur la Chaussée de Boondael. Les deux autres étant le Cimetière
d’Ixelles et le 562 avenue de la Couronne :
1) Avenue de la Couronne, 562 ;
2) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  309	
  ;	
  
3) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  348	
  ;	
  
4) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  365	
  ;	
  
5) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  369	
  ;	
  
6) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  373	
  ;	
  
7) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  374	
  ;	
  
8) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  393	
  ;	
  
9) Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  469	
  ;	
  
10)Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  471	
  ;	
  
11)Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  473	
  ;	
  
12)Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  477	
  ;	
  
13)Chaussée	
  de	
  Boondael,	
  481	
  et	
  le	
  ;	
  
14)	
  Cimetière	
  communal	
  d’Ixelles.	
  
La figure suivante géolocalise les différents sites et monuments classés dans la zone d’étude.
 
	
  
35	
  
Figure 31 : Situation des sites et monuments classés dans le périmètre d'étude (Atelier CQD, 2014)
1.7.7. Conclusion intermédiaire
Le périmètre d’étude ne possède pas de grands espaces ou places publiques (hormis les espaces
verts) à l’image de la place Flagey.
Cependant, nous observons quatre petits et moyens espaces publics dont leurs réaménagements
présentent un potentiel non négligeable. Par exemple, la tramification de la ligne 71 offre une
possibilité de réaménager le square Albert Deveze en un lieu de détente. Les trois autres espaces
publics sont des lieux de rencontres incontournables pour les habitants du quartier. L’amélioration
de ces espaces ne peut qu’être positive dans la qualité de vie du quartier.
Le quartier est également riche en deux grands espaces verts publics : le cimetière d’Ixelles et le
Campus de la Plaine. Ces deux espaces offrent un lieu de repos et de détente aux habitants du
quartier mais également aux habitants de la Région.
Concernant la qualité des intérieurs d’ilots, les photographies aériennes révèlent que les ilots au
centre du quartier, ainsi que le cimetière d’Ixelles, sont de mauvaises qualités contrairement au
Campus de la Plaine et aux ilots résidentiels de l’Ouest du quartier.
La propreté publique est de bonne qualité dans l’ensemble du quartier. Seuls quelques dépôts ont
été constatés ponctuellement lorsque les poubelles publiques sont remplies.
En terme de patrimoine, le périmètre d’étude dispose de douze monuments et sites classés
concentrés sur la Chaussée de Boondael.
	
  
 
	
  
36	
  
1.8. Climat social
Les propos tenus dans cette partie se basent essentiellement sur des informations qualitatives. Elles
ont permis de mieux appréhender le quartier à travers les yeux de ses habitants et ses divers
usagers. Par cette démarche, nous avons recueilli les témoignages de personnes de référence ayant
une connaissance accrue du milieu sociale du fait de leur ancrage dans le quartier. Nous avons
complété le travail par des recherches bibliographiques. Ces renseignements vont nous permettre
d’enrichir nos idées afin d’élaborer un programme dans le cadre du « Contrat de quartier durable
Université » (Bruno Raulier, 2014)
1.8.1. Ville perçue vs. Périmètre d’étude
Un quartier peut être défini comme une partie d’une ville où un observateur peut pénétrer par la
pensée et qui se reconnait parce qu’elle a une caractéristique générale qui permet de l’identifier
(K.Lynch, 1999). Ainsi, pour certains de nos interlocuteurs leur quartier s’étend de la Place E.
Flagey jusqu’au niveau du stade Volta. Dans tous les cas, il s’arrête à hauteur de l’Avenue Franklin
Roosevelt et du Boulevard du Triomphe (limite avec Auderghem). D’autres voient dans l’Avenue
Général Jacques une limite à l’étendue. Le point commun de ces différentes artères et îlots réside
dans la mixité du logement pour les habitants et les étudiants. Une autre vision consisterait à
concevoir un quartier plus local comme la zone d’affluence piétonne des noyaux commerciaux
(Jean- Pierre Janssens). De ce témoignage en découle l’importance, l’empreinte de la communauté
étudiante dans le quartier sans oublier qu’il est aussi occupé par ses habitants. Ce constat se
confirme lorsque nous observons que l’ensemble des interlocuteurs inclut dans leur représentation
des lieux appropriés, les deux sites universitaires (le Solbosch et La Plaine). Pourtant, ces campus
ne sont pas habités par des riverains mais ils conditionnent la présence estudiantine.
Une autre approche serait de s’intéresser aux qualificatifs utilisés par le PRDD pour décrire notre
périmètre d’étude. Le fait que ce plan donne les grandes orientations d’aménagement du territoire,
nous signale aussi la volonté de prendre en compte l’existence de noyaux d’identité locale. Ce plan
régional conçoit la ville comme une mosaïque de pôles multifonctionnels mis en réseau, entre-
autres, par les itinéraires des transports publics. Ces noyaux font partie de ces pôles avec des
particularités : une qualité de vie à l’échelle du quartier, une proximité des différents services
renforcée par une place importante laissée aux piétons ; ce sont des lieux identifiés par les habitants
comme une centralité locale représentative du quartier (PRDD).
Figure 32 : Carte des noyaux d'identité locale (Bruno Raulier, 2014)
	
  
	
  
	
  
 
	
  
37	
  
Ils ont été établis en fonction de critères comme « Les centres anciens » et « les cœurs des liserés de
noyaux commerciaux » (PRDD) ce qui correspond assez bien aux deux noyaux d’identité locale
au sein de notre périmètre d’étude. Le premier est centré autour de la Place de la Petite Suisse et le
deuxième s’étend autour du cimetière. Toutefois, il ne faut pas considérer ces aires comme des
limites géographiques strictes mais comme un centre de focalisation de la vie locale (PRDD). Nous
observons aussi deux de ces pôles identitaires à cheval sur le périmètre d’étude (carrefour entre
l’Avenue Buyl et le Boulevard Général Jacques ; autour de la gare d’Etterbeek). De même, nous
apercevons sur la carte, ci –contre, des centres plus éloignés, autour de la Place E. Flagey, et à
proximité du stade municipal d’Ixelles (« Stade Volta »).
Cette approche plus bibliographique nous permet de confronter les projets de développement et la
réalité perçue par les habitants. Le périmètre d’étude ne décrit pas une unité urbaine au sens
psychosociologique. L’étendue du quartier varie d’un riverain à l’autre et son contour reste flou.
Toutefois, des nœuds et des points de repères se dégagent des discours de nos interlocuteurs. Le
cimetière d’Ixelles est un point de repère pour de nombreux riverains ; il est le lieu de rendez-vous
par excellence. La devanture du café « Montmartre » ou le « stade Volta » est, également, signalée
comme des repères du quartier. D’une manière moins importante, la Place Flagey est perçue comme
un nœud, un point de convergence pour différents usagers, différentes voies, différents modes de
transports « où l’on a les moyens de quitter le quartier » (B. Bringard, riverain).
En conclusion, nous retrouvons dans le discours des riverains des références à certains noyaux
d’identité locale. Ce regard sur le quartier est confirmé par le concept de « zone d’affluence
piétonne des noyaux commerciaux » (Jean-Pierre Janssens). Ainsi, la place de La Petite Suisse et le
carrefour du cimetière d’Ixelles semblent être des lieux incontournables dans les aménagements
futurs. Il faudra être attentif aux demandes et besoins locaux dans le développement de ces espaces
publics. De plus, il faudra conserver et favoriser cette « proximité piétonne » et les caractéristiques
du quartier propres à ses noyaux d’identité locale.
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
1.8.2. Inventaire des lieux significatifs du quartier
Dans cette partie, nous allons nous efforcer à décrire les espaces de rencontre qui rythment la vie de
quartier au sein de notre périmètre d’étude. Au-delà de ses limites subjectives, se trouvent des
éléments déterminants du climat social. D’abord, nous avons le campus du Solbosch de l’ULB,
adjacent à l’Avenue Buyl, qui apporte son lot d’étudiants, de services (médiathèque, banques,...) et
d’activités culturelles (conférences, location de salle). Ensuite, nous avons le Stade Municipal
d’Ixelles qui permet l’exercice d’une multitude de disciplines sportives (location de salles, club).
Le Comité de Quartier de La Petite Suisse y tient ses réunions et la Maison Des Jeunes XL’J y
organise des activités sportives.
Nous avons voulu illustrer nos propos concernant les espaces de rencontre par le biais de la carte
des lieux de rencontre officiels. Celle-ci ne prétend pas exposer l’ensemble des lieux de
socialisation du quartier mais elle met en évidence les lieux qui se réclament sociaux. De plus, les
mouvements, comités n’ayant pas de lieux de références n’ont pas été repris dans cette carte. Pour
la facilité du lecteur, nous préciserons dans le texte par un nombre la référence de chaque espace de
rencontre de la carte. Ceux-ci sont classés sur le support graphique en quatre groupes principaux.
En premier, les lieux culturels et sportifs reprennent autant les centres sportifs que les centres de
loisirs artistiques et divertissements. Ces fonctions sont prédominantes pour cette classe d’espaces
de rencontre. En deuxième, les lieux communautaires se distinguent par leur accès fortement limité
à une communauté. Dans certains cas, d’autres populations peuvent fréquenter ces lieux mais la
communauté de départ est favorisée dans ces lieux par des avantages financiers.
En troisième, les lieux éducatifs et crèches rassemblent les écoles et lieux d’accueil de la petite
enfance ainsi que les activités parascolaires. En quatrième, les lieux plurifonctionnels regroupent
plusieurs classes de lieux de rencontre en un seul point.
Le cimetière d’Ixelles (25) se trouve dans la catégorie « Lieu de recueillement » du fait de sa
particularité.
Le périmètre d’étude se divise en deux zones. D’un côté le campus de la Plaine et de l’autre côté un
tissu urbain avec ses ilots et ses voies publics.
Premièrement, nous allons décrire les lieux d’échanges sociaux du campus universitaire. Avant
tout, nous pouvons constater un nombre plus important de lieux communautaires à la VUB (au
Nord-Ouest de la Plaine). Ceci s’explique d’une part par un plus grand nombre de cercles
 
	
  
38	
  
folkloriques et d’autre part par de multiples salles réservées aux étudiants (26, 27, 28, 29, 30, 31).
A l’opposé, les activités folkloriques de l’ULB sont minoritaires sur le campus de La Plaine. Ceux-
ci sont regroupés au nombre de quatre au sein du bâtiment du « Forum » (23). Il est intéressant de
savoir que l’ULB compte une cinquantaine de cercles folkloriques sur l’ensemble de ses sites. La
majeure partie des animations estudiantines se tient sur le campus du Solbosch. De plus, les
étudiants de l’université francophone ont accès à une salle de fête, « La Jefke » (1). Elle comporte
l’avantage d’être éloignée de zones d’habitat en termes de nuisances. Ensuite, les deux universités
jouissent de lieux culturels et sportifs. Le musée des Plantes Médicinales et de la Pharmacie se situe
sur le site de l’ULB (20), tandis que le campus de la VUB compte sur son terrain un centre Fitness
privé (18), un terrain d’athlétisme utilisé par les étudiants, le Royal Ixelles-Auderghem Athlétisme
Club (19) et le « KultuurKaffee » (17). Cet établissement est multiple par ses activités. C’est
d’abord un café, puis un centre artistique, de cours de musique, d’expositions au sens large, et de
concerts. Malgré ses heures d’ouverture calquées sur la vie étudiante, celui-ci est ouvert tout l’été.
Son caractère néerlandophone ne signifie pas un accès limité aux étudiants de la VUB. Par contre,
la VUB possède une salle de spectacle (32) destinée entre autre aux représentations de la troupe de
théâtre et l’orchestre de l’université. Nous aurions pu considérer ce lieux comme communautaire si
nous n’avions pas pris en compte le prix d’accès aux manifestations artistiques. A notre
connaissance, il existe uniquement un avantage pour le personnel et les étudiants de la VUB en
termes de prix d’entrée des concerts (un nombre limité de places gratuites). Cela ne nous semble
pas être un élément suffisant pour qualifier la salle de spectacle comme communautaire. Puis,
l’Université Libre de Bruxelles se distingue par des lieux éducatifs. Nous retrouvons sur le site une
école de promotion sociale et l’Ecole Européenne de Bruxelles (8,6). A côté de ses institutions,
l’ULB bénéficie de deux organes de promotion des Sciences par l’organisation d’expositions et
d’ateliers destinés essentiellement à un public scolaire. L’Expérimentarium de Chimie (7) ne se
situe pas au même endroit que l’Expérimentarium de Physique (23). Ce dernier fait partie des
nombreuses associations du lieu-dit « Forum ». Ainsi, ce lieu forme un centre plurifonctionnel avec
ses quatre cercles folkloriques, l’Union des Anciens Etudiants de l’ULB (UAE), le restaurant
universitaire, et le Foyer Culturel et Scientifique de La Plaine (FOSCUP). Le FOSCUP est un lieu
d’accueil des étudiants (ex : jeux de société, salle de répétition pour le cercle d’improvisation) et un
centre culturel (concerts, expositions).
A part du campus universitaire, nous retrouvons deux écoles de l’enseignement supérieur privées
internationales dans le même bâtiment (9).
Deuxièmement, nous allons décrire les lieux d’échanges sociaux du tissu urbain mélangeant les
logements pour étudiants et pour les riverains. D’abord, cette partie du quartier contient un nombre
plus limité de lieux communautaires que le campus de La Plaine. Ainsi, nous retrouvons « La Salle
du Royaume Des Témoins de Jéhovah » (3), « The European Law Students Association. Asbl » et «
La Forestière ». Cette dernière association est un centre de jour pour les personnes à déficiences
mentales. Ensuite, les riverains bénéficient de deux crèches (10,5), d’une école primaire et
maternelle francophone (11), d’une école secondaire technique francophone (12), et d’une
implantation d’une école maternelle néerlandophone (5) Puis, la zone est desservie en espaces
culturels et sportifs tel qu’un théâtre (21), un centre sportif (14), deux clubs de danse (15,13), une
école de comédie musicale (16) et une plaine de jeux communale (22).
Finalement, nous avons la Maison Des Jeunes XL’J (24), lieu plurifonctionnel par son accès et ses
activités. L’institution organise des festivals, une école de devoirs, accueil un Groupe d’Achat
Solidaire de l’Agriculture Paysanne, permet l’accès à internet pour toutes recherches dans le but de
réduire la fracture numérique et organise des cours d’expression artistique. De plus, la maison est
un lieu d’échange libre d’accès. Dans les faits, le public majoritaire se compose d’adolescents de 12
à 15 ans avec une population minoritaire entre 16 et 20 ans (Chloé Ballif-Ali Abettouy,
animateurs).
1.8.3. Dynamique sociale et mouvements contestataires
Jean-Pierre est coiffeur sur la place de La Petite Suisse depuis 1956. Son commerce lui vient de son
père, ce qui fait de lui une personne de référence de notre périmètre d’étude. Selon lui, le
dynamisme du quartier vient du fait que tout le monde se connait. Les gens font leurs courses dans
le quartier car la zone est bien desservie en termes de magasins. La proximité des noyaux
commerciaux permet de faire les courses à pieds et par conséquence les habitants se rencontrent
dans la rue et dans les commerces. Ils parlent entre eux du voisinage, de ses problèmes, et de fil en
aiguille des comités naissent de ses connivences. Par exemple, le collectif « SOS Petite Suisse » qui
réclamait des modifications du plan de circulation aux alentours de la place de La Petite Suisse est
né de ce processus social. Après quelques discussions en rue, quelques riverains de la rue Elise et
Emile Banning ont décidé de préparer une réunion sur la problématique. Lors du rassemblement,
Philippe Geluck, habitant du quartier a proposé de devenir le porte-parole du mouvement vu sa
 
