SlideShare une entreprise Scribd logo
Dr. BENLARBI Larbi
BIOFILMS
Cours Interaction Microbiennes
1M BIOTECH
PLAN DU COURS
1. Biofilms ou comment des êtres
unicellulaires s’organisent en
communautés
2. Les étapes de formation des biofilms
3. Les propriétés spécifiques des biofilms
4. Les biofilms : des réservoirs de bactéries
en dormance
15/11/2022
BIOFILMS
2
3
• Historique
Les premiers regroupements de bactéries furent observés au XVIIe siècle par
Antoni van Leeuwenhoek [1], suite a l’analysé des échantillons de plaque dentaire.
Mais ce n’est que dans les années 1980 que le terme de « film bactérien » puis de «
biofilm » fut popularisé, notamment par J. William Costerton [2]. Il a montré que,
contrairement aux données établies, le mode de vie dominant des bactéries était
sous forme de communautés complexes apparentées à un être pluricellulaire qu’il
a dénommées biofilms.
Les biofilms sont définis comme des agrégats organisés de microorganismes
pouvant contenir jusqu’à 100 millions (108) à 10 milliards cellules par gramme de
matière déshydratée.
La majorité des bactéries sont capables de former des biofilms et les différentes
étapes conduisant à la formation d’agrégats complexes et hétérogènes
Il s’agit de phénomènes parfaitement coordonnés et génétiquement
programmés.
Introduction
Qu’est-ce qu’un biofilm ?
C’est un mode de vie en communautés qui permet à des
microorganismes - des êtres unicellulaires tels que les bactéries -
d’adopter un comportement de groupe.
Les biofilms sont le plus souvent fixés à un support et ils sont
ubiquitaires (Qui est ou semble être partout à la fois, Ces les espèces pouvant
s'adapter aux milieux les plus divers).
Ce fut d’ailleurs un des premiers modes d’organisation du vivant au
fond des océans, il y a quelques milliards d’années.
La majorité des infections bactériennes impliquent des biofilms, ce
qui favorise la survenue des formes chroniques et entraine des
difficultés de traitement.
15/11/2022
BIOFILM
4
Ces formations vivantes constituent des processus de colonisation de divers environnements
associés à des processus de survie et d’adaptation.
65% des infections bactériennes chez l’homme sont dues à des biofilms.
Dans les suspensions liquides, la plupart de ces micro-organismes sont regroupés en amas
mobiles, animés par des mouvements browniens et sont dépourvues de toutes attaches à
une surface : on parle d’état planctonique.
Les biofilms : 1 ère forme de vie organisée sur Terre depuis environ 3,5 milliards d’années. Ils
se retrouvent dans l’environnement terrestre à tous les niveaux, même dans les environnements
extrêmes (pores au sein des glaciers),
Sur les surfaces (naturelles ou synthétiques), la plupart de ces micro-organismes forment des
amas adhérents en remaniement permanent : on parle d’état sessile.
Toutes ces formes de communautés vivantes plus ou moins organisées sont regroupées sous le
vocable de « Biofilm » (termes plus employés pour la forme sessile).
6
L’étude des micro-organismes dans leur environnement naturel,
in vivo montre une organisation en communautés structurées, de
composition plus souvent hétérogène dans l’espace comme le
temps et liées à une matrice de polymères exocellulaires (EPS).
Tous les micro-organismes se développent non isolément sous la
forme de micro-colonies, de taille, forme, densité et organisation
variées (en agrégat, en monocouche, ou multicouche, en
suspension dans les gaz, les liquides ou adhérent à une surface)
7
• Définition « Un biofilm est une communauté microbienne
adhérente à une surface et fréquemment incluse dans une matrice
de polymères exocellulaires ».
Cette matrice est aussi appelée « couche muqueuse ».
Les biofilms sont des couches de micro-organismes associés à un
type de surface et constitués d’un seul type ou de plusieurs types
de micro-organismes (levures, bactéries, protozoaires ou des
combinaisons de toutes ces espèces).
Quelques exemples de conséquences positives du biofilm
Biotechnologie
