ÉCOLOnews
L'ÉCOLOGIE
ESTCRÉATRICE
D'EMPLOIS
p. 2
OBJECTIF 100%
QUALITÉ DE VIE
Le pacte
écologiste p. 3
SPÉCIAL CLIMAT
La C...
2 Novembre 2015ÉCOLOnews
@ACAL2015
#AvecSandrine
#lenergienouvelle
/avecsandrine
lenergienouvelle.fr
Née le 2 septembre 19...
3Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
100% SOLIDAIRES
Lutter contre la ségrégation social...
4 Novembre 2015ÉCOLOnews
Transports
VIVE LES TRAINS DU QUOTIDIEN !
Le gouvernement vient de réaffirmer l’engagement de l’É...
Travailler / Se former
5Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
LaRégiondoitrompre
radicalem...
Santé / Environnement
6 Novembre 2015ÉCOLOnews
VIVRE MIEUX
S’ATTAQUER AUX RACINES DES MALADIES
O
bésité et diabètes
liés à...
Agriculture
7Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
Lesalternatives
existent!Onpeutse
nourr...
Énergies
8 Novembre 2015ÉCOLOnews
ÉCOLOnews : Les écolo-
gistes promeuvent la tran-
sition énergétique. Qu’est-
ce que c’e...
Spécial climat
9Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
A
vec +2°C, ce sont
plus de drames  ...
Spécial cl
10 Novembre 2015ÉCOLOnews
Illustration extraite de « Climat : la guerre de l'ombre », textes deYannick Jadot et...
al climat
11Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
Catastrophesnaturelles,
réfugiésclimatiq...
Spécial climat
12 Novembre 2015ÉCOLOnews
ÉCOLOnews : Qu’atten-
dez-vous de la COP 21 ?
Ronan Dantec : Il s’agit de
tracer ...
Se loger
13Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
J
ocelyn et sa famille
économisent désor-...
Nature et biodiversité
14 Novembre 2015ÉCOLOnews
RECYCLAGE
OBJECTIF ZÉRO DÉCHET ?
E
n France, nous
sommes les cham-
pions ...
Culture
15Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
Laculturedoitpermettre,
aumêmetitreque
l’a...
Éthique et citoyenneté
16 Novembre 2015ÉCOLOnews
Sans réglementation ni
lois, nous continuons à
subir l'assaut des lobbies...
Faire ensemble
17Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
JARDINS PARTAGÉS
FLEURS DE GÉNÉRATI...
Marche mondiale pour le climat
18 Novembre 2015ÉCOLOnews
Une énergie nouvelle pour...
5Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews
AGRICULTURE ET NATURE
...
SANDRINE BÉLIER
Juriste en droit de l’environnement
membre du Parlement Européen
de 2009 à 2014,
42 ans
ÉCOLOGISTES, SOLID...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ecolonews Grand Est - L'énergie nouvelle pour les élections régionales!

259 vues

Publié le

Vous avez raté la vague verte? Retrouvez l'écolonews dédié à la liste "écologistes, solidaires et citoyens" menée par Sandrine Bélier!
facebook.com/AvecSandrine
@ACAL2015
lenergienouvelle.fr

Publié dans : Médias sociaux
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
259
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
54
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ecolonews Grand Est - L'énergie nouvelle pour les élections régionales!

  1. 1. ÉCOLOnews L'ÉCOLOGIE ESTCRÉATRICE D'EMPLOIS p. 2 OBJECTIF 100% QUALITÉ DE VIE Le pacte écologiste p. 3 SPÉCIAL CLIMAT La COP21 c'est quoi ? p. 10-11 DANS LE GRAND EST, UNE ÉNERGIE NOUVELLE Rencontrez vos têtes de listes départementales p. 19 Novembre2015–n°7 Sandrine Bélier, l'énergie nouvelle Découvrez la liste « écologistes, solidaires et citoyens » pour le Grand Est
  2. 2. 2 Novembre 2015ÉCOLOnews @ACAL2015 #AvecSandrine #lenergienouvelle /avecsandrine lenergienouvelle.fr Née le 2 septembre 1973, Sandrine Bélier est juriste spécialisée en droit de l’en- vironnement. Elle a fait ses premières armes au sein d’Alsace Nature puis a été directrice fédérale de France Nature Environnement. Issue du monde associatif, elle est entrée en politique pour changer la société et « pour que les engagements se transforment en actes  ». Elle a siégé au Parlement européen jusqu’en 2014, où elle a porté haut et fort des valeurs écologistes et profondément humanistes. En 2015, elle est tête de liste EELV et candidate à la présidence de la nouvelle régionGrandEst.Elleymène une liste de rassemblement de femmes et d’hommes écologistes, solidaires et citoyen-ne-s pour impulser une énergie nouvelle à ce territoire, en lui donnant un avenir construit sur des solutions durables et res- pectueuses de l’humain, de la nature et de l’environne- ment. Enviedeplusd’écologieconcrète ?Découvrezles7propositionspharesdelaliste« Ecologistes,solidairesetcitoyens »enpage19 ! SANDRINE BÉLIER 4 QUESTIONS À SANDRINE BÉLIER « L'ÉCOLOGIE EST CRÉATRICE D'EMPLOI » ÉCOLOnews : Vous vous présentez aujourd’hui à la présidence de l’Alsace, de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine. Comment voyez- vous cette nouvelle région ? Sandrine Bélier : Nos trois régions partagent désormais un destin commun. J’ai été pendant cinq ans députée eu- ropéenne du Grand Est, et mal- gré les défauts de la réforme territoriale, je suis persuadée que c’est une bonne chose. Je souhaite réinventer le vivre ensemble dans cette nouvelle région. Mon projet écologiste met l’accent sur nos forces plus que sur nos différences. Dans ce territoire au cœur de l’Europe, avec son patrimoine culturel et nature, avec ses langues régio- nales et ses identités affirmées, personne ne sera être oublié. Nous construirons une région ouverte,socialeetécologique. ÉCOLOnews : La politique et les élus ont trahi la confiance des citoyens. Com- ment redonner espoir ? SB : Je comprends cette mé- fiance face au manque de résultats des élus, au cumul des mandats, et au comporte- ment d’escroc de certains. Les politiques doivent descendre de leur nuage, sortir de leur « entre-soi » et faire confiance aux citoyens et à la jeunesse. La démocratie doit changer, devenir plus transparente, plus participativeetplusdirecte. Je veux donner de la force à la parolecitoyenne.Parexempleà travers une Initiative Citoyenne Régionale qui permettre à 100 000 citoyens d’initier un changementpourlaRégion. Je veux mettre l’intérêt gé- néral au cœur de l’action publique régionale. Par une Assemblée du Temps Long qui défendra les générations futures, l’environnement et le progrès social. Comme le recommande la Fondation Nicolas Hulot, elle associera des citoyens ordinaires tirés au sort et volontaires à des personna- lités des associations, des en- treprises, des syndicats et de la recherche. ÉCOLOnews : Le climat se dérègle et les ressources naturelles s’épuisent. La pollution augmente et le pouvoir d’achat stagne. Sommes-nous coincés ? SB : Nous sommes à la croisée des chemins. Il est urgent de fairedeschoixpourleshumains et pour le climat. Notre modèle vieillissant, basé sur les éner- gies fossiles, le nucléaire, le consumérisme et la précarité court droit à la catastrophe. Or un nouveau modèle est pos- sible. Osons adopter un modèle éco- nome en énergie et en matières premières, riche en emplois locaux créateurs de lien social, avec des entreprises coopéra- tives et innovantes. C’est un cercle vertueux qui redonne du sens à la société en réconciliant POUR QUE LES ENGAGEMENTS SE TRANSFORMENT EN ACTES l’humainetlaplanète. ÉCOLOnews : Comment en finir avec le fléau du chômage ? SB : Je veux maintenir et créer 50  000 emplois en cinq ans grâce à un grand plan d’inves- tissement dans la transition énergétique : dans le bâtiment avec la rénovation énergétique des logements qui libère du pouvoir d’achat, dans l’agri- culture bio, dans les transports collectifs et dans les énergies renouvelables où 7 000 emplois industriels peuvent être créés tout en sortant du nucléaire. Mon écologie concrète est créa- triced’emplois.