	
  
39	
  
connaissance des relations médiatiques. A partir de ce moment, des affiches du collectif ont fleuri
aux fenêtres des particuliers et commerçant, un blog et une pétition a été créé.
De nombreux comités de notre périmètre d’étude ont un caractère contestataire : le collectif «
Sauver la Plaine », comité « Re-Vivre à XL », le collectif « SOS Petite Suisse », quelques riverains
de la place de La Petite Suisse s’indignant de tapages nocturnes. Ce sont, pour l’ensemble, des
associations composées de commerçants et d’habitants du quartier à l’exception du collectif «
Sauver la Plaine ». Celui-ci est formé principalement d’étudiants de l’ULB et pour une part
minoritaire de professeurs universitaires et de la communauté de la VUB. Le noyau dur de
l’association se constitue de militants de divers organes estudiantins (Bureau des Etudiants
Administrateurs, FEF, Ecolo J, Comac...). Ils défendent la conservation d’une partie de l’espace
vert du campus de la Plaine destiné à un projet immobilier. Ils font usage d’actions directs, de
pétitions et recours au conseil d’état afin d’arriver à leur fin. Au contraire, les autres comités ne
recourent qu’aux voies judiciaires, pétitions et doléances. Il est important de savoir que l’ensemble
de ses comités ne représente pas l’opinion de tous les habitants, toutefois un ressentiment
d’impuissance se fait ressentir vis-à-vis de leur influence sur les pouvoirs publics.
Figure 33 : Carte de l'implantation de la braderie (Bruno Raulier, 2014)
	
  
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"
Contrat de quartier durable "Université"

Contenu connexe

Similaire à Contrat de quartier durable "Université"

Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersionBases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
SulaimanAlgerian
 
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdfRapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
bouassoulsoufiane
 
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
mohamed468001
 
Étude d'impact - loi sur l'eau - rapport déplacements
Étude d'impact -  loi sur l'eau  - rapport déplacementsÉtude d'impact -  loi sur l'eau  - rapport déplacements
Étude d'impact - loi sur l'eau - rapport déplacements
rennesmetropole
 
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
CB Blain
 
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier SaulaieRapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
Pôle Réseaux de Chaleur - Cerema
 
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VFMémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
Yves Tindon
 
Cours modelisation calage2010
Cours modelisation calage2010Cours modelisation calage2010
Cours modelisation calage2010
Souhila Benkaci
 
Domotique et confort memoire
Domotique et confort  memoireDomotique et confort  memoire
Domotique et confort memoire
toyoki2010
 
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_20032ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
khaledH
 
Sondages miniers
Sondages miniersSondages miniers
Sondages miniers
ouffa
 
Rapport_stage_
Rapport_stage_Rapport_stage_
Rapport_stage_
SALMABOUKACHA1
 
Manuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humidesManuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humides
SMBS contact
 
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
Jean Baptiste Tchikamgwa Tchudjan
 
Rapport geotechnique apd
Rapport geotechnique apdRapport geotechnique apd
Rapport geotechnique apd
Omar Guemira
 
Rapport de diagnostic
Rapport de diagnosticRapport de diagnostic
Rapport de diagnostic
sabouni21
 
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
CLES-FACIL
 

Similaire à Contrat de quartier durable "Université" (20)

habilitation
habilitationhabilitation
habilitation
 
Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersionBases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
Bases techniques-de-lirrigation-par-aspersion
 
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdfRapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
Rapport Marché SK16_2022 Sidi Kacem signé.pdf
 
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
 
Étude d'impact - loi sur l'eau - rapport déplacements
Étude d'impact -  loi sur l'eau  - rapport déplacementsÉtude d'impact -  loi sur l'eau  - rapport déplacements
Étude d'impact - loi sur l'eau - rapport déplacements
 
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
 
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier SaulaieRapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
Rapport ENTPE développement eaux usées quartier Saulaie
 
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VFMémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
 
Cours modelisation calage2010
Cours modelisation calage2010Cours modelisation calage2010
Cours modelisation calage2010
 
Domotique et confort memoire
Domotique et confort  memoireDomotique et confort  memoire
Domotique et confort memoire
 
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_20032ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
2ie cours d_approvisionnement_en_eau_potable_zoungrana_2003
 
Sondages miniers
Sondages miniersSondages miniers
Sondages miniers
 
Rapport_stage_
Rapport_stage_Rapport_stage_
Rapport_stage_
 
Manuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humidesManuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humides
 
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
143557104 ouvrages-types-assainissement-onp-maroc-2007-1
 
Rapport geotechnique apd
Rapport geotechnique apdRapport geotechnique apd
Rapport geotechnique apd
 
Rapport de diagnostic
Rapport de diagnosticRapport de diagnostic
Rapport de diagnostic
 
Projet-RDÉE
Projet-RDÉEProjet-RDÉE
Projet-RDÉE
 
Rapport 3 metro v2
Rapport 3 metro v2Rapport 3 metro v2
Rapport 3 metro v2
 
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
Dossier de clôture : Fusex Pauline 1997
 

Contrat de quartier durable "Université"

