SlideShare une entreprise Scribd logo
Directeur Afrique centrale 
Informations économiqueset financières : 
Enjeux pour les chaînesdetélévisions publiques d’Afrique francophone 
Par Beaugas-Orain DJOYUM 
www.agenceecofin.com/finance 
Réunion du Réseau de l’Audiovisuel Public d’Afrique Francophone (RAPAF) 
Ndjamena (TCHAD), du 09 au 12 septembre 2014.
PLAN 
INTRODUCTION 
I-L’importance de la diffusion de l’information économique africaine 
II-Les opportunités pour les TV publiques africaines à véhiculer l’information économique et financière africaine 
III-Ce que fait l’agence Ecofin 
CONCLUSION
En guise D’INTRODUCTION 
Nous sommes de nos jours dans la société de l’information. L’information devient une matière première nécessaire à toutes les entreprises, à tous les Etats, à toutes les organisations. 
L’information économique et financière apporte un gain substantiel à ses détenteurs. Chaque jour, l’information économique prend de l’importance dans 
nos vies.
L’information se place désormais au centre de nos économies. Au coeur des initiatives, des entreprises, des institutions, des innovations. 
En Afrique, l’information économique et financière est devenue le moteur de la « nouvelle économie africaine». Cette Afrique 
qui bouge ! 
En guise D’INTRODUCTION
Cette Afrique dont les potentialités en termes de ressources humaines et naturelles sont les plus immenses. 
C’est cette nouvelle économie africaine que l’ensemble des médias s’empressent aujourd’hui de montrer ou de vouloir montrer. 
Quel rôle devraient jouer les médias publics audiovisuels africains dans ce nouveau contexte ? 
En guise D’INTRODUCTION
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE
I -L’importance de la diffusion de l’information économique africaine 
L’on s’informe aujourd’hui non seulement pour s’instruire, mais également pour tirer de l’information une plus value. 
L’information prend ainsi de la valeur lorsqu’elle est utilisée. 
Les investisseurs étrangers se contentent généralement des informations véhiculées par les médias pour décider de l’opportunité d’investir 
dans 
un pays.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
L’Afrique est en train de se construire, 
Les économies sont dynamiques 
C’est le continent du monde qui enregistre l’un des taux de croissance le plus important. 
La croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait s’accélérer et passer de 4,9 % en 2013 à environ 5½ % en 2014, selon le FMI. Et ce n’est pas tout le potentiel ! 
Taux de croissance Europe (UE) en 2014 : 
1,6% (eurostat) 
L’Asie devrait enregistrer une croissance de 
5,5% en 2014 et de 
5,6 % en 2015, selon le FMI
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
Au niveau régional, 
Selon le CPM de la Béacen juillet 2014, l’on a observé une accélération de la croissance de 6,1 % en 2014 dans la zone CEMAC 
D’après le CPM de la Bcéaoen septembre 2014, les prévisions de 6, 6% du taux de croissance en 2014 du PIB en termes réels au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) sont maintenues.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
«Tout le monde se satisfait d’un taux de croissance de 5% du PIB du continent depuis plusieurs années(…) Avec la forte croissance démographique, le niveau de croissance nécessaire devrait se situer à 7%. (…) Si nous avions de bonnes infrastructures, nous pourrions atteindre sans difficulté un taux de croissance de 7% par an. Ce qui serait un bon départ pour l’Afrique.» 
Donald Kaberuka, président de 
la BAD en décembre 2013
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
Selon les estimations de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), en 2013, le continent a attiré 56 milliards de dollars en IDE entrants, contre 53 milliards en 2012. 
La hausse a été presque entièrement tirée par l'Afrique subsaharienne. Mais, les IDE en Afrique restent cependant très limités. Le continent ne représente que 4 % des volumes mondiaux des IDE (3,7% en 2012). 
En effet, les IDE ont atteint 1 461 milliards de dollars à l'échelle mondiale en 2013, 
soit une hausse de 11% par rapport 
à 2012.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
Ces chiffres sur la croissance en Afrique intéresse les entreprises , les investisseurs étrangers, ainsi que les fonds d’investissement, 
L’un des plus grands problèmes des entreprises africaines est le manque de financement, les banques étant frileuses. Le capital- investissement représente une solution. Il désigne les investissements des fonds dans le capital d’entreprises non cotées en bourse. 
Selon l'Association africaine du capital- investissement et du capital-risque (Avca), en 2013, les nouveaux capitaux investis dans les entreprises en Afrique ont progressé 
de 136 %, à 3,3 milliards de dollars 
(2,4 milliards d'euros).
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
La BAD a approuvé 37 fonds de capital-investissement qui ont financé 294 entreprises. Le portefeuille total d’investissement en capital 
de la BAD s’élève au 31 mars 2012 à 1,09 milliard $,dont 836 millions $ dans des fonds de capital-investissement et 253 millions $ sous forme de participations directes. 
Pour la BAD, pour chaque million $ injecté en capital-investissement, 
5 millions $ supplémentaires 
sont investis par d’autres 
institutions et particuliers.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
Toutefois, 
comparé aux chiffres de pénétration du capital-investissement dans d’autres régions du monde, l’on se rend compte que l’Afrique est encore en retard. 
En 2013, seulement 
0,12 % de pénétration du 
PrivateEquityen Afrique, selon 
l’EMPEA
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
En 2013, les fonds de capital- investissement ont misé de 1,6 milliard de dollars en Afrique subsaharienne, soit le montant le plus élevé en cinq ans, selon une étude de l’EMPEApublié en février 2014. 
Soit une augmentation de 43% par rapport celui enregistré en 2012. Sur l’ensemble des marchés émergents, 24 milliards de dollars en 2013 ont été investis par ces fonds. En clair, encore insignifiant.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
Néanmoins, selon le cabinet de conseil américain 
McKinsey, en Afrique la demande en capital pourrait augmenter de 8 % par an d'ici à 2018. 
A titre d’exemple, Wendel -holding financier coté à la Bourse de Paris –a annoncé sa volonté d’investir en Afrique dans les quatre prochaines années près de 700 millions de dollars. 
Il a déjà a injecté 475 millions de dollars dans IHS Holding, l'opérateur nigérian des tours de télécommunications. En 2013, 
il a acquis 14 % du 
Marocain Sahampour 
100 millions d'euros.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
La capitalisation des bourses en Afrique est passée de 250 milliards de dollars US en 2000 à 1500 milliards de dollars US en 2014 a indiqué le président du Conseil d’administration de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), Gabriel Fal, en février 2014. 
A noter, les experts reconnaissent que l’introduction en bourse (ouverture du capital au public) permet à l’entreprise de capter 
des ressources longues, 
d’améliorer et de renforcer 
sa gouvernance et sa 
visibilité.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
QUE CHERCHENT LES INVESTISSEURS ? 
D’après les spécialistes du domaine, les investisseurs se posent trois questions avant d’engager leur argent dans une entreprise via la bourse ou encore via le PrivateEquity: 
1 -Est-ce que cette entreprise est déjà rentable et a atteint une taille critique ? 
2 -L’entreprise a-t-elle une structure qui lui permettra de croître et d’augmenter ses profits ? 
3 -Sera-t-il possible de revendre l’entreprise à un prix avantageux après 5-10 ans ? 
Si la réponse est oui partout, 
alors ils se lancent.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
QUE CHERCHENT LES INVESTISSEURS ? 
C’est ici que le rôle des médias s’avère important. Si le fonds par exemple veut savoir 
si une entreprise a déjà été rentable et a atteint une taille critique, il va sans doute commencer son enquête sur l’entreprise en regardant 
ce qu’ont dit, montré 
ou écrit les médias.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
VLISCO 
Lors de la conférence SuperReturnAfrica, qui s'est tenue à Accra (Ghana) en décembre 2013, la société d'investissement britannique ACTIS a annoncé sa volonté de sortir du capital de VLISCO en replaçant ses actifs à environ 350 millions d'euros. 
Soit plus du triple de ce qu’il avait déboursé en septembre 2010 lorsqu’il prennaitle contrôle de la société 
basée en Hollande.
I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE 
L’information économique et financière est donc devenue une matière première nécessaire au développement et à la croissance.
