Des priorités pour le commerce et l’économie

529 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
529
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Des priorités pour le commerce et l’économie

  1. 1.  Des  priorités  pour  le  commerce  et  l’économie  Michel  Péters  –  conseiller  communal  à  Liège  RESUME  Redynamiser  le  commerce  liégeois  et  l’économie  dans  notre  ville  passe  à  la  fois  par  des  préalables  qui  ne  concernent  pas  uniquement  ces  activités  (actions  sur  l’aménagement  du  territoire,  la  sécurité,  etc.),  mais  aussi  par  des  actions  nouvelles,  innovantes  qui  mobilisent  les  acteurs  publics  et  privés  (Maison  du  commerce  et  Business  Improvement  District).      Les  commerçants  et  entrepreneurs  ont  un  rôle  important  à  jouer.    Qu’ils  habitent  ou  non  à  Liège,  la  politique  communale  ne  peut  les  laisser  indifférents  puisqu’elle  a  une  influence  immédiate  sur  leurs  activités  et  investissements.    Le  14  octobre,  mais  surtout  d’ici  là,  commerçants  et  entrepreneurs  ont  un  combat  à  mener  pour  que,  en  matières  commerciale  et  économique,  on  gère  «  Liège,  autrement  !  »          
  2. 2.  Liège  compte  plus  de  10.000  entreprises  et  commerces  offrant  près  de  106.000  postes  de  travail  dont  11  %  sont  occupés  par  des  travailleurs  indépendants.    Le  nombre  de  Liégeois  exerçant  une  activité  complémentaire  ne  cesse  de  croître.    Pourtant,  le  nombre  de  volet  clos  augmente.    Le  commerce  souffre  !  Redynamiser  le  commerce  liégeois  et  l’économie  dans  notre  ville  passe  à  la  fois  par  des  préalables  qui  ne  concernent  pas  uniquement  ces  activités  (actions  sur  l’aménagement  du  territoire,  la  sécurité,  etc.),  mais  aussi  par  des  actions  nouvelles,  innovantes  qui  mobilisent  les  acteurs  publics  et  privés  (Maison  du  commerce  et  Business  Improvement  District).      Ci-­‐dessous,  volontairement  sans  grand  développement,  des  propositions  multiples  issues  pour  partie  du  programme  du  MR  pour  notre  Ville,  mais  aussi  des  propositions  plus  personnelles  pour  dynamiser  le  commerce  liégeois.    Les  commerçants  et  entrepreneurs  ont  un  rôle  important  à  jouer.    Qu’ils  habitent  ou  non  à  Liège,  la  politique  communale  ne  peut  les  laisser  indifférents  puisqu’elle  a  une  influence  immédiate  sur  leurs  activités  et  investissements.    Le  14  octobre,  mais  surtout  d’ici  là,  commerçants  et  entrepreneurs  ont  un  combat  à  mener  pour  que,  en  matières  commerciale  et  économique,  on  gère  «  Liège,  autrement  !  »  Des  préalables  pour  orienter  le  succès  économique  et  commercial  :    SECURITE   - instauration  d’un  système  de  SMS  «  sécurité  aux  commerçants  »  pour  communiquer  en  temps  réel,   via  la  Police,  en  temps  réel,  des  informations  concernant  la  délinquance     - instauration,  dans  le  même  ordre  d’idée,  d’un  «  Twitter  Police  »,  canal  de  communication  nouveau,   supplémentaire  et  interactif.  Dans  de  nombreux  pays  (France,  Canada,  Etats-­‐Unis,  Luxembourg,   etc.),  mais  aussi  en  Belgique  (Mechelen,  Mons-­‐Quévy,  etc.),  les  polices  «  s’affichent  »  sur  Twitter   - diffusion  d’un  «  Guide  de  la  Sécurité  à  l’usage  des  commerçants  »,  réalisé  en  partenariat  entre   l’UCM,  la  Police  et  les  associations  de  commerçants   - renforcer  les  politiques  de  création  de  logements  au-­‐dessus  des  commerces  car  ils  constituent   aussi  un  vecteur  de  sécurité  SENTIMENT  D’INSECURITE   - lutter  contre  la  mendicité,  problème  social,  mais  aussi  source  de  nuisances  importantes   - renforcer  l’intervention  policière,  préventive,  et  répressive  lorsque  la  personne  est  sous  l’effet  de   l’alcool,  de  stupéfiants,  en  possession  de  stupéfiants,  en  train  de  dealer,  harcèle  les  passants,  ou,   tout  simplement,  trouble  l’ordre  public  MOBILITE   - installation  d’un  système  de  parking  dynamique  informant  les  automobilistes  de  l’évolution  de  la   capacité  d’accueil  des  parkings     - pose  de  panneaux  pendant  les  travaux  aux  abords  des  parkings,  rues  commerçantes  et   commerces  indiquant  clairement  que  l’accès  et  le  stationnement  dans  ces  zones  restent  possibles.  PROPRETE  Plus  que  jamais,  la  propreté  doit  être  au  centre  des  préoccupations  des  autorités  communales  et  un  effort  supplémentaire  doit  être  effectué  dans  les  rues  commerçantes  :  adapter  les  horaires  de  ramassage  pour  qu’ils  aient  systématiquement  lieu  avant  l’ouverture  ou  après  la  fermeture,  renforcer  les  équipes  de  balayeurs  pour  que  les  rues  restent  propres,  que  les  poubelles  soient  vidées,  installer  des  cendriers  publics  dans  les  rues.      La  lutte  contre  les  tags,  les  dépôts  clandestins,  les  déchets  jetés  dans  nos  rues,  sur  nos  trottoirs,  les  déjections  canines  doit  être  amplifiée.  L’éducation  à  la  propreté,  via  l’école,  doit  être  renforcée.  