  • 1.                                                          Eskander  Alexandre                                         A n n é e   2 0 1 4   –   2 0 1 5   P r o f e s s e u r   :   M o n s i e u r   D o m i n i q u e   V e s c i o           Contrat  de  Quartier  Durable  «  Université  »   Eskander  Alexandre       Ateliers  d’aménagement  du  territoire  et  gestion  des  paysages   Cas  d’étude  :  les  quartiers  bruxellois  «  Université  »  et  «  Cimetière  d’Ixelles  »  de  la   commune  d’Ixelles.  
  • 2.                                                          Eskander  Alexandre                                           Contrat  de  Quartier  Durable  «  Université  »  
  • 3.                                                          Eskander  Alexandre                                       Table des matières TABLE  DES  MATIERES   3   LISTE  DES  FIGURES   5   LISTE  DES  TABLEAUX   6   INTRODUCTION   7     PHASE  01  :  DIAGNOSTIC.   8   1.   ANALYSE  THEMATIQUE.   10   1.1.   LOCALISATION  ET  SITUATION.   10   1.2.   HISTOIRE  ET  ARCHEOLOGIE.   12   1.3.   INVENTAIRE  DES  OPERATIONS  DE  RENOVATIONS  URBAINES.   14   1.3.1.   LES  CONTRATS  DE  QUARTIER.   14   1.3.2.   LES  PROJETS  A  L’ECHELLE  REGIONALE   15   1.3.3.   AUTRE(S)  PROJET(S)   17   1.3.4.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   17   1.4.   POPULATION   18   1.4.1.   DENSITE   18   1.4.2.   NATIONALITES   18   1.4.3.   EVOLUTION  DE  LA  POPULATION   19   1.4.4.   PYRAMIDE  DES  AGES   19   1.4.5.   TAILLE  ET  TYPES  DE  MENAGES   19   1.4.6.   REVENUS  ET  EVOLUTION  RECENTE   20   1.4.7.   CAS  PARTICULIER  DES  «  KOTEURS  »   20   1.4.8.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   20   1.5.   LOGEMENT.   21   1.5.1.   TYPE  DE  LOGEMENT   21   1.5.2.   STATUT  D’OCCUPATION  DES  LOGEMENTS   22   1.5.3.   SUPERFICIE  DES  LOGEMENTS   22   1.5.4.   AGE  DU  PARC  DE  LOGEMENT   22   1.5.5.   ETAT  DU  BATI   23   1.5.6.   MARCHE  IMMOBILIER   24   1.5.7.   DYNAMIQUE  FONCIERE   24   1.5.8.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   24   1.6.   OCCUPATION  DU  SOL.   25   1.6.1.   METHODOLOGIE   25   1.6.2.   PLAN  REGIONAL  D’AFFECTATION  DU  SOL  (PRAS)   25   1.6.3.   PLAN  PARTICULIER  D’AFFECTATION  DU  SOL  (PPAS)   27   1.6.4.   SITUATION  EXISTANTE  DE  FAIT   28   1.6.5.   OCCUPATION  DU  SOL  DE  FAIT   29   1.6.6.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   30   1.7.   CADRE  DE  VIE.   31   1.7.1.   ESPACES  PUBLICS   31   1.7.2.   ESPACES  VERTS   32   1.7.3.   INTERIEURS  D’ILOTS   33   1.7.4.   PROPRETE  PUBLIQUE   34   1.7.5.   ETAT  DES  VOIRIES  ET  TROTTOIRS   34   1.7.6.   PATRIMOINE   34   1.7.7.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   35   1.8.   CLIMAT  SOCIAL   36   1.8.1.   VILLE  PERÇUE  VS.  PERIMETRE  D’ETUDE   36   1.8.2.   INVENTAIRE  DES  LIEUX  SIGNIFICATIFS  DU  QUARTIER   37   1.8.3.   DYNAMIQUE  SOCIALE  ET  MOUVEMENTS  CONTESTATAIRES   38   1.8.4.   LES  EVENEMENTS  DU  QUARTIER   40   1.8.5.   AFFLUENCE  ET  ANONYMAT   40   1.8.6.   LA  JEUNESSE  ET  SES  ESPACES   41   1.8.7.   NUISANCES  ET  COHABITATION   41   1.8.8.   QUELQUES  ASSOCIATIONS  PARTICULIERES   41   1.9.   EMPLOI.   43   1.9.1.   GENERALITES  ET  ELEMENT  DE  DEFINITION   43   1.9.2.   TAUX  D’ACTIVITE   43   1.9.3.   TAUX  D’EMPLOI   44   1.9.4.   TAUX  DE  CHOMAGE   44   1.9.5.   PROFIL  DES  TRAVAILLEURS   44   1.9.6.   STRUCTURE  DE  L’EMPLOI   45   1.9.7.   INITIATIVES  LOCALES  EN  MATIERE  D’EMPLOI   46   1.9.8.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   46   1.10.   INFRASTRUCTURES  SOCIO-­‐ECONOMIQUES.   47   1.10.1.   COMMERCES   47   1.10.2.   ENTREPRISES   47   1.10.3.   BUREAUX   47   1.10.4.   EQUIPEMENTS   48   1.10.5.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   48   1.11.   MOBILITE.   49   1.11.1.   METHODOLOGIE   49   1.11.2.   SITUATION  DU  QUARTIER  «  UNIVERSITE  »  EN  TERME  DE  MOBILITE   49   1.11.3.   VEHICULES  PARTICULIERS   50   1.11.4.   TRANSPORTS  PUBLICS   52   1.11.5.   MODES  DOUX   53   1.11.6.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   54   1.12.   ENVIRONNEMENT  ET  SANTE   55   1.12.1.   EAU   55   1.12.2.   LE  PAYSAGE  ET  LES  ESPACES  VERTS   56   1.12.3.   GESTION  DES  DECHETS   58   1.12.4.   ENERGIE   58   1.12.5.   POLLUTIONS   59   1.12.6.   CONCLUSION  INTERMEDIAIRE   60                  
  • 4.     4       2.   SYNTHESE  DU  DIAGNOSTIC   62   .2.1.   LOCALISATION,  SITUATION  ET  HISTOIRE   62   .2.2.   INVENTAIRE  DES  OPERATIONS  DE  RENOVATIONS  URBAINES   62   .2.3.   POPULATION   63   .2.4.   LOGEMENT   63   .2.5.   OCCUPATION  DU  SOL   63   .2.6.   CADRE  DE  VIE  ET  CLIMAT  SOCIAL   64   .2.7.   EMPLOI   64   .2.8.   INFRASTRUCTURES  SOCIO-­‐ECONOMIQUES   64   .2.9.   MOBILITE   65   .2.10.   ENVIRONNEMENT  ET  SANTE   65   3.   CAMPAGNE  DES  ENQUETES.   66   3.1   PREAMBULE   66   3.2   MATERIELS  ET  METHODES   66   3.3   RESULTATS   67         PHASE  02  :  PROPOSITIONS   70   1.   INTERVENTIONS  PRIORITAIRES   71   1.1   INTERVENTIONS  SUR  LES  DEPLACEMENTS  ET  LA  MOBILITE.   71   1.2   INTERVENTIONS  SUR  LES  ESPACES  PUBLICS   75   1.3   INTERVENTIONS  SUR  LE  LOGEMENT   77   1.4   INTERVENTIONS  SUR  LES  ESPACES  VERTS   80   2.   INTERVENTIONS  SECONDAIRES   84     BIBLIOGRAPHIE   85  
  • 5.                                                          Eskander  Alexandre                                       Liste des figures Figure  1  :  Localisation  et  situation  du  périmètre  d'étude  (Urbis,   2015)  .......................................................................................................  10   Figure  2  :  Photographie  aérienne  du  périmètre  d'étude  (zone   en  fonction  de  la  texture)  Google  Earth,  2015  ......................  11   Figure  3  :  L'Abbaye  de  la  Cambre  vers  1935  (Histoire  d'Ixelles   ASBL,  1998)  ..........................................................................................  12   Figure  4  :  Caserne  de  Witte  de  Haelen  et  la  Plaine  des   manoeuvres  (Police  fédérale  belge  in  laplaine.jimdo.com,   2015)  .......................................................................................................  12   Figure  5  :  Sud  du  campus  de  la  Plaine  vers  1970   (laplaine.jimdo.com,  2015)  ...........................................................  13   Figure  6  :  Evolution  de  la  surface  urbanisée  dans  le  périmètre   d'étude  entre  1930  et  2012  (BruCiel,  2014)  .........................  13   Figure  7  :  Contrats  de  Quartier  (Durable)  à  proximité  de  la  zone   d'étude  (BruGis,  2015)  ....................................................................  14   Figure  8  :  Répartition  des  projets  de  la  zone  Delta  (ADT-­‐ATO,   2015)  .......................................................................................................  15   Figure  9  :  Photographie  aérienne  du  sud  du  Campus  de  la   Plaine  (à  g.)  et  Projet  Universalis  Park  (à  d.)  .........................  15   Figure  11  :  Tracé  de  la  futur  ligne  de  tram  71  dans  la  zone   d'étude  (Tram71.be,  2014  .............................................................  16   Figure  12  :  Localisation  des  demandes  de  permis  d'urbanisme   pour  les  réaménagements  du  Boulevard  général  Jacques  et   de  l'avenue  Buyl  (tram  71).  Source  :  Stib  et  Bruxelles   Mobilité,  2013.  ....................................................................................  16   Figure  13  :  Plan  de  V.  Besme  (Ministère  de  la  Région  de   Bruxelles  Capitale,  2007  in  Laplaine.jimdo.com,  2015)  ...  17   Figure  14  :  Carte  de  la  densité  de  population  (hab/km2)  dans  la   Région  de  Bruxelles  -­‐  Capitale  pour  l'année  2013.   Réalisation  personnelle.  .................................................................  18   Figure  15  :  Part  des  différentes  nationalités  dans  le  quartier   "Université"  pour  l'année  2013  (IBSA,  2015).  ......................  18   Figure  16  :  Structure  par  âge  (en  %)  de  la  population  du   quartier  et  de  la  moyenne  régionale  (IBSA,  2015).  ............  19   Figure  17  :  Revenus  moyen  par  habitants  (€/an)  entre  2000  et   2012  (IBSA,  2015)  .............................................................................  20   Figure  18  :  Carte  synthèse  de  l'état  du  bâti  (Réalisation   AutoCAD  à  partir  d'une  visite  de  terrain,  2015)  ..................  23   Figure  19    :  Profil  général  de  la  zone  d'étude  (BruGIS,  2014)  .  25   Figure  20  :  Carte  de  l'affectation  du  sol  dans  le  périmètre   d'étude  (PRAS,  2014).  Réalisation  avec  GIMP.  ......................  26   Figure  21  :  PPAS  dans  la  zone  d'étude  (BruGIS,  2014)  ...............  27   Figure  23  :  Carte  de  la  situation  existante  de  fait  (PRAS,  2014)  ....................................................................................................................  28   Figure  24  :  Carte  de  l'occupation  du  sol  (Réalisation  sur   AutoCAD  sur  base  d’une  visite  de  terrain)  ..............................  29   Figure  25  :  Vue  sur  le  Square  des  Latins.  ...........................................  31   Figure  26  :  Entrée  de  la  plaine  de  jeu  "Petite  Suisse"  (à  g.)  et   place  de  la  Petite  Suisse  (à  d.)  .......................................................  31   Figure  27  :  Vue  aérienne  sur  le  campus  de  la  Plaine  (Immobel,   2015)  .......................................................................................................  32   Figure  28  :  Vue  aérienne  sur  le  cimetière  d'Ixelles  et  sur  les   zones  résidentielles  comprises  dans  le  périmètre  d'étude   (en  haut)  et  vue  sur  l'entrée  et  sur  le  giratoire  du   cimetière.  ...............................................................................................  32   Figure  29  :  Carte  de  la  situation  des  intérieurs  d'ilots.   Réalisation  :  Eskander  Alexandre  (sur  base  d'une  photo   interpretation)  ....................................................................................  33   Figure  30  :  Carte  de  l'état  des  trottoirs  sur  base  d'un  relevé  de   terrain  (Groupe  CQD  3ème  GEU  :  Cappuccio  G.,  Parry  A.,  et   Peeters  J.)  ...............................................................................................  34   Figure  31  :  Situation  des  sites  et  monuments  classés  dans  le   périmètre  d'étude  (Atelier  CQD,  2014)  ....................................  35   Figure  32  :  Carte  des  noyaux  d'identité  locale  (Bruno  Raulier,   2014)  .......................................................................................................  36   Figure  33  :  Carte  de  l'implantation  de  la  braderie  (Bruno   Raulier,  2014)  ......................................................................................  39   Figure  34  :  Carte  des  lieux  de  rencontres  officiels  (Bruno   Raulier,  2014)  ......................................................................................  42   Figure  35  :  Part  d'activité  des  populations  actives  (Actiris  in   SPF  Economie,  DGSIE  (EFT),  et  calculs  Observatoire   bruxellois  de  l’Emploi,  2014)  ........................................................  43   Figure  36  :  Evolution  du  taux  d'activité  dans  la  commune  et   dans  la  région  entre  2007  et  2012  (Monitoring  des   quartiers,  2015)  ..................................................................................  43   Figure  37  :  Evolution  du  Taux  d'emploi  dans  la  commune  et   dans  la  région  (Monitoring  des  quartiers,  2015)  .................  44   Figure  38  :  Evolution  du  taux  de  chômage  dans  la  commune  et   dans  la  région  (Monitoring  des  quartiers,  2015)  .................  44   Figure  40  :  Localisation  des  commerces  dans  la  zone  d’étude   (shoppingbrussels.be,  2014)  ........................................................  47   Figure  41  :  Hiérarchisation  des  voiries  à  partir  de  la  carte  de  la   spécialisation  des  voiries  (Plan  IRIS  II,  2014)  .......................  50   Figure  42  :  Plan  d'action  Stationnement  de  la  Commune   d'Ixelles  (Commune  d'Ixelles,  2015)  .........................................  51   Figure  43  :  Plan  des  réseaux  de  la  STIB  (Stib.be,  2015)  ..............  52   Figure  45  :  Réseaux  des  ICR  dans  le  périmètre  d'étude   (bruxellesmobilité.irisnet.be,  2015)  ..........................................  53   Figure  46  :  Carte  des  cours  d'eau  et  étangs  à  Bruxelles   (Bruxelles  Environnement,  2015)  ..............................................  55   Figure  47  :  Cartes  des  espaces  verts  dans  et  à  proximité  du   périmètre  d'étude  (Aurelie  Parry,  2014)  .................................  56   Figure  48  :  Carte  du  maillage  vert  bruxellois  (Bruxelles   Environnement,  2013)  .....................................................................  57   Figure  49  :  Orthophotographie  aérienne  dans  l'infrarouge  de   2012  (Urbis,  2015)  ............................................................................  57   Figure  50  :  Fascicule  "Propreté,  affaire  de  tous"  de  la  Commune   d'Ixelles.  ..................................................................................................  58   Figure  51  :  Thermographie  dans  le  périmètre  d'étude   (Bruxelles  Environnement,  2008)  ..............................................  58   Figure  52  :  Carte  de  la  pollution  sonore  multi-­‐exposition   (Bruxelles  Environnement,  2014)  ..............................................  59   Figure  53  :  Valeur  moyenne  journalière  de  la  concentration  en   NOx  (µg/m3).  Monitoring  des  quartiers  et  Bruxelles   Environnement.  ...................................................................................  