SlideShare une entreprise Scribd logo
La « muriomanie » des Lumières et
l’imprimé, ou la sériciculture réduite
en art
Jean-Baptiste Vérot
Conférence de l’Association des Amis du Musée de
l’Imprimerie – Archives municipales de Lyon – 15
mai 2023
1
« Il est bien peu d’arts qu’on puisse
apprendre parfaitement par le secours
des livres, même des Auteurs qui ont été les
plus expérimentés dans les matières qu’ils
traitent. Il est déjà reconnu que les livres écrits
depuis 25 ans, sur la plantation des mûriers et
l’éducation des vers à soie, ne peuvent servir de
rien, ou de peu de chose. On n’en trouve pas
deux qui s’accordent, et cependant ces auteurs
[…] assurent qu’ils n’ont pris pour guides que
leurs expériences ; il faut donc qu’ils les aient
mal faites, ainsi que les calculs nécessaires ».
2
Introduction
Introduction
1. Comment les liens entre l’imprimé et la sériciculture
sont-ils noués par la monarchie à travers sa politique
séricicole ?
2. Comment l’imprimé contribue-t-il à la formation de la
sériciculture comme branche de l’agronomie naissante ?
3. Quelles connexions ces imprimés établissent-ils entre
les mondes de l’administration et de l’agriculture savante
d’un côté, et le monde des praticiens de l’autre ?
3
Plan
I. Littérature technique et politique séricicole
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs
II. L’imprimé et la structuration des savoirs séricicoles
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs
II.2. La médiation des controverses et des collaborations
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
III. « Les livres […] ne peuvent servir de rien »
III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture
III.3. Une question de format : des traités aux précis
4
I. Littérature technique et politique séricicole
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs
5
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
6
Portrait de Barthélemy de
Laffemas, ca. 1598.
Qu’est-ce que « l’entreprise des soyes » ?
●
Une politique « mercantiliste » de
substitution d’importations.
→ Diffuser la sériciculture dans le
royaume en même temps que les
manufactures de soieries.
→ 1602-1604 : entreprise de
fourniture des généralités.
→ 1604-1608 : entreprise de
fourniture des diocèses.
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
7
« L’entreprise des soyes » et l’imprimé
La première littérature séricicole française
et le cercle de « l’entreprise des soyes » :
●
Olivier de Serres et La cueillette de la soye
par la nourriture des vers qui la font (1599),
« échantillon » du Théâtre d’agriculture et
mesnage des champs (1600)
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
8
Requête de Gédéon de Serres au roi
concernant son projet de sériciculture à
Fontainebleau (Bib. de l’Institut de France,
Ms Godefroy 194).
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
9
Promesse de vente de mûriers entre Gédéon
de Serres (vendeur) et les entrepreneurs de la
fourniture de mûriers engagés avec la
commission du commerce (Arch. nat.,
Minutier central des notaires parisiens, 1602).
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
10
« L’entreprise des soyes » et l’imprimé
La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des
soyes » :
●
Jean-Baptiste Le Tellier et son luxueux Brief discours contenant la maniere
de nourrir les vers à soye…, Paris, P. Pautonnier, 1602.
●
Dédié à Rachel de Cochefilet, épouse de Sully.
●
Gravures sur cuivre de Philippe Galle, sur des dessins de Stradanus :
une réédition commentée de la série Vermis sericus (C. Plantin, Anvers,
1577).
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
11
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
12
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
13
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
14
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
15
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
16
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
17
« L’entreprise des soyes » et l’imprimé
La première littérature séricicole française et
le cercle de « l’entreprise des soyes » :
●
Jean-Baptiste Le Tellier et les Mémoires et
instructions
●
16 000 exemplaires commandés par la
commission du commerce
●
1000 l.t. payés par les entrepreneurs aux
imprimeurs parisiens Jamet et Pierre
Mettayer.
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
18
« L’entreprise des soyes » et l’imprimé
La première littérature séricicole française et
le cercle de « l’entreprise des soyes » :
●
Laffemas et ses nombreux traités sur la
sériciculture, publiés en tant que
contrôleur général du commerce.
●
Reprise des bois utilisés pour les
Mémoires et instructions de Le Tellier.
I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une
entreprise éditoriale
19
« L’entreprise des soyes » et l’imprimé
La première littérature séricicole française et
le cercle de « l’entreprise des soyes » :
●
L’Instruction de Jehan Vandeveckene et
associés : une rareté bibliographique.
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
20
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
Qu’est-ce qu’un « homme à projets » ou
projector ?
→ Joan Thisrk, Economic Policy and
Projects. Development of a Consumer Society in
Early Modern England, 1978.
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
21
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
Un ouvrage méconnu sur la sériciculture,
la Proposition faite au Roy […] Contenant les
moyens de rendre la soye aussi commune en
France […] qu’elle l’est en la Chine…, Marc
Marressé, 1610.
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
22
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
L’Advis au Roy lyonnais de 1627 : un
projet porté par Claude Dangon ?
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
23
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
Christophe Isnard, un entrepreneur de
moulinages provençal et ses projets à la
cour de Louis XIV.
→ Les Mémoires et instructions… de
1660 (rééd. 1665) et l’art de la dédicace
flatteuse à la recherche de haut
patronage.
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
24
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
Christophe Isnard, un entrepreneur de
moulinages provençal et ses projets à la
cour de Louis XIV.
→ Les Vers à soye presentez au Roy
(1669) : un poème publicitaire pour un
projet d’exploitation des vers à soie
« sauvages » de Madagascar.
I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets »
25
Les usages de l’imprimé par les « hommes à
projets » séricicoles au XVIIe siècle.
●
Christophe Isnard, un entrepreneur de
moulinages provençal et ses projets à la
cour de Louis XIV.
→ Le Plant de meuriers d’establissement
royal (1673) : encore une publicité
rimée :
« Forcez à force de ducatz,
La Nature pour rendre utiles,
Les Campagnes plus infertilles »
I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des
savoirs séricicoles
26
Le renouveau du volontarisme séricicole
sous Louis XV :
• Philibert Orry, contrôleur général des