II-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
À VÉHICULER L’INFORMATION ÉCONOMIQUE 
ET FINANCIÈRE AFRICAINE 
a)Qui regarde la télévision en Afrique ? 
b)Un regard et une fenêtre sur le monde 
c)La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Les résultats des mesures d’audience en Afrique ne sont pas encore diffusés au grand 
Public. 
En juin 2014, GeoPoll, une plate-forme de sondage mobile en temps réel a annoncé avoir lancé son service de mesure d’audience, qui offrira les premières cotes d’audience TV quotidiennes. Pour l’instant, les pays couverts sont le Ghana, le Kenya, 
le Nigeria, la Tanzanie 
et l'Ouganda. 
a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Au Gabon, à l’initiative du ministère de l’Economie numérique, Médiamétrie et la société Omedia-Gabon ont lancé en février 2014 la mesure de l’audience de la Télévision 
et de la Radio au Gabon pour une durée de 3 ans. 
Les premiers résultats étaient annoncés à la fin du premier semestre 2014. 
a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Donc, en général, pour le moment il n’y a pas un réel baromètre de l’audience télévisuelle en Afrique. 
Mais, tout le monde regarde la télévision. Toutes les classes sociales. Professionnels, experts, gouvernants, entreprises, lettrés et illettrés, c’est un média de masse comme les experts 
l’on qualifié par 
le passé. 
a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Encore que l’on observe aujourd’hui en Afrique une augmentation croissante de la classe moyenne ! 
Imaginez donc l’impact de la fourniture de manière régulière et constante des informations économiques à ces millions de téléspectateurs ! 
Les entreprises davantage valorisées et les télévisions gagneront davantage 
des annonceurs ! 
a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Plusieurs télévisions publiques africaines sont à présent disponibles sur le satellite et disponible dans le bouquet Canal Satpar exemple. 
Il est important pour ces TV de disposer et de multiplier des programmes sur l’économie et la finance de leur pays. 
Voici trois raisons… 
b) Un regard et une fenêtre sur le monde
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Selonles prévisions de l’OIF, le français sera parlé par 750 millions de personnes en 2050. 
Cela fait une audience plus importante pour les télévisions publiques africaines, qui non seulement doivent faire face à la concurrence des chaînes privées, mais également des grands groupes de presse étrangers qui débarquent 
en cascade en 
Afrique.
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Vu le potentiel de l’Afrique expliqué plus haut, l’on peut comprendre l’intérêt des groupes de presse occidentaux, qui frappés par la crise, cherchent en Afrique des relais de croissance. 
De nombreux médias étrangers envisagent de s’installer en Afrique pour raconter de l’intérieur cette Afrique qui bouge. Et bien entendu, 
pour gagner 
davantage. 
c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Euronews avec AfricaNews à partir de Brazzaville, Canal + avec très prochainement A+, Forbes avec Forbes Afrique, Le Point avec Le Point Afrique, Le Monde, avec Le Monde Afrique en décembre 2014, GulliAfricade Lagardère Active en début 2015, Le Figaro avec sa prochaine application d’info pour l’Afrique, etc., tous arrivent en force ou sont déjà installés en Afrique. 
c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
La population africaine vivant en zones urbaines est estimée à 40%; selon l’UNECA, 
L’une des plus grandes forces des chaînes publiques comparée à la puissance des chaînes TV internationales ou à vocation panafricaine est leur réseau de diffusion. 
Elles couvrent l'ensemble du territoire avec toutes les villes qui sont des pôles de croissance importants et qui ne sont pas touchées par les réseaux câblés. 
c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Tous ces groupes, y compris ceux déjà installés comme France 24, Africa24 ou encore Vox Africasont déterminés. 
Alors, pourquoi les TV publiques de l’Afrique francophone devraient-elles laisser libre champ à ces médias-là ? 
Il leur appartient d’innover en permanence et surtout de parler Finance et Economie 
En racontant cette 
Afrique 
qui change 
c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES 
Exemple : les PME et les grandes entreprises ont besoin de communiquer pour exister. 
Pour se développer, ces PME ont besoin que l’on raconte leur histoire. 
Pourquoi ne pas accompagner ces PME qui, en réalité, tirent la croissance du continent ?
II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN 
www.agenceecofin.com
II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN 
L’agence Ecofina été créé en 2011. 
Elle appartient à la société mauricienne Media Management et elle dispose de deux bureaux opérationnels : l’un à Genève et l’autre à Yaoundé. 
L’agence Ecofinvise à répondre à un besoin croissant d’informations sectorielles et spécialisées sur les économies africaines.
II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN 
A ce jour, l’agence couvre au quotidien huit secteurs parmi lesquels la finance, les fonds, les sociétés côtées, l’agriculture, les énergies, les mines, la communication, les TIC et télécoms, ou encore le droit. 
Une veille au quotidien de ces différents secteurs est assurée par nos journalistes 
spécialisés
II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN 
Nous rassemblons 25 000 visites par jour, essentiellement des professionnels de chaque secteur couvert. 
L'audience de l'Agence Ecofinprovientpour moitié de l'Afrique ; pour un tiers de France, de la Belgique, de la Suisse et du Luxembourg ; pour le reste (environ 17%) des pays du Golfe, des USA, du Canada et de la Chine. 
Nous enregistrons également 
17 000 abonnés 
professionnels à 
nos newsletters 
quotidiennes.
II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN 
Plusieurs experts de médias reconnaissent que la manière la plus économique de faire connaître son support et ses infos est d’endistribuer des échantillons gratuits. 
Alors, tous les éditeurs africains de journaux, magazines, sites web ou applications, ou encore des chaînes TV sont autorisés à reproduire gratuitement nos dépêches. Seule condition, reproduire 
la signature (Agence 
Ecofin).
CONCLUSION
EN GUISE DE CONCLUSION 
Les télévisions publiques africaines doivent préparer la concurrence, présenter ces économies africaines qui bougent. Et par ricochet, participer à la croissance de leur pays et du continent. Cela relève aussi du service public des télévisions ... publiques. 
Cela implique la multiplication des programmes d’informations économiques, la densification dans les JT du temps d’antenne sur l’information économique 
et financière.
EN GUISE DE CONCLUSION 
En plus, il existe une attente d'une information économique et financière africaine et locale non seulement par le public africain et ses entreprises, mais aussi de la part des investisseurs. La notoriété des émissions BUSINESS AFRICA en sont une illustration depuis 15 ans. 
C’est dans ce sens que le projet Business Africa24 piloté par People TV en partenariat avec l’agence Ecofins’avère important.
EN GUISE DE CONCLUSION 
Important dans la mesure où il permettra aux Africains d’accéder à l’information économique et financière d’une part et permettra aux investisseurs d’avoir un aperçu plus indicatif des potentialités du continent, d’autre part. 
Le projet participera ainsi à sa manière à la croissance du pays et du continent.
EN GUISE DE CONCLUSION 
C’est aussi le lieu, en tant que journaliste, de lancer un appel aux entreprises et aux PME africaines (réticentes très souvent vis-à-vis des médias) à plus de collaboration avec les médias afin d’améliorer leur communication économique et financière. 
Il en va de leur développement propre et de celui de leur pays. 
Et comme l’indiquent l’AFD et la BAD, si les risques d'investissement dans lessociétés africaines sont généralement 
surévalués, c'est aussi en partie à 
cause du manque 
d'informations de qualité.
EN GUISE DE CONCLUSION 
En définitive, l’information économique est une source de pouvoir. Le seul pouvoir qui, une fois partagée ne vous affaiblit pas, mais vous rend plus puissant. 
L’information économique est un bien. C’est le seul bien qui une fois partagée ne diminue pas, mais se multiplie. 
La TV étant un média de masse, imaginez donc la puissance et la richesse dont les télévisions publiques africaines peuvent disposer en partageant l’information 
économique et financière !
Beaugas-Orain DJOYUM 
Directeur Afrique centrale 
Yaoundé-Cameroun 
B.P: 806 
Tél : 00 237 74 61 01 68 
Mail : beaugas@agenceecofin.com 
Genève –Suisse 
Tél : +41 22 301 96 16