59   Figure  55  :  Trafic  de  transit  et  problème  de  congestion  dans  le   quartier  ...................................................................................................  71   Figure  56  :  Site  partagé  à  Leidestraat  (Amsterdam)  ....................  72   Figure  57  :  Principales  zones  d'intervention  en  matière  de   mobilité  ...................................................................................................  72   Figure  58  :  localisation  de  la  zone  problématique  en  terme  de   sécurité  et  de  confort  pour  les  modes  doux  (en  rouge)  .....  73   Figure  59  :  La  ligne  de  tram  T1  à  Lyon  (Sytral.fr,  2015)  .............  73   Figure  60  :  Passerelle  de  la  Woluwe  ....................................................  75   Figure  61  :  Gare  SNCF  intermodale  de  Clermont.  ..........................  75   Figure  62  :  Place  Jamblinne  de  Meux  à  Schaerbeek.  .....................  76   Figure  63  :  Résultat  de  l'enquête  concernant  les  priorité  à   améliorer  dans  le  quartier.  .............................................................  77   Figure  64  :  Exemple  de  gabarit  bas  (Avenue  Général  Médecin   Derache)  .................................................................................................  77   Figure  65  :  Exemple  de  gabarit  bas  (Rue  de  l'Eté)  .........................  78   Figure  66  :  Parking  au  niveau  de  l'avenue  de  la  Couronne.  .......  78   Figure  67  :  photographie  aérienne  du  Cimetière  d'Ixelles   (Google  earth,  2015)  .........................................................................  80   Figure  68  :  Cimetière  paysager  de  la  ville  de  Bruges.  ...................  80   Figure  69  :  Square  des  griottiers  à  Schaerbeek  (Bruxelles-­‐ mobilité.com,  2015)  ..........................................................................  81   -­‐   Figure  70  :  Mur  végétale  au  musée  du  quai  Branly  (Paris)  .  81   Figure  71  :  Exemple  de  toiture  végétale  aménagée  à  Montreal   au  Canada.  ..............................................................................................  82   Figure  72  :  Exemple  de  plantes  grimpantes  (Glycine)  sur   façade.  ......................................................................................................  82  
  • 6.     6   Liste des tableaux Tableau  1  :  Types  de  ménages  en  2006  dans  le  quartier  et  dans   la  Région  (Monitoring  des  quartier,  2015)  .............................  19   Tableau  2  :  Typologie  des  logements  dans  le  quartier   "Université",  la  commune  d'Ixelles,  et  la  Région  bruxelloise   pour  l'année  2001  (en  %)  ..............................................................  21   Tableau  3  :  Part  des  logements  sociaux  dans  le  quartier,  la   commune  d'Ixelles,  et  la  Région  (nombre  de  logements   sociaux  pour  100  ménages)  (Ibsa.,  2015)  ...............................  21   Tableau  4  :  Pourcentage  de  biens  occupés  par  le  propriétaire   dans  le  quartier,  la  commune  d'Ixelles,  et  dans  la  région   bruxelloises  (Monitoring  des  quartiers,  2015)  ....................  22   Tableau  5  :  Part  des  superficies  des  logements  dans  le  quartier,   la  commune  d'Ixelles,  et  la  Région  en  2001  (Ibsa,  2015).  22   Tableau  6  :  Classement  des  prix  des  terrains  les  plus  élevés  en   Belgique  en  2007  (Le  Vif  in  Contrat  de  quartier  durable   "Autour  de  Leopold",  2008)  ..........................................................  24   Tableau  7  :  :  Répartition  des  emplois  salariés  par  secteur   d'activité  au  31  décembre  2013  (ONSS  et  Observatoire   bruxellois  de  l’Emploi  in  Actiris,  2015  .....................................  45   Tableau  8  :  Tableau  récapitalitif  de  l'offre  en  transports  en   commun  dans  le  périmètre  d'étude  (Stib.be,  2015)  ...........  52    
  • 7.     7   Introduction La Région de Bruxelles – Capitale, comme de nombreuses villes, a connu une évolution qui a changé sa configuration. Ces changements se sont traduits par l’apparition de quartiers fragilisés. Dans ce contexte, la région bruxelloise s’est donnée l’objectif de revitaliser l’ensemble de ses quartiers. Cet effort s’est transcrit par l’apparition de l’Ordonnance du 7 octobre 1993 organique sur la revitalisation des quartiers et propose un plan d’action appelé « Contrat de Quartier ». Les Contrats de quartier sont des plans d’action limités dans le temps et dans l’espace conclu entre la Région, la commune, et les habitants d’un quartier bruxellois. Celui-ci a pour mission de fixer un programme d’interventions à réaliser. Aujourd’hui, ces plans d’action ont évolué et porte une attention particulière à la dimension environnementale. On parle dès lors de « Contrats de Quartiers Durable ». Dans le cadre du cours d’Atelier d’aménagement du territoire et gestion des paysages, organisé en dernière année de Gestion de l’environnement urbain (Institut Arthur Haulot – Haute Ecole Lucia de Brouckère), nous sommes amenés à élaborer une étude urbaine sous forme d’un Contrat de Quartier Durable fictif. Le périmètre d’étude est définit par les deux quartiers bruxellois « Université » et « Cimetière d’Ixelles ». Cet exercice est structuré en deux phases. La première phase consiste au diagnostic urbain. Celle-ci contient une analyse thématique, une synthèse du diagnostic, et les résultats d’une campagne des enquêtes. L’analyse thématique est construite autour de douze thématiques (logement, mobilité, histoire, etc.) qui tente de déterminer la situation existante du quartier. La synthèse du diagnostic rappelle les éléments importants identifiés dans chaque thématique. Enfin, la campagne des enquêtes se veut améliorer l’analyse quantitative du diagnostic mais également apporter des éléments pour l’analyse qualitative. La deuxième phase consiste à l’élaboration des propositions d’aménagement du périmètre sous forme de prescription. Celle-ci comporte les interventions prioritaires et les interventions secondaires et se base sur le diagnostic urbain établi dans la première phase. Pour chaque intervention prioritaire, une carte de synthèse a été élaborée et définit les zones d’intervention.
  • 8.     8   Phase 01 : Diagnostic.  
  • 9.     9   Phase 01 : Diagnostic. La première phase de cette étude urbaine concerne le diagnostic. Cette première partie tentera de révéler les informations indispensables qui permettent de comprendre le périmètre d’étude Ce diagnostic se divise en trois étapes : 1) l’analyse thématique ; 2) la synthèse du diagnostic ; 3) et la campagne des enquêtes. L’analyse thématique se base sur l’étude de la situation existante de fait et de droit à travers douze thématiques : 1. Localisation et situation ; 2. Histoire et archéologie ; 3. Inventaires des opérations de rénovations urbaines ; 4. Population ; 5. Logement ; 6. Occupation du sol ; 7. Cadre de vie ; 8. Climat social ; 9. Emploi ; 10. Infrastructures socio-économiques ; 11. Mobilité ; 12. Et Environnement et santé.  
  • 10.     10   1. Analyse thématique. 1.1. Localisation et situation. La  zone  d’étude  du  contrat  de  quartier  durable  «  Université  »  se  trouve  dans  le  Sud-­‐Est  de  la   Région  de  Bruxelles-­‐Capitale  dans  la  commune  d’Ixelles.  Le  périmètre  d’étude  est  bordé  à  l’Est  par   la  commune  d’Auderghem  et  au  Nord  par  la  commune  d’Etterbeek.       Le   quartier   «  Université  »   est   délimité   au   Nord   par   le   boulevard   Général   Jacques,   à   l’Est   par   le   boulevard  du  Triomphe,  à  l’Ouest  par  l’avenue  Adolphe  Buyl,  au  Sud  par  l’avenue  Pierre  et  Marie   Curie  et  comprend  le  cimetière  d’Ixelles.     Elle  est  traversée  par  trois  axes  importants  :   -­‐ le  boulevard  de  la  Plaine  ;   -­‐ et  l’axe  reliant  l’avenue  Arnaud  Fraiteur,  l’avenue  de  la  Couronne  et  l’avenue  de  l’Université   -­‐ et  l’avenue  de  la  Couronne.       La  photo  aérienne  permet  de  distinguer  quatre  textures  dans  le  paysage  de  la  zone  d’étude  :   -­‐ le  campus  de  la  Plaine  qui  forme  une  grande  zone  boisée  ;   -­‐ le  cimetière  d’Ixelles  ;   -­‐ la  ligne  de  chemin  de  fer  ;   -­‐ et  le  reste  de  la  zone  qui  forme  les  zones  d’habitations.     Au  Nord  du  quartier,  le  paysage  se  distingue  principalement  par  de  zones  d’habitation  alors  que  le   Sud  est  largement  plus  «  vert  »  dont  notamment  le  Bois  de  La  Cambre.     Le  quartier  est  également  traversé  par  la  ligne  de  chemin  de  fer  161  reliant  les  gares  de  Bruxelles   au   Grand   Duché   du   Luxembourg   en   passant   par   Namur.     Celle-­‐ci   forme   une   réelle   barrière   physique   dans   le   paysage   et   n’est   franchissable   uniquement   par   l’avenue   Arnaud   Fraiteur   et   le   Boulevard  Général  Jacques.         Figure 1 : Localisation et situation du périmètre d'étude (Urbis, 2015)   Realized by means of Brussels UrbIS®© - Distribution & Copyright CIRB 0 1,500 3,000 4,500 6,000750 Meters 1:100,000 1:10,000 0 130 260 390 52065 Meters Realized by means of Brussels UrbIS®© - Distribution & Copyright CIRB
  • 11.     11     Figure 2 : Photographie aérienne du périmètre d'étude (zone en fonction de la texture) Google Earth, 2015  
  • 12.     12   1.2. Histoire et archéologie.   Les premières traces de peuplement humain sur le site datent d’au moins du VIIème siècle. En effet, des fouilles entreprisent en 1890 a révélé l’existence des tombes mérovingiennes. Cependant, il faut attendre le XIIIème siècle pour trouver les premiers documents écrits relatifs à Ixelles. Le début du XIIIème siècle voit la naissance des premiers hameaux sur le site actuel de la commune d’Ixelles. Les marécages à côté du cours d’eau Maelbeek y sont asséchés. Des cabanes en bois commencent à s’installer autour du Grand Etang sur l’actuel Place Eugène Flagey. La zone reste encore très boisée et on y voit apparaître l’Abbaye de La Cambre (figure suivante). Figure 3 : L'Abbaye de la Cambre vers 1935 (Histoire d'Ixelles ASBL, 1998) Le XVème siècle voit le développement du secteur agricole sur le site actuel. En effet, plusieurs fermes s’installent autour de l’Abbaye et le paysage devient progressivement rural. Non loin de l’Abbaye, on voit apparaître trois châteaux : celui de l’Ermitage, celui de Ten Bosch, et enfin le château d’Ixelles. Ce siècle se marque également par une période de paix que Philippe le Bon apporte à la région influençant ainsi certains bourgeois à faire construire des maisons de campagne hors des enceintes de la ville de Bruxelles. Au début du XIXème siècle, Ixelles est une zone rurale et donc très peu urbanisée. Après l’indépendance de 1831, la zone commence à s’urbaniser progressivement. La population augmente et passe de 9 881 à 58 615 habitants en 57 années (1843 à 1900). En 1854, on crée également la ligne ferroviaire du Luxembourg et de nombreux bâtiments connus de la commune commence à apparaître (Eglise Saint-Boniface, Eglise de la Sainte-Croix, etc.). A la fin de ce siècle et jusqu’à la première Guerre Mondiale (1914 – 1918), Ixelles vit en pleine prospérité. Le noyau ixellois est progressivement englobé dans le noyau bruxellois. A cette même période, le Sud-est d’Ixelles, et donc la zone d’étude, deviennent une zone militaire. Cette vaste zone fut d’ailleurs nommée le « Quartier des casernes ». Le campus de la Plaine était nommé « la plaine des manœuvres » et servait pour toutes sortes d’entrainements militaires. Figure 4 : Caserne de Witte de Haelen et la Plaine des manoeuvres (Police fédérale belge in laplaine.jimdo.com, 2015)
  • 13.     13   Après la guerre de 14-18, l’urbanisation d’Ixelles se déroule principalement autour du Bois de la Cambre. Le réseau des transports en commun se développe à partir des années 30’. Après les années 50’, Bruxelles est marquée par le développement du « tout-à-la-voiture » et le réseau routier s’étend et se ramifie fortement. A la fin des années 60’, la Région offre à l’Université Libre de Bruxelles l’actuel campus de la Plaine. La volonté sera de boiser en partie le terrain afin de rendre le campus plus agréable. Figure 5 : Sud du campus de la Plaine vers 1970 (laplaine.jimdo.com, 2015) Aujourd’hui, l’urbanisation du quartier continue toujours. Les derniers terrains sont rapidement achetés pour y construire de l’immobilier. Concernant le campus de la Plaine, celui-ci vit actuellement une nouvelle ère. En effet, la Société Immobilière de Belgique (Immobel) projette de déboiser le campus afin d’y installer de nouveaux projets immobiliers. Pour rappel, celui-ci représente plus du tiers en superficie du périmètre d’étude. Nous pouvons déjà nous demander à quoi ressemblerait notre zone d’étude sans cette énorme espace vert. Il serait considérablement différent. La figure suivante illustre l’évolution de l’urbanisation du quartier depuis les années 30’ jusqu’à aujourd’hui sur base des photographies aériennes disponible sur Bruciel. Figure 6 : Evolution de la surface urbanisée dans le périmètre d'étude entre 1930 et 2012 (BruCiel, 2014)
  • 14.     14   1.3. Inventaire des opérations de rénovations urbaines. Ce chapitre, comme son nom l’indique, fait l’inventaire des opérations de rénovations urbaines sur et proche de la zone d’étude. Nous considérerons dès lors les projets futurs et ceux en cours. Nous mentionnerons également les projets qui ont été proposés mais qui n’ont jamais abouti. 1.3.1. Les Contrats de Quartier. La commune d’Ixelles présente trois Contrats de quartier et un Contrat de Quartier Durable : -­‐ Le Contrat de Quartier ‘Blyckaerts’ ; -­‐ Le Contrat de Quartier ‘Malibran’ ; -­‐ Le Contrat de Quartier ‘Sceptre’ ; -­‐ Le Contrat de Quartier Durable ‘Maelbeek’. Le Contrat de Quartier ‘Blyckaerts’ s’est déroulé durant la période 2002 – 2006 et est actuellement achevé. L’objectif était misé sur la lutte contre la paupérisation du quartier et contre le sentiment d’insécurité. Le Contrat de Quartier ‘Malibran’ s’est déroulée dans la période 2005 – 2008 et a abouti sur le développement d’une maison de quartier, d’un jardin public et de logements sociaux. Le Contrat de Quartier ‘Sceptre’ s’est déroulé dans la période 2010 – 2013 et avait comme objectif de renforcer le maillage vert et bleu autour de la vallée du Maelbeek et de la voie ferrée. Il a également abouti à la mise en œuvre d’un schéma directeur pour le quartier européen. Le Contrat de Quartier Durable ‘Maelbeek’ est d’actualité pour la période 2014 - 2017 et s'inscrit à la suite du Contrat de quartier Sceptre mis en œuvre entre 2010 et 2013. Figure 7 : Contrats de Quartier (Durable) à proximité de la zone d'étude (BruGis, 2015)