  3. 3. 3Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews 100% SOLIDAIRES Lutter contre la ségrégation sociale et réconcilier les territoires Accueillir les réfugiés avec dignité LE PACTE DES RÉGIONS ÉCOLOGISTES OBJECTIF100%QUALITÉ DEVIE 100% ACTIFS Aider en priorité les petites entreprises et les artisans locaux Créer un revenu de base universel et encourager la réduction du temps de travail 100% MOBILES Proposer un Pass universel pour les déplacements et la culture Taxer les poids lourds pour financer les transports en commun 100% RENOUVELABLES Investir massivement dans les énergies renouvelables Stopper les dépenses dans les énergies fossiles 100% BIO Généraliser le bio dans les cantines Donner des terres pour l'agriculture durable 100% NATURE Imposer une règle verte pour stopper la bétonisation des terres Végétaliser les villes en plantant des millions d'arbres 100% ÉTHIQUES ET CITOYENS Lutter contre les paradis fiscaux Protéger les lanceurs d'alerte 1 5 9 13 3 7 11 4 8 12 2 6 10 14 Avec le pacte 100% qualité de vie, les écologistes veulent renouveler la démocratie locale, réduire les inéga- lités, respecter l’environnement et relever le défi climatique. Des régions 100% qualité de vie, c'est possible avec les écologistes. 6 ET 13 DÉCEMBRE 2015 ÉLECTIONS RÉGIONALES, VOTEZ ! Ce pacte comprend 7 objectifs et 14 propositions, il a vocation à faire des régions les leaders de la transition écologique et sociale sur nos territoires.  Le pacte en intégralité sur eelv.fr
  4. 4. 4 Novembre 2015ÉCOLOnews Transports VIVE LES TRAINS DU QUOTIDIEN ! Le gouvernement vient de réaffirmer l’engagement de l’État pour trois lignes à grande vitesse.Coûtestimé:35milliardsd’euros.Coûtprobable :beaucoupplus. C es investissements se font souvent au détriment des trains du quotidien et de la rénovation du réseau de proximité : TER, RER et Intercités. Avec des conséquences sur notre qualité de vie et le dynamisme de nos ter- ritoires (retards, trains sup- primés, villes oubliées...). L'urgence est de favori- ser la mobilité durable des citoyens, c'est-à-dire de diminuer les temps de trajet, de trouver des alternatives à la voiture et au camion, mais aussi de développer tous les trans- ports publics de proxi- mité. En abandonnant les projets inutiles et hors-de- prix, comme le Lyon-Turin (26 milliards d'euros), nous ferons revivre les trains du quotidien au service de l'égalité des territoires ! PRATIQUE EN COVOITURAGE, SIMONE ! Le jour se lève à peine lorsque Aïcha, 28  ans, pénètre dans la gare rou- tière de Clermont-Ferrand. « J’attends Éveline, ma covoitureuse. Je dois me rendre à Bourges pour voir des amis », dit-elle en finissant une viennoiserie encore chaude. « C’est tel- lement pratique. Bien sûr, c’estmoinscherqued’autres moyens de transports, mais ce que j’aime surtout, c’est fairedesrencontresetparler avec des gens qui viennent souvent d’un autre milieu social ou professionnel  ». Faire des économies tout en créant du lien social, telles sont les vertus du covoiturage, qui permet aussi de ménager la pla- nète : « Quand je vois, aux barrières de péages, une file de voitures monstrueuse avec une seule personne dedans, c’est une absurdité sans nom  ». Éveline arrive enfin, à l’heure, tout sou- rire. Le soleil est déjà haut dans le ciel lorsque la voi- ture sillonne les environs de Bourges. Respirertue!Changeons demodèle!Lafraude surlestestsanti-pollution commiseparVolkswagensur 11millionsdevéhiculesaété révéléeaugrandjour.Mais toutlaisseàpenserquel’en- sembledestestssous-estime lesémissionsdesvéhicules dieseletessence.C’estpour- quoilesécologistesontlancé unepétitionpourexigerune enquêteeuropéenne.Avec succès,puisqu’ellearecueilli plusde130000signatures enmoinsd’unesemaine! Lasuite?Restermobilisés, remettreàplatlesystème destestsanti-pollutionet avancersurlafiscalitéverte entaxantlescarburantsles pluspolluantscomme ledieseloulekérosène. MICRO-TROTTOIR : RESSENTEZ-VOUS LES EFFETS DE LA POLLUTION DE L’AIR ? Karim, 22 ans, étudiant, joggeur, à Bron (69) Souffle « J’ai toujours vécu dans une petite ville de banlieue. Après le bac, je me suis inscrit à la fac de Lyon en STAPS. Je vais courir deux fois par semaine au parc de la Tête d’or et, franchement, j’ai quelques difficultés à respirer. Après à peine 20 minutes de course, il m’arrive de tousser et je me fatigue beaucoup plus vite. » Philippine, pharmacienne, mèrede3enfantsàParis(75) Asthme « J’ai trois enfants, dont deux en bas-âge. Le petit a de l’asthme. À chaque fois qu’on se promène sur les bords du canal et que les pots d’échappement sont à la hauteur de son visage, je me dis que ça ne peut qu’aggraver les choses. Je ne sais pas si la pollution a déclenché son asthme mais elle l’a aggravé. » Camille, retraitée à Châtel- Guyon (63) Cadre de vie « Entre le bruit et la pollution, j’ai l’im- pression d’être agressée à chaque fois que je vais en ville pour les commis- sions. Je comprends que les jeunes préfèrent vivre en ville, proches de leur travail, mais s’il y avait des bus et des trains un peu plus réguliers, je suis sûre que ces familles pourraient faire revivre nos villages toutentravaillantenville.» Karima Delli, eurodéputée Signezlapétition : www.change.org/p/pour-une-enquête-européenne-sur-les-fraudes-anti-pollution-dieselgate