finances de Louis XV (1730-1745)
• Daniel Trudaine, directeur du Bureau du
commerce (1749-1769)
→ Mise en place d’un réseau de
pépinières publiques de mûriers.
→ Distributions gratuites de mûriers et
de vers à soie aux propriétaires.
→ Création d’ateliers de tirage privilégiés
et subventionnés.
• Quel rôle de l’imprimé dans ce
dispositif ?
Portrait d’Orry par Hyacinthe
Rigaud, v. 1738.
27
Les pépinières publiques de mûriers dans le royaume
de France au XVIIIe
siècle
I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des
savoirs séricicoles
Des administrateurs démunis :
- Les instructions manuscrites
du jardinier Philibert.
- Des instructions trop
sommaires : la complainte du
directeur de la pépinière
d’Issoire.
28
I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des
savoirs séricicoles
Un imprimé de commande administrative :
- 1740 : Orry demande à l’intendant de Touraine
d’encourager la publication d’un traité du sieur Baron.
- 1742 : Publication anonyme à Poitiers du Mémoire
instructif sur les pépinières de meuriers blancs et les manufactures
de vers à soie. Sources ? Diffusion ? Réception ?
→ Mémoires fournis par Orry, dont ceux de
Philibert.
→ Mémoires de l’Académie des sciences de
Montpellier.
→ Distribution orchestrée par l’intendant en
Auvergne.
→ Réédition en 1745, commandée par les États du
Béarn à leur imprimeur ordinaire.
→ Critique par l’inspecteur des manufactures Henri
Sauclières.
II. L’imprimé et la structuration des savoirs séricicoles
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
II.2. La médiation des controverses et des collaborations
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
29
30
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
La « Muriomanie » : un phénomène éditorial typique des « Lumières
agricoles »
Évolution du nombre de
publications de traités sur la
culture du mûrier au XVIIIe
siècle
31
Page de titre de La Muriomanie de
Dubet (1769), livret publicitaire
annonçant le traité finalement intitulé
La Muriométrie (1770).
« Nous voyons que la murimanie (nous prions qu’on nous
pardonne cette expression) gagne toutes les parties du Royaume ;
cette culture qui paroissoit d’abord devoir se borner aux Provinces
méridionales comme la Provence, le Languedoc, le Dauphiné,
s’est étendue dans le Lyonnois, déjà même on cultive avec succès les
muriers en Bourgogne ; nous en avons vu réussir dans les froides
montagnes de l’Auvergne ; la Bresse en éleve, toutes les Généralités
de proche en proche veulent faire des soyes. Dans cette émulation
universelle, pourquoi la Franche-Comté resteroit-elle oisive ? »
« Discours présenté par M. R. De Moedeseule à l’Académie des
Sciences, Belles Lettres & Arts de Besançon ; sur la question
« quelles sont les différentes espèces de grains, de légumes ou de
plantes, dont la culture jusqu’ici inconnue ou négligée en Franche
Comté peut y être introduite avec succès ? », Journal de l’agriculture,
du commerce, des arts et des finances, juin 1769, p. 3-33.
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
32
Louis-Madeleine Bolet
Matthieu Thomé
C.-A. Dubet
Jean-Baptiste
Constant-
Castellet
Pierre-Augustin
Boissier de
Sauvages
Ladmiral
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
Lieux de publication des traités de
sériciculture en France au XVIIIe
siècle
33
Page de titre de la Gazette, année 1780,
n°22.
Portrait de Bertin par Alexandre
Roslin, 1768.
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
34
Évolution du nombre de
contributions relatives à la culture
du mûrier dans la Gazette (1763-
1783)
II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de
lecteurs
La Gazette et le Journal d’agriculture, des « arènes » qui fédère les amateurs de
sériciculture.
35
Principaux sujets des articles de la
Gazette relatifs à la culture du
mûrier
II.2. La médiation des controverses et des
collaborations
II.2. La médiation des controverses et des
collaborations
La controverse du greffage :
– Matthieu Thomé vs. Jean-Baptiste Constant-Castellet, ou l’intérêt
des propriétaires de mûriers vs. l’intérêt des filateurs.
– « Voilà donc deux Auteurs qui nous assurent n’avoir écrit qu’après des
expériences suivies pendant plusieurs années, diamétralement opposés de
sentiment dans un fait. Auquel des deux donnerons nous donc la préférence ?
Comment fixer nos incertitudes sur un point aussi important ? Je pense que
pour y parvenir, il n’est question que d’inviter les gens bien instruits dans cette
partie, à traiter à fond le sujet »
Pierre-Louis de Massac, membre de la Société
d’agriculture de Limoges, Gazette d’agriculture, 4 février
1766, n°10, p. 74-75.
36
II.2. La médiation des controverses et des
collaborations
La controverse du greffage :
– Réponse de Constant-Castellet qui détaille ses expériences.
– Réponse pragmatique du « Paysan des Cévennes ».
– Reprise de la controverse avec Dubet, radicalement opposé au
greffage « erreur nationale » de la « dénaturation » des mûriers.
– Réponse de « Bertrand Morus, habitant des Cévennes », dans le Journal
d’agriculture (octobre 1771) :
« Je ne sçais, Monsieur, si en composant votre Traité, permettez-moi de vous le
dire, vous n’avez point été un peu trop persuadé de l’infaillibilité de votre
systême, si vous avez consulté la nature, le sol, nos besoins mêmes, ou plutôt, si
vous avez puisé dans de bonnes sources pour vous procurer certains
éclaircissemens »
37
II.2. La médiation des controverses et des
collaborations
Les périodiques et l’organisation des collaborations séricicoles :
– Nombreuses descriptions d’expériences par des particuliers,
comme Vallet, le curé de Sainte-Colombe.
– À partir de 1771, nombreuses « lettres d’Italie » concernant la
« maladie épidémique » qui frappe les mûriers. Diffusion de
l’information concernant le prix de la société d’agriculture de
Brescia sur la question.
38
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
39
Régler l’épineuse question de la question de la
nomenclature :
Dubet dans sa Muriométrie :
« Une chose qui paroît fort singulière, c’est que les Ecrivains n’ont rien de
fixe sur la dénomination des espèces de muriers […] Il est à présumer que
la nomenclature des muriers s’étendra à l’infini, & suivra la progression
des variétés »
← Apparition d’un grand nombre de variétés horticoles du
mûrier blanc.
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
40
Les variétés de mûriers blancs selon le sieur Michel, jardinier de Bagnols (v. 1760)
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
41
Les variétés de mûriers blancs selon le sieur Puech, sériciculteur au Vigan (v. 1755).
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
42
Constant-Castellet entend diffuser par l’imprimé une « nomenclature » des mûriers,
dans son Art de multiplier la soie (Aix-en-Provence, 1760).
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
43
« J’ai vu ce que l’auteur appelle mûrier sauvage à feuilles roses, donner des fruits noirs & assez
gros ; & la même singularité a eu lieu sur celui qu’il nomme feuille d’Espagne. Les mûriers de