  • 15.     15   1.3.2. Les projets à l’échelle régionale La zone stratégique Delta Qualifiée de « stratégique » par le Gouvernement bruxellois, cette zone comporte le campus de la Plaine, les abords du viaduc Hermann-Debroux, et le triangle Delta délimité par les lignes de chemin de fer (Figure 8). Cette vaste zone se caractérise par son accessibilité. En effet, elle forme une porte d’entrée de la ville et bénéficie d’une proximité directe avec trois gares ferroviaires, avec la station de métro/bus Delta et avec des infrastructures routières métropolitaines dont le Ring. Figure 8 : Répartition des projets de la zone Delta (ADT-ATO, 2015) Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale y a élaboré un schéma directeur orienté sur trois objectifs : -­‐ le développement du campus universitaire de la Plaine ; -­‐ le développement du triangle Delta ; -­‐ l’amélioration de la mobilité du site. Concernant le campus de la Plaine, la VUB et l’ULB souhaitent développer et restructurer leur implantation sur le site. Les espaces publics devraient être repensés de manière à faciliter les cheminements (piétons et modes doux), dégager de nouveaux espaces de rencontre et créer de nouvelles connexions inter-quartiers (ADT-ATO, 2015). Les deux Universités souffrant d’un manque de logements étudiants comptent augmenter leur parc en logements étudiants. Enfin, la Compagnie Immobilière de Belgique (Immobel - CIB) envisage de déboiser une grande partie du campus universitaire afin d’y aménager un nouveau quartier résidentiel (100 000 m2 de nouveaux logements) sur les 150 000 m2 acquis en 2010 par l’ULB. Un PPAS est en cours d’élaboration Figure 9 : Photographie aérienne du sud du Campus de la Plaine (à g.) et Projet Universalis Park (à d.) Au Sud du campus universitaire, hors de la zone d’étude se trouve une grande friche ferroviaire, le triangle Delta. Sur celui-ci, la Région envisage de réaménager le site dont les objectifs sont : -­‐ de localiser le futur pôle hospitalier du CHIREC (± 80 000 m2 ) ; -­‐ et de développer un quartier mixte accueillant du logement. En effet, le site devrait accueillir dès 2017 le pôle hospitalier du CHIREC d’une capacité de 500 lits. Un hôtel et des commerces sont également envisagés. La Commission européenne et la Région de Bruxelles Capitale ont négocié l’implantation du 200 000 m2 de bureaux sur ce site mais cette proposition n’a finalement pas été retenue. Figure 10 : Implantation du futur centre hospitalier CHIREC
  • 16.     16   La tramification de la ligne 71 La Région de Bruxelles-Capitale a un projet ambitieux : transformer la ligne de bus 71 en une ligne de tram. En effet, actuellement, la ligne de bus 71 est selon la STIB la plus fréquentée dans la Région. Le bus 71 est très souvent bondé et régulièrement des voyageurs sont contraints de rester aux arrêts à défaut de place dans le bus (be71.be, 2015). De plus, la part de la population régionale qui utilisent les transports en commun augmente de 5% chaque année (STIB, 2015). Aujourd’hui, la ligne 71 est majoritairement composée de bus articulé. La futur ligne sera finalement tramifier. Ce choix s’explique notamment par la capacité d’usagers qu’un tram peut prendre par heure. En effet, alors qu’un bus articulé transporte jusqu’à 900 voyageurs par heure, le tram peut quant à lui transporter 2160 voyageurs par heure (Be71.be, 2015). La Figure 11 illustre le futur tracé de la ligne 71. Dans notre zone d’étude, celle-ci devrait passer par l’avenue Adolphe Buyl, l’axe formé par les avenues de l’Université, de la Couronne, et Arnaud Fraiteur. Elle contournerait enfin le campus de la Plaine sur le boulevard du Triomphe pour rejoindre Delta. Figure 11 : Tracé de la futur ligne de tram 71 dans la zone d'étude (Tram71.be, 2014 Concernant les travaux de réaménagement, ils ont commencé mi-2016 et devraient durer 4 années. La mise en service du tram 71 de la Porte de Namur jusqu’à Delta est prévue pour mi-2020. Le réaménagement du Boulevard Général Jacques Actuellement, le boulevard Général Jacques est un long boulevard qui donne la priorité aux véhicules. Celui-ci sera dès lors réaménager pour lui donner une allure de boulevard contemporain où chaque usager de la route y trouve équitablement sa place. Les trottoirs seront élargis et incluront une piste cyclable. Une diminution du nombre de bandes de circulation automobile (deux bandes) est prévue. Concernant les transports en commun, et en particulier la ligne de tram qui circule au milieu du boulevard, les quais seront également élargis et allongés pour un meilleur confort. Enfin, l’espace public sera amélioré et une plantation d’arbre est également prévue le long de la berne centrale (BruxellesEspacesPublics.Irisnet.be, 2015). Figure 12 : Localisation des demandes de permis d'urbanisme pour les réaménagements du Boulevard général Jacques et de l'avenue Buyl (tram 71). Source : Stib et Bruxelles Mobilité, 2013.
  • 17.     17   1.3.3. Autre(s) projet(s) Projets jamais réalisés A titre d’information, en 1866, le plan de V. Besme projetait d’installer deux hippodromes ; l’un sur l’actuel Campus de la Plaine et un second à proximité du Bois de la Cambre. Ce projet n’a jamais vu le jour (Laplaine.jimdo.com, 2015) Figure 13 : Plan de V. Besme (Ministère de la Région de Bruxelles Capitale, 2007 in Laplaine.jimdo.com, 2015) 1.3.4. Conclusion intermédiaire En conclusion, nous pouvons affirmer que la zone d’étude est riche en projet de réaménagement ambitieux. La commune d’Ixelles a déjà lancé des Contrats de quartier dans le nord fragilisé du territoire communal. Nous pourrions dès lors suggérer que la réalisation d’un contrat de quartier durable dans le sud du territoire ne peut que être prometteur de bons résultats. Les projets de réaménagements du Boulevard Général Jacques et de l’avenue Adolphe Buyl (tramification de la ligne 71) vont très probablement apportés une amélioration de la qualité de vie pour les habitants du quartier. En effet, le réaménagement du Boulevard Général Jacques donnera plus de place aux modes de transports doux et aux transports en commun. Diminuer la place des véhicules particuliers sur ce grand axe se calque sur la vision d’une ville durable proposée dans le Plan Régional de Développement Durable (P.R.D.D). De plus, le réaménagement prévu au carrefour formé par le Boulevard Général Jacques et l’avenue Adolphe Buyl va considérablement améliorer la sécurité des riverains. Le réaménagement de l’avenue Adolphe Buyl via la tramification de la ligne 71 aura un bénéfice à long terme. En effet, si les riverains, et en particuliers les propriétaires des commerces, voient d’un mauvais œil les travaux de réaménagement de l’avenue, nous pensons réellement qu’à long terme, et une fois que les travaux seront finalisés, la qualité de l’espace public et le noyau commercial seront valorisés. Enfin, le pouvoir régional a vu le potentiel de la « zone stratégique Delta ». Si certains projets sur cette zone semblent ambitieux, nous espérons qu’ils seront réalisés dans une optique de développement durable.
  • 18.     18   1.4. Population 1.4.1. Densité Pour l’année 2013, le quartier « Université » compte une population totale de 10 986 habitants. La densité du quartier est quant à elle de 8842 habitants par km2 , soit légèrement supérieur à la moyenne régionale qui est de 7154,66 habitants par km2 (Ibsa, 2015). Sans surprise, le quartier « Cimetière d’Ixelles » n’est pas concerné par cette thématique. Nous nous intéresserons donc uniquement au quartier « Université ». Figure 14 : Carte de la densité de population (hab/km2 ) dans la Région de Bruxelles - Capitale pour l'année 2013. Réalisation personnelle. 1.4.2. Nationalités Pour l’année 2013, la part des étrangers dans la population totale du quartier est de 44,18 %. Ce chiffre est fort élevé par rapport à la moyenne régionale qui est de 33,06 %. On remarquera également une forte proportion d’habitants de nationalité française. Il représente 10,70 % (5 % en moyenne dans la région). La part des nationalités de l’Europe des 15 (hors Belgique) est aussi bien représentée : 22,54 % dans le quartier contre 15,27 % en moyenne dans la Région. Le graphique ci-dessus résume les différentes nationalités présentes dans le quartier. Figure 15 : Part des différentes nationalités dans le quartier "Université" pour l'année 2013 (IBSA, 2015).         Belgique   56%   Europe  (hors   Belgique)   29%   Afrique   7%   Amérique  latine   2%   Turquie   0%   Autres   6%  
  • 19.     19   1.4.3. Evolution de la population Entre 2005 et 2010 la population totale du quartier n’a que peu évolué puisqu’elle a seulement augmenté de 516 habitants. La densité de population dans la zone étudiée était de 8692,15 habitants par kilomètre carré en 2011. C’est une valeur moyenne pour la Région de Bruxelles-Capitale. 1.4.4. Pyramide des âges Figure 16 : Structure par âge (en %) de la population du quartier et de la moyenne régionale (IBSA, 2015). La Figure 16 représente la structure par âge de la population du quartier et de la moyenne régionale. On remarquera que la part des 18 – 29 ans et celle des 30 – 44 ans est supérieure à la moyenne régionale. En effet, ils représentent près de 31,05 % et 27,11 % de la population totale du quartier. Les autres part sont quant à elles inférieurs à la moyenne régionale. 1.4.5. Taille et types de ménages La taille moyenne des ménages en 2009 était de 1,53 personnes. Les couples avec ou sans enfants sont largement minoritaires par rapport aux personnes vivant seules. Les isolés, toutes catégories d’âge confondues, représentent plus de 80% des ménages. La part des isolés de moins de 30 ans dans le quartier est la plus élevée dans toute la RBC. Le tableau suivant résume la répartition en pourcentage des types de ménages dans le quartier par rapport à la moyenne régionale. Type de ménages Quartier « Université » (%) Moyenne régionale (%) Isolés < 30 ans 26,11 9,45 Isolés 30 – 64 ans 43,75 40,06 Isolés > 65 ans 10,26 13,12 Couples avec enfants 10,58 20,91 Couples sans enfants 11,45 16,55 Ménages monoparentaux 6,15 10,76 Autres types de ménages (ménages collectifs et familles multigénérationnelles) 1,96 2,27 Tableau 1 : Types de ménages en 2006 dans le quartier et dans la Région (Monitoring des quartier, 2015)   0   5   10   15   20   25   30   35   <  3  ans   3  -­‐  5  ans   6  -­‐  11  ans   12  -­‐  17  ans   18  -­‐  29  ans   30  -­‐  44  ans   45  -­‐  64  ans   65  -­‐  79  ans   >  80  ans   Moyenne  régionale   Quartier  "Université"  
  • 20.     20   1.4.6. Revenus et évolution récente Figure 17 : Revenus moyen par habitants (€/an) entre 2000 et 2012 (IBSA, 2015) La Figure 17 illustre l’évolution du revenu moyen par habitants (€/an) entre 2000 et 2012 dans le quartier « Université » comparée à la moyenne régionale. On remarque que globalement le revenu moyen par habitant dans le quartier augmente de la même manière que dans la Région. On peut observer cependant une chute plus importante dans l’évolution du quartier en 2010. L’indice de richesse est un indice calculé par le SPF Economie qui compare le revenu moyen par habitant d’un territoire par rapport au revenu moyen par habitant national. L’indice de richesse de la Belgique est défini à 100 et celui de la Région de Bruxelles – Capitale est de 83,5. Cela signifie donc que le revenu moyen par habitant de la Région est inférieur à la moyenne nationale. Concernant le quartier « Université », son indice de richesse est de 79,26. Le revenu moyen par habitant du quartier est donc sans surprise inférieur à celui du Royaume mais également inférieur à celui de la Région. 1.4.7. Cas particulier des « koteurs » L’ensemble des données présentées précédemment est basé sur les données du Registre National Belge et ne tiennent compte que des personnes domiciliées dans le quartier. Dès lors, elles ne prennent pas en compte les étudiants non domiciliés qui représentent une part non négligeable de la population du quartier. Les données relatives aux étudiants vivant en kot dans le quartier sont malheureusement très rares. Cependant, l’Université libre de Bruxelles (ULB) a estimé dans une étude de 2002 que la densité d’étudiants habitants le quartier, les « koteurs », devrait se situer entre 698 et 1208 koteurs/km2 . Rapporté à la superficie du quartier « Université », nous obtenons le chiffre de 572 à 990 koteurs, soit un peu moins de 10 % de la population totale. 1.4.8. Conclusion intermédiaire L’analyse réalisée à partir « Monitoring des quartier » dévoile de nombreux éléments qui nous permettent d’identifier le profil général de la population du quartier « Université ». En effet, presque la moitié de la part de la population (44,18 %) est de nationalité étrangère. Cette part est largement représentée par des nationalités de l’Union européenne (nationalité française notamment). Les données de l’Université libre de Bruxelles nous ont permis d’estimer la part des étudiants « koteurs » dans le quartier et de combler ainsi les données manquantes du « Monitoring des quartiers ». Celle-ci serait de 10 % la part de « koteurs » dans la population totale du quartier. L’évolution démographique de la population du quartier est stable et se calque avec celle de la région. Enfin, la jeunesse y est très bien représentée. La part des 18 – 29 ans dépasse largement la moyenne régionale. Cette particularité provient très probablement de la présence de l’Université libre de Bruxelles dans le quartier et explique également la grande part des isolés de moins de 30 ans (record régional pour le quartier). Concernant les revenus des habitants du quartier, l’indice de richesse révèle qu’il est légèrement inférieur à la moyenne régionale. 8000   9000   10000   11000   12000   13000   14000  Revenus  moyen  par  habitants  (€/an)   Quartier  "Université"   Moyenne  régionale  
