Stendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 41

15 964 vues

Publié le

Commentaire littéraire de l'intervention de Julien Sorel lors de son procès, extrait du roman de Stendhal, le Rouge et le noir (1830)

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
15 964
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
57
Actions
Partages
0
Téléchargements
82
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive






































































































  • Stendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 41

    1. 1. Stendhal - Henri Beyle 1830 Le Rouge et le noir «La vérité, l’âpre vérité» Danton Le plaidoyer de Julien II ème partie - chapitre XLI
    2. 2. L'affaire Berthet : Première source d'inspiration de Stendhal pour la trame de son roman, ce fait divers sʼest déroulé à Brangues, (Isère). Antoine Berthet, fils de petits artisans, se fait remarquer très tôt pour son intelligence et le curé du village le fait entrer au séminaire. De santé fragile, Berthet quitte le séminaire et ses conditions de vie trop dures pour trouver un emploi. Il devient le précepteur des enfants de la famille Michoud, puis très rapidement, l'amant de Madame Michoud, qu'il est contraint de quitter. Après un nouveau séjour dans un séminaire plus réputé que le précédent, celui de Grenoble, Berthet trouve une nouvelle place de précepteur, dans une famille noble cette fois : les de Cordon, où il séduit la fille de son employeur, qui le chasse après avoir obtenu les aveux écrits de Mme Michoud. Très amer de n'avoir pas trouvé de débouché à sa grande intelligence, Berthet décide de se venger. Le 22 décembre 1827, il entre dans l'église de son village et, en pleine messe, il tire deux coups de pistolet sur son ancienne maîtresse, Madame Michoud (cf récit rapporté dans La Gazette des tribunaux, p. 583). Son procès a lieu en décembre 1827, et il est exécuté le 23 février 1828. Il avait vingt cinq ans.
    3. 3. Introduction
    4. 4. Introduction 1. Présentation du roman
    5. 5. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman
    6. 6. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation
    7. 7. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole.
    8. 8. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole. Problématique : (celle de l’examinateur)
    9. 9. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole. Problématique : (celle de l’examinateur) Comment discours argumentatif et progression dramatique se mêlent dans cette scène-clef du roman ?
    10. 10. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole. Problématique : (celle de l’examinateur) Comment discours argumentatif et progression dramatique se mêlent dans cette scène-clef du roman ? Annonce du plan :
    11. 11. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole. Problématique : (celle de l’examinateur) Comment discours argumentatif et progression dramatique se mêlent dans cette scène-clef du roman ? Annonce du plan : I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe
    12. 12. Introduction 1. Présentation du roman 2. Rappel du fait divers qui est à la source de ce roman 3. Situation Julien s’est opposé à toutes les démarches susceptibles de lui épargner l’échafaud ; il s’est promis de ne pas parler, mais après avoir assisté en spectateur au réquisitoire, il prend la parole. Problématique : (celle de l’examinateur) Comment discours argumentatif et progression dramatique se mêlent dans cette scène-clef du roman ? Annonce du plan : I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2. Intensité dramatique et point de non retour
    13. 13. Voilà le dernier de mes jours qui commence, pensa Julien. Bientôt il se sentit enflammé par lʼidée du devoir. Il avait dominé jusque-là son attendrissement, et gardé sa résolution de ne point parler ; mais quand le président des assises lui demanda sʼil avait quelque chose à ajouter, il se leva. Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Pleurerait-elle, par hasard? pensa-t-il. « Messieurs les jurés, Lʼhorreur du mépris, que je croyais pouvoir braver au moment de la mort, me fait prendre la parole. Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez en moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Je ne vous demande aucune grâce, continua Julien en affermissant sa voix. Je ne me fais point illusion, la mort mʼattend : elle sera juste. Jʼai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects, de tous les hommages. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. Mon crime est atroce, et il fut prémédité. Jʼai donc mérité la mort, messieurs les jurés. Mais quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans sʼarrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans une classe inférieure et en quelque sorte opprimés par la pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation et lʼaudace de se mêler à ce que lʼorgueil des gens riches appelle la société. Voilà mon crime, messieurs, et il sera puni avec dʼautant plus de sévérité, que, dans le fait, je ne suis point jugé par mes pairs. Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi, mais uniquement des bourgeois indignés… » Pendant vingt minutes, Julien parla sur ce ton ; il dit tout ce quʼil avait sur le cœur ; lʼavocat général, qui aspirait aux faveurs de lʼaristocratie, bondissait sur son siège ; mais malgré le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion, toutes les femmes fondaient en larmes. Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à lʼadoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Mme Derville jeta un cri et sʼévanouit.
    14. 14. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe
    15. 15. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance
    16. 16. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir
    17. 17. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence
    18. 18. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits :
    19. 19. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours
