PROJET ÉDUCATIF LOCAL 2016

27 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
27
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PROJET ÉDUCATIF LOCAL 2016

  1. 1. PROJET ÉDUCATIF LOCAL – ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS LE VAU 20 ELEM A – 75020 PARIS - année scolaire 2016/ 2017 CIRCONSCRIPTION DES AFFAIRES SCOLAIRES ET PETITE ENFANCE DU XXème Période du 1er/09/2016 au 06/07/2016. Accueil des enfants le mercredi de 13h30 à 18h00, de 08h20 à 18h00 pendant les petites vacances, organisation des temps de la pause méridienne de 11h30 à 18h00, des études surveillées de 16h30 à 18h00 pendant la semaine et des aménagements de rythmes éducatifs les mardi et vendredi de 15h00 à 16h30 Objectifs pédagogiques  Animer les valeurs de la République, expliquer la laïcité, développer la notion de citoyenneté et permettre aux enfants de l’exercer dans le cadre de projets périscolaires et extrascolaires.  Développer l’intérêt des enfants pour les sujets liés à l’environnement et au développement durable. Profiter de la présence du Centre Ressource « Jardins et Vergers » dans les locaux de l’école et de l’association Veni Verdi au collège Pierre Mendès-France voisin pour les sensibiliser au respect de l’écosystème.  Faciliter la socialisation des enfants par le partage et l’équilibre d’activités diverses et variées. Favoriser les échanges inter-centres, notamment pour la ludothèque. Groupe Éducatif Ville - 20 rue Le Vau 75020 Paris Responsable Éducatif : Siegfried Gony Tél. Loge : 01-43-61-27-46 / Portable : 06-32-30-17-94 siegfried.gony@paris.fr 1
  2. 2. PRÉSENTATION 1) Contexte P.3 2) Analyse du public P.3 3) Situation géographique P.3 4) Le Cadre Administratif P.3 I OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES 1) Projet Éducatif P.4 2) Objectifs Pédagogiques P.4 3) Objectifs Opérationnels P.4 II MÉTHODE 1) La Pédagogie P.6 2) Les Relations P.7 3) L’Information P.8 4) Le Non-négociable P.9 III MOYENS 1) Les Ressources Humaines P.10 2) Les Moyens Techniques P.10 3) Les Moyens Financiers P.11 IV ORGANISATION GÉNÉRALE 1) Les Activités P.12 2) L’Encadrement P.12 3) Les Sorties et les transports P.12 V SÉCURITÉ 1) L’infirmerie (soins, PAI, accidents) P.14 2) Les Pharmacies P.15 3) La Sécurité incendie et le Plan Particulier de Mise en Sûreté P.16 4) La Sortie du Centre P.17 VI ÉVALUATION P.18 2
  3. 3. PRÉSENTATION 1) Contexte Au regard de l’action de Madame la ministre de l’Éducation Nationale et du gouvernement pour favoriser l’expression laïque dans notre pays et de préparer les enfants à l’exercice de leur citoyenneté, sans parler du contexte de prorogation de l’état d’urgence, il me semble important d’inscrire les valeurs de la République, au cœur du présent Projet Éducatif Local, car outre l’apprentissage des savoirs fondamentaux, l’école et par-delà l’éducation populaire, a aussi pour vocation de former les citoyens de demain. 2) Analyse du public Le Centre de Loisirs 20 Le Vau reçoit des enfants dont les parents proviennent d’un éventail d’origines sociales assez uniforme. Bien que le Centre est de même que l’école, le lieu de la mixité sociale. Toutes les classes sociales y sont représentées, mais prépondérante est la classe moyenne. Les origines sont diverses et comprennent plusieurs nationalités notamment des pays du Maghreb ou d’Afrique de l’Est. Certaines familles vivent des conditions difficiles (logements précaires, chômage, difficulté à s’exprimer à l’écrit). 3) Situation géographique L’école est située à la limite de la Ville, sur un territoire contigüe avec la Seine-Saint-Denis, en bordure du périphérique et, desservie par le tramway T3 et les lignes de bus (57, 76) plus les lignes de métro 3 et 3bis à la Porte de Bagnolet. Il se trouve, plusieurs équipements pour accueillir les enfants, les parcs : Séverine, Emile Fleury et nouvellement Léon Frappié, en direction de Porte des Lilas, la maison des Fougères, le Centre Jeunes Paul Meurice, le gymnase Le Vau et les stades et gymnase Louis Lumière, ainsi que son centre d’animation. Les commerçants sont essentiellement concentrés à la Porte de Bagnolet mais quelques-uns de proximité sont présents sur le boulevard Mortier. 4) Le Cadre administratif Il est mis en place par les directions centrale et déconcentrée de la Ville de Paris : Direction des Affaires Scolaires Circonscription des Affaires Scolaires de la Ville de Paris et Petite Enfance du XXème (DASCO) (CAS-PE 20) 3, rue de l’Arsenal 75004 Paris 20, rue des Maronites 75020 Paris La CAS-PE 20 coordonne les différents ACM du vingtième, par secteur, sous la direction de M. LARIBLE, chef de CAS-PE, M. CORCOLLE, chef de l’Action Éducative, Mme SARLANDIE, Coordinatrice Territoriale de l’Action Éducative. 3