  5. 5. Travailler / Se former 5Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews LaRégiondoitrompre radicalementavec lalogiquedesélection parl’échecquiprévaut aujourd’huienmatièrede formation.Leslycéespro- fessionnels,lesdispositifs deformationcontinueet l’apprentissagedoiventêtre complémentairesetnonen concurrence:lameilleure voiepourunepersonne estcellequiluiconvient,et toutesmènentàl’excel- lence.Soyonsparticulière- mentattentifsauxjeunes sansemploiniqualification ainsiqu’auxchômeursde longuedurée:ilsont besoindenous. Philippe Meirieu, vice-président de la Région Rhône-Alpes, spécialiste des sciences de l'éducation et de la pédagogie LES EMPLOIS DE DEMAIN Face à un chômage de masse, la transition énergétique offre des opportunités d’emploi etdevivremieux. L es diplômes ne pro- tègent plus du chô- mage, mais certains secteurs connaissent un tel boom que des postes ne sont pas pour- vus ! Les métiers de la tran- sition énergétique sont l’avenir. Les formations du secondaires et du supé- rieur se sont adaptées. Du BTS au Master, de nou- velles spécialités s’ouvrent dans les universités et les écoles. Julien a obtenu son diplôme en 2014 et a été embauché juste après son stage de fin d’études, dans un cabinet de conseil en gestion environnemen- tale. À seulement 21  ans, Henri, titulaire d’un BTS Métiers des services à l’en- vironnement, est employé d’une grande collectivité. Il assure le bon fonction- nement de l’ensemble du processus de traitement des déchets. Najat, lau- réate en 2012 du trophée régional du développe- ment durable ouvert aux étudiants d’école d’ingé- nieur, s’est lancée dans l’aventure de l’écono- mie circulaire et emploie désormais cinq personnes. Elle annonce, non sans fierté : « Je crée de l’em- ploi et de la valeur. J’ai dû convaincre mes parents qui voulaient que je m’oriente vers un secteur plus clas- sique, mais aujourd’hui, quand ils voient les oppor- tunités qui me sont offertes, ils sont rassurés ». 100 000 personnes ont déjà travaillé ou travaillent en espace de coworking. Ces espaces rassemblent des travailleurs à distance, des indépendants, qui recherchent un endroit avec un accès à une connexion haut-débit, une ambiance créative et de la solidarité au quotidien. Plusieurs milliers de lieux se développent en Europe, dont près de 200 en France. Ce phénomène est en expansion, notam- ment avec le développe- ment du télétravail qui permet de mieux concilier les impératifs profession- nels et la vie privée du salarié. Avec le télétravail, Nicolas, responsable res- sources humaines chez un imprimeur en ligne, n’a pas perdu la dimension humaine de son métier et s’estime bien plus épanoui maintenant qu’il a réduit les temps de trajet entre sa maison à la campagne et son lieu de travail dans la zoneindustrielled’Amiens. COWORKING TRAVAILLER AUTREMENT
  6. 6. Santé / Environnement 6 Novembre 2015ÉCOLOnews VIVRE MIEUX S’ATTAQUER AUX RACINES DES MALADIES O bésité et diabètes liés à la malbouffe, problèmes res- piratoires causés par la pollution de l’air, cancers générés par les perturbateurs endo- criniens et notamment les pesticides, addictions aux drogues ou à l’alcool, stress au travail… Notre santé est mise en danger par nos conditions de vie. Ses impacts affectent de manière inégale les popu- lations, selon leur origine sociale ou géographique. Les populations les plus défavorisées subissent ainsi une double peine : à la précarité économique et sociale s’ajoute une exposition plus grande aux effets dévastateurs de la dégradation de l’envi- ronnement. L’écart saisis- sant entre l’espérance de vie d’un territoire à l’autre en est une preuve aussi dramatique qu’incontes- table. Inciter aux bonnes pratiques pour vivre plus sainement, renforcer l’ef- fort de prévention, com- battre à la source les poi- sons : les écologistes ont des solutions. 3 CHIFFRESCLÉS 1994: l’Organisation mon- diale pour la santé (OMS) défi- nitpourlapremièrefoislasan- té environnementale. Il s’agit d’une composante essentielle de la qualité de vie. 3000 : le nombre de décès par an en France dus au cancer du poumon déclenché par le radon. Le radon ? Un gaz ra- dioactif présent dans les sols et l’atmosphère, notamment en Bretagne ou dans le Mas- sif-Central. Les forages dans les sols ont laissé échapper ce gaz hautement toxique. 30 %: la part de la popula- tion concernée par les allergies environnementales. Les aller- gènes deviennent de plus en plus nombreux, en raison de la transformation des aliments et de l'augmentation de l'utilisa- tiondespesticides. Et si l’alimentation bio et de qualitéétaitaccessibleàtous ? Et si on exigeait de nos ré- gions qu’elles accompagnent les agriculteurs pour reformer les ceintures maraîchères qui existaient encore autour de toutes les grandes villes dans les années 50 ? Pour que les prix restent abordables, il faut privilégier des circuits courts en multipliant les points de vente bio : des AMAP bien sûr (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), mais aussi aussi des coopéra- tives de producteurs, des su- permarchés bios. La qualité de vie est un droit pour tous. Ilestgrandtempsquela santédescitoyensnesoit plusdictéeparl’avidité desintérêtsprivés.Nous continueronsàmettretoute notreénergiepourrefonder notresystèmedesanté.Il doitêtretransparent,juste etsurtoutdébarrasséde l’influencedeslaboratoires pharmaceutiques.L’undes plusgrosproblèmesrestele prixélevédesmédicaments, desexcèstarifairespermis parlamultiplicationinjusti- fiéedesbrevets.Jemebats àl’échelleeuropéenneet surleterrainenFrance pourconstruiredes alternatives. Michèle Rivasi, eurodéputée BIEN MANGER LE BIO ET LE BON POUR TOUS ? L’explosiondes maladiesliéesà l’environnement etauxmodesde vieestundéfide civilisation.
