SlideShare une entreprise Scribd logo
Christine Parrot
Cadre de santé IFSI
IFPS –CHU Dijon
Année 2016/2017
« L’objet des SIC, c’est l’étude du tissu des rapports entre
êtres, signes et choses qui constituent l’humain » P. Lévy.
 La communication est omniprésente mais toujours imparfaite
 La communication limpide et transparente est un mythe
 Les messages sont souvent ambivalents, ambigus
 Difficulté à formuler des messages clairs, explicites
 Le récepteur sélectionne les données
 Les véritables enjeux sont souvent cachés
 L’être humain commence sa carrière de communicateur très tôt, malgré l’absence de langage.
 Les conduites communicationnelles sont riches, précoces et subtiles, elles passent par plusieurs canaux :
odorat, la voix, les gestes, les regards, les mimiques…
 Ces interactions ont une importance centrale dans le développement de l’enfant, développement social,
intellectuel, affectif…
 Il existe 2 types de communication :
 La communication verbale correspond au langage via l’écriture, la voix, le langage des signes, la
prosodie, l’intonation.
 La communication non verbale correspond aux signes non exprimés par le langage et souvent encore
plus révélateurs de sens, gestes, silences, soupirs, regards, rires, larmes et toutes manifestations du
corps
« Le geste est une figure de l’action, il n’est pas un accompagnement décoratif de la parole. » David Lebreton
 La communication est le plus souvent en accord avec le message que l’on veut faire passer mais pas
toujours ! Parfois elle peut nous trahir
 500 000 ans entre l’invention du langage et celle de l’écriture
 5000 ans entre l’écriture et l’imprimerie, puis celle du téléphone (1876) puis de la radio (1899)
 40 ans plus tard, la télévision
 Encore 40 ans, le « multimédia » et les « NTIC »
 L’écriture est une véritable révolution pour l’humanité. Elle a permis de codifier les connaissances,
d’accéder à une certaine abstraction qui n’était pas permise par la transmission orale. Moyen aussi de
transmission des connaissances et des croyances par delà les distances, les frontières et le temps
 Le livre et la presse sont aussi des vecteurs de mutation sociale
 Transformations culturelles possibles grâce aux livres depuis le 16ème siècle
« A Chaque grande étape de l’histoire des communications, l’humanité semble faire un bond en avant. »
J.F. Dortier
 Depuis les années 50, l’essor des médias de masse (presse, télévision, radio) a été accompagné d’autres
mutations sociales importantes en matière de communication :
- le développement de la publicité, du marketting et de la communication politique
- la prolifération des outils de communication : téléphone fixe puis portable, internet
- le développement de la communication politique et de la communication d’entreprise
 En même temps s’est produite une révolution dans les relations sociales
 Déclin de l’autorité traditionnelle qui a laissé place à plus de concertation, de négociation, de discussion,
d’échange, pour faire court plus de communication. (parents / enfants, professeurs / élèves,
maris/femmes, cadres/salariés…)
 Résultats de toutes ces évolutions :
 D’une part, la formation des sciences de l’information et de la communication (SIC), 71ème section du
Conseil supérieur des universités
 D’autre part, l’éclosion d’une idéologie de la « société de communication »
 Vision idéale de la société de communication dans les années 80 due :
- Au développement des médias, de la téléphonie, des communications interpersonnelles, de la
communication d’entreprise
- Idée que la communication abolie les frontières spatiales, temporelles et sociales, elle devient ainsi
généralisée et transparente
- Les techniques permettent une communication sans tabous, sans malentendus, sans secrets et une
démocratisation sociale
 Vives critiques de cette vision idéalisée développée dans la seconde partie du XXème siècle
- Le sociologue Philippe Breton parle d’ « utopie de la communication » comme si elle pouvait régler les
problèmes entre les hommes de façon universelle et transparente
- Lucien Sfez, parle d’une « utopie » technicienne et déshumanisante
- Erik Neveu parle du « mythe de la société de communication. »
Sciences de la communication : les grandes références
Communication
interpersonnelle
LINGUISTIQUE
Communication
de masse
1960
1950
1940
1930
SOCIOLOGIE
DES MEDIAS
ET DE LEUR
INFLUENCE
H.D.Lasswell
(1902 – 1978)
P.Lazarsfeld
(1901-1976)
E.Katz
(né en 1927)
R.K.Merton
(né en1915)
C.Hovland
N.Wiener
(1894-1964)
* Cybernétique
(1948)
C.E.Shannon
(né en 1916)
*Théorie de
l’information
(1948)
ECOLE DE
PALO ALTO
G. Bateson
(1904-1980)
E.T. Hall
(né en 1914)
R. Birdwhistell
(né en 1918)
P. Watzlawick
(né en 1921)
D. Jackson
(1920-1968)
E. Goffman
(1922-1982)
*Les Rites
d’Interaction
R. Jakobson
(1896-1962)
*Les Six Fonctions
du langage
J. Austin
(1911-1960)
*La pragmatique
SEMIOLOGIE
(SCIENCE
DES SIGNES)
R.Barthes
U. Eco
A. Greimas
ANALYSE DE
CONVERSATIONS
K. Lewin
(1890-1947)
Dynamique des groupes
F. de Saussure
(1857-1913)
M. McLuhan
(1911-1980)
*La Galaxie
Gutenberg (1962)
*Pour comprendre
les médias (1964)
 Modèle de la théorie de l’information
 Modèle de la théorie « émetteur-récepteur »
 Modèle la communication à deux niveaux
Claude Shannon, mathématicien est le père de la théorie mathématique de l’information qui fut le modèle des
sciences de la communication
Norbert Wiener a créé la cybernétique, discipline spécialisée dans la conception de mécanismes autorégulés.
La cybernétique a une forte influence sur la naissance des modèles de communication (notion de feed back)
 Norbert Wiener et Claude Shannon s’intéressaient tous les deux à la transmission des informations à
travers les lignes téléphoniques
 Ce modèle « émetteur-récepteur » renvoie à la métaphore du télégraphe
 Un émetteur envoie un message qui est codé au départ puis transmis sur la ligne téléphonique, à l’autre
bout, le récepteur reçoit et décode l’information. En imaginant que le message de départ subissait le moins de
déformations ou modifications possible. Mais utiliser ce modèle amène a se poser multiples questions :
- Quelle est l’information de départ ?
- Quel codage ?
- Quel parasitage ? appelé aussi « bruit » tout ce qui peut être physique ou psychologique
- Quelle distorsion ?
- Quel résultat ?
 Nous avons tous appris à penser avec ce modèle linéaire même si il est inapproprié pour penser la
communication aujourd’hui
 Mais Shannon s'écartait des idées de Wiener, puisque son schéma oubliait (volontairement) une
caractéristique tenue pour fondamentale par Wiener, celle du concept de rétroaction (feedback), générant lui-