  4. 4. I- OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES 1) Projet Éducatif Les équipes sont guidées par le Projet Éducatif de la Ville de Paris, dont les objectifs sont de • lutter contre les inégalités - une politique tarifaire qui favorise l’accueil de tous les enfants - promouvoir l’égalité des chances • favoriser la socialisation de l’enfant - l’apprentissage de la vie en collectivité - les mixités • contribuer à son épanouissement - enrichissement personnel de chaque enfant - développer son autonomie - 2) Objectifs Pédagogiques  Animer les valeurs de la République, expliquer la laïcité, développer la notion de citoyenneté et permettre aux enfants de l’exercer dans le cadre de projets périscolaires et extrascolaires.  Développer l’intérêt des enfants pour les sujets liés à l’environnement et au développement durable. Profiter de la présence du Centre Ressource « Jardins et Vergers » dans les locaux de l’école et de l’association Veni Verdi au collège Pierre Mendès-France voisin pour les sensibiliser au respect de l’écosystème.  Faciliter la socialisation des enfants par le partage et l’équilibre d’activités diverses et variées. Favoriser les échanges inter-centres, notamment pour la ludothèque. 3) Objectifs Opérationnels Animer les valeurs de la République : je pense qu’il est bon de travailler tôt avec les enfants la connaissance de nos institutions démocratiques et des valeurs qui les sous-tendent. Ainsi, sur les instances de Monsieur le Chef de l’Action Éducative, l’équipe à réussi à tenir les délais que je lui avait posé pour l’élection du Conseil des Enfants du Centre. Ainsi, un scrutin à bulletin secret à un tour a été mis en place par les animateurs, avec la reproduction d’un bureau de vote : président, assesseur et la phrase « A voté ». Il ne manquait qu’un isoloir, mais la confidentialité a été ménagé par l’entremise de la rédaction de son bulletin, devant le bureau de vote, sans la présence d’autres enfants. Les candidats avaient exposés leur programme électoral la semaine d’avant et depuis le deuxième mercredi de la rentrée, un rétro-planning avait été créé afin de sensibiliser et d’impliquer les enfants. En effet, ils trouvent à travers ce projet à se réguler entre eux ; s’écouter, prendre la parole chacun son 4
  5. 5. tour, mais aussi à convoquer leur propre personnalité, argumenter, opposer, débattre et enfin à faire rentrer les enfants dans la gestion de leur temps, leur donner la notion de projet, apprendre à le construire et se sentir valorisés. Outre le Conseil d’Enfants, je souhaite vivement reprendre le dispositif que j’ai mis en place cet été, qui est de donner aux enfants la possibilité de citer une des activités de leur choix, parmi celles qui figurent sur la liste arrêtée par l’équipe d’animation. Le principe est simple, les enfants émettent des vœux que recueille l’équipe. Elle ne retient que ce qui est réalisable et explique pourquoi en forum. Puis, les enfants sont appelés à voter à main levée pour exprimer leur choix. Il serait pertinent de susciter des débats, même brefs, mais qui serait en liaison avec l’exercice de la citoyenneté. Je voudrai que cela soit au rythme d’une fois au moins par petites vacances et au moins un mercredi par mois. Enfin, je voudrai ouvrir la notion de citoyenneté à celle d’acteur de leur quartier par le biais d’interventions in situ, dans le cadre qui sera donné par la marche exploratoire du 25 octobre où c’est Josué BENJAMIN qui représentera le Centre et qui pourra s’inspirer de cette visite afin d’en retirer des idées de lieux où y mener des activités avec les enfants, plus tard. Développer l’intérêt des enfants pour les sujets liés à l’environnement : en étroite synergie avec Laurence Bertel, qui anime le Centre Ressources Jardins et Potagers et l’association Veni Verdi, qui coordonne le jardin pédagogique de l’établissement Pierre Mendès-France, voisin de l’école, je souhaite donner le goût du jardinage aux enfants. Une animatrice est en charge de ce projet, il s’agit de Véronique GHYSELINCK qui a déjà fait la visite du jardin du collège, avec Simon Ronceray qui en est le responsable. Je souhaite que cela débouche également sur la réalisation d’un objet que nous pourrions exposer lors de la semaine du Développement Durable, au Parc Floral début mai. La possibilité d’une station météo, coréalisée avec une maîtresse de CE1/CE2 a été évoquée, lors de la réunion de préparation de ce projet : Madame Sonia RICHIT. Faciliter la socialisation des enfants : à travers des activités spécifiques, et notamment, le projet de rando-vélo, que je voudrai développer sur le temps des TAP et qui pourrait se poursuivre les mercredi (confère le projet en annexe). Je veille à l’équilibre des activités entre activités physiques et manuelles, développer les partenariats déjà existant avec les institutions culturelles du quartier. Irène TOUKAM s’est rendue à une formation à la Manufacture des Gobelins, dans l’optique d’y amener un groupe qui y apprendrait à tisser une mini-tapisserie. Elle soutient par ailleurs le projet de ludothèque, qui se veut aussi un lieu d’ouverture sur les arts, ne serait-ce que par les nombreuses reproductions qui ornent ses murs. Les objectifs d’Irène pour cette année ne sont pas encore formalisés, mais je voudrai mettre en place un réseau de ludothécaire, sur le secteur, afin d’échanger sur les pratiques, et organiser des visites inter-centres pour bénéficier du partage des différents mode de fonctionnement, de la connaissance, de la fabrication de jeux, etc. 5
