socrate_m_a_dp (1)

164 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
164
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

socrate_m_a_dp (1)

  1. 1. SOCRATE parmi NOUS : 2e volet Socrate m'a dit théâtre / danse / vidéo de Sarane Alexandrian mise en scène : Anastassia Politi Création du 9 au 20 janvier 2008 à 20h30 et le dimanche à 17h30 - Relâche lundi et mardi Espace Jemmapes, Paris 10e Maison de la Poésie de Saint – Quentin en Yvelines Guyancourt jeudi 24 janvier 2008 à 20h30 1
  2. 2. SOCRATE parmi NOUS - 2e volet : Socrate m'a dit calendrier • Création : du 9 au 20 janvier 2008 • du mercredi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17h30 • Espace Jemmapes • 116, quai de Jemmapes, Paris 10e, métro Gare de l'Est • réservations : par tél au 01 48 03 11 09 • par mail : reservation-je@crl10.net sur www.jemmapes.com • prix de places : 13/11 euros, groupes scolaires : 5 euros • Reprise : le 24 janvier 2008 à 20h30 • Maison de la Poésie de Saint – Quentin en Yvelines • 10 place Pierre Bérégovoy F-78280 Guyancourt • réservation par teléphone : 01 39 30 08 90 - fax : 01 39 30 08 91 par mail maison.poesie@agglo-sqy.fr sur www.saint-quentin-en-yvelines.fr • prix de places : 7,5/ 5 euros Coproduction : Compagnie Erinna - Maison de la Poésie de Saint - Quentin - en- Yvelines. Soutiens : Conseil Régional d'Ile-de-France au titre de la permanence artistique, Mairie de Paris 10e Ambassade de Grèce en France Partenariats : CRL10 /Espace Jemmapes et Espace Château Landon (Paris 10e), Office du tourisme hellénique Les Saisons du Vieux Château de Vicq-sur-Breuilh (Limousin) Compagnie Erinna association loi 1901 siège social : 15, rue de l'Union, 95460 Ezanville, France courrier : 58, avenue de Saint Mandé, 75012 Paris, France, tel / fax : + 33 (0) 1 43 47 00 84 cel : + 33 (0) 6 11 61 87 31 mel : cie.erinna@wanadoo.fr site internet : http://perso.wanadoo.fr/erinna Contact presse - professionnels : Christine André - tel : 0668522594 2
  3. 3. SOCRATE parmi NOUS - 2e volet : Socrate m'a dit Et si une femme d'aujourd'hui interrogeait Socrate ? Hugo Bonamin • textes : Sarane Alexandrian • mise en scène : Anastassia Politi • création vidéo : Frédéric Durand-Drouhin • scénographie : Hugo Bonamin musique acousmatique : Philippe Blanchard • costumes : Nayla Ferzli • lumières : T. Sebastiâo Tadzio • Avec, sur scène : François Chat (danse, jonglage) et Anastassia Politi (jeu, chant) • et sur écran : Olivier Salon (jeu) 3
  4. 4. haleine jusqu’à la fin. Anastassia désirait jouer elle-même dans cette pièce, et me laissait libre d’imaginer la situation de départ. L’idée de faire dialoguer Socrate avec une femme est passionnante, mais avec quelle femme ? J’ai lu Socrate et sa femme, pièce en un acte et en vers de Théodore de Banville, où cet exquis poète prouve qu’il n’y a pas grand chose à tirer du caractère de Xanthippe, sinon une succession de scènes de ménage. J’ai songé à Diotime, l’hétaïre du Banquet qui fait à Socrate un discours sur l’amour, mais ce discours est tellement ennuyeux qu’il ne me donne pas envie de broder dessus. Au contraire, « la rencontre rêvée d’une femme de nos jours avec Socrate » était un sujet superbe, se prêtant à des variations plus ou moins surprenantes. Surtout si cette femme était une Grecque frémissante d’admiration pour son héros national, et si cette Grecque était Anastassia Politi qui a interprété Médée! Depuis le XIXe siècle on tente d’établir qui est le vrai Socrate: celui des Dialogues de Platon ou celui des Mémorables de Xénophon. Je suis entièrement du côté de Xénophon, d’autant plus que Socrate lui-même a déclaré, lorsqu’il a entendu Platon faire une lecture