MARTYROLOGE             ARWÉI^SÏP^MpTABLEAU                            OFFICIEL;     MASSACRES                    DARMÉNIE...
MARTYROLOGE            ARMÉNIENTABLEAU                         OFFICIEL                            DES       MASSACRES    ...
SOMMAIREUn documentofficiel,,,.,,....,,,.....,                             ,,,....,.,,.         (Un mot sur ce document,.....
MASSACRES                         DARMÉNIE               UN    DOCUMENT          OFFICIEL   Cest pour remplir un devoir de...
commander la souscription ouverte dans nos bureaux, rue du lie* yard) 20, « Paris, en faveur des malheureuses victimes.   ...
~,5    -*trée de la politique russe dans le Levant, que la France, jadis sifïère cl si omnipotente, en serait réduite aujo...
— 6 —    Les » chrétiens de Franco » iront-ils au secours des cinqcent mille Arméniens qui sont actuellement sans pain, «a...
UN MOT       ,SUl   CE DOCUMENT    Le tableau que nous publions ici a été communiqué officiel- lement par les six ambassad...
— 8 —conditions aussi restreintes, sélève à vingt-cinq ou trente mille !chiffre qui représente à peine le quart du nombre ...
— 9 —occurred, of the lossof life and properly as fur as the détails areknown,and also of the attitude of the local author...
de       Trébizonde                          Vilayet                                                                      ...
Vilayet             de       Trébizonde                                                                               ATTI...
Vilavet                 dErzeroum—     —                  "~ "~"~~          ~~r                                           ...
Vilayet         d Erzeroum           * UM.I.« - M NM.lTI^ri —-        1..1   1i          III.J1—II.                       ...
Vilayet                de       BitlisLOCALITÉS       DATES ORTS!           M                                        -    ...
de      Van                                   Vilayet                                                                     ...
Vilayet                de       Maaiu^uret-ul-Aziz                                                                        ...
de          Maamouret-ul-Aziz               Vilayet                                                                       ...
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Martyrologe arménien
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Martyrologe arménien

767 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
767
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Martyrologe arménien

  1. 1. MARTYROLOGE ARWÉI^SÏP^MpTABLEAU OFFICIEL; MASSACRES DARMÉNIEPAR LES SIX AMBASSADES DE CONSTANTINOPLE OT ... .STATISTIQUE DRESSÉE PAR DES TEMOINS OCULAIRES I.HMiOltlEV»KT lKOTPST.IXTS dos profanations déglises, assassinats decclésiastiques» apostasies forcées, enlèvements de femmes et jeunes vierges AVEC CARTE EIÂ AÉGIO.I D DESMASSACRES le P, F* CIIAR1IETAXT i>ini;cTBi« oftNKRAi;>E toBuvitE i»*oriic:»r t ^SeXvétW profit de la swcrifition poio les Ârriéiîiçnt mi PARIS AU BUREAU DES OEUVRES DORÏENT î lllE OUIIKGARD, SO
  2. 2. MARTYROLOGE ARMÉNIENTABLEAU OFFICIEL DES MASSACRES DARMÉNIE , ... DRESSÉAl»UKSEXQUlVTBSPAR LES SIX AMBASSADES DE CONSTANTINOPLE ETSTATISTIQUE DRESSÉE PAR DES TÉMOINS OCULAIRES GnÉGOltlE.NST lKOTEST-IXTS E des profanations déglises, assassinats decclésiastiques, apostasies forcées, . enlèvements de femmes et jeunes vierges C D OES AVEC ARTE ELAREGION MASSACRES IMH le P. F* CIIARMETAXT DIRECTEUR Ê.NMIAI. G f»EI,flKlVREl>OltlF.NT Se vend au profit de la souscriptionpour lut Arméniens PARIS AU BUREAU DES OEUVRES DORIENT } Jtl.BW REGARD, 20
  3. 3. SOMMAIREUn documentofficiel,,,.,,....,,,....., ,,,....,.,,. (Un mot sur ce document,.....t.,,.,.,,.,,.,,..,,,.,.,.,..,.. ?TAULE OFFICIEL MASSACRES ONZE AL DES PANS VILAVETS, ,,,...,...... 10Les massacreset lEurope,, •, .,.,..,,.,,,.•,.... « ilUne statistique. — Appela lUnion , ,,,,,...*..*,,. 44STATISTIQIK profanations, massacres de prôtres, apostasies for» des cées, enlèvements, etc.,, , 40Carte de la région des massacres 48La situation actuelleen Arménie , , 71Capitulationde Kuïtoun. , ,., 80Quelquesépisodesdes massacres ,, ,* 82I^Q de la France et de la Hussie en 0. rôle , 03 —Cow.i.csiox. A nos frères dArménie et dEurope î , 05
  4. 4. MASSACRES DARMÉNIE UN DOCUMENT OFFICIEL Cest pour remplir un devoir de charité et de religion que nousavons fait paraître, il y a deux mois, notre appel en faveur desvictimes du fanatisme musulman en Arménie. Nous nous décidons aujourdhui à accomplir un devoir dhuma-nilé cl de patriotisme en publiant un document officiel qui révéleraau public, avec plus dautorité que nos précédents rapports,lépouvantable situation qui est faite à nos frères dArménie sousles yeux de lEurope impassible, et en dénonçant la coupable at-titude de la France qui, en de si graves circonstances, a faillihonteusement à son rôle séculaire et si glorieux de protectricedes chrétiens du Levant. Les journaux catholiques, presque seuls, ont consenti à repro-duire notre premier appel et à recommander la souscription quenous avons ouverte en faveur des victimes ; mais la presse pari-sienne, en grande majorité, a continué à garder sur ces massacresun silence que nous savons être largement payé. Jai même sousles yeux certains journaux racontant sérieusement que ce sont lesArméniens qui massacrent les Turcs!... Aujourdhui, ce ne sont tplus seulement des correspondancesprivées*que nous avons a publier, cest un document officielabsolument nullicnf Iquo que nous allons reproduire et quiva faire connaître, sans exagérations et sans phrases, avec labrutalité des chiffres et des faits, la vérité sur ces massacresdArménie qui dépassent de beaucoup, en nombre et en détailshorribles, ce que nos premiers renseignements nous avaient révélé. Aussi avons-nous la confiance que la presse tout entière nhési-tera plus, après avoir pris connaissance de ce document, à nousaider dans loeuvre humanitaire que nous avons entreprise et à re-