Contenu connexe

Tendances

Malaysia general presentation
Malaysia general presentationMalaysia general presentation
Malaysia general presentation
Mashita de RIJK
 
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
Serge Tchaha
 
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
Samir Abdelkrim
 
Mehdi Jomâa, mission accomplie
 Mehdi Jomâa, mission accomplie Mehdi Jomâa, mission accomplie
Mehdi Jomâa, mission accomplie
Présidence du gouvernement tunisien - Alkasbah
 
100724 mj interview_afrique_lt
100724 mj interview_afrique_lt100724 mj interview_afrique_lt
100724 mj interview_afrique_lt
Bordier & Cie
 
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
Rev Stephan Peilz
 
Icd2014 fiche pays maroc
Icd2014 fiche pays marocIcd2014 fiche pays maroc
Icd2014 fiche pays maroc
CCI Nantes St-Nazaire
 
Lettre Veille Intelligeco 15
Lettre Veille Intelligeco 15Lettre Veille Intelligeco 15
Lettre Veille Intelligeco 15
Intelligéco Consulting
 
Lettre Veille Intelligeco 14
Lettre Veille Intelligeco 14Lettre Veille Intelligeco 14
Lettre Veille Intelligeco 14
Intelligéco Consulting
 
Icd2015 fiche coted'ivoire
Icd2015 fiche coted'ivoireIcd2015 fiche coted'ivoire
Icd2015 fiche coted'ivoire
CCI Nantes St-Nazaire
 
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
Samir Abdelkrim
 
Newsletter #8 Club Afrique IAE Paris Alumni
Newsletter #8   Club Afrique IAE Paris Alumni Newsletter #8   Club Afrique IAE Paris Alumni
Newsletter #8 Club Afrique IAE Paris Alumni
Tchemwe Fodzo
 