publique d’un de ses premiers dialogues:« Par Héraklès, que de faussetés dit sur moi ce jeune homme! » (Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, livre III). Hegel fut le premier à affirmer que le Socrate de Xénophon était le plus crédible et même des partisans de Platon reconnaissent que Phédon, La République, ne reflètent pas du tout la philosophie de son maître. Le Banquet de Xénophon est plus vivant que celui de Platon et montre que Socrate aimait les femmes: il y parle sensuellement de leur parfum et contemple en connaisseur la danse voluptueuse qu’exécute devant lui Ariadne. Dans Les Mémorables (Livre III, ch. 11), Socrate rend visite à une belle femme galante, Théodote, qui lui demande de l’aider à trouver des amis; il lui répond avec une bonhomie teintée d’ironie, et repart en avouant qu’il a été excité par sa tenue légère. Je me suis inspiré de cette scène peu connue, qui a toujours été coupée dans l’édition Hachette bilingue des Mémorables pour les étudiants, comme si elle était inconvenante! Voici le sujet de Socrate m’a dit. Lééna, insatisfaite de ce qu’elle a appris sur Socrate à la Faculté, lui pose des questions concernant aussi bien sa vie que sa philosophie. A travers ses réponses ceux qui ne connaissent pas Socrate le découvriront, et ceux qui le connaissent apprendront des détails curieux que j’ai glanés en des textes anciens. Mais cela ne suffira -t-il pas à faire tout l’intérêt de la pièce, aussi y a-t-il une évolution dramatique dans les rapports de Socrate et de Lééna. Lééna commence par rêver à ce qu’elle dirait à Socrate s’il lui apparaissait. Elle sait que cette apparition est imaginaire, mais elle se prend si bien au jeu que Socrate devient étonnamment réel pour elle ( et pour le spectateur). C’est un vieux maître extraordinaire et une jeune femme enthousiaste qui ont ensemble une relation de séduction réciproque. Cela devient poignant quand Socrate soudain à son tour interroge Lééna, dans un exercice de maïeutique où il lui fait remettre en question ses amours et ses connaissances d'une manière qui la bouleverse. Perçue au début comme un fantasme, la présence de Socrate s’intensifie au fil du dialogue, ce qui permet une fin originale et saisissante. Ceux qui savent que j’ai été l’ami et le collaborateur d’André Breton à vingt ans, que mon gros livre Le Surréalisme et le rêve (Gallimard, 1974) fait toujours autorité, penseront que je fais un Socrate surréaliste. Si cela était, ce serait prodigieux, et le succès serait assuré. Depuis la vente de la collection d’André Breton à des prix astronomiques, même ceux qui le dénigraient le vénèrent maintenant parce qu’ils ont la preuve que ses amis valaient très cher! Je ne veux pas faire un Socrate surréaliste, mais toute mon expérience de l’onirisme est nécessaire évidemment pour rendre intenses les rapports rêvés de Lééna avec Socrate. Je ne prétends qu’à instruire en divertissant, ce qui est la règle d’or du théâtre classique ou d’avant- garde. Sarane Alexandrian, Paris, mai 2007. 6
  5. 5. Socrate m'a dit Intentions de mise en scène et de scénographie recherche de scénographie par Hugo Bonamin La pièce, nourrie de l'expérience de l'onirisme et du surréalisme de son auteur, sera l'occasion d'effectuer une recherche sur le plan de l'écriture scénique en faisant appel à l'utilisation de l'image et à l'intervention de la danse. La dramaturgie devient ainsi plurielle. Nous souhaitons éviter tout académisme et faire face aux idées reçues. Nous prolongerons un travail expérimental qui est celui de la compagnie Erinna, sur le terrain du croisement des disciplines artistiques. a. Utilisation des images et de la danse Mettre