MINISTERE DE L’EDUCATION,  REPUBLIQUE DU MALI DE L’ALPHABETISATION ET DES  Un Peuple-Un But-Une Foi LANGUES NATIONALES  CO...
PLAN DE PRESENTATION <ul><li>INTRODUCTION </li></ul><ul><li>1.Concept  langue nationale  </li></ul><ul><li>2. Langues nati...
<ul><li>INTRODUCTION -  Contexte communication </li></ul><ul><li>Définition concept  langue nationale  </li></ul><ul><li>D...
<ul><li>Constitution du 25 Février 1992,  article 25 du titre II le principe de promotion des langues : le français est la...
<ul><li>Cette loi précise que ces 13 langues jouissent des  </li></ul><ul><li>mêmes droits dans  le respect des diversités...
<ul><li>3. Bref historique utilisation des langues nationales au Mali </li></ul><ul><li>Au Mali, l’utilisation des langues...
<ul><li>4. Utilisation  des langues nationales dans l’ENF </li></ul><ul><li>Définition ENF </li></ul><ul><li>Composantes E...
<ul><li>De 1972 à 1980    :  politique d’intégration du volet  </li></ul><ul><li>d’alphabétisation dans les programmes sec...
<ul><li>De 1980 à 1990 </li></ul><ul><li>Cette période est marquée par une diversification des  </li></ul><ul><li>programm...
<ul><li>De 1990 à nos jours </li></ul><ul><li>Période marquée par l’avènement de la démocratie  </li></ul><ul><li>au Mali ...
<ul><li>Les CED </li></ul><ul><li>Cadre d’éducation, de formation et d’appui pour  </li></ul><ul><li>l’auto – promotion in...
<ul><li>Le (CAFé) </li></ul><ul><li>CAFé = centre de formation et  d’apprentissage de  </li></ul><ul><li>métiers à l’inten...
<ul><ul><li>Le CEI </li></ul></ul><ul><ul><li>CEI vise à promouvoir l’intégration et la paix  à travers une éducation de b...
<ul><li>5.Utilisation  des langues nationales dans l’éducation formelle    </li></ul><ul><li>L’amélioration de la qualité ...
<ul><li>Première génération (1979  – 1987) :  108 écoles </li></ul><ul><li>L’expérimentation a concerné  quatre ( 4 ) écol...
<ul><li>Troisième génération : 2002 à nos jours : 2550 écoles </li></ul><ul><li>Cette génération concerne le curriculum bi...
<ul><li>5.2.  La Stratégie de Scolarisation Accélérée/Passerelle (SSA/P) </li></ul><ul><li>Autre champ d’utilisation des l...
<ul><li>5.3. Forces et faiblesses de l’utilisation des langues nationales dans l’éducation  non formelle  et l’enseignemen...
<ul><li>FAIBLESSES : </li></ul><ul><li>- Insuffisance d’aménagement de la langue, notamment au plan terminologique ; </li>...
<ul><li>PROPOSITIONS DE SOLUTIONS  : </li></ul><ul><li>- l’exploitation des expériences et des expertises en matière d’uti...
<ul><li>5. 4. Enseignement secondaire et langues nationales </li></ul><ul><li>L’enseignement secondaire a évolué pendant p...
<ul><li>5.5.  Utilisation des langues nationales dans l’enseignement supérieur </li></ul><ul><li>Depuis 1998, introduction...
<ul><li>5.6. Utilisation des langues nationales dans d’autres ordres /types  d’enseignement </li></ul><ul><li>Les actes et...
<ul><li>CONCLUSION </li></ul><ul><li>L’utilisation des langues nationales dans le système éducatif formel et non formel a ...