même par la suite la théorie systémique
 Les recherches mettent en évidence que la communication dite des médias de masse se situe à deux
niveaux. Le média n’agit pas directement sur le public cible. L’influence du média passe par l’intermédiaire
de « leaders d’opinions » qui sont eux-mêmes des relais auprès d’individus cibles
 Ce schéma est encore utilisé en publicité, exemple de l’enfant qui relaie auprès de ses parents tel ou tel
produit. Les publicitaires repèrent les « leaders d’opinions » et agissent directement sur cette cible
privilégiée. Tout ceci donne naissance au modèle « marketting » , modèle très présent et enseigné dans les
écoles de commerce et de gestion. Nous ne le verrons pas dans ce cours.
 Dans les trois modèles cités précédemment, la communication est décrite comme « une opération à
piloter ». Ces modèles sont d’une même épistémologie, ils sont dits « positivistes », ils raisonnent dans une
linéarité cause-effet.
 Ces modèles sont encore d’actualité et largement enseignés.
 Pour nous soignants nous ne pouvons nous arrêter à ces modèles qui même si importants à connaître sont
réducteurs pour assurer une communication adaptée et de qualité. En effet, la communication humaine ne
peut se réduire à un modèle mathématique.
 Cette conception télégraphique ne tient pas compte de la signification des signaux, des acteurs, du
contexte, de la culture, de l’intention de l ’émetteur, du récepteur…
 Roman Jackobson, linguiste russe, propose une adaptation du modèle shannonnien, schéma composé de
six pôles :
 Emetteur envoie un message à un récepteur, grâce à un code, linguistique et gestuel, graphique… , par le
biais d’un canal, auditif, visuel, tactile…, dans un contexte donné. Bien que réducteur ce schéma est
incontournable dans les études de communication.
 Jakobson propose de distinguer six fonctions du langage
 Les six fonctions du langage :
- la fonction « expressive » ou émotive, traduit les émotions
- la fonction « conative » a pour but d’agir sur le destinataire
- la fonction « phatique » vise à établir ou maintenir un contact
- la fonction « métalinguistique » consiste à réguler son propre discours
- la fonction « poétique » vise à rechercher des effets de style
- la fonction « référentielle » consiste à transmettre une information
R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Minuit.
 L’école de Palo Alto :
- BATESON
- WATZLAWICK
- BIRDWHISTELL
- GOFFMAN
- HALL
- ET BIEN D’AUTRES…
 Dans les années 50, faisant opposition au modèle de Shannon jugé trop linéaire, l’école de Palo Alto, du
nom d’une petite ville de Californie située au Sud de San Francisco et constituée principalement de Grégory
Bateson, Paul Watzlawick et Erving Goffman, propose d’envisager la communication comme un vaste
système de processus relationnels et interactionnels
 Les auteurs posent en axiome que : « toute communication présente deux aspects : le contenu et la
relation.»
 La notion de cadre est importante pour comprendre un comportement ou décoder un message
 Appelé aussi collège invisible par Yves Winkin du fait que ses membres travaillaient sur des
recherches pluridisciplinaires et dans divers centres universitaires aux Etats-Unis. Issus d’horizons différents,
ces chercheurs se retrouvent sur leur parenté méthodologique de recherche
 C’est le mélange des genres qui a fait toute la force de l’école de Palo Alto et qui a apporté un renouveau
dans la vision de la communication
 Bateson pose les premiers jalons d'une approche interactionnelle du comportement
 Utilisation de l’approche systémique, notion d’interaction ou la notion de feed- back dans le domaine des
relations humaines
 Approche sur la relation interpersonnelle, sur l'échange d'informations entre les individus.
 Bateson s’attache à décrire les conduites manifestées par les individus au cours de leurs interactions. Il met
ainsi en évidence un « système de gestes », une expression codifiée des émotions et des affects qu’il désigne
par le concept d’ « ethos », concept qui a influencé Erwing Goffman mais aussi Pierre Bourdieu (Habitus)
 Bateson a développé également le concept de « double lien » ou « double contrainte » caractérisé par une
communication paradoxale (repris développement de l’enfant)
 Même le refus de communiquer constitue un message, tout signe est communication
 Différence entre contenu et relation
 Toute communication contient une double information, une sur le contenu et une sur la façon dont est
émis le message
 La communication est liée au comportement des individus
 Il n’y a pas de « non-comportement ». Même le silence et l’inaction sont des comportements, la
communication est donc permanente
 Ne pas séparer l’individu du contexte culturel et relationnel dans lequel il évolue
 Cela devient le fondement d’un nouveau modèle qui s’applique aussi bien à la famille qu’à la psychiatrie
ou au monde du travail
 Toute son œuvre consiste à décrire et analyser des situations concrètes de la vie quotidienne
 La communication entre personnes est fortement régulée par des rites d’interaction
 Importance de l’engagement qui se manifeste par la parole mais aussi par le corps tout entier :
comportements, attitudes, postures, habillement, tenue.
« Qu’un individu le veuille ou non […] son corps, en présence d’autrui, ne peut pas ne pas communiquer. »
 Philadelphie, influencé par M. Mead et Sapir, ses recherches s’intéressent à la tenue du corps et la
gestuelle
 Gestes, langage parlé, touché, odorat, espace et temps représentent autant de modes d’un même système
de communication
 Il définit la kinésique comme « l’étude des aspects communicatifs des mouvements corporels appris et
structurés »
 La gestualité relève d’un ensemble de règles de construction aussi élaborées que le langage, réelle
grammaire gestuelle, le kinème est au geste ce que le phonème est à l’alphabet
 Notion de prévisibilité, R.B. « Etre membre, c’est être prévisible. »
 Son premier ouvrage « Le langage silencieux » vulgarise les recherches et les concepts sur la
communication non linguistique
 Selon Hall, « l’expérience de l’espace […] pour l’individu comprend les distances que nous observons
dans nos contacts avec autrui, La plupart du temps, ces distances échappent au champ de la
conscience ».
 Relations spatiales comme mode de communication, le jeu des territoires, la perception de l’espace en
fonction des cultures, les effets symboliques, les distances physiques …
 Même non conscient et non formulé, cet « espace informel » est très important, il donne à voir comment
les individus, dans un espace donné, se situent entre eux et quelle en est la signification