Microsoft word document nou (2)
Microsoft word document nou (2)Microsoft word document nou (2)
Microsoft word document nou (2)
Ingryd Macovei
 
Africa CEO Forum 2014 - Brochure
Africa CEO Forum 2014 - BrochureAfrica CEO Forum 2014 - Brochure
Africa CEO Forum 2014 - Brochure
AFRICA CEO FORUM
 
Newsletter #6 club afrique - IAE Paris Alumni septembre 2016
Newsletter #6   club afrique - IAE Paris Alumni  septembre 2016Newsletter #6   club afrique - IAE Paris Alumni  septembre 2016
Newsletter #6 club afrique - IAE Paris Alumni septembre 2016
Tchemwe Fodzo
 
Newsletter #7 club afrique - iae paris alumni
Newsletter #7   club afrique - iae paris alumniNewsletter #7   club afrique - iae paris alumni
Newsletter #7 club afrique - iae paris alumni
Tchemwe Fodzo
 
Marché immobilier côte d'ivoire
Marché immobilier côte d'ivoireMarché immobilier côte d'ivoire
Marché immobilier côte d'ivoire
Saad Ibenbrahim
 
Tendances et possibilités 2013
Tendances et possibilités 2013Tendances et possibilités 2013
Tendances et possibilités 2013
Destination Canada
 

Tendances (18)

Malaysia general presentation
Malaysia general presentationMalaysia general presentation
Malaysia general presentation
 
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
Quelles opportunités pour le canada et le québec face à une afrique émergente...
 
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
Diasporas : passerelles pour l’investissement, l’entrepreneuriat et l’innovat...
 
Mehdi Jomâa, mission accomplie
 Mehdi Jomâa, mission accomplie Mehdi Jomâa, mission accomplie
Mehdi Jomâa, mission accomplie
 
100724 mj interview_afrique_lt
100724 mj interview_afrique_lt100724 mj interview_afrique_lt
100724 mj interview_afrique_lt
 
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
Le Monde Economique-Interview - M. Stephane Peilz[1]
 
Icd2014 fiche pays maroc
Icd2014 fiche pays marocIcd2014 fiche pays maroc
Icd2014 fiche pays maroc
 
Lettre Veille Intelligeco 15
Lettre Veille Intelligeco 15Lettre Veille Intelligeco 15
Lettre Veille Intelligeco 15
 
Lettre Veille Intelligeco 14
Lettre Veille Intelligeco 14Lettre Veille Intelligeco 14
Lettre Veille Intelligeco 14
 
Icd2015 fiche coted'ivoire
Icd2015 fiche coted'ivoireIcd2015 fiche coted'ivoire
Icd2015 fiche coted'ivoire
 
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
Investissement direct étranger vers MEDA en 2007 : la bascule
 
Newsletter #8 Club Afrique IAE Paris Alumni
Newsletter #8   Club Afrique IAE Paris Alumni Newsletter #8   Club Afrique IAE Paris Alumni
Newsletter #8 Club Afrique IAE Paris Alumni
 
Microsoft word document nou (2)
Microsoft word document nou (2)Microsoft word document nou (2)
Microsoft word document nou (2)
 
Africa CEO Forum 2014 - Brochure
Africa CEO Forum 2014 - BrochureAfrica CEO Forum 2014 - Brochure
Africa CEO Forum 2014 - Brochure
 
Newsletter #6 club afrique - IAE Paris Alumni septembre 2016
Newsletter #6   club afrique - IAE Paris Alumni  septembre 2016Newsletter #6   club afrique - IAE Paris Alumni  septembre 2016
Newsletter #6 club afrique - IAE Paris Alumni septembre 2016
 
Newsletter #7 club afrique - iae paris alumni
Newsletter #7   club afrique - iae paris alumniNewsletter #7   club afrique - iae paris alumni
Newsletter #7 club afrique - iae paris alumni
 
Marché immobilier côte d'ivoire
Marché immobilier côte d'ivoireMarché immobilier côte d'ivoire
Marché immobilier côte d'ivoire
 
Tendances et possibilités 2013
Tendances et possibilités 2013Tendances et possibilités 2013
Tendances et possibilités 2013
 

En vedette

Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
Suzanne Lamarre
 
Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef
Lettre ess du ps n13   projet de loi ess - vdefLettre ess du ps n13   projet de loi ess - vdef
Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef
OPLPV
 
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)  Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
guacho22
 
Partes de la computadora
Partes de la computadora Partes de la computadora
Partes de la computadora
martinacifola
 
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissementintro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
Massimiliano Gambardella
 
Día internacional del agua
Día internacional del agua Día internacional del agua
Día internacional del agua
Adriana Rios Mendoza
 
Expo airsoft
Expo airsoftExpo airsoft
Expo airsoft
Etienne Ployet
 
Objectifs de la poldoc
Objectifs de la poldocObjectifs de la poldoc
Objectifs de la poldoc
pierrettem30
 
Circuito electrico
Circuito electricoCircuito electrico
Circuito electrico
eliomarjose
 
Dossier de production
Dossier de productionDossier de production
Dossier de production
Projet78
 
Métier d’autrefois
Métier d’autrefoisMétier d’autrefois
Métier d’autrefois
hugsou0064
 
como se crean los grupos de interés en el correo institucional
como se crean los grupos de interés en el correo institucionalcomo se crean los grupos de interés en el correo institucional
como se crean los grupos de interés en el correo institucional
lfsalazar
 
Dossier de présentation - Dropp
Dossier de présentation - DroppDossier de présentation - Dropp
Dossier de présentation - Dropp
Dropp
 
La Tecnología Educativa una auténtica profesión
La Tecnología Educativa una auténtica profesiónLa Tecnología Educativa una auténtica profesión
La Tecnología Educativa una auténtica profesión
dunia Guevara
 
Campana BOSCH DWB091K50
Campana BOSCH DWB091K50Campana BOSCH DWB091K50
Campana BOSCH DWB091K50
Alsako Electrodomésticos
 

En vedette (20)

Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
Qu’en est-il de l’accessibilité aux soins pertinents avec les lois 10 et 20?
 
