Intelligence économique et compétitivité territoriale

6 088 vues

Publié le

Cours introductif Master 2

Publié dans : Formation, Business, Technologie
1 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 088
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 662
Actions
Partages
0
Téléchargements
251
Commentaires
1
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intelligence économique et compétitivité territoriale

  1. 1. Intelligence économique, création de valeur et compétitivité territoriale Perspective historique et macroéconomique Claude Rochet Professeur des universités http://www.claude-rochet.com Universitéd’Aix-Marseille III, Institut de Management Public, CERGAM. Maître de conférence à l’ENA Chercheur (gestion de la technologie) au laboratoire de recherche en gestion LAREQUOI de l’Université de Versailles St Quentin-en-Yvelines
  2. 2. LOW COST Ce qui n’existait pas en 1970 SOFTWARE MICROELECTRONICS Digital watches Pocket calculators Cable or satellite TV Personal computers COMPUTERS Wireless telephones INTERNET Mobile telephones Microwave ovens CDs or DVDs DIGITAL Electronic diaries TELECOMMUNICATIONS Computerized tomography Digital credit cards Automatic tellers Answering machines or faxes Electronic mail, etc. etc. Tout cela fait partie du©même système technologique Claude Rochet
  3. 3. MASS Ce qui n’existait pas en 1907 PRODUCTION Radios INTERNAL LOW COST COMBUSTIÓN Record players ENGINE Television PETROLEUM FUELS Tape recorders Refrigerators HIGHWAY Electric blenders NETWORKS Electric stoves UNIVERSAL Personal automobiles ELECTRICITY Commercial airplanes NETWORKS Motorcycles Steel and glass skyscrapers PETROCHEMICALS Detergents Plastic bags Disposable plastic plates Electric typewriters, etc., etc. Tout cela compose également © Claude Rochet technologique un système Source: Carlota Perez
  4. 4. Les opportunités de croissance sont une cible mouvante La croissance durable des pays et des firmes dépend de stratégies dynamiques capables © Claude Rochet d’anticiper le futur
  5. 5. Comment anticiper le futur? ? En regardant le passé © Claude Rochet
  6. 6. Sommaire  La valeur et sa création  Le mouvement des idées  L’intelligence économique: une vieille histoire  Les révolutions industrielles © Claude Rochet
  7. 7. Le travail crée la valeur…  A. Smith: – Ce qui a une utilité  « une nation sera d'autant plus riche qu'elle disposera en abondance de choses nécessaires et commodes de la vie”  “L'homme est riche ou pauvre selon la quantité de [...] travail qu'il peut se permettre d'acheter. La valeur de toutes marchandises pour la personne qui la possède [...] est donc égale à la quantité de travail qu'elle lui permet d'acheter ou de commander. Le travail est donc la mesure réelle de la valeur échangeable de toutes les marchandises. » – La valeur se mesure par la quantité de travail incorporée  “On peut dire que des quantités égales de travail, en tous temps et en tous lieux, sont de valeur égale pour le travailleur. Dans son état ordinaire de santé, de force et d'humeur, et selon son degré ordinaire d'habileté et de dextérité, il doit toujours abandonner la même quantité de sa tranquillité, de sa liberté, de son bonheur.” Adam Smith © Claude Rochet
  8. 8. … oui, mais:  Fabriquer une balle  Balle de golf de baseball – Produit high-tech – 108 mailles, non – 40% de la production mécanisable à New Bedford (MA) – 1 travailleur = 4 – Coût du travail: 15% balles/heure du coût de – Coût du travail: production (Haïti, Costa Rica, – Coût du travail: Honduras) = 16$/heure 30cts/heure  Une même utilité: – Prix de vente aux une différence de US: 15$ salaire de 1 à 30 © Claude Rochet
  9. 9. Toutes les activités ne se valent pas !  La valeur est spécifique à chaque activité, en fonction de la connaissance incorporée  Laissé à lui seul, le marché entraîne des spécialisations dans des activités à faible VA  1 heure de travail ≠ 1 heure de travail © Claude Rochet
  10. 10. Qu’est-ce que le capitalisme?  La guerre froide n’a laissé la place que pour deux définitions, toutes deux issues de Ricardo: propriété des moyens de production, rendements décroissants, régulation exogène (marché, Etat)  La définition de W. Sombart – La richesse est le produit d’une action intentionnelle qui peut faire coïncider plusieurs forces:  Celle de l’entrepreneur « la capital de l’intelligence et de la volonté humaine » (Nietzsche)  L’Etat moderne qui crée les institutions qui stimulent la production, la distribution et font coïncider intérêt général et intérêt de l'entrepreneur  L’industrialisation: mécanisation de la production, productivité, changement technologique, synergie= ce que l’on appelle aujourd’hui un « système national d’innovation » © Claude Rochet