  6. 6. III MÉTHODE 1) La Pédagogie Le présent projet s’applique à tous les temps périscolaires, interclasse, études dirigées, TAP, mercredi et extra-scolaire, les petites vacances. Il est plus facile de coordonner des projets sur les mercredi et les petites vacances que sur les ateliers, par exemple, ou différents personnels entre en ligne de compte, sans avoir le temps pratiquement, de les rencontrer ensemble pour définir un axe de travail commun. Toutefois, le projet Myla et l’arbre-oiseau, que l’école (deux classes : CP et CP/CE1) et les ateliers des temps d’activités périscolaires accueillent cette année, concourent à cet esprit fédérateur. En effet les ateliers violon animé par les soins d’un intervenant de la Philharmonie de Paris, clarinette et saxophone, où il est prévu d’adapter la partition afin de la rendre accessible aux élèves qui les fréquentent et qu’ils puissent les exécuter sur scène pendant la représentation prévue en fin d’année scolaire et dans hip-hop, qui pourrait intervenir aussi dans ce cadre sont liés par ce même projet. Mais le rôle éducatif des animateurs et des intervenants demeure le même sur tous ces temps, et je ne varie pas dans mes exigences en ce domaine ; à savoir que j’attends des adultes encadrant : Une attitude distanciée, qui échappe à la relation facile de « copains », qui met à mal l’autorité de l’adulte, de par la familiarité qu’il a laissé s’installer avec les enfants. Difficile de faire la part des choses entre un animateur qui il y a 5 minutes partageait un morceau de musique ou des photos depuis son téléphone portable et le même 5 minutes plus tard qui doit se faire écouter pour rappeler les règles de sécurité avant une sortie par exemple. C’est même mettre en danger la sécurité affective de l’enfant. De même pour tout ce qui ressort des religions, les adultes doivent respecter une bienveillante neutralité et surtout ne pas prendre parti dans ces débats, qui ne sont pas ceux de la République. Par ailleurs, des règles simple comme de déléguer une relation avec un enfant auprès d’un collègue peuvent concourir à améliorer l’accueil des enfants et le confort des agents. Le respect des règles de politesse et de vivre ensemble relèvent du non négociable et sont valables pour tous, autant les enfants que les adultes. Puisque ceux-là apprennent par mimétisme, c’est-à-dire en adoptant la même attitude que les adultes, donnons aux enfants les moyens de nos exemples. Il en va de même pour le choix du vocabulaire employé, qui ne doit pas être trop proche de celui des enfants. Il ne faut pas prêter à la confusion des genres en ce domaine, et là aussi, donnons à entendre aux enfants des termes qu’ils ne connaissent pas forcément plutôt que de reprendre systématiquement les leurs. 6
  7. 7. Je demande aux animateurs de baser les relations qu’ils entretiennent avec moi, les partenaires et les acteurs éducatifs de la Ville et entre eux-mêmes sur le respect et la politesse, le dialogue et l’écoute. Si ça va sans dire, ça va mieux en le disant et de rechercher une médiation en cas de mésentente entre adultes, de dire tout de suite les choses, au lieu de les laisser tourner en conflit, faire preuve d’esprit d’analyse et d’un minimum de distance, aident souvent à résoudre des situations qui paraissaient bloquées. 2) Les Relations a) Entre l’équipe et les enfants Elles doivent répondre au trois domaines de la sécurité que les animateurs assument à l’égard des enfants, à savoir : - Physique, en maintenant une vigilance continue et en étant disponible pour eux tout au long de la journée - Affective, en ne déséquilibrant pas les individus par des marques affectives exagérées ou au contraire désobligeante - Morale, en ne remettant pas en cause l’éducation reçue à la maison. Dans cet ordre d’esprit peuvent être sanctionnées les attitudes suivantes : - donner des sobriquets ou petits noms rabaissant l’enfant ou le discriminant - « les petits jeux cons » à répercussion dangereuse ou blessante - les réflexions faisant insulte à l’origine, à la liberté de conscience ou à l’intégrité morale ou physique d’un enfant. b) Entre les équipes d’animation de deux ACM réunis Nous allons accueillir à l’occasion de toutes les petites vacances de l’année, les enfants et les équipes de l’ACM du 8 rue Pierre Foncin, du