production de médicaments (insulines, héparines…)
production de vinaigre (acetobacter spp)
industrie des fromages …
Biofiltres
traitement des eaux usées urbaines et industrielles
traitement des effluents gazeux ( composés odorants,
xénobiotiques
traitement des sols pollués
Quelques exemples de conséquences negatives du biofilm
1. Résistance aux biocides et aux antibiotiques (étude sur le modèle
de la mucoviscidose)
2. Contamination des surfaces en agro-alimentaire
(notion de «biofouling» L'encrassement biologique: )
3. Infections nosocomiales
4. Autres infections ou colonisations cathéters, prothèse tissus
(émail des dents, os, coeur…)
plaque dentaire
Lentilles …
10
Les étapes de formation des biofilms
On distingue 4 étapes dans le mécanisme de formation des biofilms (figure.1)
11
1- Tout d’abord, les bactéries interagissent avec un substrat et s’y fixent de façon réversible par des interactions non
spécifiques de type liaison hydrogène ou liaison de Van der Waals : on parle d’adhérence.
2- Puis les bactéries se fixent de façon irréversible et spécifique au substrat grâce à des molécules d’adhésion
comme par exemple les pili, et synthétisent une matrice d’exopolysaccharides : il s’agit de la phase d’adhésion.
3- On distingue ensuite des phases de croissance et de maturation du biofilm
4- Puis, sous l’effet de facteurs environnementaux, des bactéries vont se détacher du biofilm, et se disperser sous
forme planctonique dans le milieu environnant : on parle d’essaimage du biofilm
12
Bases de l’adhésion des biofilms
L’adhésion est une accumulation de micro-organismes et de matériels extracellulaires sur une
surface solide. C’est un processus s’effectuant en plusieurs étapes :
1- Transport vers la surface
2- Adhésion non spécifique ou réversible
3- Adhésion spécifique ou irréversible
L’adhésion est un phénomène purement physico-chimique qui est suivi de phénomènes biologiques.
13
• Adhésion non spécifique
L’adhésion non spécifique des microorganismes est décrite au travers de la théorie DVLO,
du nom des auteurs de cette théorie (Dejarguin-Landau-Verwey-Overbeek).
Elle consiste dans un premier temps en l’interaction des charges en milieu liquide avec
une surface solide.
• Adhésion spécifique
L’adhésion spécifique est le fait des structures moléculaires à la surface des
microorganismes bactériens (phospholipides, acides teichoïques, LPS, résidus d’acides
gras) et des appendices filamenteux ou organelles propres aux microorganismes (pili ou
fimbriae et flagelles).
14
Trois niveaux influencent la formation d’un biofilm :
- Le phénotype et le métabolisme bactérien
- Le type et l’état de surface
- L’environnement physico-chimique et biologique.
Cinq étapes établissent la formation d’un biofilm :
• L’adhésion initiale (non spécifique) des micro-organismes avec une entrée en
contact avec la surface : cette adhésion est réversible
• L’adhésion irréversible (spécifique) avec la formation de colonie à la surface avec
des attachements par leurs organelles
• La colonisation avec deux étapes de maturation :
-Une maturation primaire marquée par une croissance en surface, la formation
d’une matrice de polymères exocellulaires sur laquelle se développe la fine
monocouche de biofilm (10 )
-Une maturation secondaire marquée par une croissance en multicouches donnant
un biofilm important (100 )
Formation du biofilm
Cours Biofilms definitions des Biofilms Benlarbi L.pdf
16
• La dispersion/dissolution
par rupture des liaisons inter-cellulaires et avec la matrice de polymères
exocellulaires La formation, la croissance du biofilm comme la dissociation du biofilm
dépendent de l’équilibre et du gradient des molécules biologiques circulantes autour
et au sein du biofilm par :
Les gradients de molécules signals bactériennes assurant la croissance de la même
espèce (notion de quorum sensing)
Les interactions entre molécules signals bactériennes d’espèces différentes limitant la
croissance (notion de quorum quenching)
17
Les propriétés spécifiques des biofilms