  11. 11. Ce qui produit la richesse Politique industrielle, synergies, innovation Institutions Marché et Ec régulation ofit h an Pr La définition smithienne du ge capitalisme: un système statique qui échange mais ne produit rien Capital Travail Productivité Entrepreneur © Claude Rochet
  12. 12. Le triomphe de l’économie classique et néoclassique  Rendements décroissants (Ricardo, Senior, Mill)  Valeur travail (Ricardo)  Avantage comparatif (Ricardo)  « Lois » de l’économie (Say)  Equilibre général (Walras)  Egalisation du prix des facteurs (Samuelson, 1948)  Arrow et Debreu: définition mathématique de l’équilibre général © Claude Rochet
  13. 13. C’est l’immatériel qui crée la valeur! G = a x f(K x L) = 15% Le « résidu » = De la contribution à la croissance (Solow,1957 85 % de la contribution à la Abramovitz, 1956) croissance © Claude Rochet
  14. 14. Sommaire  La valeur et sa création  Le mouvement des idées  L’intelligence économique: une vieille histoire  Les révolutions industrielles © Claude Rochet
  15. 15. La naissance de la politique industrielle  Le mercantilisme: – Conscience des rendements croissants « Du monde clos à l’univers infini » (Koyré) – Exporter des produits manufacturés, importer des produits bruts – La technologie a un impact spécifique à chaque activité => toutes les activités ne se valent pas – La puissance commerciale procède de la puissance politique © Claude Rochet
  16. 16. Le Colbertisme, ou la naissance de la politique industrielle  Technologie = connaissance – C’est l’accumulation de la connaissance qui permet les rendements croissants – La technologie est incorporée dans les produits  Antonio Serra, le père de la politique industrielle: « le développement industriel paraît à Serra beaucoup plus important que celui de l’agriculture (…) Il établit déjà en termes très nets la fameuse opposition chère aux classiques anglais du début du XIX° siècle, entre rendement moins que proportionnel de l’agriculture et le rendement plus que proportionnel de l’industrie »  (in Bourcier de Carbon, 1971 :17). © Claude Rochet
  17. 17. La fable du libre-échange Traité de commerce franco-britannique de 1860 © Claude Rochet
  18. 18. Le libre échange: une arme pour la puissance dominante  Maintenir les pays suiveurs dans les activités à faible VA…  “The factory system would, in all probability, not have taken place in America and Germany. It most certainly could not have flourished, as it has done, both in these states, and in France, Belgium, and Switzerland, through the fostering bounties which the high-priced food of the British artisan has offered to the cheaper fed manufacturer of those countries”  The Political Writings of Richard Cobden, 1868, William Ridgeway, London, vol. 1, p. 150; cité in Reinert, 1998, p. 292  … à double tranchant  Les pays leaders exportent leur technologie à des prix décroissants  Et permettent aux pays suiveurs qui ont une stratégie de rattraper. © Claude Rochet
  19. 19. Le protectionnisme anglais Abolition des corns laws Traité de commerce © Claude Rochet
  20. 20. La stratégie du retrait de l’échelle  « C’est une règle de prudence vulgaire, lorsqu’on est parvenu au faîte de la grandeur, de rejeter l’échelle avec laquelle on l’a atteint, afin d’ôter aux autres le moyen d’y monter après-nous (…) Une nation qui par ses droits protecteurs et par ses restrictions maritimes, a perfectionné son industrie manufacturière et sa marine marchande au point de ne craindre la concurrence d’aucune autre, n’a pas plus sage parti à prendre que de repousser loin d’elle ces moyens de son élévation, de prêcher aux autres peuples les avantages de la liberté du commerce » Friedrich List, 1841 © Claude Rochet
  21. 21. La puissance importe plus que la richesse! – « la puissance importe plus que la richesse … la puissance est pour un pays une force qui procure de nouveaux moyens de production, parce que l’arbre qui porte les fruits a plus d’importance que le fruit lui-même. (…) à l’aide de la puissance un pays non seulement acquiert de nouveaux moyens de production, mais s’assure de la possession des anciens et la jouissance des richesses déjà acquises, et parce que le contraire de la puissance ou la faiblesse livre aux mains des puissants tout ce que nous possédons, nos richesses et nos forces productives, notre civilisation, notre liberté, jusqu’à notre indépendance nationale» (1856 : 155, 156). Friedrich List © Claude Rochet
  22. 22. Les quatre étapes du développement selon List – 1) Ouvrir les frontières au libre-échange pour créer son éducation économique, politique et intellectuelle – 2) Protéger la demande nationale par les droits protecteurs, et chercher les synergies – 3) Créer des espaces commerciaux homogènes: union douanière (ZollVerein), traités de commerce – 4) Une fois que chaque Etat a développé son secteur industriel compétitif, le libre-échange peut devenir un bénéfice mutuel © Claude Rochet