Pres bb
Pres bbPres bb
Pres bb
 
Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef
Lettre ess du ps n13   projet de loi ess - vdefLettre ess du ps n13   projet de loi ess - vdef
Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef
 
Diapo
DiapoDiapo
Diapo
 
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)  Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
Allais alphonse (Album primo-avrilesque, 1897)
 
Partes de la computadora
Partes de la computadora Partes de la computadora
Partes de la computadora
 
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissementintro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
intro - Mondialisation de l'Industrie du Divertissement
 
Día internacional del agua
Día internacional del agua Día internacional del agua
Día internacional del agua
 
Creche5
Creche5Creche5
Creche5
 
Expo airsoft
Expo airsoftExpo airsoft
Expo airsoft
 
Objectifs de la poldoc
Objectifs de la poldocObjectifs de la poldoc
Objectifs de la poldoc
 
Creche6
Creche6Creche6
Creche6
 
Basic tavoli
Basic tavoliBasic tavoli
Basic tavoli
 
Circuito electrico
Circuito electricoCircuito electrico
Circuito electrico
 
Dossier de production
Dossier de productionDossier de production
Dossier de production
 
Métier d’autrefois
Métier d’autrefoisMétier d’autrefois
Métier d’autrefois
 
como se crean los grupos de interés en el correo institucional
como se crean los grupos de interés en el correo institucionalcomo se crean los grupos de interés en el correo institucional
como se crean los grupos de interés en el correo institucional
 
Dossier de présentation - Dropp
Dossier de présentation - DroppDossier de présentation - Dropp
Dossier de présentation - Dropp
 
La Tecnología Educativa una auténtica profesión
La Tecnología Educativa una auténtica profesiónLa Tecnología Educativa una auténtica profesión
La Tecnología Educativa una auténtica profesión
 
Campana BOSCH DWB091K50
Campana BOSCH DWB091K50Campana BOSCH DWB091K50
Campana BOSCH DWB091K50
 

Similaire à Informations économiques et financières : Enjeux pour les chaînes de télévisions publiques d’Afrique francophone

l'entreprise moteur de la croissance africaine
l'entreprise moteur de la croissance africainel'entreprise moteur de la croissance africaine
l'entreprise moteur de la croissance africaine
Youssef AGOUIRAR, PhD
 
Investir dans les fonds de Private Equity africains
Investir dans les fonds de Private Equity africainsInvestir dans les fonds de Private Equity africains
Investir dans les fonds de Private Equity africains
Kusuntu le Club
 
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentationAFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
AFRICA CEO FORUM
 
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunités
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunitésLe royaume du Maroc. Terre d'opportunités
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunités
ASCAME
 
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
Nino NJOPKOU
 
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissance
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissanceDécembre 2013 cfao les villes centre de croissance
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissance
Williams Paolo Bella
 
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
AFRICA CEO FORUM
 
Dossier Impact Investing AIG Forbes
Dossier Impact Investing AIG ForbesDossier Impact Investing AIG Forbes
Dossier Impact Investing AIG Forbes
Issam Chleuh
 
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
Williams Paolo Bella
 
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienneLes corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
Mondher Khanfir
 
AFRICA CEO FORUM : article CCIG info
AFRICA CEO FORUM : article CCIG infoAFRICA CEO FORUM : article CCIG info
AFRICA CEO FORUM : article CCIG info
AFRICA CEO FORUM
 
Risque Pays Sénégal 2016
Risque Pays Sénégal 2016Risque Pays Sénégal 2016
Risque Pays Sénégal 2016
Pierre Gancel
 
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub AfriqueNewsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
Tchemwe Fodzo
 
Echos d'Afrique Centrale n°30 - juillet 2013
Echos d'Afrique Centrale n°30 -  juillet 2013 Echos d'Afrique Centrale n°30 -  juillet 2013
Echos d'Afrique Centrale n°30 - juillet 2013
Abel Akara Ticha
 
Africa SMB Forum 2014
Africa SMB Forum 2014Africa SMB Forum 2014
Programme lab 2-11 déc. 2015, paris (fr)
Programme lab   2-11 déc. 2015, paris (fr)Programme lab   2-11 déc. 2015, paris (fr)
Programme lab 2-11 déc. 2015, paris (fr)
Alain Rodrigue NGONDE ELONG
 
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
plaine images
 
Kiro'o Rebuntu
Kiro'o RebuntuKiro'o Rebuntu
Kiro'o Rebuntu
Olivier Madiba
 
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
Dr Nadège Noële ANGO-OBIANG
 
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
Association des Anciens Élèves de l'IAE de Paris
 

Similaire à Informations économiques et financières : Enjeux pour les chaînes de télévisions publiques d’Afrique francophone (20)

l'entreprise moteur de la croissance africaine
l'entreprise moteur de la croissance africainel'entreprise moteur de la croissance africaine
l'entreprise moteur de la croissance africaine
 
Investir dans les fonds de Private Equity africains
Investir dans les fonds de Private Equity africainsInvestir dans les fonds de Private Equity africains
Investir dans les fonds de Private Equity africains
 
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentationAFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
AFRICA CEO FORUM 2015 - Plaquette de présentation
 
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunités
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunitésLe royaume du Maroc. Terre d'opportunités
Le royaume du Maroc. Terre d'opportunités
 
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
FINANCEMENT DES PME EN AFRIQUE : Quoi de neuf ?
 
