Janvier 2015 1
Synthèse / 1
« Tout le monde n’est pas obligé d’être engagé, mais au moins, ne restons pas neutres. »
Articulée en 3 temps...
Synthèse / 2
Prendre conscience que l’on peut changer les choses
Il y a de nombreuses raisons qui justifient que de nombre...
4
Aperçu global de l'atelier : 3 temps
1//Débat mouvant
2//Présentations
3//Vocabulaire
Sans être exhaustif, le diaporama ...
Janvier 2015 5
Débats mouvants
3 questions / affirmations pour démarrer l’atelier
1 : En Loire-Atlantique, les élections m...
Janvier 2015 6
Débats mouvants
1. En Loire-Atlantique, les élections municipales
mobilisent plus de citoyens que les légis...
Janvier 2015 7
Débats mouvants
2. Doit-on attendre 18 ans pour être citoyen ?
Âge et droit de vote. L’âge est important. R...
Janvier 2015 8
Débats mouvants
3. Notre destin collectif semble dicté en grande partie par
l’agenda et les intérêts économ...
Janvier 2015 9
Débats mouvants
Changements possibles et effets de seuil
Tour du monde des mouvements citoyens (médiatisés)...
Janvier 2015 10
Débats mouvants
Citoyenneté mondiale et pouvoir du consommateur
Changement de cap difficile pour un citoye...
Intérêt général et mondialisation ?
L’intérêt général semble relever bien plus du niveau local
que mondial.
Pourtant, il y...
Ghettoïsation sociale en croissance.
On croit dans l’égalité des chances mais on inscrit ses enfants
en école privée. C’es...
Janvier 2015 13
Question de vocabulaire
Démocratie, citoyenneté, quelles distinctions?
CITOYENNETE
Aujourd’hui, la démocra...
Janvier 2015 14
Question de vocabulaire
Engagement ou interpellation citoyenne, quelles différences?
ENGAGEMENT
Ce sont de...
Janvier 2015 15
Présentations / les participants
Janvier 2015 16
Votre accompagnatrice Passerelle
Chargée d’études développement durable
02.40.44.60.74
passerelle@loire-at...
Janvier 2015 18
Le CDLA en quelques mots
 Offrir un espace d’échange et
d’expression citoyenne
 Organiser des rencontres...
Janvier 2015 19
Le CDLA en actions
Vidéo des membres?
Des séances de
réflexion et de
mutualisation des
connaissances,
ouve...
Janvier 2015 20
Cycles de conférences
2013-2014
Innovation / Jeunesse
 Engagement citoyen des jeunes
 Pédiatrie sociale ...
Passerelle2015 citoyen r1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Passerelle2015 citoyen r1

270 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
270
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Passerelle2015 citoyen r1

  1. 1. Janvier 2015 1
  2. 2. Synthèse / 1 « Tout le monde n’est pas obligé d’être engagé, mais au moins, ne restons pas neutres. » Articulée en 3 temps, cette 1e rencontre a permis d’explorer collectivement quelques termes phares pour ce groupe nouvellement constitué : citoyenneté, évidemment, mais également démocratie, engagement, interpellation citoyenne. Abordés le temps d’un débat mouvant ou bien de discussions en sous-groupes, le groupe a débattu de quelques incontournables pour poser des bases communes avant d’envisager une vision collective pour demain. Synthèse des discussions Ce résumé est structuré en repartant d’une définition globale possible de la citoyenneté. La citoyenneté renvoie à des notions de civisme, d’humanisme, de débat et de bien commun. Trois étapes essentielles ont été mises en lumière : – prendre conscience de ce qu’il y a à changer. – prendre conscience que l’on peut changer les choses. – changer effectivement les choses. Par ces trois volets, la citoyenneté constitue donc un ensemble d’actions contribuant à l’intérêt collectif et englobant définitivement, bien plus que le seul acte du vote électoral. Prendre conscience de ce qu’il y a à changer Comment ? La question est large et appelle une analyse à plusieurs échelles (individuelle, groupes, collectivités, États, Europe et Monde), mais aussi sous plusieurs angles thématiques (égalité, solidarité, préservation de l’environnement …). Certaines questions sont connues depuis longtemps mais les réponses difficiles à trouver ou insuffisantes. D’autres enjeux émergent et notre société va devoir s’y adapter très rapidement. Ce qu’il y a à changer dépendra également des intérêts et des perceptions de chacun. Mais les actions se feront au nom d’un intérêt plus large. Après avoir débattu de l’intérêt général, le groupe a davantage préféré aborder la citoyenneté en parlant d’intérêt collectif, pour sortir de l’aspect purement juridique et ainsi englober les notions de biens communs.