la partie du Languedoc où je me suis retiré, approchent beaucoup des espèces des environs
d’Aix. J’ai comparé les uns aux autres, & cette comparaison m’a fait reconnoître beaucoup de
variétés secondaires de ces espèces qui sont déjà elles-mêmes des variétés ».
L’abbé naturaliste François Rozier critique la « division
des espèces de mûriers » diffusée par Constant-Castellet
et ses « copistes » dans son article « Mûre, mûrier » du
Cours complet d’agriculture, Paris, 1786 (tome 7, p. 1-59)
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
44
La diffusion d’un modèle de plantation de mûriers idéale :
La « meurière » idéale de Ladmiral
(1757).
« Ce projet ménage le terrain, […] épargne
beaucoup sur toutes les dépenses des
plantations ordinaires. Il met chaque paysan
au centre de sa petite location. Il fait de sa
location un petit enclos où il n’aura rien à
craindre ni des bestiaux ni des voleurs, & il
peut faire vivre toute sa famille avec un
terrein médiocre »
Ladmiral, Traité des mûriers blancs, Paris,
1757, p. 243-248.
II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs
45
La diffusion d’un modèle de plantation de mûriers idéale :
Plan de la plantation
du sieur Dulac à
Lugeac, près de
Brioude, 1752 (Arch.
dép. du Puy-de-
Dôme, 22 Fi 102).
III. « Les livres […] ne peuvent servir de rien »
III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se
rencontrent pas
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la
sériciculture
III.3. Une question de format : des traités aux précis
46
III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se
rencontrent pas
Pouvoir-dire sans savoir-faire : le cas
du Traité des mûriers signé Louis
Lesbros de La Versanne (1769)
– Adresse au lecteur extrêmement
méprisante à l’égard des paysans.
– Propos presque intégralement
plagié.
– Un texte écrit par le jeune
marquis de Sade ?
47
III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se
rencontrent pas
Aucun jardinier, aucun magnanier
« professionnel » parmi les auteurs de
traités séricicoles.
– Pourtant, beaucoup savent écrire, et
certains essayent d’être publiés,
comme le sieur Bertrand,
« pépiniériste » et « négociant en
mûriers » de Narbonne, qui demande
à l’intendant de Languedoc une aide
pour publier un traité sur la culture
du mûrier blanc (lettre ci-contre,
Arch. dép. de l’Hérault, C 2250,
1751).
48
III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se
rencontrent pas
← L’imprimé technique établir une frontière entre savoir-faire et pouvoir-dire.
– Ce n’étaient pas le savoir-faire des praticiens qui étaient remis en question par
les instances de validation qui leur refusaient la publication imprimée, mais
leur capacité et leur légitimité à les transcrire dans une langue écrite
convenable à la littérature technique.
– Les hommes de la pratique étaient considérés par les instances de légitimation
des savoirs comme incapables de théoriser et de formaliser leur art en raison
de leur enfermement supposé dans les bornes strictes de leur métier et de leur
langage éloigné des codes culturels qui distinguaient et légitimaient les
hommes de lettres (travaux de Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger)
– « L’acte de textualisation » des techniques comportait en lui-même un
effacement et une forme de « colonisation » des savoirs détenus par les
praticiens spécialistes de ces mêmes techniques (Dorothy Ko).
49
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de
la sériciculture
50
Qu’est-ce qu’une « réduction en art » ?
• Processus de formalisation des savoirs qui
« structure, pendant l’époque moderne, des
pratiques de connaissances pour l’action »
• Consiste à capter, ordonner et diffuser de
manière normalisée des savoirs techniques
jusqu’alors épars et diffus.
• Objectif : le « bien public », l’« administration
réglementée des projets qui intéressent la
collectivité ».
• Des auteurs et des lecteurs qui « appartiennent
au même monde, celui qui, à quelque titre,
contribue à l’exercice du pouvoir » (Hélène
Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny)
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de
la sériciculture
51
Pierre-Augustin Boissier de
Sauvages (1710-1795) et ses
Mémoires sur l’éducation des vers à
soye :
– Éminent naturaliste.
– Soutien financier du Bureau
du commerce.
– Enquête de terrain auprès des
sériciculteurs cévenols.
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de
la sériciculture
52
« Nous avons heureusement chez nous des personnes très en état d’en donner des
leçons »
Cherche à « réduire en art » la « routine incertaine » de ces praticiens, en
mêlant observation de leurs principes et « une saine phisique & le bon sens,
sçavoir, celle des expériences & des observations ».
Difficultés de communication et un certain mépris : « deviner la pensée de
gens grossiers & peu intelligibles, qui [lui] fesoient même quelquefois mystére des
moindres choses ».
Un art du questionnaire qui repose sur des connaissances préalables :
« Il est difficile de faire de bonnes questions & de tirer par cette voie des gens de
l’art d’utiles connoissances, si l’on n’en a déjà beaucoup soi-même »
III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de
la sériciculture
53
→ Une position intermédiaire, entre élève et maître des « hommes de l’art »,
qui se sert de ses savoirs naturalistes pour améliorer les pratiques qu’il
observe.
→ Dans sa préface, il affirme que son travail de réduction en art est destiné
aux « propriétaires », de manière à les rendre plus capables de diriger les
opérations de sériciculture.
→ Les lecteurs devaient pouvoir se muer en instructeurs des « ouvriers qu’ils
[avaient] à leurs gages » et se faire des « interprêtes » de Boissier de Sauvages.
→ L’amélioration de la sériciculture passe pour Boissier de Sauvages par un
processus circulaire, fait d’une succession de transferts et de traductions,
processus au sein duquel l’imprimé joue le rôle de fixateur et de pivot.
III.3. Une question de format : des traités aux précis
Retour en arrière : « l’entreprise des soyes » et sa stratégie de diffusion de
l’information.
54
Gravures sur la nourriture
des vers à soie dans les
Mémoires et instructions
de Le Tellier (1603).
III.3. Une question de format : des traités aux précis
55
Délibération des élus-généraux des États de Bourgogne, février 1786 (Arch. dép. de
Côte-d’Or, C 3241).
III.3. Une question de format : des traités aux précis
56
Instruction sur la manière de former les
pépinières de Meuriers distribuée par
les États de Languedoc dans les
diocèses civils du Haut-
Languedoc, 1757 (Arch. dép. de
l’Hérault, C 11892).
Conclusions
Les traités imprimés de sériciculture :
→ des outils de gouvernement économique.
→ des objets d’une mode agronomique élitiste et peu
connectée aux réalités de terrain.
→ des opérations de captation, de formalisation,
d’amélioration et de diffusion normalisatrice de savoir-faire.
→ des sources irremplaçables pour étudier les techiques
séricicoles anciennes.
57
58
Merci pour votre attention.