La matrice des biofilms est également le siège d’échanges entre bactéries, via la
mise en place de réseaux de communication.
Ainsi, par le biais de molécules dites de « quorum sensing »
(Lire Dialogues et coopération chez les bactéries), l’ensemble des membres de
la communauté harmonise ses réponses au-delà d’un seuil de concentration en
cellules et peut ainsi se prévaloir d’une conduite type organisme multicellulaire.
Cette aptitude permet notamment des coopérations métaboliques sur un plan
nutritionnel avec utilisation successive des métabolites produits par les
différents acteurs du biofilm.
18
De par la proximité géographique établie au sein des biofilms,
cette forme de vie communautaire facilite également les échanges
horizontaux de fragments d’ADN et donc de matériel génétique
entre membres de la communauté, ce qui permet d’enrichir leur
patrimoine génétique via l’acquisition de nouvelles fonctions.
19
Le biofilm bactérien est une structure hétérogène. Les variations locales de composition en
nutriments, enzymes, et autres molécules produites par les bactéries créent des
microenvironnements différents au sein du biofilm. Certaines bactéries modifient leur état
physiologique et adoptent un état de tolérance vis-à-vis des agents anti-microbiens
20
Les communautés organisées que sont les biofilms constituent des
réservoirs de bactéries, capables de survivre aux agressions extérieures
(agents anti-infectieux, déshydratation,..) et de maintenir ainsi des
formes viables malgré des conditions extérieures hostiles.
Ceci est rendu possible par la transformation de certaines cellules du
biofilm en formes dormantes, avec des fonctions vitales ralenties, ce qui
leur permet d’échapper à l’action de la plupart des agents anti-infectieux
qui nécessitent pour être actifs des bactéries capables de se répliquer.
Mais si cette forme de vie permet aux bactéries de franchir des étapes
difficiles,
Les biofilms : des réservoirs de bactéries en dormance
21
22
Ce phénomène complexe dit de dispersion représente l’étape ultime de formation des
biofilms et il est induit par des événements extérieurs tels que l’appauvrissement en
nutriments, les modifications de concentration en oxygène ou de densité bactérienne.
Ces modifications sont perçues par les bactéries, ce qui entraine l’activation de signaux
intracellulaires et ultimement le décrochage d’une partie du biofilm. Plusieurs actions peuvent
ainsi conduire au détachement physique de bactéries ou de microagrégats :
synthèse et sécrétion d’enzymes de dégradation de la matrice (nucléases, glycosidases,
protéases), modifications de surface des bactéries conduisant à une moindre adhésion,
production de surfactants induisant une réduction des tensions de surface ou encore lyse de
quelques bactéries, des phénomènes qui tendent à fragiliser localement la cohésion du biofilm.
Les bactéries ou amas de bactéries ainsi libérés sont alors capables de coloniser d’autres
surfaces,
voire de créer d’autres points infectieux car les bactéries ainsi
libérées sont particulièrement virulentes.
23
Messages à retenir
Nos principales connaissances du monde bactérien découlent de l’étude des
bactéries sous la forme de cellules individualisées cultivées en laboratoire dans des
milieux adaptés.
Dans la nature, les bactéries vivent majoritairement sous la forme de
communautés agrégées appelées biofilms. Ce mode de vie leur permet d’opter
pour un comportement coordonné de groupe et leur confère un certain nombre
d’avantages, concernant notamment leurs capacités à résister aux agressions
extérieures.
Cette découverte a modifié profondément l’approche du monde bactérien au
cours des dernières décennies et invite à considérer d’un œil nouveau l’ensemble
des données, que ce soit à propos des bactéries pathogènes ou de celles qui
constituent nos microbiotes.
15/11/2022 24
BIOFILMS
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION
Dr. BENLARBI Larbi
Benlarbi,larbi@univ-bechar,dz
Univ-bechar,dz