  5. 5. commander la souscription ouverte dans nos bureaux, rue du lie* yard) 20, « Paris, en faveur des malheureuses victimes. Déjà près de cent <iuntre«vittgt mille francs ont été re- cueillis et expédiés, a ce jour, car notre comité fait parvenir dur* gence a ces populations si éprouvées, an fur et à mesure quon nous les envoie, tous les secours en argent, vêtements, etc, quon veut bien nous adresser, isoooo francs réunis ainsi, en quelques se*malnes, malgré le silence systématique dune notable partie de la presse, cela montre bien avec quel élan généreux la France tout entière eût souscrit, si beaucoup de journaux neussent vendu leur silence en échange dun or taché du sang do nos frères î Le document officiel que nous mettons aujourdhui sous les yeux do nos lecteurs est le Tableau dressé de concert par les six ambassades de Constanlinople et communiqué à leurs gouverne- ments respectifs, pour les informer des événements qui ont ensan- glanté onze provinces ou vilayels de lAsie Mineure, pendant les trois derniers mois de 1895. Ce TaWcau officiel «le* massacre», bien que très incom- plet, est un vrai martyrologe! Il établit, par des chiffres authentiques, et, pour ainsi dire, jour par jour et province par province, que le nombre «le» victimes, relevé dnus les nrlncinalcs localités seule- ment, sélève à près de trente mille chrétiens mas- sacres, sans compter lo nombre beaucoup plus considérable de ceux qui ont été égorgés loin des yeux des consuls, dans des milliers de villages chrétiens aujourdhui détruits. Ce grave document, pourquoi le gouvernement français sobs- tine-t-il à le garder secret? Pourquoi aucune communication, môme partielle, nen a-telle.été faite à la presse? Ksl-ce encore pour complaire a la Russie dont la diplomatie étroite et égoïste, au lieu de sauver les Arméniens massacrés en face de ses frontières par le fanatisme musulman, a jugé plus profitable de prendre la Turquie sous sa protection, en empochant lEurope dintervenir et en obligeant la France, devenue sa com- plaisante satellite, à assister dun oeil impassible à lextermination de la race arménienne, à la destruction dun peuple de frères? Ksl-ce en vue de continuer ce rôle peu honorable de vassale atli-
  6. 6. ~,5 -*trée de la politique russe dans le Levant, que la France, jadis sifïère cl si omnipotente, en serait réduite aujourdhui à supprimerles documents qui lui rappellent sa mission civilisatrice .t hï re-prochent sa forfaiture dabdiquer ainsi, en Orient, son rôle sécu-laire au profit des Russes, et en vertu dune sorte de compromis-sion tacite qui sciait une véritable désertion nationale? Ou bien a-t-on craint la poussée dopinion qui, dans notre Francotoujours chevaleresque, forcerait nos gouvernants à agir, à prendreen mains la causo des persécutés, comme en tSGO Napoléon IIIavait pris celle des victimes du Liban? Et cependant, quétaient ces massacres, qui avaient dévastéune dizaine do localités, dans un seul district, auprès de ceux quiviennent de décimer un peuple tout entier, de ravager onze grandesprovinces, de détruire des milliers de villages chrétiens, et docouvrir de sang et de ruines un territoire plus vaste quo laFrance? En 1860, la première pensée des Maronites persécutés, commeaujourdhui des Arméniens, fut de tourner leurs regards vers la France, doù ils attendaient le salut dans le présent et une protec- tion efficace pour lavenir. Un vieillard libanais, frappé dès le premier jour par le fer des Druscs, appela son fils, le célèbre patriote Joseph Karam, cl lui dit, se sentant mourir ; « Youssef, jexige do toi un scrmenl ! Quand leschrétiens do France viendront au secours de leurs frères du Liban, tu courras au cimetière. Là, lu tagenouilleras sur ma tombe, et, tout bas, tu me murmureras à loreille la bonne nouvelle, pour quo moi aussi, sous la terre, je tressaille de la joio du paysî «>* Les cent mille Arméniens tombés en haine du nom chrétien sous le cimeterre musulman ont eu au coeur, eux aussi, un der- nier et fortifiant espoir : les chrétiens de France viendront au se- cours de leurs frères dArménie! Ils attendent toujours, là-bas, aux sources de lEuphrale, dans cet immense cimetière qui sétend des cimes du Taurus aux plateaux delArarat, que leurs veuves et leurs orphelins viennent enfin leur apprendre la bonne nouvelle qui fera tressaillir, dans leurs tombes encore fraîches, tout un peuple de martyrs : les Frangis arrivent! Mais viendront-ils?
  7. 7. — 6 — Les » chrétiens de Franco » iront-ils au secours des cinqcent mille Arméniens qui sont actuellement sans pain, «ans abri,sans vêlements et qui sont en péril imminent ou daposlasicr oude mourir de faim? Puisque la France gouvernementale semble vouloir oublier sa mission séculaire et sobstine à ne point agir, il appartient à laFrance chrétienne de ne pas laisser périmer ses droits en Orient,et de maintenir quand même, sur les chrétiens du Levant, leprotectorat quelle a toujours exercé et que lui reconnaissent, dailleurs, les conventions internationales. Si donc, par suite du malheur des temps, ce nest plus comme jadispar les armes, ce sera par la charité, par les aumônes, par les of- frandes, que tous les Français, unis dans un seul et généreux élan,voudront aller aujourdhui au secours de leurs frères malheureux! a Cest bien le moins, mécrivait tout récemment un vénérable chef de famille qui, après avoir lu mon premier appel, réunit ses enfants et petits-enfants, pour demander à chacun son offrande : cest bien le moins vraiment, en face dune si exceptionnelle dé- tresse, que chacun, quelle que soit sa fortune ou sa misère, sim- pose de donner, pour la défense de sa foi et selon ses moyens, un peu dargent ou un peu dor à ces généreux chrétiens dArménie qui, eux, ont donné leur sang! » Quon lise les pages qui vont suivre, cl la cause de nos pauvres frères dArménie est sûrement gagnée. F1 ClIARMETANT. Directeur général dOrient. delOKuvre Pans, le 10 mars. Fête des Quarante Martyrs ArméniensdeSêbaste.