Contenu connexe

Similaire à La "Muriomanie" des lumières et l'imprimé ou la sériculture réduite en art.

Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquitéInvention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
Youssef Seddik
 
4_NAHON.pptx
4_NAHON.pptx4_NAHON.pptx
4_NAHON.pptx
AssociationAF
 
Travail Travaux dirigés XXème siècle
Travail Travaux dirigés XXème siècleTravail Travaux dirigés XXème siècle
Travail Travaux dirigés XXème siècle
vlefevre
 
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nosHistoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
Antonutti isabelle
 
Cartespublicitairesanciennes
CartespublicitairesanciennesCartespublicitairesanciennes
Cartespublicitairesanciennes
adam eva
 
Europe xviii villeneuve
Europe xviii villeneuveEurope xviii villeneuve
Europe xviii villeneuve
houizot
 
Canebière Cannabis
Canebière CannabisCanebière Cannabis
Canebière Cannabis
Guillaume Lopez
 
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie RocheHistoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
Mélanie Roche
 
Toftgaard mazarinades
Toftgaard mazarinadesToftgaard mazarinades
Toftgaard mazarinades
Anders Toftgaard
 
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe sièclesAu carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
ArchivesdeLyon
 
Cult num 5
Cult num 5Cult num 5
Cult num 5
Françoise Grave
 
Littérature française
Littérature françaiseLittérature française
Littérature française
Esperanza Bayón
 
Renaissance
RenaissanceRenaissance
Renaissance
CinemaTICE
 
Mondialisation ibérique
Mondialisation ibériqueMondialisation ibérique
Mondialisation ibérique
NadineHG
 
Histoire presse(1)
Histoire presse(1)Histoire presse(1)
Histoire presse(1)
Erwann Jadé
 
Causerie Artisa
Causerie ArtisaCauserie Artisa
Causerie Artisa
Jacques Beaumier
 
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi JimenesProjet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
Bibliothèques Virtuelles Humanistes - CESR, Université de Tours, UMR 7323
 
Présentation 2
Présentation 2 Présentation 2
Présentation 2
farahgueldi
 
Louis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versaillesLouis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versailles
mercheguillen
 

Similaire à La "Muriomanie" des lumières et l'imprimé ou la sériculture réduite en art. (20)

Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquitéInvention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
Invention de l'imprimerie: Histoire depuis l'antiquité
 
4_NAHON.pptx
4_NAHON.pptx4_NAHON.pptx
4_NAHON.pptx
 
Travail Travaux dirigés XXème siècle
Travail Travaux dirigés XXème siècleTravail Travaux dirigés XXème siècle
Travail Travaux dirigés XXème siècle
 
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nosHistoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
Histoire des bibliotheques francaises de 1789 à nos
 
Cartespublicitairesanciennes
CartespublicitairesanciennesCartespublicitairesanciennes
Cartespublicitairesanciennes
 
Histoire
HistoireHistoire
Histoire
 
Europe xviii villeneuve
Europe xviii villeneuveEurope xviii villeneuve
Europe xviii villeneuve
 
Canebière Cannabis
Canebière CannabisCanebière Cannabis
Canebière Cannabis
 
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie RocheHistoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
Histoire et communication : Cours 3 Les premiers imprimés - Mélanie Roche
 
Toftgaard mazarinades
Toftgaard mazarinadesToftgaard mazarinades
Toftgaard mazarinades
 
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe sièclesAu carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
Au carrefour de l’imprimé contemporain, XIXe-XXe siècles
 
Cult num 5
Cult num 5Cult num 5
Cult num 5
 
Littérature française
Littérature françaiseLittérature française
Littérature française
 
Renaissance
RenaissanceRenaissance
Renaissance
 
Mondialisation ibérique
Mondialisation ibériqueMondialisation ibérique
Mondialisation ibérique
 
Histoire presse(1)
Histoire presse(1)Histoire presse(1)
Histoire presse(1)
 
Causerie Artisa
Causerie ArtisaCauserie Artisa
Causerie Artisa
 
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi JimenesProjet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
Projet CollEx "Bibliothèque de Raymond Marcel". Rémi Jimenes
 