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissance
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissanceDécembre 2013 cfao les villes centre de croissance
Décembre 2013 cfao les villes centre de croissance
 
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
Le Premier ministre ivoirien, invité d’honneur du AFRICA CEO FORUM 2015
 
Dossier Impact Investing AIG Forbes
Dossier Impact Investing AIG ForbesDossier Impact Investing AIG Forbes
Dossier Impact Investing AIG Forbes
 
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
2010 stratégie 2010 2015 senegal bad
 
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienneLes corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
Les corridors transport & logistique en Afrique. Une perspective tunisienne
 
AFRICA CEO FORUM : article CCIG info
AFRICA CEO FORUM : article CCIG infoAFRICA CEO FORUM : article CCIG info
AFRICA CEO FORUM : article CCIG info
 
Risque Pays Sénégal 2016
Risque Pays Sénégal 2016Risque Pays Sénégal 2016
Risque Pays Sénégal 2016
 
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub AfriqueNewsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
Newsletter 30 avril 2016 IAE Paris Alumni 2016 Cub Afrique
 
Echos d'Afrique Centrale n°30 - juillet 2013
Echos d'Afrique Centrale n°30 -  juillet 2013 Echos d'Afrique Centrale n°30 -  juillet 2013
Echos d'Afrique Centrale n°30 - juillet 2013
 
Africa SMB Forum 2014
Africa SMB Forum 2014Africa SMB Forum 2014
Africa SMB Forum 2014
 
Programme lab 2-11 déc. 2015, paris (fr)
Programme lab   2-11 déc. 2015, paris (fr)Programme lab   2-11 déc. 2015, paris (fr)
Programme lab 2-11 déc. 2015, paris (fr)
 
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
 
Kiro'o Rebuntu
Kiro'o RebuntuKiro'o Rebuntu
Kiro'o Rebuntu
 
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
Actions et perspectives des entreprises africaines dans l'environnement écono...
 
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
Revue#2 investir, administrer, entreprendre en afrique-club afrique-alumni ia...
 

Informations économiques et financières : Enjeux pour les chaînes de télévisions publiques d’Afrique francophone