  8. 8. UN MOT ,SUl CE DOCUMENT Le tableau que nous publions ici a été communiqué officiel- lement par les six ambassades de Constantinople, vers la fin dejanvier, h leurs gouvernements respectifs. Chacune des six grandes puissances a reçu deux exemplaires de ce tableau. Il est impriméen français et a la même disposition typographique que nousavons fait reproduire. Chaque ambassadeur a pris soin de Taire remarquer h son gou-vernement que ce tableau, dressé cl rédigé par un comité de délé-gués des six ambassades, avait été fait Aaprès les rapports offi-ciels d: leurs consuls, tous témoins des événements qui y sontconsignés; cl si, pour quelques détails particuliers, on a admisle témoignage oculaire des missionnaires européens — catho-liques ou protestants, — cest seulement lorsque les événementssétaient passés sous leurs yeux. On a, par contre, soigneusementécarté tous les renseignements quauraient pu fournir les indi-gènes cl le clergé. Aucun témoignage arménien na été admis. Quant au nombre des victimes de chaque localité, le comité derédaction de ce document na fixé un chiffre que dans les seulscas où les données en sa possession étaient de nature h pouvoirétablir une évaluation exacte. Dans tous lc3 autres cas, ils se sontabstenus. Les enquêteurs eux-mêmes font remarquer que, danstoutes les régions où le chiffre des massacrés, quelque considérablequil soit, na pu être établi dune façon absolument indéniable,ils nen ont inscrit aucun dans le tableau! Cest le cas, en par-ticulier, pour les nombreux villages que le rapport indique commecomplètement ravagés, el spécialement pour tous les districts dela région de Van, Kharpout cl Diarbékir. Là, en dehors des prin-cipales localités, aucune mention de morts na été faite; et cepen-dant cest dans ces districts précisément que les massacres ont étéles plus épouvantables el que le sang chrétien a coulé avec plusdabondance. Or, le nombre des victimes portées sur ce tableau, dans des
  9. 9. — 8 —conditions aussi restreintes, sélève à vingt-cinq ou trente mille !chiffre qui représente à peine le quart du nombre total des massa-crés cl permet de porter sans exagération à plus de cent mille lenombre des victimes. voici, dailleurs, la traduction exacte et presque mot à mot de lalettre adressée au gouvernement anglais par Sir Philippe Currie,lun des ambassadeurs qui ont coopéré a la rédaction de ce do-cument. Péra, 30 janvier 1806. MyLord. Jai lhonneur de transmettre à Votre Seigneurie, sous ce pli,deux copies dun tableau des faits qui ont connexion avec les présentstroublesen Asie Mineure,préparé par un Comitéde déléguésdes six am-bassades. Lobjetde la composition de ce tableau est de donner un compte suc-cinct des événementsqui précédèrent les massacres ou lcâ troubles danschaque ville, dans laquelle ils ont eu lieu, de la perte de vie et «lespro-priétés, autant que lesdétails étaient connus, et de lattitude des autoritéslocales. Il est principalement basé sur la collation des rapports consulairesadressés aux diiférentesambassades. Pourtant quelques-uns des détailsconcernant les vilayels de Sivas. Kbarputb, Adana, Diarbékir et Alepsont fournis par des prêtres catholiques, ou par des missionnairesprotes-tants, non natifs du pays; mais leur évidence était admise seulementlorsquils décrivaient les événementsdont ils ont été témoins oculaires et qui étaient en conformitéavec la teneur générale de3 rapports officiels. Le nombre des victimes a été admis dans les seuls cas où tes données étaient de nature à établir une appréciation exacte. Il a été souvent im- possible,particulièrementdans le cas des villages, sur le sort desquels on na pu connaître rien, sinon que la région, dans laquelle ils se trouvaient, a été dévastée. Ainsiil ny a aucune mention de la perte de vies dans les districts des villagesde Va.,, Kharpulli, ou Diarbékir,La perte totale sur laquelle on pouvait obtenir une information exacte, monte environ à 25,000 personnes, et, si nous y ajoutons les massacressur lesquels il ny a pas de détails, lestimation peut monter à un chiffrefort supérieur. Je suis, etc., Philippe CcRitte. (Le Timesda. 18février I89G, page 10, colonne 5.) Sir Philip tJurrie to the MarquisofSaUsbury, îliïceitcd February 3. - Pera, January 30,189G. My Lord, Y hâve te houour lo transmit to your îordâhlp herewith twocopies of a tabular statement of faites cotinectd with the, présent dislur-ktnees in Asia Minor prepâred by a comitee of delegates from the sixcmbassie3. * The object of tins statement is to give a succinct accouni of the eventsvyhichpreeeded the massacres or disturbancos in each town where they
  10. 10. — 9 —occurred, of the lossof life and properly as fur as the détails areknown,and also of the attitude of the local authoritics. It is mainly based on a comparison of the Consular reports adrcssed tothe varions Embassics. Some of the détails, howevcr, respecting the vi-layets of Sivas, Kliarput, Adana, Diarbékir, and Alcppo arc dcrivedfrom calholic tiriesls and protestant missiounarics, not natives of thiscountry, but their évidence was adniittcd only whcn thcy desciibcd cventsof which thcy wherc eyc-wilncss, and wlien it was in harmouy with thegênerai teneur of the officiaireports. The number of victims bas bceu entercd only in those cases whercthere exist data for forming an accurate estîmate. This was often foundto bc impossible parlicularly, in the case of villages respecting whosefate nothing was knownexcept that the région in which thcy wcre situatedhad been devastalcd. lor instance, there is no record of the loss of life inthe country districts of Van, Klmrput, or Diarbékir. The total loss, respec-ting which accurate informationwas obtaiuable, amounts to aboul 25,000 persons, and if wc add to this the massacres respecting which there arc no détails, the eslimate may be increased to amuch higher figure. I bave, etc., Philip Connu;. (The Times, tuesday, lebruary 18, 1800.) Quelques jours après la communication officielle de ce tableaudes massacres aux six grandes puissances, les ambassadeursadressèrent le môme document au gouvernement turc avec unen >te ainsi conçue : « COMMUNICATION COLLECTIVE A LASUBLIME FAITE PORTE. » Les représentants des grandes puissances ont jugé nécessairede faire un tableau résumant leurs informations sur les événe-ments dÀnalolic. » Ces informations, vérifiées dans la mesure du possible, pro-viennent de sources européennes ou sont tirées des rapports con-sulaires. Elles se limitent aux localités où les ambassades ont puse procurer des renseignements dignes de foi et témanent pas desources intéressées. i>Les représentants des grandes puissances croient devoir mettreun exemplaire de ce travail à la disposition de la Sublime Porte. » Péra, te 4 février 1896*» Suivent tes signatures des ambassadeurs des six grandes puissances.