Présentation 2
Présentation 2 Présentation 2
Présentation 2
 
Louis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versaillesLouis14, le baroque et versailles
Louis14, le baroque et versailles
 

Plus de ArchivesdeLyon

Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documentsVrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
ArchivesdeLyon
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
ArchivesdeLyon
 
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
ArchivesdeLyon
 
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
ArchivesdeLyon
 
Du plomb qui vaut de l'or...............
Du plomb qui vaut de l'or...............Du plomb qui vaut de l'or...............
Du plomb qui vaut de l'or...............
ArchivesdeLyon
 
Découvrir le métier d'archiviste
Découvrir le métier d'archivisteDécouvrir le métier d'archiviste
Découvrir le métier d'archiviste
ArchivesdeLyon
 
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme françaisLovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
ArchivesdeLyon
 
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux LumièresLes paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
ArchivesdeLyon
 
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
ArchivesdeLyon
 
Histoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
Histoire de la Société Académique d'Architecture de LyonHistoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
Histoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
ArchivesdeLyon
 
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques HerbinDe 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
ArchivesdeLyon
 
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
ArchivesdeLyon
 
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteursArchives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
ArchivesdeLyon
 
Lyon au XVIe siècle
Lyon au XVIe siècleLyon au XVIe siècle
Lyon au XVIe siècle
ArchivesdeLyon
 
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaineLyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
ArchivesdeLyon
 
Habiller le livre ou le corseter ?
Habiller le livre ou le corseter ?Habiller le livre ou le corseter ?
Habiller le livre ou le corseter ?
ArchivesdeLyon
 
Qui collecte des éphémères pour les archives ?
Qui collecte des éphémères pour les archives ? Qui collecte des éphémères pour les archives ?
Qui collecte des éphémères pour les archives ?
ArchivesdeLyon
 
perrache exposé conférences (1).ppt
perrache exposé conférences (1).pptperrache exposé conférences (1).ppt
perrache exposé conférences (1).ppt
ArchivesdeLyon
 
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
ArchivesdeLyon
 
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerresUne promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
ArchivesdeLyon
 

Plus de ArchivesdeLyon (20)

Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documentsVrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
Vrai ou faux ? Les archivistes et l'authenticité des documents
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
L'affiche de cinéma : tout un art au service du septième art. Graphismes accr...
 
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
La vie sans pétrole, contraintes et adaptations 1940-1944
 
Du plomb qui vaut de l'or...............
Du plomb qui vaut de l'or...............Du plomb qui vaut de l'or...............
Du plomb qui vaut de l'or...............
 
Découvrir le métier d'archiviste
Découvrir le métier d'archivisteDécouvrir le métier d'archiviste
Découvrir le métier d'archiviste
 
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme françaisLovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
Lovenjoul, un belge amoureux du romantisme français
 
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux LumièresLes paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
Les paradoxes du globe, de la Renaissance aux Lumières
 
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
Imprimer les oeuvres complètes de Voltaire dans les années 1780, une aventure...
 
Histoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
Histoire de la Société Académique d'Architecture de LyonHistoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
Histoire de la Société Académique d'Architecture de Lyon
 
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques HerbinDe 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
De 1670 à nos jours, l'histoire de la marque d'encres, Jacques Herbin
 
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
L'Enccre ou l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751-1772) comme vous ne...
 
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteursArchives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
Archives de Lyon : Merci aux bienfaiteurs
 
Lyon au XVIe siècle
Lyon au XVIe siècleLyon au XVIe siècle
Lyon au XVIe siècle
 
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaineLyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
Lyon et ses principaux plans : petit aperçu de son évolution urbaine
 
Habiller le livre ou le corseter ?
Habiller le livre ou le corseter ?Habiller le livre ou le corseter ?
Habiller le livre ou le corseter ?
 
Qui collecte des éphémères pour les archives ?
Qui collecte des éphémères pour les archives ? Qui collecte des éphémères pour les archives ?
Qui collecte des éphémères pour les archives ?
 
perrache exposé conférences (1).ppt
perrache exposé conférences (1).pptperrache exposé conférences (1).ppt
perrache exposé conférences (1).ppt
 
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
RER lyonnais, quelles perspectives 30 ans après le premier projet ?
 
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerresUne promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
Une promenade au "champ" ; le livre illustré de l'entre-deux guerres
 

La "Muriomanie" des lumières et l'imprimé ou la sériculture réduite en art.