  23. 23. L’erreur: passer directement du stade 2 au stade 4  Les monopoles nationaux ne sont pas encore mûrs pour être en compétition avec les entreprises des pays développés.  Il vaut mieux un secteur industrielle inefficace que pas de secteur industriel du tout!  L’application de la théorie de Ricardo enclenche un processus de « primitivisation » © Claude Rochet
  24. 24. Le cochon d’Haïti: un archétype de primitivisation Un exemple frappant est le projet d'éradication de la « peste porcine africaine » au début des années 80 qui était en fait un projet d'éradication de la race porcine indigène ( cochon créole), un cochon rustique qui résistait aux maladies, mangeait toute sorte de déchets et qui pouvait vivre au ralenti pour attendre le moment où le paysan sent le besoin de l'engraisser pour satisfaire un besoin. L'élevage du cochon créole se faisait en dehors de l'économie de marché. Les paysans n' y achetaient pas de médicaments ou des aliments. La destruction des cochons créole par un accord entre les gouvernements haïtien, américain, canadien et mexicain visait l'ouverture du pays aux « cochons grimels » (cochon américain), aux produits liés à l'élevage des porcs américains. Après 5 ans, le pays importait des porcs, des aliments, des médicaments pour les porcs pour 80 millions de dollars par an. Cela a enlevé aux paysans pauvres l'élevage porcin qui constituait leur banque. L'économie paysanne ne cesse de se paupériser avec la baisse de la production agricole et animale. Les politiques d'ajustement structurel pratiquées par les gouvernements depuis environ 20 ans ne leurs permettent pas d'investir dans la production nationale. Le pays produit environ 50% de ses besoins alimentaires. Les conséquences sont nombreuses et désastreuses : © Claude Rochet
  25. 25. Le résultat de la primitivisation  La globalisation « à la Ricardo » entraîne une spécialisation dans des activités à rendement décroissant et un processus de « destruction destructrice » – Pas d’intégration de la technologie des pays développés – Destruction des technologies traditionnelles © Claude Rochet
  26. 26. La dynamique de droits protecteurs  Ni trop hauts: – Ils entretiendraient l’indolence chez les fabricants indigènes  Ni trop bas: – « On doit prendre pour règle invariable de protéger ce qui existe, de protéger l‘industrie nationale dans son tronc et dans ses racines »  Le renchérissement par les droits protecteurs – est le prix de l’éducation industrielle du pays © Claude Rochet
  27. 27. Le principe des rendements croissants  Les zones à la Thünen La destruction du centre ruine la dynamique d’ensemble Activités industrielles Activités naturelles © Claude Rochet
  28. 28. Les externalités ou dynamiques d’agglomération  La structure économique de Mashall: – l’agglomération de l’industrie sur un territoire géographiquement délimité, – la spécialisation de l’industrie dans une seule production, – le rassemblement d’un grand nombre d’entreprises de petite taille spécialisées dans une phase (ou un petit nombre de phases) de la fabrication du produit, – le développement d’activités industrielles et commerciales auxiliaires, – une atmosphère industrielle favorable à l’apprentissage et à l’innovation, – et un réservoir de main-d’œuvre qualifiée et mobile.  La pérennité de l’agglomération industrielle dépend des externalités qui induisent un processus cumulatif de compétitivité territoriale © Claude Rochet
  29. 29. Retour à la case départ?  La scolastique médiévale: rejet du monde réel pour la défense du dogme  La scolastique contemporaine: « l’économie du tableau noir »: une conception théologico-politique qui ne laisse plus de place à l’action humaine © Claude Rochet
  30. 30. Sommaire  La valeur et sa création  Le mouvement des idées  L’intelligence économique: une vieille histoire  Les révolutions industrielles © Claude Rochet
  31. 31. L’intelligence économique: une vieille histoire!  1474: Venise crée le premier statut des inventeurs  Déjà des approches différentes: patents anglaises, contre monopoles français  Murano: interdiction aux ouvriers verriers d’émigrer  Colbert: la création de la sidérurgie française par les « voyages industriels »  L’Angleterre: pas douée pour innover, mais pour copier! © Claude Rochet
  32. 32. Equilibrer monopole temporaire et diffusion du savoir  « A Venise, m’a-t-on dit, et en de nombreuses places de l’autre côté de la mer, ils récompensent et affectionnent l’homme qui introduit toute nouvelle méthode ou tout secret de fabrication permettant de faire travailler les gens »  1549, Thomas Smith © Claude Rochet