  3. 3. FISCALITE  INCITATRICE  ET  NON  CONFISCATOIRE    La  fiscalité  communale  doit  être  utilisée  avant  tout  comme  un  levier  du  développement  économique  et  non  uniquement  comme  un  moyen  de  faire  rentrer  l’argent  dans  les  caisses  communales  En  moyenne,  à  Liège,  un  commerçant  paie  8%  de  taxes  de  plus  que  son  collègue  installé  dans  le  reste  de  la  Wallonie.  Ce  pourcentage  n’inclut  pas  les  diverses  redevances  dont  les    commerçants  doivent  s’acquitter,  notamment  pour  occuper  le  domaine  public  (terrasses,  panneaux  d’affichage  publicitaire,  droits  d’étalage,  etc.).  Il  faut  :     - envisager  des  alternatives  à  la  taxation:  les  incitants  positifs  peuvent  mieux  soutenir  une  politique   qu’une  taxe  pénalisante  mal  acceptée  et  source  de  recours  juridiques   - privilégier,  plutôt  que  les  taxes,  de  vraies  redevances  qui  supposent  un  service  de  la  Ville  (ex.  :  un   trottoir  impeccable  permet  l’installation  d’une  belle  terrasse,  etc.)   - consulter  les  professionnels  des  divers  secteurs  pour  certaines  taxes  spécifiques  (cfr.  taxe  sur  les   implantations  commerciales)   - exonérer  les  nouveaux  commerces  pendant  une  certaine  période  (3  ans  ?)   - prévoir  des  zones  franches  :  identifier  les  quartiers  auxquels  on  veut  donner  un  réel  boost  en   termes  de  redéploiement  urbanistique,  et  y  suspendre  provisoirement  l’application  des  taxes   visant  le  commerce  et  l’activité  économique     - exonérer  les  commerces  concernés  par  les  chantiers  de  travaux  publics.  Le  MR  veut  faire  revenir  progressivement  Liège  dans  la  moyenne  de  la  fiscalité  commerciale  et  industrielle  des  communes  wallonnes  en  réduisant  certaines  taxes  ou  redevances  qui  :   - ont  une  base  identique  pour  constituer  les  droits   Ainsi,  les  terrasses  sont  taxées  deux  fois  :  via  la  taxe  sur  les  débits  de  boissons,  et  via  la  redevance  sur   l’occupation  du  domaine  public  par  des  terrasses.  Le  MR  propose  donc  d’exonérer  la  redevance  sur   l’occupation  du  domaine  public  du  montant  de  la  taxe  sur  les  débits  de  boissons  lorsque  cette   dernière  inclut  une  terrasse  dans  son  calcul.   - ont  une  influence  bénéfique  en  termes  de  sécurité   La  publicité  fait  partie  de  notre  quotidien.  Elle  permet  de  financer  diverses  actions  au  niveau   communal.  Sans  elle,  la  concession  du  mobilier  urbain  serait  moins  intéressante  pour  la  Ville…  Par   ailleurs,  sans  elle,  le  journal  que  nous  achetons,  le  ticket  de  transport,  etc.…  seraient  plus  chers.     La  publicité  représente  donc  un  bénéfice  économique  et  fait  partie  intégrante  des  stratégies  de   communication.  Dans  ce  contexte,  il  est  existentiel  pour  un  magasin  d’afficher  les  marques  de   publicité,  tant  personnelles  que  celles  des  produits  qu’il  expose.   Or,  le  règlement  de  la  taxe  sur  les  enseignes  est  d’une  précision  diabolique  qui  laisse  peu  de  liberté.   aux  commerçants  pour  faire  connaitre  leur  produit.  Par  ailleurs,  le  MR  estime  que  les  enseignes   lumineuses  contribuent  à  une  certaine  sécurité  dans  notre  Ville.  Le  MR  propose  de  réduire  le  taux  de   cette  taxe  sur  les  enseignes  lumineuses.  AMENAGEMENT  DU  TERRITOIRE  Le  MR  veut  promouvoir  la  mixité  de  fonctions  des  différents  noyaux  urbains  :  commerces,  logements,  écoles,  crèches,  infrastructures  sportives  et  culturelles,  places  publiques,  PME  et  économie  sociale  doivent  se  côtoyer.    