Contenu connexe

Similaire à Cours Biofilms definitions des Biofilms Benlarbi L.pdf

LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.pptLES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
JeanHovozounkou
 
les probiotiques
les probiotiquesles probiotiques
les probiotiques
Kîïmâã Šîímâã
 
The Legend Of Lichen
The Legend Of LichenThe Legend Of Lichen
The Legend Of Lichen
Meriem Methlouthi
 
The Legend Of Lichen
The Legend Of LichenThe Legend Of Lichen
The Legend Of Lichen
Meriem Methlouthi
 
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelleMicrobiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
NanaLaLumiereElohim
 
Le développement des plantes
Le développement des plantesLe développement des plantes
Le développement des plantes
SELLANI Halima
 
Tratamento não antibiótico para enterocolites
Tratamento não antibiótico para enterocolites Tratamento não antibiótico para enterocolites
Tratamento não antibiótico para enterocolites
lactivos
 
Fomariniféres Boucelha Lilya
Fomariniféres Boucelha LilyaFomariniféres Boucelha Lilya
Fomariniféres Boucelha Lilya
Lilya BOUCELHA
 
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptxECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
ssuserc7f46e1
 
Bacterie
BacterieBacterie
Bacterie
radiantsoumia
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
SenouciKhadidja
 
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
adrioiche
 
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterieconstitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
yazidabderrahmane17
 
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
sabrineKribaBoucetta
 
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
OneLife SA
 
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdfAGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
ARDUINOGMAIL
 

Similaire à Cours Biofilms definitions des Biofilms Benlarbi L.pdf (20)

LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.pptLES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
LES DIFFERENTS TYPES DE RELATION.ppt
 
les probiotiques
les probiotiquesles probiotiques
les probiotiques
 
The Legend Of Lichen
The Legend Of LichenThe Legend Of Lichen
The Legend Of Lichen
 
The Legend Of Lichen
The Legend Of LichenThe Legend Of Lichen
The Legend Of Lichen
 
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelleMicrobiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
Microbiologie 1.1.docx pour l insertion professionnelle
 
Le développement des plantes
Le développement des plantesLe développement des plantes
Le développement des plantes
 
La culture cellulaire
La culture cellulaireLa culture cellulaire
La culture cellulaire
 
Ecosystème3
Ecosystème3Ecosystème3
Ecosystème3
 
Tratamento não antibiótico para enterocolites
Tratamento não antibiótico para enterocolites Tratamento não antibiótico para enterocolites
Tratamento não antibiótico para enterocolites
 
Fomariniféres Boucelha Lilya
Fomariniféres Boucelha LilyaFomariniféres Boucelha Lilya
Fomariniféres Boucelha Lilya
 
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptxECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
ECOLOGIE-VEGETALE__________________.pptx
 
Bacterie
BacterieBacterie
Bacterie
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
 
Defenses 1
Defenses 1Defenses 1
Defenses 1
 
Defenses 1
Defenses 1Defenses 1
Defenses 1
 
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
132presentation cours Microbio parasitologie éàé'
 
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterieconstitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
constitution d'un yaourt à partire d'un bacterie
 
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
2.2.3. Productivité des écosystèmes.docx
 
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
Meta-Analyse sur le biofilm et les endoscopes SFERD 2016
 
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdfAGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
AGB-S2-M8.3-Microbiologie générale- CRS-El imache (1).pdf
 

