MADDY TALK – LA VILLE
E n p a r t e n a r i a t a v e c
E n p a r t e n a r i a t a v e c
C A R N E T D E T E N D A N C E S
Signes avant-
coureurs &
chiffres clés
Définitions &
notes explicatives
Illustrations
de startups
avec notes
explicatives
...
7 interviews
d’entrepreneurs
11 prédictions
10 chiffres clés
Total de
49 slides
LES ATOUTS DE CE CARNET DE TENDANCES
LA VILLE
CHIFFRES CLÉS
6,3C’est en milliards le nombre de citadins
dans le monde en 2050, contre 3,6
milliards aujourd’hui.
75%C’est la populatio...
10C’est en millions le nombre d’habitants
que compteront au minimum ces 37
mégalopoles
LES CHIFFRES CLÉS
37C’est le nombre...
240C’est le nombre de villes européennes
dites intelligentes d’ici 2020
LES CHIFFRES CLÉS
30C’est en milliards le nombre
d...
230%C’est la croissance que devrait
connaître le marché de la ville
intelligente d’ici 2020
(Enquête EY-Cap Digital)
LES C...
1,6%C’est ce que la France perd en PIB dans les
embouteillages en une année. Un Français
passe 2 à 3 jours en moyenne par ...
LA VILLE
LES ENTREPRENEURS
À SUIVRE
5 QUESTIONS À JÉRÉMIE JEAN
“Il y a 3 grands étapes aujourd’hui pour modifier le
comportement des individus et les rendre p...
Q1. Comment l'aventure eGreen a-t-elle commencé ? 
Tout a commencé par une étude menée à Berkeley en 2009 dans le champs d...
Q4. Comment modifier concrètement les comportements des individus pour réduire leur consommation
d’énergie ? Quelle pédago...
EGREEN, DES SOLUTIONS POUR FAVORISER LES ÉCO-COMPORTEMENTS
DATES CLÉS ?
Mai 2012 : création de la société eGreen
Janvier 2...
Plus que l’usage de la lumière, Glowee permet de
remettre en question la manière dont nous
produisons et nous innovons. La...
Q1. Quelle a été la genèse du projet Glowee ? 
En 2013, Sandra Rey, alors étudiante en design à l'école Strate, participai...
Q4. À quels secteurs s’adresse votre solution énergétique ? 
Je pense que le rapport à l'énergie va changer sur deux point...
GLOWEE, LE BIO-ÉCLAIRAGE VIVANT
DATE CLÉ ?
2014 : création de la startup Glowee
FONDATEURS ?
Maëlle Chassard et Sandra Rey...
5 QUESTIONS À YVES LE HENAFF
Nous n'avons rien révolutionné, nous avons
apporté une continuité entre le "brick & mortar"
e...
Q1. Pourquoi et comment a débuté l’aventure Kara ?
Kawantech, à l'origine du projet Kara, a été créée en 2011 pour se lanc...
Q3. Très simplement, comment fonctionne Kara et comment différencier une voiture d’un mouvement de branches d’arbre ?
Kara...
KARA, L’ÉCLAIRAGE PUBLIC INTELLIGENT
DATES CLÉS ?
2011 : création de la société Kawantech
2014 : Kawantech initie le proje...
Les transports urbains vivent une très importante
mutation. La tendance est maintenant vérifiée : dans
toutes les zones ur...
Q1. Quelle a été la genèse du projet Padam ?
L'idée de Padam est née début 2014, d'un constat simple : le numérique est en...
Q3. Quels sont les grands enjeux de la transformation du paysage des transports urbains pour la ville de demain ? 
Les tra...
PADAM, LE MINIBUS PARTAGÉ À LA DEMANDE
DATE CLÉ ?
Mai 2014 : création de la startup PADAM
FONDATEURS ?
Grégoire Bonnat et ...
5 QUESTIONS À RAPHAEL CHERRIER
Les enjeux autour de la data sont multiples.
Dans les transports publics, comme dans les
au...
Q1. Comment l'aventure Qucit a-t-elle commencé ?
Un beau matin, Raphaël Cherrier, fondateur de Qucit et early adopter du v...
Q4. Quels sont les efforts qui restent à faire pour l’ensemble des acteurs du transport public dans cette transformation
p...
QUCIT, L’OPTIMISATION DU SERVICE DE VÉLO EN LIBRE-SERVICE
DATES CLÉS ?
2011 : date de démarrage du projet académique Qucit...
5 QUESTIONS À CHRISTOPHE PERRON
Nous sommes aujourd’hui neuf personnes à
travailler pour la réussite de la mission de
l’en...
Q1. Quelle a été la genèse du projet Stimergy?
Stimergy est née de l'observation d'une aberration énergétique consistant à...
Q3. Pouvez-vous nous expliquer plus concrètement ce qu’est une « chaudière numérique » ? Est-il possible
aujourd’hui de s’...
STIMERGY, LE CLOUD QUI FOURNIT L’EAU CHAUDE
DATE CLÉ ?
2013 : date de création de la société Stimergy
FONDATEURS ?
Christo...
5 QUESTIONS À FIVOS MANIATAKOS
Prédire ou prescrire ne suffit pas : il faut
parvenir à rapprocher les analyses de leurs
ut...
Q1. Quelle a été la genèse du projet Sensewaves ?
Sensewaves est née de la rencontre de trois ingénieurs-chercheurs à l’IR...
Q3. Electricité, Smart Building, Water Management et E-health sont vos 4 focus solutions. Pouvez-nous nous expliquer pourq...
SENSEWAVES, LA PLATEFORME DE STREAMING ANALYTICS
DATE CLÉ ?
2015 : date de création de la startup Sensewaves
FONDATEURS ?
...
PRÉDICTIONS
POUR 2020
PRÉDICTIONS
AUTOUR DE LA VILLE
PRÉDICTIONS D’ENTREPRENEURS, SUR LA VILLE DE DEMAIN
UNE VILLE CONNECTÉE
CENTRÉE SUR L’USAGER
JÉRÉMIE JEAN
(eGREEN)
#1
UNE ...
PRÉDICTIONS D’ENTREPRENEURS, SUR LA VILLE DE DEMAIN
UNE INDUSTRIE
COBOTISÉE
RAPHAEL CHERRIER
[QUCIT]
#5
LA SYNERGIE AU COE...
4 PRÉDICTIONS POUR 2020 PAR MADDYNESS
VINCENT PUREN
DIRECTEUR DU STUDIO
MADDYNESS
PRÉDICTIONS
POUR 2020
4#1
L’ÉNERGIE#2
Ge...
#3
VINCENT PUREN
DIRECTEUR DU STUDIO
MADDYNESS
PRÉDICTIONS
POUR 2020
4
LA GOUVERNANCE#4
4 PRÉDICTIONS POUR 2020 PAR MADDYN...
À PROPOS
PROLONGEONS
LA DISCUSSION
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter
l’ensemble des notes mises à disposition.