 Dans la culture nord-occidentale, Hall met en évidence quatre modes de distances communicationnelles :
- - Distance intime
- - Distance personnelle
- - Distance sociale
- - Distance publique
 Dans d’autres cultures, d’autres types de langages de l’espace sont structurés
 De ce grand fondement, vont naître diverses méthodes et théories issues de recherches menées par l'école
Palo Alto :
 un grand nombre de méthodes thérapeutiques de référence comme :
o la thérapie familiale
o la thérapie brève
o et surtout la thérapie systémique
 la communication interpersonnelle :
o la Programmation Neurolinguistique (PNL)
o l'Analyse Transactionnelle (AT)
 la psychologie humaniste et les travaux sur la relation entre individus :
o la hiérarchie des besoins de A. Maslow
o la théorie de Jakobson
o la méthode Gordon...
 La sémiologie étudie étude l’univers des signes dans les médias de masse
 La pragmatique de John Searle et d’Austin étudie les actes du langage
 L’analyse du discours qui s’intéresse à la presse écrite, les interactions verbales ou les débats télévisés
 Les approches proprement linguistique avec Catherine Kerbrat-Orecchioni qui ausculte le
fonctionnement de l’implicite dans la communication
 L’analyse de la conversation comme l’ethnométhodologie (H. Garfinkel), le social se construit sans cesse
dans les relations quotidiennes
 Les sciences du langage flirtent avec les sciences de l’information et de communication multipliant leur
objet de recherche sur la communication
 Le langage n’a pas seulement pour fonction de dire, mais aussi de faire
 Ses travaux s’intéressent aux verbes « performatifs » (de l’anglais « to perform » = faire, accomplir).
 Un verbe performatif a une action par le simple fait d’être prononcé (je vous marie)
 Austin établit une distinction entre trois grands types d'actes, qu'il appelle respectivement « locutoires »,
« illocutoires » et « perlocutoires »
 L'acte locutoire ou « acte de dire quelque chose » consiste à construire un énoncé auquel est associée une
signification linguistique
 L'acte illocutoire ou « acte effectué en disant quelque chose », intention de l’énonciateur en ce qui
concerne le type d’information contenue dans l’énoncé, tel qu’une déclaration, une promesse, une
interdiction…
 L'acte perlocutoire est caractérisé en termes d'effets que l'énonciateur vise à produire sur son
interlocuteur grâce à l'énoncé : le convaincre, l'émouvoir, l'intimider... »
Pour la pragmatique interactionniste « Considérer les énoncés comme des actes, c’est admettre qu’ils sont faits
pour agir sur autrui, mais aussi l’amener à réagir : quand dire c’est faire, mais aussi faire faire ... »
 Linguiste suisse, il a fondé la linguistique moderne et établi les bases de la sémiologie. Dans son Cours
de linguistique générale en 1916, publié après sa mort par ses élèves, il définit certains concepts
fondamentaux, fondateur du structuralisme en linguistique
 Distinction entre langage, langue et parole
 Distinction entre synchronie (langue à moment donné) et diachronie (histoire de la langue et ses
évolutions)
 Ces travaux inspirent non seulement la linguistique ultérieure mais aussi d'autres secteurs des sciences
humaines comme l'ethnologie, l'analyse littéraire, la philosophie et la psychanalyse lacanienne
 Il est avec Pierce à l’origine de la sémiologie, il dit :
« La langue est un système organisé de signes exprimant des idées. »
 La sémiologie est la science des signes. Elle étudie la vie des signes au sein de la vie sociale, qui nous
apprend en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent
 Elle s'intéresse à la façon dont le sens est produit et interprété
 Met en exergue la pluralité des significations d’un même message ou d’un même mot
 Umberto Eco « Le sémiologue, est celui qui voit du sens là où les autres ne voient que des choses. »
 David le breton « L’échange du sens doit autant aux signes du corps qu’à ceux du langage. Aucune
parcelle de l’homme n’échappe à l’affirmation de son affectivité. Comprendre la communication, c’est
aussi comprendre la manière dont le sujet y participe de tout son corps. »
 « Voir du signe là où d'autres voient des choses » (Barthes).
 Même si la communication reste complexe, il ne faut pas penser qu’une bonne communication est
impossible voire illusoire
 Au contraire, elle peut s’avérer être la meilleure possible en prenant en considération plusieurs biais et
avoir une bonne connaissance des différents modèles
 Ne pas confondre l’acte de communiquer et le concept de la communication auquel s’intéresse les
sciences de la communication depuis un demi siècle
 Il serait dangereux de confondre information et communication. Daniel Bougnoux considère que
l’information serait un contenu et la communication un contenant ou, plus exactement, une relation.
« Connaître les ressorts de la communication, ses embûches, ses obstacles, ses enjeux invisibles- permet de
mieux en jouer. » (Jean François Dortier)
« Apprendre à voir, c’est d’abord apprendre à penser. » (Y. Winkin)
 BOUGNOUX, Daniel. Introduction aux sciences de la communication. Paris : La découverte, Coll. Repères, 2ème édition, 2001. 124 p.
 CABIN, Philippe et DORTIER, Jean-François. La communication, Etat des savoirs. Auxerre : Editions sciences humaines, 3ème édition, 2008. 412 p.
 GOFFMAN, Erving. La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1973. 253
 GOFFMAN, Erving. La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1973. 372 p.
 GOFFMAN, Erving. Les rites d’interaction. Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1974. 231 p.
 HALL, Edward T. La dimension cachée. Editions du Seuil, collection Points-Essais, 1971. 256 p.
 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L’énonciation. Paris : Armand Colin, 2009. 267 p.
 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. Les actes de langage dans le discours. Paris : Armand Colin, 2008. 200 p.
 LE BRETON, David. L’interactionniste symbolique. Paris : Collection Quadrige Manuels, Presses Universitaires de France, 2008. 249 p.
 MATTELART, Armand et Michèle. Histoire des théories de la communication. Paris : 3ème édition La Découverte, Collection Repères, 2004. 123 p.
 NIZET, Jean et RIGAUX, Natalie. La sociologie de Erving Goffman, Paris : édition La Découverte, collection Repères, 2005. 121 p.
 OLLIVIER, Bruno. Les sciences de la communication : théories et acquis. Paris : Edition Armand Colin, 2007. 284 p.
 WINKIN, Yves. Anthropologie de la communication, de la théorie au terrain. Paris : De Boeck Université, collection « Point Essais », 2001. 332 p.

