Distance et proximité dans un espace
multidimensionnel

Jean Cristofol - ESAAix
Introduction
1 - Si la frontière produit du territoire et de la représentation du
territoire, la représentation cartograph...
2 - L'espace mondialisé dans lequel nous vivons n'est plus un
espace homogène et continu comme celui que la frontière liné...
3 - La frontière linéaire impliquait un effet de superposition des
différentes dimensions, politique, économique, culturelle...
Partie I : Le rapport distance/proximité comme forme des relations
dans l'espace et le temps.

4 - Les notions de distance...
5 - La relation entre distance et proximité est au coeur de la pensée
de Walter Benjamin, en particulier de ses textes sur...
6 - La réflexion de Benjamin nous invite à considérer de façon
critique la relation entre connaissance, représentation et fi...
7 - La fiction n'est pas seulement l'invention d'une situation ou d'un
monde imaginaire, c'est d'abord un déplacement qu'on...
Partie II : L'espace utopique, le panoptique et le réseau.

8 - Les utopies ne sont pas seulement des visions illuminées
d...
9 - Les utopies classiques présentent des traits qui structurent une
part de notre imaginaire :
a) un espace fermé sur lui...
10 - Le projet du Panoptique de Jeremy Bentham se situe dans la
continuité de la tradition de l'espace utopique. Or le pan...
11 - Les réseaux des flux informationnels répondent à une toute
autre logique : mouvement, asymétrie des régimes de visibil...
12 - La figure du panoptique revient à écraser la complexité de
l'espace réticulaire des flux d'information à la continuité ...
Partie III : Frontières et réseaux

13 - « En tant qu’objets géographiques, le réseau et la frontière sont
deux modalités ...
14 - Ce qui se posait autrefois devant nous comme le théâtre du
monde est devenu un ensemble englobant par rapport auquel ...
Exemple 1

15 - Grégoire Chamayou, dans "La théorie du drone", fait apparaître
un espace profondément asymétrique. Or cett...
16 - "Le drone et le mur fonctionnent ensemble. Ils s'articulent de
façon cohérente dans un modèle sécuritaire combinant c...
17 - L'usage des drones sort de la logique de la guerre entre Etats,
et conduit à un nouvel régime de l'exercice de la vio...
18 - "Pendant l’attaque, les soldats se déplaçaient à l’intérieur de la
ville à travers des « tunnels en surface » découpé...
19 - Comme l'écrit Weizman : "Ce n’était pas l’ordre spatial qui
commandait les motifs du mouvement mais le mouvement qui
...
20 - "Le plus important était la distinction qu’ils (Deleuze et Guattari)
opèrent entre les concepts d’espace “lisse” et “...
Conclusion :
Penser un espace complexe, immersif, asymétrique, fluide et
entièrement médiatisé par les technologies de l'in...
Jean Cristofol (ESAA, France) : "Distance et proximité dans un espace multidimensionnel"
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Jean Cristofol (ESAA, France) : "Distance et proximité dans un espace multidimensionnel"

1 604 vues

Publié le

L’espace concret dans lequel nous vivons est indissociable des formes dans lesquelles nous nous le représentons. Ces formes mobilisent des connaissances objectives, mais elles engagent aussi un imaginaire dans lequel nous nous projetons. De ce point de vue, l’espace concret n’est pas seulement la résultante de nos pratiques, il est aussi habité par des sujets qui y situent et y identifient des enjeux et il est traversé de fictions et de récits. Les récits et les fictions, dont nous sommes culturellement les héritiers, mettent en oeuvre un espace continu qui s’articule sur les oppositions du proche et du lointain, de la distance et de la proximité, de l’ici et de l’ailleurs. Les frontières y dessinent des lignes de discontinuité entre des entités homogènes. La figure du voyage, celle de l’utopie, le thème de l’ile ou du labyrinthe, celui de la limite et de son franchissement en sont des incarnations. Mais ces figures ne sont pas seulement de libres constructions de l’esprit, elles sont aussi en correspondance avec les médiums dans lesquels elles ont été articulées et elles sont concrètement produites par la relation aux modes d’existence technique et sociaux d’une époque. Quand les échanges et les déplacements sont déterminés par les flux informationnels et que des dispositifs autonomes ubiquitaires agissent sur nos modes de perception et nos capacités directes d’action, comment pouvons-nous les penser et les mettre en oeuvres ? Que devient notre relation à l’espace quand celui-ci se construit dans une complexité qui vient bouleverser les façons de comprendre le sens même de ce qu’on appelle la distance ou la proximité ? Si l’espace dans lequel nous vivons et communiquons est un espace complexe et multidimensionnel, comment pouvons nous en construire la représentation ?