    20. 20. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité
    21. 21. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime :
    22. 22. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce
    23. 23. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict :
    24. 24. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict : la mort m’attend :
    25. 25. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict : la mort m’attend : elle sera juste
    26. 26. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict : la mort m’attend : elle sera juste j’ai donc mérité la mort
    27. 27. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict : la mort m’attend : elle sera juste j’ai donc mérité la mort Particularité des phrases ?
    28. 28. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 1 - Un aveu sans complaisance Le discours de Julien fait ressortir son acceptation lucide des faits et son refus de l’indulgence il énonce avec sobriété les faits : attenter aux jours crime prémédité il juge son crime : atroce il prononce son propre verdict : la mort m’attend : elle sera juste j’ai donc mérité la mort Particularité des phrases ? La brièveté des phrases suggère une justice implaccable
    29. 29. Voilà le dernier de mes jours qui commence, pensa Julien. Bientôt il se sentit enflammé par lʼidée du devoir. Il avait dominé jusque-là son attendrissement, et gardé sa résolution de ne point parler ; mais quand le président des assises lui demanda sʼil avait quelque chose à ajouter, il se leva. Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Pleurerait-elle, par hasard? pensa-t-il. « Messieurs les jurés, Lʼhorreur du mépris, que je croyais pouvoir braver au moment de la mort, me fait prendre la parole. Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez en moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Je ne vous demande aucune grâce, continua Julien en affermissant sa voix. Je ne me fais point illusion, la mort mʼattend : elle sera juste. Jʼai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects, de tous les hommages. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. Mon crime est atroce, et il fut prémédité. Jʼai donc mérité la mort, messieurs les jurés. Mais quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans sʼarrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans une classe inférieure et en quelque sorte opprimés par la pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation et lʼaudace de se mêler à ce que lʼorgueil des gens riches appelle la société. Voilà mon crime, messieurs, et il sera puni avec dʼautant plus de sévérité, que, dans le fait, je ne suis point jugé par mes pairs. Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi, mais uniquement des bourgeois indignés… » Pendant vingt minutes, Julien parla sur ce ton ; il dit tout ce quʼil avait sur le cœur ; lʼavocat général, qui aspirait aux faveurs de lʼaristocratie, bondissait sur son siège ; mais malgré le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion, toutes les femmes fondaient en larmes. Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à lʼadoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Mme Derville jeta un cri et sʼévanouit.
    30. 30. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe
    31. 31. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante
    32. 32. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa
    33. 33. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙
    34. 34. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité :
    35. 35. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime :
    36. 36. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime : ➙ hyperboles
    37. 37. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime : ➙ hyperboles sa victime est présentée «comme une mère»,
    38. 38. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime : ➙ hyperboles sa victime est présentée «comme une mère», ➙ matricide
    39. 39. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime : ➙ hyperboles sa victime est présentée «comme une mère», ➙ matricide et il avoue la préméditation (cf italiques)
    40. 40. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 2 - Une attitude provocante Contre toute attente, alors que l’assemblée attend sa défense, Julien insiste sur sa culpabilité ➙ il ne demande «aucune grâce», au contraire, il met en évidence ce qui aggrave sa culpabilité : en insistant sur les qualités de sa victime : ➙ hyperboles sa victime est présentée «comme une mère», ➙ matricide et il avoue la préméditation (cf italiques) Transition : Mais ce qu’il y a de plus provocant est le détournement qu’il fait de son crime, pour dénoncer le vrai crime que ce tribunal lui reproche, son crime social.
    41. 41. Voilà le dernier de mes jours qui commence, pensa Julien. Bientôt il se sentit enflammé par lʼidée du devoir. Il avait dominé jusque-là son attendrissement, et gardé sa résolution de ne point parler ; mais quand le président des assises lui demanda sʼil avait quelque chose à ajouter, il se leva. Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Pleurerait-elle, par hasard? pensa-t-il. « Messieurs les jurés, Lʼhorreur du mépris, que je croyais pouvoir braver au moment de la mort, me fait prendre la parole. Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez en moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Je ne vous demande aucune grâce, continua Julien en affermissant sa voix. Je ne me fais point illusion, la mort mʼattend : elle sera juste. Jʼai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects, de tous les hommages. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. Mon crime est atroce, et il fut prémédité. Jʼai donc mérité la mort, messieurs les jurés. Mais quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans sʼarrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans une classe inférieure et en quelque sorte opprimés par la pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation et lʼaudace de se mêler à ce que lʼorgueil des gens riches appelle la société. Voilà mon crime, messieurs, et il sera puni avec dʼautant plus de sévérité, que, dans le fait, je ne suis point jugé par mes pairs. Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi, mais uniquement des bourgeois indignés… » Pendant vingt minutes, Julien parla sur ce ton ; il dit tout ce quʼil avait sur le cœur ; lʼavocat général, qui aspirait aux faveurs de lʼaristocratie, bondissait sur son siège ; mais malgré le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion, toutes les femmes fondaient en larmes. Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à lʼadoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Mme Derville jeta un cri et sʼévanouit.