  7. 7. Agriculture 7Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews Lesalternatives existent!Onpeutse nourrircorrectementavec desproduitsdemeilleure qualité,sansdépenserplus. Çaveutdireparexemple mangerunpeumoins deviande( c'estmeilleur pourlasanté ).Avecles circuitscourts,cen'estplus lagrandedistributionqui décideetquifixelesprix. Ainsi,oncontribueàlafois àaméliorerlesconditions deviedespaysanstouten assurantlebien-être etlasantédes consommateurs! José Bové, eurodéputé Les OGM sont un combat de longue date. Un com- bat sans cesse renouvelé par l’inventivité des lob- bies, qui ne rechignent jamais à faire passer leurs intérêts privés avant l’inté- rêt général. Si les négocia- tions TAFTA comportent un danger imminent pour l’ensemble des citoyens et consommateurs, l'ap- probation récente par la commission européenne de 19 espèces d'OGM est d’ores et déjà une décision scandaleuse. Bien que certains États, comme la France, inter- disent toujours la culture et la commercialisation des OGM sur leur territoire, comment garantir que des produits transgéniques ne se retrouvent pas dans les rayons des grandes surfaces françaises ? Les écologistes réclament la transparence et l’étique- tage des produits OGM pour que chacun puisse conserver toute sa liberté de consommer des pro- duits sains en Europe. La mobilisation citoyenne sera décisive. OGM NON, C’EST NON ! PESTICIDES STOP OU ENCORE ? Tous les scientifiques et les médecins confirment que les pesticides sont mauvais pour la santé des consommateurs, mais aussi des agriculteurs. Atteinte à la fertilité, cancers, mau- vais développement des fœtus, mais aussi algues vertes, eaux impropres à la consommation… Nos terres sont malades des engrais azotés et de toute la chimie dont l’agriculture productiviste et endettée a besoin pour survivre au sein de marchés mondiaux hyper-concurrentiels.Peut- on sevrer notre agriculture desonaddictionàlachimie et à l’exportation sans la ruiner ? Oui, car l’agricultu- re biologique peut nourrir les populations locales et donner un revenu décent aux agriculteurs. La France est aujourd’hui le 3e pays d’agriculture biologique en Europe alors qu’elle est le premier producteur d’agri- culture conventionnelle. Réagissons ! FILIÈRE BIO NOS CANTINES PEUVENT CHANGER NOS CAMPAGNES ! Quand on parle agriculture, on doit chercher des marchés et des débouchés commerciaux solides et rassurants pour les paysans. Les cantines scolaires et la restauration collective sont en cela un formidable levier pour transformer nos campagnes. En effet, avec près de 11 millions de repas servis par jour, c’est une aubaine pour lancer des cultures bio- logiques et de qualité. En intégrant dans les cahiers des charges des cantines des clauses de goût et de bonnes pratiques, il est possible de réorienter entièrement l’agri- culture française qui va si mal. En développant les cultures maraîchères, le bio, l’élevage de qualité, en construisant des circuits courts, en soutenant les entreprises de transforma- tion en bio (légumeries…), on peut réinventer une agri- culture durable qui donne du goût à nos assiettes !
  8. 8. Énergies 8 Novembre 2015ÉCOLOnews ÉCOLOnews : Les écolo- gistes promeuvent la tran- sition énergétique. Qu’est- ce que c’est ? Denis Baupin : Un nouveau modèlequimiseàlafoissurle développement des énergies renouvelables et un usage plus efficace de l’énergie au lieudegaspiller:enisolantles bâtiments, en privilégiant les transports collectifs et les voi- turesplussobres,etc.C’estune formidable opportunité pour faire face aux enjeux environ- nementaux majeurs (dérègle- ment climatique, épuisement du pétrole, risque nucléaire) tout en créant des centaines de milliers d’emplois et en re- donnantdupouvoird’achat. ÉCOLOnews : Lesénergies renouvelables,çamarche? DB : L’Ademe a démontré que le100%renouvelableestnon seulementpossiblemaisaussi moins risqué et moins coû- teux. Au niveau planétaire, éolien et solaire explosent tous les objectifs prévus. La seule question est de savoir si la France saura rejoindre ce mouvement ou si elle restera une nouvelle fois accrochée à son minitel quand tout le mondepasseàinternet. ÉCOLOnews : Lenucléaire est-il une solution contre le réchauffementclimatique? DB : 75% des émissions de gaz à effet de serre n’ont au- cun lien avec la production d’électricité : agriculture, transports… Et pour l’électri- cité, l’Agence internationale de l’énergie a montré qu’il est beaucoup plus efficace, moins coûteux et plus rapide de miser sur le gisement des économies d’énergie et des énergies renouvelables que surlenucléaire. « INVENTONS UN NOUVEAU MODÈLE » TROIS QUESTIONS À DENIS BAUPIN Députéetvice-présidentdel’Assembléenationale A méliorer sa vie au quotidien et lutter contre le réchauf- fement climatique avec son toit, c’est possible ! Alors que chacun se demande comment agir, une solution existe  : le photovoltaïque. Utilisons nos toits, produisons notre énergie en posant des panneaux solaires, vendons-la à d’autres, consommons-la pour éclairer et chauffer nos maisons. Levons les yeux, le soleil est une ressource illimitée, gratuite, il est aussi un excellent com- plément de revenu pour les ménages, les agri- culteurs et les éleveurs. Alors, qu’attendons-nous pour passer aux énergies renouvelables ? PHOTOVOLTAÏQUE VOTRE TOIT A DES RESSOURCES ! FESSENHEIM DOIT FERMER ! La doyenne des centrales nucléaires, bâtie en Alsace sur la plus grande nappe phréatique d’Europe, ainsi que sur une zone sismique, connaît des incidents à répétition. Elle est un danger immédiat pour la santé et la sécurité de nos concitoyens. À l’heure où la France entame le virage de la transition énergétique, la centrale de Fessenheim doit impérativement fer- mer, tout en engageant la reconversion des salariés vers des filières d’avenir. Alors que le mythe du nucléaire sûr et peu cher s’écroule, l’avenir est au développement des éner- gies renouvelables, qui représentent un gisement d’emplois considérables et une opportunité pour construire un nouveau modèle de société.