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 604
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 086
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Jean Cristofol (ESAA, France) : "Distance et proximité dans un espace multidimensionnel"

  1. 1. Distance et proximité dans un espace multidimensionnel Jean Cristofol - ESAAix
  2. 2. Introduction 1 - Si la frontière produit du territoire et de la représentation du territoire, la représentation cartographique contribue à produire de la frontière. Nos représentations ne sont pas seulement des reflets du monde qui nous entoure, elles contribuent à l'organiser, à le structurer, à le constituer en objet d'expérience, de connaissance et d'action.
  3. 3. 2 - L'espace mondialisé dans lequel nous vivons n'est plus un espace homogène et continu comme celui que la frontière linéaire partageait. C'est un espace multidimensionnel dans lequel les flux génèrent des "sphères" spatio-temporelles profondément différentes.
  4. 4. 3 - La frontière linéaire impliquait un effet de superposition des différentes dimensions, politique, économique, culturelle. Dans la complexité des flux, la frontière est devenue un opérateur de filtrage, bien plus qu'une limite définissant des espaces homogènes ou proposés à une homogénéisation.
  5. 5. Partie I : Le rapport distance/proximité comme forme des relations dans l'espace et le temps. 4 - Les notions de distance et de proximité témoignent de la perception de l'espace concret et dénotent sans doute une subjectivité, mais cette subjectivité s'inscrit aussi dans des logiques spatiales parfaitement objectives, comme un effet de structuration du milieu dans lequel nous nous situons.
  6. 6. 5 - La relation entre distance et proximité est au coeur de la pensée de Walter Benjamin, en particulier de ses textes sur la photographie, les médias et la reproductibilité de l'image. "Qu’est-ce au fond que l’aura ? Un singulier entrelacs d’espace et de temps : unique apparition d’un lointain, aussi proche soit-elle" "La masse revendique que le monde lui soit rendu plus accessible (plus proche) avec autant de passion qu’elle tend à déprécier l’unicité de tout phénomène en accueillant sa reproduction multiple. De jour en jour, le besoin s’affirme plus irrésistible de prendre possession immédiate de l’objet dans l’image, bien plus, dans sa reproduction."
  7. 7. 6 - La réflexion de Benjamin nous invite à considérer de façon critique la relation entre connaissance, représentation et fiction. Connaître, c'est toujours construire une représentation, et toute représentation se construit dans les formes qu'une époque produit et dans lesquelles elle saisit le monde. La représentation cartographique du monde porte avec elle des schémas et des catégories de l'espace et du temps qu'elle renforce en retour et qui participent aussi d'un imaginaire.
  8. 8. 7 - La fiction n'est pas seulement l'invention d'une situation ou d'un monde imaginaire, c'est d'abord un déplacement qu'on opère sur notre perception et nos façons de comprendre le monde qui nous entoure. La fiction suppose un écart, l'expérience seconde d'une *proximité lointaine* par laquelle un sujet est confronté à des situations sans y être existentiellement impliqués.
  9. 9. Partie II : L'espace utopique, le panoptique et le réseau. 8 - Les utopies ne sont pas seulement des visions illuminées d'"ailleurs" impossibles et inatteignables. Ce sont des constructions qui posent dans la continuité d'un espace en droit franchissable, la figure d'une altérité qui nous ressemble et dans laquelle nous pouvons nous reconnaitre, serait-ce sous une forme inversée, ou reconnaître ce que nous pourrions ou devrions être. L'utopie creuse la distance entre notre monde et le monde qu'elle décrit, pour mieux nous proposer d'imaginer les possibles de nos propres sociétés.