  11. 11. de Trébizonde Vilayet ATTITUDE AUTORITÉS IDESLOCALITÉS MORTS DATES — leurs MUSCS RécitdesévélieUlOlltS. ETm u roruuTios 2 oct.TREBIZONDE Bahri acha, x-vali e Van,et HamdiPacha, énéral P e d g commandantlasubdivision sont blessés militaire, légèrement dodeuxCOUDSdefeuattribués dusArméniens. à I 4 oct. vive Une agitation estcauséearmiesMusulmans la Lattitude p l par duvalia étésatisfai-c 5 oct. nouvelle troubles des survenusConstantinople30 sep- sante;celledesautoritésmilitaires, à le tembre. la soirée Dans du 4, trois mille llu*ulinan* tardivethésitante. e en armoM»venusen partiedes villages oisins, é- Lefaitindiquéarlesautorités v p p nètrcnt dan» la ville et attaquent le» quartier* <ômme desincidents origine paraît chrétien*. Daprès vali,le pointde départ le desinci- inexact. querelleeulieu La a entre dentsestnuequerelle privée entreArméniens etTurcs,mais Musulmans seuls, le fait quunepartiedesmanifestants musulmans étaient venus evillages, d situés plusieurs eures edistance e à h d d Trébizonde, prouve une préméditation évidente de leur part. Dureste, CM1 MuNulman»delà ville avaient fait dan» la Journée de* achat* consi- dérable» darme» au Bazar et niaientégalement tenté semparer dépôt armes. de dun d Lesconsulsontimmédiatement démarche uprès f une a du vali,revenun villede la campagne, coursdo la e au { manifestation. * •X_.,...; -.,-**-. . : ^ ^-U-N_._ ; L~,j..i _ V ~*..±.•"* : S w l " * * •".5* , • S oct. 600 Vers unepaniquee produit anstoutela villeet Au «Igntu donné, lesMah<h midi s d ] environdescoups feu retentissent de detoutes arts.Lenquête nadjiz, zesduport,ont couru h à p dont de» conduit»démontre quaucune provocation leurs mbarcations ychercher e pour 20Mu-we»t venue de» Arménien». La ville étaitdans leurs rmes. nmaintsendroits, le a E sul- calme lorsque, un Mignaldonné par un coup de» soldat» ont été «ur- «ur mans. de trompette, lémeute commença.Ellecessa également, pris a»»l»tant le» a«»a»- vm troisheures, un?;<mlanalogue. les Armé-»ins et le» pillard». Des sur Tous mens,surprisdanslesrues,sontmassacrés. Lesassassins fficier* «upérleur» ontété- o pénètrentausside forcedanslesboutiques, lesmar- vusfaisant harger objets tuent c des pillés et ehands pillentles marchandises. Seules, ar nulle surdesvoitures faisantrans- p crles t d un mot dordre évident, leshabitations desétran- porter hez c eux.Le pillage a gerssontépargnées. cinquante Cent personnes sontréfu- été toléré par lautorité se giéesanconsulat eRussie. ouslesautres d T consulats Juwquau »oir. Le 10 seule- ont aussidonné asileauxfugitifs oursuivis les assassins, ent, entcinquanteommes p par m c h de Létablissement desFrères dela Doctrinechrétienne a troupe, en promis ar levalidepuis p recueilli dedeux plus mille jusquau13octobre. le 5, arrivent deRizé. I nl , . PlusdesoixanteArméniens réfugiésbord pa- Huit ntétécondamné? sesont à du o a mort * "" quebot^russeet ont pu avec peine aux échapper poursuites et vingt-cinq plusieursnnées a a acharnées bateliers cherchaient des qui à lestuer avant uils de prison. q I arrivés bord. fussent à 24 nov. Unemenace nouveaux de troubles étédissipée a assez La cour maritale, insti- rapidement. tuéepourrechercher auteurs les descrimes octobre, bor- duS sest Plusdoquinzeents rméniens, lemois a suivi n^e« donner conseils c A dans qui des aux lestroubles, sesontembarqués la Russie. pour Musulmans. ..,.,,. aux Quanta Arméniens, ont ils us pertesmatérielles, parlesArméniens subies decette étéarrêtésnmasse, prétexte e sous ville,sontévaluées. 200000Ltq,(environ a 5000000 îfclessoustraireux entreprises de a 1 Urancsj. [ desMusulmans.