fait des travaux d’importance qui y sont réalisés. Aussi, nous prévoyons dans ce cadre de cohabiter en nous donnant les outils pour que ce soit en bonne intelligence. Notamment, nous sommes convenu en réunion des deux équipes de la journée type, que j’ai affiché à l’accueil, afin que chacun puisse s’y repérer. Mais aussi en mutualisant le matériel, en réunissant les enfants tous ensemble pendant la présentation par les animateurs de leurs activités, qui sont ouvertes à tous les enfants. Seules les réservations pour des sorties ou des activités spécifiques sur le centre nous amènent à ne former le groupe qu’avec les enfants d’un même centre. c) Entre les équipes et la direction Je demande aux animateurs de baser les relations qu’ils entretiennent avec moi, les partenaires et les acteurs éducatifs de la Ville et entre eux-mêmes sur le respect et la politesse, le dialogue et l’écoute. Si ça va sans dire, ça va mieux en le disant et de rechercher une médiation en cas de mésentente entre adultes, de dire tout de suite les choses, au lieu 7
  8. 8. de les laisser tourner en conflit, faire preuve d’esprit d’analyse et d’un minimum de distance, aident souvent à résoudre des situations qui paraissaient bloquées. 3) L’Information Elle doit être délivrée à l’identique d’une part envers tous les adultes et pour tous les enfants d’un même Point d’Accueil. Une bonne circulation de l’information concourt à plus de sécurité pour les enfants et à de meilleures conditions de travail pour les adultes. Elle participe à instaurer une bonne ambiance dans un centre de loisirs. Les animateurs, par leur adhésion au présent projet souscrivent à ces règles et s’engagent à les respecter. Les autres équipes garantes du bon fonctionnement du Centre, doivent aussi faire l’attention d’une information égale et facilitant leur travail, particulièrement en ce qui concerne les consignes de sécurité.. a) La Gardienne ou l’agent qui la remplace à la loge Elle est prépondérante dans son rôle de sécurité, notamment aux horaires des ouvertures de porte, elle est assistée par moi-même, après chaque temps périscolaire (tous les jours de 13h20 à 13h30 et à 18h00 et les mardi et vendredi à 15h00. Cela dans le cadre du dispositif Vigie-Pirate renforcé concernant les entrées dans l’enceinte de l’école. b) Les ATE et ATSEM Les agents de la Ville en charge de la propreté des locaux sont placés sous l’autorité de Monsieur le directeur : Dominique LASSAGNE, mais je dois viser leur convocation avant un départ en formation, leur transmettre un certain nombre de documents envoyés par la coordinatrice locale Madame Isabelle COSTA et donner mon accord pour leur congé. c) Les Personnels de la Caisse des Écoles et de la Cuisine Centrale du XXème Pendant les petites vacances, avant 09h30, j’informe chaque matin la Caisse des Écoles du nombre de repas enfants, mais pendant le temps scolaire, c’est Monsieur le directeur qui commande les repas. Toutefois, ayant la responsabilité du temps périscolaire, j’organise le service, détermine la place des animateurs, met en œuvre des ateliers périscolaires pour offrir une alternative aux enfants qui ne veulent pas rester dans la cour et vérifie le bon déroulement du service. Outre l’équipe d’animation, les catégories de personnels citées ci-dessus sont très importantes pour l’accueil des enfants. Aussi, j’organise, en début d’année scolaire, un temps de réunion avec elles, afin de leur transmettre l’organisation générale. Enfin, les usagers et les équipes d’adultes doivent pouvoir se référer à des informations précises sur le Centre d’un rapide coup d’œil sur le tableau de présentation qui doit afficher :  Les noms des équipes d’animation, leur fonction et diplômes 8
  9. 9.  Les noms et coordonnées des personnes responsables à la CAS-PE 20  Les coordonnées des deux ACM réunis  Le numéro de déclaration DDCS  Les coordonnées de la DDCS  Le planning de la période, illustré et documenté  Les menus de la période  Les tarifs  Les numéros des secours les plus proches  Les grandes lignes du présent projet 4) Le Non-négociable a) Les devoirs de l’équipe d’adultes - les règles de savoir-vivre : « Bonjour, Au revoir, S’il te plaît, Merci», ce que l’on demande aux enfants, appliquons le aussi. Attention au langage que nous employons, comment leur demander de parler correctement si nous-mêmes n’employons pas un langage approprié ? - la façon de communiquer : entamer un cri de ralliement ou une chanson est souvent plus efficace que de se mettre à crier. Plutôt que de hausser la voix, essayons de garder notre calme. Pour certains enfants, arriver à faire perdre son calme à un animateur constitue un jeu. A nous de ne pas y entrer. Plus on crie, moins on s’entend. - notre crédibilité : tout ce qui est dit aux enfants. leur est vérité. Faisons donc attention à ce que nous promettons et au sens de nos