SlideShare une entreprise Scribd logo
COMMUNE DE
CONFLANS-SAINTE-HONORINE
(78) 
- CAHIER N° 1 -
Exercices 2008 et suivants
Observations définitives
délibérées le 8 avril 2016
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
Commune de Conflans-Sainte-Honorine (78)– Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 2/126
SOMMAIRE
SYNTHESE ........................................................................................................................................................... 5
RECOMMANDATIONS...................................................................................................................................... 8
OBSERVATIONS................................................................................................................................................. 9
1. INTRODUCTION............................................................................................................................................. 9
1.1. Rappel de procédure......................................................................................................................................... 9
1.2. Le précédent examen de la gestion .................................................................................................................. 9
1.3. Présentation générale de la commune ............................................................................................................ 10
1.3.1. Situation ...................................................................................................................................................... 10
1.3.2. Coopération intercommunale ...................................................................................................................... 10
2. LA FIABILIE DES COMPTES..................................................................................................................... 12
2.1. Le cadre budgétaire........................................................................................................................................ 12
2.1.1. La présentation et le vote du budget............................................................................................................ 12
2.1.2. La formalisation des procédures budgétaires et comptables ....................................................................... 14
2.1.3. Le processus d’élaboration budgétaire ........................................................................................................ 15
2.1.4. L’exécution budgétaire................................................................................................................................ 17
2.2. Le cadre comptable ........................................................................................................................................ 21
2.2.1. Les travaux en régie .................................................................................................................................... 21
2.2.2. Les provisions ............................................................................................................................................. 22
2.2.3. Le suivi patrimonial .................................................................................................................................... 22
2.2.4. Les engagements hors bilan ........................................................................................................................ 24
2.2.5. Les régies .................................................................................................................................................... 24
3. L’ANALYSE FINANCIERE ......................................................................................................................... 25
3.1. Périmètre de l’analyse et sources des données............................................................................................... 25
3.2. L’évolution des charges et des produits ......................................................................................................... 25
3.2.1. Une décélération du rythme de progression des produits............................................................................ 26
3.2.2. L’évolution dynamique des charges............................................................................................................ 32
3.3. Un autofinancement fortement érodé à compter de 2014............................................................................... 38
3.4. L’évolution de l’investissement et son financement ...................................................................................... 38
3.4.1. Des dépenses d’équipement relativement limitées...................................................................................... 38
3.4.2. Un financement quasi-exclusivement externe............................................................................................. 39
3.5. La gestion de la dette...................................................................................................................................... 39
3.5.1. Un désendettement temporaire suivie d’un ré-endettement rapide ............................................................. 39
3.5.2. Une gestion de la dette basée sur la souscription d’instruments de couverture........................................... 40
3.5.3. Une politique de provisionnement à définir ................................................................................................ 46
3.5.4. Inéligibilité au fonds de soutien .................................................................................................................. 46
3.5.5. L’aide de conseils........................................................................................................................................ 47
3.6. L’évolution du fonds de roulement ................................................................................................................ 47
3.7. Perspectives financières ................................................................................................................................. 48
3.7.1. Les pistes de l’audit de fin 2014 restent d’actualité .................................................................................... 48
3.7.2. Les mesures initiées et à poursuivre............................................................................................................ 48
3.7.3. Les incertitudes liées à la gestion active de la dette .................................................................................... 49
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 3/126
4. LES RESSOURCES HUMAINES................................................................................................................. 49
4.1. Une obligation de meilleure qualité d’information sur les effectifs............................................................... 49
4.2. Organisation des services............................................................................................................................... 50
4.2.1. L’évolution des effectifs au cours de la période 2010-2014 ....................................................................... 50
4.2.2. L’externalisation des services ..................................................................................................................... 59
4.2.3. Les ressources humaines en perspective, à compter de 2015...................................................................... 61
4.3. Le temps de travail......................................................................................................................................... 63
4.3.1. L’organisation du temps de travail.............................................................................................................. 63
4.3.2. L’absence au travail en progression en 2014 .............................................................................................. 67
4.3.3. L’impact relativement minime des autres formes d’absentéisme................................................................ 72
4.4. La gestion des ressources humaines............................................................................................................... 73
4.4.1. Le rapport sur l’état de la collectivité (REC) .............................................................................................. 73
4.4.2. La gestion des carrières............................................................................................................................... 73
4.5. Le régime indemnitaire .................................................................................................................................. 75
4.5.1. Un régime redéfini en 2009......................................................................................................................... 75
4.5.2. Focus sur certains éléments indemnitaires .................................................................................................. 76
4.6. L’action sociale .............................................................................................................................................. 79
4.7. L’évolution de la masse salariale ................................................................................................................... 80
4.7.1. Les facteurs d’évolution ex ante et ex post ................................................................................................. 80
4.7.2. Autres éléments : personnel mis à disposition et assurance chômage......................................................... 83
5. LE CENTRE MUNICIPAL DE SANTE....................................................................................................... 85
5.1. Présentation générale.................................................................................................................................... 85
5.1.1. Historique.................................................................................................................................................... 85
5.1.2. Configuration du centre............................................................................................................................... 85
5.1.3. L’audit spécifique de 2013.......................................................................................................................... 85
5.2. Le fonctionnement du centre.......................................................................................................................... 86
5.2.1. La définition de l’action du centre : le projet de santé et le règlement intérieur ......................................... 86
5.2.2. Les effectifs................................................................................................................................................. 87
5.2.3. Le système d’information............................................................................................................................ 87
5.3. L’activité et la fréquentation .......................................................................................................................... 88
5.3.1. L’environnement de santé ........................................................................................................................... 88
5.3.2. Une connaissance de l’activité au travers du rapport annuel à améliorer.................................................... 88
5.3.3. La fréquentation : typologie et évolution .................................................................................................... 89
5.3.4. L’évolution de l’activité.............................................................................................................................. 92
5.4. La situation financière .................................................................................................................................. 95
5.4.1. Le coût de la structure................................................................................................................................. 95
5.4.2. Les recettes.................................................................................................................................................. 96
5.4.3. Les dépenses ............................................................................................................................................... 99
5.5. Le contrôle interne...................................................................................................................................... 100
5.5.1. Les régies d’avances et de recettes............................................................................................................ 100
5.5.2. La gestion des accès au système d’information et la prévention de la fraude ........................................... 100
5.5.3. La prise en charge du personnel de la collectivité..................................................................................... 101
5.6. Le suivi de l’audit de 2013 ......................................................................................................................... 101
ANNEXES ......................................................................................................................................................... 102
Annexe n° 1 : Données fiabilité des comptes...................................................................................................... 102
Annexe n° 2 : Analyse rétrospective 2008/2014................................................................................................. 106
Annexe n° 3 : Tableaux d’analyse financière...................................................................................................... 108
Annexe n° 4 : Historique et caractéristiques des quatre contrats d’échange de taux........................................... 110
Annexe n° 5 : Étude Rémunérations et charges sociales (RCS) per capita ........................................................ 114
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 4/126
Annexe n° 6 : Tableau des heures supplémentaires par service.......................................................................... 119
Annexe n° 7 : Tableau des jours épargnés (CET) par an non cumulé................................................................. 120
Annexe n° 8 : Tableau sur impact des autorisations d’absence........................................................................... 121
Annexe n° 9 : Tableau sur avancement de grades............................................................................................... 123
Annexe n° 10 : Synoptique du régime indemnitaire ........................................................................................... 124
Annexe n° 11 : Effectifs du centre municipal de santé (CMS) ........................................................................... 125
GLOSSAIRE DES SIGLES ............................................................................................................................. 126
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 5/126
SYNTHESE
Commune des Yvelines de 35 000 habitants, dotée d’un budget annuel global d’environ
105 M€(1)
et employant près de 814 agents(2)
, Conflans-Sainte-Honorine connaît une situation
financière qui s’est fortement détériorée, en 2014, révélant les fragilités de la gestion décelées
au cours de la période 2008-2013.
Une amélioration temporaire de l’endettement et de l’autofinancement
L’analyse financière rétrospective fait ressortir que la collectivité a partiellement mis en œuvre la
recommandation de la chambre, formulée lors du précédent examen de la gestion, de suivre
une trajectoire financière de restauration de l’autofinancement et de maîtrise de l’endettement.
De 2008 à 2014, l’encours de la dette du budget principal a d’abord diminué, entre 2008 et 2012,
mais il a retrouvé, dès 2013, un montant équivalent à celui de 2008, autour de 45 M€. La dette
s’est alourdie, en 2014, pour atteindre 48 M€, ce qui pose la question de sa soutenabilité. À cet
égard, la souscription en 2013 d’un emprunt de 18 M€, mobilisable par tranches annuelles,
a contribué et contribuera à augmenter l’encours jusqu’en 2016.
L’autofinancement de la commune a quant à lui progressé pour atteindre un pic de 6 M€, en 2012.
Les difficultés de gestion se sont matérialisées, en 2014, avec la dé-corrélation manifeste du
rythme de progression des produits par rapport aux charges créant ainsi un « effet de ciseau ».
Cette évolution a notamment été accentuée par la baisse de la dotation globale de fonctionnement
(DGF) et par la contribution croissante de la commune au fonds de péréquation des ressources
communales et intercommunales (FPIC). Parallèlement, la mise en place des nouveaux ateliers
pédagogiques (NAP), dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, ainsi que l’ouverture
d’une structure en faveur de la petite enfance, ont contribué à l’accroissement des charges.
L’autofinancement s’est ainsi fortement dégradé, pour se situer à 1,6 M€, en 2014, et il est
devenu insuffisant pour couvrir le remboursement de l’annuité en capital des emprunts.
La création de la communauté de communes de Poissy-Achères-Conflans-Sainte-Honorine,
au 1er
janvier 2014, devait être sans incidence financière pour la commune, compte tenu de
la mise en place d’une attribution de compensation versée par la communauté, en contrepartie
du transfert à cette dernière de la fiscalité économique et de la taxe d’enlèvement des ordures
ménagères.
Une gestion de la dette qui expose fortement la collectivité au risque d’évolution défavorable
des taux
Afin de réduire la charge d’intérêts de sa dette, la commune a souscrit des instruments de
couverture de taux.
Cette démarche, certes, a généré des gains estimés à 1,8 M€, jusqu’en 2013, mais elle a eu
pour corollaire une exposition grandissante de la collectivité au risque de taux, dans la mesure
où les trois contrats d’échange de taux, de plus en plus structurés, offraient un taux dépendant
de la fluctuation de parités monétaires, et notamment de l’euro vis-à-vis du franc suisse (CHF).
À ce jour, la collectivité est ainsi confrontée, au titre de ces trois contrats, à un risque de perte
potentielle qui a pu être évaluée à environ 15 M€.
(1)
M€ : millions d’euros
(2)
Effectifs exprimés en équivalent temps plein travaillé (ETPT).
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 6/126
Face à ce risque financier, la commune a procédé, en 2013, à un réaménagement du contrat
d’échange de taux présentant le risque le plus élevé. Ce réaménagement a consisté à prolonger
de quatre ans, jusqu’au 1er
janvier 2018, la phase au cours de laquelle le montant des intérêts
est calculé selon un taux fixe.
Cette sécurisation, qui n’est que temporaire et qui permet à la commune d’acquitter un taux
moins onéreux que celui qui résulterait de la formule de calcul structurée, indexée sur la parité
euro-CHF, n’est cependant pas exempte de coût. En effet, ce réaménagement a eu pour
conséquence, au titre de ces quatre années, de prévoir un taux fixe de 5,90 %, nettement
supérieur au taux précédent de 1,67 %.
De plus, confrontée à un fort besoin de financement de ses investissements, en 2013,
la commune a contracté auprès de l’établissement bancaire détenteur du contrat d’échange
de taux, l’emprunt précité de 18 M€. L’offre de taux aurait vraisemblablement été plus
avantageuse dans un contexte autre que celui de la négociation relative à la sécurisation
du contrat ci-dessus.
Une recommandation de provisionner à titre facultatif les instruments financiers à risque
Du fait de ces montages financiers, réalisés avec l’aide de cabinets-conseils, 42 % de l’encours
de la dette communale est désormais identifié F6, niveau le plus élevé en termes de risque,
selon la classification de la circulaire du ministère de l’intérieur du 25 juin 2010 sur les produits
financiers offerts aux collectivités.
Compte tenu de ce niveau de risque et en particulier de l’incertitude relative au niveau des taux
applicables à la sortie de la période de taux fixe, le 1er
janvier 2018, du contrat d’échange de
taux le plus exposé, il serait de bonne gestion de provisionner ces instruments financiers,
en recourant au mécanisme de neutralisation budgétaire préconisé par le guide de la direction
générale des finances publiques.
Un effort de gestion à accomplir pour conforter la situation financière de la commune
Face à la montée de la contrainte financière, la commune a pris des premières mesures,
en 2015. Elles ont notamment pris la forme d’une augmentation de la fiscalité pesant sur les
ménages et de la diminution de certaines dépenses, telles la réduction du volume des
subventions aux associations ou la suppression des NAP.
Ces premières actions sont appelées à se poursuivre par un effort de maîtrise des charges de
gestion, afin de restaurer un autofinancement rendant possible tout à la fois la réalisation des
investissements nécessaires au maintien des services à la population et le contrôle de
l’endettement.
Des marges en matière de gestion des ressources humaines
À cet égard, l’analyse de la gestion des ressources humaines fait ressortir des marges de
manœuvre en matière de gestion du temps de travail et de l’absentéisme, et de pilotage de la
masse salariale.
Il a été notamment constaté que la durée réellement travaillée par agent, environ 1 565 heures,
était inférieure à la durée légale de 1 607 heures, ce qui représente un coût théorique d’environ
0,6 M€ par an ou l’équivalent de près de 20 agents. Le coût de l’absentéisme, en progression
en 2014, a quant à lui pu être évalué à environ 1,5 M€ par an.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 7/126
Pour mener à bien son projet de maîtrise de la masse salariale, la collectivité devra veiller à
disposer d’un état des effectifs fiable, ce qui implique de renseigner avec exactitude les
documents budgétaires sur l’état du personnel et le rapport sur l’état de la collectivité. Pour le
suivi du personnel, il apparaît également souhaitable de renforcer le pilotage du service des
ressources humaines auprès des autres services.
Par ailleurs, en application de la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de
la République modifiant l’article L. 2311-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT),
la collectivité devra désormais élaborer un rapport sur les orientations budgétaires comportant
une information fiable sur la gestion des effectifs et les dépenses de personnel.
Une amélioration du pilotage de la gestion du centre municipal de santé
Le centre de santé est une structure de soins de proximité à vocation sociale. Son activité est
déficitaire, autour de 0,3 M€ par an, avec un taux de couverture des charges de fonctionnement
de 70 % à 75 %. Afin de réduire le déficit du centre et de se rapprocher de l’équilibre, à l’horizon
2016, la collectivité a lancé, en 2015, les actions préconisées par un audit réalisé en 2013.
Pour atteindre cet objectif, il serait souhaitable de renforcer les outils de suivi d’activité existants
et de rechercher l’entière maîtrise du processus des recettes. Le premier indicateur, à cet égard,
sera la capacité du centre municipal de santé à calculer et à suivre le taux de rejet de
remboursement par les organismes de sécurité sociale.
Une intercommunalité en construction accélérée
Membre de la communauté de communes de Poissy-Achères-Conflans-Sainte-Honorine, créée
le 1er
janvier 2014, devenue communauté d’agglomération au 1er
janvier 2015, la commune fait
désormais partie, depuis le 1er
janvier 2016, de la communauté d’agglomération Grand Paris
Seine et Oise, issue du regroupement de six intercommunalités existantes, qui s’étend au
nord-ouest du département des Yvelines. Cet établissement de coopération intercommunale,
qui réunit plus de 400 000 habitants appartenant à 70 communes, a pris la forme d’une
communauté urbaine.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 8/126
RECOMMANDATIONS
Au terme de ses travaux, la chambre adresse les recommandations suivantes :
FIABILITE DES COMPTES
Recommandation n° 1 : …………………………………………………………………..page 14
Adopter les décisions modificatives conformément aux instructions budgétaires et
comptables.
Recommandation n° 2 : …………………………………………………………………..page 18
Fiabiliser le recensement des charges à rattacher par la production par les services
gestionnaires du justificatif du service fait.
Recommandation n° 3 : …………………………………………………………………..page 46
Provisionner les instruments de couverture des emprunts présentant un risque, selon le
mécanisme de neutralisation budgétaire préconisé par la Direction générale des finances
publiques (DGFiP).
RESSOURCES HUMAINES
Recommandation n° 4 : …………………………………………………………………..page 78
Clarifier les règles d’utilisation du parc de véhicules en procédant à une révision des
autorisations de remisage et d’attribution éventuelle de véhicules de fonction.
Recommandation n° 5 : …………………………………………………………………..page 78
Améliorer le suivi des articles technologiques (téléphones mobiles et tablettes).
CENTRE MUNICIPAL DE SANTE
Recommandation n° 6 : …………………………………………………………………..page 88
Actualiser le règlement intérieur du centre municipal de santé.
Recommandation n° 7 : …………………………………………………………………..page 98
Établir et suivre le taux de rejet de paiement des organismes de sécurité sociale et des
mutuelles.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 9/126
« La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration »
Article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen
OBSERVATIONS
1. INTRODUCTION
1.1. Rappel de procédure
Par lettre en date du 13 janvier 2015, le maire de Conflans-Sainte-Honorine,
M. Laurent Brosse, a été informé de l’ouverture de l’examen de la gestion de la commune,
pour les exercices 2008 et suivants. M. Philippe Esnol, précédemment en fonction jusqu’en
mars 2014, a été avisé par lettre du 14 janvier 2015.
La chambre régionale des comptes d’Île-de-France, délibérant en sa 6ème
section a adopté
le présent rapport d’observations définitives, qui constitue le premier cahier de l’examen de
la gestion de la commune. Ce rapport porte sur la fiabilité des comptes, la situation
financière, la gestion des ressources humaines, thème traité de manière approfondie dans le
cadre d’une enquête nationale des juridictions financières, et sur le centre de santé
municipal.
Ce rapport a été arrêté au vu des observations provisoires communiquées au préalable
à M. Brosse et à M. Esnol, ainsi que de la réponse de M. Brosse, enregistrée au greffe
le 7 mars 2016.
Ont participé au délibéré, qui s’est tenu le 8 avril 2015 et qui a été présidé par
M. Geneteaud, président de section, Mme Banderet, première conseillère, M. Gillet, premier
conseiller.
Ont été entendus :
- en son rapport, M. Gillet, premier conseiller ;
- en ses conclusions, sans avoir pris part au délibéré, le procureur financier.
Mme Bernier, auxiliaire de greffe, assurait la préparation de la séance de délibéré et tenait
les registres et dossiers.
1.2. Le précédent examen de la gestion
Dans son précédent rapport du 23 avril 2009, portant sur les exercices de 2001 à 2007,
la chambre avait souligné la fragilité structurelle des équilibres financiers de la commune.
Reflet d’un faible niveau de ressources de gestion(3)
et d’un endettement élevé, la capacité
d’autofinancement (Caf) nette était demeurée négative sur toute la période, à l’exception
de 2006. Elle avait recommandé à la commune d’être « très ferme sur la maîtrise de son
endettement et de poursuivre ses efforts […] pour améliorer sa capacité d’autofinancement ».
(3)
La collectivité avait insisté sur le manque de transparence du calcul de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et ses
incidences sur l’autonomie financière. Elle a ensuite engagé un recours devant le Tribunal administratif pour demander la
révision du montant de la DGF et réclamer une indemnisation de 7,25 M€ au titre des exercices 2005 à 2009. Ce recours,
introduit le 4 février 2010, a été rejeté par jugement du 13 mai 2013.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 10/126
Par ailleurs, la chambre avait étudié les relations de la commune avec cinq associations
sportives recevant des subventions supérieures à 23 000 € par an et constaté l’absence
d’outil d’évaluation de la politique de soutien aux clubs sportifs comme, par exemple,
la conclusion d’un contrat annuel ou pluriannuel d’objectifs et de performance. Elle avait
également noté des insuffisances dans la tenue des dossiers de subvention, en l’absence
des documents requis par le code du sport(4)
. La collectivité a depuis lors amélioré le suivi
des subventions.
1.3. Présentation générale de la commune
1.3.1. Situation
Située à 25 kilomètres au nord-ouest de Paris et occupant une superficie de 990 hectares,
la commune de Conflans-Sainte-Honorine tire son nom de sa position à la confluence de
la Seine et de l’Oise. Au 1er
janvier 2014, elle comptait, selon l’Institut national de la
statistique et des études économique (Insee), 35 582 habitants.
Haut lieu de la batellerie qui a connu son apogée au 19ème
siècle, elle accueille depuis 1966
un musée dédié à cette activité et qui a rouvert ses portes, en juin 2015, après deux années
de travaux.
Au titre des équipements spécifiques, la commune est dotée d’un centre municipal de santé
(CMS), d’une cuisine centrale exploitée en délégation de service public (DSP) et d’un centre
aquatique, dont la gestion est également déléguée.
1.3.2. Coopération intercommunale
1.3.2.1. Une intercommunalité très récente
Avec les communes de Poissy et d’Achères, Conflans-Sainte-Honorine a formé, le
1er
janvier 2014, la communauté de communes de Poissy, Achères et Conflans-Sainte-
Honorine (CCPAC), forte de 92 850 habitants.
Cette création a été précédée d’études préalables(5)
relatives à la définition du périmètre des
compétences et à ses impacts financiers, réalisées sous le pilotage d’une association de
préfiguration. Au final, la communauté a retenu deux compétences obligatoires,
l’aménagement de l’espace communautaire et le développement économique, et quatre
compétences optionnelles, l’environnement, l’action sociale, la voirie et la santé.
Du fait des modifications attendues de la carte intercommunale, en application de
la loi n° 2014-58 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des
métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, l’établissement public intercommunal (EPCI)
a retenu une organisation souple, reposant sur les moyens des communes-membres(6)
.
(4)
Notamment les rapports d’utilisation réelle des subventions versées et prévisionnelle des subventions sollicitées, en
application de l’article R. 113-3 du code du sport.
(5)
Source : rapport final remis en décembre 2013.
(6)
Habilitée par la délibération n° 23 du 3 février 2014, Conflans-Sainte-Honorine a signé la convention quadripartite du
17 février 2014, permettant aux communes membres de mandater les dépenses et de recouvrer les recettes afférentes aux
compétences de la CCPAC jusqu’au 30 avril 2014, dans l’attente de l’adoption de son premier budget.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 11/126
Des transferts de charges et des mises à disposition d’actifs(7)
, pour une valeur d’environ
1,8 M€(8)
, sont intervenus dès 2014. Ils ont concerné les ordures ménagères, les transports