La  politique  active  de  réappropriation  des  étages  au-­‐dessus  des  commerces,  déjà  évoquée  ci-­‐dessus  au  niveau  de  la  sécurité,  a  aussi  un  impact  sur  le  commerce,  en  accroissant  le  nombre  d’habitants.  Le  comblement  des  dents  creuses  également.    Mais  surtout,  le  MR  entend  dissuader  les  implantations  en-­‐dehors  des  polarités  commerciales  existantes.    Le  commerce  de  proximité  dans  les  quartiers  est  l’avenir,  à  la  fois  parce  que  nos  déplacements  seront  «  comptés  »  à  l’avenir  suite  à  l’accroissement  des  coûts,  mais  aussi  parce  que  le  nombre  de  personnes  âgées,  moins  mobiles,  va  s’accroître  dans  les  prochaines  décennies.    Il  faut  aussi  anticiper  les  difficultés  de  mobilité  et  l’augmentation  des  coûts  de  transport  en  développant  des  surfaces  de  coworking  ou  bureau  partagé.  
  4. 4. TRAVAUX  La  commune,  gestionnaire  de  sa  voirie,  a  un  rôle  central  à  jouer  dans  lorganisation  des  chantiers  afin  de  minimiser  au  maximum  ce  type  de  nuisances  et  ce,  en  synchronisant  ces  chantiers.    Aussi,  nous  proposons  :   - l’obligation  de  la  concertation  préalable  des  différents  opérateurs  afin  de  rationaliser  les   ouvertures  de  voiries  et  de  trottoirs,  en  mettant  en  place  notamment  un  cadastre  des  chantiers.   Cette  concertation  sera  particulièrement  indispensable  dans  le  cadre  des  travaux  du  tram   - d’assurer  le  suivi  du  règlement  sur  les  indemnisations  adopté  au  Conseil  communal  sur  proposition   du  MR  et  insister  pour  revoir  l’indemnisation  à  la  hausse   - de  prévoir  des  panneaux  indicateurs  conseillant  des  itinéraires  bis  en  cas  de  chantiers  et  cela  dès   les  accès  à  la  Ville.  FACILITER  L’EXERCICE  DES  PROFESSIONS  LIBERALES  ET  LIBERER  LES  PROFESSIONS  COMPLEMENTAIRES  Pour  faciliter  l’exercice  des  professions  libérales  à  Liège,  il  faut  garantir  la  disponibilité  de  bureaux,  d’espaces  de  travail  partagé  (voir  supra),  mais  aussi  la  possibilité  de  garer  sa  voiture  à  proximité  de  ceux-­‐ci.  La  «  chasse  à  la  voiture  »  que  veulent  d’aucuns  n’a  pas  sa  place  au  MR  qui  privilégie  une  mobilité  partagée  respectueuse  de  chacun.    Il  convient  donc  de  veiller  aux  possibilités  de  stationnement  en  voirie  pour  les  clients.      Les  professions  complémentaires  exercées  par  certains  salariés  (commerce  de  vin,  assurances,  etc.)  sont  assimilées  à  des  prestations  complètes  par  la  Ville  en  ce  qui  concerne  les  taxes.    Un  couple  d’employés  à  titre  complémentaire  est  parfois  redevable  de  3  taxes  urbaines  alors  que  ses  activités  ne  génèrent  pas  autant  de  déchets.    Le  MR  veut  encourager  l’activité  complémentaire  (laquelle  rapporte  à  la  ville  via  les  additionnels  à  l’impôt)  en  exonérant  partiellement  les  taxes  sur  ces  activités.    De  nouvelles  initiatives  mobilisatrices    MAISON  DU  COMMERCE  Une  véritable  Maison  du  commerce  doit  être  créée.    Espace  de  coworking  et  de  rencontre,  elle  doit  prendre  place  au  cœur  de  Liège  et  accueillir  le  Bureau  du  Commerce  de  l’Echevinat  des  affaires  économiques  ainsi  que  la  Cellule  des  investisseurs.    La  Maison  du  commerce  doit  jouer  un  rôle  central  d’information,  de  mise  en  réseau  et  de  coordination,  mais  aussi  être  initiatrice  dans  les  actions  de  formation  et  de  professionnalisation  du  commerce  (démarche  de  qualité,  vente  en  ligne).  