  3. 3. Synthèse / 2 Prendre conscience que l’on peut changer les choses Il y a de nombreuses raisons qui justifient que de nombreuses personnes ne fassent pas le pas vers leur « vie citoyenne ». Apathie, crainte du jugement, intérêt personnel ou manque de confiance dans sa capacité à pouvoir changer individuellement les choses en sont quelques-unes identifiées par le groupe. Alors, comment augmenter la prise de conscience de chacun sur sa capacité d’action ? Plusieurs axes ont été explorés en ce sens lors de ce 1e atelier. Quels changements semblent plus facilement envisageables? Y a-t-il une masse critique de citoyens pour y parvenir ? Y a-t-il une question d’âge du citoyen ? Dans un contexte mondialisé, si les acteurs économiques donnent le cap dans de nombreux domaines, l'un des plus forts leviers d'action du citoyen semble être celui du consommateur responsable. Au-delà de ce rôle, il semble plus compliqué de déterminer le niveau de mobilisation à atteindre pour permettre que des changements se produisent. Y-a-t-il un âge pour être citoyen ? A priori, nous le sommes dès la naissance, mais différents âges de citoyenneté sont à envisager pour comprendre les différentes natures de mobilisation et en imaginer de nouvelles. Les plus jeunes doivent avoir la possibilité de s’impliquer tôt tout en apprenant progressivement ce que l’engagement sous- entend en matière de responsabilité et tout en préservant une forme de liberté pour vivre les choses. Et si l’on parle d’âge minimum (la question initiale du débat étant « doit-on attendre 18 ans pour être citoyens » ?), ne devrions-nous pas envisager un âge maximal de vote ? Changer effectivement les choses La citoyenneté, c’est aussi le cadre dans lequel s’inscrit notre démocratie, système politique et outils donnant le pouvoir au peuple. Plusieurs outils sont à la disposition du citoyen pour lui permettre de devenir acteur de la vie de sa Cité : dispositifs qui lui sont proposés par les institutions pour s’exprimer ou initiatives qu’il prend de lui-même. Le vote ou encore l’interpellation citoyenne (référendum, enquêtes publiques, saisines tout autant que pétitions, manifestations...) sont des moyens ponctuels. L’engagement, véritable élan participatif, est quand à lui associé à une question de durée et de prise de responsabilité. Il peut revêtir différentes formes : adhésion à des collectifs ou associations, attitude personnelle au quotidien…Pourtant, la démocratie telle que nous la connaissons aujourd’hui, s’éloigne du citoyen et de la notion-même de citoyenneté. Pour favoriser la citoyenneté au quotidien, cet enjeu devra être clairement pris en compte.
  4. 4. 4 Aperçu global de l'atelier : 3 temps 1//Débat mouvant 2//Présentations 3//Vocabulaire Sans être exhaustif, le diaporama qui suit retrace les discussions du groupe en fonction des 3 temps forts de l’atelier.