  • 21.     21   1.5. Logement. 1.5.1. Type de logement La part des habitants vivant en appartement est largement majoritaire. Elle est supérieure à celle de la commune, ainsi qu’à celle de la Région. Globalement, dans la commune d’Ixelles, très peu d’habitants vivent dans une maison à 3 ou 4 façades. Ils ne dépassent pas les 2%, contre 6,47% pour la Région. La part d’habitant vivant en maison unifamiliale est également inférieure à celle de la Région. Dès lors, on peut conclure que la majorité des habitants du quartier vivent en appartement. Les chiffres sont présentés dans le tableau ci-dessous. Type de logement Quartier « Université » (%) Commune d’Ixelles (%) Région de Bruxelles- Capitale (%) Appartement 82,87 80,24 71,16 Maison unifamiliale 16,78 19,26 28,17 Maison 3 ou 4 façades 1,68 1,92 6,47 Tableau 2 : Typologie des logements dans le quartier "Université", la commune d'Ixelles, et la Région bruxelloise pour l'année 2001 (en %)   Logements sociaux Les logements à gestion publique et à finalité sociale dans la Région de Bruxelles Capitale sont très largement insuffisants et augmente trop peu. Parmi ceux-ci, nous comptons les logements gérés par les Sociétés Immobilières de Service Public, les communes, les CPAS, les agences Immobilières Sociales et le Fonds du logement. Les partis de la majorité bruxelloise, dans l’accord de Gouvernement 2009-2014, ont convenu de fixer à 15% le taux de logement de qualité, à gestion publique et à finalité sociale sur le territoire de toutes les communes d’ici 2020. Pour arriver à cet objectif, plus de 20 000 logements doivent être créés dans les 19 communes bruxelloises. Les communes doivent fournir le plus d’effort car le pourcentage de logements publics et/ou à caractère social par rapport au nombre total de logements, est le plus faible. Depuis lors, plusieurs projets existent et le nombre de logements abordables a augmenté mais le taux de logements destinés aux ménages à revenus limités ne dépasse toujours pas les 6%. Quartier « Université » Commune d’Ixelles Région de Bruxelles- Capitale Lgt/100 ménages < 5 3,42 7,61 Tableau 3 : Part des logements sociaux dans le quartier, la commune d'Ixelles, et la Région (nombre de logements sociaux pour 100 ménages) (Ibsa., 2015) Le tableau ci-dessus présente la part de logements sociaux dans le quartier « Université », la commune d’Ixelles, et la Région de Bruxelles-Capitale pour l’année 2014. Cet indicateur s’exprime en « nombre de logements sociaux pour 100 ménages ». On remarquera que la part de logements sociaux dans la commune d’Ixelles et dans le périmètre d’étude est inférieure à celle de la Région. D’ailleurs, le parc en logement social d’Ixelles est la moins importante de la Région. Logements étudiants Le quartier Université est fortement marqué par la présence d’étudiants venant de tout bord. L’ULB et la VUB se partagent l’espace et accueillent respectivement 24 000 et 11 000 étudiants dont 10 000 cherchent à bénéficier d’un logement. La capacité d’accueil n’est malheureusement pas à la hauteur de la demande. L’ULB compte 7000 étudiants à la recherche d’un logement et seulement 4000 demandes peuvent être satisfaites actuellement. L’offre de logements universitaires plafonnant à 1700 chambres ou appartements, dont la moitié en gestion propre, et l’autre moitié en gestion attribuée à des partenaires. A côté, il y a encore les offres proposées par les particuliers qui proposent des chambres chez l’habitant ou des appartements réservés aux étudiants.
  • 22.     22   La VUB comptent 3000 étudiants cherchant un logement dans le quartier ou aux alentours. Seulement la VUB disposent de 1256 chambres sur et autour de campus de la plaine. A ces logements appartenant aux universités s’ajoute 4000 logements en ‘kots privatifs’ dispersé à travers la Région de Bruxelles Capitale. Ces kots étudiant restent trop cher ou manque de confort. Il faut compter en moyenne 375€ par mois pour une chambre dans un kot ou les communs sont partagés. Pour plus d’intimité il faut compter autour de 550€ par mois sans compter les charges pour un kot privé ou studio. Il y a donc une carence récurrente d’espaces pour loger les étudiants, mais aussi les chercheurs et professeurs invités. Dans ce contexte, le conseil d’administration de l’ULB a adopté un « Plan Directeur du Logement Universitaire » avec l’ambition de porter la capacité d’accueil à 4600 lits à l’horizon 2017. Pour ce faire, l’ULB est en partenariat avec des agences privatives tel que la Résidence privée – Irena V qui proposent 526 studios, 13 duplex et 9 appartements avec une chambre. Mais, actuellement, la moitié des chambres sont vides, les prix de locations étant trop élevé. 1.5.2. Statut d’occupation des logements La Région de Bruxelles-Capitale se démarque par sa grande part de logements mis en location par des particuliers. En effet, en 2001, cette part représentait 72,82 % des logements. A l’échelle de la commune et du quartier, ce chiffre est encore plus élevé. Il est en effet, respectivement, 79,66 % et 84,90 %. Statut Quartier « Université » (%) Commune d’Ixelles (%) Région de Bruxelles – Capitale (%) Occupés par le propriétaire 32,48 33,07 41,45 Tableau 4 : Pourcentage de biens occupés par le propriétaire dans le quartier, la commune d'Ixelles, et dans la région bruxelloises (Monitoring des quartiers, 2015) 1.5.3. Superficie des logements Le tableau ci-dessous illustre la part des superficies de logements attribuée dans le périmètre d’étude, la commune d’Ixelles, et la Région de Bruxelles-Capitale. Catégorie Quartier « Université » (%) Commune d’Ixelles (%) Région de Bruxelles- Capitale (%) <55 m2 33,77 37,82 34,72 55 – 84 m2 30,45 26,90 29,09 85 – 104 m2 19,48 18,17 19,8 > 104 m2 12,30 17,10 16,39 Tableau 5 : Part des superficies des logements dans le quartier, la commune d'Ixelles, et la Région en 2001 (Ibsa, 2015). Les logements sont principalement des appartements dont la superficie moyenne (72,32 m2 ) est légèrement inférieure à celle de la Région (74,39 m2 ). Un peu plus d’un tiers des logements du quartier « Université » font moins de 55 m2 . L’ensemble des données est relativement similaire aux moyennes régionales. 1.5.4. Age du parc de logement   La plupart des constructions datent d’avant 1961 et est donc relativement ancien. On observe également une part de bâtiments ancien (avant 1961) plus élevé dans le quartier « Université » (85,16 %) que dans la Région de Bruxelles-Capitale (63,03 %).      
  • 23.     23   1.5.5. Etat du bâti Malgré que nous soyons en présence d’un bâti relativement ancien, l’état général des immeubles dans notre périmètre d’étude est relativement bon. Cependant, quelques groupements de maisons, ou certaines parcelles isolées sont en mauvais état. C’est le cas pour les bâtis le long de l’avenue Buyl mais surtout les bâtis rue de l’Automne, de l’Eté, et de la Couronne. L’état du bâti se base sur plusieurs critères afin de statuer sur l ‘état d’un bâtiment: L’état de la façade, des châssis et de la corniche du bâtiment. Les relevés concerne donc uniquement les façades des bâtiments cotés rue. Nous relevons ainsi quatre catégories: - Bon état: Les trois critères sont en bon état. Les immeubles de cette catégorie sont neufs ou totalement rénovés ; - Etat moyen: Un seul critère est en mauvaise état. Ces immeubles sont à entretenir ; - Etat dégradé: Deux critère au moins sont en mauvaise état ou à remplacer. Ces immeubles sont à rénové. Figure 18 : Carte synthèse de l'état du bâti (Réalisation AutoCAD à partir d'une visite de terrain, 2015)
  • 24.     24   1.5.6. Marché immobilier En Région bruxelloise Localité Prix au m2 Ixelles 1 746,99 Woluwe Saint-Lambert 1 504,88 Jette 773,32 Woluwe Saint-Pierre 683,43 Knokke-Heist 676,16 Tableau 6 : Classement des prix des terrains les plus élevés en Belgique en 2007 (Le Vif in Contrat de quartier durable "Autour de Leopold", 2008) Le classement présenté ci-dessus montre que le prix des terrains de la Région de Bruxelles-capitale, et en particulier ceux de la commune d’Ixelles, sont parmi les plus élevés de Belgique. En effet, le prix au m2 à Ixelles grimpe à la première place avec 1 746,99 €/m2 (Le Vif, 2006). 1.5.7. Dynamique foncière Dans les zones bâties, les terrains sont très rapidement achetés et bâtis. Cependant, on observe malgré tout plusieurs terrains laisser en friche. Le Campus de la Plaine et la zone de bureau longeant le chemin de fer possèdent une multitude de lieu potentiel à bâtir. Nous avons également observés des gabarits bas, bâtiments dont la hauteur du front de bâtisse est inférieure à la hauteur des bâtiments de la même voirie. 1.5.8. Conclusion intermédiaire La thématique développée dans la partie « Population » nous a permis de déterminer le profil général de la population du quartier « Université ». Egalement, sur base du « Monitoring des quartiers », nous avons tenté de déterminer le profil général en terme de logement. Premièrement, nous observons une grande part d’habitants logeant en appartement. Ce constat se calque avec ceux faits dans la partie « Population », à savoir une grande part de moins de 30 ans habitants seuls. En terme d’offre en logement, nous pouvons établir deux constats. Premièrement, l’offre en logements sociaux est insuffisante. Le quartier ne répond pas aux objectifs de la région concernant l’offre en logements sociaux (15% d’ici 2020). Deuxièmement, l’offre en logements étudiants est élevée dans le quartier. En effet, la proportion de logements étudiants dans le périmètre d’étude est largement supérieure à celle de la Région. Le quartier est riche en logements étudiants et cela s’explique par la présence de l’ULB et de la VUB. Cependant, en terme de demande, nous constatons une demande élevée et progressive en logements étudiants. Effectivement, si l’offre en logements étudiants est élevée dans le quartier, elle ne répond cependant pas à la demande. Malgré des efforts des pouvoirs régionaux, privés, et des universités concernés, il y a toujours une demande à satisfaire. La demande en logement sociaux n’est quant à elle pas autant marquée que celle en logements étudiants. Pour pallier à ce manque d’offre en logements, une des possibilités est de déterminer des zones potentielles à l’implantation de nouvelles structures accueillantes. Par conséquent, le diagnostic a observé la présence de terrains en friche mais également de « gabarit bas » sur lesquels nous pourrions y ajouter des logements sociaux et/ou étudiants. En ce qui concerne l’état du bâti, celui-ci est en rège général de bonne qualité. Cependant, le diagnostic et la visite sur le terrain ont révélé une dégradation dans certaines voiries du quartier (voir carte « Etat du bâti »). Enfin, une grande part des logements est louée par des propriétaires privés.
  • 25.     25   1.6. Occupation du sol. 1.6.1. Méthodologie L’analyse des données concernant l’occupation du sol permet de comprendre les enjeux et l’évolution du développement territorial de la zone d’étude. Toutes les informations et observations citées proviennent des textes législatifs contraignants comme le Plan Régional d’Affectation du Sol (prescriptions littérales et graphiques) et d’outils cartographique (Brugis, Bruciel, etc.) Pour la mise en œuvre d’une carte de l’occupation du sol reprenant l’occupation du sol, nous avons pris différentes sources. La première source étant la carte n°3 du PRAS de l’affectation du sol qui sera comparée avec la carte n°1 de la Situation existante de fait. Celles-ci seront mises en correspondance avec un relevé de terrain. 1.6.2. Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS) Le PRAS est édité par la Région de Bruxelles-Capitale pour l’aménagement du territoire. Il se situe au sommet de la hiérarchie des plans réglementaires et a valeur réglementaire dans toutes ses dispositions. Toute délivrance de permis d’urbanisme doit lui être conforme. Nous pouvons observer que le tissu urbain n’est pas homogène. En effet, près de 42% de la surface d’étude sont affectés à de l’équipement d’intérêt collectif ou de service public, 39% au logement (zone d’habitat et zone de mixité comprises), 10% au cimetière et les neuf autres pourcents se répartissent entre le chemin de fer, la zone administrative et une zone de parc. La zone d’équipement reprend le Campus de la Plaine, la gare d’Etterbeek, une salle du Royaume des Témoins de Jéhovah et le groupe scolaire Les Jardins d'Elise (Ecole N°12 d'Ixelles). La zone administrative est concentrée entre le Campus de la Plaine et le chemin de fer. Nous observons également une Zones d’Intérêt Culturel, Historique, Esthétique ou d’Embellissement (ZICHEE) qui s’étend sur le Boulevard Général Jacques (en surimpression quadrillée sur la carte). Les prescriptions littérales du PRAS prévoient que « Dans ces zones, la modification de la situation existante de fait des gabarits ou de l'aspect des façades visibles depuis les espaces accessibles au public, est subordonnée à des conditions particulières résultant de la nécessité de sauvegarder ou de valoriser les qualités culturelles, historiques ou esthétiques de ces périmètres ou de promouvoir leur embellissement, y compris au travers de la qualité de l'architecture des constructions et des installations à ériger. Ces conditions particulières sont arrêtées par plan particulier d'affectation du sol, par règlement d'urbanisme ou en vertu de la législation relative à la conservation du patrimoine immobilier. A défaut, elles sont arrêtées après avis de la commission de concertation. » Un autre élément important est la présence de liserés commerciaux sur la Chaussée de Boondael, sur une partie de l’Avenue de la Couronne et de l’Avenue de l’Université. Cette dénomination implique une affectation prioritaire des rez-de-chaussée aux commerces et des conditions particulières pour les projets de plus de 1000m2 par immeuble et par projet. A proximité de la zone d’étude se trouvent principalement des zones d’habitation et plusieurs zones d’équipements d’intérêt collectif ou de service public. Le Bois de la Cambre se situe à l’Ouest du quartier et du campus du Solbosch. Figure 19 : Profil général de la zone d'étude (BruGIS, 2014)   Les affectations du périmètre d’étude selon le Plan Régional d’affectation du sol (P.R.A.S.) sont illustrées à la page suivante.      