  33. 33. L’innovation: une affaire d’Etat  1485: Henry VII  1791: Système de manufacture de d’Angleterre Hamilton – Exporter des produits – Les droits de douane font partie en manufacturés plutôt que permanence du système national bruts  1841: Friedrich List, le système  1613: Antonio Serra national d’économie politique – Rôle des villes – « C’est une règle de prudence vulgaire, – Il y a de « bonnes » activités lorsqu’on est parvenu au faîte de la – Les synergies entre activités grandeur, de rejeter l’échelle avec créent des rétroactions laquelle on l’a atteint (…) là est le secret positives et des rendements de la doctrine cosmopolite d’Adam croissants Smith »  L’intelligence économique  C’est la qualité des institutions et le – Venise (Murano), Colbert, dynamisme de la culture qui permet Angleterre XVIII° et XIX° l’innovation (North, Landes) – Maintenir l’avantage de la puissance dominante © Claude Rochet
  34. 34. Les voyages métallurgiques de Gabriel Jars  En 1764, l’administration française envoyait l’un de ses techniciens, l’ingénieur Gabriel Jars, en Angleterre, pour une enquête du plus haut intérêt stratégique : “Le sieur Jars observera pourquoi l’industrie est poussée beaucoup plus loin en Angleterre qu’en France, si cette différence vient, comme il y a tout lieu de le présumer, de ce que les Anglais ne sont point gênés par les règlements ni par les inspections “. In 1764 Gabriel Jars, a member of l’Académie des Sciences,  Les termes de cette lettre de visited Britain and saw the new techniques of iron making. He returned to France and wrote a detailed report. In 1777 the French mission indiquent à quel point les navy minister decided to build a cannon foundry using the new responsables du Bureau du methods. He even managed to recruit William Wilkinson, an Commerce, autour de Daniel English engineer who had worked with James Watt. Several Trudaine, au milieu du XVIIIe, possible sites were examined but Wilkinson’s final choice was Le étaient obsédés par la concurrence Creusot, a small town in the Saône-et-Loire region of Burgundy. It was chosen because of the availability of coal and iron and also industrielle anglaise. D’où leur because of its geographical position midway between the River politique d’espionnage Loire and the River Saône (access to both the the Atlantic and the manufacturier et de débauchage de Mediterranean). techniciens. © Claude Rochet
  35. 35. Pourquoi la révolution industrielle n’a-t-elle pas eu lieu en Chine?  Toutes les technologies ont été découvertes en Chine  Zhang He explore le monde 80 ans avant Colomb…  … Mais la Chine fait le choix de la consolidation interne (face aux Mongols) et refuse les mutations sociales liées à l’expansion commerciale…  …. Et n’a pas de stratégie de création de richesse: – Une richesse continentale Comparaison d'une caravelle de Colomb avec les jonques de Zhang He suffisante – refus du développement Les Chinois n’avaient pas fait le choix industriel – Maintien du savoir au sein politique d’être une puissance mondiale (à d’une caste: les mandarins la différence de l’Occident): Aujourd’hui, si! © Claude Rochet
  36. 36. Pourquoi la Chine a-t-elle ratée l’occasion? – « malgré l’excellence de l’ancienne philosophie chinoise et l’importance des découvertes technologiques réalisées par les Chinois dans la suite de l’histoire, ce qui a fondamentalement empêché cette civilisation de donner naissance à la science et à la technologie modernes, c’est que le type de société qui se développa après la période féodale n’était pas approprié pour de tels développements. (…) En Chine, à la fin de la féodalité de l’âge du bronze et lors de la fondation de l’empire, il ne fut pas question de remplacer temporairement la féodalité par l’impérialisme d’un Etat-Cité comme Rome. Les choses se passèrent bien autrement :la féodalité de l’ancienne Chine fut remplacée par un type particulier de société dont il n’existe aucun exemple en Occident : ce qu’il est convenu d’appeler la bureaucratie asiatique, dont on avait exclu tous les seigneurs sauf un – le Fils du Ciel, l’empereur, qui gouvernait le pays et percevait toutes les taxes, par l’intermédiaire d’une gigantesque bureaucratie. (…) Se demander pourquoi la science et la technologie modernes se sont développées au sein de notre société et pas en Chine, revient à se demander pourquoi le capitalisme ne s’est pas développé en Chine, pourquoi il n’y a eu ni Renaissance, ni Réforme, ni aucun de ces phénomènes qui firent époque dans notre grande période de transition du XV° au XVII° siècle » (Needham, 1969). © Claude Rochet
  37. 37. Sommaire  La valeur et sa création  Le mouvement des idées  L’intelligence économique: une vieille histoire  Les révolutions industrielles © Claude Rochet
  38. 38. Des structures semblables pour toutes les révolutions industrielles Régularités historiques Spécificités • Une révolution • Chaque révolution technologique tous les 40 change le paradigme de à 60 ans l’innovation et de la compétitivité • Un déploiement en phases de 8 à 12 ans • Un paradigme reste dominant pour un demi siècle Cette compréhension du temps long et des cycles est à la base de toute stratégie © Claude Rochet