en scène un rêve est à la fois un plaisir et un défi. Utiliser un mélange d'images virtuelles et d'images réelles projetées sur la scène est notre première approche. Socrate doit être pour Lééna tantôt une image insaisissable, tantôt un être en chair et en os concret. Il peut emprunter plusieurs visages, traverser plusieurs âges, puisque il est, selon l'auteur, « un philosophe de tous les âges et d'aucun âge, un philosophe dansant ». Socrate de Sarane Alexandrian est donc polymorphe, énigmatique, danseur de surcroit et évolue entre la scène et l'écran. Un film vidéo évoque Athènes, le philosophe - et d'autres figures aussi - Lééna est présente sur la scène. Socrate apparaît sur l'écran mais aussi sur le plateau, Le danseur occupe son propre espace . Il joue à la fois Socrate et son daïmon, réagissant par le geste et le mouvement à la parole et à la musique. 7
  6. 6. haleine jusqu’à la fin. Anastassia désirait jouer elle-même dans cette pièce, et me laissait libre d’imaginer la situation de départ. L’idée de faire dialoguer Socrate avec une femme est passionnante, mais avec quelle femme ? J’ai lu Socrate et sa femme, pièce en un acte et en vers de Théodore de Banville, où cet exquis poète prouve qu’il n’y a pas grand chose à tirer du caractère de Xanthippe, sinon une succession de scènes de ménage. J’ai songé à Diotime, l’hétaïre du Banquet qui fait à Socrate un discours sur l’amour, mais ce discours est tellement ennuyeux qu’il ne me donne pas envie de broder dessus. Au contraire, « la rencontre rêvée d’une femme de nos jours avec Socrate » était un sujet superbe, se prêtant à des variations plus ou moins surprenantes. Surtout si cette femme était une Grecque frémissante d’admiration pour son héros national, et si cette Grecque était Anastassia Politi qui a interprété Médée! Depuis le XIXe siècle on tente d’établir qui est le vrai Socrate: celui des Dialogues de Platon ou celui des Mémorables de Xénophon. Je suis entièrement du côté de Xénophon, d’autant plus que Socrate lui-même a déclaré, lorsqu’il a entendu Platon faire une lecture publique d’un de ses premiers dialogues:« Par Héraklès, que de faussetés dit sur moi ce jeune homme! » (Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, livre III). Hegel fut le premier à affirmer que le Socrate de Xénophon était le plus crédible et même des partisans de Platon reconnaissent que Phédon, La République, ne reflètent pas du tout la philosophie de son maître. Le Banquet de Xénophon est plus vivant que celui de Platon et montre que Socrate aimait les femmes: il y parle sensuellement de leur parfum et contemple en connaisseur la danse voluptueuse qu’exécute devant lui Ariadne. Dans Les Mémorables (Livre III, ch. 11), Socrate rend visite à une belle femme galante, Théodote, qui lui demande de l’aider à trouver des amis; il lui répond avec une bonhomie teintée d’ironie, et repart en avouant qu’il a été excité par sa tenue légère. Je me suis inspiré de cette scène peu connue, qui a toujours été coupée dans l’édition Hachette bilingue des Mémorables pour les étudiants, comme si elle était inconvenante! Voici le sujet de Socrate m’a dit. Lééna, insatisfaite de ce qu’elle a appris sur Socrate à la Faculté, lui pose des questions concernant aussi bien sa vie que sa philosophie. A travers ses réponses ceux qui ne connaissent pas Socrate le découvriront, et ceux qui le connaissent apprendront des détails curieux que j’ai glanés en des textes anciens. Mais cela ne suffira -t-il pas à faire tout l’intérêt de la pièce, aussi y a-t-il une évolution dramatique dans les rapports de Socrate et de Lééna. Lééna commence par rêver à ce qu’elle dirait à Socrate s’il