<ul><li>JE VOUS REMERCIE!! </li></ul>
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conférence Nationale sur le projet de Document de Politique Linguistique du Mali: L’état des lieux de l’utilisation des langues nationales dans le systèmes éducatif malien

2 039 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 039
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conférence Nationale sur le projet de Document de Politique Linguistique du Mali: L’état des lieux de l’utilisation des langues nationales dans le systèmes éducatif malien

  1. 1. MINISTERE DE L’EDUCATION, REPUBLIQUE DU MALI DE L’ALPHABETISATION ET DES Un Peuple-Un But-Une Foi LANGUES NATIONALES CONFERENCE NATIONALE SUR LE PROJET DE DOCUMENT DE POLITIQUE LINGUISTIQUE Bamako, 6, 7 et 8 décembre 2011 COMMUNICATION SUR L’ETAT DES LIEUX DE L’UTILISATION DES LANGUES NATIONALES DANS LE SYSTEME EDUCATIF MALIEN Elaborée et présentée par : Dr. Mountaga DIARRA, Linguiste  
  2. 2. PLAN DE PRESENTATION <ul><li>INTRODUCTION </li></ul><ul><li>1.Concept langue nationale </li></ul><ul><li>2. Langues nationales du Mali : statuts et fonctions </li></ul><ul><li>3. Bref historique de l’utilisation des langues nationales au Mali </li></ul><ul><li>4. Utilisation des langues nationales dans l’éducation non formelle </li></ul><ul><li>4.1. Utilisation des langues nationales dans les CAF </li></ul><ul><li>4.2. Utilisation des langues nationales dans les CED  </li></ul><ul><li>4.3. Le Centre d’Apprentissage Féminin (CAFé) </li></ul><ul><ul><li>4.4. Le Centre d’Education pour l’Intégration (CEI) </li></ul></ul><ul><ul><li>5. Utilisation des langues nationales dans l’éducation formelle  </li></ul></ul><ul><ul><li>5.1. Enseignement fondamental </li></ul></ul><ul><ul><li>5.2. La SSA/P </li></ul></ul><ul><ul><li>5.3 . Forces et faiblesses de l’utilisation des langues nationales dans l’ENF  et l’enseignement fondamental </li></ul></ul><ul><ul><li>5.4. Utilisation des langues nationales dans l’enseignement secondaire </li></ul></ul><ul><ul><li>5.5. Utilisation des langues nationales dans l’enseignement supérieur </li></ul></ul><ul><ul><li>5.6. Utilisation des langues nationales dans d’autres ordres /types d’enseignement </li></ul></ul><ul><ul><li>CONCLUSION </li></ul></ul><ul><li>  </li></ul>
  3. 3. <ul><li>INTRODUCTION - Contexte communication </li></ul><ul><li>Définition concept langue nationale </li></ul><ul><li>Définition langue nationale varie selon les pays. La langue </li></ul><ul><li>nationale peut être considérée comme langue propre à un </li></ul><ul><li>pays, à une nation. </li></ul><ul><li>Le concept est utilisé pour désigner les langues autochtones </li></ul><ul><li>du pays et peut faire surtout référence à des connotations </li></ul><ul><li>politiques différenciant les langues dites nationales et celles </li></ul><ul><li>qui ont le statut de langue officielle. </li></ul><ul><li>2 . Langues nationales du Mali : statuts et fonctions </li></ul><ul><li>Situation des langues au Mali : coexistence langues </li></ul><ul><li>nationales et du français qui demeure la langue </li></ul><ul><li>officielle. </li></ul>
  4. 4. <ul><li>Constitution du 25 Février 1992, article 25 du titre II le principe de promotion des langues : le français est la langue d’expression officielle» ; « la Loi fixe les modalités de promotion et d’officialisation des langues nationales »  </li></ul><ul><li>Décret n° 159/PG-RM du 19 juillet 1982 a accordé le statut de langues nationales à dix (10) de nos langues ( bamanankan, bomu, bozo, dɔgɔsɔ, fulfulde, mamara, soninke, songhay, syenara , tamasayt) pendant que le français reste la langue officielle; </li></ul><ul><li>loi n° 96-049 du 23 août 1996 portant modalités de promotion de treize (13) langues nationales a ajouté le xaasongaxanŋo, le maninkakan et le hasaniya (maure), aux dix premières langues ci-dessus citées. </li></ul>