  • 1. La « muriomanie » des Lumières et l’imprimé, ou la sériciculture réduite en art Jean-Baptiste Vérot Conférence de l’Association des Amis du Musée de l’Imprimerie – Archives municipales de Lyon – 15 mai 2023 1
  • 2. « Il est bien peu d’arts qu’on puisse apprendre parfaitement par le secours des livres, même des Auteurs qui ont été les plus expérimentés dans les matières qu’ils traitent. Il est déjà reconnu que les livres écrits depuis 25 ans, sur la plantation des mûriers et l’éducation des vers à soie, ne peuvent servir de rien, ou de peu de chose. On n’en trouve pas deux qui s’accordent, et cependant ces auteurs […] assurent qu’ils n’ont pris pour guides que leurs expériences ; il faut donc qu’ils les aient mal faites, ainsi que les calculs nécessaires ». 2 Introduction
  • 3. Introduction 1. Comment les liens entre l’imprimé et la sériciculture sont-ils noués par la monarchie à travers sa politique séricicole ? 2. Comment l’imprimé contribue-t-il à la formation de la sériciculture comme branche de l’agronomie naissante ? 3. Quelles connexions ces imprimés établissent-ils entre les mondes de l’administration et de l’agriculture savante d’un côté, et le monde des praticiens de l’autre ? 3
  • 4. Plan I. Littérature technique et politique séricicole I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs II. L’imprimé et la structuration des savoirs séricicoles II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs II.2. La médiation des controverses et des collaborations II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs III. « Les livres […] ne peuvent servir de rien » III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture III.3. Une question de format : des traités aux précis 4
  • 5. I. Littérature technique et politique séricicole I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs 5
  • 6. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 6 Portrait de Barthélemy de Laffemas, ca. 1598. Qu’est-ce que « l’entreprise des soyes » ? ● Une politique « mercantiliste » de substitution d’importations. → Diffuser la sériciculture dans le royaume en même temps que les manufactures de soieries. → 1602-1604 : entreprise de fourniture des généralités. → 1604-1608 : entreprise de fourniture des diocèses.
  • 7. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 7 « L’entreprise des soyes » et l’imprimé La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des soyes » : ● Olivier de Serres et La cueillette de la soye par la nourriture des vers qui la font (1599), « échantillon » du Théâtre d’agriculture et mesnage des champs (1600)
  • 8. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 8 Requête de Gédéon de Serres au roi concernant son projet de sériciculture à Fontainebleau (Bib. de l’Institut de France, Ms Godefroy 194).
  • 9. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 9 Promesse de vente de mûriers entre Gédéon de Serres (vendeur) et les entrepreneurs de la fourniture de mûriers engagés avec la commission du commerce (Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, 1602).
  • 10. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 10 « L’entreprise des soyes » et l’imprimé La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des soyes » : ● Jean-Baptiste Le Tellier et son luxueux Brief discours contenant la maniere de nourrir les vers à soye…, Paris, P. Pautonnier, 1602. ● Dédié à Rachel de Cochefilet, épouse de Sully. ● Gravures sur cuivre de Philippe Galle, sur des dessins de Stradanus : une réédition commentée de la série Vermis sericus (C. Plantin, Anvers, 1577).
  • 11. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 11
  • 12. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 12
  • 13. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 13
  • 14. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 14
  • 15. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 15
  • 16. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 16
  • 17. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 17 « L’entreprise des soyes » et l’imprimé La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des soyes » : ● Jean-Baptiste Le Tellier et les Mémoires et instructions ● 16 000 exemplaires commandés par la commission du commerce ● 1000 l.t. payés par les entrepreneurs aux imprimeurs parisiens Jamet et Pierre Mettayer.
  • 18. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 18 « L’entreprise des soyes » et l’imprimé La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des soyes » : ● Laffemas et ses nombreux traités sur la sériciculture, publiés en tant que contrôleur général du commerce. ● Reprise des bois utilisés pour les Mémoires et instructions de Le Tellier.
  • 19. I.1. « L’entreprise des soyes » sous Henri IV : une entreprise éditoriale 19 « L’entreprise des soyes » et l’imprimé La première littérature séricicole française et le cercle de « l’entreprise des soyes » : ● L’Instruction de Jehan Vandeveckene et associés : une rareté bibliographique.
  • 20. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 20 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● Qu’est-ce qu’un « homme à projets » ou projector ? → Joan Thisrk, Economic Policy and Projects. Development of a Consumer Society in Early Modern England, 1978.
  • 21. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 21 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● Un ouvrage méconnu sur la sériciculture, la Proposition faite au Roy […] Contenant les moyens de rendre la soye aussi commune en France […] qu’elle l’est en la Chine…, Marc Marressé, 1610.
  • 22. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 22 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● L’Advis au Roy lyonnais de 1627 : un projet porté par Claude Dangon ?
  • 23. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 23 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● Christophe Isnard, un entrepreneur de moulinages provençal et ses projets à la cour de Louis XIV. → Les Mémoires et instructions… de 1660 (rééd. 1665) et l’art de la dédicace flatteuse à la recherche de haut patronage.
  • 24. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 24 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● Christophe Isnard, un entrepreneur de moulinages provençal et ses projets à la cour de Louis XIV. → Les Vers à soye presentez au Roy (1669) : un poème publicitaire pour un projet d’exploitation des vers à soie « sauvages » de Madagascar.
  • 25. I.2. L’imprimé, outil des « hommes à projets » 25 Les usages de l’imprimé par les « hommes à projets » séricicoles au XVIIe siècle. ● Christophe Isnard, un entrepreneur de moulinages provençal et ses projets à la cour de Louis XIV. → Le Plant de meuriers d’establissement royal (1673) : encore une publicité rimée : « Forcez à force de ducatz, La Nature pour rendre utiles, Les Campagnes plus infertilles »