  10. 10. 9 - Les utopies classiques présentent des traits qui structurent une part de notre imaginaire : a) un espace fermé sur lui-même, coupé du monde extérieur (la figure de l'île) ; b) un principe d'ordre et d'harmonie des relations entre les parties et le tout, et l'intégration de l'individu dans la communauté ; c) un principe de visibilité fondé sur la transparence, et la parfaite intégration de la collectivité dans sa propre représentation.
  11. 11. 10 - Le projet du Panoptique de Jeremy Bentham se situe dans la continuité de la tradition de l'espace utopique. Or le panoptique est devenu la figure type des dispositifs de surveillance et de contrôle dans les réseaux d'information, en particulier l'internet. La présupposition sur laquelle repose le projet du panoptique est le lien entre environnement et comportement : C'est une théorie du conditionnement. Ne plus pouvoir mal faire, jusqu'à ne plus penser à mal faire. "On ne forme point de desseins quand on voit l'impossibilité de les exécuter. Les hommes se rangent naturellement à leur situation, et une soumission forcée amène peu à peu à une obéissance machinale." Bentham.
  12. 12. 11 - Les réseaux des flux informationnels répondent à une toute autre logique : mouvement, asymétrie des régimes de visibilité, complexité, générativité, temporalités en boucles et "équilibres ponctués". C'est aussi un espace complexe où se développent des stratégies multiples d'occultation, de réinterprétation des situations, d'organisations emboitées et de segmentation des points de vue.
  13. 13. 12 - La figure du panoptique revient à écraser la complexité de l'espace réticulaire des flux d'information à la continuité homogène de l'espace classique. le Panoptique a une structure radiale, pour laquelle l'opposition entre le dehors et le dedans est constitutive. Il en est tout autrement des réseaux, qui sont évidemment des formes, mais des formes qui ne se définissent pas dans le rapport entre intérieur et extérieur, mais dans la relation entre les flux et les pôles, la dynamique de la circulation et la ponctuation des noeuds dans lesquels la circulation s'articule.
  14. 14. Partie III : Frontières et réseaux 13 - « En tant qu’objets géographiques, le réseau et la frontière sont deux modalités de spatialisation humaine inverses et exclusives l’une de l’autre : le réseau crée artificiellement de la proximité là où il y a de la distance, inversement la frontière crée artificiellement de la distance, là où il y a de la proximité.» Christiane Arbaret-Schulz
  15. 15. 14 - Ce qui se posait autrefois devant nous comme le théâtre du monde est devenu un ensemble englobant par rapport auquel il n'existe plus de point de vue extérieur, mais dans lequel nous sommes toujours, d'une façon ou d'une autre, immergés. Cette question de l'immersion est devenue une question centrale dans l'imaginaire contemporain, et elle ne se limite pas au modèle de l'immersion dans un monde virtuel. Par contre elle l'inclut comme l'un de ses moments.
  16. 16. Exemple 1 15 - Grégoire Chamayou, dans "La théorie du drone", fait apparaître un espace profondément asymétrique. Or cette asymétrie est une transformation de la relation de la distance et de la proximité. Ce qui est loin et inatteignable d'un côté est accessible et parfaitement saisissable de l'autre. Et de chaque côté il y a de la distance et de la proximité, mais pas du même point de vue, pas de la même façon. La proximité de la mort d'un côté, sa mise à distance de l'autre. La proximité du pouvoir d'action d'un côté, l'inaccessibilité de l'ennemi de l'autre.