Une  cartographie  commerciale  de  Liège  y  sera  consultable.    Celle-­‐ci,  actualisée  en  permanence,  donnerait  une  vision  globale  de  la  situation  économique  aux  investisseurs  et  candidats-­‐investisseurs  :  base  de  données  des  fermetures,  déménagements,  etc.  ;  situation  et  agenda  coordonné  des  travaux  ;  situation  des  concurrents  ;  cadastre  des  cellules  vides,avec  les  informations  utiles  (superficie,  aménagement,  coût,  contact,  etc.).  Au  sein  de  cette  Maison  du  commerce,  la  Gestion  Centre-­‐Ville  verrait  son  rôle  évoluer  vers  celui  d’un  des  acteurs  d’une  dynamique  d’animation  forte,  d’envergure  et  rythmée.  Le  Business  Improvement  District  y  serait  également  logé.    L’attrait  pour  le  commerce,  partout  dans  la  ville,  doit  :   - se  marquer  tout  au  long  de  l’année,  par  l’animation  des  espaces  publics  et  l’organisation  de   commercial  days  (fête  du  client,  etc.),  de  nocturnes  et  de  dominicales  ponctuelles  ;   - impliquer  davantage  l’ensemble  des  zones  commerciales.  BID  Le  Business  Improvement  District  est  un  concept  inventé  au  départ  à  Toronto  au  Canada  dans  les  années  ’70,  puis  qui  a  porté  ses  fruits  et  essaimé  dans  l’ensemble  des  Etats-­‐Unis,  au  Canada,  au  Brésil,  en  Afrique  du  Sud.    Implanté  en  Allemagne  et  au  Luxembourg,  l’idée  connaît  une  première  expérience  belge,  à  Courtrai.  
  5. 5. Le  concept  est  déclinable  à  volonté  ;  il  peut  s’adresser  à  des  propriétaires  par  exemple  pour  améliorer  la  qualité  de  vie,  mais  le  MR  envisage  lui  de  l’appliquer,  comme  à  Courtrai  aux  quartiers  commerçants.    Le  BID  est  constitué  librement  par  les  commerçants  d’un  périmètre  choisi  (nous  suggérons  dans  un  premier  temps  le  Centre-­‐Ville,  de  la  Place  du  Marché  à  la  Médiacité).    Il  est  administré  par  un  conseil  composé  de  commerçants  et  d’un  nombre  très  réduit  de  politique  (uniquement  l’Echevin  ayant  le  commerce  dans  ses  attributions).    Le  BID  –  qui  décide  lui-­‐même,  hors  intervention  politique,  de  l’affectation  des  moyens,  serait  financièrement  soutenu  par  trois  types  d’interventions  financière  :     1. une  redevance  obligatoire  des  commerçants.  Par  exemple,  en  sollicitant  0,15  à  0,25  €  par  m2  de   surface  utile  par  mois,  la  redevance  varierait  entre  180  et  300  €  par  an  pour  un  commerce  de  100  m².     2. une  intervention  financière  de  la  Ville  d’un  montant  équivalent  à  celui  récolté  via  la  redevance   3. une  intervention  financière  équivalente  de  la  Médiacité  La  mission  du  BID  serait  la  revalorisation  du  commerce  de  détail  via  notamment  :     - l’amélioration  de  l‘environnement  ;     - la  lutte  contre  les  surfaces  commerciales  non  affectées  ;     - l’augmentation  de  la  qualité  de  l’animation  pour  les  clients  ;     - une  communication  renforcée,  internationale,  multilingue  ;     - des  actions  promotionnelles  d’envergure  mobilisant  plusieurs  dizaines  de  commerces  (chèque-­‐cadeau   échangeable  dans  tous  les  commerces,  chèque  parking,  etc.)  C’est  donc  véritablement  un  budget  participatif  délégué  aux  commerçants  afin  qu’ils  valorisent  leur  outil  au  mieux.    Le  MR  propose  la  mise  en  place  d’un  BID  «  Quartier  commerçants  du  Centre-­‐Ville  »  avant  d’étendre,  après  analyse  des  résultats,  la  démarche  à  d’autres  quartiers  commerçants.      

×