lui apparaissait. Elle sait que cette apparition est imaginaire, mais elle se prend si bien au jeu que Socrate devient étonnamment réel pour elle ( et pour le spectateur). C’est un vieux maître extraordinaire et une jeune femme enthousiaste qui ont ensemble une relation de séduction réciproque. Cela devient poignant quand Socrate soudain à son tour interroge Lééna, dans un exercice de maïeutique où il lui fait remettre en question ses amours et ses connaissances d'une manière qui la bouleverse. Perçue au début comme un fantasme, la présence de Socrate s’intensifie au fil du dialogue, ce qui permet une fin originale et saisissante. Ceux qui savent que j’ai été l’ami et le collaborateur d’André Breton à vingt ans, que mon gros livre Le Surréalisme et le rêve (Gallimard, 1974) fait toujours autorité, penseront que je fais un Socrate surréaliste. Si cela était, ce serait prodigieux, et le succès serait assuré. Depuis la vente de la collection d’André Breton à des prix astronomiques, même ceux qui le dénigraient le vénèrent maintenant parce qu’ils ont la preuve que ses amis valaient très cher! Je ne veux pas faire un Socrate surréaliste, mais toute mon expérience de l’onirisme est nécessaire évidemment pour rendre intenses les rapports rêvés de Lééna avec Socrate. Je ne prétends qu’à instruire en divertissant, ce qui est la règle d’or du théâtre classique ou d’avant- garde. Sarane Alexandrian, Paris, mai 2007. 6
  7. 7. Socrate m'a dit Intentions de mise en scène et de scénographie recherche de scénographie par Hugo Bonamin La pièce, nourrie de l'expérience de l'onirisme et du surréalisme de son auteur, sera l'occasion d'effectuer une recherche sur le plan de l'écriture scénique en faisant appel à l'utilisation de l'image et à l'intervention de la danse. La dramaturgie devient ainsi plurielle. Nous souhaitons éviter tout académisme et faire face aux idées reçues. Nous prolongerons un travail expérimental qui est celui de la compagnie Erinna, sur le terrain du croisement des disciplines artistiques. a. Utilisation des images et de la danse Mettre en scène un rêve est à la fois un plaisir et un défi. Utiliser un mélange d'images virtuelles et d'images réelles projetées sur la scène est notre première approche. Socrate doit être pour Lééna tantôt une image insaisissable, tantôt un être en chair et en os concret. Il peut emprunter plusieurs visages, traverser plusieurs âges, puisque il est, selon l'auteur, « un philosophe de tous les âges et d'aucun âge, un philosophe dansant ». Socrate de Sarane Alexandrian est donc polymorphe, énigmatique, danseur de surcroit et évolue entre la scène et l'écran. Un film vidéo évoque Athènes, le philosophe - et d'autres figures aussi - Lééna est présente sur la scène. Socrate apparaît sur l'écran mais aussi sur le plateau, Le danseur occupe son propre espace . Il joue à la fois Socrate et son daïmon, réagissant par le geste et le mouvement à la parole et à la musique. 7
  8. 8. A la fois spectateur et acteur du rêve de Lééna, il est tantôt à l'intérieur, tantôt à l'extérieur de l'action scénique, grâce à un travail d'éclairages. Il porte le masque du Silène. Il incarne aussi le rôle d'Alcibiade. b. Jeu de l'acteur, espace, musique Les termes de "rôle" ou de "personnage" sont à éviter, ce qui est recherché n'est pas l'incarnation, ni la convention théâtrale mais plutôt la crédibilité d'une parole offerte dans un espace et à un moment précis. Il s'agit d'une crédibilité fondée sur l'organicité : les interprètes étant dans un état de "rêve éveillé", les gestes et les mouvements sont guidés par des impulsions organiques et la parole devrait jaillir du corps, « comme une