paroles. Leur confiance peut s’avérer difficile à gagner, efforçons nous de ne pas la trahir. Je rappellerai que l’observance des règles de vie de la collectivité, pour les enfants comme pour les adultes, est la première condition qui nous amènera à réaliser l’objectif du présent projet. b) Les devoirs des enfants La collectivité est en droit d’attendre d’un enfant, qu’il ait le respect : - de lui-même ; soin, propreté, santé - des adultes ; politesse, obéissance - des autres enfants ; attitude calme, entre aide - du temps d’activité ; disponibilité, implication - des locaux ; propreté, respect du périmètre - des biens d’autrui ; honnêteté, bienveillance. À défaut, les animateurs reprendront les enfants, pédagogiquement pour aider l’enfant à la compréhension de le règle enfreinte et par un travail de réparation. On ne parle plu2/12/2016s de punition, mais de sanction. c) Les Règles de vie 9
  10. 10. Elles auront été définies en début d’année conjointement entre l’équipe et les enfants. Ces règles seront affichées, afin que chacun puissent s’y référer. Elles comprennent les droits et les devoirs au Centre. IV LES MOYENS 1) Les Ressources Humaines Pour assurer ces services, je dispose de plusieurs équipes, de la plus importante à la plus réduite a) Le service de l’interclasse : 8 animateurs plus un animateur PPS, à nommer ou pas à l’issue de la réunion pédagogique du 13/12/2016, avec les parents de l’enfant concerné. b) Le service des ateliers (TAP) :  le mardi ; 4 animateurs et 7 intervenants associatifs, respectivement pour les activités suivantes : o Informatique, Jeux du Monde, Ludothèque, Grafitti o Loisirs créatifs, Jeux Sportifs,Philanthropie, Philharmonie, Saxophone, Clarinette et Actor’s studio  le vendredi ; 5 animateurs et 5 intervenants associatifs : o Arts Plastiques, Jeux Sportifs, Jeux de Rôles, Ludothèque, Jeux du Monde o Flag-Football, Danse Hip-Hop,Le Monde en Chansons, Saxophone et Clarinette. c) Le service des mercredi après-midi : o 3 animateurs, généralement assorti d’un 4ème , fonction des effectifs ou s’il y a lieu (sortie à 12+2) d) Le service des études surveillées 2 animateurs plus un renfort à compter du 02/11/2016 au 02/12/2016. 2) Les Moyens Techniques Sur cet établissement nous avons à notre disposition les locaux suivants :  au rez-de-chaussée : - 1 cour et 1 bloc sanitaires - 1 préau donnant sur la cour 10
  11. 11. - 1 jardin pédagogique - 1 salle des adultes - 1 salle informatique - 1 petite salle d’activité (ludothèque) - 1 bureau au 2ème étage : - 1 Bibliothèque-Centre de Documentation (BCD) - 1 salle d’arts plastiques - 1 salle de musique En plus de ces espaces, nous bénéficierons des moyens pratiques qui consistent en : - une radio-lecteur CD - un téléviseur dans chaque école - un copieur et imprimante sur chaque Point d’Accueil - un ordinateur portable - des fournitures (gilets jaunes de sortie, jeux de société, feutres, matériel courant) Par ailleurs, je tiens à la disposition de l’équipe d’animation - les plans pour se rendre aux sorties et leurs coordonnées - la réglementation en vigueur des accueils collectifs de mineurs - de la documentation pédagogique et des fiches d’activités 3) Les Moyens financiers BUDGET GLOBAL ANNUEL: 2 897,00 € REPARTITION: Droits d'entrée 600,00 € Alimentation 100,00 € Petit matériel 325,00 € Autres fournitures 75,00 € Ed@l CL 800,00 € 11
  12. 12. BCD 150,00 € ARE 787,00 € Pharmacie 60,00 € V ORGANISATION GÉNÉRALE a. Les Activités Elles répondent aux besoins respectifs de chaque tranche d’âge. Elles respectent les critères de parité chez les enfants et les adultes, et une variété étendue pour satisfaire les enfants. Enfin, elles concourent à la réalisation du projet pédagogique, mais il ne faut pas perdre de vue que, plus que leur réalisation, c’est l’objectif pédagogique qui les sous-tendent, qui a de l’importance. Si les activités se déroulent sur le centre, les animateurs veillent à leur préparation, afin d’accueillir les enfants en temps et dans de bonnes conditions. Ils doivent par ailleurs établir une liste nominative des enfants pour chaque activité. Les activités doivent respecter les capacités des enfants et leur rythme physiologique. Elles comprennent systématiquement, un temps d’accroche, de présentation du cadre où elle va se dérouler (périmètre de sécurité), le rappel des consignes pour son bon déroulement, une phase de pic qui est le point culminant de la courbe de l’activité, le rangement de celle-ci, enfin une analyse, sous forme de temps de parole donnée aux enfants pour favoriser le retour au calme. b. L’Encadrement Pendant les temps extrascolaires - Au centre et pendant les sorties 1 animateur pour 12 enfants de plus de 6 ans - Pour la baignade en piscine et base de loisirs : 1 animateur dans l’eau pour 8 enfants de + de 6 ans, pas plus de 40 enfants Pendant les temps périscolaires - Pendant les interclasses et les études, les TAP 1 animateur pour 18 enfants. c. Les Sorties et transports Pendant les sorties, les enfants doivent avoir un comportement sûr : ils doivent être rangés par deux, le long du mur en groupe compact, sans énervement. Les enfants sont revêtus des gilets jaunes et les animateurs les encadrent, un devant, le second derrière. Si un troisième animateur est présent, il se met en milieu de convoi. Les animateurs établissent une liste des enfants qu’ils ont sous leur responsabilité, selon le taux d’encadrement du public, qu’ils gardent sur eux. Dans tous les cas, les animateurs doivent redonner les consignes de sécurité aux enfants, et leur expliquer, l’itinéraire qui a été choisi. 12