urbains (lignes de bus et service de transport à la demande Busphone), le dispositif
FLORA(9)
, ainsi que certaines subventions et actions liées au développement économique ou
à l’environnement.
Au 1er
janvier 2015, la communauté de communes s’est transformée en communauté
d’agglomération en accueillant deux nouvelles compétences obligatoires, l’équilibre social
de l’habitat et la politique de la ville. Ce changement de dénomination présentait notamment
un intérêt financier, avec le passage de la dotation d’intercommunalité de 0,6 M€, en 2014,
à 3 M€, en 2015.
Enfin, aux termes des arrêtés du préfet des Yvelines n° 2015362-0002 et n° 2015362-0003
du 28 décembre 2015, la communauté a fusionné, au 1er
janvier 2016, avec 5 autres
intercommunalités pour constituer Grand Paris Seine et Oise, communauté urbaine de
400 000 habitants, répartis dans plus de 70 communes s’étendant au nord-ouest du
département des Yvelines.
Il s’agit d’une forme d’intercommunalité plus intégrée, eu égard au nombre des compétences
obligatoires(10)
, portées à sept, dans les domaines suivants : développement économique,
aménagement de l’espace communautaire, équilibre social de l’habitat, politique de la ville,
gestion de services d’intérêt collectif, environnement et cadre de vie, accueil des gens
du voyage.
1.3.2.2. Une intercommunalité associative qui demeure complexe
La commune est membre de neuf syndicats intercommunaux (SI)(11)
compétents dans les
domaines suivants :
- eau, Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) et SI de distribution d’eau du
confluent (SIDEC) ;
- assainissement, SIA de Conflans Herblay (SIACH) ;
- déchets, SI pour la destruction des résidus urbains (SIDRU) ;
- aménagement, Syndicat mixte d’aménagement de gestion et entretien des berges de
la Seine et de l’Oise (SMSO) et d’études Paris Métropole ;
- transports, Syndicat mixte d’études pour la réouverture de la grande ceinture
(SMERGC) ;
- enfouissement des réseaux de télécommunication et d'électricité, SIERTECC ;
- santé, SI du centre hospitalier intercommunal Poissy-Saint-Germain-en-Laye.
Par délibération n° 33 du 29 septembre 2014, la commune a adhéré au Syndicat mixte pôle
métropolitain Grand Paris Seine Aval (mise en œuvre d’actions d’intérêt métropolitain,
promotion d’un modèle d’aménagement, développement durable et solidarité territoriale et
amélioration de l’attractivité du territoire Seine Aval à l’échelle régionale et nationale).
(7)
Cf. délibérations n° 6 et 7 du 15 décembre 2014.
(8)
Source : compte de gestion 2014.
(9)
Dispositif d’accueil et d’hébergement temporaire des personnes victimes de violence conjugale.
(10)
Ces compétences sont transférables de plein droit, aux termes de l’article L. 5215-20-I du CGCT.
(11)
A la date du 1er
janvier 2014, source : base de données BANATIC.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 12/126
Le financement de certains syndicats est réalisé par une participation budgétaire (SIACH,
SM d’études Paris Métropole). Pour quatre autres, la contribution est fiscalisée (SIDRU,
SIDEC, SMERGC et SIEP). La contribution la plus élevée et la plus dynamique concernait
jusqu’en 2013 le SIDRU (238 K€(12)
, en 2008, et 430 K€, en 2013, soit + 81 % sur la
période). Elle a contribué à équilibrer le budget de ce syndicat qui doit notamment faire face
au remboursement d’un emprunt contracté pour le financement de l’usine de traitement.
2. LA FIABILIE DES COMPTES
2.1. Le cadre budgétaire
Le système d’information budgétaire et comptable utilisé par la commune dispose des
fonctionnalités nécessaires à la préparation budgétaire et au suivi du budget, ainsi qu’à la
tenue de la chaîne budgétaire et comptable (cycle des dépenses et des recettes, opérations
de fin d’exercice).
Il existe des interfaces avec les applications de suivi de la dette, de gestion des ressources
humaines, de dématérialisation des pièces comptables et d’utilisation du parapheur
électronique de signature des bordereaux de titres et mandats.
2.1.1. La présentation et le vote du budget
2.1.1.1. La structure budgétaire
En 2014, le budget de 105 M€ au total est constitué essentiellement d’un budget principal et
de trois budgets annexes gérant des services publics industriels et commerciaux (SPIC) :
- Busphone, minibus réservable par téléphone pour un transport à l’intérieur du
territoire communal, relevant de l’instruction budgétaire et comptable M43 relative aux
services publics locaux de transport de personnes, budget annexe transféré à la
CCPAC fin 2014 ;
- Bâtiments industriels et commerciaux (BIC), service de location de bureaux/bâtiments
géré selon l’instruction budgétaire et comptable M4, applicable aux services publics
locaux industriels et commerciaux ;
- Service de l’assainissement, en application de l’instruction budgétaire et comptable
M49 applicable aux services publics d'assainissement et de distribution d'eau potable.
Le 29 juin 2015, un nouveau budget annexe a été ouvert pour suivre en régie le théâtre
Simone Signoret, à la suite de la dénonciation par l’association gestionnaire de la convention
la liant à la commune, en raison d’un désaccord sur les conditions d’exploitation matérielles
et financières consécutif à la baisse de subvention communale.
2.1.1.2. Le vote du budget
Le budget est voté par chapitre et par nature, sans articles spécialisés, ni individualisation
d’opérations d’équipement ou de recours au mécanisme des autorisations de programme-
crédits de paiement (AP/CP).
(12)
K€ : milliers d’euros.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 13/126
La commune a indiqué qu’une gestion des dépenses d’équipement en AP/CP suppose la
validation d’un plan pluriannuel d’investissement (PPI) à moyen terme, la pérennité de son
financement et la stabilisation du périmètre d’intervention de la commune, aujourd’hui
redessiné dans le cadre de la refonte de l’intercommunalité.
Le budget primitif (BP) est adopté au cours du premier quadrimestre(13)
de l’exercice auquel
il s’applique avec, depuis 2011, une reprise anticipée des résultats. Pour 2015, la reprise
au budget primitif a été de 4,8 M€. Selon la commune, cette option présente l’avantage
d’intégrer, dès le stade du budget primitif, les dotations et bases fiscales notifiées par les
services de l’État.
Toutefois, le mode de reprise n’est pas entièrement conforme aux dispositions de
l’article R. 2311-13 du CGCT qui exige une justification attestée par le comptable public des
résultats anticipés. En effet, « la reprise anticipée doit être justifiée par une fiche de calcul du
résultat prévisionnel établie par l’ordonnateur et attestée par le comptable, accompagnée,
soit du compte de gestion s’il a pu être établi à cette date, soit d’une balance et d’un tableau
des résultats de l’exécution du budget visé par le comptable et accompagnés de l’état des
restes à réaliser au 31 décembre ».
Ainsi, le budget primitif 2014, adopté le 28 avril 2014, avec reprise anticipée des résultats
2013(14)
, ne comportait pas d’état justificatif du résultat prévisionnel. Un extrait du compte de
gestion provisoire retraçant l’exécution du budget 2013 avait certes été joint, mais il était
dénué du visa du comptable. Le budget 2015 a également été voté sans respecter cette
obligation, car aucun état revêtu du visa du comptable n’a été fourni.
L’insertion dans les annexes budgétaires d’un état sui generis « engagements reportés »,
authentifié par l’ordonnateur, présentant en fait de manière détaillée les restes à réaliser,
permet cependant de satisfaire à la seconde exigence prévue, en cas de vote du budget
avec reprise anticipée des résultats.
La commune a précisé qu’elle veillera à disposer des justificatifs requis pour l’adoption des
prochains budgets avec reprise anticipée des résultats.
2.1.1.3. La tenue des annexes budgétaires
Hormis la fiabilité des données relatives aux effectifs de l’état C1.1 (cf. ressources
humaines), l’analyse des maquettes budgétaires (budgets primitifs et comptes administratifs)
fait ressortir une bonne tenue des annexes. Les états présentant l’encours de la dette en
fonction de l’exposition au risque, notamment, sont conformes au modèle de la circulaire du
25 juin 2010 relative aux produits financiers offerts aux collectivités locales et à leurs
groupements.
En application des dispositions de l’article L. 2313-1 du CGCT, les annexes A 7.3.1 et
A 7.3.2 relatives aux recettes de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
et dépenses afférentes ont été correctement renseignées jusqu’au transfert de cette
compétence(15)
.
(13)
Au plus tard le 15 ou 30 avril l'année du renouvellement des organes délibérants selon l’article L.1612-2 CGCT.
(14)
Résultat de fonctionnement cumulé excédentaire de 10 M€, affecté pour 4 M€ au compte 1068 « Excédent de
fonctionnement capitalisé » et pour 6 M€ en report à la section de fonctionnement. La section d’investissement ne faisait pas
apparaître de besoin de financement pour 2013, du fait d’un volume en restes-à-réaliser en recettes de 19 M€ couvrant le déficit
d’exécution de l’année et les restes-à-réaliser en dépenses.
(15)
La compétence a été transférée à la CCPAC au 1er
avril 2014.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 14/126
L’examen des documents budgétaires les plus récents, compte administratif (CA) 2014 et
budget primitif (BP) 2015, fait ressortir quelques imperfections dont les plus notoires sont :
- le défaut de mention des engagements financiers relatifs aux délégations de service
public dans l’état IV - C2 –, liste des organismes dans lesquels a été pris un
engagement financier ;
- absence de l’état IV - B.1.3 relatif aux contrats de crédit-bail, en dépit de l’existence
d’écritures au compte 6122 Crédit-bail mobilier (2 K€) ;
- omission de l’état IV - C.3.3 portant liste des services individualisés dans un budget
annexe.
En outre, il a été relevé que les décisions modificatives du budget adoptées par la commune
n’utilisent pas la maquette officielle(16)
. En effet, les tableaux joints à la délibération ne
permettent pas de vérifier l’équilibre réel du budget dans son ensemble.
La commune s’est engagée à apporter les modifications nécessaires à la bonne tenue des
annexes budgétaires. Elle entend cependant conserver le modèle existant des décisions
modificatives pour des raisons pratiques tout en adressant à la préfecture une version
dématérialisée conforme à la maquette officielle.
Recommandation n° 1 :
Adopter les décisions modificatives conformément aux instructions budgétaires et
comptables.
2.1.2. La formalisation des procédures budgétaires et comptables
Depuis le 13 septembre 2010, la saisie par les gestionnaires de crédits des bons de
commande et le circuit de visas administratifs (chef de service, service marchés, service
comptabilité) sont dématérialisés.
2.1.2.1. Une documentation partielle
La commune ne dispose pas d’un recueil de l’ensemble de ses procédures financières,
même si quelques processus, comme la dématérialisation ou les opérations de fin
d’exercice, font l’objet d’une documentation partielle par le service des finances.
Une fiche de procédure sur la dématérialisation des factures et le circuit de validation a
toutefois été établie le 1er
octobre 2014, afin de préparer les services au nouveau suivi des
factures dans le cadre de la dématérialisation complète de la chaîne d’exécution des
dépenses et des recettes, au 1er
janvier 2015(17)
.
Elle rappelle notamment les règles relatives à l’engagement de la dépense et à la vérification
du service fait tout en prévoyant une situation exceptionnelle, dérogatoire au principe
d’engagement préalable, en cas d’absence « d’engagement à rapprocher à la facture ».
(16)
Ce point avait été relevé par la sous-préfecture de Saint-Germain-en-Laye, le 14 octobre 2014.
(17)
En application du protocole d’échanges standard d’Hélios version 2 (PSV 2) avec les services du comptable public, la
dématérialisation concerne les titres, mandats, pièces justificatives et la signature électronique des bordereaux.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 15/126
Selon la commune, ce cas de figure est limité, au regard d’un taux d’engagement préalable
des dépenses mandatées de 95 % en 2013 et 2014. Elle a précisé qu’elle procédait à un
contrôle de disponibilité des crédits avant de mandater des dépenses non préalablement
engagées et qu’elle effectuait systématiquement un rappel à la règle auprès du service
concerné en cas de manquement.
Le service des finances élabore également chaque année une note en vue de la clôture
d’exercice. Adressée en octobre aux services, elle fixe ainsi une date limite d’émission des
bons de commande, rappelle le régime juridique des rattachements et des restes à réaliser,
et incite les services à relancer les fournisseurs pour envoi de leurs factures.
Elle prévoit ensuite, courant décembre, un point des engagements non soldés avec les
services gestionnaires de crédits, afin d’arrêter les montants des charges à rattacher et des
dépenses d’investissement à inscrire en restes à réaliser.
Cette procédure mériterait d’être complétée par un développement sur les rattachements
des produits et sur le rapprochement des inventaires physique et comptable, afin de mettre
à jour le patrimoine de la collectivité et de procéder aux écritures de fin d’exercice.
La collectivité a indiqué qu’elle amendera la procédure existante, en matière de rattachement
des produits, tout en faisant état de la difficulté à procéder à un rapprochement des
inventaires physique et comptable, au regard de l’investissement nécessaire et de son coût.
2.1.2.2. Une absence de suivi du délai global de paiement
Le délai global de paiement ne fait pas l’objet d’un suivi par la collectivité(18)
. Selon les
données recueillies auprès du comptable public, bien qu’encore supérieur au délai
réglementaire de 30 jours(19)
, en ce qui concerne le budget principal, il apparaît toutefois en
amélioration entre 2013 (32,9 jours) et 2014 (30,54 jours).
La commune a indiqué, sur ce point, que la dématérialisation devrait permettre d’avoir une
« pleine maîtrise des informations nécessaires au suivi du délai global de paiement (DGP) »,
grâce aux fonctionnalités du logiciel de numérisation des factures.
*
Au final, l’élaboration d’un recueil de procédures permettant de garantir la qualité des
informations comptables et budgétaires et d’améliorer l’efficacité des processus, incluant le
suivi du délai global de paiement, contribuerait aussi au respect du principe de l’engagement
préalable de la dépense.
2.1.3. Le processus d’élaboration budgétaire
2.1.3.1. Les lettres de cadrage et les débats d’orientation budgétaires (DOB)
Les modalités de préparation du budget sont détaillées chaque année dans une note de
cadrage adressée par le maire aux services et aux élus de secteur au cours du dernier
trimestre de l’année.
(18)
La commune a précisé, à cet égard, que son système d’information dispose d’une fonction d’alerte de dépassement de délai
à disposition des services.
(19)
Décret n° 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande
publique.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 16/126
Les propositions font l’objet d’un arbitrage final du maire, au début du premier trimestre
de l’année, en vue de la tenue du débat d’orientation budgétaire organisé dans les deux
mois précédant le vote, conformément aux dispositions des articles L. 2312-1 et L. 2531-1
du CGCT.
L’analyse des lettres de cadrage et des DOB, de 2008 à 2015, fait ressortir notamment les
priorités de gestion suivantes :
- à compter de 2011, la volonté de stabilité fiscale ;
- en matière d’investissement, l’entretien du patrimoine et la concentration des
dépenses d’équipement sur quelques projets déterminés ;
- le soutien au tissu associatif (budget de près de 3 M€ à plus de 200 associations),
malgré une réduction de 15 %, en 2015, dans un contexte de maîtrise de la dépense
publique ;
- la recherche de la maîtrise de l’endettement et de la sécurisation de la dette, compte
tenu de l’évolution défavorable des instruments de couverture souscrits par la
commune.
Jusqu’en 2014, la présentation de la dette était relativement succincte, sans information sur
l’exposition au risque de taux. Elle est plus détaillée dans les documents préparatoires aux
débats d’orientation budgétaire 2014 et 2015, avec une mention particulière sur les risques
financiers liés à l’évolution défavorable des contrats d’échanges de taux (« swaps »).
Si aucune information sur le niveau de risque des emprunts et des instruments de
couverture, selon la classification introduite à la fin de 2009 et reprise dans la circulaire du
ministre de l’intérieur du 25 juin 2010 sur les produits financiers offerts aux collectivités
territoriales, ne figure dans ces documents, une présentation est néanmoins disponible,
à compter de l’année 2012, dans une annexe budgétaire(20)
(budget primitif 2012 et compte
administratif 2011).
2.1.3.2. Une information plus détaillée est exigée dans le rapport d’orientations
budgétaires
En application de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale
de la République (NoTRe), modifiant l’article L. 2312-1 du CGCT, le rapport sur les
orientations budgétaires de la collectivité sera plus exigent en ce qui concerne l’information
de l’assemblée délibérante en matière d’endettement et de dépenses de personnel.
Le rapport devra ainsi inclure une présentation de la structure et de la gestion de la dette et
comporter un développement relatif aux dépenses de personnel (communes de plus de
10 000 habitants), portant notamment sur l'évolution prévisionnelle et l'exécution des
dépenses, les rémunérations, les avantages en nature et le temps de travail(21)
.
(20)
Cf. guide des états de la dette 2013 applicable aux documents budgétaires édités à partir du 1er
janvier 2013.
(21)
Un décret d’application précisera le contenu et les modalités de publication de ce rapport.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 17/126
2.1.3.3. Rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes
Comptant plus de 20 000 habitants, la commune a aussi l’obligation de présenter,
« préalablement aux débats sur le projet de budget », un « rapport sur la situation en matière
d'égalité entre les femmes et les hommes intéressant le fonctionnement de la commune, les
politiques qu'elle mène sur son territoire et les orientations et programmes de nature à
améliorer cette situation (…) »(22)
. Le contenu de ce rapport et les modalités de son
élaboration ont été fixés par le décret d’application n° 2015-761 du 24 juin 2015 créant
l’article D. 2311-16 du CGCT.
2.1.3.4. La programmation pluriannuelle des investissements
La commune utilise une programmation pluriannuelle de ses investissements pour arrêter
ses priorités. Le plan élaboré pour 2014-2018 envisageait une prévision de dépenses
d’équipement d’environ 44,4 M€, financée à hauteur de 19 M€ par les subventions et les
versements du fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA).
2.1.4. L’exécution budgétaire
2.1.4.1. La tenue de la comptabilité d’engagement
La comptabilité des engagements est tenue par le service des finances qui procède à une
revue des engagements deux fois l’an, en juin et en décembre, afin d’identifier ceux à solder
et ceux en attente de facturation.
2.1.4.2. Les rattachements de charges et de produits
La ville n’a pas défini de seuil minimum de rattachement des charges et des produits.
2.1.4.2.1. Le rattachement des charges
En volume, les charges rattachées ont oscillé, de 2009 à 2013, entre 1,7 M€ et 2,6 M€
(cf. annexe n° 1 – tableau n° 1). Conformément à la note annuelle de fin d’exercice, la
direction des finances détermine les charges à rattacher, après recensement des
engagements non soldés auprès des services, lesquels ont l’obligation de justifier ce
caractère non soldé(23)
.
Bien que cette exigence déclaratoire ne soit pas systématiquement respectée, l’impact
demeurerait minime. Cette procédure pourrait être améliorée en demandant aux services
gestionnaires d’y joindre la preuve du service fait (bon de livraison, procès-verbal de
réception de travaux).
(22)
Art. 61, codifié au CGCT à l’article L. 2311-1-2, en application de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014.
(23)
Par le renseignement d’un argumentaire pour la ligne concernée dans la liste des engagements non soldés, adressé aux
services par le service des finances.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 18/126
Le montant des charges à rattacher est définitivement arrêté en tenant compte de la journée
complémentaire pour clore l’exercice comptable, période au cours de laquelle les factures
reçues après le 31 décembre, mais correspondant à des fournitures livrées ou à des
prestations réalisées avant le 31 décembre, sont mandatées(24)
.
En dépit de cette facilité, le taux de rattachement apparaît quelque peu élevé par
comparaison avec un ordre de grandeur de 5 à 10 % généralement observé en rapportant
le total des factures non parvenues au montant du chapitre 011 des charges générales.
En l’espèce, le taux de rattachement constaté fluctue dans une fourchette de 14 % à 19 %,
au cours de la période 2009-2013 (cf. annexe n° 1 – tableau n° 1).
Recommandation n° 2 :
Fiabiliser le recensement des charges à rattacher par la production par les services
gestionnaires du justificatif du service fait.
La collectivité a précisé que l’état de rattachement des charges sera dorénavant visé par le
service gestionnaire et l’élu de secteur.
2.1.4.2.2. Le rattachement des produits
Les produits à recevoir, compris entre 1,3 M€ et 2 M€, de 2009 à 2013, sont effectivement
rattachés à l’exercice concerné. Selon les années, le ratio de rattachement varie entre
2,50 % et 3,70 % des produits de gestion(25)
(cf. annexe n° 1 – tableau n° 2).
La part prépondérante des rattachements concerne les participations attendues de la caisse
d’allocations familiales, versées notamment pour les structures d’accueil de la petite
enfance. Suivies au c/7478 « participations – autres organismes » (984 807,05 €), elles ont
représenté environ 52 % des rattachements, 1 885 765 €, en 2012.
2.1.4.3. Le taux d’exécution des crédits
2.1.4.3.1. L’évolution générale
Lors de la période 2009-2013, en section de fonctionnement, les taux d’exécution
(cf. annexe n° 1 – tableau n° 3) ont oscillé entre 96 % et 98 % des dépenses, les recettes
étant quant à elles réalisées légèrement au-delà de la prévision, ce qui atteste d’une
évaluation prudente (101 % à 106 %).
En investissement, le taux d’exécution des dépenses varie fortement d’une année à l’autre,
de 78 %, en 2009, à 37 %, en 2012, et 65 %, en 2013).
D’importantes annulations de crédits sont constatées en 2011 (13,6 M€) et 2012 (12,8 M€),
représentant respectivement 41 % et 42 % du total des crédits ouverts. Elles sont
consécutives à un moindre besoin de financement par l’emprunt (12,6 M€ en 2011 et 4,9 M€
en 2012) et à des réductions ou à des annulations de dépenses d’équipement (environ 1 M€,
en 2011, et 8 M€, en 2012(26)
).
(24)
La commune a indiqué que la répartition des écritures de fin d’exercice, entre mandatement pendant la journée
complémentaire et rattachement de charges, était stable au cours de la période, et s’élevait respectivement à 30 % et à 70 %.
(25)
Par simplification, ce sont la totalité des recettes de fonctionnement, hors produits financiers et exceptionnels. Cet agrégat
regroupe les comptes 70 à 75 et un compte de transfert de charge, le compte 791.
(26)
Aux chapitres 20, 21 et 23.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 19/126
Ces variations reflètent surtout un décalage dans le cycle de réalisation des investissements.
L’accélération en fin de mandature de plusieurs projets s’est en effet traduite par le
redressement du taux d’exécution des dépenses (65 %) et la quasi-disparition des
annulations de crédits (1 %) en 2013.
L’exécution des recettes d’investissement est similaire. Proche de 60 %, en 2009 et 2010,
le taux décroît sensiblement, en 2011 et 2012, pour atteindre 28 %, avant de se redresser
à 56 %, en 2013. Cette similarité se vérifie également pour les annulations de crédits dont
les montants sont du même ordre qu’en dépenses pour 2011 (11,9 M€) et 2012 (10,2 M€).
Ils correspondent principalement à la réduction du volume des emprunts et au décalage du
versement des subventions d’investissement, en 2013, en fonction de l’avancée des travaux.
2.1.4.3.2. Les crédits d’emprunts inscrits en recettes d’investissement, en 2013
Si, par nature, les prévisions de recettes sont évaluatives, contrairement aux inscriptions de
dépenses, au caractère limitatif, en 2013, c’est un montant de 21 M€ de crédits qui a été
inscrit en recettes au chapitre 16 (8 M€ de titres émis et 13 M€ de restes à réaliser),
nettement supérieur au montant inscrit au budget primitif (11,67 M€).
La commune a expliqué que cet écart correspondait à l’emprunt « Natixis », souscrit le
28 juin 2013, à la suite de la renégociation d’un contrat d’échange de taux avec cet
établissement, pour un total de 18 M€ et mobilisable en quatre tranches successives, de
2013 à 2016(27)
, dont 5 M€ mobilisés en 2013.
Nonobstant l’existence de ces tranches pluriannuelles, le montant cumulé d’emprunts
souscrits en 2013, par ailleurs, dépassait le plafond afférent à la délégation de signature
donnée au maire(28)
, en application de l’article L. 2122-22 du CGCT, à savoir un montant
maximum de 20 M€ par an, dans la limite des crédits inscrits au budget.
2.1.4.4. La sincérité des restes à réaliser en section d’investissement
Entre 2009 et 2013, les restes-à-réaliser ont représenté un volume élevé, accentué
conjoncturellement par le décalage de réalisation de plusieurs projets. Les restes à réaliser
ont représenté selon les années une part significative des recettes (entre 16 % et 34 %) et
des dépenses (entre 19 % et 34 % entre 2009 et 2012), voire même prépondérante avec
76 % en 2013 (cf. annexe n° 1 – tableau n° 3).
Lors de cette période, les restes à réaliser en dépenses ont oscillé entre 3,5 M€ et 9,5 M€,
en fonction du rythme de réalisation des projets lancés, par exemple, en 2013, le château
Gévelot, la maternelle Basses Roches, la halte fluviale, soit un taux compris entre 16 %
et 34 % des crédits ouverts.
S’agissant des recettes, le montant des restes-à-réaliser a fluctué de 6,1 M€ à 9,5 M€
entre 2009 et 2012 (19 % et 34 % des crédits ouverts), pour culminer à 19,2 M€, en 2013
(76 %), dont 13 M€ correspondant aux tranches 2014 à 2016 de l’emprunt précité.
(27)
La première tranche à mobiliser avant le 1er
septembre était de 4 M€, la seconde avant le 1er
septembre 2014 était de 6 M€,
les deux dernières de 4 M€ chacune.
(28)
Délibérations du 31 mars 2008 n° 1 et n° 2.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 20/126
Un suivi budgétaire, sous la forme d’autorisations de programme et de crédits de paiement,
aurait pu permettre de davantage lisser la réalisation des investissements et de réduire le
montant des restes à réaliser. La commune a convenu de l’intérêt de ce dispositif et a prévu
des actions de formation, afin d’appréhender au mieux le traitement juridique et des AP/CP,
au titre de l’exercice 2016.
2.1.4.5. L’affectation des résultats
Les résultats d’exécution budgétaire figurant dans les comptes administratifs sont
concordants avec les totaux des comptes de gestion. L’affectation des résultats ne fait
apparaître aucune anomalie pour le budget principal et les trois budgets annexes gérant des
services publics de nature industrielle ou commerciale (SPIC) en vigueur jusqu’en 2014.
Toutefois, la détermination des résultats des budgets annexes Bâtiments industriels et
commerciaux (BIC) et Busphone (service municipal qui assure un transport tout public à la
demande, à l’intérieur de la ville) appelle les observations ci-après.
2.1.4.5.1. La viabilité du budget Bâtiments Industriels et Commerciaux
Le résultat de clôture de la section d’exploitation, structurellement déficitaire pour les
exercices 2012, 2013 et 2014, n’a pas permis de couvrir le besoin en financement de
la section d’investissement pour 2012 et 2013, à hauteur respectivement de 55 983,40 € et
de 86 956,77 € (cf. annexe n° 1 – Tableau n° 4).
La récurrence de ce déficit d’exploitation pose la question de la viabilité de ce budget,
en dépit de versements de loyers par le budget principal, pour compenser la mise à
disposition, depuis 2011, de locaux au profit d’associations(29)
, qui viennent s’ajouter au loyer
acquitté depuis 2003 pour l’occupation par des services municipaux(30)
de terrains gérés par
le budget annexe Bâtiments industriels et commerciaux.
La commune a précisé que la mise en place des loyers n’était pas liée à la constatation d’un
déficit. Il y aurait donc lieu de considérer que ces loyers compenseraient des contraintes
particulières de fonctionnement de service public, ce qui serait conforme au principe
d’interdiction de financement d’un service public industriel et commercial sur les ressources
propres de la collectivité (L. 2224-1 du CGCT(31)
), défini à l’article L. 2224-2 1°du CGCT.
(29)
Décision du 22 juillet 2011 et conventions avec les associations : Hommes grenouilles du 11 mars 2012 à effet rétroactif
au 1er
septembre 2011, d’une durée d’un an reconductible sans limitation de durée, Union sportive conflanaise (USC)
du 23 décembre 2011, à effet rétroactif au 1er
septembre 2011, d’une durée d’un an reconductible sans limitation de durée
et Comité de quartier Romagné-Renouveau - non datée et d’une durée d’un an à compter de sa notification, reconductible dans
la limite de 5 ans.
(30)
Délibération du 29 septembre 2003.
(31)
L’article L. 2224-1 du CGCT prévoit que « les budgets des services publics à caractère industriel ou commercial exploités en
régie […] doivent être équilibrés en recettes et en dépenses ». L’article L. 2224-2 du CGCT « interdit aux communes de prendre en
charge dans leur budget propre des dépenses au titre des services publics visés à l'article L. 2224-1 ». Par exception limitativement
énumérée par l’article L. 2224-2 du CGCT, « le conseil municipal peut décider une telle prise en charge lorsque celle-ci est justifiée
par l'une des raisons suivantes :
1° Lorsque les exigences du service public conduisent la collectivité à imposer des contraintes particulières de fonctionnement ;
(…).
La décision du conseil municipal fait l'objet, à peine de nullité, d'une délibération motivée. Cette délibération fixe les règles de calcul
et les modalités de versement des dépenses du service prises en charge par la commune, ainsi que le ou les exercices auxquels
elles se rapportent. En aucun cas, cette prise en charge ne peut se traduire par la compensation pure et simple d'un déficit de
fonctionnement ».
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 21/126
Par ailleurs, il y a lieu de s’interroger sur la sincérité des prévisions de recettes de cessions
d’immobilisations, comprises entre 0,2 M€ et 1 M€ lors de la période 2009-2014, non suivies
d’exécution, de 2009 à 2013, ou pour un montant bien moindre en 2014, 0,27 M€, au lieu de
0,54 M€ (cf. annexe n° 1 – Tableau n° 5).
La commune a expliqué, à cet égard, que le budget annexe Bâtiments industriels et
commerciaux disposait d’un « potentiel de vente », mais que les cessions prévues au budget
ont subi un décalage dans le temps, notamment celles de deux terrains, initialement prévues
en 2011. La première, au bénéfice d’une association cultuelle, n’est intervenue qu’en 2014,
tandis que la seconde, en vue de l’implantation d’une clinique, n’a pas été réalisée après le
refus, en 2012, de l’agence régionale de santé (ARS) de donner suite à ce projet.