  12. 12. Vilayet de Trébizonde ATTITUDE ES D AUTORITÉSLOCALITÉS MORTS DATES — Récitdes événements Leurs causes ETDE POPULATION UTREBIZONDE Depuis,a confiance pu renaître. a ville est l na L ruinée au point de vue économique et les chré- tiensdemeurentjustetitretrès inquiets. à LesGrecs e la d campagneémigrentenombre. n 2-1 nov. 107 Parmilesvillages illés e la région Trébizonde, p d de on peutciter eux- Mala, cinquante c de: — morts, Bujuk-Sa- morouk-Sou,dix-huit — morts, Kutchuk-Samorouk- — Sou, huitmorts, Barian, dix-huit morts, t Zefanos, e treize orts. m "* ÙCt ,0° , Les^^ulmansontmassacré lesArméniens laloca- dansfilMlïdH- Armé-litéet lesvillages environnants. deprocéder mas- Avant au Ulïlt HAÎL niens sacre,les Musulmans, réunis la placepublique, sur ont et séparéesArméniens l desautreschrétiens ont fait ranger et quel- ceux-cideleurc»té,afinde nepaslesconfondre leurs avec ques victimes, davance. désignées - •. „ Grecs , . 26oct. Les villages région Hassova — Armoudan— dela : Zommara — Pingian — Agovannes — Iban — Toretz — Sarindick —. àzbeder — Agrokouz — E Bamlikontétépillés. " SAMSftUli ^e* (Chiffre Levillageelîabadjeviz est envahi ar la bandedu d p in- brigand aïkjioglou. .Quelques K Arméniens tués,le sont d la connu) seréfugieans campagne. reste I3déc, Une panique produit Samsoun,surtout armiles se à p Grecs. Lemutessarif l assez rétablitecalme rapidement.ACHDJA-14déc. AAghdja-Guney,localitéucaza eTcharchamba, d d dée. sandjak Samsoun,lesrédifs nvoyés protéger lesGliKEY ^ de e jour villages région ontreesbrigands livrentà toutes dela c l so les sortesdexcès ontre habitants, c pillent eurs maisons, l dévalisent léglise rménienne, a profanent objets u culte, les d en présenceu prêtre,quils ont lié avecdescordes, d et déclarent continueront quils à traiterles Arméniens la de • même façon,antquilsneseconvertiront à Cislamisme. t pas I ...
  13. 13. Vilavet dErzeroum— — "~ "~"~~ ~~r DES [ATTITUDE AUTORITÉS DATES ORTSLOCALITÉS M — Récitdes événements. Leurscauses. ETDK POPULATION UERZEROliMoct G Deu*Arméniens sonttuésdansla ville.Cemeurtre t la Bien que, au commencement e nouvelle troubles des survenus Trébizonde, 3 et le S, doctobre,les patrouillesaient à le causent neviveinquiétude u — parmiles Arméniens. Le2$, été renforcées, en ^autorité, dépit lesMusulmans pillent e village e Tifnik près Erzeroum. es efforts par les consuls l d d faits pourobtenir esmesures ropres d p I* d, «. ,—,c * (Cl,ffM.Dans arméniens iou« de ^ e )£rj&^£&. in villaoes tenta.i caza Terajan sont saccagest , du ». , », - Loshabhanuson,.«asZ, ongrcndnomWo. „"„•„, iBW^, Cor notamment ta vUIts»de: ^S^au™ Onnom ce- J^U "*£**£ pendant au grand Jour 15 Pakaridji : deux centsmaisons pillées. eshabitants ui «*nvue dun ma»»acre. L q échappent au massacreontde force s convertis lislamisme. la participation ù ouverte of- des au ficierst dessoldats massacre e 8 Poulk : quatre-vingts maisons pillées, habitants les épar- et au pillage été constatée a dese gnés obligés fairemusulmans. sont l>a*Ie,éconsul*. Lestroubles nont été arrêtés OA ^. .. . . . ...... , quunefoislesboutiques : centvingtmaisons.„, ... Ices.h» habitant*pargnes complè- Piry pi é }ùmùn{ saccaiïéeset^ habitrtnts sontobliges eseconvertir l islamisme. d a -massacrés: /esmeurtres t le pil- e lageontcontinué la nuitdu toute Lesseulsvillages arméniens épargnés caza, turqua- 30 au 31 octobret la nuit sui- du f e 1 rante. sontKarakoulak, Maugh, Hoghegh. vantedamlesquartierssolés. i 30oct. 400 Lemassacre ArméniensErzeroum des à à commencemidi. Cenestguère quaprèsesfaits c 12 le pillage desmaisonst des boutiques jusquau soir, que lesautoritésesontoccupées e dure s Turcs — De nombreux illagesaux environsde la villesont du soindes blessés des v et gens saccagés. sansressources,etdelarecherche En dehors esquatrecents d constatées les con- <*es victimes par la obJets 8 DiînS -nUU? S*1* et lazes suis,un prand nombre dautre» Arménien» ont deux. Çents^Tuww pillards disparu. Denombreuxlessésonttransportés lambu- onteUi ">lf?. 1autopl,lc b s à a afhr!lie lance établie lesFrères la Doctrine chez de chrétienne. enavotrfaitfusillerplusdecent(?). Quinze ents c boutiques quelquesentaines maisons et c de ontétépillées. ., . , chef kurde, „ 1 Maisle , c , , Hussein 3 nov. Nouveaux — troubles. Quelques ictimes v arméniennes. acha Haiderenli, andépour P m 2a nov. Unepaniqueeproduit u cours laquelle s a de unArménien^ cst co,mpf **#T^) w esttuéetdixblessés. " lm tr?*Mt le deca[lt ï0imU de guerre,bien que les charges . . , 10 dec. Nouvellepanique, aissanseffusion sang. m de lesplusgraves èsent surlui. p PASSEN -" ll0v« Le monastère Hassankalé est pillé et incendié, de 2$nov. 140 lévequc et leshabitants assacrés m saufun. rti„w-..«* «.,...A...ii« i ^ * . l -if r •,. Quantaux rédifs. convoqués m dansla suite,ils sontanimésdu ép^îonT * i ° plusmauvais etilsdéclarent esprit Delibaia, quia résisté ; que,silsdoivent artirpourobéir p Kamasor, quia payéunerançon 20 somarsde blé fx ordres Sultan, 7/c«r a* du * f * de dra auparavantnettoyer lepays et 10Ltq.• detous Chrétiens. les Dodoveran, quia payéunerançon 16somars eblé: de d Ichgon, quia payéunerançon de30 Ltq. Parmilesvillages danscecazaonpeutciter: pillés Youzveren— Ekebad — Cbibou — Krtabaz — i Yagaa — Keupru Keui — Tordan — Ertew.