  • 26. I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs séricicoles 26 Le renouveau du volontarisme séricicole sous Louis XV : • Philibert Orry, contrôleur général des finances de Louis XV (1730-1745) • Daniel Trudaine, directeur du Bureau du commerce (1749-1769) → Mise en place d’un réseau de pépinières publiques de mûriers. → Distributions gratuites de mûriers et de vers à soie aux propriétaires. → Création d’ateliers de tirage privilégiés et subventionnés. • Quel rôle de l’imprimé dans ce dispositif ? Portrait d’Orry par Hyacinthe Rigaud, v. 1738.
  • 27. 27 Les pépinières publiques de mûriers dans le royaume de France au XVIIIe siècle I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs séricicoles Des administrateurs démunis : - Les instructions manuscrites du jardinier Philibert. - Des instructions trop sommaires : la complainte du directeur de la pépinière d’Issoire.
  • 28. 28 I.3. L’imprimé et la fabrique administrative des savoirs séricicoles Un imprimé de commande administrative : - 1740 : Orry demande à l’intendant de Touraine d’encourager la publication d’un traité du sieur Baron. - 1742 : Publication anonyme à Poitiers du Mémoire instructif sur les pépinières de meuriers blancs et les manufactures de vers à soie. Sources ? Diffusion ? Réception ? → Mémoires fournis par Orry, dont ceux de Philibert. → Mémoires de l’Académie des sciences de Montpellier. → Distribution orchestrée par l’intendant en Auvergne. → Réédition en 1745, commandée par les États du Béarn à leur imprimeur ordinaire. → Critique par l’inspecteur des manufactures Henri Sauclières.
  • 29. II. L’imprimé et la structuration des savoirs séricicoles II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs II.2. La médiation des controverses et des collaborations II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 29
  • 30. 30 II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs La « Muriomanie » : un phénomène éditorial typique des « Lumières agricoles » Évolution du nombre de publications de traités sur la culture du mûrier au XVIIIe siècle
  • 31. 31 Page de titre de La Muriomanie de Dubet (1769), livret publicitaire annonçant le traité finalement intitulé La Muriométrie (1770). « Nous voyons que la murimanie (nous prions qu’on nous pardonne cette expression) gagne toutes les parties du Royaume ; cette culture qui paroissoit d’abord devoir se borner aux Provinces méridionales comme la Provence, le Languedoc, le Dauphiné, s’est étendue dans le Lyonnois, déjà même on cultive avec succès les muriers en Bourgogne ; nous en avons vu réussir dans les froides montagnes de l’Auvergne ; la Bresse en éleve, toutes les Généralités de proche en proche veulent faire des soyes. Dans cette émulation universelle, pourquoi la Franche-Comté resteroit-elle oisive ? » « Discours présenté par M. R. De Moedeseule à l’Académie des Sciences, Belles Lettres & Arts de Besançon ; sur la question « quelles sont les différentes espèces de grains, de légumes ou de plantes, dont la culture jusqu’ici inconnue ou négligée en Franche Comté peut y être introduite avec succès ? », Journal de l’agriculture, du commerce, des arts et des finances, juin 1769, p. 3-33. II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs
  • 32. 32 Louis-Madeleine Bolet Matthieu Thomé C.-A. Dubet Jean-Baptiste Constant- Castellet Pierre-Augustin Boissier de Sauvages Ladmiral II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs Lieux de publication des traités de sériciculture en France au XVIIIe siècle
  • 33. 33 Page de titre de la Gazette, année 1780, n°22. Portrait de Bertin par Alexandre Roslin, 1768. II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs
  • 34. 34 Évolution du nombre de contributions relatives à la culture du mûrier dans la Gazette (1763- 1783) II.1. La fédération d’une nébuleuse d’auteurs et de lecteurs La Gazette et le Journal d’agriculture, des « arènes » qui fédère les amateurs de sériciculture.
  • 35. 35 Principaux sujets des articles de la Gazette relatifs à la culture du mûrier II.2. La médiation des controverses et des collaborations
  • 36. II.2. La médiation des controverses et des collaborations La controverse du greffage : – Matthieu Thomé vs. Jean-Baptiste Constant-Castellet, ou l’intérêt des propriétaires de mûriers vs. l’intérêt des filateurs. – « Voilà donc deux Auteurs qui nous assurent n’avoir écrit qu’après des expériences suivies pendant plusieurs années, diamétralement opposés de sentiment dans un fait. Auquel des deux donnerons nous donc la préférence ? Comment fixer nos incertitudes sur un point aussi important ? Je pense que pour y parvenir, il n’est question que d’inviter les gens bien instruits dans cette partie, à traiter à fond le sujet » Pierre-Louis de Massac, membre de la Société d’agriculture de Limoges, Gazette d’agriculture, 4 février 1766, n°10, p. 74-75. 36
  • 37. II.2. La médiation des controverses et des collaborations La controverse du greffage : – Réponse de Constant-Castellet qui détaille ses expériences. – Réponse pragmatique du « Paysan des Cévennes ». – Reprise de la controverse avec Dubet, radicalement opposé au greffage « erreur nationale » de la « dénaturation » des mûriers. – Réponse de « Bertrand Morus, habitant des Cévennes », dans le Journal d’agriculture (octobre 1771) : « Je ne sçais, Monsieur, si en composant votre Traité, permettez-moi de vous le dire, vous n’avez point été un peu trop persuadé de l’infaillibilité de votre systême, si vous avez consulté la nature, le sol, nos besoins mêmes, ou plutôt, si vous avez puisé dans de bonnes sources pour vous procurer certains éclaircissemens » 37
  • 38. II.2. La médiation des controverses et des collaborations Les périodiques et l’organisation des collaborations séricicoles : – Nombreuses descriptions d’expériences par des particuliers, comme Vallet, le curé de Sainte-Colombe. – À partir de 1771, nombreuses « lettres d’Italie » concernant la « maladie épidémique » qui frappe les mûriers. Diffusion de l’information concernant le prix de la société d’agriculture de Brescia sur la question. 38
  • 39. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 39 Régler l’épineuse question de la question de la nomenclature : Dubet dans sa Muriométrie : « Une chose qui paroît fort singulière, c’est que les Ecrivains n’ont rien de fixe sur la dénomination des espèces de muriers […] Il est à présumer que la nomenclature des muriers s’étendra à l’infini, & suivra la progression des variétés » ← Apparition d’un grand nombre de variétés horticoles du mûrier blanc.
  • 40. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 40 Les variétés de mûriers blancs selon le sieur Michel, jardinier de Bagnols (v. 1760)
  • 41. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 41 Les variétés de mûriers blancs selon le sieur Puech, sériciculteur au Vigan (v. 1755).
  • 42. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 42 Constant-Castellet entend diffuser par l’imprimé une « nomenclature » des mûriers, dans son Art de multiplier la soie (Aix-en-Provence, 1760).