Cours Biofilms definitions des Biofilms Benlarbi L.pdf

  • 1. Dr. BENLARBI Larbi BIOFILMS Cours Interaction Microbiennes 1M BIOTECH
  • 2. PLAN DU COURS 1. Biofilms ou comment des êtres unicellulaires s’organisent en communautés 2. Les étapes de formation des biofilms 3. Les propriétés spécifiques des biofilms 4. Les biofilms : des réservoirs de bactéries en dormance 15/11/2022 BIOFILMS 2
  • 3. 3 • Historique Les premiers regroupements de bactéries furent observés au XVIIe siècle par Antoni van Leeuwenhoek [1], suite a l’analysé des échantillons de plaque dentaire. Mais ce n’est que dans les années 1980 que le terme de « film bactérien » puis de « biofilm » fut popularisé, notamment par J. William Costerton [2]. Il a montré que, contrairement aux données établies, le mode de vie dominant des bactéries était sous forme de communautés complexes apparentées à un être pluricellulaire qu’il a dénommées biofilms. Les biofilms sont définis comme des agrégats organisés de microorganismes pouvant contenir jusqu’à 100 millions (108) à 10 milliards cellules par gramme de matière déshydratée. La majorité des bactéries sont capables de former des biofilms et les différentes étapes conduisant à la formation d’agrégats complexes et hétérogènes Il s’agit de phénomènes parfaitement coordonnés et génétiquement programmés.
  • 4. Introduction Qu’est-ce qu’un biofilm ? C’est un mode de vie en communautés qui permet à des microorganismes - des êtres unicellulaires tels que les bactéries - d’adopter un comportement de groupe. Les biofilms sont le plus souvent fixés à un support et ils sont ubiquitaires (Qui est ou semble être partout à la fois, Ces les espèces pouvant s'adapter aux milieux les plus divers). Ce fut d’ailleurs un des premiers modes d’organisation du vivant au fond des océans, il y a quelques milliards d’années. La majorité des infections bactériennes impliquent des biofilms, ce qui favorise la survenue des formes chroniques et entraine des difficultés de traitement. 15/11/2022 BIOFILM 4
  • 5. Ces formations vivantes constituent des processus de colonisation de divers environnements associés à des processus de survie et d’adaptation. 65% des infections bactériennes chez l’homme sont dues à des biofilms. Dans les suspensions liquides, la plupart de ces micro-organismes sont regroupés en amas mobiles, animés par des mouvements browniens et sont dépourvues de toutes attaches à une surface : on parle d’état planctonique. Les biofilms : 1 ère forme de vie organisée sur Terre depuis environ 3,5 milliards d’années. Ils se retrouvent dans l’environnement terrestre à tous les niveaux, même dans les environnements extrêmes (pores au sein des glaciers), Sur les surfaces (naturelles ou synthétiques), la plupart de ces micro-organismes forment des amas adhérents en remaniement permanent : on parle d’état sessile. Toutes ces formes de communautés vivantes plus ou moins organisées sont regroupées sous le vocable de « Biofilm » (termes plus employés pour la forme sessile).
  • 6. 6 L’étude des micro-organismes dans leur environnement naturel, in vivo montre une organisation en communautés structurées, de composition plus souvent hétérogène dans l’espace comme le temps et liées à une matrice de polymères exocellulaires (EPS). Tous les micro-organismes se développent non isolément sous la forme de micro-colonies, de taille, forme, densité et organisation variées (en agrégat, en monocouche, ou multicouche, en suspension dans les gaz, les liquides ou adhérent à une surface)
  • 7. 7 • Définition « Un biofilm est une communauté microbienne adhérente à une surface et fréquemment incluse dans une matrice de polymères exocellulaires ». Cette matrice est aussi appelée « couche muqueuse ». Les biofilms sont des couches de micro-organismes associés à un type de surface et constitués d’un seul type ou de plusieurs types de micro-organismes (levures, bactéries, protozoaires ou des combinaisons de toutes ces espèces).