Bien entendu, vous pouvez égalem...
Spécialiste français de l’Innovation et des Startups
Media en ligne 1.
2. 3.
4.
Evénements
Job Board
Agence Editoriale
À propos de
MADDYNESS
À propos de
MADDY TALK
Après la 1ère édition du sommet de
l’innovation Maddy Keynote,
Maddyness vous...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

[MaddyTalk] La Ville - Carnet de tendances

538 vues

Publié le

Voici venu le temps des villes intelligentes.

En pleine mutation démographique, économique, environnementale, sociale et technologique, leur transformation est imminente. Smart cities, villes connectées, villes durables, numériques ou encore créatives, faut-il croire au futur prometteur de nos villes ?

Pour revenir sur les enjeux de la ville de demain, sur les usages qui la feront vivre et sur les habitants qui s’y déplaceront, Maddyness a rencontré plusieurs experts et réalisé une étude sur le sujet dans le cadre du MaddyTalk sur la ville qui a eu lieu ce mercredi 12 octobre 2016 à la Gaité Lyrique. Vous y trouverez :

#Des chiffres clés
#Des témoignages d'experts
#Des interviews d'entrepreneurs
#Des références de startups
#Des prédictions pour 2020

Bonne lecture,

Publié dans : Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
538
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
38
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

[MaddyTalk] La Ville - Carnet de tendances

  1. 1. MADDY TALK – LA VILLE E n p a r t e n a r i a t a v e c
  2. 2. E n p a r t e n a r i a t a v e c C A R N E T D E T E N D A N C E S
  3. 3. Signes avant- coureurs & chiffres clés Définitions & notes explicatives Illustrations de startups avec notes explicatives Témoignage d’experts sous forme d’interview LES ATOUTS DE CE CARNET DE TENDANCES
  4. 4. 7 interviews d’entrepreneurs 11 prédictions 10 chiffres clés Total de 49 slides LES ATOUTS DE CE CARNET DE TENDANCES
  5. 5. LA VILLE CHIFFRES CLÉS
  6. 6. 6,3C’est en milliards le nombre de citadins dans le monde en 2050, contre 3,6 milliards aujourd’hui. 75%C’est la population qui vivra en ville en 2050. (Etude Navigant Research) LES CHIFFRES CLÉS (Etude Navigant Research)
  7. 7. 10C’est en millions le nombre d’habitants que compteront au minimum ces 37 mégalopoles LES CHIFFRES CLÉS 37C’est le nombre de mégalopoles que comptera la planète en 2025, dont 22 se trouveront en Asie (Etude Navigant Research) (Etude Navigant Research)
  8. 8. 240C’est le nombre de villes européennes dites intelligentes d’ici 2020 LES CHIFFRES CLÉS 30C’est en milliards le nombre d’objets connectés sans fil à travers le monde en 2020 (Etude ABI Research) (Etude ABI Research)
  9. 9. 230%C’est la croissance que devrait connaître le marché de la ville intelligente d’ici 2020 (Enquête EY-Cap Digital) LES CHIFFRES CLÉS 20,2C’est en milliards de dollars ce que représentera le marché des technologies urbaines en 2020
  10. 10. 1,6%C’est ce que la France perd en PIB dans les embouteillages en une année. Un Français passe 2 à 3 jours en moyenne par an dans les embouteillages 80%C’est la part de CO2 produite par les villes alors qu’elles n’occupent que 2% de la surface du Globe LES CHIFFRES CLÉS
  11. 11. LA VILLE LES ENTREPRENEURS À SUIVRE
  12. 12. 5 QUESTIONS À JÉRÉMIE JEAN “Il y a 3 grands étapes aujourd’hui pour modifier le comportement des individus et les rendre plus responsables : la connaissance (avoir des retours d'information quant à ses consommations et comprendre ses usages énergétiques), l’apprentissage (bénéficier de conseils et d'actions faciles à mettre en oeuvre) et la motivation (encourager la mise en oeuvre de ces actions). Jérémie JEAN Fondateur, eGreen
  13. 13. Q1. Comment l'aventure eGreen a-t-elle commencé ?  Tout a commencé par une étude menée à Berkeley en 2009 dans le champs de la psychologie et du changement de comportement. J'ai travaillé autour des "fonctionnalités persuasives" qui pouvaient permettre, grâce aux données de suivi des consommations d'énergie, de motiver des usages éco- responsables dans son logement. Cette recherche a donné lieu à des publications dans des revues scientifiques, et à mon retour en France j'ai eu envie d'aller plus loin et de passer d'un beau concept théorique à une véritable solution. La société a donc été créée en 2012. Q2. Où en êtes-vous aujourd’hui en termes de croissance et de perspectives de développement ?  Nous connaissons une croissance importante sur le marché du bâtiment tertiaire. Nos perspectives de développement se situent principalement dans le logement résidentiel. Q3. Quels sont les secteurs concernés par vos solutions ?  Notre solution d'économie d'énergie concerne les logements, les bâtiments tertiaires privés ou publics et les chantiers de construction. Nous suivons les consommations d'électricité, d'eau, de gaz, de fioul ou encore la température, l'humidité ou la luminosité pour coupler ces informations avec des données de confort. 5 QUESTIONS À JÉRÉMIE JEAN
  14. 14. Q4. Comment modifier concrètement les comportements des individus pour réduire leur consommation d’énergie ? Quelle pédagogie aborder pour les responsabiliser ?   Il y a 3 grandes étapes pour modifier le comportement des individus : •Connaître : avoir des retours d'information quant à ses consommations et comprendre ses usages énergétiques. Cela est rendu possible grâce aux capteurs ou prochainement grâce aux compteurs communicants (Linky, Gazpar)  •Apprendre : bénéficier de conseils et d'actions faciles à mettre en oeuvre pour réduire ses consommations énergétiques. Plus ces conseils seront adaptés à l'utilisateur via des algorithmes analysant les consommations par exemple et plus la mise en oeuvre par l'utilisateur sera importante. •Motiver : encourager la mise en oeuvre de ces actions. Cela est favorisé par différentes fonctionnalités, le suivi de ses économies, les comparaisons sociales ou encore les défis d'économie d'énergie. Nous travaillons sur le développement d'un jeu vidéo connecté à nos capteurs dans le cadre d'un appel à projet européen pour aller encore plus loin dans cette axe. Q5. Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ?  Nous allons sortir dans les prochains mois l'un des premiers jeu vidéo connecté à des capteurs de suivi des consommations, Apolis Planeta et le tester dans 200 logements en France et en Espagne. Nous allons également travailler sur différents défis d'économie d'énergie dont un dans le Sentier avec l'association "Le Sentier ». Nous allons également ouvrir notre capital pour accélérer notre développement. Nous sommes toujours sur fonds propres actuellement.  5 QUESTIONS À JÉRÉMIE JEAN