  • 1. Directeur Afrique centrale Informations économiqueset financières : Enjeux pour les chaînesdetélévisions publiques d’Afrique francophone Par Beaugas-Orain DJOYUM www.agenceecofin.com/finance Réunion du Réseau de l’Audiovisuel Public d’Afrique Francophone (RAPAF) Ndjamena (TCHAD), du 09 au 12 septembre 2014.
  • 2. PLAN INTRODUCTION I-L’importance de la diffusion de l’information économique africaine II-Les opportunités pour les TV publiques africaines à véhiculer l’information économique et financière africaine III-Ce que fait l’agence Ecofin CONCLUSION
  • 3. En guise D’INTRODUCTION Nous sommes de nos jours dans la société de l’information. L’information devient une matière première nécessaire à toutes les entreprises, à tous les Etats, à toutes les organisations. L’information économique et financière apporte un gain substantiel à ses détenteurs. Chaque jour, l’information économique prend de l’importance dans nos vies.
  • 4. L’information se place désormais au centre de nos économies. Au coeur des initiatives, des entreprises, des institutions, des innovations. En Afrique, l’information économique et financière est devenue le moteur de la « nouvelle économie africaine». Cette Afrique qui bouge ! En guise D’INTRODUCTION
  • 5. Cette Afrique dont les potentialités en termes de ressources humaines et naturelles sont les plus immenses. C’est cette nouvelle économie africaine que l’ensemble des médias s’empressent aujourd’hui de montrer ou de vouloir montrer. Quel rôle devraient jouer les médias publics audiovisuels africains dans ce nouveau contexte ? En guise D’INTRODUCTION
  • 6. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE
  • 7. I -L’importance de la diffusion de l’information économique africaine L’on s’informe aujourd’hui non seulement pour s’instruire, mais également pour tirer de l’information une plus value. L’information prend ainsi de la valeur lorsqu’elle est utilisée. Les investisseurs étrangers se contentent généralement des informations véhiculées par les médias pour décider de l’opportunité d’investir dans un pays.
  • 8. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE L’Afrique est en train de se construire, Les économies sont dynamiques C’est le continent du monde qui enregistre l’un des taux de croissance le plus important. La croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait s’accélérer et passer de 4,9 % en 2013 à environ 5½ % en 2014, selon le FMI. Et ce n’est pas tout le potentiel ! Taux de croissance Europe (UE) en 2014 : 1,6% (eurostat) L’Asie devrait enregistrer une croissance de 5,5% en 2014 et de 5,6 % en 2015, selon le FMI
  • 9. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE Au niveau régional, Selon le CPM de la Béacen juillet 2014, l’on a observé une accélération de la croissance de 6,1 % en 2014 dans la zone CEMAC D’après le CPM de la Bcéaoen septembre 2014, les prévisions de 6, 6% du taux de croissance en 2014 du PIB en termes réels au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) sont maintenues.
  • 10. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE «Tout le monde se satisfait d’un taux de croissance de 5% du PIB du continent depuis plusieurs années(…) Avec la forte croissance démographique, le niveau de croissance nécessaire devrait se situer à 7%. (…) Si nous avions de bonnes infrastructures, nous pourrions atteindre sans difficulté un taux de croissance de 7% par an. Ce qui serait un bon départ pour l’Afrique.» Donald Kaberuka, président de la BAD en décembre 2013
  • 11. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE Selon les estimations de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), en 2013, le continent a attiré 56 milliards de dollars en IDE entrants, contre 53 milliards en 2012. La hausse a été presque entièrement tirée par l'Afrique subsaharienne. Mais, les IDE en Afrique restent cependant très limités. Le continent ne représente que 4 % des volumes mondiaux des IDE (3,7% en 2012). En effet, les IDE ont atteint 1 461 milliards de dollars à l'échelle mondiale en 2013, soit une hausse de 11% par rapport à 2012.
  • 12. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE Ces chiffres sur la croissance en Afrique intéresse les entreprises , les investisseurs étrangers, ainsi que les fonds d’investissement, L’un des plus grands problèmes des entreprises africaines est le manque de financement, les banques étant frileuses. Le capital- investissement représente une solution. Il désigne les investissements des fonds dans le capital d’entreprises non cotées en bourse. Selon l'Association africaine du capital- investissement et du capital-risque (Avca), en 2013, les nouveaux capitaux investis dans les entreprises en Afrique ont progressé de 136 %, à 3,3 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros).
  • 13. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE La BAD a approuvé 37 fonds de capital-investissement qui ont financé 294 entreprises. Le portefeuille total d’investissement en capital de la BAD s’élève au 31 mars 2012 à 1,09 milliard $,dont 836 millions $ dans des fonds de capital-investissement et 253 millions $ sous forme de participations directes. Pour la BAD, pour chaque million $ injecté en capital-investissement, 5 millions $ supplémentaires sont investis par d’autres institutions et particuliers.
  • 14. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE Toutefois, comparé aux chiffres de pénétration du capital-investissement dans d’autres régions du monde, l’on se rend compte que l’Afrique est encore en retard. En 2013, seulement 0,12 % de pénétration du PrivateEquityen Afrique, selon l’EMPEA
  • 15. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE En 2013, les fonds de capital- investissement ont misé de 1,6 milliard de dollars en Afrique subsaharienne, soit le montant le plus élevé en cinq ans, selon une étude de l’EMPEApublié en février 2014. Soit une augmentation de 43% par rapport celui enregistré en 2012. Sur l’ensemble des marchés émergents, 24 milliards de dollars en 2013 ont été investis par ces fonds. En clair, encore insignifiant.
  • 16. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE Néanmoins, selon le cabinet de conseil américain McKinsey, en Afrique la demande en capital pourrait augmenter de 8 % par an d'ici à 2018. A titre d’exemple, Wendel -holding financier coté à la Bourse de Paris –a annoncé sa volonté d’investir en Afrique dans les quatre prochaines années près de 700 millions de dollars. Il a déjà a injecté 475 millions de dollars dans IHS Holding, l'opérateur nigérian des tours de télécommunications. En 2013, il a acquis 14 % du Marocain Sahampour 100 millions d'euros.
  • 17. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE La capitalisation des bourses en Afrique est passée de 250 milliards de dollars US en 2000 à 1500 milliards de dollars US en 2014 a indiqué le président du Conseil d’administration de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), Gabriel Fal, en février 2014. A noter, les experts reconnaissent que l’introduction en bourse (ouverture du capital au public) permet à l’entreprise de capter des ressources longues, d’améliorer et de renforcer sa gouvernance et sa visibilité.
  • 18. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE QUE CHERCHENT LES INVESTISSEURS ? D’après les spécialistes du domaine, les investisseurs se posent trois questions avant d’engager leur argent dans une entreprise via la bourse ou encore via le PrivateEquity: 1 -Est-ce que cette entreprise est déjà rentable et a atteint une taille critique ? 2 -L’entreprise a-t-elle une structure qui lui permettra de croître et d’augmenter ses profits ? 3 -Sera-t-il possible de revendre l’entreprise à un prix avantageux après 5-10 ans ? Si la réponse est oui partout, alors ils se lancent.
  • 19. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE QUE CHERCHENT LES INVESTISSEURS ? C’est ici que le rôle des médias s’avère important. Si le fonds par exemple veut savoir si une entreprise a déjà été rentable et a atteint une taille critique, il va sans doute commencer son enquête sur l’entreprise en regardant ce qu’ont dit, montré ou écrit les médias.
  • 20. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE VLISCO Lors de la conférence SuperReturnAfrica, qui s'est tenue à Accra (Ghana) en décembre 2013, la société d'investissement britannique ACTIS a annoncé sa volonté de sortir du capital de VLISCO en replaçant ses actifs à environ 350 millions d'euros. Soit plus du triple de ce qu’il avait déboursé en septembre 2010 lorsqu’il prennaitle contrôle de la société basée en Hollande.
  • 21. I-L’IMPORTANCE DE LA DIFFUSION DE L’INFORMATION ÉCONOMIQUE AFRICAINE L’information économique et financière est donc devenue une matière première nécessaire au développement et à la croissance.
  • 22. II-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES À VÉHICULER L’INFORMATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE AFRICAINE a)Qui regarde la télévision en Afrique ? b)Un regard et une fenêtre sur le monde c)La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