2.1.4.5.2. Le versement de subventions d’équilibre au budget Busphone (SPIC M43)
Le résultat d’exploitation, devenu déficitaire en 2013 (- 11 019,79 €), n’a pas non plus permis
de combler le besoin de financement de la section d’investissement (- 1 790,96 €). Le déficit
constaté en 2014, 10 741,35 €, et le solde d’exécution négatif de la section d’investissement,
30,64 €, ont été repris au budget principal de la commune par délibération du 30 mars 2015,
dans le cadre du transfert de la compétence à l’intercommunalité créée le 1er
janvier 2014.
Entre 2009 et 2013, ce budget annexe par ailleurs, aurait bénéficié d’une subvention
d’équilibre en provenance du budget principal (cf. annexe n° 1 – tableau n° 7), sans adoption
d’une délibération justifiant ces versements dérogatoires au principe d’équilibre précité des
services publics industriels et commerciaux.
Sans contester l’absence de délibération, la commune a mis en avant le rôle social de
ce mode de transport, créé il y a 37 ans, son activité en 2014, 15 000 voyages pour
400 usagers, et a souligné l’absence de tout financement extérieur pour justifier les
versements effectués avant le transfert à l’intercommunalité.
2.2. Le cadre comptable
2.2.1. Les travaux en régie
Les interventions du service technique, qui accroissent la valeur du patrimoine de la
collectivité, sont comptabilisées en travaux en régie (c/722).
Ils comprennent le prix des fournitures, augmenté du coût de la main d’œuvre,
correspondant au produit des heures de travail effectuées par un coût horaire calculé par
le service des ressources humaines. Un état récapitulatif détaillé est établi chaque année,
ce qui permet de justifier le montant à inscrire en opération d’ordre budgétaire.
Cette opération a pour effet de diminuer les charges de fonctionnement et d’augmenter
les dépenses d’investissement par une inscription dans un chapitre d’immobilisations. Cela
permet aussi de récupérer une partie de la taxe sur la valeur ajoutée payée sur les
fournitures par la voie du FCTVA. Ce suivi rigoureux pourrait être enrichi en indiquant, pour
chaque intervention valorisée, la référence au numéro d’inventaire du bien concerné.
En volume, ce poste a progressé de 28 %, entre 2009 et 2013, oscillant autour de 590 K€.
Ces travaux ont représenté en moyenne 7 % du résultat de clôture de fonctionnement, soit
une majoration du résultat en valeur de 538 K€ (cf. annexe n° 1 – tableau n° 8).
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 22/126
2.2.2. Les provisions
La collectivité n’a constitué aucune provision lors de la période examinée, en l’absence
notamment de risque pour contentieux.
La question se pose néanmoins au titre des pertes latentes liées aux instruments de
couverture détenus par la commune (cf. 3.5. La gestion de la dette). Cette dernière
s’interroge également sur le besoin de provisionner la charge future relative aux comptes
épargne-temps (cf. 4.4.1.5. Le compte épargne temps).
2.2.3. Le suivi patrimonial
2.2.3.1. Un rapprochement satisfaisant des états de l’ordonnateur et du comptable
Le rapprochement de l’inventaire de l’ordonnateur avec l’état de l’actif du comptable public et
le compte de gestion, au 31 décembre 2013, fait apparaître un écart minime, inférieur à 1 %
de la valeur nette patrimoniale (187 743 955 €)(32)
.
Il provient :
- de l’absence du compte 20423 « projets d’infrastructures d’intérêt national »
(103 337 € de valeur nette comptable) à l’inventaire ;
- d’une différence de 3 078 € entre les soldes inscrits à l’état de l’actif et à l’inventaire,
au titre du compte 2188 « autres immobilisations corporelles » ;
- des comptes 266 « autres formes de participation » (67 436 €), 271 « titres
immobilisés – droits de propriété » (45 735 €) et 275 « dépôts et cautionnements
versés » (13 335 €) non présents dans l’inventaire de la collectivité.
La collectivité a fait part de sa volonté de rectifier ces écarts.
2.2.3.2. Un bon suivi des immobilisations, à améliorer pour les biens délégués
Le suivi des immobilisations et la comptabilisation des amortissements pour les biens
amortissables sont concordants entre l’ordonnateur et le comptable public. Comme indiqué
précédemment, l’inventaire de l’ordonnateur ne contient aucune immobilisation financière.
Les immobilisations en cours sont régulièrement mises à jour et transférés aux comptes
d’imputation définitive, par opérations d’ordre non budgétaires (cf. annexe n° 1 –
tableau n° 9).
Il a toutefois été constaté que les biens dont la gestion est déléguée ne figuraient pas dans
le compte approprié c/241 « immobilisations mises en concessions ou en affermage ».
Par exemple, les équipements de la cuisine centrale (2,7 M€) et du centre nautique (7,4 M€
hors travaux ultérieurs de 0,5 M€), sont incorrectement inscrits au c/21318 « Autres
bâtiments publics ».
(32)
Source : compte de gestion 2013.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 23/126
Cette distinction comptable, rappelée par l’instruction M14 (tome 1, titre 1, chapitre 2,
classe 2, compte 24), est destinée à permettre un meilleur suivi de la valorisation de ces
biens délégués, notamment en cas d’amortissement, selon la nature amortissable ou non
de ces actifs.
En l’espèce, ces biens producteurs de revenus(33)
ne seraient pas soumis à l’obligation
d’amortissement lorsqu’ils sont affectés, directement ou indirectement, à l’usage du public ou
à un service public administratif, quelle que soit la modalité de gestion, au regard des
dispositions de l’article R. 2321-1 2° du CGCT.
Néanmoins, la valeur de la cuisine centrale demeure incertaine. Réalisée en 1988 dans
le cadre d’une concession(34)
et exploitée depuis lors en délégation, elle a été inscrite
tardivement à l’actif de la commune, en 2008, à la demande du comptable public.
Le montant retenu est en effet sujet à caution en raison d’une interrogation sur le mode
d’enregistrement des redevances de crédit-bail, selon l’instruction comptable M12 en vigueur
entre 1988 et 2006, d’un manque de fiabilité dans les écritures de clôture et de transfert de
soldes comptables, lors du passage en comptabilité M14, au 1er
janvier 1997, et de
l’incorporation éventuelle des travaux réalisés dans les offices des points de distribution.
À cet égard, la collectivité a indiqué qu’elle procéderait aux régularisations nécessaires, en
fonction du mode de gestion des équipements concernés.
2.2.3.3. Les règles d’amortissement
Les écritures d’amortissement du budget principal, comprises entre 1,5 M€ et 2,5 M€ par an,
de 2009 à 2014, sont équilibrées (cf. annexe n° 1 – tableau n ° 10), et sont conformes aux
durées adoptées par la collectivité. L’actualisation effectuée en 2014 a permis de préciser les
plages d’amortissement des budgets annexes SPIC, auparavant lacunaires.
Toutefois, la disposition prévoyant pour les budgets BIC et assainissement de débuter
l’amortissement l’année suivant celle de l’acquisition des biens(35)
n’est pas conforme à la
règle du prorata temporis, impliquant de constater l’amortissement lors de la mise en service
des actifs relevant d’un service public industriel et commercial(36)
. La commune a précisé
qu’elle appliquera ce mode d’amortissement pour les nouvelles acquisitions.
2.2.3.4. La gestion physique du stock du centre technique
Placé sous la responsabilité du service achats et marchés publics, le magasin entretient un
stock destiné à approvisionner les ateliers du service technique et à répondre aux besoins
des services municipaux en matière de fournitures informatiques et de bureau, de produits
d’entretien, de petit outillage et consommables, d’équipements de protection individuelle et
de vêtements de travail.
(33)
Par délibération du 29 septembre 2003, le conseil municipal a fixé à 25 ans la durée d’amortissement des immeubles
productifs de revenus acquis à compter du 1er
janvier 2004
(34)
Concession d’une durée totale de 15 ans selon le contrat signé le 6 janvier 1988 pour une durée de 7 ans, renouvelable
deux fois par tacite reconduction d’une durée de quatre ans. L’équipement a été financé par crédit-bail.
(35)
Cf. « pour les immobilisations acquises à partir du 1er
janvier, avec une première annuité en 2015 ».
(36)
cf. instruction M4, commentaires des comptes 28 « amortissements des immobilisations ».
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 24/126
Situé à proximité du centre technique, le magasin s’appuie sur quatre agents. Bien que d’une
valeur totale modeste d’environ 137 K€ au 1er
janvier 2015, il fait l’objet d’une vérification
annuelle, qui consiste à rapprocher les quantités détenues et le stock comptable, et cette
vérification constitue une amorce de contrôle interne. Les écarts constatés, qui tiennent
probablement à des erreurs de référencement, sont indiqués mais ne sont pas expliqués.
2.2.4. Les engagements hors bilan
2.2.4.1. Les garanties d’emprunt
La ville garantit un encours de dette de 72,3 M€, dont 98 % (70,8 M€) en faveur
d’organismes intervenant en faveur de logements aidés par l’état et le reste pour d’autres
organismes (1,5 M€). L’annuité totale garantie en 2013 est de 13,7 M€.
2.2.4.2. La convention de portage avec l’Établissement public foncier des Yvelines
Afin de conduire un projet de renouvellement urbain, comportant la reconversion d’un site
d’activités et d’emprises urbaines libérées par la relocalisation d’entreprises, la collectivité a
confié une mission de portage et de veille foncière à l’Établissement public foncier des
Yvelines (EPFY), par convention du 23 janvier 2009, pour une durée de quatre ans
prolongée par avenants jusqu’au 31 décembre 2014.
Au terme de cet accord, la commune s’engage, en fin de convention, à racheter ou à faire
racheter par des opérateurs le foncier acquis, majoré des frais annexes et du coût des
études diligentées par l’Établissement public foncier des Yvelines.
Les biens acquis par l’EPFY constituent des engagements hors bilan(37)
, recensés dans une
annexe budgétaire dédiée. Selon le compte administratif 2013, Ils s’élevaient à 10,7 M€,
dont 9,5 M€ acquis en 2013, en vue de reconvertir une superficie de 23 hectares dans
la construction de 300 logements incluant 28 % d’habitat locatif social (site « OTELLO »).
Pour ce projet, l’Établissement public foncier des Yvelines s’est engagé à assurer le portage
jusqu’à sa sortie opérationnelle, de sorte qu’en cas d’aléas générateurs de retards, la ville
n’ait pas à acquérir l’emprise.
2.2.5. Les régies
À la date du 31 décembre 2014, la commune disposait de 44 régies, dont 25 de recettes
et 19 d’avances, hors budget annexe BIC et budgets rattachés du centre communal d’action
sociale et de la caisse des écoles.
Dans le cadre de son plan de contrôle, le comptable public a vérifié, en 2013, le quart des
régies de la ville (11 contrôles), ainsi que celle du budget annexe BIC. Au regard de leur
nombre, la mise en place d’une régie centralisée, au titre des structures offrant des services
à la population, crèches par exemple, pourrait être envisagée avec intérêt.
Au demeurant, la collectivité a indiqué qu’elle réfléchissait à la réorganisation de ses régies.
(37)
Les engagements hors bilans sont définis par l’instruction M14 – tome 1 – titre 1 – chapitre 2 – classe 8.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 25/126
3. L’ANALYSE FINANCIERE
3.1. Périmètre de l’analyse et sources des données
L’analyse a essentiellement porté sur le budget principal, du fait du volume financier non
significatif des budgets annexes.
Les données financières, figurant en annexe n° 2, sont issues des fiches de la direction
générale des finances publiques (DGFiP) 2008-2013(38)
, complétées au besoin des comptes
administratifs et de gestion, ainsi que informations extraites de l’outil financier des juridictions
financières, ANAFI.
Les agrégats retenus par la DGFiP sont simplifiés et comprennent quelques retraitements
par rapport aux données des comptes administratifs (cf. encarts explicatifs en bas de
l’annexe n° 2).
Ces fiches comportent des ratios de comparaison de la situation de la collectivité avec
les moyennes de la strate d’appartenance, réunissant les communes de 20 000 à
50 000 habitants n'appartenant, jusqu’en 2014, à aucun groupement à fiscalité propre.
Ces ratios font ressortir une situation structurelle proche de la moyenne en fonctionnement,
mais des ratios dits de niveau (en €/habitant) moins favorables que la moyenne, notamment
pour les produits, en particulier la DGF, ce qui impacte l’autofinancement.
En investissement, si le niveau de dette par habitant est supérieur à la moyenne, celui des
dépenses d’équipement est moindre, surtout en début de période (2009-2011), puis
converge, en 2013, vers la moyenne de la strate.
3.2. L’évolution des charges et des produits
La commune réussit à dégager un résultat positif, de 2008 à 2013, qui oscille de 2,6 M€
à 4,7 M€. Il se contracte cependant fortement, en 2014, avec 41 K€ (cf. annexe n° 3 –
tableau n° 1). Cette brusque variation est la conséquence d’une différence significative
d’évolution des charges et des produits.
De 2008 à 2013, les charges évoluent à un rythme lissé de + 3 %, légèrement supérieur
à celui des produits, + 2,8 %, et cette différenciation s’est accrue en 2014. En volume,
la comparaison fait ressortir une forte baisse du total des produits, de 4 M€ en 2014
(53,3 M€), année de création de la communauté de communes de Poissy, Achères,
Conflans-Sainte-Honorine, alors que les charges ne diminuent que de 1,3 M€, pour atteindre
ce même total de 53,3 M€.
(38)
Accessibles via www.collectivites-locales.gouv.fr
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 26/126
3.2.1. Une décélération du rythme de progression des produits
En 2013, le total des produits s’élevait à 57 M€, répartis entre les produits fiscaux directs
(50 %) et indirects (11 %), la DGF (17 %), les autres produits (22 %), pour l’essentiel les
produits en provenance des services, du domaine, de la gestion et des dotations et
participations hors DGF.
En 2014, la baisse des produits est liée à la création de la communauté de communes
de Poissy, Achères et Conflans-Sainte-Honorine. Cette création s’est en effet accompagnée
d’un transfert de la fiscalité économique et de la TEOM vers la communauté, contre
le versement d’une attribution de compensation, ainsi que d’une diminution de la DGF.
Tableau n° 1 : Décomposition des produits
3.2.1.1. Les recettes de la fiscalité
Les recettes fiscales directes et indirectes (autres taxes), nettes des atténuations de
produits, représentent l’essentiel des ressources de fonctionnement de la commune, environ
60 %, au cours de la période 2008-2014.
La part de la fiscalité directe dans ce total, entre ces deux années, s’est aussi réduite
de 82 % à 76 %(39)
, pour atteindre un montant de 24,8 M€, ce qui reflète notamment,
en 2014, la modification du panier de recettes consécutive à la mise en place de
l’intercommunalité. Les impositions économiques (CVAE, CFE, IFER, TASCOM) et la taxe
d’enlèvement des ordures ménagères, qui s’élevaient respectivement à environ 4,5 M€(40)
et 4 M€, en 2013, sont désormais perçues par la communauté de communes de Poissy,
Achères et Conflans-Sainte-Honorine. Ce transfert a été pris en compte dans le calcul
de l’attribution de compensation de 6,3 M€ versée à la commune, à compter de 2014.
Principale ressource fiscale indirecte, la taxe additionnelle aux droits de mutations à titre
onéreux (DMTO), environ 1,4 M€ en fin de période, représentait 4 % des recettes.
(39)
Hors TEOM.
(40)
Source : État 1259 de notification des taux d’imposition des taxes directes locales pour 2013.
en milliers d'euros 2008 2009 2010 2011 2012 2013 %13/08 Tx évol.moy. 2014 %14/08 Tx évol.moy.
produits de fonctionnement 48 646 50 491 54 515 54 212 56 057 57 353 17,9% 2,8% 53 363 9,7% 1,3%
impôts 22 034 23 573 25 652 26 499 27 558 28 932 31,3% 4,6% 24 255 10,1% 1,4%
N/N-1 7,0% 8,8% 3,3% 4,0% 5,0%
autres taxes 5 486 5 383 6 133 6 602 6 446 6 116 11,5% 1,8% 8 301 51,3% 6,1%
N/N-1 -1,9% 13,9% 7,6% -2,4% -5,1%
dotation globale de fonctionnement 10 103 10 178 10 274 9 828 9 717 9 548 -5,5% -0,9% 5 665 -43,9% -7,9%
N/N-1 0,7% 0,9% -4,3% -1,1% -1,7%
autres 11 023 11 357 12 456 11 283 12 336 12 757 15,7% 2,5% 15 142 37,4% 4,6%
N/N-1 3,0% 9,7% -9,4% 9,3% 3,4%
Sources : fiches DGFiP et outil d'analyse financière ANAFI de la CRC à partir des comptes de gestion
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 27/126
Tableau n° 2 : Évolution des produits fiscaux nets (chapitre 73 net du 014)
Tableau n° 3 : Détail Contributions directes - taxes foncières, habitation et
cotisation foncière des entreprises (CFE)
Nota : l’écart entre le total de ce tableau et celui du précédent (montant du c/7311) provient d’une légère
différence de périmètre en fonction des sources et d’un éventuel surcroît de ressources lié à l’émission de rôles
supplémentaires, à titre de régularisation de l’année précédente.
2009 2010 2011 2012 2013 2014 BP 2015
chapitre 73 - impôts et taxes 73 29 087 31 915 33 574 34 683 36 062 33 674 35 773
contributions directes 7311 23 704 18 584 26 970 28 056 29 440 24 815 27 000
contributions directes taxes foncières et d'habitation
(yc cotisation foncière sur les entreprises - CFE)
73111 26 204 27 473 24 696 27 000
contributions directes cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises 73112 1 386 1 363
contributions directes taxe sur les surfaces commerciales 73113 370 433
contributions directes impositions forfaitaires sur les entreprises de réseaux 73114 24 26
autres impôts et taxes (dont compensation relais en 2010) 7318 7 199 1 70 144 120 0
attribution de compensation (à partir de 2014) 7321 6 320 6 300
taxe d'enlèvement des ordures ménagères 7331 3 841 4 025 4 094 4 062 4 138
taxes funéraires 7333 21 25 27 24 26 33 25
droits de place 7336 6 6 6 7 7 7 7
droits de stationnement 7337 8 302 350 353 322 327 278
autres taxes 7338 12 12 12 13 15 14 22
taxes sur les pylones électriques 7343 5 5 6 6 6 6 5
taxe sur l'électricité 7351 345 313 358 559 674 621 600
taxe de séjour 7362 19 63 66 68 67
taxe locale sur la publicité extérieure 7368 20 20 16 16 21 23 20
taxe additionnelle auxdroits de mutation 7381 1 124 1 424 1 714 1 524 1 349 1 440 1 450
chapitre 014 - atténuations de produits 014 131 131 472 679 1 014 1 117 1 017
dégrèvement au titre du plafonnement de TP sur la TVA 7391173 131 131
autres restitutions au titre de dégrèvements sur contributions directes 7391178 5 59
reversement sur FNGIR (au 739116 en 2011) 73923 472 497 502 502 510
reversement sur FPIC (7398 en 2012 2013) 73925 181 506 557 507
impôts et taxes "nets" des atténuations (73-014) 28 956 31 784 33 101 34 004 35 049 32 556 34 756
dont part fiscalité directe nette (7311-chap 014) hors TEOM 23 573 18 453 26 498 27 377 28 426 23 698 25 983
Ratios
ratio fiscalité directe hors TEOM 82% 58% 81% 83% 84% 76% 78%
taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) 13% 13% 12% 12% 12% 0% 0%
taxe additionnelle auxdroits de mutation (fiscalité indirecte) 4% 4% 5% 4% 4% 4% 4%
en milliers d’euros
sources : Comptes administratifs, BP2015 et outil d'analyse financière CRC (ANAFI).
Le montant des contributions directes (c/7311) de 18 584 K€ en 2010 n'inclut pas par construction le montant de la Dotation de compensation de réforme de la taxe professionnelle inscrite dans
le c/7318 pouir un montant de 7 199 K€. En additionnant les deux soldes, le montant "retraité des contributions directes" est de 25 783 K€.
Produits 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
taxe d'habitation 8 975 9 276 10 276 14 282 14 769 15 268 15 627 17 201
n/n-1 3,36% 10,78% 38,98% 3,41% 3,38% 2,35% 10,07%
taxe foncière bâti 6 752 7 325 7 966 8 237 8 477 8 814 8 990 9 615
n/n-1 8,48% 8,75% 3,41% 2,91% 3,97% 2,01% 6,95%
taxe foncière non bâti 49 51 43 46 44 42 44 48
n/n-1 4,69% -16,68% 7,66% -3,48% -5,41% 4,96% 8,58%
CFE de 2011 à 2013 (en 2010 comp relais) 6 405 6 805 7 045 2 388 2 466 2 700
6,24% 3,28% 9,45%
Total 22 181 23 457 25 330 24 953 25 756 26 824 24 662 26 863
n/n-1 5,75% 7,98% -1,49% 3,22% 4,14% -8,06% 8,93%
sans objet
sources : fiches DGFiPet état 1288 Mpour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 28/126
3.2.1.1.1. Les contributions directes
Les contributions directes, hors TEOM, représentent la moitié des recettes de
fonctionnement (cf. analyse rétrospective en l’annexe n° 2). Elles ont progressé de 31 %,
entre 2008 et 2013, sous l’effet de bases relativement dynamiques et d’une hausse des taux
de la fiscalité, en 2009 et 2010. La commune a procédé à une nouvelle hausse des taux,
en 2015, en réaction à la forte contraction de l’autofinancement observée en 2014.
3.2.1.1.1.1. Les bases fiscales
Les bases de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) ont
augmenté de manière régulière, autour de 3 % par an. Cette évolution est supérieure à la
seule revalorisation forfaitaire adoptée chaque année en loi de finances initiale.
En comparaison avec les communes de la même strate, les bases de la taxe d’habitation
sont supérieures de plus de 11 % (1 612 €/habitant, contre 1 432 € pour la strate).
Tableau n° 4 : Évolution des bases fiscales 2008 à 2015
La diminution prévisionnelle des bases de la TFPB, en 2015, résulte de la démolition,
en 2014, d’un bâtiment industriel (site « OTELLO ») pour permettre la construction de
logements dont la livraison était prévue en 2015.
3.2.1.1.1.2. Les taux d’imposition
Tableau n° 5 : Évolution des taux 2008 à 2015
Bases d'imposition en K€ 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Tx evol moy
08/13
Tx evol moy
08/14
revalorisation forfaitaire en LFI 1,60% 2,50% 1,20% 2,00% 1,80% 1,80% 0,90% 0,90%
taxe d'habitation 50 993 52 707 55 668 57 634 59 600 61 616 63 064 64 278 3,2% 3,1%
n/n-1 3,36% 5,62% 3,53% 3,41% 3,38% 2,35% 1,93%
taxe foncière bâti 43 897 46 067 47 756 49 384 50 819 52 839 53 899 53 386 3,1% 3,0%
n/n-1 4,94% 3,67% 3,41% 2,91% 3,97% 2,01% -0,95%
taxe foncière non bâti 136 141 112 115 111 105 110 111 -4,2% -2,9%
n/n-1 3,80% -20,57% 2,68% -3,48% -5,41% 4,96% 0,54%
CFE à partir de 2010 37 037 39 426 10 753 10 446 10 789 11 809
n/n-1 6,45% sans objet -2,86% 3,28% 9,45%
sources : fiches DGFiPet état 1288 M pour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1
Taux votés 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
taxe d'habitation 17,60% 17,60% 18,46% 24,78% 24,78% 24,78% 24,78% 26,76%
n/n-1 0,00% 4,89% 34,24% 0,00% 0,00% 0,00% 7,99%
taxe foncière bâti 15,38% 15,90% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 18,01%
n/n-1 3,38% 4,91% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 7,97%
taxe foncière non bâti 36,38% 36,38% 38,16% 40,01% 40,01% 40,01% 40,01% 43,21%
n/n-1 0,00% 4,89% 4,85% 0,00% 0,00% 0,00% 8,00%
CFE à partir de 2010 17,26% 17,26% 22,86% 22,86% 22,86% 22,86%
n/n-1 0,00% sans objet 0,00% 0,00% 0,00%
La hausse apparente des taux en 2011 résulte de la réforme de la fiscalité directe locale
Taux des taxes en % 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
taxe d'habitation 17,60% 17,60% 18,46% 24,78% 24,78% 24,78% 24,78% 26,76%
Moy. nationale de la strate 14,9% 14,9% 14,9% 23,1% 23,2% 23,2% 18,15% nc
taxe sur le foncier bâti 15,38% 15,90% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 18,01%
Moy. nationale de la strate 17,2% 17,2% 16,4% 17,5% 17,6% 18,0% 23,13% nc
taxe sur le foncier non bâti 36,38% 36,38% 38,16% 40,01% 40,01% 40,01% 40,01% 43,21%
Moy. nationale de la strate 50,9% 49,5% 49,5% 48,8% 48,1% 44,6% 57,16% nc
CFEà/c de 2010 (Taxe
professionnelle en 2008 et 2009)
17,26% 17,26% 22,86% 22,86% 22,86% 22,86% 0 0
Moy. nationale de la strate 14,9% 15,9% 23,2% 25,1% 25,0% 24,5% nc nc
sources : fiches DGFiPet état 1288 M pour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 29/126
Entre 2009 et 2011, les impôts ménages ont augmenté du fait des hausses décidées par
la commune et de la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité locale. La collectivité a
d’abord relevé de 3,4 %, en 2009, le taux de la TFPB, puis de 4,9 %, en 2010, celui des trois
taxes ménages.
Les taux ont également été modifiés à la suite de la suppression de la taxe professionnelle
en 2010(41)
, remplacée par la contribution économique territoriale, qui comprend la cotisation
foncière des entreprises (CFE), et par le transfert au bloc communal, en 2011, des parts
départementale de la taxe d’habitation et régionale de la TFPB.
Les taux sont demeurés inchangés jusqu’en 2015, se situant en dessous des taux moyens
de la strate, à l’exception de la taxe d’habitation. Imposition économique, la CFE a pour sa
part été transférée à l’intercommunalité, en 2014. Enfin, en 2015, la commune a revalorisé
de + 8 % les taux des taxes ménages, soit une augmentation de 2 points de la taxe
d’habitation, de 1,3 points de la TFPB et de 3,2 points de la taxe foncière sur les propriétés
non bâties.
Au regard de cette augmentation générale, les marges de manœuvre de la collectivité,
en matière de fiscalité directe, semblent désormais davantage sous contrainte.
3.2.1.1.1.3. Les abattements
Au cours de la période 2008-2014, la commune a maintenu des abattements à la base
de taxe d’habitation(42)
plus favorables que les minima légaux. En effet, comme le montre
le tableau ci-après, elle a instauré deux abattements facultatifs, en portant les taux respectifs
au maximum de la fourchette autorisée (entre 1 % et 15 %). Ils sont ainsi de 15 % pour les
abattements général et spécial à la base en faveur des foyers modestes. Elle a également
retenu un taux intermédiaire de 20 % pour l’abattement famille, pour la charge d’une
troisième personne.
Ces abattements représentent une ressource non mobilisée d’environ 4,6 M€, en 2014.
L’abattement général à la base, à titre illustratif, appliqué au taux maximum de 15 %, pourrait
constituer, une marge de manœuvre à la disposition de la collectivité, mais la commune
a précisé qu’elle souhaitait maintenir la stabilité fiscale.
Tableau n° 6 : Analyse des abattements à la base
(41)
Loi de finances 2010 n° 2009-1673 du 30 décembre 2009.
(42)
La collectivité n’applique pas d’exonération facultative de taxe foncière, prévue par l’article 1383 du code général des impôts,
pour les constructions nouvelles, reconstructions et additions de construction durant les deux années qui suivent celle de leur
achèvement.
source
ressource non
mobilisée
Type d'abattement Obligatoire Facultatif Voté Nb d'articles Abattements 2014
1) général à la base 1 à 15% 15% 13 410 11 166 157 € 2 766 974 €
2) pour charge de famille
1ère et 2ème personne 10% jusqu'à 20 % 10% 9 145 4 991 035 € 1 236 778 €
3ème personne et suivantes 15% jusqu'à 25 % 20% 1 442 1 527 592 € 378 537 €
3) spécial à la base 1 à 15% 15% 1 327 760 397 € 188 426 €
4) spécial handicapé 1 à 15% non voté 1
Totaux 18 445 181 € 4 570 716 €
article 1411 du CGI
état 1386 Bis TH K 2014
Conflans-Ste-Honorine
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 30/126
3.2.1.1.1.4. La contribution aux mécanismes de péréquation (FNGIR, FPIC)
Dans le cadre de la suppression de la taxe professionnelle, la commune a perçu, en 2010,
une compensation relais de 7,2 M€. La mise en place du nouveau panier de fiscalité
économique(43)
, en 2011, s’est accompagnée d’une participation au FNGIR de 472 K€, qui
a atteint 502 K€, en 2014.
Par ailleurs, la commune contribue de manière croissante au fonds national de péréquation
des recettes fiscales intercommunales et communales (FPIC), instauré en 2012.
Ce prélèvement a ainsi progressé de 181 K€, lors de l’entrée en vigueur du dispositif,
à 506 K€, en 2013, et 557 K€, en 2014.
Il a été maintenu à ce montant, en 2015, car la commune a bénéficié du choix de
la communauté d’agglomération(44)
de retenir une clé dérogatoire de répartition du FPIC
à l’échelle intercommunale, conduisant à faire peser davantage la charge de la contribution sur
l’EPCI que sur les communes adhérentes. Sinon, la charge se serait élevée à 678 K€,
en 2015.
Selon la collectivité, cette option intercommunale découlait de la volonté d’affecter aux
communes membres une partie du surplus de la dotation intercommunale issu de
la transformation de la communauté de communes en communauté d’agglomération,
au 1er
janvier 2015.
Les prélèvements sur ressources ne comportent pas de part « SRU » pour insuffisance de
logements sociaux (article 55 de la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la
solidarité et au renouvellement urbain)(45)
, car la commune satisfait au seuil réglementaire
de 20 % de logements sociaux sur son territoire. En 2014, le taux de logements sociaux était
de 20,44 %.
3.2.1.1.2. Les autres produits fiscaux
Majoritairement composés de la TEOM jusqu’en 2013 (4 M€), de la taxe additionnelle aux
droits de mutation ou à la taxe de publicité foncière (DMTO de 1,5 M€) et, dans une moindre
mesure, de la taxe sur l’électricité (0,6 M€) et des droits du stationnement (0,3 M€), devenu
payant en 2008(46)
, ces produits s’élevaient, en 2013, à 6,6 M€ (2,5 M€ hors TEOM).
(43)
Remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale, composée de la cotisation sur la valeur
ajoutée (CVAE) et la CFE, l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER) et la taxe sur les surfaces commerciales
(TASCOM).
(44)
Délibération n° 32 du 29 juin 2015.
(45)
Le taux de logements sociaux a été porté à 25 % d’ici 2025 par la loi n° 2013-61 du 18 janvier 2013, relative à la mobilisation
du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social, et ses décrets
d’application n° 2013-670 et n° 2013-671 du 24 juillet 2013.
(46)
Le stationnement payant a été institué parallèlement à la mise en place d’une délégation de service public, conclue du
3 juin 2006 au 2 juin 2020.
Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
S2-2160235/BB 31/126
Graphique n° 1 : Taxe additionnelle aux droits de mutation ou à la publicité foncière (K€)
Source : comptes administratifs, ANAFI et BP 2014 pour 2014, BP 2015
Étroitement liées à la vitalité du marché immobilier, les recettes de DMTO connaissent une
évolution aléatoire. Comme le montre le graphique ci-dessus, la commune a retenu une
prévision budgétaire relativement prudente quant au produit attendu de cette ressource,
soumise aux fluctuations de la conjoncture économique.
3.2.1.2. Les dotations et participations
Les dotations et participations ont diminué de 25 %, entre 2009 et 2014, pour s’établir
à 10,5 M€, au lieu de 14 M€ en début de période. Cette déflation provient essentiellement de
la baisse de la DGF, sous l’effet conjugué de la mise en place de l’intercommunalité et de
la contribution à l’effort national de redressement des comptes publics.
3.2.1.2.1. L’évolution de la dotation globale de fonctionnement (DGF)
La DGF a baissé de 44 %, entre 2009 et 2014, pour s’élever à 5,6 M€ (10,2 M€ en 2009).
Cette diminution devait s’accentuer en 2015 dans le cadre de la trajectoire nationale de
rétablissement de l’équilibre budgétaire, le montant versé n’étant plus que de 4,5 M€
(cf. annexe n° 3 – tableau n° 2).
La DGF perçue par la commune est demeurée inférieure à la moyenne de la strate
d’appartenance, au cours de la période examinée. Ainsi, le ratio par habitant était de 266 €
à Conflans, en 2013, alors que celui de la strate était de 340 €.
Comme le reflète le graphique ci-dessous, le décrochage observé en 2014 (5,6 M€), par
rapport à 2013 (9,5 M€), résulte principalement du transfert de la compensation de la part
salaire de la taxe professionnelle (CPS) de la dotation forfaitaire de la DGF à
l’intercommunalité, créée au 1er
janvier 2014, en application de l’article L. 2334 du CGCT(47)
.
(47)
Selon la commune, l’impact serait de 3,4 M€.
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes

Contenu connexe

Tendances

Mémoire modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
Mémoire   modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007Mémoire   modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
Mémoire modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
kkatia31
 
Differences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites priveesDifferences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites privees
Dominique Gayraud
 
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
Stanleylucas
 
4 1 reglement projet approuve septembre 2018
4 1 reglement  projet approuve septembre 20184 1 reglement  projet approuve septembre 2018
4 1 reglement projet approuve septembre 2018
Orgerus Mairie
 
1 rp projet approuve septembre 2018
1 rp   projet approuve septembre 20181 rp   projet approuve septembre 2018
1 rp projet approuve septembre 2018
Orgerus Mairie
 
Les outils de la performance industrielle
Les outils de la performance industrielleLes outils de la performance industrielle
Les outils de la performance industrielle
Mohamed Didi Houari
 
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Enzo KADRI
 
Exercice pro-et-deontologie-20132
Exercice pro-et-deontologie-20132Exercice pro-et-deontologie-20132
Exercice pro-et-deontologie-20132
Med Bijou
 
Cft version finale
Cft version finaleCft version finale
Cft version finale
PaysALOLucie
 
Guide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportationGuide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportation
Mohsen Tiss
 
Marketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticienMarketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticien
Faurie Christophe
 
Drees-passage retraite de 60 à 62 ans
Drees-passage retraite de 60 à 62 ansDrees-passage retraite de 60 à 62 ans
Drees-passage retraite de 60 à 62 ans
Société Tripalio
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
smemanager
 
Inria - Bilan social 2010
Inria - Bilan social 2010Inria - Bilan social 2010
Inria - Bilan social 2010
Inria
 
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au QuébecD’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
Prospection
 
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)Jaime Larivedroite
 
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010CCI Bretagne
 
Fiche 11 le recyclage des briques alimentaires
Fiche 11 le recyclage des briques alimentairesFiche 11 le recyclage des briques alimentaires
Fiche 11 le recyclage des briques alimentairesalliance-carton-nature
 
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
FactaMedia
 
Dic ocniid hd
Dic ocniid hdDic ocniid hd
Dic ocniid hdCniid
 

Tendances (20)

Mémoire modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
Mémoire   modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007Mémoire   modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
Mémoire modélisation stochastique des produits de prévoyance 2007
 
Differences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites priveesDifferences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites privees
 
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
Rapport Comité de Suivi pour le Financement et l'Institutionnalisation des P...
 
4 1 reglement projet approuve septembre 2018
4 1 reglement  projet approuve septembre 20184 1 reglement  projet approuve septembre 2018
4 1 reglement projet approuve septembre 2018
 
1 rp projet approuve septembre 2018
1 rp   projet approuve septembre 20181 rp   projet approuve septembre 2018
1 rp projet approuve septembre 2018
 
Les outils de la performance industrielle
Les outils de la performance industrielleLes outils de la performance industrielle
Les outils de la performance industrielle
 
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
 
Exercice pro-et-deontologie-20132
Exercice pro-et-deontologie-20132Exercice pro-et-deontologie-20132
Exercice pro-et-deontologie-20132
 
Cft version finale
Cft version finaleCft version finale
Cft version finale
 
Guide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportationGuide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportation
 
Marketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticienMarketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticien
 
Drees-passage retraite de 60 à 62 ans
Drees-passage retraite de 60 à 62 ansDrees-passage retraite de 60 à 62 ans
Drees-passage retraite de 60 à 62 ans
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
 
Inria - Bilan social 2010
Inria - Bilan social 2010Inria - Bilan social 2010
Inria - Bilan social 2010
 
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au QuébecD’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
D’égale à égal ? Un portrait statistique des femmes et des hommes au Québec
 
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)
Cahier des charges PINS version 1 (CCTP)
 
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010
Les groupements d'employeurs en Bretagne 2010
 
Fiche 11 le recyclage des briques alimentaires
Fiche 11 le recyclage des briques alimentairesFiche 11 le recyclage des briques alimentaires
Fiche 11 le recyclage des briques alimentaires
 
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
L'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile, relevé d'observations prov...
 