  5. 5. Janvier 2015 5 Débats mouvants 3 questions / affirmations pour démarrer l’atelier 1 : En Loire-Atlantique, les élections municipales mobilisent plus de citoyens que les législatives. 2 : Doit-on attendre 18 ans pour être citoyens ? 3 : Notre destin collectif semble dicté en grande partie par l’agenda et les intérêts économiques d’acteurs majeurs de la mondialisation. Les citoyens peuvent-ils inverser cette tendance et replacer l’intérêt général au centre des décisions ? Chaque participant prend position Chacun se place d’un côté de la salle pour donner son avis et expliquer pourquoi il s’est mis d’un côté ou de l’autre.
  6. 6. Janvier 2015 6 Débats mouvants 1. En Loire-Atlantique, les élections municipales mobilisent plus de citoyens que les législatives. La mobilisation semble accrue lorsque l'échelle est plus proche du citoyen. Des territoires qui bouillonnent lors des municipales. La proximité entre maire et citoyens entraine une plus large mobilisation lors des élections municipales. La personnalité même du maire peut être plus fédératrice que la notion de parti ou de courant de pensée politique. Sans même parler de vote, de nombreux débats émergent dans les communes en période de campagnes municipales. La mobilisation est une notion qui se comprend au-delà de la question de la participation au vote. Il y a une difficulté à mobiliser les citoyens pour constituer des listes municipales. Taux de participation aux élections dans le 44 62% au 1e tour aux municipales 2014 60,7% au 1e tour aux législatives 2014 De fortes disparités entre les communes Historique de participation aux élections en 44 http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques- publiques/Elections/Les-taux-de-participation- en-Loire-Atlantique ou encore sur l’Atlas de Loire- Atlantique dont voici quelques exemples de cartes par répartition communale : http://atlas.loire- atlantique.fr/#v=map1;i=muni14_t1.tx_part;l=fr http://atlas.loire- atlantique.fr/#v=map1;i=xd_pres2012_t1.tx_parti c;l=fr
  7. 7. Janvier 2015 7 Débats mouvants 2. Doit-on attendre 18 ans pour être citoyen ? Âge et droit de vote. L’âge est important. Retournons le problème. De plus en plus de « vieux » vont voter. Dans le même ordre d’idées, ne devrions- nous pas proposer un âge limite maximal aux votes ? A quoi sert le vote, l’expression du citoyen lorsqu’ils ont plus de 65 ans ? Où est l’intérêt de leur demander de définir notre avenir ? On est citoyen dès que l’on nait. Dès la naissance, nous appartenons à une Cité, à un groupe, à une famille. Après, c’est une question d’éducation à une réceptivité à l’autre qui fait de nous des citoyens. Comportements citoyens et engagements L’engagement sportif ou humanitaire fait appel à la notion de citoyenneté. Des jeunes de 14 ans qui s’engagent dans leur club ou bien qui ont un comportement exemplaire et qui en appellent aux autres jeunes de leur rue ou de leur quartier, ceux-là sont déjà citoyens. La citoyenneté : une notion d'humanisme La question de citoyenneté se pose au-delà du vote. Ce n’est pas forcément limité à un engagement. Impliquer les jeunes dès le plus jeune âge dans le quotidien de leur commune est également très formateur. L’apprentissage est nécessaire mais le fait de responsabiliser semble une bonne chose. Exemple d’un conseil des jeunes dans le Morbihan (12-17 ans). Il en existe également en Loire-Atlantique (St-Sébastien-sur-Loire) Au-delà du droit de vote, il y a besoin d’abord d’une liberté de vivre les choses, d’être informé sans participer activement à la société. Il faut veiller à protéger l’autonomie et la liberté de pensée quand on est jeune. Oui jusqu’à cet âge, il faut accompagner et former les jeunes à la citoyenneté. Il n’y a pas d’âge pour être citoyen. N’attendons pas que les jeunes s’engagent à notre place alors que nous même n’avons pas de comportement citoyen engagé ! Tout le monde n’est pas obligé d’être engagé, mais au minimum ne restons pas neutres. Y-a-t-il des exigences pour être citoyen ?