sécrétion » (Ludwik Flaszen). Sans effort, sans artifice. Sans tenter d'analyser ou de décrypter le sens du texte d'une façon académique (ce travail sera fait au préalable avant le début de répétitions). Nous cherchons une approche de cette parole (philosophique ou poétique) de façon intuitive, organique, presque animale. L'interprétation s'appuie sur une partition précise d'actions scéniques (physiques et vocales) qui sont recherchées durant le travail de répétitions avec au préalable le texte su par cœur. De temps en temps, quelques bribes en grec sont proférées, parlées ou chantées. Le jeu de Lééna, sobre et retenu, parfois aux limites d'une « danse immobile » fera écho à la danse fluide, aérienne et tonique du danseur/daimon/Socrate. La musique, acousmatique, est présente discrètement, tout au long de cette création. Elle est inspirée de la lyre et de la flûte. 8
  9. 9. Socrate m'a dit L'équipe artistique Sarane ALEXANDRIAN, auteur Né à Bagdad, Sarane Alexandrian est venu à l’âge de six ans à Paris où il fait ses études au lycée Condorcet et à la Sorbonne. A dix-neuf ans, il s'est lié avec André Breton et a participé au mouvement surréaliste d'après-guerre. Georges Bataille et René Char ont fait l'éloge de son activité dans leur correspondance. Sarane Alexandrian a publié des romans, des essais, des monographies sur l’art, en tout près de soixante oeuvres traduites dans quinze langues, dont quelques classiques : Le Surréalisme et le rêve (Gallimard), André Breton par lui-même (Seuil),Le Socialisme romantique (Seuil), Histoire de la littérature érotique (Seghers), L’Aventure en soi, autobiographie (Mercure de France), Histoire de la philosophie occulte (Seghers), Les terres fortunées du songe (Galilée)... Critique littéraire pendant de nombreuses années à l'Express et critique d'art à L'oeil et à Connaissance des Arts, il a fondé et dirige Supérieur Inconnu, revue de littérature et d'art moderne. Sa biographie Sarane Alexandrian ou le grand défi de l'imaginaire signée Christophe Dauphin, a paru en 2006 chez l'Age d'Homme. Anastassia POLITI, metteur en scène et interpète Née à Athènes, sélectionnée pour représenter la Grèce dans un projet européen de recherches théâtrales dirigé par Christian Schiaretti à la Chartreuse, au festival officiel d'Avignon 1990, Anastassia Politi s'installe à Paris où elle joue au théâtre sous la direction de Jacques Lassalle, Stéphane Braunschweig, Costa Gavras ou encore Stéphane Verrue, Moïse Touré, Marc Blezinger, François Joxe... Elle fut l'élève et l'assistante de Ludwik Flaszen, étroit collaborateur de Grotowski. En 1994 elle fonde la Compagnie Erinna à Paris. Son travail est axé sur la création contemporaine et transdisciplinaire, attentive très souvent à la culture hellénique qu'elle revisite et questionne. Egalement chanteuse, elle chante pour les compositeurs Michaël Lévinas à l'IRCAM (Opéra Go-Gol, mise en scène par Daniel Mesguish) ainsi qu'avec Philippe Blanchard ou Georges Couroupos et interprète un répertoire de chants grecs. Elle fait un séjour à l'Actor's studio de New York, puis, elle obtient une résidence au titre de metteur en scène au Royal Court Theatre à Londres. Anastassia Politi est diplômée en sciences économiques par l’Université d’Athènes (maîtrise), par l'Institut d'études théâtrales -Université de Paris 3 (licence) ainsi que par l’ Université de Paris 1- Panthéon- Sorbonne (DEA en économie du travail) . 9