  13. 13. N.B. Il est prépondérant de laisser aux animateurs le soin de constituer par eux-mêmes les listes des enfants dont ils auront la charge toute la journée, ce pour s’assurer qu’il y ait eu un contact visuel dès le début avec l’enfant et dans un esprit de sécurité. Ils comptent les enfants à chaque changement de lieu : • départ et retour du centre, • montée et descente du car • montée et descente de métro • départ, arrivée pour les relations à pied La sécurité des enfants doit faire l’objet d’une vigilance de tous les instants de la part des animateurs. Le comptage des enfants plusieurs fois pendant la journée est indispensable en sortie ou au Centre de Loisirs.  en sortant du centre  en arrivant sur le lieu de la sortie  en quittant le lieu de la sortie  à chaque rassemblement  au moment des repas et du goûter  en rentrant au centre. Un chef de convoi est nommé pour chaque sortie, qui établit une liste précise. Il doit faire figurer la destination, l’heure de départ et celle probable du retour, ainsi que le nom des adultes accompagnant la sortie et des enfants y participant. Il l’emmène avec lui et en laisse un double sur son Point d’Accueil pour les archives. Pour les voyages en car, il remet une liste sous enveloppe cachetée au chauffeur sur laquelle figure l’ensemble des coordonnées des participants au trajet. Il la reprendra à l’issue de la sortie. Le chef de convoi, détient la liste de tous les passagers pour la journée, la pharmacie, et les fiches. Il dispose le panneau portant les coordonnées du centre à l’avant du car et le reprend le soir. Il vérifie si des enfants faisant du l’objet d’un Protocole d’Accueil Individualisé (PAI) sont inscrits, auquel cas il prend les médicaments et leur ordonnance, dans leur boite d’origine et portant le nom de l’enfant. Avant le départ, le chef de convoi contrôle avec le chauffeur :  de la destination et de l’itinéraire  de la capacité du car (55 places assisses), une autorisation préfectorale dénommée « carte violette » doit se trouver à bord et mentionner le nombre maximum de voyageurs  de la présence et le bon fonctionnement des portes latérales droites 13
  14. 14.  de la présence et le bon fonctionnement des issues, matériel de secours (marteaux brise vitres, boîtiers 1er secours, lampe électrique) et des extincteurs  de l'état des pneus (s'ils ne sont pas lisses)  de la présence du logo « transport d’enfants » à l’avant et à l’arrière du car  d’avoir en sa possession le numéro de téléphone du chauffeur  de remplir le nombre de kilomètres sur sa fiche de convoi. Enfin il rappelle aux enfants les consignes : pas de cris, pas de chahut, les enfants doivent être assis et attacher leur ceinture pendant tout le trajet. La montée et la descente du car s’effectuent uniquement par la porte avant du véhicule. Pour les trajets en métro, un animateur passe le tourniquet en 1er et reçoit les enfants, sur le quai : ils marchent le long du mur. Les animateurs se placent entre le groupe et la bordure du quai, ils annoncent la venue du métro et préparent les enfants pour la montée, et constituent au moins deux sous-groupe pour faciliter celle-ci. Pour la montée dans le métro : un membre de l’équipe d’animation se met en travers de la porte, et aide les enfants à monter. Le second animateur ferme le rang et vérifie que tous les enfants soient montés. Pour la descente : l’annoncer aux enfants, à la station qui précède l’arrêt (attention aux enfants qui s’endorment) et procéder de la même façon : un animateur bloque les portes et aide les enfants à descendre, un autre ferme le convoi et vérifie que tous les enfants sont descendus. Pour une meilleure traçabilité des inscriptions, les Séjours-Aventure, les Espaces-Nature et Découverte, les cars libres, les enfants sont inscrits sur l’application C2L mais cela ne remplace pas les liste manuelles même au Centre, pour chaque temps d’activité. VII SÉCURITÉ 1) Le Cahier d’Infirmerie (soins, PAI, accident) a) Les soins Les soins dispensés, doivent être quotidiennement notés dans le cahier d’infirmerie. Si aucun « incident » n’est à signaler, noter RAS à la date du jour. La personne qui prodigue des soins veille, au préalable, à se laver les mains et à mettre des gants. Les animateurs n’oublieront pas de signaler aux parents les soins apportés à leurs enfants. En cas de doute, et spécifiquement de choc à la tête, ne pas hésiter à contacter le 15 qui vous donnera un avis médical. En cas d’enfant malade - me prévenir - prévenir les parents après accord de la direction du CLE et leur demander de venir 14