  39. 39. Le temps long: les cycles de Kondratiev Innovations Infrastructure de Changement Dates Exemples Secteur économique Intrants clés organisationnel techniques et transport et de 1 Maturation moteur et managérial organisationnelles communication 2 Crises Moteur hydraulique Moulin de Arkwright Filatures de coton Fer Canaux, bateaux à Usines, 1780 -1815 (1771) Métallurgie Coton voile entreprenariats, 1815 - 1848 Puddlage (1784) partenariat d’affaire Roue à eau Charbon Moteur à vapeur dans 1831: ligne Liverpool Rails Fer Rail Sociétés par actions 1848 - 1873 l’industrie et les Manchester Moteur à vapeur Charbon Télégraphe Contrats avec des 1873 -1895 transports 1838: 1° vapeur artisans Machine outils Bateau à vapeur transatlantique Electrification: 1875: Con vertisseur Equipements Acier Voies ferrées Professionnalisation 1895 - 1918 industrie, transport, Bessemer électriques Cuivre Bateaux à vapeur Systèmes de 1918 - 1940 domestique Sidérurgie management Alliages Téléphone Usines Taylorisme Chimie Grande industrie Motorisation du Ligne d’assemblage Automobiles, camions, Pétrole Radio Production et 1941 - 1973 transpo rt de Ford (highland tracteurs, chars d’assaut, Gaz Autoroutes cons ommation de 1973 - …. park) moteurs diesel, avions, masse Matériaux Aéroports Craking du pétrole raffineries Fordisme synthétiques Lignes aériennes (1913) Hiérarchie Informatisation de IBM 1401 et série 360 Ordinateurs Circuits intégrés Autoroutes de Résea u: internes, ?? l’économie (1960s) Logiciels Navigateurs l’information locaux, globaux Microprocesseur Télécoms Intel (1972) Biotechs © Claude Rochet
  40. 40. La dynamique des cycles Déséquilibre de la Intrant clé branche porteuse:  Il y a des discontinuités •Gains de productivité et des changements •Nouvelles industries radicaux  Innovations en grappes  Les grands découvreurs ne sont pas forcément Nouvelles organisations, les bons ingénieurs reconstruction Nouvel  Un changement des consensus équilibre, « âge organisationnel, social sociaux d’or » et institutionnel  Unité de compte: le siècle Révolution technologique: l’intrant devient Déséquilibre une technologie général générique © Claude Rochet
  41. 41. Le cycle de vie d’une révolution technologique Incubation Phase 1: Phase 2: Phase 3: Phase 4: Irruption Frénésie Développement Maturité Degré de maturité technologique et saturation du marché Déploiement de Dernières l’innovation et vagues de des Généralisation nouveaux potentialités du et croissance produits et de marché Vers le déclin des nouvelles infrastructures industries tandis que se prépare le Croissance cycle suivant des technologies de base Environ 50 ans (phase montante du Kondratiev) © Claude Rochet Source: Carlota Perez
  42. 42. Installation, crise, déploiement © Claude Rochet
  43. 43. La « nouvelle économie »: « business as usual ! » 1999: la fin des cycles économiques? « The “death” of the business cycle has often been exaggerated. In the roaring 1920s, just before the Great Depression, firms and « All the evidence suggests that a fifthtimes would never end. In the late 1960s, investors thought the good industrial revolution—based on semiconductors, fibre optics, genetics and software—is not not only well under history, America's after what was then the longest expansion in way but even approaching maturity. »Department of Commerce, deeming the business cycle to be defunct, The Economist, 1999 « New technology and globalization have repealed the business cycle Cycle changed the name of one of its publications from Business », Business Week, 1999 Developments to Business Conditions Digest, only for the expansion to end a year later. Again, in the late 1990s the “new economy” was thought to be immune to the business cycle, thanks to information technology, more flexible markets and globalisation. Yet economies, like drunks, continue to move in wavy lines. » The Economist, 2002 © Claude Rochet
  44. 44. La III° révolution technologique Age de l’information Production de masse Stagflation, crise Crise systémique sociale et morale Crise de dans les pays leaders 1929 Degré de maturité technologique et saturation du marché Déploiement du &WW2 modèle dans les E-crash Trente nouveaux pays: glorieuses Brésil, Corée 1920-1929: « Roaring Trente twenties » piteuses Frénésie 1908-1920 USA: Fin du Irruption Transistor, « paradoxe de machines à Solow » commande Irruption « e-diotie » et numérique telecoms mania 1908: Ford T 1° ordinateur 1971: microprocesseur 1991: 1° navigateur © Claude Rochet