  8. 8. Janvier 2015 8 Débats mouvants 3. Notre destin collectif semble dicté en grande partie par l’agenda et les intérêts économiques d’acteurs majeurs de la mondialisation. Les citoyens peuvent-ils inverser cette tendance et replacer l’intérêt général au centre des décisions ? Cette 3e question plus complexe a suscité du débat sur plusieurs tableaux. Il est possible d’en dégager 4 grands axes : Changements massifs possibles et effets de seuil Citoyen du monde et pouvoir du consommateur Au nom de l’intérêt général Au nom de l’égalité
  9. 9. Janvier 2015 9 Débats mouvants Changements possibles et effets de seuil Tour du monde des mouvements citoyens (médiatisés) Indignés, parapluies…la masse critique n’est pas atteinte pour faire basculer les systèmes en place. Il y a encore trop d’apathie et cela éteint plus souvent qu’autrement les mouvements. Sommets successifs pour l’environnement sans grand succès : le citoyen était-il au cœur des débats? Mais des contre-exemples : Chute du mur de Berlin, élection d’un président noir aux Etats- Unis, une nouvelle démocratie pour le Burkina Faso grâce à un mouvement citoyen. En déplaçant nos perspectives. L’entourage et le monde ne changent pas, c’est nous-mêmes qui en changeons notre point de vue. Rien que le fait de se déplacer dans une salle pour débattre, le monde a changé, nous le voyons différemment. Les dirigeants politiques ne se mettent en mouvement que si les citoyens l’expriment haut et fort. Il faut renvoyer la balle au citoyen responsable, c’est lui qui est à la base de tous ces mouvements là. En distinguant les niveaux individuels, des groupes, des collectivités, des États, de l’Europe et autres continents et du Monde. A chacun de ces différents niveaux, il y a eu des progrès considérables. En tenant compte d’un cheminement incontournable 1. Prise de conscience sur ce qu’il y a à changer 2. Prise de conscience que l’on peut changer les choses 3. Changer les choses Pourquoi de nombreuses personnes ne s’engagent pas ? •de crainte du jugement, •par intérêt personnel, •par peur que cela ne serve à rien. DES CONSTATS On a la capacité de changer notre environnement. LES POSITIONS des participants Les citoyens peuvent « influencer » mais pas inverser le cours des choses. N’y a t il pas des basculements possibles grâce à des masses grandissantes et pouvant atteindre un seuil critique de changement? Si nous étions plus à faire notre part, on pourrait inverser sans doute un certain nombre de positions. Si à notre petit niveau, on faisait chacun quelque chose, ca pourrait avoir un impact.
  10. 10. Janvier 2015 10 Débats mouvants Citoyenneté mondiale et pouvoir du consommateur Changement de cap difficile pour un citoyen du monde - au regard des enjeux environnementaux globaux et exponentiels (climat, nombre d’habitants sur terre, raréfaction des terres, de l’eau…) - au regard des masses monétaires aussi importantes : les grands acteurs arrivent à s’adapter aux systèmes émergents Prise de conscience et pouvoir d’agir du consommateur L’économique donne le cap, et nous, en tant que consommateur, on peut inverser les choses. Ex. : avec l’effet mondialisation, nos téléphones sont fabriqués par des enfants de l’autre bout de monde. Le consommateur a un pouvoir énorme et des levers d’actions. Pourquoi attendre des scandales pour arrêter d’acheter? Citoyenneté et démocratie à échelle mondiale Si l’influence des citoyens peut paraitre limitée au-delà du vote dans une démocratie représentative, ils ont un impact certain au quotidien dans leur manière de fonctionner. Démocratie directe au niveau mondial ? Utopie Ceux qui ont le droit de prendre la parole ne sont peut-être pas les plus à plaindre. Ca n’a pas fini d’éclater, exploser et on ne pourra pas indéfiniment récupérer ces explosions. DES CONSTATSLES POSITIONS des participants Les citoyens peuvent difficilement changer le cap. On peut influencer et inverser les stratégies économiques avec des choix assumés de consommation. La mondialisation est un argument de façade, mais il est difficile de sortir du rôle de consommateur.