  • 8. Quelques exemples de conséquences positives du biofilm Biotechnologie production de médicaments (insulines, héparines…) production de vinaigre (acetobacter spp) industrie des fromages … Biofiltres traitement des eaux usées urbaines et industrielles traitement des effluents gazeux ( composés odorants, xénobiotiques traitement des sols pollués
  • 9. Quelques exemples de conséquences negatives du biofilm 1. Résistance aux biocides et aux antibiotiques (étude sur le modèle de la mucoviscidose) 2. Contamination des surfaces en agro-alimentaire (notion de «biofouling» L'encrassement biologique: ) 3. Infections nosocomiales 4. Autres infections ou colonisations cathéters, prothèse tissus (émail des dents, os, coeur…) plaque dentaire Lentilles …
  • 10. 10 Les étapes de formation des biofilms On distingue 4 étapes dans le mécanisme de formation des biofilms (figure.1)
  • 11. 11 1- Tout d’abord, les bactéries interagissent avec un substrat et s’y fixent de façon réversible par des interactions non spécifiques de type liaison hydrogène ou liaison de Van der Waals : on parle d’adhérence. 2- Puis les bactéries se fixent de façon irréversible et spécifique au substrat grâce à des molécules d’adhésion comme par exemple les pili, et synthétisent une matrice d’exopolysaccharides : il s’agit de la phase d’adhésion. 3- On distingue ensuite des phases de croissance et de maturation du biofilm 4- Puis, sous l’effet de facteurs environnementaux, des bactéries vont se détacher du biofilm, et se disperser sous forme planctonique dans le milieu environnant : on parle d’essaimage du biofilm
  • 12. 12 Bases de l’adhésion des biofilms L’adhésion est une accumulation de micro-organismes et de matériels extracellulaires sur une surface solide. C’est un processus s’effectuant en plusieurs étapes : 1- Transport vers la surface 2- Adhésion non spécifique ou réversible 3- Adhésion spécifique ou irréversible L’adhésion est un phénomène purement physico-chimique qui est suivi de phénomènes biologiques.
  • 13. 13 • Adhésion non spécifique L’adhésion non spécifique des microorganismes est décrite au travers de la théorie DVLO, du nom des auteurs de cette théorie (Dejarguin-Landau-Verwey-Overbeek). Elle consiste dans un premier temps en l’interaction des charges en milieu liquide avec une surface solide. • Adhésion spécifique L’adhésion spécifique est le fait des structures moléculaires à la surface des microorganismes bactériens (phospholipides, acides teichoïques, LPS, résidus d’acides gras) et des appendices filamenteux ou organelles propres aux microorganismes (pili ou fimbriae et flagelles).
  • 14. 14 Trois niveaux influencent la formation d’un biofilm : - Le phénotype et le métabolisme bactérien - Le type et l’état de surface - L’environnement physico-chimique et biologique. Cinq étapes établissent la formation d’un biofilm : • L’adhésion initiale (non spécifique) des micro-organismes avec une entrée en contact avec la surface : cette adhésion est réversible • L’adhésion irréversible (spécifique) avec la formation de colonie à la surface avec des attachements par leurs organelles • La colonisation avec deux étapes de maturation : -Une maturation primaire marquée par une croissance en surface, la formation d’une matrice de polymères exocellulaires sur laquelle se développe la fine monocouche de biofilm (10 ) -Une maturation secondaire marquée par une croissance en multicouches donnant un biofilm important (100 ) Formation du biofilm
  • 16. 16 • La dispersion/dissolution par rupture des liaisons inter-cellulaires et avec la matrice de polymères exocellulaires La formation, la croissance du biofilm comme la dissociation du biofilm dépendent de l’équilibre et du gradient des molécules biologiques circulantes autour et au sein du biofilm par : Les gradients de molécules signals bactériennes assurant la croissance de la même espèce (notion de quorum sensing) Les interactions entre molécules signals bactériennes d’espèces différentes limitant la croissance (notion de quorum quenching)