  14. 14. Vilayet d Erzeroum * UM.I.« - M NM.lTI^ri —- 1..1 1i III.J1—II. UNI .1 — --^--..H —. —,.—. ,..-—., LL m..,,,L.-- - ^1 ,.„„—, i— „,—_ .,.-_«, — ATTITUDE AUTORITÉS DES LOCALITÉS DATES ORTS M Récit esévénements. Leurs d causes. CTDK POPULATION U AVI 27 nov. Lesvillages uivants e cecaza été pillés incendiés: s d ont et 28nov. 2 Tcbipek, complètement saccagé. Arzati. » » Dinarikom, » » 2 Umudum, » » a Léglise été incen- diée; le prêtreet un autreArménienntété tués. o Kegàakhor, complètement | saccagé. Gberitchk » » c Gberdjengoz,. » » Tevnik, » » J Léglise pillée; le prêtreet troisArméniens tués. 3 Ozni, complètement saccagé léglise ; pillée, e prêtre l et troisArméniens tués. Badisben, complètementsaccagé. Pelour, » » Dedja, lesmaisonsesArméniens ontétésaccagées. d riches Abelbendi, complètement saccagé. 3 Salazzor, » » 2 Tarkouni, » » i Komk, » » tué. Léglisepilléeet le prêtre Sengaxig, » » Gueuz, » » Rabat, » » ;( . Ukdazor, » » 1 i V Katchga-Vank,complètement Larchimandrite saccagé. blessé un Arménien et tué. | Sengoutli » » Soouk Tcbermak a évité le pillageen payant une rançon 120Ltq.(2S00fr.). de . . . . la ERZiSDJIAN 21oct. plu- Des troublest desmassacres e dArméniens oui cclate , a — sieurs suite—dit lautorité du meurtre clun mollahpar les — cen- Arméniens. Daprèsles sourcesofficielles, owante- s I taines quinze rméniens A auraient té tués. Les consulsévaluent . é . le nombre des victimes plusieurs à centaines ont sept| d BAIBÛURT oct. CoO MUUnêTande de Musulmans cheval,commandée W 27 armée à parun déserteur, Tchaldaroglou, ^.ftttl^^I^^2^ venant e Surmené(caza émeutiers t leur responsa- d e .—^; x 700 du sandjak Trébizonde), defond de ravage encomblees vil- nllite est gravement en- l , r laresdesenvirons Baïbourt. de six.cent cinquantegagée. de Plus v ._ Arméniens péri dansla ville; dau» les villages ont Ona constateue beaucoup de q /miffJ toute la population mâle a été massacrée. Musulmans vw"»lt possédaient armes l desi_ ;T; piusdece|1| Soixante-cinq villages ontétédévastes,empruntées troupedessoldats - à la j . / COnnU) CeuxdeNarzaban et de Loussoukli ont été particu- ont participé massacre t au au e <-Li^ lièrement pillage. éprouvés. M.Bergeron, consul e France Erzeroum, retour- d à qui, nanten France a congé, parcouru pays,a trouvéla e a le région Baibourt entre etGumuch-hané deTrébizonde) (vilayet complètement dévastée. passant rès de Xarzahan. a vu En p il (d°) enfouir unefosse necentaine cadavres dans u de dAnnéniens. Lesroutes taient é sillonnées et debandes efemmes denfants d errantsansasile,ni nourriture, i vêtements. n Plusieurs villages ont dû embrasser lislamisme pour échapper à la destruction. «* Neufvillages pillés lecaza. KIGIIl 14oct. sont dans 16 oct. près LavilleestassiégéearlesKurdes. p RAÏAZID oct. de 300 Unmassacre ->â dArménienslieudanslaville. a i
  15. 15. Vilayet de BitlisLOCALITÉS DATES ORTS! M - Récit esévénenients. Leurs d causes. [ AT™DE*f^tZfTÉS BIÏXIS 23 oct. près Ausortirdela mosquée, Turcs de !>00$ansprovocation les les attaquent Arméniens aucune e la part de ceux-ci.,e mas- d sacre a commencé et a cessé au t clairon. signal du j Daprèses consuls, nombreesinortssélève prèsde l le d à huitcents. I les Daprès autoritésottomanes ne serait de cent il soixante-neuf, trente-neuf dont que Musulmans. Le blesséserait ecentcinquante, centtrentenombre s d dont des Musulmans. - • Onsignale ansla ville dansles d et un deconversions villages grandnombre à lislamisme.SASSOUX0nov.(Chiffre Uncertain 1 nombree villagesrméniens la région d a > de sont et . in- Pill&« °» peut notamment le citer villagede « Ichken-TIIADIi.ILuni connu) tzor », quia été complètement et dontleshabitant* saccagé j ontM massacrés. i -^»i i... »i- _MArru io aov. * UneJ"vlLa vingtaine Arméniens d sontmassacrés lesMusul-, Laresponsabilité menaces par des mans.Lestroublesontrapidement s réprimés ar le mutes- demassacres destroubles p et sur- sarifde Mouch, Feham Pacha. venusretomberait le cadi de sur Mouch. Cenestqueparlénergie et lezèledumutessarifdumufti et " la des.environs Seert stattaque pilleparles que villea étésauvée Unvillage dundé-SEERT 10nov. de e et sastre Musulmans. complet. A Cbabakebour, tous lesArméniens survivants au Lautoritésedetouslesmoyens u (d°) massacre sont vus obligés de devenir musul- pourforceresArménienssigner se l à mans. unedéclaration constatant ce que sont eux qui ont provoquées l <^c* Les Musulmans M» massacrent nombre considérable troubles. de s chrétiens chaldéensarméniens. et demaisons abi- h Beaucoup téespar desSyriens t desJacobites pillées. ngrand e sont U . (d°) nombre e villages es alentours, d d habitéspar des Syriens, des Chaldéens desJacobites, détruits. n peut citer et sont O ceuxde : Mar-Yacoub — Berkè — Tel- g notamment - * meebar — Beïncof. l