  11. 11. Intérêt général et mondialisation ? L’intérêt général semble relever bien plus du niveau local que mondial. Pourtant, il y a forcément la prise en compte des problématiques environnementales dans l’intérêt général et celles de phénomènes globaux. Quels liens peut-on faire entre « être citoyen » et savoir ce qu’est l’intérêt général ? Dans des engagements très militants, ils sont engagés convaincus d’avoir raison. Est-ce que pour autant ils défendent l’intérêt général ? Être engagés, faire acte de citoyenneté, même parfois violente veut-il vraiment dire que l’on défend l’intérêt général ? Ex. Est-ce que construire des armes sur notre territoire (ex mistral) se fait véritablement en faveur de l’intérêt général ? Janvier 2015 11 Débats mouvants Au nom de l’intérêt général Il n’est pas simple de penser ou de trouver le temps pour définir ce qui relève de l’intérêt général ou non. Où placer notre appréciation, nos arbitrages en dehors du champ juridique? Difficulté de communiquer sur l’intérêt général tant cette notion peut relever d’une vision politique à long terme et son aboutissement ne pas être toujours consensuel. Comment les citoyens perçoivent cette notion d’intérêt général ? Quelles en sont les représentations ? Comment réussir à se faire écouter et entendre? DE NOMBREUX QUESTIONNEMENTS Parler d’intérêt COLLECTIF plutôt que d’intérêt général A L’ORIGINE Notion politique, décrétée par le Conseil d’État et servant à justifier expropriations, subventions ou impôts. C’est une notion clé essentielle de droit, que l’on ne peut pas traiter rapidement car elle dépend du contexte et des niveaux. A traiter selon les rapports des autorités .
  12. 12. Ghettoïsation sociale en croissance. On croit dans l’égalité des chances mais on inscrit ses enfants en école privée. C’est le fait contradictoire des gens : un égoïsme forcené lié à la compétition…et pour autant, une véritable volonté de coopération. Les études des jeux sociaux mettent en lumière que la coopération est naturelle, mais quand on la pervertit tout le monde abandonne. Dans la mesure où certains profitent de cette coopération, ca ne peut pas tenir. Janvier 2015 12 Débats mouvants Au nom de l’égalité Egalité à la naissance? Il y a combien de gamins qui naissent directement dans l’aide sociale à l’enfance. Ce n’est pas parce qu’ils auront un accompagnement socioéducatif que tout est résolu : ils n’ont pas de parents. Malgré tout ce qui est mis en place, ca ne suffit pas, parce que là, on touche l’intégrité d’une personne. Fraternité, interdépendance, égalités/inégalités versus comportement du plus grand nombre. Il y a de belles rencontres à provoquer pour accroitre la solidarité. CONSTATS Ici en France, on croit qu’on nait tous égaux. On a l’impression que l’égalité est un fait, mais dans les actes, les postures de chacun, il y a un abandon de mobilisation pour lutter contre l’inégalité. Point de vue d’un expert cité lors des discussions : François Dubet Sociologue français, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur d'études consacrées à la marginalité juvénile, à l'école et aux institutions. Dernière publication : La Préférence pour l'inégalité. Comprendre la crise des solidarités. Date de parution 18/09/2014. Coédition Seuil-La République des idées Idéologie : Nous sommes entrés dans la modernité tardive, long processus socio-historique promoteur de la figure subjective et responsable de la déconstruction de l'institution. Cette dernière a aujourd'hui perdu sa cohérence tout autant que sa propension à « mettre aux normes » les conduites sociales. François Dubet a notamment appliqué ces idées à l'école ou à la question des injustices au travail.