  5. 5. <ul><li>Cette loi précise que ces 13 langues jouissent des </li></ul><ul><li>mêmes droits dans le respect des diversités </li></ul><ul><li>culturelles et de l’unité nationale et l’Etat reconnait </li></ul><ul><li>aux Collectivités et aux citoyens le droit d’initier ou </li></ul><ul><li>de participer à des actions de promotion des langues </li></ul><ul><li>nationales à travers des activités culturelles , </li></ul><ul><li>scientifiques et techniques dans le cadre de la </li></ul><ul><li>réglementation en vigueur. </li></ul><ul><li>Loi 99-046 du 26 décembre 1999 modifiée, portant orientation sur l’éducation stipule en son titre I chapitre 2, article 10 : Enseignement est dispensé dans la langue officielle et dans les langues nationales. </li></ul>
  6. 6. <ul><li>3. Bref historique utilisation des langues nationales au Mali </li></ul><ul><li>Au Mali, l’utilisation des langues nationales a commencé avec l’alphabétisation des adultes qui se faisait d’abord en français. </li></ul><ul><li>Réforme de 1962 préconisait l’utilisation des langues </li></ul><ul><li>nationales dans l’éducation et les affaires publiques dès que </li></ul><ul><li>leur niveau de développement le permettra. </li></ul><ul><li>Suite aux résultats des recherches fondamentales entreprises sur les langues nationales, l’utilisation des langues nationales dans le système éducatif est une réalité au Mali et concerne l’éducation tant formelle que non formelle. </li></ul>
  7. 7. <ul><li>4. Utilisation des langues nationales dans l’ENF </li></ul><ul><li>Définition ENF </li></ul><ul><li>Composantes ENF: CAF, CED, CAFé ,CEI, </li></ul><ul><li>CAF: </li></ul><ul><li>De 1961 à 1967   : alphabétisation de masse en français </li></ul><ul><li>dans les salles de classe, avec comme objectifs d’amener adultes </li></ul><ul><li>et jeunes non scolarisés à maîtriser la lecture et l’écriture afin de </li></ul><ul><li>sortir de l’obscurantisme illustré par l’analphabétisme. </li></ul><ul><li>De 1967 à 1972   </li></ul><ul><li>Alphabétisation en langues du milieu parlées par les </li></ul><ul><li>Producteurs pour renforcer les capacités des producteurs agricoles </li></ul><ul><li>encadrés par les Opérati ons de Développement Rural (ODR) comme </li></ul><ul><li>l’Office du Niger (ON), le Bureau de Développement des Produits </li></ul><ul><li>Arachidiers (BDPA….. 4 langues nationales ont été instrumentées et </li></ul><ul><li>utilisées à cet effet : le bamanankan, le fulfulde, le songhoy </li></ul><ul><li>et le tamasayt . </li></ul>
  8. 8. <ul><li>De 1972 à 1980   : politique d’intégration du volet </li></ul><ul><li>d’alphabétisation dans les programmes sectoriels de </li></ul><ul><li>Développement, d’où renforcement et élargissement </li></ul><ul><li>Opérations de Développement Rural (ODR) existants </li></ul><ul><li>presque à toutes les régions économiques du pays en </li></ul><ul><li>tenant compte de leurs vocations respectives. </li></ul><ul><li>Priorité accordée à l’accroissement des ressources agro- </li></ul><ul><li>sylvo pastorales et sur le renforcement des capacités des </li></ul><ul><li>ressources humaines bénéficiaires pour promouvoir le </li></ul><ul><li>développement à travers le volet alphabétisation </li></ul><ul><li>Fonctionnelle. </li></ul><ul><li>E xpérimentation et généralisation de la Formation </li></ul><ul><li>Supérieure des néo-alphabètes (FSNA). </li></ul>