  10. 10. Parmi ses créations : Pour Aphrodite textes de Baptiste-Marrey et d'un ensemble de poètes, chypriotres, grec et turcs, création au Festival Interational Kypria 2002, reprise en France et en Suisse en 2003, 2004 et 2006 (Maison des Cultures du Monde, Auditorium de Saint - Germain des Près, Centre des Arts d'Enghien-les-bains, Espace culturel Bernard Dague, Théâtre du Pommier – Neuchâtel). Là où ça fait mal de Christophe Pellet, création au Théâtre national de Dijon, dans le cadre des Rencontres Internationales de Théâtre de Dijon 2000, reprise en 2001 à l'Atelier du Rhin et la à Scène nationale d'Alençon-Flers. Médéa / fictions trilogie contemporaine, commande d'écriture aux auteurs Serge Saada, Michel Simonot et Elsa Solal et aux compositeurs Philippe Blanchard et Wolfgang Stryi (de l'Ensemble Modern de Francfort), création 1996 à la Scène nationale de Bourges, dans le cadre d'un Atelier théâtral national, reprise du premier volet en 1999 au Théâtre Gérard Philipe – CDN de Saint-Denis et en 2001 à la Cartoucherie de Vincennes - Théâtre du Chaudron, ainsi qu'en Grèce et aux Pays Bas. Fête païenne sur fond de mer Egée au Théâtre de l’Ile-Saint-Louis, Paris, 1995, récital à partir de textes de poètes grecs modernes et de chants rébétika. Elle a présenté également les récitals et lectures-spectacles suivants : Alice à Louvres, commande d'écriture à Serge Saada, pièce issue de la récolte de paroles des habitants de la ville de Louvres (95) dans le cadre d'un partenariat entre la compagnie et l'Espace Culturel Bernard Dague (2002-03). Chants et poètes de Grèce - Forum des Instituts culturels étrangers (2004). La peau de mon enfance de Baptiste- Marrey, Printemps des Poètes (2005). Epitaphe de Phryné pour sa soeur Iranienne, Festival de Théâtre iranien en exil, Paris (2005). Sappho, poèmes dits et dansés - 2e Festival européen de latin et de grec, Bécherel (2006). Les Oiseaux d'Aristophane, Espace Culturel Bernard Dague, Théâtre au collège (2006). Pour l'amour du grec – tiré de l'anthologie du même titre de Jean - Pierre Vernant et Jacqueline de Romilly, Mairie de Paris 10e (2007). Les terres fortunées du songe, roman -poème de Sarane Alexandrian, Mairie de Paris 10e - Marché de la Poésie (2007). Daniel Varoujan, le poète de la terre rouge d'Arménie, Espace Château Landon, Année de l'Arménie (2007). Erotokritos, de V. Cornaros, Ambassade de Grèce en France au Centre international des Conférences du Ministère des affaires étrangères (2007). Olivier SALON, acteur Docteur en mathématiques, Olivier Salon est actuellement professeur de mathématiques en classe de Math. Spé. Devenu membre de l’Oulipo en 2000, il écrit avec Jacques Jouet la pièce Pas de deux et collabore à l’écriture de numéros de la Bibliothèque Oulipienne, dont Drames et comédies brefs dans le petit lavoir, Doukipleudonktan ? et Diable ! ainsi qu’à Maudits (Mille et une Nuits) et aux Moments oulipiens (Le Castor Astral). Il est enfin l’auteur de Les gens de légende et le coauteur avec Jacques Roubaud de Sardinosaures & Cie et de Nouvelles Sollicitudes. Il publie également aux Éditions Guérin El Capitan, récit poétique d’une ascension de montagne, et aux Éditions Les Mille Univers La Pelle et Des gens guindés dégingandés. Depuis 2005, il est l’un des comédiens du spectacle Pièces détachées, montage de textes oulipiens (mise en scène de Michel Abécassis), qui se joue au Théâtre du Rond-Point (Paris), en banlieue et en province. Les nuits de pleine lune, quand l’écrevisse aboie, il accompagne les loups-garous. Au piano. 10