Contenu connexe

Similaire à Les-théories-de-la-communication-1.pptx

La communication
La communicationLa communication
La communication
Kilifa Diiaz
 
Cours communication interculturelle.pptx
Cours communication interculturelle.pptxCours communication interculturelle.pptx
Cours communication interculturelle.pptx
NTAKIRUTIMANAJeanBos
 
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv..."Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
Laurence Allard
 
Atelier de recherche et d'observation : La Médiation Numérique
Atelier de recherche et d'observation :  La Médiation Numérique Atelier de recherche et d'observation :  La Médiation Numérique
Atelier de recherche et d'observation : La Médiation Numérique
François Boutard
 
Communication commerciale (1)
Communication commerciale (1)Communication commerciale (1)
Communication commerciale (1)
faten chibani
 
La Valeur De L information P1 Def
La Valeur De L information P1 DefLa Valeur De L information P1 Def
La Valeur De L information P1 Def
nous sommes vivants
 
La valeur de l'information Ecrite : Part 1 (Court Circuits)
La valeur de l'information Ecrite :  Part 1 (Court Circuits)La valeur de l'information Ecrite :  Part 1 (Court Circuits)
La valeur de l'information Ecrite : Part 1 (Court Circuits)
PSST (opinions et tendances 2.0) par jeremy dumont
 
Vérité mensonge fins et moyens
Vérité mensonge fins et moyensVérité mensonge fins et moyens
Vérité mensonge fins et moyens
Florence Piron
 
Psychologie de la communication par
Psychologie de la communication par Psychologie de la communication par
Psychologie de la communication par
kamal kamal
 
Les messages subliminaux
Les messages subliminauxLes messages subliminaux
Les messages subliminaux
asbl darna
 
Cours de communication. isabelle delcourt.id
Cours de communication. isabelle delcourt.idCours de communication. isabelle delcourt.id
Cours de communication. isabelle delcourt.idIsaac Louka Ada
 
Mp pour esiea 03 10 2014
Mp pour esiea 03 10 2014Mp pour esiea 03 10 2014
Mp pour esiea 03 10 2014
mpuech
 
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2) Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
Clément Dussarps
 
Média et société les usages sociaux
Média et société les usages sociauxMédia et société les usages sociaux
Média et société les usages sociauxNinou Haiko
 
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du StorytellingPresentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
PSST (opinions et tendances 2.0) par jeremy dumont
 
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
Ozil Conseil
 
Theories.ppt
Theories.pptTheories.ppt
Theories.ppt
BoualemMokadem
 

Similaire à Les-théories-de-la-communication-1.pptx (20)

La communication
La communicationLa communication
La communication
 
cours de communication
cours de communicationcours de communication
cours de communication
 
Cours communication interculturelle.pptx
Cours communication interculturelle.pptxCours communication interculturelle.pptx
Cours communication interculturelle.pptx
 
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv..."Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
"Des mutants parlés aux faberborn : La leçon des usages digitaux créatifs juv...
 