  9. 9. <ul><li>De 1980 à 1990 </li></ul><ul><li>Cette période est marquée par une diversification des </li></ul><ul><li>programmes d’alphabétisation et la poursuite de la </li></ul><ul><li>Formation supérieure, scientifique et technique des </li></ul><ul><li>néo-alphabètes. </li></ul><ul><li>Plusieurs projets et programmes d’alphabétisation </li></ul><ul><li>seront conçus et mis en œuvre parmi lesquels on peut </li></ul><ul><li>citer : </li></ul><ul><li>Le Projet Moulin et Formation Féminine, Mali/Banque Mondiale, Deuxième Projet Education, région de Koulikoro (1979-1983) ; </li></ul><ul><li>Le Projet Alphabétisation et Education Civique des Femmes, Mali/Unesco-BREDA, région de Mopti (1982) ; </li></ul><ul><li>Le Programme d’Alphabétisation de Masse dans les Zones non encore Couvertes, Mali/Banque Mondiale, toutes les régions (1984) ….. </li></ul>
  10. 10. <ul><li>De 1990 à nos jours </li></ul><ul><li>Période marquée par l’avènement de la démocratie </li></ul><ul><li>au Mali avec émergence sans précédent </li></ul><ul><li>d’organisations paysannes, d’associations et d’ONG </li></ul><ul><li>En plus des ODR et ONG, certains programmes et projets nationaux </li></ul><ul><li>ont été mis en œuvre pendant cette période, au nombre desquels </li></ul><ul><li>on peut citer : </li></ul><ul><li>Le Programme National de Vulgarisation Agricole (PNVA) ; </li></ul><ul><li>Le Programme National de Gestion des Ressources Naturelles (PGRN) ; </li></ul><ul><li>Le Programme d’Appui au Secteur Agricole et aux Organisations Paysannes (PASAOP) ; </li></ul><ul><li>Les projets de Développement E04 (1993, toutes régions), E027 en 1998, région de Koulikoro) ; </li></ul><ul><li>Au cours de cette période de nouvelles structures sont apparues comme les Centres d’Education pour le Développement (CED), les Centres d’Apprentissage Féminins (CAFé.) et les centres de formation professionnelle destinés aux néo-alphabètes en milieu péri-urbain. </li></ul>
  11. 11. <ul><li>Les CED </li></ul><ul><li>Cadre d’éducation, de formation et d’appui pour </li></ul><ul><li>l’auto – promotion individuelle et collective à </li></ul><ul><li>l’intention des jeunes non scolarisés ou déscolarisés </li></ul><ul><li>précoces de 9 à 15 ans. </li></ul><ul><li>Option fondamentale CED: donner à l’apprenant un </li></ul><ul><li>minimum éducatif, i-e: savoir lire, écrire, calculer et </li></ul><ul><li>acquérir des habiletés, des compétences lui </li></ul><ul><li>permettant de s’insérer dans la vie et /ou de s’inscrire </li></ul><ul><li>dans un processus d’apprentissage continu. </li></ul><ul><li>A l’exception du malinké, toutes les autres langues nationales instrumentées sont utilisées dans les CED. </li></ul>
  12. 12. <ul><li>Le (CAFé) </li></ul><ul><li>CAFé = centre de formation et d’apprentissage de </li></ul><ul><li>métiers à l’intention des jeunes filles et femmes non </li></ul><ul><li>scolarisées ou déscolarisées précoces et les sortantes </li></ul><ul><li>des Centres d’Alphabétisation Fonctionnelle. </li></ul><ul><li>Le programme est basé sur l’alphabétisation initiale </li></ul><ul><li>et sa consolidation pour les jeunes femmes et les </li></ul><ul><li>jeunes filles non scolarisées , l’initiation à la </li></ul><ul><li>transcription des langues nationales et sa </li></ul><ul><li>consolidation pour les déscolarisées , les acquisitions </li></ul><ul><li>en compétences de vie courante et la formation </li></ul><ul><li>qualifiante pour l’ensemble des groupes cibles. </li></ul><ul><li>quatre (4) CAFé sur l’ensemble du territoire national (Nara, </li></ul><ul><li>Koutiala, Bourem et Bamako district) avec comme principales </li></ul><ul><li>filières de formation : teinture, coiffure, coupe-couture, </li></ul><ul><li>transformation agro-alimentaire, saponification. </li></ul>