  15. 15. EGREEN, DES SOLUTIONS POUR FAVORISER LES ÉCO-COMPORTEMENTS DATES CLÉS ? Mai 2012 : création de la société eGreen Janvier 2013 : expérimentation de la solution eGreen dans le cadre de l'AIXPé de la région Ile-de-France  Juillet 2013 : projet pour la ville de Paris pour analyser les enjeux énergétiques des commerces de proximité  Septembre 2013 : commercialisation de la solution eGreen (Total, Vinci Construction, SNCF, Vinci Energie) Mars 2015 : projet européen GreenPlay Mars 2016 : projet DataCity lancé par la ville de Paris et le NUMA FONDATEURS ? Jérémie Jean L’INNOVATION ? eGreen est une solution pour aider les réductions de consommation d’énergie dans les bâtiments tertiaires et résidentiels via des capteurs placés directement sur les compteurs EDF, d’eau ou encore de gaz. LE FINANCEMENT ? Fonds propres, subvention nationale (PIA et AIXPé) et subvention européenne (H2020)
  16. 16. Plus que l’usage de la lumière, Glowee permet de remettre en question la manière dont nous produisons et nous innovons. La philosophie est simple, la nature est l’usine la plus propre qui soit, elle vivait avant nous et vivra sûrement après nous. Toutes les réponses énergétiques sont donc probablement sous nos yeux : il suffit de s’en emparer et de réussir à reconstituer ses merveilles : cela s’appelle le biomimétisme. Sandra REY Founder & CEO Glowee 5 QUESTIONS À SANDRA REY “
  17. 17. Q1. Quelle a été la genèse du projet Glowee ?  En 2013, Sandra Rey, alors étudiante en design à l'école Strate, participait à un concours sur le thème de la biologie synthétique, le Prix Artscience.  C'est en regardant un documentaire sur les poissons des hautes profondeurs et leurs incroyables capacités à créer de la lumière que Sandra découvre la bioluminescence, et commence à s'intéresser à son potentiel pour révolutionner nos façons de s'éclairer. Et si ces poissons étaient la réponse à nos problématiques écologiques et économiques de l'éclairage tertiaire ? Après avoir gagné le concours en imaginant un système de mise en lumière des vitrines bioluminescentes, l'intérêt suscité par le concept a poussé Sandra à vouloir entrer en laboratoire un an et demi plus tard pour faire la première preuve de concept et définir une stratégie de recherche.  Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ?  La première grande étape a été d'être accueilli au sein d'un laboratoire et de s'entourer de scientifiques pour améliorer la technologie. Une fois la preuve de concept réalisé, il a fallu lever les premiers fonds. Bien que l'idée soit très séduisante, le caractère d'innovation de rupture et le risque que cela représente, ne facilite pas la tâche pour lever des fonds. Une fois nos premiers investisseurs séduits, l'enjeu a été de comprendre ce que nous révolutionnions vraiment et de définir la stratégie appropriée pour grandir de manière sereine. Enfin, suite à notre deuxième levée de fonds, l'enjeu a été de recruter des talents qui nous permettent aujourd'hui de porter le nombre de Glowees à 15, et de pouvoir avancer en toute tranquillité.  Q3. En quelques mots, qu’est-ce que c’est, la bioluminescence ? Quels sont ses avantages ?  La bioluminescence est une réaction biochimique qui se produit chez un grand nombre d'êtres vivants, et notamment plus de 80% des animaux marins. Elle est a l'origine de la production d'un photon qui émet donc une lumière froide, sans besoin d'électricité. Cette réaction est régie par des gènes. En plus d'être produite sans apport d'électricité, la bioluminescence est une lumière plus douce et donc moins agressive, que l'on peut utiliser de manière surfacique et non ponctuelle, permettant ainsi de réduire l'intensité absolue. Les avantages écologiques de notre solution se font, grâce à cela, à tous les niveaux de la chaine de valeur. Sur la production, car notre matière première est faite de bactéries, c'est à dire que c'est une ressource inépuisable, qui se cultive de manière exponentielle. Ensuite, l'utilisation de notre système est énergiquement intéressant puisque nous nous passons d'infrastructures électriques. Enfin, tous nos modèles sont pensés pour récupérer le produit en fin de vie afin de revaloriser la biomasse produite en énergies renouvelables.  5 QUESTIONS À SANDRA REY
  18. 18. Q4. À quels secteurs s’adresse votre solution énergétique ?  Je pense que le rapport à l'énergie va changer sur deux points : d'une part la consommation énergétique sera plus locale, et notre solution peut faire partie de ce mouvement, grâce au fait que la lumière peut désormais se cultiver, et en plus, générer le la biomasse, réutilisable en énergie. D'autre part, l'utilisation grandissante des biotechnologies et de la biologie synthétique, entrainent de nouvelle manière de produire de l'énergie grâce au vivant. Plus que l'usage de la lumière, Glowee permet de remettre en question la manière dont nous produisons et nous innovons. La philosophie est simple, la nature est l'usine la plus propre qui soit, elle vivait avant nous et vivra surement après nous. Toutes les réponses énergétiques sont donc probablement sous nos yeux, il suffit de s'en emparer et de réussir à reconstituer ses merveilles : cela s'appelle le biomimétisme. Lié à l'usage des biotechnologies, et de la biologie synthétique, cette méthodologie nous permet de recréer ce que fait le vivant, à partir du vivant. De nouveaux matériaux vivants sont donc accessibles et permettent de générer de vraies innovations énergétiques de rupture  Q5. Les prochaines étapes pour Glowee ?  Nous devons désormais mettre à exécution notre stratégie de R&D pour augmenter considérablement les performances de notre système de lumière biologique. Nous prévoyons ensuite des expérimentation en terrain urbain en 2017 pour valider nos usages et affiner les offres. Nous entrons à la fois dans une phase de recherche très intensive, mais aussi dans une première phase de développement essentielle. Enfin, nous attendons une dérogation réglementaire pour pouvoir étendre et tester notre solution, qui est, en tant qu'innovation de rupture, compliquée à inscrire dans le réglementation existante.  5 QUESTIONS À SANDRA REY
  19. 19. GLOWEE, LE BIO-ÉCLAIRAGE VIVANT DATE CLÉ ? 2014 : création de la startup Glowee FONDATEURS ? Maëlle Chassard et Sandra Rey L’INNOVATION ? Glowee est un système de bio-éclairage, sans consommation d'électricité ni émission de pollution lumineuse, grâce à la bioluminescence, propriété naturelle d'organismes vivants à produire de la lumière. L’équipe de recherche travaille pour mettre au point la solution idéale, qui fera la meilleure lumière, le plus longtemps possible en optimisant les bactéries, leur milieu nutritif et leur contenant. Glowee est transparent le jour et luminescent la nuit. Il est constitué d’une coque organique, biodégradable, transparente et adhésive aux surfaces vitrées à l’intérieur de laquelle se trouve la solution biologique bioluminescente. LE FINANCEMENT ? Glowee a bouclé deux levées de fonds dont une récemment sur Wiseed à hauteur de 644 000€ en capital et a à ses débuts bénéficié de 41 055€ via une campagne de crowdfunding sur Ulule.