Models de communication
Models de communicationModels de communication
Models de communication
 
Models de communication
Models de communicationModels de communication
Models de communication
 
Atelier de recherche et d'observation : La Médiation Numérique
Atelier de recherche et d'observation :  La Médiation Numérique Atelier de recherche et d'observation :  La Médiation Numérique
Atelier de recherche et d'observation : La Médiation Numérique
 
Communication commerciale (1)
Communication commerciale (1)Communication commerciale (1)
Communication commerciale (1)
 
La Valeur De L information P1 Def
La Valeur De L information P1 DefLa Valeur De L information P1 Def
La Valeur De L information P1 Def
 
La valeur de l'information Ecrite : Part 1 (Court Circuits)
La valeur de l'information Ecrite :  Part 1 (Court Circuits)La valeur de l'information Ecrite :  Part 1 (Court Circuits)
La valeur de l'information Ecrite : Part 1 (Court Circuits)
 
Vérité mensonge fins et moyens
Vérité mensonge fins et moyensVérité mensonge fins et moyens
Vérité mensonge fins et moyens
 
Psychologie de la communication par
Psychologie de la communication par Psychologie de la communication par
Psychologie de la communication par
 
Les messages subliminaux
Les messages subliminauxLes messages subliminaux
Les messages subliminaux
 
Cours de communication. isabelle delcourt.id
Cours de communication. isabelle delcourt.idCours de communication. isabelle delcourt.id
Cours de communication. isabelle delcourt.id
 
Mp pour esiea 03 10 2014
Mp pour esiea 03 10 2014Mp pour esiea 03 10 2014
Mp pour esiea 03 10 2014
 
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2) Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
Théories des Sciences de l'Information et de la Communication (partie 2)
 
Média et société les usages sociaux
Média et société les usages sociauxMédia et société les usages sociaux
Média et société les usages sociaux
 
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du StorytellingPresentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
Presentation Storytelling : Partie 1, Les enjeux du Storytelling
 
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
Lumière sur les réseaux sociaux, par le Ministère de la Culture et de la Comm...
 
Theories.ppt
Theories.pptTheories.ppt
Theories.ppt
 

Plus de AbdErrezakChahoub

330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
AbdErrezakChahoub
 
21375011.pdf
21375011.pdf21375011.pdf
21375011.pdf
AbdErrezakChahoub
 
arduinoworkshop-160204051621.pdf
arduinoworkshop-160204051621.pdfarduinoworkshop-160204051621.pdf
arduinoworkshop-160204051621.pdf
AbdErrezakChahoub
 
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdfCours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
AbdErrezakChahoub
 
147135.ppt
147135.ppt147135.ppt
147135.ppt
AbdErrezakChahoub
 
EEG_circut.ppt
EEG_circut.pptEEG_circut.ppt
EEG_circut.ppt
AbdErrezakChahoub
 
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdfLe-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
AbdErrezakChahoub
 

Plus de AbdErrezakChahoub (7)

330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
330415853-Oximetro-Ri-fox-n.pdf
 
21375011.pdf
21375011.pdf21375011.pdf
21375011.pdf
 
arduinoworkshop-160204051621.pdf
arduinoworkshop-160204051621.pdfarduinoworkshop-160204051621.pdf
arduinoworkshop-160204051621.pdf
 
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdfCours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
Cours Technologie et maintenance des appareils Radiologiques-Partie 2-.pdf
 
147135.ppt
147135.ppt147135.ppt
147135.ppt
 
EEG_circut.ppt
EEG_circut.pptEEG_circut.ppt
EEG_circut.ppt
 
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdfLe-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
Le-Maroc-est-la-5e-puissance-d-Afrique.pdf
 

Dernier

exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdfexemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
AXIZ eBusiness
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Soliday das Sonnensegel
 
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Paperjam_redaction
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
megmedia
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Mohamed Bouanane
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
AXIZ eBusiness
 

Dernier (6)

exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdfexemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
exemple-prompt-chatgpt-francais-gratuit.pdf
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
 