  16. 16. de Van Vilayet DESAïffTÛRXTjfeS ÂTTITODS DATES ORTS M d — Récit esévénements. Leurs ^uses. ETm M mwAtmLOCALITÉS VAN (Chiffre Adeldjavas. — Dix-huit villages pillés les Kurdes par souslecommandement in- Haideranli, diîminetTamîrPachas. connu) — Au villagedArrin, neuf personnes «onttuées.— A Ardjiet, le monastère e Mczopé pillepar Hassan d est Agba,pèredEminPacha.A Pani, deuxhommes t une e femme sonttuéset dixvillages esenvirons illés. d p Cent soixante villages situés autourdulacde Van au ,.0. dans les vilayets Van et de Bitlissontpillésdu J<,r de * 20novembre. nombre esvictimes Le d parait voirétémoins a considérable danslesvilayets que voisins. 2uoct. d M dan* Serai, chef-lieuucaza-de ahmoudié, le sandjak notamment, été pilléle 12novembre les de Hekkiari, a par Kurdes, ousle commandement Houssein s de lleyTukomi, kaïmakam desHnmidiés. (Chiffre Bacbkalé, Gargan, Sparghird, Shattak, Sho- Lautoritéest pas intervenue n in- sbab, Bergeri, ELbak, ont été pillés.— Oix mille malgré prOsence troupes. la des connu)personnes sont dans un état de dominent A complet. Khigan, quelques Arméniens seulement ontpu e lislamisme. auraient été eon- $xsauver nacceptant Us _ >a ^ ^ _^^ ^ s* 1 traints de tuer leurs parent» «ni refusaient de devenir musulmans. 10 nov. Bogaz-Keesenet Hazira ontété pillés ar desKurdes, p ainsique Derxnen, où lattaquea été conduitepar les Hamidiésousle commandement s dAclimed han,de la K Dedim. tribude Chemsiki 10nov. Haigatsor est pillé. Le chef notablearménien dAz- vazoshen été tué.Lamazguird a étéattaqué a quatreibis parlesKurdes. ont AMikhnir, sixArméniens péri. AMarmied, unejeunefille ayantétéenlevée,inArmé- . niensV*thasardéù fairedes remontrancesce sujet; il à a ététué. Arsbag est attaquépar les Kurdes sont repousses qui Kurdesonttués. parles soldats; uelques q s
  17. 17. Vilayet de Maaiu^uret-ul-Aziz ATTITUDE AUTORITÉS DES LOCALITÉS DATES ORTS M — causes. Récit esévénements. Leurs d w m u wmxrm KUARFÛliT et plus l0 LesKurdes t lesMusulmans e les etles armé- Us officiers mlâatspren~, attaquent quartiers l nov. de niens massacrent et leshabitants.e supérieur niissiûit utpmi nubutin, l dela m " SOO des américaine dé- est Capucinsfailliêtretué. Lamission a truiteet un grandnombre esChrétiensurvivants d s sevoient obliges deseconvertirlislamisme. à (Chiffre Plusdesoixante villages, situésauxenvirons e Khar- tes aW<* préimdmtêtre de ! d in- pout, sont dévastés. aprèsune communication v;.li fmmmm mecimtm^r. mM^m D du connu)dErzcroum consuls,le nombre morts serait de fin«par wmpwndi* aux des quelle doit quatre-vingt-douze, dontdouze Musulmans. hospices agir,mais tard,«i,comme Les di- mp rigésparlesCapucins remplis e blessés. sont d «» «»i«*er*# ©»»««• 011 , et le* gendarmes «onti»ris 193 Unecaravane deux cents Arméniens, de renvoyés§>ari nu i»lliage* -ellenose dAdann Kharpout, paysdorigine, attaquée sévir ontre à leur est par c personne, lesKurdes uien tuentcent quatrc-vngt-irctxe. q Les gendarmes, lieudelesprotéger, au prennent aupillage. part Il est impossible précisere nombre eslocalités de l d dévas- téeset desArméniens disparus. il résulte lensemble Mais de des informations parvenues consuls toute la ré- aux que gion a été ravagée. (Chiffre Lechiffre ela populationhrétienne d c étantfortélevé dans in-, cetterégion, npeutcraindre te nombre o que desvietùMS . m Jconnu)soittrèsconsidérable. J jARABK1R**au 2800 LesKurdes etlesTurcs narmes jettentsurlesChrétiens! Ai»$sJospremiersours, as e se j % i»nov. et saccagent ville.Daprès renseignements la les le officiels, bandes eMusulmans d vanmdola nombredes victimes seraitde deuxcent soixante, dont campagne sont jointsh «eux m soixante usulmans. M de la ville. les Daprès renseignements, le consulaires, pillage et Aprèsafindesincendies, l îapo- lJnccndic ont duré dix Jours. Plusieursglises é <mtlice faitdesperquisitions a étions étéprofanées; deux mille quatre cents maisons envi- les liommes échappés au vonontétépillées;deux mille nuit cents Arméniens assacre ont été Incarcé- m environ péri. Lesfemmes tes enfantssurvivants rés. —On n*a i»as de nou- ont et sont réduits la misère. à velles de leur sort : Levillage oisin v a dAmharghavidons ses habitants Lautorité faitdistribuerdu a massacrés sauf trois. (Chiffre — Soixante aisons ont été pain aux malheureux m y pendant in- saccagées. village Chcnig, ne reste que six quelquesours, puis a cesséce A« de il j connu)Habitants. secours. Touslesautresvillages e la plaine plusou moins d sont ravagés.EGHIN S nov. (Chiffre LcsKurdes eDersim d attaquente village Gamaragab. l de j ,*n. Troiscentsmaisonsontsaccagées un quartier e trente s et d - to connu) et U1)e aisons m complètement incendié, fcewHabitait!» ta sont en partie massacrés. 1-e reste a dû cm- . f nrasscr l*islamisme. Egbin mémo été épargnée payantaux Kurdes ne a en u rançon e i SOO turques35000 d livres ( francs nviron). e Abou-Cbeikh a étéépargnéen payant uxKurdes ne e a u rançon dé200 livres* turques 1» (environ000francs). A Pinguian, 230maisonsntétépillées. o AArmadan, 130 » » » Atiidjk, 220 » « » ASimara, $0 » » » ATegboud, 15<» » » » AMouchechgak, l30 » » » ANarver, tîO » » »