  45. 45. Deux grandes périodes: le recouplage du A l’entrepreneur schumpéterien, il faut Nécessite ajouter « l’entrepreneur financier (C. système productif (et Incubation Phase 1: dans Phase 2: Perez) qui investit les Phase 3: Phase 4: financier) avec le cadre technologies du nouveau cycle quand Irruption Frénésie Développement Maturité institutionnel du système les rendements de l’ancien diminuent Degré de maturité technologique et saturation du marché national d’innovation Crise et intervalle récessif Installation Déploiement Logique financière: Sommes-nous condamnées Logique productive: aux crises - violentes- oubulles les de L’âge d’or nouvelles formes de régulation publiques peuvent-elles être inventées? Environ 50 ans © Claude Rochet
  46. 46. Un processus d’évolution socio- politique Epuisement du Nouveau paradigme paradigme Momentum critique Pression économique et Inertie Système techno- sociale pour le changement institutionnelle économique Réconciliation Nouveau sens commun Nouveau cadre socio-politique D’après Carlota Perez (2004) Période de croissance durable © Claude Rochet
  47. 47. La dynamique du changement: trois sphères en constantes interaction Changement Changement économique institutionnel Capital Idées productif dominantes et croyance Capital Cadre socio financier Changement institutionnel technologique Révolution technologique Paradigme techno- économique © Claude Rochet
  48. 48. Les changement de paradigme en cours depuis 1974 MASS PRODUCTION FLEXIBLE PRODUCTION CLOSED PYRAMIDS OPEN NETWORKS PROCESS RAW MATERIALS PROCESS BRAIN POWER HUMAN RESOURCES HUMAN CAPITAL STABLE ROUTINES CONTINUOUS IMPROVEMENT SUPPLIERS AND CLIENTS VALUE NETWORK PARTNERS FIXED PLANS FLEXIBLE STRATEGIES INTERNATIONALIZATION GLOBALIZATION THREE TIER MARKETS HIGHLY SEGMENTED MARKETS Un changement radical du sens commun © Claude Rochet
  49. 49. Le processus de destruction créatrice Forger l’avenir Ou décliner? Risque! Double nature du changement technologique Mécanismes de diffusion différents © Claude Rochet
  50. 50. La révolution technologique: une opportunité pour redistribuer les cartes ! Incubation Phase 1: Phase 2: Phase 3: Phase 4: Irruption Frénésie Développement Maturité Degré de maturité technologique et saturation du marché Les pays en retard peuvent: L’importantlaest de bien comprendre ladu cycle technologique • profiter de technologie des pays leaders Les pays leaders dynamique des cycles du développement technologique et de • sauter les étapes du développement (ex: précédent sont handicapés: passer au cellulaire sans passer par le • Arrogance savoir où l’on est sur la courbe en S ! filaire) • Obsolescence institutionnelle • profiter d’une plus grande souplesse institutionnelle (puisque tout est à bâtir)… • Rentes • … à condition de s'inscrire dans son • Reconversion des bureaucraties histoire et le génie de chaque peuple (Alexandre Gerschenkron) Environ 50 ans (Kondratiev) © Claude Rochet Source: Carlota Perez
  51. 51. Dans les pays cœur, les deux périodes ont des structures très différentes INSTALLATION DEPLOIEMENT CONTROLE Finance Production DE L’ INVESTMENT ROLE Laissez faire Proactif DE L’ETAT Biais idéologique Intérêt individuel Intérêt social Mais la finance ne lâche pas prise facilement: une confrontation politique est nécessaire! © Claude Rochet
  52. 52. Deux agents de la création de valeur qui ont des fonctions distinctes et complémentaires Création et CAPITAL développement de la PRODUCTIF capacité de création de richesse CAPITAL Allocation de la FINANCIER ressource et de la richesse monétaire Leurs critères de décision sont fondamentalement différents! © Claude Rochet
  53. 53. Quelle que soit l’industrie, le positionnement (et le repositionnement) sur le marché est devenu essentiel POURQUOI? Les conditions de profitabilité varient considérablement selon les segments de marché La flexibilité d’évolution des modèles d’affaires dans le paradigme des TIC, leur puissance de traitement de l’information et de coordination d’activités facilitent -et induisent - LA DESAGREGATION DE LA CHAINE DE VALEUR ET LA SEGMENTATION CROISSANTE DE TOUS LES MARCHES © Claude Rochet
  54. 54. QU’EST-CE QUI EST REELLEMENT NOUVEAU DANS LA SOCIETE DE LA CONNAISSANCE? L’incorporation de la science dans la production? NON. C’est le cas depuis la Renaissance Les labos R&D dans l’entreprise? NON. C’est le modèle type d’innovation du 4° cycle technologique © Claude Rochet
  55. 55. • La créativité est la source de la valeur ajoutée • L'accès universel (potentiel) à la connaissance Les traits • La rapidité avec laquelle la connaissance spécifiques de scientifique peut se transformer en produit industriel pour le marché la société de la connaissance • La création de réseaux de connaissance et le partage de l’information comme leviers d’innovation • Une décision du client qui peut se fonder sur un accès large à l’information • La valeur du capital humain © Claude Rochet