  20. 20. 5 QUESTIONS À YVES LE HENAFF Nous n'avons rien révolutionné, nous avons apporté une continuité entre le "brick & mortar" et la transition numérique. Pour nous, la Smart City, cela démarre par les acteurs qui ont construit la City. A nous de les accompagner vers le Smart.  Yves LE HENAFF CEO Kawantech SAS (Kara) “
  21. 21. Q1. Pourquoi et comment a débuté l’aventure Kara ? Kawantech, à l'origine du projet Kara, a été créée en 2011 pour se lancer dans les capteurs autonomes "connectables". Le concept est de traiter l’information sur le terrain pour permettre à un équipement de prendre une décision. Les lampadaires ont été notre première cible pour pleins de raisons. Ils sont inefficaces et il existait un besoin urgent d’apporter un minimum d’intelligence pour pallier cela. Dans la majorité des zones urbaines, villes et villages, il n’y a personne sous un lampadaire durant 80% du temps en moyenne (les deux tiers du temps en ville). Mais on éclaire quand même au maximum. Ce besoin n’était pas servi, car un capteur de mouvement classique n’est pas déployable en rue : il se déclenche avec les mouvements de végétaux, insectes et surtout les voitures, qui elles ont déjà des éclairages de plus en plus efficaces. Kawantech s’est intéressée à concevoir un capteur capable de différencier le type d’objet qui bouge, pour ensuite décider du niveau de lumière approprié. Pour des spécialistes des équipements wireless, le lampadaire est le Graal : il est présent partout dans le monde à 7-10m de nos têtes, il y en a 300 millions dans le monde, partout où il y a une activité humaine industrialisée. Il est maintenu, alimenté et même étanche durant 20 ans. Moins de 10 producteurs essentiellement européens couvrent le gros du marché mondial. C'est lui qu'il fallait cibler pour entrer dans le monde de l'objet intelligent à côté du citoyen. La Smart City numérique réussira avec des outils démocratisés et exploitables à grande échelle avec les acteurs déjà présents sur le terrain. C’est eux nos clients, notre canal indirect vers les marché publics. Ce sont les Philips, General Electric, Schréder, Thorn et autres qui homologuent Kara pour l’installer sur l’espace public. L’objectif a été atteint en 2015, ouvrant la voie à une production en série début 2016. Le fond de la réussite de Kara est dû à un concours de circonstance exceptionnel à Toulouse. C’est une ville qui croît vite et parle techno. Les élus et le responsable d’éclairage ont été exemplaires pour une startup  : aider Kawantech à croître, et non faire plaisir à Toulouse. Depuis 2014, nous avons collaboré pour aboutir à un vrai marché de près de 500 lampadaires « Kawanisés » livrés durant l’été 2016. Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ? Nous avions conçu un lampadaire intelligent et connecté en 2011. Mais nous nous sommes aperçus que le principe du "connecté" était trop complexe pour aller chercher du business au-delà de pilotes. C’est Toulouse qui est venue nous voir en 2014 en nous disant que Kawantech avait une idée intéressante sur la détection, mais, comme nos concurrents, pas réaliste en prix et exploitation. En revanche si on était prêt à repartir de zero, ils étaient partants pour une collaboration win-win. Ensuite l’EDF s’est impliquée, avec sa branche Citelum d’abord. C’est l’un des leaders de l’éclairage public dans le monde. Citelum a apprécié notre approche universelle sans « single point of failure ». Le côté résilience et mode d’exploitation collait avec ses propres obligations « clean » contractuelles. Nous avons en 2016 démarré le projet Hi"LIGHT, financé à près de 3M€ par l'Etat français via l'Ademe. Cela nous a concrétisé un futur marché Citelum de près de 10M Euros pour Kawantech. Ensuite le concours Pulse nous a apporté un boost inattendu de notoriété publique. Nous travaillons également avec Vinci Energies sur des solutions de sécurisation des routes. Nous devrions avoir atteint une dizaine de métropoles équipées de pilotes d'ici 6 mois. 5 QUESTIONS À YVES LE HENAFF
  22. 22. Q3. Très simplement, comment fonctionne Kara et comment différencier une voiture d’un mouvement de branches d’arbre ? Kara est un capteur optique qui identifie des masses d'ombres et sait grouper des variations de blocs pour suivre des trajectoires. On ne voit pas toujours correctement les piétons, mais leur ombre fait plus d'un mètre projeté au sol. C'est la trajectoire des blocs qui nous permet de différencier un piéton d'une voiture : vitesse et taille 4x plus grande dans le cas de l'auto. Une branche, avec le vent, va avancer de 1 ou 2 mètres, mais repartir en arrière. Sur 3 secondes, la somme de ses distances parcourues est nulle. Un insecte devant le capteur va avoir des vitesses anormales pour un piéton et une trajectoire erratique. Q4. Concrètement, quels impacts aura le déploiement de lampadaires connectés dans la ville de demain (chiffres, comportements etc.) ? Les opérateurs d'éclairage estiment que 1/3 des lampadaires en zone urbaine peuvent gagner à être "Kawanisés". Le parc français serait donc de 2-3M de lampadaires à upgrader dans les 10 ans sur les 9M de points lumineux de l’hexagone. Nous estimons réaliste de cibler rapidement une baisse de 20% de consommation de quartiers urbains en utilisant Kara seulement sur certaines rues afin d'exploiter la statistique de taux de passage et des directions. Il s'agit de piloter l'intensité d'éclairage des petites rues connexes. Par exemple près d'un arrêt de bus ou métro. Les flux d'usagers vont impacter des pâtés de maisons à éclairer dans le cap de leurs mouvements, aux heures d'arrivées des transports en commun. C'est d'abord grâce aux plateformes d'administration d'éclairage de groupes comme EDF, Vinci, Bouygues, Philips ou General Electric que nous pouvons fournir des informations de flux et améliorer l'éclairage connecté qui est en train de se déployer par ailleurs. Ils ont déjà le Big Data complémentaire. Nos alliances et l’accès à ces protocoles sont des clefs inestimables pour notre avenir. Kawantech apporte une brique qui se déploiera lentement vu l’immensité du marché. Mais nous pouvons déjà bénéficier aux contrôleurs d’éclairage déjà en place dans les armoires électriques des rues. Les vieux lampadaires peuvent tous être abaissés de 30% en jouant seulement sur l’armoire électrique. Q5.Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ? Nous levons quelques millions pour passer au step suivant, pour solidifier l'entreprise et maitriser notre marge en abordant des marchés de masse. Il nous faut passer de 9 à une quinzaine de collaborateurs pour faire face aux demandes qui sont arrivées d'un coup. Le coût de dépôt de brevets s'alourdit aussi. Côté produits, nous allons introduire une version ultra allégée de notre capteur, pour n'utiliser que la fonction pilotage d'éclairage et connexion à distance via 5 protocoles. Ce produit permettra d'upgrader les lampadaires low cost pour gagner dans les 30-40% d'énergie. Son prix s'amortit en 2-3 ans en France. En une année en Allemagne ! 5 QUESTIONS À YVES LE HENAFF