  15. 15. chercher leur enfant dès que possible - si nécessaire isoler l’enfant, un animateur doit rester avec lui pour le surveiller - faire signer une décharge aux parents ou tout autre personne habilité (autorisation écrite des parents) à venir chercher l’enfant si il sort en dehors des horaires habituels, - si l’enfant a beaucoup de fièvre et que les parents restent injoignables, appeler le SAMU. b) Les PAI Tous les traitements liés aux PAI doivent être consignés dans les premières pages du cahier d’infirmerie et avoir fait l’objet d’une communication auprès des équipes. Un animateur peut administrer des médicaments à un enfant sous traitement dans le cadre d’un PAI sous réserve que celui-ci soit en possession de ce document qui indique la manière de l’administrer et selon quel rythme en fonction de l’état de gravité de la crise. Il doit être mis en entier, dossier médical et médicament, dans la trousse à pharmacie avant la sortie de l’enfant concerné. c) En cas d’accident Règles du PAS (Protéger, Alerter, Secourir) : - protéger le blessé en tenant en compte de l’environnement, du climat et du lieu - ne pas lui donner à manger et seulement de l’eau en petite quantité - le rassurer, - alerter les secours : faire appel au 15 et se munir de sa fiche, leur donner des renseignements clairs et précis (adresse, condition de l’accident), être attentif à leur question - me prévenir avant d’appeler la famille (être rassurant, calme, ne pas dramatiser). Si l’enfant est transporté à l’hôpital : - un membre de l'équipe d'animation l'accompagne - juste avant le départ, demander dans quel hôpital est transporté l’enfant - emporter la fiche de renseignements de l’enfant - établir, avec la direction, une déclaration d’accident (à remettre à la CASPE, et garder un double dans le cahier d’infirmerie). Si un animateur est seul avec le groupe sur l’accueil de loisirs au moment de l’accident, appeler ou faire appeler pour obtenir de l’aide, d’un personnel de l’accueil (gardienne, agent de service) ou d’un animateur de l’autre centre si c’est pendant une sortie demander à un adulte tiers d’avertir les secours mais dans tous les cas rester avec le blessé. 2) Les Pharmacies Les Trousses à pharmacie 15
  16. 16. Lors de chaque sortie et sur le centre les trousses à pharmacie doivent contenir :une paire de ciseaux, une pince à écharde, un thermomètre médical, des compresses emballées, un antiseptique, des pansements autoadhésifs, bandes, dusparadrap, du désinfectant pour les plaies et les instruments, des gants stériles, pommade à l’arnica pour coups/bosses. Elles doivent être vérifiées quotidiennement, après et avant toute sortie et réapprovisionnées. Conduite à tenir en cas de fortes chaleurs Les animateurs, lors des fortes chaleurs (canicule) veillent : à ce que les enfants s’hydratent régulièrement, même s’ils ne le réclament pas à humidifier le visage et la nuque des enfants régulièrement à ne pas exposer les enfants au soleil, spécialement entre midi et quatre heures mais à les tenir dans des lieux frais et ombragés, à proscrire les déplacements à réaliser un affichage à l’attention des parents réclamants des casquettes, manches longues, crème solaire, bouteille d’eau et sac à dos pour les y loger. 3) La Sécurité incendie et le Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) a) La Sécurité incendie Un exercice incendie sera réalisé au début de la période sur chaque point d’accueil. L'équipe d'animation doit connaître et localiser les issues de secours, le point de rassemblement en cas d’alarme incendie. Durant l'alarme incendie : garder son calme, regrouper tous les enfants et les adultes au point de rassemblement, un animateur fait le tour des locaux et vérifie qu’il ne reste plus d’enfants (attention aux enfants aux toilettes, aux dortoirs…), le RPA (ou si il est absent un animateur) prend les fiches des enfants présents sur l’accueil de loisirs et la liste du PA, compter et faire l’appel des enfants et des adultes présents sur la structure b) Le Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) Le dispositif de confinement régi par le PPMS (Plan Particulier de Mise en Sûreté face aux risques majeurs) est daté de novembre 2015. Il est mis en œuvre, après la confirmation de 16