  • 26.     26         Figure 20 : Carte de l'affectation du sol dans le périmètre d'étude (PRAS, 2014). Réalisation avec GIMP.    
  • 27.     27   1.6.3. Plan Particulier d’Affectation du Sol (PPAS) Les PPAS sont des outils de planification utilisés par les communes et qui complètent le PRAS. Notre zone d’étude est concernée par deux d’entre-eux: le PPAS quartier Boondael et le PPAS de la gare d’Etterbeek. Figure 21 : PPAS dans la zone d'étude (BruGIS, 2014) PPAS Boondael Ce PPAS contient des prescriptions quant au gabarit, à l’implantation et aux matériaux utilisés pour les constructions. Il détermine également l’affectation des bâtiments. Il permet uniquement de l’habitat avec une exception pour l’installation de commerces aux rez-de-chaussée des bâtiments de certaines rues. PPAS Gare d’Etterbeek Il détermine une affectation pour les zones définies sur le périmètre du PPAS ainsi que les modalités de leur aménagement. La zone principale est réservée à l’installation d’entreprises de pointe non polluantes devant collaborer sur le plan scientifique avec les universités toutes proches. PPAS Delta Partim 13 Un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 12 septembre 2013 approuve le plan particulier d'affectation du sol « Delta Partim 13 » de la Commune d'Auderghem, délimité par le boulevard du Triomphe, des limites parcellaires en intérieur d'îlot, la ligne de chemin de fer 26bis (partiellement comprise dans le périmètre) et des limites parcellaires en intérieur d'îlot rejoignant le boulevard du Triomphe. La zone concernée par les modifications est située au Sud du Campus de la Plaine et forme "le Triangle Delta". Les terrains sont sur la commune d'Auderghem et ne sont pas concernés par le périmètre d’étude. Cependant, l’approbation de ce nouveau PPAS aura une influence directe sur le quartier. L'enjeu est de faire passer le statut actuel de cette zone, à savoir "Zone d’industrie urbaine et zone de chemin de fer", au statut de "Zone d’équipement et zone administrative" afin de permettre la construction d'un hôpital de 95000 m². Le Centre Hospitalier Interrégionale Edith Cavell (CHIREC) compte regrouper la quasi-totalité de ses centres hospitaliers bruxellois sur le site de Delta.   Figure 22 : Périmètre du PPAS Delta.
  • 28.     28   1.6.4. Situation existante de fait En comparant la carte de l’affectation du sol avec celle de la situation existante de fait, on observe plusieurs constats. Le tissu urbain est plus hétérogène que les plans ne le laissaient présager. En effet, de nombreux immeubles présentent une activité industrielle ou commerciale prédominante, en particulier dans la zone de mixité. Ces immeubles sont présentés en bleus et foncés et mauves sur les cartes. Le campus de la Plaine comprend quelques bâtiments de logements contrairement à ce qui est décrit dans le PRAS. Les liserés commerciaux sont également légèrement différents. A l’inverse, il est plus court sur l’avenue de la Couronne. Quant à la chaussée de Boondael, on observe de légères différences.           Figure 23 : Carte de la situation existante de fait (PRAS, 2014)
  • 29.     29   1.6.5. Occupation du sol de fait L’occupation du sol de fait reprend les informations précédemment citées du PRAS (Situation existante de fait et de droit) et mise en correspondance avec un relevé de terrain. Le relevé de terrain a été réalisé en Novembre 2014. Cependant, la zone d’étude étant relativement grande, les données manquantes du relevé de terrain ont été complétées à l’aide de l’outil Google Street view Le résultat est présenté à la figure suivante.   Figure 24 : Carte de l'occupation du sol (Réalisation sur AutoCAD sur base d’une visite de terrain)
  • 30.     30   1.6.6. Conclusion intermédiaire Les documents réglementaires provenant du Plan régional d’affectation du sol (P.R.A.S.) nous ont permis d’identifier le profil général du périmètre d’étude en terme d’affectation du sol. Premièrement, nous avons constaté que le tissu urbain n’est pas du tout homogène puisque presque la moitié de la zone est affectée à de l’équipement d’intérêt collectif ou de service public. Le reste étant partagé entre zones vertes, zones d’habitations, et zones de chemin de fer notamment. Cette hétérogénéité des affectations complexifie l’implantation d’éventuels projets. En effet, la réglementation du P.R.A.S. étant de rigueur, il faudra tenir des prescriptions littérales de celui-ci. Deuxièmement, la carte de l’occupation du sol de fait nous permet d’identifier la présence de plusieurs noyaux. Ceux-ci sont plus grands que ce que les cartes réglementaires prévoyaient. Cette observation se calque avec la visite de terrain.
  • 31.     31   1.7. Cadre de vie. 1.7.1. Espaces publics La zone d’étude comprend quatre espaces publics importants : 1) Plaine de jeux « La Petite Suisse » ; 2) La place de la Petite Suisse ; 3) Le square Albert Deveze ; 4) Et le square des Latins. Square Albert Deveze C’est un espace résiduel, morcelé qui se situe au croisement des avenues Adolphe Buyl et Armand Huysmans. Le square est fréquemment utilisé mais entouré de voitures, il est équipé d’une poubelle, de bulles à verre et d’une bulle à vêtement. Le square est un lieu de détente. Square des Latins Ce square est un véritable canisite à lui tout seul et n’offre que très peu de service hormis l’apport de végétal dans ce décor minéral. Figure 25 : Vue sur le Square des Latins. Plaine de jeux « La Petite Suisse » Ouvert de 9 à 18h ou de 10 à 17h, la plaine de jeu « La Petite Suisse » est située en intérieur d’ilot et est de fait un espace fermé et sécurisé. C’est un cadre bien entretenu et agréable à la fois pour les familles mais également pour les sportifs et en particuliers pour les étudiants de l’ULB. Durant l’été, une plaine est organisée avec réfectoire. Le responsable des lieux nous a confié lors de notre visite que le local était auparavant à disposition des parents qui souhaitaient fêter l’anniversaire de leur enfant. Il ne le serait plus suite à de nombreux abus. Figure 26 : Entrée de la plaine de jeu "Petite Suisse" (à g.) et place de la Petite Suisse (à d.) Place de La Petite Suisse Cette place a fait couler littéralement beaucoup d’encre. En effet, un arrêté du bourgmestre y a interdit la consommation d’alcool suite à des plaintes du voisinage pour tapages nocturne. L’objet de plusieurs plaintes car certains y consomment de l’alcool et dérange le voisinage avec du tapage nocturne. Autre débat, celui du projet de réaménagement au niveau du boulevard Général Jacques ou des initiatives citoyennes dont notamment l’artiste Philip Geluck, originaire du quartier, se plaignent des embouteillages au niveau de la rue Emile Banning et de la place.
  • 32.     32   1.7.2. Espaces verts Deux principaux espaces verts se démarquent dans la zone d’étude ; le Campus de la Plaine et le cimetière d’Ixelles. Historiquement, ces deux espaces verts formaient un plateau recouvert par un grand bois, appelé Bois du Loup, ou Wolfsbosch (El Zein H., 2014). Le Campus de la Plaine Le Campus de la Plaine qui abrite de nombreux locaux de l’ULB et de la VUB abrite également le plus grand espace vert de la commune d’Ixelles avec ses 47,2 ha (Google Earth, 2015). En effet, plus de dix hectares sont boisés. L’espace boisé est entrecoupé par les bâtiments et les pelouses entretenues donnant un aspect morcelé au campus. Figure 27 : Vue aérienne sur le campus de la Plaine (Immobel, 2015) Cimetière d’Ixelles Le Cimetière d’Ixelles, comme son nom l’indique, est un cimetière situé dans le sud de la commune d’Ixelles et donc de la zone d’étude. Son patrimoine funéraire qu’il contient est l’un des plus importants de la Région bruxelloise (personnalités artistiques, scientifiques, politiques, militaires, etc.). Vaste de cinq hectares, celui-ci est entouré d’un mur de pierres l’isolant du reste du quartier. Aujourd’hui, on parle également du cimetière d’Ixelles pour désigner le quartier qui l’entoure et qui compte de nombreux cafés et restaurants estudiantins car situé entre les deux campus de l’ULB (Campus de la Plaine et du Solbosch). Le  cimetière  est  ouvert  de  8h30  à  16h30.     Figure 28 : Vue aérienne sur le cimetière d'Ixelles et sur les zones résidentielles comprises dans le périmètre d'étude (en haut) et vue sur l'entrée et sur le giratoire du cimetière.
  • 33.     33   1.7.3. Intérieurs d’ilots Les intérieurs d’ilots sont variés dans le périmètre d’étude. On remarquera néanmoins trois grandes zones d’intérieurs d’ilots. Premièrement, le campus de la Plaine qui par son espace vert offre un grand intérieur d’ilot d’excellente qualité. Deuxièmement, à l’ouest de la zone, vers le campus du Solbosh, une zone où la qualité des intérieurs d’ilots est relativement bonne. Et enfin, entre ces deux dernières, une zone qui varie de moyen à mauvais. La Figure suivante synthétise cette disparité de qualité des intérieurs d’ilot. Elle a été réalisée sur base d’une photo-interprétation à partir de Google Maps et de BruGIS.   Figure 29 : Carte de la situation des intérieurs d'ilots. Réalisation : Eskander Alexandre (sur base d'une photo interpretation)
  • 34.     34   1.7.4. Propreté publique La propreté publique est dans un état relativement bon malgré les infractions constatées lors d’une visite de terrain. Plusieurs poubelles publiques deviennent rapidement des dépôts clandestins lorsqu’elles sont remplies. On trouve également des dépôts de sacs poubelles dans les fosses de plantations. Le service en bulles à verres est complet au sein de notre zone, c’est pas moins de 5 point de collectes qui sont présents 1.7.5. Etat des voiries et trottoirs L’état des trottoirs varie globalement de « bon état » à « légèrement dégradé » comme on peut le constater sur la carte ci-dessous. Une grande partie des trottoirs est en dalle d’asphalte 30 x 30 cm tandis qu’une autre partie est en pavé platine. Les trottoirs les plus dégradés se trouvent dans les rues où les passages y sont fréquents, c’est le cas du boulevard Général Jacques et de l’Avenue de l’Université. La rue Arnaud Fraiteur qui longe le cimetière d’Ixelles est dans un état très dégradé, les racines traçantes des tilleuls occupent beaucoup de place dans le sol et les pavés ont été placés dessous sans fosse de plantation. Figure 30 : Carte de l'état des trottoirs sur base d'un relevé de terrain (Groupe CQD 3ème GEU : Cappuccio G., Parry A., et Peeters J.) 1.7.6. Patrimoine La zone d’étude offre un patrimoine plusieurs monuments et sites classés. On en dénombre quatorze dont douze se trouve sur la Chaussée de Boondael. Les deux autres étant le Cimetière d’Ixelles et le 562 avenue de la Couronne : 1) Avenue de la Couronne, 562 ; 2) Chaussée  de  Boondael,  309  ;   3) Chaussée  de  Boondael,  348  ;   4) Chaussée  de  Boondael,  365  ;   5) Chaussée  de  Boondael,  369  ;   6) Chaussée  de  Boondael,  373  ;   7) Chaussée  de  Boondael,  374  ;   8) Chaussée  de  Boondael,  393  ;   9) Chaussée  de  Boondael,  469  ;   10)Chaussée  de  Boondael,  471  ;   11)Chaussée  de  Boondael,  473  ;   12)Chaussée  de  Boondael,  477  ;   13)Chaussée  de  Boondael,  481  et  le  ;   14)  Cimetière  communal  d’Ixelles.   La figure suivante géolocalise les différents sites et monuments classés dans la zone d’étude.
  • 35.     35   Figure 31 : Situation des sites et monuments classés dans le périmètre d'étude (Atelier CQD, 2014) 1.7.7. Conclusion intermédiaire Le périmètre d’étude ne possède pas de grands espaces ou places publiques (hormis les espaces verts) à l’image de la place Flagey. Cependant, nous observons quatre petits et moyens espaces publics dont leurs réaménagements présentent un potentiel non négligeable. Par exemple, la tramification de la ligne 71 offre une possibilité de réaménager le square Albert Deveze en un lieu de détente. Les trois autres espaces publics sont des lieux de rencontres incontournables pour les habitants du quartier. L’amélioration de ces espaces ne peut qu’être positive dans la qualité de vie du quartier. Le quartier est également riche en deux grands espaces verts publics : le cimetière d’Ixelles et le Campus de la Plaine. Ces deux espaces offrent un lieu de repos et de détente aux habitants du quartier mais également aux habitants de la Région. Concernant la qualité des intérieurs d’ilots, les photographies aériennes révèlent que les ilots au centre du quartier, ainsi que le cimetière d’Ixelles, sont de mauvaises qualités contrairement au Campus de la Plaine et aux ilots résidentiels de l’Ouest du quartier. La propreté publique est de bonne qualité dans l’ensemble du quartier. Seuls quelques dépôts ont été constatés ponctuellement lorsque les poubelles publiques sont remplies. En terme de patrimoine, le périmètre d’étude dispose de douze monuments et sites classés concentrés sur la Chaussée de Boondael.  