  23. 23. KARA, L’ÉCLAIRAGE PUBLIC INTELLIGENT DATES CLÉS ? 2011 : création de la société Kawantech 2014 : Kawantech initie le projet Kara à Toulouse FONDATEUR ? Yves Le Hénaff L’INNOVATION ? Kara est un système d’éclairage public qui permet de détecter une présence à 35 mètres, de déterminer sa masse et sa trajectoire, et de moduler l’éclairage en fonction. Sur la voie publique la nuit, les piétons, les cyclistes ou les voitures n’ont pas besoin du même éclairage. Plus question d’éclairer comme en plein jour ni de plonger dans le noir les rues des villes avec ce système, qui se loge directement dans le lampadaire. LE FINANCEMENT ? Via le projet Hi"LIGHT, financé à prés de 3M€ par l'Etat français via l’Ademe. et plus récemment par Citelum de prés de 10M€ Euros
  24. 24. Les transports urbains vivent une très importante mutation. La tendance est maintenant vérifiée : dans toutes les zones urbaines denses, les services de transport (transport en commun, à la demande ou autopartage) remplacent la voiture personnelle. En effet il est maintenant plus économique ET plus confortable de se déplacer uniquement en Padam, Uber, Vélib, etc. que de posséder une voiture. Grégoire BONNAT Cofondateur & CEO PADAM 5 QUESTIONS À GRÉGOIRE BONNAT “
  25. 25. Q1. Quelle a été la genèse du projet Padam ? L'idée de Padam est née début 2014, d'un constat simple : le numérique est en train de chambouler les codes du transport urbain, à commencer par Uber avec l'expérience du taxi. Mais ce n'était pas suffisant car le plus gros restait à faire : repenser les transports en commun, pour que ceux-ci s'adaptent vraiment aux besoins de leurs clients. Nous avions alors en tête le cas du transport de nuit à Paris : personne n'aimait le Noctilien et payer un taxi était une solution chère pour beaucoup ! Nous avons alors travaillé sur le concept du minibus à la demande, commandé par application, et dont l'itinéraire est optimisé en temps réel par un algorithme. Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ?  L'aventure a commencé début 2014 par de nombreuses expérimentations terrain : nous testions le concept du minibus partagé la nuit à Paris. En parallèle, nous avons fait beaucoup de recherches sur les algorithmes nécessaires pour optimiser les trajets des véhicules en temps réel, et avons découvert qu'il nous faudrait tout construire nous- même ! Avec une phase pilote plus poussée (2000 personnes transportées) en 2015 et une première levée de fonds, nous avons validé le concept et notre technologie. Mais notre approche marketing était à revoir. En 2016, nous nous sommes ainsi repositionnés en lançant un service domicile-travail en région parisienne. 5 mois après son lancement, le service rencontre déjà un franc succès, une grande partie de nos clients utilisent maintenant ce service quotidiennement ! Autre réussite, nous avons franchi la Manche pour lancer un service équivalent (Slide) en coopération avec RATPdev à Bristol, premier pas vers notre objectif de déploiement à l'international.  5 QUESTIONS À GRÉGOIRE BONNAT
  26. 26. Q3. Quels sont les grands enjeux de la transformation du paysage des transports urbains pour la ville de demain ?  Les transports urbains vivent une très importante mutation. La tendance est maintenant vérifiée : dans toutes les zones urbaines denses, les services de transport (transport en commun, à la demande ou autopartage) remplacent la voiture personnelle. En effet il est maintenant plus économique ET plus confortable de se déplacer uniquement en Padam, Uber, Vélib, etc. que de posséder une voiture. Or les voitures occupent aujourd'hui 15% de l'espace public, rien que pour le stationnement ! Les enjeux auxquels nous allons faire face : comment organiser la coexistence d'une multitude de services de transport ? Comment réaménager l'espace public, jusqu'ici centré autour de l'usage de la voiture ?  Q4. D’après vous, comment faut-il éduquer les citoyens à un transport en commun plus intelligent ?  Je ne pense pas qu'il faille "éduquer" les citoyens, en fait ce sont eux qui nous éduquent ! En adoptant les premiers de nouveaux usages, qui n'ont pas été prévus par la loi ou ne sont pas dans la stratégie des acteurs historiques, ce sont eux qui font évoluer les transports. Il est vrai que jusqu'à aujourd'hui, les transports en commun étaient avant tout façonnés par les autorités publiques, et c'était leur mission de le faire de manière intelligente, et le citoyen n'avait pas vraiment le choix. Mais aujourd'hui, à cause du smartphone, la relation s'est inversée. Chacun choisit le service de transport qu'il préfère, la concurrence s'installe et les opérateurs de ces services doivent constamment innover pour les améliorer. Il est probable qu'un jour, nous choisirons notre opérateur de transport comme on choisit aujourd'hui notre opérateur Telecom : "et toi, tu es chez qui ?" Q5. Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ?   Notre objectif est de multiplier par dix le nombre de personnes transportées chaque jour en région parisienne. Mais nos plus grands challenges sont à l'international, nous avons l'ambition de lancer plusieurs villes d'ici un an, sur le modèle de ce que nous avons fait à Bristol. 5 QUESTIONS À GRÉGOIRE BONNAT
  27. 27. PADAM, LE MINIBUS PARTAGÉ À LA DEMANDE DATE CLÉ ? Mai 2014 : création de la startup PADAM FONDATEURS ? Grégoire Bonnat et Ziad Khoury L’INNOVATION ? La start-up Padam propose un service de transport en minibus partagés. La startup développe dans cette optique ses propres logiciels de simulation et algorithmes innovants, capables d’optimiser en temps réel et en fonction de la demande une flotte de véhicules circulant sur un territoire donné. Padam propose ainsi une nouvelle vision du transport en commun, à mi-chemin entre des transports traditionnels aux lignes fixes et le taxi ou la voiture personnelle. LE FINANCEMENT ? Une levée de fonds de 500 000 euros en 2015 via Setec Innovation, un fonds du groupe d'ingénierie Setec.