  18. 18. de Maamouret-ul-Aziz Vilayet ATTITUDE AUTORITÉS DES . , . mmmt MORTS .tSktkm *..... . DATESLOCALITES RcClt desvVCiieilKUlS. --L« CflOSeS. ETDEU HMWLATJON (Chiffre Leshabitants etoutes eslocalitésnt été en partie d c o in- massacrés Ceux uiontpuéchapper dû se convertir q ont connu)<ilislamisme. 29oct. Unepretr ;j alertese produit t lesArméniens e seréfu- HALATIA gientchezeux.Lesnouvelle*esmassacres la région d dans contribuententretenir trouble à le pendant jourssuivants. les 4, S,6, 3000 LesKurdest lesTurcs jettentsurlesChrétiens peu- J^S^u^S^SSZ muicssurar e se et "} S, 9 dontsixjourslesmassacres lepillageontinuent. et c LesArmé- i**." c *® „ nov. niens réfugient ansles églisespour fuir le pillageet ^„** se d "-1"^ Les lincendie. capucins cathotiques maltraités sont et frappés. *,,?*: au •".?„* * ij /„•„ ifct Leurmaison,eurécole t leuréglisesont l e brûlées.Dabord .. *f» 1 toir seulement, a «Veque transportes, le lendemain avecunefouledArméniens * soir, f.iVÙ « ** awnensen.catho; * dansunegrandecaserne,ls y demeurent i 4™ catholiques, jf **^,5^ *** J,fc trois Jours et trois nuits dansunccliambre. sans 7?hse4*.uîfl Vm^ nourriture. Leurs ortes élèvent vingt ille * p s àcent m francs. ^f^J^J^J^T^ consent £ nest quaprès quil a les . . Le nombre mortsest estimé trois mille au faire6vacucl. ,a ^mm. des a su, •moins, dontbeaucoup femmes dejeunes ens. de et g Lnnom- u (. JJfaitdeînô}ne lroig pm, ae breassezconsidérable /orcé <fr convertir lislamisme. Arméniens-Grégoriens, w à mijîe réfu- Toutcs les malsons arméniennes *o;ii bru- gjésà léglise la communauté. de lées. Le 1»novembreeulement,l s i Les maisonst légliseorthodoxe village Cumuch-fau passer e du de lesPèresdansîa snai- sondunmusulman. Meidan ntété saccagées. o - Dans village le de Matncha, trente maisonsntétépiltôei. o ..,*... ......... , , - , * k Vilayet de Diarbékir Iernov.DIARBEKIR ^ Kurde*eh campagne d entrent ansh ville matin ] Anlz Vatfta,vali intérimaire d te et. | te marché, u,usauxMusulmans,pillent lincendient, m**- affiche hostilité puis me ouverteontre c sacrent les Chrétiens de tous rites. Les sol- les Chrétiens. onfirmé ans le C d dais, les zaptle* «stles Kurdes s*uulssent pour poste vali,au commencement de Ilrcr*urIO,iClir*ll*tt»- doctobre80S,U débutepar1er î IM4« irriteret semerla discordentre e •S. te*ap»as« dure trois Jours. «» 10*Arà.. LesTurcsaffirment les Chrétiens nt provoquée CehuCi «l.k «*<*#. forant, que o l 3of îef a ^ catholiquesmassacre t»pénétrant ansles mosquées en tuant des e d et *l3mrm télégramme Musulmans. affirmationst absolument Cette e k $ult<tii « «w «*« 150Syr.- erronée.le ri"fm.mit «fol 30 octobre, consul e France le d signalait lueietii» p réunions*#««««»«<<*#« b poste de mht «»««nain et Djémil-Pachaauxquelles assistaient alEi F*?"./?? /edan et sonfils ,e 14Cbild. c"<^dc (déjàcompromis dansle«mas- D<* troublessérieuxfaillirent 3 Cre» sacre ^assoun). projets plussinistmeontre do Les les lesChrè-éclater u seindes communautés a 11 Pnltsl. Vmab»t &édiscutés. placardsvaient téannosés«*l«gfcuscs, tim Des a é quireprochaient atnê- ! sur lesmursdes mosquées. Musulmans, informée tes mal wmentà leurschefseniritnek la surla teneurdes réformes écidées ar S. M. le Sultan, faiblesse d p dont jfc avaient fait 1701 avaient tnii- envoyéu Sultanun télégramme protestation l»«*ttvc facedu vali. a de et en ion»pilléesannonçaient leur Intention de se venser d*« * J, lmm ...îui » „,«,..*dô r» ^ tent.*"mm%*m*-mum 2448 Chrétiens le vendredi « novcn^JT*,?!* /« • Au,*ôa!,uî * »WWWUII novembre, <mco«o(/ >mutai radiation înmii/.»..»»,» a piiitn r<î|>ûM>e m »«$satisfaisante. nrémédi«<k«iA« /*, w . dolwuoa mquietante „;n;»t*i el «e *«vnV La S^ ra«^onee;vlde».ede^ enoutre, epuis tiens On ! iSlei : justifiée. remarquait, d quelqueemps t i qu 1,é 2 de?ordre 200ÛÔÛÛ une«^nation insolite parmiks Musulmans, faisaient qui de* *u mmè **u ! , deLtq. achats considérablesdarmes etde munitions. le «wsisacw, «in- ., "«^«IJ?«|«i se t^giérent au consulat .t^^£X^£ de W Cb^ns voulurent rrance.Cmqfoisles Kurdes attaquerla maison garde pourmto»î OE !consulaire, maissanssuccès. J3es^pucins.

×