  9. 9. Spécial climat 9Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews A vec +2°C, ce sont plus de drames  : perdre son com- merce lors d’une inondation, assis- ter à la destruction de sa maison en bord de mer, perdre ses récoltes à cause des sécheresses... Ces événements sont les conséquences les plus visibles du dérèglement climatique, comme le sont la fonte des glaciers et la hausse du niveau des océans et des mers à tra- vers le monde. Déjà 19 cm de plus depuis le XIXe siècle selon le GIEC  ; un mètre d’ici la fin du siècle si rien n’est fait. L’alerte est donnée et menace en premier lieu les régions côtières comme une part considérable de notre bio- diversité  : refusons d’être spectateurs. Des épisodes météos de plus en plus violents Début octobre, des inon- dations ont frappé le sud de la France avec un bilan humain désastreux. L'ag- gravation de ces catas- trophes est principale- ment due à l'urbanisation galopante des villes et à l'artificialisation des sols qui empêchent aux pluies d’être absorbées par la terre. Or, avec le dérè- glement climatique, ces épisodes extrêmes sont amenés à se multiplier avec une violence toujours plus accrue. L’urgence est à la prévention afin d’évi- ter que, de nouveau, des vies soient menacées. La lutte contre les émissions de gaz à effet de serre est donc un enjeu global aux conséquences locales : aux pouvoirs publics de réagir et de repenser un urbanisme durable et res- pectueux de la nature. LA MER MONTE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE, CE N'EST PAS QUE POUR LES AUTRES Ledérèglementclimatique s’estdurablementinvité dansnosvies.Ilfautreleverce défipourprotégerlaplanète, maiségalementnosvaleursde solidarité,justiceetdémocra- tie.Pollution,inondations, sécheresseoupertedelittoral, notrequotidienestdéjà impacté.Lasolutionpassepar unchangementdespolitiques publiquesdanslestransports, l’urbanisation,l’alimentation. AlorsunaccordentreÉtatsà laCOP21biensûr,maisrien nes’arrêteralà,nosrégions doiventêtrelesactricesma- jeuresdecechangement. Pascal Durand, eurodéputé LA CONFÉRENCE CLIMAT (COP21), C’EST QUOI ? C’EST QUAND? Du30novembreau11décembre2015. C’EST OÙ?Au Bourget (93), près de Paris. AVEC QUI ? Les chefs d’États et représentants de 196 pays, des collectivités locales, des organisations de la société civile, des entreprises. La France, hôte de l’événement, préside les négociations. POUR QUOI FAIRE ? Obtenir le premier accord universel, ambitieux et contrai- gnant de réduction des gaz à effet de serre. Objectif ? Limiter la hausse des températures de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. COMBIEN ÇA COÛTE?180 millions d’euros. 2°Cdeplus,cen’estpassynonymed’été,desoleiletdevacances…
  10. 10. Spécial cl 10 Novembre 2015ÉCOLOnews Illustration extraite de « Climat : la guerre de l'ombre », textes deYannick Jadot et planches dessinées de Léo Quievreux, Édit
  11. 11. al climat 11Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews Catastrophesnaturelles, réfugiésclimatiques, extinctionsanimales…Le futurdenotreplanèteetde seshabitantspourraitpa- raîtrebiensombre.Eneffet, àl'approched'unnouveau sommetinternationalsurle climat,n'est-ilpasdéjàtrop tard?Lesgénérationsfutures sont-ellescondamnéesà unfuturapocalyptique? Biensûrquenon!Sinous inventonsunnouveau modèlededéveloppement, nouspouvonsconserver uneplanètehospitalière. Gardonsespoir!S'adapterà lanouvelledonneclimatique, c'estl'occasiondepromouvoir unesociétéplussolidaireet plusvertueuse.Passonsd'une sociétématérialisteàuneso- ciétédubien-être.Cessonsde courirderrièreunecroissance perduepourvaloriserenfin larecherchedubonheur. L'urgenceclimatiqueest l'occasionderéinventernotre manièredevivreensociété, defairepasserl’intérêt généralavantlesintérêts particuliers.Nelaissonspas passernotrechance. ievreux, Éditions du Passager Clandestin, 16 euros, en librairie ou sur : lepassagerclandestin.fr Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV
  12. 12. Spécial climat 12 Novembre 2015ÉCOLOnews ÉCOLOnews : Qu’atten- dez-vous de la COP 21 ? Ronan Dantec : Il s’agit de tracer un scénario crédible pourlimiterleréchauffement à 2°C. Alors que monte un cli- mato-fatalisme redoutable, il faut que l’engagement des États, les mécanismes de transparence et de révision de l’accord et les dynamiques des acteurs non étatiques confirment que si chacun assume sa part de respon- sabilité, nous relèverons ce défi majeur. La COP doit aussi affirmer la nécessité d’une approche territoriale en don- nant accès aux financements aux collectivités locales, no- tammentàcellesduSud. ÉCOLOnews : Les citoyens peuvent-ilsagir ? RD : Chacun peut agir même si nous n’avons pas tous les mêmes marges d’action. Les citoyens doivent alerter leurs élus sur le caractère prioritaire des politiques cli- matiques aux échelles locale, nationale et européenne. Si les dirigeants sentent qu’ils seront évalués sur cet enjeu, ils enferont une priorité d’ac- tion. Ils doivent avoir face à eux des citoyens investis, porteurs d’alternatives as- sociatives, économiques. Af- fronter cet enjeu, c’est aussi heurter des habitudes et des situationsacquises. « Chacun peut agir » DEUX QUESTIONS À RONAN DANTEC sénateur Le Fonds Vert pour le climat, nécessaire pour financer l’adaptation des pays en développement aux effets du dérèglement climatique, est justement l’un des gages du consensus entre les pays les plus riches, largement respon- sables de la situation actuelle, et les pays les plus pauvres. Comment le financer  ? Une taxe sur les transactions finan- cières au niveau européen pourrait rapporter 35 milliards d’euros par an, soit une manne précieuse pour financer l’aide publique au développement (sida, accès à l’eau…) et la lutte contre le dérèglement climatique. TAXE SUR LES TRANSACTIONS FINANCIÈRES POUR SAUVER LE CLIMAT, TAXONS LA FINANCE Limiterleréchauffementà 2°C,c’estgarder80%des réservesdepétrole,charbon etgazdanslesol.Ilfaut doncstopperlesmilliersde milliardsdedollarsd’inves- tissementsdanscesecteur. Pourcelacitoyens,salariés etépargnantsfrappentàla source:lesbanques,lesfonds depension,lesassurances,les Étatsetlescollectivitésquile financent.Déjà500cam- pagnesdedésinvestissement dansprèsde190pays! Yannick Jadot, eurodéputé La question financière sera l’une des clés du succès dans la perspective d’un accord mon- dial,ambitieuxetcontraignantsurleclimat. La marche mondiale pour le climat sera l’évènement phare de la mobilisation citoyenne à l’approche d’un rendez-vous déter- minant pour l’avenir de l’humanité : la COP 21. Ne restons pas spectateurs face à l’inaction climatique et ses conséquences quo- tidiennes. Des centaines de milliers de citoyens marcheront à Paris comme dans d’autres villes de France et du monde pour réclamer des actes en matière climatique. Soyons le plus nombreux possible pour montrer notre force, pour impulser un sursaut citoyen massif, indispensable à la réussite de la Conférence climat, et capital pour gagner la bataille climatique. MOBILISATION COP21 ALLONS ENFANTS DE LA PLANÈTE ! Le29novembre,onmarche!