  28. 28. 5 QUESTIONS À RAPHAEL CHERRIER Les enjeux autour de la data sont multiples. Dans les transports publics, comme dans les autres secteurs qui ne sont pas d’emblée connectés, le premier enjeu est de pouvoir produire et faire remonter les données. Et c’est exactement ce que permettent les technologies IoT. Raphaël CHERRIER Founder & CEO Qucit “
  29. 29. Q1. Comment l'aventure Qucit a-t-elle commencé ? Un beau matin, Raphaël Cherrier, fondateur de Qucit et early adopter du vélo en libre-service à Bordeaux s’est retrouvé tout penaud car il ne trouvait pas d’emplacements libres pour déposer le vélo qu’il avait emprunté. Ainsi, comme toute startup qui se respecte, l’aventure Qucit a commencé par l’expérimentation personnelle du problème que nous cherchons à résoudre. Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ? A partir de 2011, le projet Qucit a pris la forme de la recherche académique, avant la création de la société en mai 2014. Le premier contrat commercial avec Keolis a été signé dans la foulée. Puis très rapidement, la société a été récompensée pour la pertinence de son approche quantitative des problèmes urbains en remportant le Concours Mondial de l’Innovation puis le prix I-Lab qui lui ont permis de financer son programme de Recherche et Développement. Le lancement de l’application Citypark en septembre 2015 à l’occasion du congrès mondial ITS à Bordeaux a ensuite permis d’apporter la preuve que les algorithmes développés par la société permettaient de traiter tous types de problèmes urbains. Cela s’est ensuite confirmé lorsque nos équipes ont eu l’opportunité de collaborer avec la Mairie de Paris et Cisco dans le cadre de la première édition du programme Datacity du Numa. Nous avons proposé une cartographie du confort des piétons dans l’espace public destinée à accompagner le réaménagement des places parisiennes. Cette proposition a notamment reçu un accueil très favorable de Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris en charge de l’urbanisme, lors de sa présentation publique en juin 2016. Le travail de Qucit a alors reçu de nouvelles marques de reconnaissance par la remise du prix Smart City du journal Le Monde, puis le prix Huawei Digital In Pulse remis par Alain Juppé à Bordeaux en septembre 2016. Sa stratégie commerciale a alors été couronnée par la signature d’un contrat pour l’utilisation de sa technologie par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France). Q3. Quels sont les grands enjeux de la data (privée & publique) dans la transformation des transports publics ? Les enjeux autour de la data sont multiples. Dans les transports publics, comme dans les autres secteurs qui ne sont pas d’emblée connectés, le premier enjeu est de pouvoir produire et faire remonter les données. C’est ce que permettent les technologies IoT, et nous travaillons activement à la mise en place de partenariats avec des grands acteurs du secteur, que ce soient des fabricants de capteurs ou d’infrastructure réseau, dans la lignée du travail que nous avons effectué avec Cisco. S’ouvre ensuite la problématique de l’exploitation des données qui est facilitée par la mise en place de portail et de normes de publication des données. Nous avons la chance en France d’avoir une politique Open Data, qui, après avoir mis du temps à se mettre en place, nous permets aujourd’hui de bénéficier du soutien des politiques sur ce sujet. Nous nous engageons activement dans la réflexion sur la publication des données. 5 QUESTIONS À RAPHAEL CHERRIER
  30. 30. Q4. Quels sont les efforts qui restent à faire pour l’ensemble des acteurs du transport public dans cette transformation pour la ville de demain ? Il faut que les données redescendent vers les métiers du transport, que les prédictions que nous produisons trouvent leur terrain de jeu et apportent de la valeur aux opérateurs. Nous sommes en effet arrivés au stade où la prochaine étape pour que le traitement massif des données viennent enrichir l’offre de nos clients ou réduire leurs coûts de façon pérenne consiste à se confronter à la réalité. Pour cela, il faut déployer nos systèmes, non seulement pour faciliter la vie des usagers, mais surtout celle des opérateurs sur le terrain. Il est en effet capital pour un acteur comme Qucit d’accompagner les conducteurs, les manutentionnaires, les réparateurs, les contrôleurs et les directeurs d’exploitation pour parfaire notre compréhension de leurs problèmes opérationnels et créer les applications qui vont permettre de leur apporter des solutions sous une forme qu’ils pourront facilement utiliser (application mobile, APIs, dashboard). Q5. Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ? Nos objectifs sont de doubler la taille de l’équipe et de tripler notre chiffre d’affaires chaque année pour les années à venir. Pour y parvenir, nous devons également conquérir de nouvelles géographies et travaillons actuellement sur des projets en Europe et Amérique du Nord. Nous serons en particulier présents à la conférence annuelle du NABSA (North American Bike Share Association) en novembre, puis au CES à Las Vegas en janvier 2017. Nous sommes également en train de choisir de nouveaux locaux à Bordeaux pour devenir la vitrine de la ville intelligente en France. Nous travaillons actuellement à une levée de fond pour financer ces projets de développement, et pouvoir également enclencher des programmes de recherche qui nous permettent d’être à la pointe de la technologie dans le domaine de l’intelligence artificielle. Nous prévoyons de déployer nos solutions sur des problématiques nouvelles comme la prévision de trafic, la prédiction de l’affluence dans les transports et les espaces publics ou la maintenance prédictive, et de continuer à approfondir notre offre pour le stationnement et la gestion des systèmes de véhicule partagés.Beaucoup de projets excitants en perspective ! 
 
 5 QUESTIONS À RAPHAEL CHERRIER
  31. 31. QUCIT, L’OPTIMISATION DU SERVICE DE VÉLO EN LIBRE-SERVICE DATES CLÉS ? 2011 : date de démarrage du projet académique Qucit à Bordeaux suite au lancement des vélos Vcub Mai 2014 : année de création officielle FONDATEUR ? Raphael Cherrier L’INNOVATION ? Qucit propose des prédictions de disponibilité des vélos en libre service permettant de choisir à l'avance la station où prendre un vélo, et l'emplacement où le remettre. LE FINANCEMENT ? Qucit prévoit une importante levée de fonds pour 2017.