Dic ocniid hd
Dic ocniid hdDic ocniid hd
Dic ocniid hd
 

Similaire à Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes

Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
mquizon
 
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaineEvolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocainesiof
 
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-françaiseMonographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
Meriem Mekkaoui
 
L'analyse du bilan patrimonial
L'analyse du bilan patrimonialL'analyse du bilan patrimonial
L'analyse du bilan patrimonialTaha Can
 
Bilan social-inria-2010
Bilan social-inria-2010Bilan social-inria-2010
Bilan social-inria-2010Inria
 
9782212552447
97822125524479782212552447
9782212552447
Touati Hamza
 
Cours de-finance
Cours de-financeCours de-finance
Cours de-finance
Akobe Jean Stanislas Akobe
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiereKHALOUF
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - badWilliams Paolo Bella
 
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonnele
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonneleExtrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonnele
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonneleSandra Santana
 
Arrete des comptes / Téléchargeable sur : www.coursdefsjes.com
Arrete des comptes / Téléchargeable sur  : www.coursdefsjes.comArrete des comptes / Téléchargeable sur  : www.coursdefsjes.com
Arrete des comptes / Téléchargeable sur : www.coursdefsjes.com
cours fsjes
 
gestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerpgestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerp
HORIYASOFT
 
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entrepriseL'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
Idnition
 
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPFSuivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
LISEA
 
Mise en application réforme des retraites rapport information3629
Mise en application réforme des retraites rapport information3629Mise en application réforme des retraites rapport information3629
Mise en application réforme des retraites rapport information3629
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Rapport sénat prélèvement à la source
Rapport sénat prélèvement à la sourceRapport sénat prélèvement à la source
Rapport sénat prélèvement à la source
Société Tripalio
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
Collectif PAPERA
 
Inria - Bilan social 2011
Inria - Bilan social 2011Inria - Bilan social 2011
Inria - Bilan social 2011
Inria
 
Guide de l'epargne salariale
Guide de l'epargne salarialeGuide de l'epargne salariale
Guide de l'epargne salariale
BBK Management
 

Similaire à Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes (20)

Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
 
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaineEvolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
 
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-françaiseMonographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
Monographie de-la-région-tanger-tétouan-al-hoceima-2018-version-française
 
L'analyse du bilan patrimonial
L'analyse du bilan patrimonialL'analyse du bilan patrimonial
L'analyse du bilan patrimonial
 
Bilan social-inria-2010
Bilan social-inria-2010Bilan social-inria-2010
Bilan social-inria-2010
 
9782212552447
97822125524479782212552447
9782212552447
 
Cours de-finance
Cours de-financeCours de-finance
Cours de-finance
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
 
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonnele
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonneleExtrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonnele
Extrait ouvrage 65_outils_du_changement_arnaud_tonnele
 
Arrete des comptes / Téléchargeable sur : www.coursdefsjes.com
Arrete des comptes / Téléchargeable sur  : www.coursdefsjes.comArrete des comptes / Téléchargeable sur  : www.coursdefsjes.com
Arrete des comptes / Téléchargeable sur : www.coursdefsjes.com
 
gestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerpgestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerp
 
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entrepriseL'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
 
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPFSuivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
 
Mise en application réforme des retraites rapport information3629
Mise en application réforme des retraites rapport information3629Mise en application réforme des retraites rapport information3629
Mise en application réforme des retraites rapport information3629
 
Rapport sénat prélèvement à la source
Rapport sénat prélèvement à la sourceRapport sénat prélèvement à la source
Rapport sénat prélèvement à la source
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
 
Inria - Bilan social 2011
Inria - Bilan social 2011Inria - Bilan social 2011
Inria - Bilan social 2011
 
Guide de l'epargne salariale
Guide de l'epargne salarialeGuide de l'epargne salariale
Guide de l'epargne salariale
 
Système comptable financier
Système comptable financierSystème comptable financier
Système comptable financier
 

Plus de Frédéric GASNIER

Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la SeineEtude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
Frédéric GASNIER
 
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
Frédéric GASNIER
 
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à CergyNo mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
Frédéric GASNIER
 
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
Frédéric GASNIER
 
Invitation conférence de presse
Invitation conférence de presseInvitation conférence de presse
Invitation conférence de presse
Frédéric GASNIER
 
Livret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
Livret pédagogique de la Guerre des SeigneursLivret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
Livret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
Frédéric GASNIER
 
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
Frédéric GASNIER
 
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
Frédéric GASNIER
 
Boîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managersBoîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managers
Frédéric GASNIER
 
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
Frédéric GASNIER
 
Des startups d'Etat à l'Etat plateforme
Des startups d'Etat à l'Etat plateformeDes startups d'Etat à l'Etat plateforme
Des startups d'Etat à l'Etat plateforme
Frédéric GASNIER
 
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartierCalendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
Frédéric GASNIER
 
Planning des salles
Planning des sallesPlanning des salles
Planning des salles
Frédéric GASNIER
 
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
Frédéric GASNIER
 
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe SeineProjet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
Frédéric GASNIER
 
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés est un devoir f...
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés  est un devoir f...Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés  est un devoir f...
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés est un devoir f...
Frédéric GASNIER
 
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentesLes communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
Frédéric GASNIER
 
Cohesion n°14 juillet-août 2016
Cohesion n°14 juillet-août 2016Cohesion n°14 juillet-août 2016
Cohesion n°14 juillet-août 2016
Frédéric GASNIER
 
Revue de presse
Revue de presseRevue de presse
Revue de presse
Frédéric GASNIER
 
Réussir la révolution numérique
Réussir la révolution numériqueRéussir la révolution numérique
Réussir la révolution numérique
Frédéric GASNIER
 

Plus de Frédéric GASNIER (20)

Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la SeineEtude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
Etude : le tourisme fluvial dans la vallée de la Seine
 
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
Les chiffres du tourisme fluvial pour 2017
 
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à CergyNo mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
No mad land festival du voyage responsable du 15 au 17 juin à Cergy
 
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
Rapport du commissaire enqueteur sur la modification du PLU de Conflans Ste H...
 
Invitation conférence de presse
Invitation conférence de presseInvitation conférence de presse
Invitation conférence de presse
 
Livret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
Livret pédagogique de la Guerre des SeigneursLivret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
Livret pédagogique de la Guerre des Seigneurs
 
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
Rapport du Sénat sur les nouvelles technologies au service de la modernisatio...
 
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
GPSEO : PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES [DOCUMENT DE TRAVAIL]
 
Boîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managersBoîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managers
 
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
"CHERS SPECTATEURS ", LE MESSAGE DU CINEVILLE AUX CONFLANAIS
 
Des startups d'Etat à l'Etat plateforme
Des startups d'Etat à l'Etat plateformeDes startups d'Etat à l'Etat plateforme
Des startups d'Etat à l'Etat plateforme
 
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartierCalendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
Calendrier 2017 des manifestations du comité de quartier
 
Planning des salles
Planning des sallesPlanning des salles
Planning des salles
 
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
Le "gouvernement ouvert" à la française :un leurre ?
 
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe SeineProjet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
Projet Haropa 2030 : aménagement portuaire de l'Axe Seine
 
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés est un devoir f...
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés  est un devoir f...Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés  est un devoir f...
Le Barreau de Versailles rappelle que l'accueil des réfugiés est un devoir f...
 
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentesLes communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
Les communs à l'épreuve de la loi : perspectives juridiques récentes
 
Cohesion n°14 juillet-août 2016
Cohesion n°14 juillet-août 2016Cohesion n°14 juillet-août 2016
Cohesion n°14 juillet-août 2016
 
Revue de presse
Revue de presseRevue de presse
Revue de presse
 
Réussir la révolution numérique
Réussir la révolution numériqueRéussir la révolution numérique
Réussir la révolution numérique
 

Dernier

Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juinAnimations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Philippe Villette
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
nzigamasaboThadde
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
lecourrierdesstrateg
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 

Dernier (13)

Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juinAnimations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
Accord-cadre entre le Saint-Siège et la République du Burundi sur des matiere...
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 

Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes

  • 1. COMMUNE DE CONFLANS-SAINTE-HONORINE (78)  - CAHIER N° 1 - Exercices 2008 et suivants Observations définitives délibérées le 8 avril 2016 RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
  • 2.
  • 3. Commune de Conflans-Sainte-Honorine (78)– Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 2/126 SOMMAIRE SYNTHESE ........................................................................................................................................................... 5 RECOMMANDATIONS...................................................................................................................................... 8 OBSERVATIONS................................................................................................................................................. 9 1. INTRODUCTION............................................................................................................................................. 9 1.1. Rappel de procédure......................................................................................................................................... 9 1.2. Le précédent examen de la gestion .................................................................................................................. 9 1.3. Présentation générale de la commune ............................................................................................................ 10 1.3.1. Situation ...................................................................................................................................................... 10 1.3.2. Coopération intercommunale ...................................................................................................................... 10 2. LA FIABILIE DES COMPTES..................................................................................................................... 12 2.1. Le cadre budgétaire........................................................................................................................................ 12 2.1.1. La présentation et le vote du budget............................................................................................................ 12 2.1.2. La formalisation des procédures budgétaires et comptables ....................................................................... 14 2.1.3. Le processus d’élaboration budgétaire ........................................................................................................ 15 2.1.4. L’exécution budgétaire................................................................................................................................ 17 2.2. Le cadre comptable ........................................................................................................................................ 21 2.2.1. Les travaux en régie .................................................................................................................................... 21 2.2.2. Les provisions ............................................................................................................................................. 22 2.2.3. Le suivi patrimonial .................................................................................................................................... 22 2.2.4. Les engagements hors bilan ........................................................................................................................ 24 2.2.5. Les régies .................................................................................................................................................... 24 3. L’ANALYSE FINANCIERE ......................................................................................................................... 25 3.1. Périmètre de l’analyse et sources des données............................................................................................... 25 3.2. L’évolution des charges et des produits ......................................................................................................... 25 3.2.1. Une décélération du rythme de progression des produits............................................................................ 26 3.2.2. L’évolution dynamique des charges............................................................................................................ 32 3.3. Un autofinancement fortement érodé à compter de 2014............................................................................... 38 3.4. L’évolution de l’investissement et son financement ...................................................................................... 38 3.4.1. Des dépenses d’équipement relativement limitées...................................................................................... 38 3.4.2. Un financement quasi-exclusivement externe............................................................................................. 39 3.5. La gestion de la dette...................................................................................................................................... 39 3.5.1. Un désendettement temporaire suivie d’un ré-endettement rapide ............................................................. 39 3.5.2. Une gestion de la dette basée sur la souscription d’instruments de couverture........................................... 40 3.5.3. Une politique de provisionnement à définir ................................................................................................ 46 3.5.4. Inéligibilité au fonds de soutien .................................................................................................................. 46 3.5.5. L’aide de conseils........................................................................................................................................ 47 3.6. L’évolution du fonds de roulement ................................................................................................................ 47 3.7. Perspectives financières ................................................................................................................................. 48 3.7.1. Les pistes de l’audit de fin 2014 restent d’actualité .................................................................................... 48 3.7.2. Les mesures initiées et à poursuivre............................................................................................................ 48 3.7.3. Les incertitudes liées à la gestion active de la dette .................................................................................... 49
  • 4. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 3/126 4. LES RESSOURCES HUMAINES................................................................................................................. 49 4.1. Une obligation de meilleure qualité d’information sur les effectifs............................................................... 49 4.2. Organisation des services............................................................................................................................... 50 4.2.1. L’évolution des effectifs au cours de la période 2010-2014 ....................................................................... 50 4.2.2. L’externalisation des services ..................................................................................................................... 59 4.2.3. Les ressources humaines en perspective, à compter de 2015...................................................................... 61 4.3. Le temps de travail......................................................................................................................................... 63 4.3.1. L’organisation du temps de travail.............................................................................................................. 63 4.3.2. L’absence au travail en progression en 2014 .............................................................................................. 67 4.3.3. L’impact relativement minime des autres formes d’absentéisme................................................................ 72 4.4. La gestion des ressources humaines............................................................................................................... 73 4.4.1. Le rapport sur l’état de la collectivité (REC) .............................................................................................. 73 4.4.2. La gestion des carrières............................................................................................................................... 73 4.5. Le régime indemnitaire .................................................................................................................................. 75 4.5.1. Un régime redéfini en 2009......................................................................................................................... 75 4.5.2. Focus sur certains éléments indemnitaires .................................................................................................. 76 4.6. L’action sociale .............................................................................................................................................. 79 4.7. L’évolution de la masse salariale ................................................................................................................... 80 4.7.1. Les facteurs d’évolution ex ante et ex post ................................................................................................. 80 4.7.2. Autres éléments : personnel mis à disposition et assurance chômage......................................................... 83 5. LE CENTRE MUNICIPAL DE SANTE....................................................................................................... 85 5.1. Présentation générale.................................................................................................................................... 85 5.1.1. Historique.................................................................................................................................................... 85 5.1.2. Configuration du centre............................................................................................................................... 85 5.1.3. L’audit spécifique de 2013.......................................................................................................................... 85 5.2. Le fonctionnement du centre.......................................................................................................................... 86 5.2.1. La définition de l’action du centre : le projet de santé et le règlement intérieur ......................................... 86 5.2.2. Les effectifs................................................................................................................................................. 87 5.2.3. Le système d’information............................................................................................................................ 87 5.3. L’activité et la fréquentation .......................................................................................................................... 88 5.3.1. L’environnement de santé ........................................................................................................................... 88 5.3.2. Une connaissance de l’activité au travers du rapport annuel à améliorer.................................................... 88 5.3.3. La fréquentation : typologie et évolution .................................................................................................... 89 5.3.4. L’évolution de l’activité.............................................................................................................................. 92 5.4. La situation financière .................................................................................................................................. 95 5.4.1. Le coût de la structure................................................................................................................................. 95 5.4.2. Les recettes.................................................................................................................................................. 96 5.4.3. Les dépenses ............................................................................................................................................... 99 5.5. Le contrôle interne...................................................................................................................................... 100 5.5.1. Les régies d’avances et de recettes............................................................................................................ 100 5.5.2. La gestion des accès au système d’information et la prévention de la fraude ........................................... 100 5.5.3. La prise en charge du personnel de la collectivité..................................................................................... 101 5.6. Le suivi de l’audit de 2013 ......................................................................................................................... 101 ANNEXES ......................................................................................................................................................... 102 Annexe n° 1 : Données fiabilité des comptes...................................................................................................... 102 Annexe n° 2 : Analyse rétrospective 2008/2014................................................................................................. 106 Annexe n° 3 : Tableaux d’analyse financière...................................................................................................... 108 Annexe n° 4 : Historique et caractéristiques des quatre contrats d’échange de taux........................................... 110 Annexe n° 5 : Étude Rémunérations et charges sociales (RCS) per capita ........................................................ 114
  • 5. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 4/126 Annexe n° 6 : Tableau des heures supplémentaires par service.......................................................................... 119 Annexe n° 7 : Tableau des jours épargnés (CET) par an non cumulé................................................................. 120 Annexe n° 8 : Tableau sur impact des autorisations d’absence........................................................................... 121 Annexe n° 9 : Tableau sur avancement de grades............................................................................................... 123 Annexe n° 10 : Synoptique du régime indemnitaire ........................................................................................... 124 Annexe n° 11 : Effectifs du centre municipal de santé (CMS) ........................................................................... 125 GLOSSAIRE DES SIGLES ............................................................................................................................. 126
  • 6.
  • 7. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 5/126 SYNTHESE Commune des Yvelines de 35 000 habitants, dotée d’un budget annuel global d’environ 105 M€(1) et employant près de 814 agents(2) , Conflans-Sainte-Honorine connaît une situation financière qui s’est fortement détériorée, en 2014, révélant les fragilités de la gestion décelées au cours de la période 2008-2013. Une amélioration temporaire de l’endettement et de l’autofinancement L’analyse financière rétrospective fait ressortir que la collectivité a partiellement mis en œuvre la recommandation de la chambre, formulée lors du précédent examen de la gestion, de suivre une trajectoire financière de restauration de l’autofinancement et de maîtrise de l’endettement. De 2008 à 2014, l’encours de la dette du budget principal a d’abord diminué, entre 2008 et 2012, mais il a retrouvé, dès 2013, un montant équivalent à celui de 2008, autour de 45 M€. La dette s’est alourdie, en 2014, pour atteindre 48 M€, ce qui pose la question de sa soutenabilité. À cet égard, la souscription en 2013 d’un emprunt de 18 M€, mobilisable par tranches annuelles, a contribué et contribuera à augmenter l’encours jusqu’en 2016. L’autofinancement de la commune a quant à lui progressé pour atteindre un pic de 6 M€, en 2012. Les difficultés de gestion se sont matérialisées, en 2014, avec la dé-corrélation manifeste du rythme de progression des produits par rapport aux charges créant ainsi un « effet de ciseau ». Cette évolution a notamment été accentuée par la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et par la contribution croissante de la commune au fonds de péréquation des ressources communales et intercommunales (FPIC). Parallèlement, la mise en place des nouveaux ateliers pédagogiques (NAP), dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, ainsi que l’ouverture d’une structure en faveur de la petite enfance, ont contribué à l’accroissement des charges. L’autofinancement s’est ainsi fortement dégradé, pour se situer à 1,6 M€, en 2014, et il est devenu insuffisant pour couvrir le remboursement de l’annuité en capital des emprunts. La création de la communauté de communes de Poissy-Achères-Conflans-Sainte-Honorine, au 1er janvier 2014, devait être sans incidence financière pour la commune, compte tenu de la mise en place d’une attribution de compensation versée par la communauté, en contrepartie du transfert à cette dernière de la fiscalité économique et de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Une gestion de la dette qui expose fortement la collectivité au risque d’évolution défavorable des taux Afin de réduire la charge d’intérêts de sa dette, la commune a souscrit des instruments de couverture de taux. Cette démarche, certes, a généré des gains estimés à 1,8 M€, jusqu’en 2013, mais elle a eu pour corollaire une exposition grandissante de la collectivité au risque de taux, dans la mesure où les trois contrats d’échange de taux, de plus en plus structurés, offraient un taux dépendant de la fluctuation de parités monétaires, et notamment de l’euro vis-à-vis du franc suisse (CHF). À ce jour, la collectivité est ainsi confrontée, au titre de ces trois contrats, à un risque de perte potentielle qui a pu être évaluée à environ 15 M€. (1) M€ : millions d’euros (2) Effectifs exprimés en équivalent temps plein travaillé (ETPT).
  • 8. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 6/126 Face à ce risque financier, la commune a procédé, en 2013, à un réaménagement du contrat d’échange de taux présentant le risque le plus élevé. Ce réaménagement a consisté à prolonger de quatre ans, jusqu’au 1er janvier 2018, la phase au cours de laquelle le montant des intérêts est calculé selon un taux fixe. Cette sécurisation, qui n’est que temporaire et qui permet à la commune d’acquitter un taux moins onéreux que celui qui résulterait de la formule de calcul structurée, indexée sur la parité euro-CHF, n’est cependant pas exempte de coût. En effet, ce réaménagement a eu pour conséquence, au titre de ces quatre années, de prévoir un taux fixe de 5,90 %, nettement supérieur au taux précédent de 1,67 %. De plus, confrontée à un fort besoin de financement de ses investissements, en 2013, la commune a contracté auprès de l’établissement bancaire détenteur du contrat d’échange de taux, l’emprunt précité de 18 M€. L’offre de taux aurait vraisemblablement été plus avantageuse dans un contexte autre que celui de la négociation relative à la sécurisation du contrat ci-dessus. Une recommandation de provisionner à titre facultatif les instruments financiers à risque Du fait de ces montages financiers, réalisés avec l’aide de cabinets-conseils, 42 % de l’encours de la dette communale est désormais identifié F6, niveau le plus élevé en termes de risque, selon la classification de la circulaire du ministère de l’intérieur du 25 juin 2010 sur les produits financiers offerts aux collectivités. Compte tenu de ce niveau de risque et en particulier de l’incertitude relative au niveau des taux applicables à la sortie de la période de taux fixe, le 1er janvier 2018, du contrat d’échange de taux le plus exposé, il serait de bonne gestion de provisionner ces instruments financiers, en recourant au mécanisme de neutralisation budgétaire préconisé par le guide de la direction générale des finances publiques. Un effort de gestion à accomplir pour conforter la situation financière de la commune Face à la montée de la contrainte financière, la commune a pris des premières mesures, en 2015. Elles ont notamment pris la forme d’une augmentation de la fiscalité pesant sur les ménages et de la diminution de certaines dépenses, telles la réduction du volume des subventions aux associations ou la suppression des NAP. Ces premières actions sont appelées à se poursuivre par un effort de maîtrise des charges de gestion, afin de restaurer un autofinancement rendant possible tout à la fois la réalisation des investissements nécessaires au maintien des services à la population et le contrôle de l’endettement. Des marges en matière de gestion des ressources humaines À cet égard, l’analyse de la gestion des ressources humaines fait ressortir des marges de manœuvre en matière de gestion du temps de travail et de l’absentéisme, et de pilotage de la masse salariale. Il a été notamment constaté que la durée réellement travaillée par agent, environ 1 565 heures, était inférieure à la durée légale de 1 607 heures, ce qui représente un coût théorique d’environ 0,6 M€ par an ou l’équivalent de près de 20 agents. Le coût de l’absentéisme, en progression en 2014, a quant à lui pu être évalué à environ 1,5 M€ par an.
  • 9. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 7/126 Pour mener à bien son projet de maîtrise de la masse salariale, la collectivité devra veiller à disposer d’un état des effectifs fiable, ce qui implique de renseigner avec exactitude les documents budgétaires sur l’état du personnel et le rapport sur l’état de la collectivité. Pour le suivi du personnel, il apparaît également souhaitable de renforcer le pilotage du service des ressources humaines auprès des autres services. Par ailleurs, en application de la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République modifiant l’article L. 2311-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT), la collectivité devra désormais élaborer un rapport sur les orientations budgétaires comportant une information fiable sur la gestion des effectifs et les dépenses de personnel. Une amélioration du pilotage de la gestion du centre municipal de santé Le centre de santé est une structure de soins de proximité à vocation sociale. Son activité est déficitaire, autour de 0,3 M€ par an, avec un taux de couverture des charges de fonctionnement de 70 % à 75 %. Afin de réduire le déficit du centre et de se rapprocher de l’équilibre, à l’horizon 2016, la collectivité a lancé, en 2015, les actions préconisées par un audit réalisé en 2013. Pour atteindre cet objectif, il serait souhaitable de renforcer les outils de suivi d’activité existants et de rechercher l’entière maîtrise du processus des recettes. Le premier indicateur, à cet égard, sera la capacité du centre municipal de santé à calculer et à suivre le taux de rejet de remboursement par les organismes de sécurité sociale. Une intercommunalité en construction accélérée Membre de la communauté de communes de Poissy-Achères-Conflans-Sainte-Honorine, créée le 1er janvier 2014, devenue communauté d’agglomération au 1er janvier 2015, la commune fait désormais partie, depuis le 1er janvier 2016, de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine et Oise, issue du regroupement de six intercommunalités existantes, qui s’étend au nord-ouest du département des Yvelines. Cet établissement de coopération intercommunale, qui réunit plus de 400 000 habitants appartenant à 70 communes, a pris la forme d’une communauté urbaine.
  • 10.
  • 11. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 8/126 RECOMMANDATIONS Au terme de ses travaux, la chambre adresse les recommandations suivantes : FIABILITE DES COMPTES Recommandation n° 1 : …………………………………………………………………..page 14 Adopter les décisions modificatives conformément aux instructions budgétaires et comptables. Recommandation n° 2 : …………………………………………………………………..page 18 Fiabiliser le recensement des charges à rattacher par la production par les services gestionnaires du justificatif du service fait. Recommandation n° 3 : …………………………………………………………………..page 46 Provisionner les instruments de couverture des emprunts présentant un risque, selon le mécanisme de neutralisation budgétaire préconisé par la Direction générale des finances publiques (DGFiP). RESSOURCES HUMAINES Recommandation n° 4 : …………………………………………………………………..page 78 Clarifier les règles d’utilisation du parc de véhicules en procédant à une révision des autorisations de remisage et d’attribution éventuelle de véhicules de fonction. Recommandation n° 5 : …………………………………………………………………..page 78 Améliorer le suivi des articles technologiques (téléphones mobiles et tablettes). CENTRE MUNICIPAL DE SANTE Recommandation n° 6 : …………………………………………………………………..page 88 Actualiser le règlement intérieur du centre municipal de santé. Recommandation n° 7 : …………………………………………………………………..page 98 Établir et suivre le taux de rejet de paiement des organismes de sécurité sociale et des mutuelles.
  • 12.
  • 13. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 9/126 « La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration » Article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen OBSERVATIONS 1. INTRODUCTION 1.1. Rappel de procédure Par lettre en date du 13 janvier 2015, le maire de Conflans-Sainte-Honorine, M. Laurent Brosse, a été informé de l’ouverture de l’examen de la gestion de la commune, pour les exercices 2008 et suivants. M. Philippe Esnol, précédemment en fonction jusqu’en mars 2014, a été avisé par lettre du 14 janvier 2015. La chambre régionale des comptes d’Île-de-France, délibérant en sa 6ème section a adopté le présent rapport d’observations définitives, qui constitue le premier cahier de l’examen de la gestion de la commune. Ce rapport porte sur la fiabilité des comptes, la situation financière, la gestion des ressources humaines, thème traité de manière approfondie dans le cadre d’une enquête nationale des juridictions financières, et sur le centre de santé municipal. Ce rapport a été arrêté au vu des observations provisoires communiquées au préalable à M. Brosse et à M. Esnol, ainsi que de la réponse de M. Brosse, enregistrée au greffe le 7 mars 2016. Ont participé au délibéré, qui s’est tenu le 8 avril 2015 et qui a été présidé par M. Geneteaud, président de section, Mme Banderet, première conseillère, M. Gillet, premier conseiller. Ont été entendus : - en son rapport, M. Gillet, premier conseiller ; - en ses conclusions, sans avoir pris part au délibéré, le procureur financier. Mme Bernier, auxiliaire de greffe, assurait la préparation de la séance de délibéré et tenait les registres et dossiers. 1.2. Le précédent examen de la gestion Dans son précédent rapport du 23 avril 2009, portant sur les exercices de 2001 à 2007, la chambre avait souligné la fragilité structurelle des équilibres financiers de la commune. Reflet d’un faible niveau de ressources de gestion(3) et d’un endettement élevé, la capacité d’autofinancement (Caf) nette était demeurée négative sur toute la période, à l’exception de 2006. Elle avait recommandé à la commune d’être « très ferme sur la maîtrise de son endettement et de poursuivre ses efforts […] pour améliorer sa capacité d’autofinancement ». (3) La collectivité avait insisté sur le manque de transparence du calcul de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et ses incidences sur l’autonomie financière. Elle a ensuite engagé un recours devant le Tribunal administratif pour demander la révision du montant de la DGF et réclamer une indemnisation de 7,25 M€ au titre des exercices 2005 à 2009. Ce recours, introduit le 4 février 2010, a été rejeté par jugement du 13 mai 2013.
  • 14. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 10/126 Par ailleurs, la chambre avait étudié les relations de la commune avec cinq associations sportives recevant des subventions supérieures à 23 000 € par an et constaté l’absence d’outil d’évaluation de la politique de soutien aux clubs sportifs comme, par exemple, la conclusion d’un contrat annuel ou pluriannuel d’objectifs et de performance. Elle avait également noté des insuffisances dans la tenue des dossiers de subvention, en l’absence des documents requis par le code du sport(4) . La collectivité a depuis lors amélioré le suivi des subventions. 1.3. Présentation générale de la commune 1.3.1. Situation Située à 25 kilomètres au nord-ouest de Paris et occupant une superficie de 990 hectares, la commune de Conflans-Sainte-Honorine tire son nom de sa position à la confluence de la Seine et de l’Oise. Au 1er janvier 2014, elle comptait, selon l’Institut national de la statistique et des études économique (Insee), 35 582 habitants. Haut lieu de la batellerie qui a connu son apogée au 19ème siècle, elle accueille depuis 1966 un musée dédié à cette activité et qui a rouvert ses portes, en juin 2015, après deux années de travaux. Au titre des équipements spécifiques, la commune est dotée d’un centre municipal de santé (CMS), d’une cuisine centrale exploitée en délégation de service public (DSP) et d’un centre aquatique, dont la gestion est également déléguée. 1.3.2. Coopération intercommunale 1.3.2.1. Une intercommunalité très récente Avec les communes de Poissy et d’Achères, Conflans-Sainte-Honorine a formé, le 1er janvier 2014, la communauté de communes de Poissy, Achères et Conflans-Sainte- Honorine (CCPAC), forte de 92 850 habitants. Cette création a été précédée d’études préalables(5) relatives à la définition du périmètre des compétences et à ses impacts financiers, réalisées sous le pilotage d’une association de préfiguration. Au final, la communauté a retenu deux compétences obligatoires, l’aménagement de l’espace communautaire et le développement économique, et quatre compétences optionnelles, l’environnement, l’action sociale, la voirie et la santé. Du fait des modifications attendues de la carte intercommunale, en application de la loi n° 2014-58 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, l’établissement public intercommunal (EPCI) a retenu une organisation souple, reposant sur les moyens des communes-membres(6) . (4) Notamment les rapports d’utilisation réelle des subventions versées et prévisionnelle des subventions sollicitées, en application de l’article R. 113-3 du code du sport. (5) Source : rapport final remis en décembre 2013. (6) Habilitée par la délibération n° 23 du 3 février 2014, Conflans-Sainte-Honorine a signé la convention quadripartite du 17 février 2014, permettant aux communes membres de mandater les dépenses et de recouvrer les recettes afférentes aux compétences de la CCPAC jusqu’au 30 avril 2014, dans l’attente de l’adoption de son premier budget.