  17. 17. l’alerte et de la nature du risque par les autorités, par moi-même, mon adjointe ou nos suppléants nommés sur l’annexe au document. Un exercice PPMS sera réalisé courant de la période sur chaque point d’accueil. Une radio est disponible à la loge de la gardienne, avec ses piles, afin de pouvoir rester informé (radio du service public, France-Inter, France-Bleu, France–Info après le confinement, des consignes officielles, ainsi que la corne de brume qui en donne le signal. 4) La Sortie du Centre L’enfant est sous notre responsabilité jusqu’à l’arrivée des parents, même au-delà des horaires de fermetures de l’ACM. Seules les personnes ayant une autorisation écrite, datée et signée des parents peuvent venir chercher l’enfant. Vérifier l’identité des personnes (pièces d’identité avec photo). Toujours compter et vérifier qu’il n’y ait plus d’enfants dans les locaux avant de sortir et de quitter l’accueil loisirs. En cas de retard, l’enfant attend ses parents à l’intérieur de l’école : - sous la surveillance d’au moins 2 membres de l’équipe - qui joignent les parents, ou tout autre personne autorisée à venir récupérer l’enfant - à 18h10, j’appelle la personne référente ce soir-là pour l’en avisé - si à 19h15 toutes les tentatives pour joindre la famille sont restées vaines, la CAS-PE 20 peut appeler le commissariat. Si l’enfant est confié au commissariat, un rapport lui sera adressé sous 24h pour transmission à la DASCO. - en tout état de cause, personne ne prend sur lui de reconduire l’enfant à son domicile. A chaque sortie sur chaque structure, les animateurs vérifient que la personne qui se présente est bien habilitée à retirer l’enfant. En maternelle chaque enfant quittant le centre est décoché par le Responsable du Point d’Accueil et en élémentaire les animateurs s’assurent que chacun des enfants dont il avait la responsabilité, selon qu’il rentre seul ou accompagné, auquel cas avec le parent ou le tiers autorisé. VIII ÉVALUATION - OBJECTIF : Animer les valeurs de la République atteint si au moins 50 % des enfants du centre participer à une action citoyenne pendant la période - OUTIL : listes des sorties, liste des activités, liste des délégués du Conseil d’Enfants - OBJECTIF : Développer l’intérêt des enfants pour les sujets liés à l’environnement atteint s’il y a eu au moins deux activités en relation avec le développement durable ou le jardinage - OUTIL : listes des sorties, liste des activités 17
  18. 18. - OBJECTIF : Faciliter la socialisation des enfants atteint si au moins - OUTIL : listes des activités, listes des sorties ANNEXE 1 PROJET DE FONCTIONNEMENT  La Journée Type en élémentaire HORAIRES ENFANTS 8h20 - 9h Les enfants arrivent sur le centre. 9h - 9h30 rassemblement. 9h30 départ en sortie « car ». 9h30 - 10h Temps libre dans la cour ou les préaux. Jeux 10h – 11h30 Activités et/ou sorties. 11h30 - 11h45 rassemblement. 11h45 - 13h Déjeuner 13h - 14h Temps « après déjeuner » et/ou sieste. 14h-14h30 Temps libre dans la cour et les préaux. Jeux 14h30 - 16h30 Activités et/ou sorties. 16h30 - 17h30 Goûter et bilan de la journée. 17h30 – 18h00 Départs et/ou temps libre dans la cour et 18
  19. 19. les préaux. Jeux.  Les règles de vie. Pour assurer une continuité avec l’école, les mêmes règles seront appliquées durant l’année - aucun enfant ne doit circuler seul dans les locaux, - respect des locaux, du matériel - respect de ses camarades et des adultes - respect des consignes  Le règlement intérieur La responsabilité civile est engagée lorsqu’il y a préjudice ou dommage sur un tiers (volontairement ou involontairement) La responsabilité pénale est engagée chaque fois qu’un individu enfreint les lois, les règles sociales (volontairement ou involontairement)  Les règles non négociables - arrivée de l’équipe d’animation avant les enfants - respect des cultures de tous - respect des lieux (centre, espaces…) et du matériel - respect du travail de ses collègues (équipe d’animation, équipe technique sur l’accueil et les espaces) - solidarité et responsabilité dans le travail et dans la gestion des pauses - utilisation interdite du téléphone portable sauf en cas d’urgence et pendant les pauses - relation cordiale entre tous (équipe d’animation, équipe technique sur l’accueil et les espaces) - communication et information : vecteurs essentiels pour un bon travail d’équipe. - Travailler en équipe : affirmer ses choix tout en étant capable d’écouter et de dialoguer avec les autres, aborder les problèmes rencontrés et leur trouver des solutions  Les fautes graves pouvant faire l’objet d’un rapport. 19
  20. 20. - langage ordurier, grossier (insultes) envers les enfants et les adultes - propos racistes, sexistes ou discriminatoires envers les enfants ou les adultes - non-respect de la laïcité - manque/défaut de surveillance - manquement à la sécurité - cigarette en présence des enfants et dans tous les locaux à usage collectif - menaces, châtiments corporels, brimades et tous comportements douteux envers les enfants et les adultes. 20

×