  • 36.     36   1.8. Climat social Les propos tenus dans cette partie se basent essentiellement sur des informations qualitatives. Elles ont permis de mieux appréhender le quartier à travers les yeux de ses habitants et ses divers usagers. Par cette démarche, nous avons recueilli les témoignages de personnes de référence ayant une connaissance accrue du milieu sociale du fait de leur ancrage dans le quartier. Nous avons complété le travail par des recherches bibliographiques. Ces renseignements vont nous permettre d’enrichir nos idées afin d’élaborer un programme dans le cadre du « Contrat de quartier durable Université » (Bruno Raulier, 2014) 1.8.1. Ville perçue vs. Périmètre d’étude Un quartier peut être défini comme une partie d’une ville où un observateur peut pénétrer par la pensée et qui se reconnait parce qu’elle a une caractéristique générale qui permet de l’identifier (K.Lynch, 1999). Ainsi, pour certains de nos interlocuteurs leur quartier s’étend de la Place E. Flagey jusqu’au niveau du stade Volta. Dans tous les cas, il s’arrête à hauteur de l’Avenue Franklin Roosevelt et du Boulevard du Triomphe (limite avec Auderghem). D’autres voient dans l’Avenue Général Jacques une limite à l’étendue. Le point commun de ces différentes artères et îlots réside dans la mixité du logement pour les habitants et les étudiants. Une autre vision consisterait à concevoir un quartier plus local comme la zone d’affluence piétonne des noyaux commerciaux (Jean- Pierre Janssens). De ce témoignage en découle l’importance, l’empreinte de la communauté étudiante dans le quartier sans oublier qu’il est aussi occupé par ses habitants. Ce constat se confirme lorsque nous observons que l’ensemble des interlocuteurs inclut dans leur représentation des lieux appropriés, les deux sites universitaires (le Solbosch et La Plaine). Pourtant, ces campus ne sont pas habités par des riverains mais ils conditionnent la présence estudiantine. Une autre approche serait de s’intéresser aux qualificatifs utilisés par le PRDD pour décrire notre périmètre d’étude. Le fait que ce plan donne les grandes orientations d’aménagement du territoire, nous signale aussi la volonté de prendre en compte l’existence de noyaux d’identité locale. Ce plan régional conçoit la ville comme une mosaïque de pôles multifonctionnels mis en réseau, entre- autres, par les itinéraires des transports publics. Ces noyaux font partie de ces pôles avec des particularités : une qualité de vie à l’échelle du quartier, une proximité des différents services renforcée par une place importante laissée aux piétons ; ce sont des lieux identifiés par les habitants comme une centralité locale représentative du quartier (PRDD). Figure 32 : Carte des noyaux d'identité locale (Bruno Raulier, 2014)      
  • 37.     37   Ils ont été établis en fonction de critères comme « Les centres anciens » et « les cœurs des liserés de noyaux commerciaux » (PRDD) ce qui correspond assez bien aux deux noyaux d’identité locale au sein de notre périmètre d’étude. Le premier est centré autour de la Place de la Petite Suisse et le deuxième s’étend autour du cimetière. Toutefois, il ne faut pas considérer ces aires comme des limites géographiques strictes mais comme un centre de focalisation de la vie locale (PRDD). Nous observons aussi deux de ces pôles identitaires à cheval sur le périmètre d’étude (carrefour entre l’Avenue Buyl et le Boulevard Général Jacques ; autour de la gare d’Etterbeek). De même, nous apercevons sur la carte, ci –contre, des centres plus éloignés, autour de la Place E. Flagey, et à proximité du stade municipal d’Ixelles (« Stade Volta »). Cette approche plus bibliographique nous permet de confronter les projets de développement et la réalité perçue par les habitants. Le périmètre d’étude ne décrit pas une unité urbaine au sens psychosociologique. L’étendue du quartier varie d’un riverain à l’autre et son contour reste flou. Toutefois, des nœuds et des points de repères se dégagent des discours de nos interlocuteurs. Le cimetière d’Ixelles est un point de repère pour de nombreux riverains ; il est le lieu de rendez-vous par excellence. La devanture du café « Montmartre » ou le « stade Volta » est, également, signalée comme des repères du quartier. D’une manière moins importante, la Place Flagey est perçue comme un nœud, un point de convergence pour différents usagers, différentes voies, différents modes de transports « où l’on a les moyens de quitter le quartier » (B. Bringard, riverain). En conclusion, nous retrouvons dans le discours des riverains des références à certains noyaux d’identité locale. Ce regard sur le quartier est confirmé par le concept de « zone d’affluence piétonne des noyaux commerciaux » (Jean-Pierre Janssens). Ainsi, la place de La Petite Suisse et le carrefour du cimetière d’Ixelles semblent être des lieux incontournables dans les aménagements futurs. Il faudra être attentif aux demandes et besoins locaux dans le développement de ces espaces publics. De plus, il faudra conserver et favoriser cette « proximité piétonne » et les caractéristiques du quartier propres à ses noyaux d’identité locale.           1.8.2. Inventaire des lieux significatifs du quartier Dans cette partie, nous allons nous efforcer à décrire les espaces de rencontre qui rythment la vie de quartier au sein de notre périmètre d’étude. Au-delà de ses limites subjectives, se trouvent des éléments déterminants du climat social. D’abord, nous avons le campus du Solbosch de l’ULB, adjacent à l’Avenue Buyl, qui apporte son lot d’étudiants, de services (médiathèque, banques,...) et d’activités culturelles (conférences, location de salle). Ensuite, nous avons le Stade Municipal d’Ixelles qui permet l’exercice d’une multitude de disciplines sportives (location de salles, club). Le Comité de Quartier de La Petite Suisse y tient ses réunions et la Maison Des Jeunes XL’J y organise des activités sportives. Nous avons voulu illustrer nos propos concernant les espaces de rencontre par le biais de la carte des lieux de rencontre officiels. Celle-ci ne prétend pas exposer l’ensemble des lieux de socialisation du quartier mais elle met en évidence les lieux qui se réclament sociaux. De plus, les mouvements, comités n’ayant pas de lieux de références n’ont pas été repris dans cette carte. Pour la facilité du lecteur, nous préciserons dans le texte par un nombre la référence de chaque espace de rencontre de la carte. Ceux-ci sont classés sur le support graphique en quatre groupes principaux. En premier, les lieux culturels et sportifs reprennent autant les centres sportifs que les centres de loisirs artistiques et divertissements. Ces fonctions sont prédominantes pour cette classe d’espaces de rencontre. En deuxième, les lieux communautaires se distinguent par leur accès fortement limité à une communauté. Dans certains cas, d’autres populations peuvent fréquenter ces lieux mais la communauté de départ est favorisée dans ces lieux par des avantages financiers. En troisième, les lieux éducatifs et crèches rassemblent les écoles et lieux d’accueil de la petite enfance ainsi que les activités parascolaires. En quatrième, les lieux plurifonctionnels regroupent plusieurs classes de lieux de rencontre en un seul point. Le cimetière d’Ixelles (25) se trouve dans la catégorie « Lieu de recueillement » du fait de sa particularité. Le périmètre d’étude se divise en deux zones. D’un côté le campus de la Plaine et de l’autre côté un tissu urbain avec ses ilots et ses voies publics. Premièrement, nous allons décrire les lieux d’échanges sociaux du campus universitaire. Avant tout, nous pouvons constater un nombre plus important de lieux communautaires à la VUB (au Nord-Ouest de la Plaine). Ceci s’explique d’une part par un plus grand nombre de cercles
  • 38.     38   folkloriques et d’autre part par de multiples salles réservées aux étudiants (26, 27, 28, 29, 30, 31). A l’opposé, les activités folkloriques de l’ULB sont minoritaires sur le campus de La Plaine. Ceux- ci sont regroupés au nombre de quatre au sein du bâtiment du « Forum » (23). Il est intéressant de savoir que l’ULB compte une cinquantaine de cercles folkloriques sur l’ensemble de ses sites. La majeure partie des animations estudiantines se tient sur le campus du Solbosch. De plus, les étudiants de l’université francophone ont accès à une salle de fête, « La Jefke » (1). Elle comporte l’avantage d’être éloignée de zones d’habitat en termes de nuisances. Ensuite, les deux universités jouissent de lieux culturels et sportifs. Le musée des Plantes Médicinales et de la Pharmacie se situe sur le site de l’ULB (20), tandis que le campus de la VUB compte sur son terrain un centre Fitness privé (18), un terrain d’athlétisme utilisé par les étudiants, le Royal Ixelles-Auderghem Athlétisme Club (19) et le « KultuurKaffee » (17). Cet établissement est multiple par ses activités. C’est d’abord un café, puis un centre artistique, de cours de musique, d’expositions au sens large, et de concerts. Malgré ses heures d’ouverture calquées sur la vie étudiante, celui-ci est ouvert tout l’été. Son caractère néerlandophone ne signifie pas un accès limité aux étudiants de la VUB. Par contre, la VUB possède une salle de spectacle (32) destinée entre autre aux représentations de la troupe de théâtre et l’orchestre de l’université. Nous aurions pu considérer ce lieux comme communautaire si nous n’avions pas pris en compte le prix d’accès aux manifestations artistiques. A notre connaissance, il existe uniquement un avantage pour le personnel et les étudiants de la VUB en termes de prix d’entrée des concerts (un nombre limité de places gratuites). Cela ne nous semble pas être un élément suffisant pour qualifier la salle de spectacle comme communautaire. Puis, l’Université Libre de Bruxelles se distingue par des lieux éducatifs. Nous retrouvons sur le site une école de promotion sociale et l’Ecole Européenne de Bruxelles (8,6). A côté de ses institutions, l’ULB bénéficie de deux organes de promotion des Sciences par l’organisation d’expositions et d’ateliers destinés essentiellement à un public scolaire. L’Expérimentarium de Chimie (7) ne se situe pas au même endroit que l’Expérimentarium de Physique (23). Ce dernier fait partie des nombreuses associations du lieu-dit « Forum ». Ainsi, ce lieu forme un centre plurifonctionnel avec ses quatre cercles folkloriques, l’Union des Anciens Etudiants de l’ULB (UAE), le restaurant universitaire, et le Foyer Culturel et Scientifique de La Plaine (FOSCUP). Le FOSCUP est un lieu d’accueil des étudiants (ex : jeux de société, salle de répétition pour le cercle d’improvisation) et un centre culturel (concerts, expositions). A part du campus universitaire, nous retrouvons deux écoles de l’enseignement supérieur privées internationales dans le même bâtiment (9). Deuxièmement, nous allons décrire les lieux d’échanges sociaux du tissu urbain mélangeant les logements pour étudiants et pour les riverains. D’abord, cette partie du quartier contient un nombre plus limité de lieux communautaires que le campus de La Plaine. Ainsi, nous retrouvons « La Salle du Royaume Des Témoins de Jéhovah » (3), « The European Law Students Association. Asbl » et « La Forestière ». Cette dernière association est un centre de jour pour les personnes à déficiences mentales. Ensuite, les riverains bénéficient de deux crèches (10,5), d’une école primaire et maternelle francophone (11), d’une école secondaire technique francophone (12), et d’une implantation d’une école maternelle néerlandophone (5) Puis, la zone est desservie en espaces culturels et sportifs tel qu’un théâtre (21), un centre sportif (14), deux clubs de danse (15,13), une école de comédie musicale (16) et une plaine de jeux communale (22). Finalement, nous avons la Maison Des Jeunes XL’J (24), lieu plurifonctionnel par son accès et ses activités. L’institution organise des festivals, une école de devoirs, accueil un Groupe d’Achat Solidaire de l’Agriculture Paysanne, permet l’accès à internet pour toutes recherches dans le but de réduire la fracture numérique et organise des cours d’expression artistique. De plus, la maison est un lieu d’échange libre d’accès. Dans les faits, le public majoritaire se compose d’adolescents de 12 à 15 ans avec une population minoritaire entre 16 et 20 ans (Chloé Ballif-Ali Abettouy, animateurs). 1.8.3. Dynamique sociale et mouvements contestataires Jean-Pierre est coiffeur sur la place de La Petite Suisse depuis 1956. Son commerce lui vient de son père, ce qui fait de lui une personne de référence de notre périmètre d’étude. Selon lui, le dynamisme du quartier vient du fait que tout le monde se connait. Les gens font leurs courses dans le quartier car la zone est bien desservie en termes de magasins. La proximité des noyaux commerciaux permet de faire les courses à pieds et par conséquence les habitants se rencontrent dans la rue et dans les commerces. Ils parlent entre eux du voisinage, de ses problèmes, et de fil en aiguille des comités naissent de ses connivences. Par exemple, le collectif « SOS Petite Suisse » qui réclamait des modifications du plan de circulation aux alentours de la place de La Petite Suisse est né de ce processus social. Après quelques discussions en rue, quelques riverains de la rue Elise et Emile Banning ont décidé de préparer une réunion sur la problématique. Lors du rassemblement, Philippe Geluck, habitant du quartier a proposé de devenir le porte-parole du mouvement vu sa
  • 39.     39   connaissance des relations médiatiques. A partir de ce moment, des affiches du collectif ont fleuri aux fenêtres des particuliers et commerçant, un blog et une pétition a été créé. De nombreux comités de notre périmètre d’étude ont un caractère contestataire : le collectif « Sauver la Plaine », comité « Re-Vivre à XL », le collectif « SOS Petite Suisse », quelques riverains de la place de La Petite Suisse s’indignant de tapages nocturnes. Ce sont, pour l’ensemble, des associations composées de commerçants et d’habitants du quartier à l’exception du collectif « Sauver la Plaine ». Celui-ci est formé principalement d’étudiants de l’ULB et pour une part minoritaire de professeurs universitaires et de la communauté de la VUB. Le noyau dur de l’association se constitue de militants de divers organes estudiantins (Bureau des Etudiants Administrateurs, FEF, Ecolo J, Comac...). Ils défendent la conservation d’une partie de l’espace vert du campus de la Plaine destiné à un projet immobilier. Ils font usage d’actions directs, de pétitions et recours au conseil d’état afin d’arriver à leur fin. Au contraire, les autres comités ne recourent qu’aux voies judiciaires, pétitions et doléances. Il est important de savoir que l’ensemble de ses comités ne représente pas l’opinion de tous les habitants, toutefois un ressentiment d’impuissance se fait ressentir vis-à-vis de leur influence sur les pouvoirs publics. Figure 33 : Carte de l'implantation de la braderie (Bruno Raulier, 2014)