  13. 13. Se loger 13Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews J ocelyn et sa famille économisent désor- mais 100€ chaque mois. Comment ? Avec des travaux d’amélioration ther- mique de leur maison. « Nous avons bénéficié de subventions de l’Agence nationale de l’habitat, de notre ville mais surtout du Conseil régional qui nous ont permis de changer notre système de chauffage et de mieux isoler notre maison. Nous l’avons ache- tée il y a très longtemps et nous dépensions beau- coup d’argent pour nous chauffer », explique Joce- lyn. De tels travaux per- mettent en effet d’alléger la facture énergétique et contribuent dans le même temps à lutter contre le réchauffement climatique en limitant les consomma- tions d’énergie. Enfin, autre avantage : « Rénover 500 000 loge- ments permettrait de créer 75 000 emplois », com- plète Isabelle, coordina- trice d’une plateforme de rénovation thermique de l’habitat, qui informe les habitants sur les aides dont ils peuvent bénéfi- cier pour engager de tels travaux. La rénovation énergétique des loge- ments, c’est profitable à tous, à condition que les collectivités prennent leur part pour aider les ménages. Dans de nom- breuses régions, des finan- cements sont accordés, notamment pour facili- ter les travaux dans des copropriétés. C’est donc une nécessité pour la planète, une mesure de justice sociale — surtout pour les près de 6 millions de Français qui sont vic- times de la précarité éner- gétique — et un moyen de créer des emplois qualifiés et non-délocalisables ! Cequiaguidémonaction lorsquej’étaisministre, c’étaitl’accèsaulogement pourtous.L’encadrement desloyersestunemesure plébiscitéeparunemajorité deFrançais.Ilestindispen- sabled’allerplusloinet rapidement:cettemesure doits’appliquerdansles28 agglomérationsprévuespar laloi.ÀStrasbourg,Nantes ouNice,leshabitantsne comprennentpaspourquoi ilsnepeuventpasenbéné- ficiereuxaussi.Lamiseen œuvrepartoutoùc’estprévu del’encadrementdesloyers seraitunevéritableme- suredejusticesociale. Cécile Duflot, députée, ancienne ministre de l’Égalité des territoires et du logement. RÉNOVATION THERMIQUE ISOLER LES LOGEMENTS C’estgagnant-gagnant! « J’ai réussi à faire baisser mon loyer de plus de 50 € », se félicite Julien, étudiant, locataire d’un studio dans le 19e arrondissement de Paris. Grâce à l’encadre- ment des loyers, entré en vigueur le 1er août 2015 à Paris, plus de 60 000 per- sonnes vont voir leur loyer diminuer. Concrètement, une carte par quartier a été établie en fonction des caractéristiques des logements permettant à chaque locataire de savoir si le loyer proposé est conforme à cette nouvelle réglementation. Depuis la rentrée, les locataires pari- siens peuvent donc souf- fler un peu. « Je ne com- prends pas pourquoi Paris est seule bénéficiaire de cette nouveauté ? », s’inter- roge Julien. « J’ai beaucoup d’amis à Lille par exemple qui ont eux aussi des loyers beaucoup trop chers ! ». ENCADREMENT DES LOYERS UN PEU D’AIR POUR LES LOCATAIRES Unemesurede justicesociale  Signez la pétition sur encadrementdesloyers.fr
  14. 14. Nature et biodiversité 14 Novembre 2015ÉCOLOnews RECYCLAGE OBJECTIF ZÉRO DÉCHET ? E n France, nous sommes les cham- pions de l’incinéra- tion. Tout est brûlé, y compris les biodé- chets qui pourraient être compostés et valorisés. Or, avec un peu de volonté politique, nous pouvons faire mieux, comme l’a fait San Francisco aux États- Unis. On peut valoriser et réduire nos poubelles. Car le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas ! En quinze ans, la grande ville américaine a réussi à créer une filière de recy- clage des déchets de la construction, à supprimer les sacs et les bouteilles plastiques, à composter l’essentiel de sa produc- tion de déchets… C’est bon pour la planète, mais aussi pour l’emploi ! 1 000 tonnes incinérées néces- sitent trois salariés, 1 000 tonnes recyclées, c’est trente-et-un emplois non délocalisables ! NATURE EN VILLE Pour Anne, jeune retraitée habitant un quartier de Nantes, « jardiner avec ses voisins, ça crée des liens ». Depuis plusieurs années maintenant, la création de jardins partagés essaime un peu partout en ville. L’objectif ? Développer des espaces d’agriculture urbaine et de biodiver- sité, offrir aux citadins un contact direct avec la nature et contribuer à lutter contre les effets du dérèglement climatique. En effet, alors que les cani- cules risquent de se multi- plier dans les prochaines années,leretourdel’eauet de la végétation contribue à rafraîchir la ville et per- metainsideluttercontrele phénomène d’îlot de cha- leur urbain. « C’est une véri- tableboufféed’oxygène» se félicite Anne. Partage, jar- dinage et écologie forment ainsilesmaître-motsdeces oasis en milieu urbain. Les zones humides sont des refuges pour de nom- breuses espèces et bac- téries. Écrins de verdure, elles peuvent prendre place dans des marais, des tourbières et des prairies humides. Outre un rôle de régulateur naturel, elles sont une véritable richesse pour notre société. Elles rendent gratuitement de nombreux services : régulation des ressources en eau, prévention des crues, épuration natu- relle de l’eau et filtration des polluants. Ces grands espaces naturels sont à protéger des Grands Projets Inutiles Imposés et des méthodes autori- taires d’aménagement du territoire. Ne les laissons pas disparaître sous des dalles de bétons. Proté- geons-les, puisqu’elles nous protègent. LES ZONES HUMIDES NE SONT PAS DES TERRAINS DE JEU POUR GRANDS PROJETS INUTILES Dansleprojetdeloi«bio- diversité»,j’aifaitadop- terdesamendementssur labiodiversitéenville,sur l’interdictiondespesticides néonicotinoïdes.Lecombat continuepourinterdirele chalutageprofond,pour créerunstatutjuridique del’animalsauvageou pourinscriredansnotre législationunprincipede non-régressiondudroitde l’environnement.Maislesu- jetn’estpasprioritairepour legouvernement:letexte, déposéenmars2014,n’a toujourspasétéexaminéau Sénat…C’estbientrop longfaceàl’urgence! Laurence Abeille, députée
  15. 15. Culture 15Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews Laculturedoitpermettre, aumêmetitreque l’actionsocialeouécono- mique,deluttercontre l’exclusionetcréerdulien social.Laculturesoustous sesaspects :desnouvelles expériencesinnovantesaux créationslesplustradition- nelles,duspectaclevivant auxlivres,duthéâtrederue aucinéma…PourciterNel- sonMandela:« Laculture estl’armelapluspuissante qu’onpuisseutiliserpour changerlemonde ». Noël Mamère, député ÉCOLOnews : Comment expliquez-vouslesuccèsde votre BD ? Pénélope Bagieu : C’est beaucoup plus facile de faire passer un message long et dense par une petite BD que par n’importe quel autre moyen.AvecuneBD,onprend les gens «en traître» : ils ne se rendent pas compte qu’on est en train de leur raconter quelque chose et, avant qu’ils n’aient eu le temps de chan- ger de page, hop, ça y est, ils ontlu! ÉCOLOnews : D’où vient votre engagement ? PB : J’avais rencontré Claire Nouvian de l’ONG Bloom à une conférence Ted, durant laquelle elle expliquait à peu de chose près tout ce que j’ai repris dans ma BD : ce scandale politique qu’était la pêche en eaux profondes pratiquée par la Scapêche. Ça m’a bien évidemment mise hors de moi, alors j’ai cher- ché comment contribuer à ma manière : en l’occurrence, mon dessin et ma visibilité sur internet, et justement pas auprès de gens habituel- lement sollicités par ce genre depétitions. ÉCOLOnews : Quels sont vos projets futurs ? PB : Je voudrais faire une BD (unpeupluslongue)pourex- pliquerquelquechosequej’ai découvert à New York et qui a complètement transformé mafaçondeconsommer :une coopérative dans laquelle chacun doit travailler sur une production locale et biolo- gique, qui