  • 23. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Les résultats des mesures d’audience en Afrique ne sont pas encore diffusés au grand Public. En juin 2014, GeoPoll, une plate-forme de sondage mobile en temps réel a annoncé avoir lancé son service de mesure d’audience, qui offrira les premières cotes d’audience TV quotidiennes. Pour l’instant, les pays couverts sont le Ghana, le Kenya, le Nigeria, la Tanzanie et l'Ouganda. a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
  • 24. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Au Gabon, à l’initiative du ministère de l’Economie numérique, Médiamétrie et la société Omedia-Gabon ont lancé en février 2014 la mesure de l’audience de la Télévision et de la Radio au Gabon pour une durée de 3 ans. Les premiers résultats étaient annoncés à la fin du premier semestre 2014. a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
  • 25. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Donc, en général, pour le moment il n’y a pas un réel baromètre de l’audience télévisuelle en Afrique. Mais, tout le monde regarde la télévision. Toutes les classes sociales. Professionnels, experts, gouvernants, entreprises, lettrés et illettrés, c’est un média de masse comme les experts l’on qualifié par le passé. a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
  • 26. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Encore que l’on observe aujourd’hui en Afrique une augmentation croissante de la classe moyenne ! Imaginez donc l’impact de la fourniture de manière régulière et constante des informations économiques à ces millions de téléspectateurs ! Les entreprises davantage valorisées et les télévisions gagneront davantage des annonceurs ! a)Qui regarde la télévision en Afrique ?
  • 27. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Plusieurs télévisions publiques africaines sont à présent disponibles sur le satellite et disponible dans le bouquet Canal Satpar exemple. Il est important pour ces TV de disposer et de multiplier des programmes sur l’économie et la finance de leur pays. Voici trois raisons… b) Un regard et une fenêtre sur le monde
  • 28. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Selonles prévisions de l’OIF, le français sera parlé par 750 millions de personnes en 2050. Cela fait une audience plus importante pour les télévisions publiques africaines, qui non seulement doivent faire face à la concurrence des chaînes privées, mais également des grands groupes de presse étrangers qui débarquent en cascade en Afrique.
  • 29. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Vu le potentiel de l’Afrique expliqué plus haut, l’on peut comprendre l’intérêt des groupes de presse occidentaux, qui frappés par la crise, cherchent en Afrique des relais de croissance. De nombreux médias étrangers envisagent de s’installer en Afrique pour raconter de l’intérieur cette Afrique qui bouge. Et bien entendu, pour gagner davantage. c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
  • 30. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Euronews avec AfricaNews à partir de Brazzaville, Canal + avec très prochainement A+, Forbes avec Forbes Afrique, Le Point avec Le Point Afrique, Le Monde, avec Le Monde Afrique en décembre 2014, GulliAfricade Lagardère Active en début 2015, Le Figaro avec sa prochaine application d’info pour l’Afrique, etc., tous arrivent en force ou sont déjà installés en Afrique. c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
  • 31. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES La population africaine vivant en zones urbaines est estimée à 40%; selon l’UNECA, L’une des plus grandes forces des chaînes publiques comparée à la puissance des chaînes TV internationales ou à vocation panafricaine est leur réseau de diffusion. Elles couvrent l'ensemble du territoire avec toutes les villes qui sont des pôles de croissance importants et qui ne sont pas touchées par les réseaux câblés. c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
  • 32. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Tous ces groupes, y compris ceux déjà installés comme France 24, Africa24 ou encore Vox Africasont déterminés. Alors, pourquoi les TV publiques de l’Afrique francophone devraient-elles laisser libre champ à ces médias-là ? Il leur appartient d’innover en permanence et surtout de parler Finance et Economie En racontant cette Afrique qui change c) La ruée des groupes de presse occidentaux en Afrique
  • 33. III-LES OPPORTUNITÉS POUR LES TV PUBLIQUES AFRICAINES Exemple : les PME et les grandes entreprises ont besoin de communiquer pour exister. Pour se développer, ces PME ont besoin que l’on raconte leur histoire. Pourquoi ne pas accompagner ces PME qui, en réalité, tirent la croissance du continent ?
  • 34. II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN www.agenceecofin.com
  • 35. II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN L’agence Ecofina été créé en 2011. Elle appartient à la société mauricienne Media Management et elle dispose de deux bureaux opérationnels : l’un à Genève et l’autre à Yaoundé. L’agence Ecofinvise à répondre à un besoin croissant d’informations sectorielles et spécialisées sur les économies africaines.
  • 36. II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN A ce jour, l’agence couvre au quotidien huit secteurs parmi lesquels la finance, les fonds, les sociétés côtées, l’agriculture, les énergies, les mines, la communication, les TIC et télécoms, ou encore le droit. Une veille au quotidien de ces différents secteurs est assurée par nos journalistes spécialisés
  • 37. II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN Nous rassemblons 25 000 visites par jour, essentiellement des professionnels de chaque secteur couvert. L'audience de l'Agence Ecofinprovientpour moitié de l'Afrique ; pour un tiers de France, de la Belgique, de la Suisse et du Luxembourg ; pour le reste (environ 17%) des pays du Golfe, des USA, du Canada et de la Chine. Nous enregistrons également 17 000 abonnés professionnels à nos newsletters quotidiennes.
  • 38. II -CE QUE FAIT L’AGENCE ECOFIN Plusieurs experts de médias reconnaissent que la manière la plus économique de faire connaître son support et ses infos est d’endistribuer des échantillons gratuits. Alors, tous les éditeurs africains de journaux, magazines, sites web ou applications, ou encore des chaînes TV sont autorisés à reproduire gratuitement nos dépêches. Seule condition, reproduire la signature (Agence Ecofin).
  • 40. EN GUISE DE CONCLUSION Les télévisions publiques africaines doivent préparer la concurrence, présenter ces économies africaines qui bougent. Et par ricochet, participer à la croissance de leur pays et du continent. Cela relève aussi du service public des télévisions ... publiques. Cela implique la multiplication des programmes d’informations économiques, la densification dans les JT du temps d’antenne sur l’information économique et financière.
  • 41. EN GUISE DE CONCLUSION En plus, il existe une attente d'une information économique et financière africaine et locale non seulement par le public africain et ses entreprises, mais aussi de la part des investisseurs. La notoriété des émissions BUSINESS AFRICA en sont une illustration depuis 15 ans. C’est dans ce sens que le projet Business Africa24 piloté par People TV en partenariat avec l’agence Ecofins’avère important.
  • 42. EN GUISE DE CONCLUSION Important dans la mesure où il permettra aux Africains d’accéder à l’information économique et financière d’une part et permettra aux investisseurs d’avoir un aperçu plus indicatif des potentialités du continent, d’autre part. Le projet participera ainsi à sa manière à la croissance du pays et du continent.
  • 43. EN GUISE DE CONCLUSION C’est aussi le lieu, en tant que journaliste, de lancer un appel aux entreprises et aux PME africaines (réticentes très souvent vis-à-vis des médias) à plus de collaboration avec les médias afin d’améliorer leur communication économique et financière. Il en va de leur développement propre et de celui de leur pays. Et comme l’indiquent l’AFD et la BAD, si les risques d'investissement dans lessociétés africaines sont généralement surévalués, c'est aussi en partie à cause du manque d'informations de qualité.
  • 44. EN GUISE DE CONCLUSION En définitive, l’information économique est une source de pouvoir. Le seul pouvoir qui, une fois partagée ne vous affaiblit pas, mais vous rend plus puissant. L’information économique est un bien. C’est le seul bien qui une fois partagée ne diminue pas, mais se multiplie. La TV étant un média de masse, imaginez donc la puissance et la richesse dont les télévisions publiques africaines peuvent disposer en partageant l’information économique et financière !
  • 45. Beaugas-Orain DJOYUM Directeur Afrique centrale Yaoundé-Cameroun B.P: 806 Tél : 00 237 74 61 01 68 Mail : beaugas@agenceecofin.com Genève –Suisse Tél : +41 22 301 96 16