    42. 42. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe
    43. 43. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social
    44. 44. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant
    45. 45. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale ➙
    46. 46. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune.
    47. 47. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants :
    48. 48. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise
    49. 49. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse
    50. 50. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens
    51. 51. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure
    52. 52. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours :
    53. 53. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ...
    54. 54. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions
    55. 55. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais
    56. 56. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais et ce qu’ils symbolisent
    57. 57. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais et ce qu’ils symbolisent ➙ l’orgueil des gens riches
    58. 58. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais et ce qu’ils symbolisent ➙ l’orgueil des gens riches Ils incarnent une société qui pour garantir son
    59. 59. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais et ce qu’ils symbolisent ➙ l’orgueil des gens riches Ils incarnent une société qui pour garantir son bonheur , ne peut tolérer
    60. 60. I. Réquisitoire de Julien contre une justice de classe 3 - Le crime social Dès sa prise de parole, Julien donne à son discours un caractère polémique en rappelant son origine sociale en Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez ➙moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Mise en évidence de deux groupes antagonistes et distants : d’un côté le «je» qui se généralise ➙ ma jeunesse cette classe de jeunes gens né de classe inférieure ➙ et de l’autre côté, les premiers destinataires de ce discours : ➙ Messieurs les jurés, vous ... caractérisés par leurs intentions ➙ punir,... décourager à jamais et ce qu’ils symbolisent ➙ l’orgueil des gens riches Ils incarnent une société qui pour garantir son bonheur , ne peut tolérer l’audace
    61. 61. Le discours de Julien fait de lui le représentant d’une classe opprimée, victime de la haine sociale et des intérêts politiques qui régissent ses contemporains. En rappelant la composition du jury (paysan enrichi - Valenod- et bourgeois indignés), Julien porte une accusation contre l’inégalité et l’injustice de cette société. Transition : ce discours est à double entente, il s’adresse non pas tant aux juges dont il ne reconnaît pas la légitimité qu’au public qui lui a manifesté sa sympathie et sa compassion.
    62. 62. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties :
    63. 63. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion
    64. 64. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal
    65. 65. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. cf aussi les négations :
    66. 66. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations :
    67. 67. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs
    68. 68. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique
    69. 69. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique ➙ Messieurs les jurés + Je n’ai pas l’honneur d’appartenir à votre classe
    70. 70. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique ➙ Messieurs les jurés + Je n’ai pas l’honneur d’appartenir à votre classe et souligne ainsi la vanité hypocrite des membres du tribunal
    71. 71. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique ➙ Messieurs les jurés + Je n’ai pas l’honneur d’appartenir à votre classe et souligne ainsi la vanité hypocrite des membres du tribunal Il poursuit son discours avec une égale maîtrise pendant vingt minutes
    72. 72. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique ➙ Messieurs les jurés + Je n’ai pas l’honneur d’appartenir à votre classe et souligne ainsi la vanité hypocrite des membres du tribunal Il poursuit son discours avec une égale maîtrise pendant vingt minutes Enfin, en annonçant lui-même sa sentence, il affirme sa supériorité sur le tribunal.
    73. 73. II. Intensité dramatique et point de non retour 1 - Une improvisation maîtrisée Alors que Julien a tout fait pour vaincre sa peur de la mort, et qu’il s’est promis de ne pas parler, il s’exprime avec assurance. Son discours fait ressortir une grande maîtrise d’élocution, mêlant efficacement critique et émotion. Dans sa partie centrale, on distingue deux parties : Phrases simples, courtes qui rappellent les faits en mêlant sobriété et émotion ➙ hyperboles, évocation de Mme de Rênal Longue phrase construite sur un rythme binaire destiné à renforcer le constat d’inégalité. ➙ je ne vous demande aucune grâce, cf aussi les négations : je ne suis pas jugé par mes pairs Julien n’hésite pas à se montrer ironique ➙ Messieurs les jurés + Je n’ai pas l’honneur d’appartenir à votre classe et souligne ainsi la vanité hypocrite des membres du tribunal Il poursuit son discours avec une égale maîtrise pendant vingt minutes Enfin, en annonçant lui-même sa sentence, il affirme sa supériorité sur le tribunal. ➙ «la mort m’attend», «(mon crime) sera puni avec d’autant plus de sévérité»