court-circuite com- plètementlagrandedistribu- tion, en échange de prix très bas. Si on pouvait développer ce système dans toutes les villes en France, on gagnerait vraimentunebataille. Sa BD sur le chalutage en eaux profondes a fait connaître ce scandaleaugrandpublic. TROIS QUESTIONS À PÉNÉLOPE BAGIEU LES NOUVEAUX CHEMINS DE CULTURE P artout en France, on donne des cou- leurs nouvelles à la démocratisation culturelle, sous l’im- pulsion de collectivités locales, d’artistes, de bi- bliothèques, de salles de spectacles… L’enjeu  : ré- partir équitablement sur le territoire l’offre culturelle, la rapprocher des habi- tants pour qu’ils puissent s’en emparer, faire tomber les frontières symboliques qui empêchent d’entrer dans les grandes institu- tions. Résultat : une multi- tude de bus-bibliothèques dans des cités, du théâtre à la ferme ou en apparte- ment, des ateliers de créa- tion sur des marchés… On dit oui ! DES LIEUX POUR CRÉER ET PARTAGER ! Entre les grandes institu- tions et les petits centres culturels, tous issus de la volonté publique, il existe des lieux produits par la société civile. Squats, lieux intermédiaires, cantines associatives, galeries d’art à la campagne… Les ci- toyens ne cessent d’inven- ter des nouvelles formes de faire culture commune. Mutualisation, échanges, accueil d’initiatives lo- cales  : ces nouveaux lieux sont en prises avec leur territoire. Sous l'impulsion des écologistes, la Région Île-de-France a commencé à soutenir ces « Fabriques de Culture » utiles à tous. Etsiondéveloppaitcelabel dans toutes les régions ?  Retrouvez Pénélope Bagieu sur son blog www.penelope-jolicoeur.com
  16. 16. Éthique et citoyenneté 16 Novembre 2015ÉCOLOnews Sans réglementation ni lois, nous continuons à subir l'assaut des lobbies : prix excessif des médica- ments, guerre contre le paquet neutre, désinfor- mation sur le nucléaire... A-t-on oublié que la puissance publique peut demander des comptes et être implacable face à la corruption et aux conflits d’intérêts ? Mettons fin à un système opaque en lui imposant des règles de transparence : interdiction du lobbying dans les ins- titutions, publications des contributions des lobbies reçues par les élus (amen- dements pré-rédigés par exemple), publications des indemnités de mandat et des frais annexes du per- sonnel politique. L’intérêt privé n’a pas à faire la loi. LOBBIES UNE BATAILLE POUR L’INTÉRÊT GÉNÉRAL Redonner le pouvoir aux citoyens passe par remettre les lobbies à leurplace. POLITIQUE MÊLONS NOUS DE NOS AFFAIRES ! Et si la politique était une co-construction ? Les ci- toyens sont les mieux pla- cés pour savoir ce dont ils ont besoin. De nombreux dispositifs existent déjà, utilisons-les ! Budget parti- cipatif, participation à l’éla- boration de grands projets, implication des habitants dans les opérations de re- nouvellement urbain, droit d’interpellation, droit de veto sur les démolitions… Proposer aux citoyens de s’investir concrètement dans leur quotidien en leur donnant la parole est le meilleur moyen pour re- créer des liens de proximité aveclespolitiques.Ilestur- gent de nous mêler de nos affaires ! L’argent public peut contribuer à lutter contre le dérèglement clima- tique et améliorer notre qualité de vie. Les col- lectivités locales comme les Régions peuvent soumettre les marchés publics et le versement de leurs aides au respect de l’environnement. Les dépenses publiques sont un levier efficace pour transformer les mauvaises habitudes en bonnes pra- tiques ! En soutenant des projets innovants, bons pour la planète et les ménages, on écarte les projets polluants. Ainsi, on donne un malus aux pollueurs et un bonus aux éco-responsables ! POLLUEURS-PAYEURS LA PUISSANCE PUBLIQUE DOIT ÊTRE EXEMPLAIRE ! LesFrançaisméritent queleurargentsoit bienutilisé.Nosrégions doiventpromouvoirde meilleurespratiques.En refusantdetravailleravec desinstitutionsimplantées danslesparadisfiscaux; maisaussiens’imposant plusdetransparencedans lesprisesdedécisions,pour quelesprojetssoientceux voulusparlescitoyenset nonparleslobbies.Voter écolo,c’estvoterpour l’intérêtgénéral. Eva Joly, eurodéputée L’OURS AFE Régionales 2015 EELV IDF 6 bis, rue Chaudron – 75010 Paris Direction de publication Emmanuelle Cosse Direction de rédaction David Cormand Rédacteurs en chef Jérémy Magne – Éric Thébault Graphisme – Mise en page Laura Pigeon sur une maquette-création de Géraldine Boÿer Suivi de fabrication Toufik Zarrougui Ont participé à ce numéro : Léa Balage, Maïté Gérard, Sarah Laffon, Ewen Mahé, Anne-Lise Polack, Jonathan Sorel Photos : EELV national – Laura Pigeon – Fotolia – Shuttertock – Wikimédia Pictogrammes : Robert Bjurshagen, Matthijs de Block, Joseph Wilson Imprimé sur papier recyclé ÉCOLOnews
  17. 17. Faire ensemble 17Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews JARDINS PARTAGÉS FLEURS DE GÉNÉRATIONS Danslesquartierspo- pulaires,onapeut-être beaucoupfaitpourlesgens, maisrarementaveceux.Lut- tercontrel’individualisme quiisolechacundanssa génération,sonorigine,son territoire,c’estfairereculer l’extrême-droite.Dansles clubsdesport,lesassocia- tions,lesdémarchespar- ticipatives,lesentreprises solidaires…Leshabitants veulentseconstruireun avenircommun! Mohamed Mechmache, président d’ACLEFEU et animateur social Ce qui pourrait être une frontière, les animateurs des deux institutions en ont fait une zone de ren- contre, un petit morceau de verdure planté en commun entre les mamies et les bambins. Bien sûr, tout n’est pas rose, la ren- contre entre les jeunes et les séniors ne se passent pas sans débat ni râleries, mais — confie une des animatrices — « on avance ensemble, au rythme des végétaux et des diffé- rentes générations ». * Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépen- dantes. Aller vers une égalité réelle pour les personnes en situa- tion de handicap doit être une priorité. Éducation, sport, voirie, urbanisme, transport : il faut faire évoluer les menta- lités et transformer nos villes. Les plus jeunes doivent avoir toute notre attention  : la scolarité en milieu ordinaire est un véritable atout pour les enfants en situation de handicap. Nous devons pour cela développer l’accessibilité des établissements, renforcer l’accueil périscolaire, struc- turer l’offre sportive handi- jeunes. Ailleurs, le soutien aux projets culturels portés par des personnes en situation de handicap est un gage d’auto- nomie. Les grands événe- ments sportifs à venir, notam- ment l’Euro 2016 et les jeux olympiques/paralympiques, doivent également être l’occa- sion de sensibiliser notre sociétéauxhandicapsettrans- former les regards pour arriver à une égalité réelle. ACCESSIBILITÉ DES VILLES REPENSÉES POUR UNE ÉGALITÉ RÉELLE La pratique féminine amateure et l’occupation des équipements par les femmes restent encore tropmarginales.Pourfémi- niser les espaces sportifs, il faut être pragmatique  : proposer des horaires cohérents et souples pour les femmes, ouvrir des vestiaires et des douches réservés, construire des équipements en coordina- tion avec des habitantes. Sur un autre terrain, entre sport féminin et pouvoir, l’accès des femmes aux postes d’encadrement et de direction dans les institutions sportives est largement insuffisant (14 femmes pour 119 fédé- rations). Côté médias, les épreuves féminines ont fait un bond considérable, mais le chemin est encore long pour que les femmes aient toute leur place à la Une. SPORT FÉMININ LE MATCH NE FAIT QUE COMMENCER Avec les excellents résultats des équipes féminines françaises de haut niveau, le sport féminin gagne des places, mais pas surtouslesterrains. C’est l’histoire d’un petit jardin partagé danslenord-estparisien,installéentreune crècheetunEHPAD*.