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
 

Les-théories-de-la-communication-1.pptx

  • 1. Christine Parrot Cadre de santé IFSI IFPS –CHU Dijon Année 2016/2017 « L’objet des SIC, c’est l’étude du tissu des rapports entre êtres, signes et choses qui constituent l’humain » P. Lévy.
  • 2.  La communication est omniprésente mais toujours imparfaite  La communication limpide et transparente est un mythe  Les messages sont souvent ambivalents, ambigus  Difficulté à formuler des messages clairs, explicites  Le récepteur sélectionne les données  Les véritables enjeux sont souvent cachés
  • 3.  L’être humain commence sa carrière de communicateur très tôt, malgré l’absence de langage.  Les conduites communicationnelles sont riches, précoces et subtiles, elles passent par plusieurs canaux : odorat, la voix, les gestes, les regards, les mimiques…  Ces interactions ont une importance centrale dans le développement de l’enfant, développement social, intellectuel, affectif…  Il existe 2 types de communication :  La communication verbale correspond au langage via l’écriture, la voix, le langage des signes, la prosodie, l’intonation.  La communication non verbale correspond aux signes non exprimés par le langage et souvent encore plus révélateurs de sens, gestes, silences, soupirs, regards, rires, larmes et toutes manifestations du corps « Le geste est une figure de l’action, il n’est pas un accompagnement décoratif de la parole. » David Lebreton  La communication est le plus souvent en accord avec le message que l’on veut faire passer mais pas toujours ! Parfois elle peut nous trahir
  • 4.  500 000 ans entre l’invention du langage et celle de l’écriture  5000 ans entre l’écriture et l’imprimerie, puis celle du téléphone (1876) puis de la radio (1899)  40 ans plus tard, la télévision  Encore 40 ans, le « multimédia » et les « NTIC »  L’écriture est une véritable révolution pour l’humanité. Elle a permis de codifier les connaissances, d’accéder à une certaine abstraction qui n’était pas permise par la transmission orale. Moyen aussi de transmission des connaissances et des croyances par delà les distances, les frontières et le temps  Le livre et la presse sont aussi des vecteurs de mutation sociale  Transformations culturelles possibles grâce aux livres depuis le 16ème siècle « A Chaque grande étape de l’histoire des communications, l’humanité semble faire un bond en avant. » J.F. Dortier
  • 5.  Depuis les années 50, l’essor des médias de masse (presse, télévision, radio) a été accompagné d’autres mutations sociales importantes en matière de communication : - le développement de la publicité, du marketting et de la communication politique - la prolifération des outils de communication : téléphone fixe puis portable, internet - le développement de la communication politique et de la communication d’entreprise  En même temps s’est produite une révolution dans les relations sociales  Déclin de l’autorité traditionnelle qui a laissé place à plus de concertation, de négociation, de discussion, d’échange, pour faire court plus de communication. (parents / enfants, professeurs / élèves, maris/femmes, cadres/salariés…)  Résultats de toutes ces évolutions :  D’une part, la formation des sciences de l’information et de la communication (SIC), 71ème section du Conseil supérieur des universités  D’autre part, l’éclosion d’une idéologie de la « société de communication »
  • 6.  Vision idéale de la société de communication dans les années 80 due : - Au développement des médias, de la téléphonie, des communications interpersonnelles, de la communication d’entreprise - Idée que la communication abolie les frontières spatiales, temporelles et sociales, elle devient ainsi généralisée et transparente - Les techniques permettent une communication sans tabous, sans malentendus, sans secrets et une démocratisation sociale  Vives critiques de cette vision idéalisée développée dans la seconde partie du XXème siècle - Le sociologue Philippe Breton parle d’ « utopie de la communication » comme si elle pouvait régler les problèmes entre les hommes de façon universelle et transparente - Lucien Sfez, parle d’une « utopie » technicienne et déshumanisante - Erik Neveu parle du « mythe de la société de communication. »
  • 7.
  • 8. Sciences de la communication : les grandes références Communication interpersonnelle LINGUISTIQUE Communication de masse 1960 1950 1940 1930 SOCIOLOGIE DES MEDIAS ET DE LEUR INFLUENCE H.D.Lasswell (1902 – 1978) P.Lazarsfeld (1901-1976) E.Katz (né en 1927) R.K.Merton (né en1915) C.Hovland N.Wiener (1894-1964) * Cybernétique (1948) C.E.Shannon (né en 1916) *Théorie de l’information (1948) ECOLE DE PALO ALTO G. Bateson (1904-1980) E.T. Hall (né en 1914) R. Birdwhistell (né en 1918) P. Watzlawick (né en 1921) D. Jackson (1920-1968) E. Goffman (1922-1982) *Les Rites d’Interaction R. Jakobson (1896-1962) *Les Six Fonctions du langage J. Austin (1911-1960) *La pragmatique SEMIOLOGIE (SCIENCE DES SIGNES) R.Barthes U. Eco A. Greimas ANALYSE DE CONVERSATIONS K. Lewin (1890-1947) Dynamique des groupes F. de Saussure (1857-1913) M. McLuhan (1911-1980) *La Galaxie Gutenberg (1962) *Pour comprendre les médias (1964)
  • 9.  Modèle de la théorie de l’information  Modèle de la théorie « émetteur-récepteur »  Modèle la communication à deux niveaux
  • 10. Claude Shannon, mathématicien est le père de la théorie mathématique de l’information qui fut le modèle des sciences de la communication Norbert Wiener a créé la cybernétique, discipline spécialisée dans la conception de mécanismes autorégulés. La cybernétique a une forte influence sur la naissance des modèles de communication (notion de feed back)
  • 11.  Norbert Wiener et Claude Shannon s’intéressaient tous les deux à la transmission des informations à travers les lignes téléphoniques  Ce modèle « émetteur-récepteur » renvoie à la métaphore du télégraphe  Un émetteur envoie un message qui est codé au départ puis transmis sur la ligne téléphonique, à l’autre bout, le récepteur reçoit et décode l’information. En imaginant que le message de départ subissait le moins de déformations ou modifications possible. Mais utiliser ce modèle amène a se poser multiples questions : - Quelle est l’information de départ ? - Quel codage ? - Quel parasitage ? appelé aussi « bruit » tout ce qui peut être physique ou psychologique - Quelle distorsion ? - Quel résultat ?  Nous avons tous appris à penser avec ce modèle linéaire même si il est inapproprié pour penser la communication aujourd’hui