  • 15. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 11/126 Des transferts de charges et des mises à disposition d’actifs(7) , pour une valeur d’environ 1,8 M€(8) , sont intervenus dès 2014. Ils ont concerné les ordures ménagères, les transports urbains (lignes de bus et service de transport à la demande Busphone), le dispositif FLORA(9) , ainsi que certaines subventions et actions liées au développement économique ou à l’environnement. Au 1er janvier 2015, la communauté de communes s’est transformée en communauté d’agglomération en accueillant deux nouvelles compétences obligatoires, l’équilibre social de l’habitat et la politique de la ville. Ce changement de dénomination présentait notamment un intérêt financier, avec le passage de la dotation d’intercommunalité de 0,6 M€, en 2014, à 3 M€, en 2015. Enfin, aux termes des arrêtés du préfet des Yvelines n° 2015362-0002 et n° 2015362-0003 du 28 décembre 2015, la communauté a fusionné, au 1er janvier 2016, avec 5 autres intercommunalités pour constituer Grand Paris Seine et Oise, communauté urbaine de 400 000 habitants, répartis dans plus de 70 communes s’étendant au nord-ouest du département des Yvelines. Il s’agit d’une forme d’intercommunalité plus intégrée, eu égard au nombre des compétences obligatoires(10) , portées à sept, dans les domaines suivants : développement économique, aménagement de l’espace communautaire, équilibre social de l’habitat, politique de la ville, gestion de services d’intérêt collectif, environnement et cadre de vie, accueil des gens du voyage. 1.3.2.2. Une intercommunalité associative qui demeure complexe La commune est membre de neuf syndicats intercommunaux (SI)(11) compétents dans les domaines suivants : - eau, Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) et SI de distribution d’eau du confluent (SIDEC) ; - assainissement, SIA de Conflans Herblay (SIACH) ; - déchets, SI pour la destruction des résidus urbains (SIDRU) ; - aménagement, Syndicat mixte d’aménagement de gestion et entretien des berges de la Seine et de l’Oise (SMSO) et d’études Paris Métropole ; - transports, Syndicat mixte d’études pour la réouverture de la grande ceinture (SMERGC) ; - enfouissement des réseaux de télécommunication et d'électricité, SIERTECC ; - santé, SI du centre hospitalier intercommunal Poissy-Saint-Germain-en-Laye. Par délibération n° 33 du 29 septembre 2014, la commune a adhéré au Syndicat mixte pôle métropolitain Grand Paris Seine Aval (mise en œuvre d’actions d’intérêt métropolitain, promotion d’un modèle d’aménagement, développement durable et solidarité territoriale et amélioration de l’attractivité du territoire Seine Aval à l’échelle régionale et nationale). (7) Cf. délibérations n° 6 et 7 du 15 décembre 2014. (8) Source : compte de gestion 2014. (9) Dispositif d’accueil et d’hébergement temporaire des personnes victimes de violence conjugale. (10) Ces compétences sont transférables de plein droit, aux termes de l’article L. 5215-20-I du CGCT. (11) A la date du 1er janvier 2014, source : base de données BANATIC.
  • 16. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 12/126 Le financement de certains syndicats est réalisé par une participation budgétaire (SIACH, SM d’études Paris Métropole). Pour quatre autres, la contribution est fiscalisée (SIDRU, SIDEC, SMERGC et SIEP). La contribution la plus élevée et la plus dynamique concernait jusqu’en 2013 le SIDRU (238 K€(12) , en 2008, et 430 K€, en 2013, soit + 81 % sur la période). Elle a contribué à équilibrer le budget de ce syndicat qui doit notamment faire face au remboursement d’un emprunt contracté pour le financement de l’usine de traitement. 2. LA FIABILIE DES COMPTES 2.1. Le cadre budgétaire Le système d’information budgétaire et comptable utilisé par la commune dispose des fonctionnalités nécessaires à la préparation budgétaire et au suivi du budget, ainsi qu’à la tenue de la chaîne budgétaire et comptable (cycle des dépenses et des recettes, opérations de fin d’exercice). Il existe des interfaces avec les applications de suivi de la dette, de gestion des ressources humaines, de dématérialisation des pièces comptables et d’utilisation du parapheur électronique de signature des bordereaux de titres et mandats. 2.1.1. La présentation et le vote du budget 2.1.1.1. La structure budgétaire En 2014, le budget de 105 M€ au total est constitué essentiellement d’un budget principal et de trois budgets annexes gérant des services publics industriels et commerciaux (SPIC) : - Busphone, minibus réservable par téléphone pour un transport à l’intérieur du territoire communal, relevant de l’instruction budgétaire et comptable M43 relative aux services publics locaux de transport de personnes, budget annexe transféré à la CCPAC fin 2014 ; - Bâtiments industriels et commerciaux (BIC), service de location de bureaux/bâtiments géré selon l’instruction budgétaire et comptable M4, applicable aux services publics locaux industriels et commerciaux ; - Service de l’assainissement, en application de l’instruction budgétaire et comptable M49 applicable aux services publics d'assainissement et de distribution d'eau potable. Le 29 juin 2015, un nouveau budget annexe a été ouvert pour suivre en régie le théâtre Simone Signoret, à la suite de la dénonciation par l’association gestionnaire de la convention la liant à la commune, en raison d’un désaccord sur les conditions d’exploitation matérielles et financières consécutif à la baisse de subvention communale. 2.1.1.2. Le vote du budget Le budget est voté par chapitre et par nature, sans articles spécialisés, ni individualisation d’opérations d’équipement ou de recours au mécanisme des autorisations de programme- crédits de paiement (AP/CP). (12) K€ : milliers d’euros.
  • 17. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 13/126 La commune a indiqué qu’une gestion des dépenses d’équipement en AP/CP suppose la validation d’un plan pluriannuel d’investissement (PPI) à moyen terme, la pérennité de son financement et la stabilisation du périmètre d’intervention de la commune, aujourd’hui redessiné dans le cadre de la refonte de l’intercommunalité. Le budget primitif (BP) est adopté au cours du premier quadrimestre(13) de l’exercice auquel il s’applique avec, depuis 2011, une reprise anticipée des résultats. Pour 2015, la reprise au budget primitif a été de 4,8 M€. Selon la commune, cette option présente l’avantage d’intégrer, dès le stade du budget primitif, les dotations et bases fiscales notifiées par les services de l’État. Toutefois, le mode de reprise n’est pas entièrement conforme aux dispositions de l’article R. 2311-13 du CGCT qui exige une justification attestée par le comptable public des résultats anticipés. En effet, « la reprise anticipée doit être justifiée par une fiche de calcul du résultat prévisionnel établie par l’ordonnateur et attestée par le comptable, accompagnée, soit du compte de gestion s’il a pu être établi à cette date, soit d’une balance et d’un tableau des résultats de l’exécution du budget visé par le comptable et accompagnés de l’état des restes à réaliser au 31 décembre ». Ainsi, le budget primitif 2014, adopté le 28 avril 2014, avec reprise anticipée des résultats 2013(14) , ne comportait pas d’état justificatif du résultat prévisionnel. Un extrait du compte de gestion provisoire retraçant l’exécution du budget 2013 avait certes été joint, mais il était dénué du visa du comptable. Le budget 2015 a également été voté sans respecter cette obligation, car aucun état revêtu du visa du comptable n’a été fourni. L’insertion dans les annexes budgétaires d’un état sui generis « engagements reportés », authentifié par l’ordonnateur, présentant en fait de manière détaillée les restes à réaliser, permet cependant de satisfaire à la seconde exigence prévue, en cas de vote du budget avec reprise anticipée des résultats. La commune a précisé qu’elle veillera à disposer des justificatifs requis pour l’adoption des prochains budgets avec reprise anticipée des résultats. 2.1.1.3. La tenue des annexes budgétaires Hormis la fiabilité des données relatives aux effectifs de l’état C1.1 (cf. ressources humaines), l’analyse des maquettes budgétaires (budgets primitifs et comptes administratifs) fait ressortir une bonne tenue des annexes. Les états présentant l’encours de la dette en fonction de l’exposition au risque, notamment, sont conformes au modèle de la circulaire du 25 juin 2010 relative aux produits financiers offerts aux collectivités locales et à leurs groupements. En application des dispositions de l’article L. 2313-1 du CGCT, les annexes A 7.3.1 et A 7.3.2 relatives aux recettes de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) et dépenses afférentes ont été correctement renseignées jusqu’au transfert de cette compétence(15) . (13) Au plus tard le 15 ou 30 avril l'année du renouvellement des organes délibérants selon l’article L.1612-2 CGCT. (14) Résultat de fonctionnement cumulé excédentaire de 10 M€, affecté pour 4 M€ au compte 1068 « Excédent de fonctionnement capitalisé » et pour 6 M€ en report à la section de fonctionnement. La section d’investissement ne faisait pas apparaître de besoin de financement pour 2013, du fait d’un volume en restes-à-réaliser en recettes de 19 M€ couvrant le déficit d’exécution de l’année et les restes-à-réaliser en dépenses. (15) La compétence a été transférée à la CCPAC au 1er avril 2014.
  • 18. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 14/126 L’examen des documents budgétaires les plus récents, compte administratif (CA) 2014 et budget primitif (BP) 2015, fait ressortir quelques imperfections dont les plus notoires sont : - le défaut de mention des engagements financiers relatifs aux délégations de service public dans l’état IV - C2 –, liste des organismes dans lesquels a été pris un engagement financier ; - absence de l’état IV - B.1.3 relatif aux contrats de crédit-bail, en dépit de l’existence d’écritures au compte 6122 Crédit-bail mobilier (2 K€) ; - omission de l’état IV - C.3.3 portant liste des services individualisés dans un budget annexe. En outre, il a été relevé que les décisions modificatives du budget adoptées par la commune n’utilisent pas la maquette officielle(16) . En effet, les tableaux joints à la délibération ne permettent pas de vérifier l’équilibre réel du budget dans son ensemble. La commune s’est engagée à apporter les modifications nécessaires à la bonne tenue des annexes budgétaires. Elle entend cependant conserver le modèle existant des décisions modificatives pour des raisons pratiques tout en adressant à la préfecture une version dématérialisée conforme à la maquette officielle. Recommandation n° 1 : Adopter les décisions modificatives conformément aux instructions budgétaires et comptables. 2.1.2. La formalisation des procédures budgétaires et comptables Depuis le 13 septembre 2010, la saisie par les gestionnaires de crédits des bons de commande et le circuit de visas administratifs (chef de service, service marchés, service comptabilité) sont dématérialisés. 2.1.2.1. Une documentation partielle La commune ne dispose pas d’un recueil de l’ensemble de ses procédures financières, même si quelques processus, comme la dématérialisation ou les opérations de fin d’exercice, font l’objet d’une documentation partielle par le service des finances. Une fiche de procédure sur la dématérialisation des factures et le circuit de validation a toutefois été établie le 1er octobre 2014, afin de préparer les services au nouveau suivi des factures dans le cadre de la dématérialisation complète de la chaîne d’exécution des dépenses et des recettes, au 1er janvier 2015(17) . Elle rappelle notamment les règles relatives à l’engagement de la dépense et à la vérification du service fait tout en prévoyant une situation exceptionnelle, dérogatoire au principe d’engagement préalable, en cas d’absence « d’engagement à rapprocher à la facture ». (16) Ce point avait été relevé par la sous-préfecture de Saint-Germain-en-Laye, le 14 octobre 2014. (17) En application du protocole d’échanges standard d’Hélios version 2 (PSV 2) avec les services du comptable public, la dématérialisation concerne les titres, mandats, pièces justificatives et la signature électronique des bordereaux.
  • 19. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 15/126 Selon la commune, ce cas de figure est limité, au regard d’un taux d’engagement préalable des dépenses mandatées de 95 % en 2013 et 2014. Elle a précisé qu’elle procédait à un contrôle de disponibilité des crédits avant de mandater des dépenses non préalablement engagées et qu’elle effectuait systématiquement un rappel à la règle auprès du service concerné en cas de manquement. Le service des finances élabore également chaque année une note en vue de la clôture d’exercice. Adressée en octobre aux services, elle fixe ainsi une date limite d’émission des bons de commande, rappelle le régime juridique des rattachements et des restes à réaliser, et incite les services à relancer les fournisseurs pour envoi de leurs factures. Elle prévoit ensuite, courant décembre, un point des engagements non soldés avec les services gestionnaires de crédits, afin d’arrêter les montants des charges à rattacher et des dépenses d’investissement à inscrire en restes à réaliser. Cette procédure mériterait d’être complétée par un développement sur les rattachements des produits et sur le rapprochement des inventaires physique et comptable, afin de mettre à jour le patrimoine de la collectivité et de procéder aux écritures de fin d’exercice. La collectivité a indiqué qu’elle amendera la procédure existante, en matière de rattachement des produits, tout en faisant état de la difficulté à procéder à un rapprochement des inventaires physique et comptable, au regard de l’investissement nécessaire et de son coût. 2.1.2.2. Une absence de suivi du délai global de paiement Le délai global de paiement ne fait pas l’objet d’un suivi par la collectivité(18) . Selon les données recueillies auprès du comptable public, bien qu’encore supérieur au délai réglementaire de 30 jours(19) , en ce qui concerne le budget principal, il apparaît toutefois en amélioration entre 2013 (32,9 jours) et 2014 (30,54 jours). La commune a indiqué, sur ce point, que la dématérialisation devrait permettre d’avoir une « pleine maîtrise des informations nécessaires au suivi du délai global de paiement (DGP) », grâce aux fonctionnalités du logiciel de numérisation des factures. * Au final, l’élaboration d’un recueil de procédures permettant de garantir la qualité des informations comptables et budgétaires et d’améliorer l’efficacité des processus, incluant le suivi du délai global de paiement, contribuerait aussi au respect du principe de l’engagement préalable de la dépense. 2.1.3. Le processus d’élaboration budgétaire 2.1.3.1. Les lettres de cadrage et les débats d’orientation budgétaires (DOB) Les modalités de préparation du budget sont détaillées chaque année dans une note de cadrage adressée par le maire aux services et aux élus de secteur au cours du dernier trimestre de l’année. (18) La commune a précisé, à cet égard, que son système d’information dispose d’une fonction d’alerte de dépassement de délai à disposition des services. (19) Décret n° 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande publique.
  • 20. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 16/126 Les propositions font l’objet d’un arbitrage final du maire, au début du premier trimestre de l’année, en vue de la tenue du débat d’orientation budgétaire organisé dans les deux mois précédant le vote, conformément aux dispositions des articles L. 2312-1 et L. 2531-1 du CGCT. L’analyse des lettres de cadrage et des DOB, de 2008 à 2015, fait ressortir notamment les priorités de gestion suivantes : - à compter de 2011, la volonté de stabilité fiscale ; - en matière d’investissement, l’entretien du patrimoine et la concentration des dépenses d’équipement sur quelques projets déterminés ; - le soutien au tissu associatif (budget de près de 3 M€ à plus de 200 associations), malgré une réduction de 15 %, en 2015, dans un contexte de maîtrise de la dépense publique ; - la recherche de la maîtrise de l’endettement et de la sécurisation de la dette, compte tenu de l’évolution défavorable des instruments de couverture souscrits par la commune. Jusqu’en 2014, la présentation de la dette était relativement succincte, sans information sur l’exposition au risque de taux. Elle est plus détaillée dans les documents préparatoires aux débats d’orientation budgétaire 2014 et 2015, avec une mention particulière sur les risques financiers liés à l’évolution défavorable des contrats d’échanges de taux (« swaps »). Si aucune information sur le niveau de risque des emprunts et des instruments de couverture, selon la classification introduite à la fin de 2009 et reprise dans la circulaire du ministre de l’intérieur du 25 juin 2010 sur les produits financiers offerts aux collectivités territoriales, ne figure dans ces documents, une présentation est néanmoins disponible, à compter de l’année 2012, dans une annexe budgétaire(20) (budget primitif 2012 et compte administratif 2011). 2.1.3.2. Une information plus détaillée est exigée dans le rapport d’orientations budgétaires En application de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (NoTRe), modifiant l’article L. 2312-1 du CGCT, le rapport sur les orientations budgétaires de la collectivité sera plus exigent en ce qui concerne l’information de l’assemblée délibérante en matière d’endettement et de dépenses de personnel. Le rapport devra ainsi inclure une présentation de la structure et de la gestion de la dette et comporter un développement relatif aux dépenses de personnel (communes de plus de 10 000 habitants), portant notamment sur l'évolution prévisionnelle et l'exécution des dépenses, les rémunérations, les avantages en nature et le temps de travail(21) . (20) Cf. guide des états de la dette 2013 applicable aux documents budgétaires édités à partir du 1er janvier 2013. (21) Un décret d’application précisera le contenu et les modalités de publication de ce rapport.
  • 21. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 17/126 2.1.3.3. Rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes Comptant plus de 20 000 habitants, la commune a aussi l’obligation de présenter, « préalablement aux débats sur le projet de budget », un « rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes intéressant le fonctionnement de la commune, les politiques qu'elle mène sur son territoire et les orientations et programmes de nature à améliorer cette situation (…) »(22) . Le contenu de ce rapport et les modalités de son élaboration ont été fixés par le décret d’application n° 2015-761 du 24 juin 2015 créant l’article D. 2311-16 du CGCT. 2.1.3.4. La programmation pluriannuelle des investissements La commune utilise une programmation pluriannuelle de ses investissements pour arrêter ses priorités. Le plan élaboré pour 2014-2018 envisageait une prévision de dépenses d’équipement d’environ 44,4 M€, financée à hauteur de 19 M€ par les subventions et les versements du fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA). 2.1.4. L’exécution budgétaire 2.1.4.1. La tenue de la comptabilité d’engagement La comptabilité des engagements est tenue par le service des finances qui procède à une revue des engagements deux fois l’an, en juin et en décembre, afin d’identifier ceux à solder et ceux en attente de facturation. 2.1.4.2. Les rattachements de charges et de produits La ville n’a pas défini de seuil minimum de rattachement des charges et des produits. 2.1.4.2.1. Le rattachement des charges En volume, les charges rattachées ont oscillé, de 2009 à 2013, entre 1,7 M€ et 2,6 M€ (cf. annexe n° 1 – tableau n° 1). Conformément à la note annuelle de fin d’exercice, la direction des finances détermine les charges à rattacher, après recensement des engagements non soldés auprès des services, lesquels ont l’obligation de justifier ce caractère non soldé(23) . Bien que cette exigence déclaratoire ne soit pas systématiquement respectée, l’impact demeurerait minime. Cette procédure pourrait être améliorée en demandant aux services gestionnaires d’y joindre la preuve du service fait (bon de livraison, procès-verbal de réception de travaux). (22) Art. 61, codifié au CGCT à l’article L. 2311-1-2, en application de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014. (23) Par le renseignement d’un argumentaire pour la ligne concernée dans la liste des engagements non soldés, adressé aux services par le service des finances.
  • 22. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 18/126 Le montant des charges à rattacher est définitivement arrêté en tenant compte de la journée complémentaire pour clore l’exercice comptable, période au cours de laquelle les factures reçues après le 31 décembre, mais correspondant à des fournitures livrées ou à des prestations réalisées avant le 31 décembre, sont mandatées(24) . En dépit de cette facilité, le taux de rattachement apparaît quelque peu élevé par comparaison avec un ordre de grandeur de 5 à 10 % généralement observé en rapportant le total des factures non parvenues au montant du chapitre 011 des charges générales. En l’espèce, le taux de rattachement constaté fluctue dans une fourchette de 14 % à 19 %, au cours de la période 2009-2013 (cf. annexe n° 1 – tableau n° 1). Recommandation n° 2 : Fiabiliser le recensement des charges à rattacher par la production par les services gestionnaires du justificatif du service fait. La collectivité a précisé que l’état de rattachement des charges sera dorénavant visé par le service gestionnaire et l’élu de secteur. 2.1.4.2.2. Le rattachement des produits Les produits à recevoir, compris entre 1,3 M€ et 2 M€, de 2009 à 2013, sont effectivement rattachés à l’exercice concerné. Selon les années, le ratio de rattachement varie entre 2,50 % et 3,70 % des produits de gestion(25) (cf. annexe n° 1 – tableau n° 2). La part prépondérante des rattachements concerne les participations attendues de la caisse d’allocations familiales, versées notamment pour les structures d’accueil de la petite enfance. Suivies au c/7478 « participations – autres organismes » (984 807,05 €), elles ont représenté environ 52 % des rattachements, 1 885 765 €, en 2012. 2.1.4.3. Le taux d’exécution des crédits 2.1.4.3.1. L’évolution générale Lors de la période 2009-2013, en section de fonctionnement, les taux d’exécution (cf. annexe n° 1 – tableau n° 3) ont oscillé entre 96 % et 98 % des dépenses, les recettes étant quant à elles réalisées légèrement au-delà de la prévision, ce qui atteste d’une évaluation prudente (101 % à 106 %). En investissement, le taux d’exécution des dépenses varie fortement d’une année à l’autre, de 78 %, en 2009, à 37 %, en 2012, et 65 %, en 2013). D’importantes annulations de crédits sont constatées en 2011 (13,6 M€) et 2012 (12,8 M€), représentant respectivement 41 % et 42 % du total des crédits ouverts. Elles sont consécutives à un moindre besoin de financement par l’emprunt (12,6 M€ en 2011 et 4,9 M€ en 2012) et à des réductions ou à des annulations de dépenses d’équipement (environ 1 M€, en 2011, et 8 M€, en 2012(26) ). (24) La commune a indiqué que la répartition des écritures de fin d’exercice, entre mandatement pendant la journée complémentaire et rattachement de charges, était stable au cours de la période, et s’élevait respectivement à 30 % et à 70 %. (25) Par simplification, ce sont la totalité des recettes de fonctionnement, hors produits financiers et exceptionnels. Cet agrégat regroupe les comptes 70 à 75 et un compte de transfert de charge, le compte 791. (26) Aux chapitres 20, 21 et 23.
  • 23. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 19/126 Ces variations reflètent surtout un décalage dans le cycle de réalisation des investissements. L’accélération en fin de mandature de plusieurs projets s’est en effet traduite par le redressement du taux d’exécution des dépenses (65 %) et la quasi-disparition des annulations de crédits (1 %) en 2013. L’exécution des recettes d’investissement est similaire. Proche de 60 %, en 2009 et 2010, le taux décroît sensiblement, en 2011 et 2012, pour atteindre 28 %, avant de se redresser à 56 %, en 2013. Cette similarité se vérifie également pour les annulations de crédits dont les montants sont du même ordre qu’en dépenses pour 2011 (11,9 M€) et 2012 (10,2 M€). Ils correspondent principalement à la réduction du volume des emprunts et au décalage du versement des subventions d’investissement, en 2013, en fonction de l’avancée des travaux. 2.1.4.3.2. Les crédits d’emprunts inscrits en recettes d’investissement, en 2013 Si, par nature, les prévisions de recettes sont évaluatives, contrairement aux inscriptions de dépenses, au caractère limitatif, en 2013, c’est un montant de 21 M€ de crédits qui a été inscrit en recettes au chapitre 16 (8 M€ de titres émis et 13 M€ de restes à réaliser), nettement supérieur au montant inscrit au budget primitif (11,67 M€). La commune a expliqué que cet écart correspondait à l’emprunt « Natixis », souscrit le 28 juin 2013, à la suite de la renégociation d’un contrat d’échange de taux avec cet établissement, pour un total de 18 M€ et mobilisable en quatre tranches successives, de 2013 à 2016(27) , dont 5 M€ mobilisés en 2013. Nonobstant l’existence de ces tranches pluriannuelles, le montant cumulé d’emprunts souscrits en 2013, par ailleurs, dépassait le plafond afférent à la délégation de signature donnée au maire(28) , en application de l’article L. 2122-22 du CGCT, à savoir un montant maximum de 20 M€ par an, dans la limite des crédits inscrits au budget. 2.1.4.4. La sincérité des restes à réaliser en section d’investissement Entre 2009 et 2013, les restes-à-réaliser ont représenté un volume élevé, accentué conjoncturellement par le décalage de réalisation de plusieurs projets. Les restes à réaliser ont représenté selon les années une part significative des recettes (entre 16 % et 34 %) et des dépenses (entre 19 % et 34 % entre 2009 et 2012), voire même prépondérante avec 76 % en 2013 (cf. annexe n° 1 – tableau n° 3). Lors de cette période, les restes à réaliser en dépenses ont oscillé entre 3,5 M€ et 9,5 M€, en fonction du rythme de réalisation des projets lancés, par exemple, en 2013, le château Gévelot, la maternelle Basses Roches, la halte fluviale, soit un taux compris entre 16 % et 34 % des crédits ouverts. S’agissant des recettes, le montant des restes-à-réaliser a fluctué de 6,1 M€ à 9,5 M€ entre 2009 et 2012 (19 % et 34 % des crédits ouverts), pour culminer à 19,2 M€, en 2013 (76 %), dont 13 M€ correspondant aux tranches 2014 à 2016 de l’emprunt précité. (27) La première tranche à mobiliser avant le 1er septembre était de 4 M€, la seconde avant le 1er septembre 2014 était de 6 M€, les deux dernières de 4 M€ chacune. (28) Délibérations du 31 mars 2008 n° 1 et n° 2.
  • 24. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 20/126 Un suivi budgétaire, sous la forme d’autorisations de programme et de crédits de paiement, aurait pu permettre de davantage lisser la réalisation des investissements et de réduire le montant des restes à réaliser. La commune a convenu de l’intérêt de ce dispositif et a prévu des actions de formation, afin d’appréhender au mieux le traitement juridique et des AP/CP, au titre de l’exercice 2016. 2.1.4.5. L’affectation des résultats Les résultats d’exécution budgétaire figurant dans les comptes administratifs sont concordants avec les totaux des comptes de gestion. L’affectation des résultats ne fait apparaître aucune anomalie pour le budget principal et les trois budgets annexes gérant des services publics de nature industrielle ou commerciale (SPIC) en vigueur jusqu’en 2014. Toutefois, la détermination des résultats des budgets annexes Bâtiments industriels et commerciaux (BIC) et Busphone (service municipal qui assure un transport tout public à la demande, à l’intérieur de la ville) appelle les observations ci-après. 2.1.4.5.1. La viabilité du budget Bâtiments Industriels et Commerciaux Le résultat de clôture de la section d’exploitation, structurellement déficitaire pour les exercices 2012, 2013 et 2014, n’a pas permis de couvrir le besoin en financement de la section d’investissement pour 2012 et 2013, à hauteur respectivement de 55 983,40 € et de 86 956,77 € (cf. annexe n° 1 – Tableau n° 4). La récurrence de ce déficit d’exploitation pose la question de la viabilité de ce budget, en dépit de versements de loyers par le budget principal, pour compenser la mise à disposition, depuis 2011, de locaux au profit d’associations(29) , qui viennent s’ajouter au loyer acquitté depuis 2003 pour l’occupation par des services municipaux(30) de terrains gérés par le budget annexe Bâtiments industriels et commerciaux. La commune a précisé que la mise en place des loyers n’était pas liée à la constatation d’un déficit. Il y aurait donc lieu de considérer que ces loyers compenseraient des contraintes particulières de fonctionnement de service public, ce qui serait conforme au principe d’interdiction de financement d’un service public industriel et commercial sur les ressources propres de la collectivité (L. 2224-1 du CGCT(31) ), défini à l’article L. 2224-2 1°du CGCT. (29) Décision du 22 juillet 2011 et conventions avec les associations : Hommes grenouilles du 11 mars 2012 à effet rétroactif au 1er septembre 2011, d’une durée d’un an reconductible sans limitation de durée, Union sportive conflanaise (USC) du 23 décembre 2011, à effet rétroactif au 1er septembre 2011, d’une durée d’un an reconductible sans limitation de durée et Comité de quartier Romagné-Renouveau - non datée et d’une durée d’un an à compter de sa notification, reconductible dans la limite de 5 ans. (30) Délibération du 29 septembre 2003. (31) L’article L. 2224-1 du CGCT prévoit que « les budgets des services publics à caractère industriel ou commercial exploités en régie […] doivent être équilibrés en recettes et en dépenses ». L’article L. 2224-2 du CGCT « interdit aux communes de prendre en charge dans leur budget propre des dépenses au titre des services publics visés à l'article L. 2224-1 ». Par exception limitativement énumérée par l’article L. 2224-2 du CGCT, « le conseil municipal peut décider une telle prise en charge lorsque celle-ci est justifiée par l'une des raisons suivantes : 1° Lorsque les exigences du service public conduisent la collectivité à imposer des contraintes particulières de fonctionnement ; (…). La décision du conseil municipal fait l'objet, à peine de nullité, d'une délibération motivée. Cette délibération fixe les règles de calcul et les modalités de versement des dépenses du service prises en charge par la commune, ainsi que le ou les exercices auxquels elles se rapportent. En aucun cas, cette prise en charge ne peut se traduire par la compensation pure et simple d'un déficit de fonctionnement ».