  11. 11. François CHAT, danseur et jongleur Médéa/fictions, 1996 Il fut élève à l’école nationale du cirque Annie Fratellini. Il a 16 ans lorsque Robert Wilson l'engage dans Oedipus-Rex au Théâtre du Châtelet en 1996. Bob Wilson crée en suite pour lui Wings on Rock au Festival de Saint Denis. Entre-temps François Chat monte sa première création, L'Œuf du vent. Depuis, il a signé plusieurs spectacles atypiques développant une recherche du jonglage contemporain, mêlant danse et théâtre gestuel, présentés en France, en Europe, en Inde, au Pakistan et au Japon pour d'importants théâtres ou festivals. Parmi ses créations : SEtaccio / Théâtre du Châtelet, Le bois de pins /Scène nationale de Châteauroux, Rotation /Festival de Saint Denis. Il a été accompagné en solo par Michel Petrucciani et collabore régulièrement avec des musiciens. Egalement interprète, il a joué sous la direction de Yannis Kokkos, Pierre Doussaint, Jean-François Duroure, Anastassia Politi (Médéa/Fictions). Philippe BLANCHARD, compositeur acousmate Philippe Blanchard est compositeur de musique acousmatique. Il réalise ses musiques au Studio Forum à Annecy. Il conçoit la création comme une action de résistance contre la pensée unique et jetable. Comme Rabelais s’intéressait à la vie horrifique du Grand Gargantua, Philippe Blanchard aime manifester de la condition humaine en morceaux. Son art est un assemblage inattendu d’objets sonores, éléments d’un puzzle se métamorphosant alors en « un dessin animé pour l’oreille », selon C. Zanesi de Radio France qui a présenté la musique de Ph. B. Il a été lauréat de nombreux concours internationaux (GMEB à Bourges, Luigi Russolo en Italie, « Chasseurs de sons »-Radio France, La Muse en circuit …). Une discographie (CD + 33-t) et un catalogue de ses pièces ont été édités sous le nom du « Lieutenant Caramel ». Il a donné un grand nombre de concerts dont : « Katastrophe », création mixte pour voix, basse électrique, violoncelle et bande magnétique, écrite pour Anastassia Politi et Kasper Toeplitz, au festival « Concerts d’hivers et d’aujourd’hui » , à Annecy, 1994 (édité en CD). Fondateur et président du festival Le Bruit de la neige à Annecy jusqu'en 2005, il se consacre récemment à la musique acoustique et collabore avec l'Orchestre Symphonique de Barcelone. Hugo BONAMIN, peintre, plasticien et scénographe Né à Paris en 1979, il est successivement expatrié aux USA, à Londres et en Argentine où il commence sa carrière de peintre en 1999. Il réalise plusieurs expositions individuelles à Buenos Aires (Toilettes et télévision, Le voyeurisme à la télé, Tierra de vigilia) et à Paris (Argentina, Chanson de rue). En 2005, il investie l'Eglise Saint - Merri à Paris pour la Nuit Blanche parisienne avec deux installations remarquées (Les chaises, le combat). Il participe à des expositions collectives et performances en Argentine, en Suisse, à Paris et à New York. Actuellement il prépare une exposition à l'eglise Saint Merri à Paris dans le marge du Festival d'Automne ainsi qu'une autre exposition personnelle à la galerie IMMIX de l'Espace Jemmapes. 11
  12. 12. Frédéric DURAND-DROUHIN, réalisateur vidéo Né à Paris, Frédéric Durand-Drouhin est réalisateur. Suite à un Bac A2 au Lycée Français de New- York, il a suivi des formations à l'Ecole de Reportages des Amandiers de Paris et à l' Ecole Supérieure de Journalisme de Paris. Son expérience professionnelle s'étend de la réalisation de films documentaires pour la télévision (FR3, TV5, TV Fil...) à celle de films institutionnels, ou alors, de la réalisation de sujets en tant que journaliste-reporter d'images (économie, tourisme, reportages d'actualité, société, magazines culturelles) pour FR2, Perfect TV/Japon, Initiatives Africa, chaîne Voyage, TV fil, Business Africa... à celle du cameraman pour FR3, ARTE (Métropolis), TF1, TV5 ou pour i-Télévision et Canal Sat. Attiré par le spectacle vivant, il se consacre également à des captations vidéo de représentations de danse et de théâtre et mène ses travaux de recherche en matière d'archivage ou d'utilisation de l'image sur la scène. 12