  • 12.  Mais Shannon s'écartait des idées de Wiener, puisque son schéma oubliait (volontairement) une caractéristique tenue pour fondamentale par Wiener, celle du concept de rétroaction (feedback), générant lui- même par la suite la théorie systémique  Les recherches mettent en évidence que la communication dite des médias de masse se situe à deux niveaux. Le média n’agit pas directement sur le public cible. L’influence du média passe par l’intermédiaire de « leaders d’opinions » qui sont eux-mêmes des relais auprès d’individus cibles  Ce schéma est encore utilisé en publicité, exemple de l’enfant qui relaie auprès de ses parents tel ou tel produit. Les publicitaires repèrent les « leaders d’opinions » et agissent directement sur cette cible privilégiée. Tout ceci donne naissance au modèle « marketting » , modèle très présent et enseigné dans les écoles de commerce et de gestion. Nous ne le verrons pas dans ce cours.
  • 13.  Dans les trois modèles cités précédemment, la communication est décrite comme « une opération à piloter ». Ces modèles sont d’une même épistémologie, ils sont dits « positivistes », ils raisonnent dans une linéarité cause-effet.  Ces modèles sont encore d’actualité et largement enseignés.  Pour nous soignants nous ne pouvons nous arrêter à ces modèles qui même si importants à connaître sont réducteurs pour assurer une communication adaptée et de qualité. En effet, la communication humaine ne peut se réduire à un modèle mathématique.  Cette conception télégraphique ne tient pas compte de la signification des signaux, des acteurs, du contexte, de la culture, de l’intention de l ’émetteur, du récepteur…
  • 14.  Roman Jackobson, linguiste russe, propose une adaptation du modèle shannonnien, schéma composé de six pôles :  Emetteur envoie un message à un récepteur, grâce à un code, linguistique et gestuel, graphique… , par le biais d’un canal, auditif, visuel, tactile…, dans un contexte donné. Bien que réducteur ce schéma est incontournable dans les études de communication.  Jakobson propose de distinguer six fonctions du langage
  • 15.  Les six fonctions du langage : - la fonction « expressive » ou émotive, traduit les émotions - la fonction « conative » a pour but d’agir sur le destinataire - la fonction « phatique » vise à établir ou maintenir un contact - la fonction « métalinguistique » consiste à réguler son propre discours - la fonction « poétique » vise à rechercher des effets de style - la fonction « référentielle » consiste à transmettre une information R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Minuit.
  • 16.  L’école de Palo Alto : - BATESON - WATZLAWICK - BIRDWHISTELL - GOFFMAN - HALL - ET BIEN D’AUTRES…
  • 17.  Dans les années 50, faisant opposition au modèle de Shannon jugé trop linéaire, l’école de Palo Alto, du nom d’une petite ville de Californie située au Sud de San Francisco et constituée principalement de Grégory Bateson, Paul Watzlawick et Erving Goffman, propose d’envisager la communication comme un vaste système de processus relationnels et interactionnels  Les auteurs posent en axiome que : « toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation.»  La notion de cadre est importante pour comprendre un comportement ou décoder un message  Appelé aussi collège invisible par Yves Winkin du fait que ses membres travaillaient sur des recherches pluridisciplinaires et dans divers centres universitaires aux Etats-Unis. Issus d’horizons différents, ces chercheurs se retrouvent sur leur parenté méthodologique de recherche  C’est le mélange des genres qui a fait toute la force de l’école de Palo Alto et qui a apporté un renouveau dans la vision de la communication
  • 18.  Bateson pose les premiers jalons d'une approche interactionnelle du comportement  Utilisation de l’approche systémique, notion d’interaction ou la notion de feed- back dans le domaine des relations humaines  Approche sur la relation interpersonnelle, sur l'échange d'informations entre les individus.  Bateson s’attache à décrire les conduites manifestées par les individus au cours de leurs interactions. Il met ainsi en évidence un « système de gestes », une expression codifiée des émotions et des affects qu’il désigne par le concept d’ « ethos », concept qui a influencé Erwing Goffman mais aussi Pierre Bourdieu (Habitus)  Bateson a développé également le concept de « double lien » ou « double contrainte » caractérisé par une communication paradoxale (repris développement de l’enfant)
  • 19.  Même le refus de communiquer constitue un message, tout signe est communication  Différence entre contenu et relation  Toute communication contient une double information, une sur le contenu et une sur la façon dont est émis le message  La communication est liée au comportement des individus  Il n’y a pas de « non-comportement ». Même le silence et l’inaction sont des comportements, la communication est donc permanente  Ne pas séparer l’individu du contexte culturel et relationnel dans lequel il évolue  Cela devient le fondement d’un nouveau modèle qui s’applique aussi bien à la famille qu’à la psychiatrie ou au monde du travail
  • 20.  Toute son œuvre consiste à décrire et analyser des situations concrètes de la vie quotidienne  La communication entre personnes est fortement régulée par des rites d’interaction  Importance de l’engagement qui se manifeste par la parole mais aussi par le corps tout entier : comportements, attitudes, postures, habillement, tenue. « Qu’un individu le veuille ou non […] son corps, en présence d’autrui, ne peut pas ne pas communiquer. »
  • 21.  Philadelphie, influencé par M. Mead et Sapir, ses recherches s’intéressent à la tenue du corps et la gestuelle  Gestes, langage parlé, touché, odorat, espace et temps représentent autant de modes d’un même système de communication  Il définit la kinésique comme « l’étude des aspects communicatifs des mouvements corporels appris et structurés »  La gestualité relève d’un ensemble de règles de construction aussi élaborées que le langage, réelle grammaire gestuelle, le kinème est au geste ce que le phonème est à l’alphabet  Notion de prévisibilité, R.B. « Etre membre, c’est être prévisible. »
  • 22.  Son premier ouvrage « Le langage silencieux » vulgarise les recherches et les concepts sur la communication non linguistique  Selon Hall, « l’expérience de l’espace […] pour l’individu comprend les distances que nous observons dans nos contacts avec autrui, La plupart du temps, ces distances échappent au champ de la conscience ».  Relations spatiales comme mode de communication, le jeu des territoires, la perception de l’espace en fonction des cultures, les effets symboliques, les distances physiques …  Même non conscient et non formulé, cet « espace informel » est très important, il donne à voir comment les individus, dans un espace donné, se situent entre eux et quelle en est la signification  Dans la culture nord-occidentale, Hall met en évidence quatre modes de distances communicationnelles : - - Distance intime - - Distance personnelle - - Distance sociale - - Distance publique  Dans d’autres cultures, d’autres types de langages de l’espace sont structurés