    74. 74. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs :
    75. 75. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit
    76. 76. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants.
    77. 77. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant
    78. 78. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant
    79. 79. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    80. 80. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    81. 81. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    82. 82. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    83. 83. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    84. 84. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    85. 85. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit.
    86. 86. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal…
    87. 87. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Une fois de plus on remarque l’alternance des points de vue
    88. 88. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Une fois de plus on remarque l’alternance des points de vue monologue intérieur/discours/narrateur omniscient
    89. 89. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Une fois de plus on remarque l’alternance des points de vue monologue intérieur/discours/narrateur omniscient qui permet de l’intervention de Julien en mettant l’accent sur l’effet qu’il suscite :
    90. 90. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Une fois de plus on remarque l’alternance des points de vue monologue intérieur/discours/narrateur omniscient résumer l’intervention de Julien en mettant l’accent sur l’effet qu’il suscite : qui permet de
    91. 91. II. Intensité dramatique et point de non retour 2 - Un auditoire touché La résolution de parler semble être déclenchée par des éléments extérieurs : ➙ horloge du tribunal qui sonne minuit présence de Mme Derville : Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Les différentes réactions de l’assistance montre combien le discours de Julien a fait mouche en déclenchant Émotion et indignation toutes les femmes fondaient en larmes l’avocat général, bondissait sur son siège Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Mme Derville jeta un cri et s’évanouit. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à l’adoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Une fois de plus on remarque l’alternance des points de vue monologue intérieur/discours/narrateur omniscient résumer l’intervention de Julien en mettant l’accent sur l’effet qu’il suscite : qui permet de la compassion
    92. 92. 3 - Une sortie héroïque
    93. 93. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été :
    94. 94. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux
    95. 95. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité
    96. 96. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité
    97. 97. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    98. 98. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    99. 99. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    100. 100. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    101. 101. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    102. 102. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    103. 103. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    104. 104. 3 - Une sortie héroïque Ce passage montre que le héros est conscient de ce qu’il est et de ce qu’il a été : marginal - pauvre - ambitieux - orgueilleux il joue son dernier rôle avec l’accent de la sincérité On sent que l’arrière plan de ce discours reste pour lui l’exemple napoléonien C’est la dernière épreuve avant la mort Le cadre est spectaculaire tribunal, lustre, jury, foule compatissante et permet à Julien de faire éclater sa noblesse morale, et son parcours transgressif
    105. 105. Voilà le dernier de mes jours qui commence, pensa Julien. Bientôt il se sentit enflammé par lʼidée du devoir. Il avait dominé jusque-là son attendrissement, et gardé sa résolution de ne point parler ; mais quand le président des assises lui demanda sʼil avait quelque chose à ajouter, il se leva. Il voyait devant lui les yeux de Mme Derville qui, aux lumières, lui semblèrent bien brillants. Pleurerait-elle, par hasard? pensa-t-il. « Messieurs les jurés, Lʼhorreur du mépris, que je croyais pouvoir braver au moment de la mort, me fait prendre la parole. Messieurs, je nʼai point lʼhonneur dʼappartenir à votre classe, vous voyez en moi un paysan qui sʼest révolté contre la bassesse de sa fortune. Je ne vous demande aucune grâce, continua Julien en affermissant sa voix. Je ne me fais point illusion, la mort mʼattend : elle sera juste. Jʼai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects, de tous les hommages. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. Mon crime est atroce, et il fut prémédité. Jʼai donc mérité la mort, messieurs les jurés. Mais quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans sʼarrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans une classe inférieure et en quelque sorte opprimés par la pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation et lʼaudace de se mêler à ce que lʼorgueil des gens riches appelle la société. Voilà mon crime, messieurs, et il sera puni avec dʼautant plus de sévérité, que, dans le fait, je ne suis point jugé par mes pairs. Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi, mais uniquement des bourgeois indignés… » Pendant vingt minutes, Julien parla sur ce ton ; il dit tout ce quʼil avait sur le cœur ; lʼavocat général, qui aspirait aux faveurs de lʼaristocratie, bondissait sur son siège ; mais malgré le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion, toutes les femmes fondaient en larmes. Mme Derville elle-même avait son mouchoir sur ses yeux. Avant de finir, Julien revint à la préméditation, à son repentir, au respect, à lʼadoration filiale et sans bornes que, dans les temps plus heureux, il avait pour Mme de Rênal… Mme Derville jeta un cri et sʼévanouit.

    ×