  13. 13. SOCRATE parmi NOUS Résidences -partenariats- actions culturelles En 2007-2008, la compagnie Erinna est en partenariat avec l'association CRL10 et en résidence à l'Espace Château Landon ainsi qu'à l'Espace Jemmapes à Paris 10e, dans le cadre du projet Socrate parmi nous. Elle est également en partenariat avec la Communauté d'Agglomération de Saint Quentin en Yvelines – Maison de la Poésie. Dans ce cadre, un ensemble d'expositions, projections, rencontres, spectacles, formations, lectures et débats ont été mis en place : Espace Jemmapes Expositions Hugo Bonamin – peintre et plasticien du 6 décembre au 6 janvier : exposition personnelle du 9 au 20 janvier : exposition autour de la création Socrate parmi nous Table ronde Samedi 12 janvier à 17h : Thème : Les avant-gardes et la transmission. Animée par Sarane Alexandrian. Poètes invités : Roland Nadaus , Virgile Novarina, Christophe Dauphin, Marc Kober, Jacques Fournier, Jean-Dominique Rey... Projection de films dimanche 13 janvier à 19h Autour du sommeil, court métrage de Virgile Novarina, suivi deToccata de Jean Seban dimanche 20 janvier à 19h Trois visages et l'Amitié de Jean Seban Concert Samedi 19 janvier à 22 h 30 Chants de la Méditérranée, par Anastassia Politi et des musiciens invités. Jour international de la femme dimanche 9 mars à 18h Romance primale, de Philippe Biget, lecture de pièce de théâtre dédiée à la maternité. Maison de la Poésie de Saint - Quentin - en - Yvelines Lectures-rencontres vendredi 23 novembre 2007 à partir de 19h à minuit. PoésYvelines, la semaine des poètes : participation de la compagnie Erinna à La Nuit de la Poésie autrement (Ferme de Bel ébat, Place de Bel ébat, Guyancourt, tel 01 30 48 33 44, entrée libre (programme en cours) jeudi 13 décembre 2007 : Poésie dans l'instant : La revue Les Hommes sans épaules et les poètes Christophe Dauphin et Alain Breton. 13
  14. 14. Actions en direction des élèves et enseignants Invitation des enseignants, élèves et Saintquentinois à assister à une répétition publique du projet « Socrate parmi nous » entre le 17 décembre et le 21 décembre 2007 à la Maison de la Poésie. Intervention en milieu scolaire : les 14 et 15 janvier 2008. Espace Château Landon Rencontres (entrée libre) Samedi 29 septembre à 19h : Sarane Alexandrian, écrivain, poète, critique d'art, historien du mouvement surréaliste d’après guerre, directeur de la revue d’art et littérature Supérieur Inconnu . Jeudi 4 octobre à 19h : Alain Foix, écrivain et philosophe originaire de Guadeloupe, autour de son livre, Ta mémoire, petit monde éd Gallimard. Samedi 6 octobre à 19h : Séverine Auffret, philosophe et historienne des idées féministes, enseignante à l'Université Populaire de Caën à propos de Mélanippe, la Philosophe, Editions des Femmes ; conférence : La femme chez les philosophes grecs anciens. Jeudi 11 octobre à 19h : ElIzabeth Antébi, auteur, fondatrice du Festival Européen de Latin et Grec. Projection de film d'archives et d'entretien avec Jacqueline de Romilly. Débat: Les Humanités (grec/latin) sont- elles le ciment de l'Europe? Samedi 19 avril à 20h30 Allain Glykos, philosophe et écrivain., autour de son roman-jeunesse Manolis de Vourla, éd Quiquandquoi. samedi 17 mai à 20h30 Ludwik Flaszen, homme de théâtre, écrivain, cofondateur du Théâtre Laboratoire de Grotowski, autour de son livre Le Chirographe, éd. La Découverte Exposition photos du 3 au 31 janvier T. Sebastiâo Tadzio : Portraits de femmes Formation vacances du 21 avril au 3 mai Stage de chant, voix et traditions orales, par Fadhel Messaoudi et Anastassia Politi. 14

×