  56. 56. • Intensifier (et conserver) la formation d’un capital humain hautement technique et créatif en sciences et ingénierie • Financer la prolifération de services à forte connaissance intégrée pour accroître les externalités Comment développer un • Promouvoir des systèmes de distribution à haut contenu informationnel et contrôler la chaîne de contexte de création valeur dans les secteurs clés de valeur dans la société de la • Des projets R&D “dans la lune” visant à connaissance? résoudre des problèmes majeurs à haute profitabilité potentielle • Créer un contexte pour attirer ( et conserver) des scientifiques de haut niveau © Claude Rochet
  57. 57. LES COUTS ET RISQUES DE LA PERIODE DE GESTATION DOIVENT ETRE SUPPORTES PAR LA SOCIETE Durant la période de gestation des TIC, c’est le gouvernement fédéral qui a financé… GESTATION Micro- INSTALLATION processor 80 Irruption Frenzy 70 60 50 Percent 40 30 20 Non- federal 10 Federal funding 0 Year …et n’a passé la main au privé qu’uneRochet TIC compétitives! © Claude fois les
  58. 58. Sommaire  La valeur et sa création  Le mouvement des idées  L’intelligence économique: une vieille histoire  Les révolutions industrielles  La compétitivité des nations © Claude Rochet
  59. 59. La performance d’une nation: la congruence de 5 sous-systèmes Technologie: Economie: capital création disponible, d’artefacts, investissement, innovation organisation du travail Science: création de Politique: cadre légal, droits de possibles propriété, coûts de transaction, Culture: génération scolarisation, de connaissance cohésion sociale utile, croyances, aptitude au changement Cette co-évolution détermine la trajectoire technologique © Claude Rochet Source: C. Freeman
  60. 60. L’Etat: le poing invisible de la puissance – « Pour que la mondialisation réussisse, l'Amérique ne doit pas craindre d'assumer son rôle de toute- puissante superpuissance (…). La main invisible du marché ne pourra jamais fonctionner sans le recours d'un poing invisible — McDonald's ne peut se développer sans McDonnell Douglas, concepteur des F-15. Et le poing invisible qui maintient un monde sécuritaire pour les technologies de la Silicon Valley s'appelle United States Army, US Air Force, US Navy et US Marine Corps. »  - Thomas Friedman, New York Times (1999). © Claude Rochet
  61. 61. Quels sont aujourd’hui les leviers pour entrer dans la III° révolution industrielle ? – Une politique d’accès à la connaissance et de protection de l’innovation – Une politique publique de la science : la R&D – Se doter de positions clés sur la frontière technologique – Des institutions capables de gérer la « destruction créatrice des consensus sociaux » – Etre capable de jouer sur les différences et complémentarité des systèmes nationaux d’innovation, sans les fondre dans un moule unique – Avoir une politique de puissance qui a toujours été à la base du développement économique – Prendre l’économie de marché pour ce qu’elle est : une formidable opportunité de développement technologique © Claude Rochet
  62. 62. Lier politique de production de savoir… Science Création de savoir RECHERCHE Culture Technologie Politique technologique UNIVERSITÉ GRANDES ECOLES Diffusion du savoir Ingéniérie du savoir Economie …et politique de puissance © Claude Rochet
  63. 63. Quels sont les pièges à éviter ?  L’ouverture internationale des économies est un peu plus forte qu’en 1913, mais – avec un système financier déséquilibré – Est le produit de la désintégration des chaînes de valeur Part du commerce international dans le PIB mondial © Claude Rochet
  64. 64. Avoir une politique industrielle d’accumulation d’actifs stratégiques  Le commerce international est surtout profitable aux puissances technologiquement dominantes, mais une stratégie appropriée permet aux puissances dominées d’acquérir la technologie des puissances dominantes.  Les Etats comptent, l’histoire compte : les pays sont différents et il faut jouer de ces différences et ne pas vouloir fondre les nations dans un moule unique. © Claude Rochet
  65. 65. Dynamique institutionnelle et politique de puissance Science Création de savoir RECHERCHE Culture Technologie Politique technologique UNIVERSITÉ GRANDES ECOLES Diffusion du savoir Ingénierie du savoir Economie La nationalité d’une Système d’intelligence économique ou entreprise est son d’apprentissage collectif système d’intelligence Performances d’innovation économique Système national d’innovation © Claude Rochet
  66. 66. La richesse attire la richesse Global foreign direct investment (FDI) inflows in 2007 are set to reach $1.5 trillion, above the record total of $1.4 trillion achieved in 2000 © Claude Rochet
  67. 67. By the way, Who is the boss? Les serveurs racines de l’Internet © Claude Rochet