  32. 32. 5 QUESTIONS À CHRISTOPHE PERRON Nous sommes aujourd’hui neuf personnes à travailler pour la réussite de la mission de l’entreprise : celle de réconcilier la transition énergétique et numérique en faisant de la puissance de calcul un combustible nouvelle génération pour le bâtiment “ Christophe PERRON CEO & Founder Stimergy “
  33. 33. Q1. Quelle a été la genèse du projet Stimergy? Stimergy est née de l'observation d'une aberration énergétique consistant à utiliser de l'énergie pour alimenter une climatisation absorbant la chaleur diffusée par les serveurs informatiques, alors que nous avons besoin de chaleur toute l'année pour chauffer l'eau des piscines ou de nos douches. Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ? Les principales étapes ont été:       - tout d'abord, une phase d'incubation au sein de l'incubateur grenoblois, ainsi qu'un partenariat fructueux avec INRIA     - le fonctionnement du premier prototype en partenariat avec le bailleur social OPAC38     - la victoire au concours nationale EDF Energie Intelligente et la certification de notre produit par le CSTB       - l'accès à l'accélérateur KIC InnoEnergy, permettant le financement de l'accès marché et les principaux développements techniques     - la vente de notre solution de salle serveurs à l'Université Jean Moulin Lyon 3     - une levée de fonds de 1,2M€ auprès des investisseurs Demeter et Phitrust       - nos installations de qualité industrielle dans les bâtiments opérés par Nexity puis par le bailleurs social Nantes Metropole Habitat     - la location de nos premiers serveurs... à l'international 5 QUESTIONS À CHRISTOPHE PERRON
  34. 34. Q3. Pouvez-vous nous expliquer plus concrètement ce qu’est une « chaudière numérique » ? Est-il possible aujourd’hui de s’en procurer une ? Une chaudière numérique est un système intégrant plusieurs dizaines de puissants serveurs informatiques exécutant des travaux de traitement de l’information ou du stockage de données morcelées et cryptées. En fonctionnement, ces serveurs dissipent de la chaleur. Notre dispositif récupère cette chaleur pour la transférer au système de production d'eau chaude du bâtiment, permettant ainsi à la fois d'optimiser de 30 à 60% la facture énergétique d'eau chaude du bâtiment, et de diviser par deux la consommation énergétique de notre salle serveurs en se passant de climatisation. Il est tout à fait possible d'installer des chaudières numériques au sein de bâtiments collectifs, ancien ou neuf, résidentiel ou tertiaire. Nous avons d'ailleurs à ce jour 4 installations fonctionnelles et 2 en cours d'installation en Ile-de-France. Q4. Quels sont les impacts économiques et écologiques de ces chaudières numériques ? En substituant la chaleur de chauffage des bâtiments par de la chaleur de récupération de serveurs informatique, nous réduisons non seulement la facture énergétique du bâtiment mais améliorons également sa performance énergétique, augmentant par la même sa valeur. Chaque installation permet d'économiser plusieurs dizaines de tonnes de CO2 par an. Q5. Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ? Dans les mois à venir, nous allons terminer l'installation de notre salle serveurs au sein de la piscine de la Butte-aux- Cailles. Nous cherchons également à renforcer l'équipe avec des ingénieurs devops et un directeur marketing et commercial IT. Nous développons également une nouvelle version de notre produit, pour une meilleure efficacité énergétique et rentabilité économique. 5 QUESTIONS À CHRISTOPHE PERRON
  35. 35. STIMERGY, LE CLOUD QUI FOURNIT L’EAU CHAUDE DATE CLÉ ? 2013 : date de création de la société Stimergy FONDATEURS ? Christophe Perron L’INNOVATION ? Stimergy, c’est la première chaudière numérique capable de chauffer des bâtiments collectifs grâce à la chaleur des serveurs informatiques, en couplant thermiquement ces derniers au système de production d’eau chaude sanitaire de bâtiments collectifs. LE FINANCEMENT ? Une première levée de fonds d’1,25 million d’euros en Janvier 2016.
  36. 36. 5 QUESTIONS À FIVOS MANIATAKOS Prédire ou prescrire ne suffit pas : il faut parvenir à rapprocher les analyses de leurs utilisateurs. Car actuellement et dans l’énorme majorité des process dans l’énergie, l’humain est encore au centre de toutes les opérations et décisions critiques. Fivos MANIATAKO Co-founder & CEO Sensewaves “
  37. 37. Q1. Quelle a été la genèse du projet Sensewaves ? Sensewaves est née de la rencontre de trois ingénieurs-chercheurs à l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique Musique), leader mondial dans son domaine. Il y a quelques années, alors que l’Internet des Objets n’était encore qu’un concept, nous y avons tout de suite vu une révolution au potentiel énorme. L’émergence des capteurs connectés et omniprésents, et la data qu’ils créent en continu sont une formidable nouvelle source d’information, si tant est qu’on sache manipuler et interpréter cette dernière. Les données sonores avec lesquels nous avions l’habitude de travailler sont un des types de données les plus complexes à traiter mathématiquement, et ils ont aussi de nombreux points communs avec les data de l’IoT et les challenges technologiques associés. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure avec la conviction que cette approche technologique singulière pourrait contribuer à résoudre les problèmes fascinants qui se profilaient dans des domaines clés, dont l’impact est critique et global. Q2. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement ? Dans un premier temps et en mode “stealth”, nous avons travaillé à la transition entre le son et l’IoT tout en cherchant à comprendre et anticiper comment ce marché se structurait. Nous avons continué d’explorer ces questions en réalisant plusieurs projets pilotes avec des acteurs clés comme Cisco, SFR ou Setec, en France et à l’international : c’est ce processus qui a donné naissance à notre plateforme Adaptix. Notre avons choisi de travailler avec ces grands groupes car leur stratégie rejoint notre vision, et que nous pensons que l’alliance de nos technologies avec leur force et leur savoir-faire permet d’apporter des solutions concrètes dont l’impact sera global. Si nous croyons profondément que ce paradigme changera le visage de nombreux secteurs de manière transverse, nous nous concentrons actuellement sur 2 sujets qui sont capitaux à nos yeux: nous travaillons avec Syd Energi, le deuxième distributeur d’énergie danois, sur un projet révolutionnaire de gestion de leur grid; et avec Setec, au déploiement d’une intelligence artificielle à l’ambition de généraliser la gestion optimisée du bâtiment. 5 QUESTIONS À FIVOS MANIATAKOS