  18. 18. Marche mondiale pour le climat 18 Novembre 2015ÉCOLOnews
  19. 19. Une énergie nouvelle pour... 5Novembre 2015Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ÉCOLOnews AGRICULTURE ET NATURE Aider 500 agriculteurs à s'installer par an et soutenir l'agriculture locale respec- tueuse de la nature par la restauration dans les lycées : des cantines sans OGM, 50% local et 20% bio. Proposer un menu alternatif végé- tarien dans les cantines. EMPLOI Rediriger les aides de la région vers les PME et les acteurs de l’économie sociale et solidaire pour des emplois durables non délocalisables. Accompagner les salariés dans la reprise d’entreprises en difficulté sous forme coopéra- tive et faciliter l’accès au micro-crédit pour les créateurs d’entreprises. ÉNERGIE Faire du Grand Est une région pilote pour l’efficacité énergétique, les éner- gies renouvelables et la sortie du nucléaire. Mettre en place un service public régional de l'énergie et un plan d'investissement massif dans la rénovation énergétique des bâtiments publics, du parc social et des logements privés. ENVIRONNEMENT ET SANTÉ Déclarer grandes causes régionales la qualité de l'air, l'alimentation et la lutte contre les perturbateurs endocriniens. Développer la consigne en vue du réemploi des bouteilles en verre et en plastique. FORMATION Soutenir l’apprentissage et développer le guichet unique formation-orienta- tion-emploi pour une insertion durable sur le marché du travail. Développer des formations spé- cifiques dans les domaines de la transition énergétique et de l'agriculture bio. GOUVERNANCE Mettre en place un conseil citoyen de 100 personnes, tirées au sort sur les listes électorales et volontaires. Ils seront en charge d'un budget participatif conséquent pour mener à bien leurs initiatives. Mettre en place une Initiative Citoyenne Régionale pour que 100 000 citoyens puissent proposer facilement des mesures pour la Région. TRANSPORT Maintenir les petites gares et soute- nir les transports collectifs du quoti- dien (TER, bus, tram...) pour permettre une meilleure desserte de tous les territoires, ruraux et urbains, à faible coût pour l'usager. Mettre fin au "tout camion" pour le transport de marchandises en utilisant les voies fluviales et le train. EVA JOLY Seulel'écologieadessolu- tionspouraméliorerladé- mocratie,l'environnement etquirépondréellement ausoucidesfrançais.Le6 décembre,faiteslechoix deSandrineBélier! KARIMA DELLI Pourunprojetplusécolo, plussolidaire,avecdes transportsplusdouxdans lanouvellerégion,faitesle choixdeSandrineBélier. PASCAL DURAND Pendantlesélections régionales,laplanèteva seretrouverpourparler duclimatàParis.Jamais plusquemaintenantiln'a éténécessairederendrela planètesolidaire,durable etvivable:c'estçaleprojet deSandrineBélieretde l'ensembledeses colistiers ! JOSÉ BOVÉ Uneagriculturepaysanne respectueusedel'envi- ronnementquiinstalle despaysansfournisseurs, aprèsleurconversion, pourlarestaurationbioet localedelarégionGrand Est:c'estlechoixpour l'agriculturedeSandrine Bélieretdelalisteécolo- gistequ'ellemènepour cesélectionsrégionaleset àquij'apportemonplus entiersoutien. MICHÈLE RIVASI Danscetterégion,avec StocamineouBure,on veutcacherleproblèmeet lelaisserauxgénérations futures.Pouruneplanète vivableetdésirable,ilfaut voterSandrineBélier:les écologistesapportentles solutionspourlefuturet pournotrequalitédevie. YANNICK JADOT AvecSandrineBélier,on remetdeladémocratie danslesterritoires,pour quelescitoyenneset citoyensredeviennent acteursetactricesdeleur développement.
  20. 20. SANDRINE BÉLIER Juriste en droit de l’environnement membre du Parlement Européen de 2009 à 2014, 42 ans ÉCOLOGISTES, SOLIDAIRES ET CITOYENS L’ÉNERGIE NOUVELLE POUR LE GRAND EST JEAN-MARC FLEURY tête de liste dans la Meuse (55) Cadre dans le B.T.P, ancien maire deVarney, 55 ans NADINE CORTIAL tête de liste dans la Marne (51) Professeure d’histoire-géographie, 52 ans CHRISTINE L’HEUREUX tête de liste dans lesVosges (88) Conseillère régionale sortante, 60 ans GUY HARAU tête de liste en Moselle (57) Conseiller régional sortant, 60 ans CHRISTOPHE DUMONT tête de liste dans les Ardennes (08) Éditeur, Conseiller municipal de Charleville-Mézières et conseiller régional sortant, 56 ans ANTOINE WAECHTER tête de liste dans le Haut-Rhin (68) Conseiller régional sortant, conseiller municipal de Fulleren, 66 ans JACQUES FERNIQUE 2ème de liste dans le Bas-Rhin (67) Conseiller régional sortant, professeur en lycée professionnel lettres-histoires, 54 ans MIKAËL AGOPIANTZ Meurthe-et-Moselle (54) Gynécologue au CHU de Nancy, Enseignant-chercheur de l’Université de Lorraine, 32 ans SYLVIA VOINET tête de liste dans l’Aube (10) Metteur en scène, adjointe au maire de la ville de Sainte-Savine, 58 ans PATRICIA CORADEL tête de liste en Haute-Marne (52) Assistante juridique, 50 ans

×