  • 25. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 21/126 Par ailleurs, il y a lieu de s’interroger sur la sincérité des prévisions de recettes de cessions d’immobilisations, comprises entre 0,2 M€ et 1 M€ lors de la période 2009-2014, non suivies d’exécution, de 2009 à 2013, ou pour un montant bien moindre en 2014, 0,27 M€, au lieu de 0,54 M€ (cf. annexe n° 1 – Tableau n° 5). La commune a expliqué, à cet égard, que le budget annexe Bâtiments industriels et commerciaux disposait d’un « potentiel de vente », mais que les cessions prévues au budget ont subi un décalage dans le temps, notamment celles de deux terrains, initialement prévues en 2011. La première, au bénéfice d’une association cultuelle, n’est intervenue qu’en 2014, tandis que la seconde, en vue de l’implantation d’une clinique, n’a pas été réalisée après le refus, en 2012, de l’agence régionale de santé (ARS) de donner suite à ce projet. 2.1.4.5.2. Le versement de subventions d’équilibre au budget Busphone (SPIC M43) Le résultat d’exploitation, devenu déficitaire en 2013 (- 11 019,79 €), n’a pas non plus permis de combler le besoin de financement de la section d’investissement (- 1 790,96 €). Le déficit constaté en 2014, 10 741,35 €, et le solde d’exécution négatif de la section d’investissement, 30,64 €, ont été repris au budget principal de la commune par délibération du 30 mars 2015, dans le cadre du transfert de la compétence à l’intercommunalité créée le 1er janvier 2014. Entre 2009 et 2013, ce budget annexe par ailleurs, aurait bénéficié d’une subvention d’équilibre en provenance du budget principal (cf. annexe n° 1 – tableau n° 7), sans adoption d’une délibération justifiant ces versements dérogatoires au principe d’équilibre précité des services publics industriels et commerciaux. Sans contester l’absence de délibération, la commune a mis en avant le rôle social de ce mode de transport, créé il y a 37 ans, son activité en 2014, 15 000 voyages pour 400 usagers, et a souligné l’absence de tout financement extérieur pour justifier les versements effectués avant le transfert à l’intercommunalité. 2.2. Le cadre comptable 2.2.1. Les travaux en régie Les interventions du service technique, qui accroissent la valeur du patrimoine de la collectivité, sont comptabilisées en travaux en régie (c/722). Ils comprennent le prix des fournitures, augmenté du coût de la main d’œuvre, correspondant au produit des heures de travail effectuées par un coût horaire calculé par le service des ressources humaines. Un état récapitulatif détaillé est établi chaque année, ce qui permet de justifier le montant à inscrire en opération d’ordre budgétaire. Cette opération a pour effet de diminuer les charges de fonctionnement et d’augmenter les dépenses d’investissement par une inscription dans un chapitre d’immobilisations. Cela permet aussi de récupérer une partie de la taxe sur la valeur ajoutée payée sur les fournitures par la voie du FCTVA. Ce suivi rigoureux pourrait être enrichi en indiquant, pour chaque intervention valorisée, la référence au numéro d’inventaire du bien concerné. En volume, ce poste a progressé de 28 %, entre 2009 et 2013, oscillant autour de 590 K€. Ces travaux ont représenté en moyenne 7 % du résultat de clôture de fonctionnement, soit une majoration du résultat en valeur de 538 K€ (cf. annexe n° 1 – tableau n° 8).
  • 26. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 22/126 2.2.2. Les provisions La collectivité n’a constitué aucune provision lors de la période examinée, en l’absence notamment de risque pour contentieux. La question se pose néanmoins au titre des pertes latentes liées aux instruments de couverture détenus par la commune (cf. 3.5. La gestion de la dette). Cette dernière s’interroge également sur le besoin de provisionner la charge future relative aux comptes épargne-temps (cf. 4.4.1.5. Le compte épargne temps). 2.2.3. Le suivi patrimonial 2.2.3.1. Un rapprochement satisfaisant des états de l’ordonnateur et du comptable Le rapprochement de l’inventaire de l’ordonnateur avec l’état de l’actif du comptable public et le compte de gestion, au 31 décembre 2013, fait apparaître un écart minime, inférieur à 1 % de la valeur nette patrimoniale (187 743 955 €)(32) . Il provient : - de l’absence du compte 20423 « projets d’infrastructures d’intérêt national » (103 337 € de valeur nette comptable) à l’inventaire ; - d’une différence de 3 078 € entre les soldes inscrits à l’état de l’actif et à l’inventaire, au titre du compte 2188 « autres immobilisations corporelles » ; - des comptes 266 « autres formes de participation » (67 436 €), 271 « titres immobilisés – droits de propriété » (45 735 €) et 275 « dépôts et cautionnements versés » (13 335 €) non présents dans l’inventaire de la collectivité. La collectivité a fait part de sa volonté de rectifier ces écarts. 2.2.3.2. Un bon suivi des immobilisations, à améliorer pour les biens délégués Le suivi des immobilisations et la comptabilisation des amortissements pour les biens amortissables sont concordants entre l’ordonnateur et le comptable public. Comme indiqué précédemment, l’inventaire de l’ordonnateur ne contient aucune immobilisation financière. Les immobilisations en cours sont régulièrement mises à jour et transférés aux comptes d’imputation définitive, par opérations d’ordre non budgétaires (cf. annexe n° 1 – tableau n° 9). Il a toutefois été constaté que les biens dont la gestion est déléguée ne figuraient pas dans le compte approprié c/241 « immobilisations mises en concessions ou en affermage ». Par exemple, les équipements de la cuisine centrale (2,7 M€) et du centre nautique (7,4 M€ hors travaux ultérieurs de 0,5 M€), sont incorrectement inscrits au c/21318 « Autres bâtiments publics ». (32) Source : compte de gestion 2013.
  • 27. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 23/126 Cette distinction comptable, rappelée par l’instruction M14 (tome 1, titre 1, chapitre 2, classe 2, compte 24), est destinée à permettre un meilleur suivi de la valorisation de ces biens délégués, notamment en cas d’amortissement, selon la nature amortissable ou non de ces actifs. En l’espèce, ces biens producteurs de revenus(33) ne seraient pas soumis à l’obligation d’amortissement lorsqu’ils sont affectés, directement ou indirectement, à l’usage du public ou à un service public administratif, quelle que soit la modalité de gestion, au regard des dispositions de l’article R. 2321-1 2° du CGCT. Néanmoins, la valeur de la cuisine centrale demeure incertaine. Réalisée en 1988 dans le cadre d’une concession(34) et exploitée depuis lors en délégation, elle a été inscrite tardivement à l’actif de la commune, en 2008, à la demande du comptable public. Le montant retenu est en effet sujet à caution en raison d’une interrogation sur le mode d’enregistrement des redevances de crédit-bail, selon l’instruction comptable M12 en vigueur entre 1988 et 2006, d’un manque de fiabilité dans les écritures de clôture et de transfert de soldes comptables, lors du passage en comptabilité M14, au 1er janvier 1997, et de l’incorporation éventuelle des travaux réalisés dans les offices des points de distribution. À cet égard, la collectivité a indiqué qu’elle procéderait aux régularisations nécessaires, en fonction du mode de gestion des équipements concernés. 2.2.3.3. Les règles d’amortissement Les écritures d’amortissement du budget principal, comprises entre 1,5 M€ et 2,5 M€ par an, de 2009 à 2014, sont équilibrées (cf. annexe n° 1 – tableau n ° 10), et sont conformes aux durées adoptées par la collectivité. L’actualisation effectuée en 2014 a permis de préciser les plages d’amortissement des budgets annexes SPIC, auparavant lacunaires. Toutefois, la disposition prévoyant pour les budgets BIC et assainissement de débuter l’amortissement l’année suivant celle de l’acquisition des biens(35) n’est pas conforme à la règle du prorata temporis, impliquant de constater l’amortissement lors de la mise en service des actifs relevant d’un service public industriel et commercial(36) . La commune a précisé qu’elle appliquera ce mode d’amortissement pour les nouvelles acquisitions. 2.2.3.4. La gestion physique du stock du centre technique Placé sous la responsabilité du service achats et marchés publics, le magasin entretient un stock destiné à approvisionner les ateliers du service technique et à répondre aux besoins des services municipaux en matière de fournitures informatiques et de bureau, de produits d’entretien, de petit outillage et consommables, d’équipements de protection individuelle et de vêtements de travail. (33) Par délibération du 29 septembre 2003, le conseil municipal a fixé à 25 ans la durée d’amortissement des immeubles productifs de revenus acquis à compter du 1er janvier 2004 (34) Concession d’une durée totale de 15 ans selon le contrat signé le 6 janvier 1988 pour une durée de 7 ans, renouvelable deux fois par tacite reconduction d’une durée de quatre ans. L’équipement a été financé par crédit-bail. (35) Cf. « pour les immobilisations acquises à partir du 1er janvier, avec une première annuité en 2015 ». (36) cf. instruction M4, commentaires des comptes 28 « amortissements des immobilisations ».
  • 28. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 24/126 Situé à proximité du centre technique, le magasin s’appuie sur quatre agents. Bien que d’une valeur totale modeste d’environ 137 K€ au 1er janvier 2015, il fait l’objet d’une vérification annuelle, qui consiste à rapprocher les quantités détenues et le stock comptable, et cette vérification constitue une amorce de contrôle interne. Les écarts constatés, qui tiennent probablement à des erreurs de référencement, sont indiqués mais ne sont pas expliqués. 2.2.4. Les engagements hors bilan 2.2.4.1. Les garanties d’emprunt La ville garantit un encours de dette de 72,3 M€, dont 98 % (70,8 M€) en faveur d’organismes intervenant en faveur de logements aidés par l’état et le reste pour d’autres organismes (1,5 M€). L’annuité totale garantie en 2013 est de 13,7 M€. 2.2.4.2. La convention de portage avec l’Établissement public foncier des Yvelines Afin de conduire un projet de renouvellement urbain, comportant la reconversion d’un site d’activités et d’emprises urbaines libérées par la relocalisation d’entreprises, la collectivité a confié une mission de portage et de veille foncière à l’Établissement public foncier des Yvelines (EPFY), par convention du 23 janvier 2009, pour une durée de quatre ans prolongée par avenants jusqu’au 31 décembre 2014. Au terme de cet accord, la commune s’engage, en fin de convention, à racheter ou à faire racheter par des opérateurs le foncier acquis, majoré des frais annexes et du coût des études diligentées par l’Établissement public foncier des Yvelines. Les biens acquis par l’EPFY constituent des engagements hors bilan(37) , recensés dans une annexe budgétaire dédiée. Selon le compte administratif 2013, Ils s’élevaient à 10,7 M€, dont 9,5 M€ acquis en 2013, en vue de reconvertir une superficie de 23 hectares dans la construction de 300 logements incluant 28 % d’habitat locatif social (site « OTELLO »). Pour ce projet, l’Établissement public foncier des Yvelines s’est engagé à assurer le portage jusqu’à sa sortie opérationnelle, de sorte qu’en cas d’aléas générateurs de retards, la ville n’ait pas à acquérir l’emprise. 2.2.5. Les régies À la date du 31 décembre 2014, la commune disposait de 44 régies, dont 25 de recettes et 19 d’avances, hors budget annexe BIC et budgets rattachés du centre communal d’action sociale et de la caisse des écoles. Dans le cadre de son plan de contrôle, le comptable public a vérifié, en 2013, le quart des régies de la ville (11 contrôles), ainsi que celle du budget annexe BIC. Au regard de leur nombre, la mise en place d’une régie centralisée, au titre des structures offrant des services à la population, crèches par exemple, pourrait être envisagée avec intérêt. Au demeurant, la collectivité a indiqué qu’elle réfléchissait à la réorganisation de ses régies. (37) Les engagements hors bilans sont définis par l’instruction M14 – tome 1 – titre 1 – chapitre 2 – classe 8.
  • 29. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 25/126 3. L’ANALYSE FINANCIERE 3.1. Périmètre de l’analyse et sources des données L’analyse a essentiellement porté sur le budget principal, du fait du volume financier non significatif des budgets annexes. Les données financières, figurant en annexe n° 2, sont issues des fiches de la direction générale des finances publiques (DGFiP) 2008-2013(38) , complétées au besoin des comptes administratifs et de gestion, ainsi que informations extraites de l’outil financier des juridictions financières, ANAFI. Les agrégats retenus par la DGFiP sont simplifiés et comprennent quelques retraitements par rapport aux données des comptes administratifs (cf. encarts explicatifs en bas de l’annexe n° 2). Ces fiches comportent des ratios de comparaison de la situation de la collectivité avec les moyennes de la strate d’appartenance, réunissant les communes de 20 000 à 50 000 habitants n'appartenant, jusqu’en 2014, à aucun groupement à fiscalité propre. Ces ratios font ressortir une situation structurelle proche de la moyenne en fonctionnement, mais des ratios dits de niveau (en €/habitant) moins favorables que la moyenne, notamment pour les produits, en particulier la DGF, ce qui impacte l’autofinancement. En investissement, si le niveau de dette par habitant est supérieur à la moyenne, celui des dépenses d’équipement est moindre, surtout en début de période (2009-2011), puis converge, en 2013, vers la moyenne de la strate. 3.2. L’évolution des charges et des produits La commune réussit à dégager un résultat positif, de 2008 à 2013, qui oscille de 2,6 M€ à 4,7 M€. Il se contracte cependant fortement, en 2014, avec 41 K€ (cf. annexe n° 3 – tableau n° 1). Cette brusque variation est la conséquence d’une différence significative d’évolution des charges et des produits. De 2008 à 2013, les charges évoluent à un rythme lissé de + 3 %, légèrement supérieur à celui des produits, + 2,8 %, et cette différenciation s’est accrue en 2014. En volume, la comparaison fait ressortir une forte baisse du total des produits, de 4 M€ en 2014 (53,3 M€), année de création de la communauté de communes de Poissy, Achères, Conflans-Sainte-Honorine, alors que les charges ne diminuent que de 1,3 M€, pour atteindre ce même total de 53,3 M€. (38) Accessibles via www.collectivites-locales.gouv.fr
  • 30. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 26/126 3.2.1. Une décélération du rythme de progression des produits En 2013, le total des produits s’élevait à 57 M€, répartis entre les produits fiscaux directs (50 %) et indirects (11 %), la DGF (17 %), les autres produits (22 %), pour l’essentiel les produits en provenance des services, du domaine, de la gestion et des dotations et participations hors DGF. En 2014, la baisse des produits est liée à la création de la communauté de communes de Poissy, Achères et Conflans-Sainte-Honorine. Cette création s’est en effet accompagnée d’un transfert de la fiscalité économique et de la TEOM vers la communauté, contre le versement d’une attribution de compensation, ainsi que d’une diminution de la DGF. Tableau n° 1 : Décomposition des produits 3.2.1.1. Les recettes de la fiscalité Les recettes fiscales directes et indirectes (autres taxes), nettes des atténuations de produits, représentent l’essentiel des ressources de fonctionnement de la commune, environ 60 %, au cours de la période 2008-2014. La part de la fiscalité directe dans ce total, entre ces deux années, s’est aussi réduite de 82 % à 76 %(39) , pour atteindre un montant de 24,8 M€, ce qui reflète notamment, en 2014, la modification du panier de recettes consécutive à la mise en place de l’intercommunalité. Les impositions économiques (CVAE, CFE, IFER, TASCOM) et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, qui s’élevaient respectivement à environ 4,5 M€(40) et 4 M€, en 2013, sont désormais perçues par la communauté de communes de Poissy, Achères et Conflans-Sainte-Honorine. Ce transfert a été pris en compte dans le calcul de l’attribution de compensation de 6,3 M€ versée à la commune, à compter de 2014. Principale ressource fiscale indirecte, la taxe additionnelle aux droits de mutations à titre onéreux (DMTO), environ 1,4 M€ en fin de période, représentait 4 % des recettes. (39) Hors TEOM. (40) Source : État 1259 de notification des taux d’imposition des taxes directes locales pour 2013. en milliers d'euros 2008 2009 2010 2011 2012 2013 %13/08 Tx évol.moy. 2014 %14/08 Tx évol.moy. produits de fonctionnement 48 646 50 491 54 515 54 212 56 057 57 353 17,9% 2,8% 53 363 9,7% 1,3% impôts 22 034 23 573 25 652 26 499 27 558 28 932 31,3% 4,6% 24 255 10,1% 1,4% N/N-1 7,0% 8,8% 3,3% 4,0% 5,0% autres taxes 5 486 5 383 6 133 6 602 6 446 6 116 11,5% 1,8% 8 301 51,3% 6,1% N/N-1 -1,9% 13,9% 7,6% -2,4% -5,1% dotation globale de fonctionnement 10 103 10 178 10 274 9 828 9 717 9 548 -5,5% -0,9% 5 665 -43,9% -7,9% N/N-1 0,7% 0,9% -4,3% -1,1% -1,7% autres 11 023 11 357 12 456 11 283 12 336 12 757 15,7% 2,5% 15 142 37,4% 4,6% N/N-1 3,0% 9,7% -9,4% 9,3% 3,4% Sources : fiches DGFiP et outil d'analyse financière ANAFI de la CRC à partir des comptes de gestion
  • 31. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 27/126 Tableau n° 2 : Évolution des produits fiscaux nets (chapitre 73 net du 014) Tableau n° 3 : Détail Contributions directes - taxes foncières, habitation et cotisation foncière des entreprises (CFE) Nota : l’écart entre le total de ce tableau et celui du précédent (montant du c/7311) provient d’une légère différence de périmètre en fonction des sources et d’un éventuel surcroît de ressources lié à l’émission de rôles supplémentaires, à titre de régularisation de l’année précédente. 2009 2010 2011 2012 2013 2014 BP 2015 chapitre 73 - impôts et taxes 73 29 087 31 915 33 574 34 683 36 062 33 674 35 773 contributions directes 7311 23 704 18 584 26 970 28 056 29 440 24 815 27 000 contributions directes taxes foncières et d'habitation (yc cotisation foncière sur les entreprises - CFE) 73111 26 204 27 473 24 696 27 000 contributions directes cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises 73112 1 386 1 363 contributions directes taxe sur les surfaces commerciales 73113 370 433 contributions directes impositions forfaitaires sur les entreprises de réseaux 73114 24 26 autres impôts et taxes (dont compensation relais en 2010) 7318 7 199 1 70 144 120 0 attribution de compensation (à partir de 2014) 7321 6 320 6 300 taxe d'enlèvement des ordures ménagères 7331 3 841 4 025 4 094 4 062 4 138 taxes funéraires 7333 21 25 27 24 26 33 25 droits de place 7336 6 6 6 7 7 7 7 droits de stationnement 7337 8 302 350 353 322 327 278 autres taxes 7338 12 12 12 13 15 14 22 taxes sur les pylones électriques 7343 5 5 6 6 6 6 5 taxe sur l'électricité 7351 345 313 358 559 674 621 600 taxe de séjour 7362 19 63 66 68 67 taxe locale sur la publicité extérieure 7368 20 20 16 16 21 23 20 taxe additionnelle auxdroits de mutation 7381 1 124 1 424 1 714 1 524 1 349 1 440 1 450 chapitre 014 - atténuations de produits 014 131 131 472 679 1 014 1 117 1 017 dégrèvement au titre du plafonnement de TP sur la TVA 7391173 131 131 autres restitutions au titre de dégrèvements sur contributions directes 7391178 5 59 reversement sur FNGIR (au 739116 en 2011) 73923 472 497 502 502 510 reversement sur FPIC (7398 en 2012 2013) 73925 181 506 557 507 impôts et taxes "nets" des atténuations (73-014) 28 956 31 784 33 101 34 004 35 049 32 556 34 756 dont part fiscalité directe nette (7311-chap 014) hors TEOM 23 573 18 453 26 498 27 377 28 426 23 698 25 983 Ratios ratio fiscalité directe hors TEOM 82% 58% 81% 83% 84% 76% 78% taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) 13% 13% 12% 12% 12% 0% 0% taxe additionnelle auxdroits de mutation (fiscalité indirecte) 4% 4% 5% 4% 4% 4% 4% en milliers d’euros sources : Comptes administratifs, BP2015 et outil d'analyse financière CRC (ANAFI). Le montant des contributions directes (c/7311) de 18 584 K€ en 2010 n'inclut pas par construction le montant de la Dotation de compensation de réforme de la taxe professionnelle inscrite dans le c/7318 pouir un montant de 7 199 K€. En additionnant les deux soldes, le montant "retraité des contributions directes" est de 25 783 K€. Produits 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 taxe d'habitation 8 975 9 276 10 276 14 282 14 769 15 268 15 627 17 201 n/n-1 3,36% 10,78% 38,98% 3,41% 3,38% 2,35% 10,07% taxe foncière bâti 6 752 7 325 7 966 8 237 8 477 8 814 8 990 9 615 n/n-1 8,48% 8,75% 3,41% 2,91% 3,97% 2,01% 6,95% taxe foncière non bâti 49 51 43 46 44 42 44 48 n/n-1 4,69% -16,68% 7,66% -3,48% -5,41% 4,96% 8,58% CFE de 2011 à 2013 (en 2010 comp relais) 6 405 6 805 7 045 2 388 2 466 2 700 6,24% 3,28% 9,45% Total 22 181 23 457 25 330 24 953 25 756 26 824 24 662 26 863 n/n-1 5,75% 7,98% -1,49% 3,22% 4,14% -8,06% 8,93% sans objet sources : fiches DGFiPet état 1288 Mpour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1
  • 32. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 28/126 3.2.1.1.1. Les contributions directes Les contributions directes, hors TEOM, représentent la moitié des recettes de fonctionnement (cf. analyse rétrospective en l’annexe n° 2). Elles ont progressé de 31 %, entre 2008 et 2013, sous l’effet de bases relativement dynamiques et d’une hausse des taux de la fiscalité, en 2009 et 2010. La commune a procédé à une nouvelle hausse des taux, en 2015, en réaction à la forte contraction de l’autofinancement observée en 2014. 3.2.1.1.1.1. Les bases fiscales Les bases de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) ont augmenté de manière régulière, autour de 3 % par an. Cette évolution est supérieure à la seule revalorisation forfaitaire adoptée chaque année en loi de finances initiale. En comparaison avec les communes de la même strate, les bases de la taxe d’habitation sont supérieures de plus de 11 % (1 612 €/habitant, contre 1 432 € pour la strate). Tableau n° 4 : Évolution des bases fiscales 2008 à 2015 La diminution prévisionnelle des bases de la TFPB, en 2015, résulte de la démolition, en 2014, d’un bâtiment industriel (site « OTELLO ») pour permettre la construction de logements dont la livraison était prévue en 2015. 3.2.1.1.1.2. Les taux d’imposition Tableau n° 5 : Évolution des taux 2008 à 2015 Bases d'imposition en K€ 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Tx evol moy 08/13 Tx evol moy 08/14 revalorisation forfaitaire en LFI 1,60% 2,50% 1,20% 2,00% 1,80% 1,80% 0,90% 0,90% taxe d'habitation 50 993 52 707 55 668 57 634 59 600 61 616 63 064 64 278 3,2% 3,1% n/n-1 3,36% 5,62% 3,53% 3,41% 3,38% 2,35% 1,93% taxe foncière bâti 43 897 46 067 47 756 49 384 50 819 52 839 53 899 53 386 3,1% 3,0% n/n-1 4,94% 3,67% 3,41% 2,91% 3,97% 2,01% -0,95% taxe foncière non bâti 136 141 112 115 111 105 110 111 -4,2% -2,9% n/n-1 3,80% -20,57% 2,68% -3,48% -5,41% 4,96% 0,54% CFE à partir de 2010 37 037 39 426 10 753 10 446 10 789 11 809 n/n-1 6,45% sans objet -2,86% 3,28% 9,45% sources : fiches DGFiPet état 1288 M pour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1 Taux votés 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 taxe d'habitation 17,60% 17,60% 18,46% 24,78% 24,78% 24,78% 24,78% 26,76% n/n-1 0,00% 4,89% 34,24% 0,00% 0,00% 0,00% 7,99% taxe foncière bâti 15,38% 15,90% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 18,01% n/n-1 3,38% 4,91% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 7,97% taxe foncière non bâti 36,38% 36,38% 38,16% 40,01% 40,01% 40,01% 40,01% 43,21% n/n-1 0,00% 4,89% 4,85% 0,00% 0,00% 0,00% 8,00% CFE à partir de 2010 17,26% 17,26% 22,86% 22,86% 22,86% 22,86% n/n-1 0,00% sans objet 0,00% 0,00% 0,00% La hausse apparente des taux en 2011 résulte de la réforme de la fiscalité directe locale Taux des taxes en % 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 taxe d'habitation 17,60% 17,60% 18,46% 24,78% 24,78% 24,78% 24,78% 26,76% Moy. nationale de la strate 14,9% 14,9% 14,9% 23,1% 23,2% 23,2% 18,15% nc taxe sur le foncier bâti 15,38% 15,90% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 16,68% 18,01% Moy. nationale de la strate 17,2% 17,2% 16,4% 17,5% 17,6% 18,0% 23,13% nc taxe sur le foncier non bâti 36,38% 36,38% 38,16% 40,01% 40,01% 40,01% 40,01% 43,21% Moy. nationale de la strate 50,9% 49,5% 49,5% 48,8% 48,1% 44,6% 57,16% nc CFEà/c de 2010 (Taxe professionnelle en 2008 et 2009) 17,26% 17,26% 22,86% 22,86% 22,86% 22,86% 0 0 Moy. nationale de la strate 14,9% 15,9% 23,2% 25,1% 25,0% 24,5% nc nc sources : fiches DGFiPet état 1288 M pour 2014 et 2008, BP2015 annexe IV - D.1
  • 33. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 29/126 Entre 2009 et 2011, les impôts ménages ont augmenté du fait des hausses décidées par la commune et de la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité locale. La collectivité a d’abord relevé de 3,4 %, en 2009, le taux de la TFPB, puis de 4,9 %, en 2010, celui des trois taxes ménages. Les taux ont également été modifiés à la suite de la suppression de la taxe professionnelle en 2010(41) , remplacée par la contribution économique territoriale, qui comprend la cotisation foncière des entreprises (CFE), et par le transfert au bloc communal, en 2011, des parts départementale de la taxe d’habitation et régionale de la TFPB. Les taux sont demeurés inchangés jusqu’en 2015, se situant en dessous des taux moyens de la strate, à l’exception de la taxe d’habitation. Imposition économique, la CFE a pour sa part été transférée à l’intercommunalité, en 2014. Enfin, en 2015, la commune a revalorisé de + 8 % les taux des taxes ménages, soit une augmentation de 2 points de la taxe d’habitation, de 1,3 points de la TFPB et de 3,2 points de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Au regard de cette augmentation générale, les marges de manœuvre de la collectivité, en matière de fiscalité directe, semblent désormais davantage sous contrainte. 3.2.1.1.1.3. Les abattements Au cours de la période 2008-2014, la commune a maintenu des abattements à la base de taxe d’habitation(42) plus favorables que les minima légaux. En effet, comme le montre le tableau ci-après, elle a instauré deux abattements facultatifs, en portant les taux respectifs au maximum de la fourchette autorisée (entre 1 % et 15 %). Ils sont ainsi de 15 % pour les abattements général et spécial à la base en faveur des foyers modestes. Elle a également retenu un taux intermédiaire de 20 % pour l’abattement famille, pour la charge d’une troisième personne. Ces abattements représentent une ressource non mobilisée d’environ 4,6 M€, en 2014. L’abattement général à la base, à titre illustratif, appliqué au taux maximum de 15 %, pourrait constituer, une marge de manœuvre à la disposition de la collectivité, mais la commune a précisé qu’elle souhaitait maintenir la stabilité fiscale. Tableau n° 6 : Analyse des abattements à la base (41) Loi de finances 2010 n° 2009-1673 du 30 décembre 2009. (42) La collectivité n’applique pas d’exonération facultative de taxe foncière, prévue par l’article 1383 du code général des impôts, pour les constructions nouvelles, reconstructions et additions de construction durant les deux années qui suivent celle de leur achèvement. source ressource non mobilisée Type d'abattement Obligatoire Facultatif Voté Nb d'articles Abattements 2014 1) général à la base 1 à 15% 15% 13 410 11 166 157 € 2 766 974 € 2) pour charge de famille 1ère et 2ème personne 10% jusqu'à 20 % 10% 9 145 4 991 035 € 1 236 778 € 3ème personne et suivantes 15% jusqu'à 25 % 20% 1 442 1 527 592 € 378 537 € 3) spécial à la base 1 à 15% 15% 1 327 760 397 € 188 426 € 4) spécial handicapé 1 à 15% non voté 1 Totaux 18 445 181 € 4 570 716 € article 1411 du CGI état 1386 Bis TH K 2014 Conflans-Ste-Honorine
  • 34. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 30/126 3.2.1.1.1.4. La contribution aux mécanismes de péréquation (FNGIR, FPIC) Dans le cadre de la suppression de la taxe professionnelle, la commune a perçu, en 2010, une compensation relais de 7,2 M€. La mise en place du nouveau panier de fiscalité économique(43) , en 2011, s’est accompagnée d’une participation au FNGIR de 472 K€, qui a atteint 502 K€, en 2014. Par ailleurs, la commune contribue de manière croissante au fonds national de péréquation des recettes fiscales intercommunales et communales (FPIC), instauré en 2012. Ce prélèvement a ainsi progressé de 181 K€, lors de l’entrée en vigueur du dispositif, à 506 K€, en 2013, et 557 K€, en 2014. Il a été maintenu à ce montant, en 2015, car la commune a bénéficié du choix de la communauté d’agglomération(44) de retenir une clé dérogatoire de répartition du FPIC à l’échelle intercommunale, conduisant à faire peser davantage la charge de la contribution sur l’EPCI que sur les communes adhérentes. Sinon, la charge se serait élevée à 678 K€, en 2015. Selon la collectivité, cette option intercommunale découlait de la volonté d’affecter aux communes membres une partie du surplus de la dotation intercommunale issu de la transformation de la communauté de communes en communauté d’agglomération, au 1er janvier 2015. Les prélèvements sur ressources ne comportent pas de part « SRU » pour insuffisance de logements sociaux (article 55 de la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain)(45) , car la commune satisfait au seuil réglementaire de 20 % de logements sociaux sur son territoire. En 2014, le taux de logements sociaux était de 20,44 %. 3.2.1.1.2. Les autres produits fiscaux Majoritairement composés de la TEOM jusqu’en 2013 (4 M€), de la taxe additionnelle aux droits de mutation ou à la taxe de publicité foncière (DMTO de 1,5 M€) et, dans une moindre mesure, de la taxe sur l’électricité (0,6 M€) et des droits du stationnement (0,3 M€), devenu payant en 2008(46) , ces produits s’élevaient, en 2013, à 6,6 M€ (2,5 M€ hors TEOM). (43) Remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale, composée de la cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE) et la CFE, l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER) et la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM). (44) Délibération n° 32 du 29 juin 2015. (45) Le taux de logements sociaux a été porté à 25 % d’ici 2025 par la loi n° 2013-61 du 18 janvier 2013, relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social, et ses décrets d’application n° 2013-670 et n° 2013-671 du 24 juillet 2013. (46) Le stationnement payant a été institué parallèlement à la mise en place d’une délégation de service public, conclue du 3 juin 2006 au 2 juin 2020.
  • 35. Commue de Conflans-Sainte-Honorine – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives S2-2160235/BB 31/126 Graphique n° 1 : Taxe additionnelle aux droits de mutation ou à la publicité foncière (K€) Source : comptes administratifs, ANAFI et BP 2014 pour 2014, BP 2015 Étroitement liées à la vitalité du marché immobilier, les recettes de DMTO connaissent une évolution aléatoire. Comme le montre le graphique ci-dessus, la commune a retenu une prévision budgétaire relativement prudente quant au produit attendu de cette ressource, soumise aux fluctuations de la conjoncture économique. 3.2.1.2. Les dotations et participations Les dotations et participations ont diminué de 25 %, entre 2009 et 2014, pour s’établir à 10,5 M€, au lieu de 14 M€ en début de période. Cette déflation provient essentiellement de la baisse de la DGF, sous l’effet conjugué de la mise en place de l’intercommunalité et de la contribution à l’effort national de redressement des comptes publics. 3.2.1.2.1. L’évolution de la dotation globale de fonctionnement (DGF) La DGF a baissé de 44 %, entre 2009 et 2014, pour s’élever à 5,6 M€ (10,2 M€ en 2009). Cette diminution devait s’accentuer en 2015 dans le cadre de la trajectoire nationale de rétablissement de l’équilibre budgétaire, le montant versé n’étant plus que de 4,5 M€ (cf. annexe n° 3 – tableau n° 2). La DGF perçue par la commune est demeurée inférieure à la moyenne de la strate d’appartenance, au cours de la période examinée. Ainsi, le ratio par habitant était de 266 € à Conflans, en 2013, alors que celui de la strate était de 340 €. Comme le reflète le graphique ci-dessous, le décrochage observé en 2014 (5,6 M€), par rapport à 2013 (9,5 M€), résulte principalement du transfert de la compensation de la part salaire de la taxe professionnelle (CPS) de la dotation forfaitaire de la DGF à l’intercommunalité, créée au 1er janvier 2014, en application de l’article L. 2334 du CGCT(47) . (47) Selon la commune, l’impact serait de 3,4 M€.