  38. 38. Q3. Electricité, Smart Building, Water Management et E-health sont vos 4 focus solutions. Pouvez-nous nous expliquer pourquoi et comment ? Le paysage de l'énergie vit une profonde transformation: microgrids, stockage et renouvelables créent des flux d'énergies inverses quand, en même temps, la typologie de consommation change rapidement et créée une pression tout au long du réseau de distribution de l'énergie. Pour gérer cette transformation, la data et son analyse sont clés. En analysant les datas générées par les capteurs sur tout le chemin de distribution, de la production jusqu'à la consommation, nous nous permettons de mieux comprendre le fonctionnement du réseau, identifier les problèmes et les points de “stress”, de comprendre les raisons pour ces situations et, surtout, de prendre des décisions de configuration et/ou d’investissement optimales pour améliorer le réseau et assurer la durabilité de l’écosystème énergétique. Adaptix, la plateforme de Sensewaves, aide les professionnels du réseau électrique et de l’eau à faire évoluer leur modèle décisionnel vers des décisions basées non seulement sur l’intuition, mais aussi sur un raisonnement quantitatif, établi avec confiance. Des décisions dont ils pourront être fiers, dont les bénéfices seront maximaux en termes économiques comme écologiques. Q4. Quel rôle peut jouer la data prédictive dans l’optimisation de la consommation d’énergie ? Chez Sensewaves, nous avons identifié très tôt les analytics prédictives comme un des facteurs clé de succès pour la transformation des processus dans l’énergie. Car prédire le futur nous aide à prendre de meilleures décisions dans le présent. Un autre facteur important est la capacité prescriptive, c’est à dire identifier un problème et lui suggérer des solutions. Via sa plateforme Adaptix, Sensewaves est la première à proposer une approche révolutionnaire: l’analyse de données adaptatives. A l’origine de notre démarche, nous avons constaté que prédire ou prescrire ne suffit pas: il faut parvenir à rapprocher les analyses de leurs utilisateurs. Car actuellement et dans l’énorme majorité des process dans l’énergie, l’humain est encore au centre de toutes les opérations et décisions critiques. Dans ce déluge de données, de visualisations, des dashboards et d’analyses, il est impératif de lui fournir toutes les informations nécessaires - ni plus, ni moins- dans une forme qu’il pourra exploiter facilement pour prendre une décision de manière confiante. Il s’agit donc d’une nouvelle couche d’intelligence artificielle dans les analytics, qui permet d’apprendre progressivement de l’interaction de l’homme avec la machine et adapter sa façon de fonctionner pour rendre les décisions plus sereines, faciles et efficaces. Q5. Quels sont vos objectifs de croissance et vos projets dans les mois à venir ? Après avoir exploré le potentiel d’analyse d’Adaptix dans différents contextes d’application, nous nous sommes focalisés sur deux projets dont la maturité leur confèrent un potentiel d’impact immédiat : l’optimisation dynamique du grid de distribution de l’électricité et l’apport d’intelligence aux systèmes d’efficacité énergétique des bâtiments. Nous travaillons actuellement avec des clients et partenaires clés dans ces domaines afin de “scaler” ces deux offres commerciales pour transformer les processus et la chaîne de valeur tels que nous les connaissons aujourd’hui. L’exploration de nouvelles applications de notre technologie sur des enjeux globaux de durabilité énergétique et de transformation climatique nous passionne, et nous souhaitons permettre à notre R&D de continuer à expérimenter sur des projets pour la gestion de l’eau, le transport ferroviaire, l'aéronautique, ou l’industrie minière. 5 QUESTIONS À FIVOS MANIATAKOS
  39. 39. SENSEWAVES, LA PLATEFORME DE STREAMING ANALYTICS DATE CLÉ ? 2015 : date de création de la startup Sensewaves FONDATEURS ? Tommaso Bianco, Côme Maestracci et Fivos Maniatakos. L’INNOVATION ? Sensewaves est une plateforme d’analyse en temps réel (streaming analytics) de données provenant de capteurs, et dédiée à l’IoT industriel. Cette plateforme, Sweave, identifie les tendances parmi les comportements relevés par les objets connectés, en transformant les données brutes en informations significatives LE FINANCEMENT ? Fonds propres.
  40. 40. PRÉDICTIONS POUR 2020 PRÉDICTIONS AUTOUR DE LA VILLE
  41. 41. PRÉDICTIONS D’ENTREPRENEURS, SUR LA VILLE DE DEMAIN UNE VILLE CONNECTÉE CENTRÉE SUR L’USAGER JÉRÉMIE JEAN (eGREEN) #1 UNE VILLE DURABLE GRÂCE AU BIOMIMÉTISME SANDRA REY [GLOWEE] #2 #3UNE VILLE ACCUEILLANTE ET RATIONNELLE ! YVES LE HENAFF [KARA] #4LE TRANSPORT À LA DEMANDE GRÉGOIRE BONNAT [PADAM]
  42. 42. PRÉDICTIONS D’ENTREPRENEURS, SUR LA VILLE DE DEMAIN UNE INDUSTRIE COBOTISÉE RAPHAEL CHERRIER [QUCIT] #5 LA SYNERGIE AU COEUR DE SON FONCTIONNEMENT CHRISTOPHE PERRON [STIMERGY] #6 L’INTELLIGENCE DES MACHINES FIVOS MANIATAKOS [SENSEWAVES] #7
  43. 43. 4 PRÉDICTIONS POUR 2020 PAR MADDYNESS VINCENT PUREN DIRECTEUR DU STUDIO MADDYNESS PRÉDICTIONS POUR 2020 4#1 L’ÉNERGIE#2 Gestion du trafic, transports fluides, voitures et vélos partagés, réduction de la pollution, gestion de la multimodalité et du stationnement… Les transports sont au coeur des réflexions autour de la ville du futur. Enjeu majeur pour les métropoles de demain, la mobilité intelligente rassemble de nombreux acteurs qui nous donnent à voir de façon plus nette et durable les futures constructions et projets d’urbanisation. La ville de demain sera assurément durable. Pour se faire, nous devons concevoir dès aujourd’hui des solutions pour répondre aux défis environnementaux auxquels la planète fait face. Les villes sont alors garantes de la préservation de l’environnement : elles doivent innover et faire appel aux nouvelles technologies pour ouvrir la voie à de nouvelles approches et fonctionnalités pour gérer la ville de manière durable. LA MOBILITÉ
  44. 44. #3 VINCENT PUREN DIRECTEUR DU STUDIO MADDYNESS PRÉDICTIONS POUR 2020 4 LA GOUVERNANCE#4 4 PRÉDICTIONS POUR 2020 PAR MADDYNESS Pourquoi construire une ville intelligente si ce n’est pas pour s’y sentir bien ? La qualité de vie est à l’origine même de la smart city : le bonheur est l’acteur principal de la ville de demain. Et pour cela, la ville devra être construite en fonction des préoccupations de ses habitants en prenant en compte leurs différents modes de vie. Transformer la ville, c’est oublier qu’ils sont des consommateurs et repenser leur quotidien : vie locale, la cohésion sociale ou encore la diversité ethnique et culturelle. Demain, la ville saura faire appel à toutes les parties prenantes - élus, services municipaux, citoyens etc. - pour prendre les meilleures décisions et mettre en place de réelles démocraties participatives. La Smart City, c’est aussi la smart gouvernance : open data, vote électronique, démocratie collaborative etc. LA QUALITÉ DE VIE
  45. 45. À PROPOS PROLONGEONS LA DISCUSSION
  46. 46. ILS NOUS FONT CONFIANCE
  47. 47. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter l’ensemble des notes mises à disposition. Bien entendu, vous pouvez également nous contacter directement Vincent Puren Directeur du Studio chez Maddyness vincent@maddyness.com - +(33) 6 47 47 60 26
  48. 48. Spécialiste français de l’Innovation et des Startups Media en ligne 1. 2. 3. 4. Evénements Job Board Agence Editoriale
  49. 49. À propos de MADDYNESS À propos de MADDY TALK Après la 1ère édition du sommet de l’innovation Maddy Keynote, Maddyness vous propose d'aller plus loin avec Maddy Talk, un cycle de mini-conférences bimestrielles. Venez découvrir, vous inspirer et échanger avec ceux qui font avancer l'innovation française. www.maddytalk.com Maddyness est le magazine des startups françaises dont il est l’un des acteurs principaux. La position privilégiée de Maddyness auprès des acteurs innovants lui permet d’avoir un rôle d’observateur impartial et objectif sur l’écosystème. www.maddyness.com

×