  • 17. 17 Les propriétés spécifiques des biofilms La matrice des biofilms est également le siège d’échanges entre bactéries, via la mise en place de réseaux de communication. Ainsi, par le biais de molécules dites de « quorum sensing » (Lire Dialogues et coopération chez les bactéries), l’ensemble des membres de la communauté harmonise ses réponses au-delà d’un seuil de concentration en cellules et peut ainsi se prévaloir d’une conduite type organisme multicellulaire. Cette aptitude permet notamment des coopérations métaboliques sur un plan nutritionnel avec utilisation successive des métabolites produits par les différents acteurs du biofilm.
  • 18. 18 De par la proximité géographique établie au sein des biofilms, cette forme de vie communautaire facilite également les échanges horizontaux de fragments d’ADN et donc de matériel génétique entre membres de la communauté, ce qui permet d’enrichir leur patrimoine génétique via l’acquisition de nouvelles fonctions.
  • 19. 19 Le biofilm bactérien est une structure hétérogène. Les variations locales de composition en nutriments, enzymes, et autres molécules produites par les bactéries créent des microenvironnements différents au sein du biofilm. Certaines bactéries modifient leur état physiologique et adoptent un état de tolérance vis-à-vis des agents anti-microbiens
  • 20. 20 Les communautés organisées que sont les biofilms constituent des réservoirs de bactéries, capables de survivre aux agressions extérieures (agents anti-infectieux, déshydratation,..) et de maintenir ainsi des formes viables malgré des conditions extérieures hostiles. Ceci est rendu possible par la transformation de certaines cellules du biofilm en formes dormantes, avec des fonctions vitales ralenties, ce qui leur permet d’échapper à l’action de la plupart des agents anti-infectieux qui nécessitent pour être actifs des bactéries capables de se répliquer. Mais si cette forme de vie permet aux bactéries de franchir des étapes difficiles, Les biofilms : des réservoirs de bactéries en dormance
  • 21. 21
  • 22. 22 Ce phénomène complexe dit de dispersion représente l’étape ultime de formation des biofilms et il est induit par des événements extérieurs tels que l’appauvrissement en nutriments, les modifications de concentration en oxygène ou de densité bactérienne. Ces modifications sont perçues par les bactéries, ce qui entraine l’activation de signaux intracellulaires et ultimement le décrochage d’une partie du biofilm. Plusieurs actions peuvent ainsi conduire au détachement physique de bactéries ou de microagrégats : synthèse et sécrétion d’enzymes de dégradation de la matrice (nucléases, glycosidases, protéases), modifications de surface des bactéries conduisant à une moindre adhésion, production de surfactants induisant une réduction des tensions de surface ou encore lyse de quelques bactéries, des phénomènes qui tendent à fragiliser localement la cohésion du biofilm. Les bactéries ou amas de bactéries ainsi libérés sont alors capables de coloniser d’autres surfaces, voire de créer d’autres points infectieux car les bactéries ainsi libérées sont particulièrement virulentes.
  • 23. 23 Messages à retenir Nos principales connaissances du monde bactérien découlent de l’étude des bactéries sous la forme de cellules individualisées cultivées en laboratoire dans des milieux adaptés. Dans la nature, les bactéries vivent majoritairement sous la forme de communautés agrégées appelées biofilms. Ce mode de vie leur permet d’opter pour un comportement coordonné de groupe et leur confère un certain nombre d’avantages, concernant notamment leurs capacités à résister aux agressions extérieures. Cette découverte a modifié profondément l’approche du monde bactérien au cours des dernières décennies et invite à considérer d’un œil nouveau l’ensemble des données, que ce soit à propos des bactéries pathogènes ou de celles qui constituent nos microbiotes.
  • 24. 15/11/2022 24 BIOFILMS MERCI POUR VOTRE ATTENTION Dr. BENLARBI Larbi Benlarbi,larbi@univ-bechar,dz Univ-bechar,dz