  17. 17. 16 - "Le drone et le mur fonctionnent ensemble. Ils s'articulent de façon cohérente dans un modèle sécuritaire combinant clôture de l'espace domestique et intervention extérieure dénué de tout engagement vital. L'idéal de la force télécommandée est parfaitement congruent avec celui d'un Etat-bulle." Grégoire Chamayou Mais le découpage entre territoire protégé et territoire hostile est bien plus complexe que ne le laisse paraître la figure du mur ou de la clôture. Les deux peuvent s'interpénétrer, se recouvrir, s'entrelacer. D'une certaine façon, le même territoire peut-être tantôt hostile, tantôt protégé, tout dépend de celui qui l'utilise, de la façon dont il l'utilise, du contexte de cette utilisation.
  18. 18. 17 - L'usage des drones sort de la logique de la guerre entre Etats, et conduit à un nouvel régime de l'exercice de la violence où se mêle la situation de guerre, la logique policière et les méthodes de la chasse à l'homme. Or la guerre a lieu entre des pays déterminés, pour un temps déterminé. La chasse à l'homme peut se déplacer sur n'importe quel territoire, elle peut se poursuivre chez chacun d'entre nous, elle peut aussi bien toucher le soldat, l'opposant politique, le criminel. Elle participe à la confusion ou à la fusion de ces différents statuts. La logique spatiale du drone est un espace essentiellement imprévisible et opaque.
  19. 19. 18 - "Pendant l’attaque, les soldats se déplaçaient à l’intérieur de la ville à travers des « tunnels en surface » découpés dans un tissu urbain très dense… ils se déplaçaient horizontalement à travers les murs mitoyens, et verticalement à travers des trous, en faisant sauter plafonds et planchers… cette manoeuvre transforme l’intérieur en extérieur et les espaces privés en voies de communication. Les combats se sont déroulés dans les salons à moitié démolis, les chambres à coucher et les couloirs des habitats précaires des réfugiés, où la télévision pouvait très bien continuer d’émettre et la casserole demeurer sur le feu… " Eyal Weizman, "A travers les murs"
  20. 20. 19 - Comme l'écrit Weizman : "Ce n’était pas l’ordre spatial qui commandait les motifs du mouvement mais le mouvement qui produisait et pratiquait l’espace autour de lui... (comme) ... une matière flexible, quasi liquide, constamment contingente, en état de flux permanent." Weizman évoque la théorie de l'essaim, telle que la formulent Arquilla et Ronfeld, suivant lesquels « seul un réseau peut combattre un réseau ». À mesure qu’elles s’adaptent, s’imitent et apprennent l’une de l’autre, l’armée et la guérilla entrent dans un cycle de « coévolution ».
  21. 21. 20 - "Le plus important était la distinction qu’ils (Deleuze et Guattari) opèrent entre les concepts d’espace “lisse” et “strié”... Nous utilisons souvent aujourd’hui l’expression “lisser l’espace” dans l’armée israélienne pour évoquer la manière d’opérer dans un espace comme s’il était dépourvu de frontières… On pourrait très bien concevoir les zones palestiniennes comme “striées”, dans la mesure où elles sont entourées de clôtures : des murs, des fossés, des barrages routiers, etc. Nous voulons affronter l’espace “strié” de la pratique militaire traditionnelle, aujourd’hui périmé, à partir de cette dimension “lisse” qui autorise un déplacement dans l’espace, qui traverse tout type de barrière et de frontière. Au lieu de circonscrire et d’organiser nos forces en fonction des frontières existantes, nous voulons nous déplacer, les traverser." Shimon Naveh Général de réserve
  22. 22. Conclusion : Penser un espace complexe, immersif, asymétrique, fluide et entièrement médiatisé par les technologies de l'information et du contrôle. Mais à la différence du monde de W. Benjamin, les médias ne sont plus des formes extérieures qui proposent leur propre spatiotemporalité comme matrice aux jeux de la représentation. Leur spatio-temporalité est celle même de l'action et de la constitution d'un milieu "médié". Ce n'est plus alors du dehors que peut se construire l'écart fictionnel, mais du dedans, par les stratégies interne du déplacement symbolique.

×