  68. 68. Il y a des marchés stratégiques  Deux critères: – Les prix et la qualité ne sont pas déterminant: le concours de l’Etat et des réseaux d’influence est nécessaire – Des marchés créateurs de puissance et d’influence  L’économie politique: – Il y a des marchés qui ont plus de sens que d’autres – Marchés des réseaux, de l’aéronautique civile, pharmacie, énergie, T.I.C – Hégémonie US, – L’information est la holding mère de toute l’économie © Claude Rochet
  69. 69. Axes d’actions  Sécurité  Durcir les réseaux de communication publique  Sécurité des S.I  Mutualiser – Un CEA des TIC:  Mutualisation des expertises  Décloisonner les initiatives publiques et initiatives publiques et privées  Identifier les pépites  Identifier les secteurs qui créent de la richesse  Nos élites ne connaissent ni l’entreprise ni les marchés mondiaux  Des programmes communs de recherche CEA, CNRS, DGA  Adosser l’expertise publique à l’expertise privée: l’Etat n’a plus d’expertise dans le domaine des TIC  Promouvoir  Agence pour l’innovation technologique  Une dimension mondiale avec peu d’argent: l’analyse de l’information stratégique © Claude Rochet
  70. 70. Le “bolchevisme de marché” (Stiglitz) est NUISIBLE POUR LE DEPLOIEMENT DES TIC Tout comme le “fondamentalisme étatique” l’a été pour l’INSTALLATION dans les années 1970 et 80 © Claude Rochet
  71. 71. CREER UN CLIMAT NATIONAL POUR LA CROISSANCE ET L’INNOVATION • Consensus pour cibler les marchés cœurs et contrôler les chaînes de valeur critiques • Soutenir l’innovation et l'entreprenariat • Offrir un accès approprié à un financement régulé • Investir dans le capital humain • Fournir des services TIC de haute qualité • Investir dans la R&D, pour les besoins présents ET futurs • Promouvoir des réseaux nationaux et internationaux Une vision collective d’actions convergentes © Claude Rochet
  72. 72. Trois horizons Consensus pour bâtir l’avenir par des choix Court terme d’investissements créateurs de richesse nationale Viser le repositionnement de chaque secteur sur des segments de marché Moyen terme: moins vulnérables LA PHASE Combiner les bases de connaissance s DE DEPLOIEMENT DES TIC et les enraciner dans des réseaux permettant d’accroître le capital humain Préparer la croissance durable Long terme : de demain par des LA PROCHAINE investissements lourds dans les REVOLUTION TECHNOLOGIQUE nouvelles générations de technologies © Claude Rochet
  73. 73. Des décisions isolées des innovateurs et visionnaires au consensus national CONSENSUS VISION Business Gouvernement Société © Claude Rochet
  74. 74. L’Etat idéal…  Promouvrait une culture de l’indéterminisme s’inscrivant dans le temps long  Investirait dans les infrastructures de l’économie numérique et les réseaux  Piloterait une politique technologique soutenant les petites entreprises innovantes par un système complet d’aide et de financement  Investirait prioritairement dans le capital humain  Considérerait les TIC comme une technologie générique permettant de repenser les organisations, le travail et les conditions de la productivité, à commencer par les propres administrations de l’Etat  Soutiendrait une politique d’intelligence économique active qui assure la présence de grandes firmes sur la frontière technologique ;  Gérerait le commerce international comme un moyen d’acquisition de technologies nouvelles et de recherche de rendements croissants, ouvrant et fermant les frontières comme moyen de régulation de l’évolution du système économique ;  Serait assez fort pour coopérer avec d’autres Etats pour assurer la stabilité monétaire mondiale et la lutte contre le crime;  Aurait une structure souple, flexible et évolutive pour coopérer avec l’ensemble des acteurs de la société et stimuler l’apprentissage collectif.  Serait animé par des dirigeants sages et vertueux incarnant une éthique…. © Claude Rochet
  75. 75. … et les contingences du réel  Névrose  Historiquement, pas de – Nihilisme progrès technologique – Détournement du principe de précaution sans progrès des idées  Sclérose  L’Etat: – Eurosclérose – Poser les enjeux – Techno-libéralisme – Créer les conditions de la – Abandon de la politique confiance technologique  L’IES: un levier essentiel  Nécrose de la réforme de l’Etat – Déclin démographique – Décloisonner – Honte de soi – Digitaliser – Technocratie – Angélisme – Recentrer sur les priorités stratégiques – Intellocratie parasitaire © Claude Rochet
  76. 76. Au fond des victoires d'Alexandre, on retrouve toujours Aristote  quot;La véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de s'exercer avec ordre, de discerner dans les choses l'essentiel de l'accessoire, (...) de s'élever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances. Pas un illustre capitaine qui n'eût le goût et le sentiment du patrimoine et de l'esprit humain.  Au fond des victoires d'Alexandre, on retrouve toujours Aristote...quot; © Claude Rochet

×