  13. 13. Janvier 2015 13 Question de vocabulaire Démocratie, citoyenneté, quelles distinctions? CITOYENNETE Aujourd’hui, la démocratie s’éloigne de plus en plus du citoyen et la notion-même de citoyenneté s’écarte de la notion de démocratie : recréer lien et synergie entre citoyenneté et démocratie? Comment est-on acteur dans la vie de la Cité ? C’est l’outil, le système politique qui permet de donner le pouvoir au peuple, le meilleur pour pouvoir exprimer sa citoyenneté. Il est question d’organisation pour une politique collective (à l’opposé d’une dictature, d’une ploutocratie, ou encore d’un système totalitaire) ou encore d’instance de régulation qui portent des valeurs communes de société. Le plus grand nombre a raison, sur la base d’un vote de représentation conférant un pouvoir de décision à des citoyens élus. On perçoit la démocratie au travers de nos institutions et de leur fonctionnement. Un aspect sympathique, vivant Renvoie aux notions de civisme, de débat, de bien commun. Les principes qui la fondent sont liées à la proximité et elle peut être qualifiée de locale, abordable, accessible. Elle se fait en plusieurs étapes : une prise de conscience, puis l’action qui va au-delà du vote. Tendance de société liée aux possibilités offertes par les outils de communication, aux effets de la décentralisation et la volonté de plus de personnes d’être partie prenante. . C’estlecadredanslequel s’exerceladémocratie:
  14. 14. Janvier 2015 14 Question de vocabulaire Engagement ou interpellation citoyenne, quelles différences? ENGAGEMENT Ce sont des termes contraignants à utiliser avec précaution, car plusieurs représentations peuvent y être associées. De qui? Par qui? Le citoyen peut interpeller ou être interpellé. Action ponctuelle. En réaction à un évènement ou une décision Il faut être « heurté » par un fait ou un évènement pour qu’il y ait interpellation. L’interpellation peut être vécue comme « déclencheur », lanceur d’alerte. Forme d’expression de démocratie directe. L’outil clé de l’interpellation est celui du référendum, mais elle peut faire référence à plusieurs autres types d’initiatives : Manifestation, pétition, enquête publique, saisine (quel seuil : Europe ?) Elan participatif, mise en action, prise de responsabilité. Opposé de la passivité. Évoque une notion de durée Plusieurs façons de le faire : •Adhésion à des collectifs, des associations •Attitude quotidienne personnelle •Faire et être l’animateur de… Il n’est pas forcément désintéressé, mais c’est un choix personnel, citoyen.
  15. 15. Janvier 2015 15 Présentations / les participants
  16. 16. Janvier 2015 16 Votre accompagnatrice Passerelle Chargée d’études développement durable 02.40.44.60.74 passerelle@loire-atlantique.fr Jessica Beauguitte Présentations / Passerelle Passerelle c’est aussi : S’engager pour préparer aujourd’hui son territoire de demain Rencontrer des individus de tous horizons, fédérés par : - des valeurs communes d’ouverture et de partage, - une énergie de faire mieux pour et avec les adultes de demain Intégrer un réseau atypique Apprendre à débattre et découvrir son pouvoir d’agir Faire valoir son point de vue
  17. 17. Janvier 2015 18 Le CDLA en quelques mots  Offrir un espace d’échange et d’expression citoyenne  Organiser des rencontres inattendues autour de tendances de fond qui influenceront l’avenir de notre territoire à moyen et long terme.  Mettre en lumière les projets innovants de la Loire-Atlantique
  18. 18. Janvier 2015 19 Le CDLA en actions Vidéo des membres? Des séances de réflexion et de mutualisation des connaissances, ouvertes à toutes et à tous, organisées toute l’année.
  19. 19. Janvier 2015 20 Cycles de conférences 2013-2014 Innovation / Jeunesse  Engagement citoyen des jeunes  Pédiatrie sociale en communauté  L’Ecole 2.0  Au pouvoir à 20 ans  Consommation collaborative  Impression 3D  Entrepreneuriat social 2014-2015 Citoyen à l’heure du numérique Initiatives citoyennes / RS Vie privée et Internet Big data / Open Data Humanité augmentée Villes intelligentes Métamorphose de la pensée Retrouvez toutes nos publications Tendances sur cdla.loire-atlantique.fr

×