  • 23.  De ce grand fondement, vont naître diverses méthodes et théories issues de recherches menées par l'école Palo Alto :  un grand nombre de méthodes thérapeutiques de référence comme : o la thérapie familiale o la thérapie brève o et surtout la thérapie systémique  la communication interpersonnelle : o la Programmation Neurolinguistique (PNL) o l'Analyse Transactionnelle (AT)  la psychologie humaniste et les travaux sur la relation entre individus : o la hiérarchie des besoins de A. Maslow o la théorie de Jakobson o la méthode Gordon...
  • 24.  La sémiologie étudie étude l’univers des signes dans les médias de masse  La pragmatique de John Searle et d’Austin étudie les actes du langage  L’analyse du discours qui s’intéresse à la presse écrite, les interactions verbales ou les débats télévisés  Les approches proprement linguistique avec Catherine Kerbrat-Orecchioni qui ausculte le fonctionnement de l’implicite dans la communication  L’analyse de la conversation comme l’ethnométhodologie (H. Garfinkel), le social se construit sans cesse dans les relations quotidiennes  Les sciences du langage flirtent avec les sciences de l’information et de communication multipliant leur objet de recherche sur la communication
  • 25.  Le langage n’a pas seulement pour fonction de dire, mais aussi de faire  Ses travaux s’intéressent aux verbes « performatifs » (de l’anglais « to perform » = faire, accomplir).  Un verbe performatif a une action par le simple fait d’être prononcé (je vous marie)  Austin établit une distinction entre trois grands types d'actes, qu'il appelle respectivement « locutoires », « illocutoires » et « perlocutoires »  L'acte locutoire ou « acte de dire quelque chose » consiste à construire un énoncé auquel est associée une signification linguistique  L'acte illocutoire ou « acte effectué en disant quelque chose », intention de l’énonciateur en ce qui concerne le type d’information contenue dans l’énoncé, tel qu’une déclaration, une promesse, une interdiction…  L'acte perlocutoire est caractérisé en termes d'effets que l'énonciateur vise à produire sur son interlocuteur grâce à l'énoncé : le convaincre, l'émouvoir, l'intimider... » Pour la pragmatique interactionniste « Considérer les énoncés comme des actes, c’est admettre qu’ils sont faits pour agir sur autrui, mais aussi l’amener à réagir : quand dire c’est faire, mais aussi faire faire ... »
  • 26.  Linguiste suisse, il a fondé la linguistique moderne et établi les bases de la sémiologie. Dans son Cours de linguistique générale en 1916, publié après sa mort par ses élèves, il définit certains concepts fondamentaux, fondateur du structuralisme en linguistique  Distinction entre langage, langue et parole  Distinction entre synchronie (langue à moment donné) et diachronie (histoire de la langue et ses évolutions)  Ces travaux inspirent non seulement la linguistique ultérieure mais aussi d'autres secteurs des sciences humaines comme l'ethnologie, l'analyse littéraire, la philosophie et la psychanalyse lacanienne  Il est avec Pierce à l’origine de la sémiologie, il dit : « La langue est un système organisé de signes exprimant des idées. »
  • 27.  La sémiologie est la science des signes. Elle étudie la vie des signes au sein de la vie sociale, qui nous apprend en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent  Elle s'intéresse à la façon dont le sens est produit et interprété  Met en exergue la pluralité des significations d’un même message ou d’un même mot  Umberto Eco « Le sémiologue, est celui qui voit du sens là où les autres ne voient que des choses. »  David le breton « L’échange du sens doit autant aux signes du corps qu’à ceux du langage. Aucune parcelle de l’homme n’échappe à l’affirmation de son affectivité. Comprendre la communication, c’est aussi comprendre la manière dont le sujet y participe de tout son corps. »  « Voir du signe là où d'autres voient des choses » (Barthes).
  • 28.
  • 29.  Même si la communication reste complexe, il ne faut pas penser qu’une bonne communication est impossible voire illusoire  Au contraire, elle peut s’avérer être la meilleure possible en prenant en considération plusieurs biais et avoir une bonne connaissance des différents modèles  Ne pas confondre l’acte de communiquer et le concept de la communication auquel s’intéresse les sciences de la communication depuis un demi siècle  Il serait dangereux de confondre information et communication. Daniel Bougnoux considère que l’information serait un contenu et la communication un contenant ou, plus exactement, une relation. « Connaître les ressorts de la communication, ses embûches, ses obstacles, ses enjeux invisibles- permet de mieux en jouer. » (Jean François Dortier) « Apprendre à voir, c’est d’abord apprendre à penser. » (Y. Winkin)
  • 30.  BOUGNOUX, Daniel. Introduction aux sciences de la communication. Paris : La découverte, Coll. Repères, 2ème édition, 2001. 124 p.  CABIN, Philippe et DORTIER, Jean-François. La communication, Etat des savoirs. Auxerre : Editions sciences humaines, 3ème édition, 2008. 412 p.  GOFFMAN, Erving. La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1973. 253  GOFFMAN, Erving. La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1973. 372 p.  GOFFMAN, Erving. Les rites d’interaction. Les Editions de Minuit, Collection Le sens commun, 1974. 231 p.  HALL, Edward T. La dimension cachée. Editions du Seuil, collection Points-Essais, 1971. 256 p.  KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L’énonciation. Paris : Armand Colin, 2009. 267 p.  KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. Les actes de langage dans le discours. Paris : Armand Colin, 2008. 200 p.  LE BRETON, David. L’interactionniste symbolique. Paris : Collection Quadrige Manuels, Presses Universitaires de France, 2008. 249 p.  MATTELART, Armand et Michèle. Histoire des théories de la communication. Paris : 3ème édition La Découverte, Collection Repères, 2004. 123 p.  NIZET, Jean et RIGAUX, Natalie. La sociologie de Erving Goffman, Paris : édition La Découverte, collection Repères, 2005. 121 p.  OLLIVIER, Bruno. Les sciences de la communication : théories et acquis. Paris : Edition Armand Colin, 2007. 284 p.  WINKIN, Yves. Anthropologie de la communication, de la théorie au terrain. Paris : De Boeck Université, collection « Point Essais », 2001. 332 p.