  • 43. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 43 « J’ai vu ce que l’auteur appelle mûrier sauvage à feuilles roses, donner des fruits noirs & assez gros ; & la même singularité a eu lieu sur celui qu’il nomme feuille d’Espagne. Les mûriers de la partie du Languedoc où je me suis retiré, approchent beaucoup des espèces des environs d’Aix. J’ai comparé les uns aux autres, & cette comparaison m’a fait reconnoître beaucoup de variétés secondaires de ces espèces qui sont déjà elles-mêmes des variétés ». L’abbé naturaliste François Rozier critique la « division des espèces de mûriers » diffusée par Constant-Castellet et ses « copistes » dans son article « Mûre, mûrier » du Cours complet d’agriculture, Paris, 1786 (tome 7, p. 1-59)
  • 44. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 44 La diffusion d’un modèle de plantation de mûriers idéale : La « meurière » idéale de Ladmiral (1757). « Ce projet ménage le terrain, […] épargne beaucoup sur toutes les dépenses des plantations ordinaires. Il met chaque paysan au centre de sa petite location. Il fait de sa location un petit enclos où il n’aura rien à craindre ni des bestiaux ni des voleurs, & il peut faire vivre toute sa famille avec un terrein médiocre » Ladmiral, Traité des mûriers blancs, Paris, 1757, p. 243-248.
  • 45. II.3. La diffusion de savoirs normalisateurs 45 La diffusion d’un modèle de plantation de mûriers idéale : Plan de la plantation du sieur Dulac à Lugeac, près de Brioude, 1752 (Arch. dép. du Puy-de- Dôme, 22 Fi 102).
  • 46. III. « Les livres […] ne peuvent servir de rien » III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture III.3. Une question de format : des traités aux précis 46
  • 47. III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas Pouvoir-dire sans savoir-faire : le cas du Traité des mûriers signé Louis Lesbros de La Versanne (1769) – Adresse au lecteur extrêmement méprisante à l’égard des paysans. – Propos presque intégralement plagié. – Un texte écrit par le jeune marquis de Sade ? 47
  • 48. III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas Aucun jardinier, aucun magnanier « professionnel » parmi les auteurs de traités séricicoles. – Pourtant, beaucoup savent écrire, et certains essayent d’être publiés, comme le sieur Bertrand, « pépiniériste » et « négociant en mûriers » de Narbonne, qui demande à l’intendant de Languedoc une aide pour publier un traité sur la culture du mûrier blanc (lettre ci-contre, Arch. dép. de l’Hérault, C 2250, 1751). 48
  • 49. III.1. Quand savoir-faire et pouvoir-dire ne se rencontrent pas ← L’imprimé technique établir une frontière entre savoir-faire et pouvoir-dire. – Ce n’étaient pas le savoir-faire des praticiens qui étaient remis en question par les instances de validation qui leur refusaient la publication imprimée, mais leur capacité et leur légitimité à les transcrire dans une langue écrite convenable à la littérature technique. – Les hommes de la pratique étaient considérés par les instances de légitimation des savoirs comme incapables de théoriser et de formaliser leur art en raison de leur enfermement supposé dans les bornes strictes de leur métier et de leur langage éloigné des codes culturels qui distinguaient et légitimaient les hommes de lettres (travaux de Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger) – « L’acte de textualisation » des techniques comportait en lui-même un effacement et une forme de « colonisation » des savoirs détenus par les praticiens spécialistes de ces mêmes techniques (Dorothy Ko). 49
  • 50. III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture 50 Qu’est-ce qu’une « réduction en art » ? • Processus de formalisation des savoirs qui « structure, pendant l’époque moderne, des pratiques de connaissances pour l’action » • Consiste à capter, ordonner et diffuser de manière normalisée des savoirs techniques jusqu’alors épars et diffus. • Objectif : le « bien public », l’« administration réglementée des projets qui intéressent la collectivité ». • Des auteurs et des lecteurs qui « appartiennent au même monde, celui qui, à quelque titre, contribue à l’exercice du pouvoir » (Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny)
  • 51. III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture 51 Pierre-Augustin Boissier de Sauvages (1710-1795) et ses Mémoires sur l’éducation des vers à soye : – Éminent naturaliste. – Soutien financier du Bureau du commerce. – Enquête de terrain auprès des sériciculteurs cévenols.
  • 52. III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture 52 « Nous avons heureusement chez nous des personnes très en état d’en donner des leçons » Cherche à « réduire en art » la « routine incertaine » de ces praticiens, en mêlant observation de leurs principes et « une saine phisique & le bon sens, sçavoir, celle des expériences & des observations ». Difficultés de communication et un certain mépris : « deviner la pensée de gens grossiers & peu intelligibles, qui [lui] fesoient même quelquefois mystére des moindres choses ». Un art du questionnaire qui repose sur des connaissances préalables : « Il est difficile de faire de bonnes questions & de tirer par cette voie des gens de l’art d’utiles connoissances, si l’on n’en a déjà beaucoup soi-même »
  • 53. III.2. Boissier de Sauvages et la « réduction en art » de la sériciculture 53 → Une position intermédiaire, entre élève et maître des « hommes de l’art », qui se sert de ses savoirs naturalistes pour améliorer les pratiques qu’il observe. → Dans sa préface, il affirme que son travail de réduction en art est destiné aux « propriétaires », de manière à les rendre plus capables de diriger les opérations de sériciculture. → Les lecteurs devaient pouvoir se muer en instructeurs des « ouvriers qu’ils [avaient] à leurs gages » et se faire des « interprêtes » de Boissier de Sauvages. → L’amélioration de la sériciculture passe pour Boissier de Sauvages par un processus circulaire, fait d’une succession de transferts et de traductions, processus au sein duquel l’imprimé joue le rôle de fixateur et de pivot.
  • 54. III.3. Une question de format : des traités aux précis Retour en arrière : « l’entreprise des soyes » et sa stratégie de diffusion de l’information. 54 Gravures sur la nourriture des vers à soie dans les Mémoires et instructions de Le Tellier (1603).
  • 55. III.3. Une question de format : des traités aux précis 55 Délibération des élus-généraux des États de Bourgogne, février 1786 (Arch. dép. de Côte-d’Or, C 3241).
  • 56. III.3. Une question de format : des traités aux précis 56 Instruction sur la manière de former les pépinières de Meuriers distribuée par les États de Languedoc dans les diocèses civils du Haut- Languedoc, 1757 (Arch. dép. de l’Hérault, C 11892).
  • 57. Conclusions Les traités imprimés de sériciculture : → des outils de gouvernement économique. → des objets d’une mode agronomique élitiste et peu connectée aux réalités de terrain. → des opérations de captation, de formalisation, d’amélioration et de diffusion normalisatrice de savoir-faire. → des sources irremplaçables pour étudier les techiques séricicoles anciennes. 57
  • 58. 58 Merci pour votre attention.