  13. 13. <ul><ul><li>Le CEI </li></ul></ul><ul><ul><li>CEI vise à promouvoir l’intégration et la paix à travers une éducation de base adaptée aux exigences sociales et aux opportunités économiques du milieu </li></ul></ul><ul><ul><li>Accent particulier est mis sur l’utilisation des langues nationales transfrontalières mais aussi sur la valorisation des compétences à acquérir, des attitudes et des comportements positifs, toutes choses indispensables à une cohabitation pacifique, gage d’un véritable développement endogène. </li></ul></ul><ul><ul><li>Il existe deux CEI dont un (1) à Madouba au Burkina Faso et un (1) à Bénéna au Mali. </li></ul></ul><ul><ul><li>La langue transfrontalière utilisée est le bomu. </li></ul></ul>
  14. 14. <ul><li>5.Utilisation des langues nationales dans l’éducation formelle   </li></ul><ul><li>L’amélioration de la qualité de l’éducation et des </li></ul><ul><li>pratiques pédagogiques à travers l’utilisation des </li></ul><ul><li>langues nationales a été préconisée par le </li></ul><ul><li>département de l’éducation depuis la reforme de </li></ul><ul><li>1962. </li></ul><ul><li>Enseignement fondamental </li></ul><ul><li>1 ère expérimentation date d’Octobre 1979 et l’utilisation </li></ul><ul><li>des langues dans cet ordre d’enseignement a connu une </li></ul><ul><li>évolution en trois étapes dénommées « générations ». </li></ul><ul><li>Ces générations sont considérées comme des </li></ul><ul><li>constructions en spirales où la génération suivante </li></ul><ul><li>capitalise les acquis de la précédente en les améliorant. </li></ul>
  15. 15. <ul><li>Première génération (1979 – 1987) : 108 écoles </li></ul><ul><li>L’expérimentation a concerné quatre ( 4 ) écoles (N’Djifina, </li></ul><ul><li>Zanabougou, Kossa et Banankoronin) en langue nationale </li></ul><ul><li>bamanan en 1979 pour atteindre par la suite 108 avec </li></ul><ul><li>l’utilisation de trois (3) autres langues à savoir le fulfulde, le songhay </li></ul><ul><li>et le tamasheq en 1982. </li></ul><ul><li>Deuxième génération (1987 – 2002) : 2050 écoles  </li></ul><ul><li>Cette période est caractérisée par une phase d’expérimentation </li></ul><ul><li>(1987-1993) puis de généralisation de la Pédagogie Convergente </li></ul><ul><li>initialement appelée méthodologie convergente qui s’est </li></ul><ul><li>concrétisée en plus de l’utilisation de la langue nationale par </li></ul><ul><li>l’introduction de méthodes actives dans la pratique de la classe . </li></ul><ul><li>En 2002, la P.C. était utilisée dans 2050 écoles à travers onze (11) </li></ul><ul><li>langues nationales ( Bamanankan, Fulfulde, Songhay, </li></ul><ul><li>tamasheq, Soninké, Dogon, Bomu, Syenara, Mamara, Bozo et </li></ul><ul><li>khassonké ), les effectifs étaient de plus de 300 000 élèves . </li></ul>
  16. 16. <ul><li>Troisième génération : 2002 à nos jours : 2550 écoles </li></ul><ul><li>Cette génération concerne le curriculum bilingue selon l’approche par compétences. Ce curriculum comporte six éléments constitutifs organisés de manière systémique : les objectifs, le programme d’étude, les méthodes pédagogiques, le matériel didactique, le calendrier/emploi de temps et l’évaluation. Il est une réponse à l’expression des communautés. </li></ul><ul><li>Par rapport aux objectifs, il s’agit: </li></ul><ul><li>de développer chez l’apprenant un bilinguisme fonctionnel langues nationales et langue officielle; </li></ul><ul><li>de faire acquérir à l’apprenant , au niveau de chaque ordre d’enseignement des compétences lui permettant de s’insérer dans la vie active ou de poursuivre ses études. </li></ul><ul><li>La mise à l’essai de ce curriculum a commencé en 2002 dans 80 écoles et a connu un début d’extension à la rentrée 2005-2006 dans 2550 écoles dont les 2050 écoles à P C et 500 écoles classiques. </li></ul>
  17. 17. <ul><li>5.2. La Stratégie de Scolarisation Accélérée/Passerelle (SSA/P) </li></ul><ul><li>Autre champ d’utilisation des langues nationales au Mali : la SSA/P. </li></ul><ul><li>De quoi s ’agit il? alternative éducative qui consiste à identifier des enfants de </li></ul><ul><li>8 à 12 ans déscolarisés précocement ou non scolarisés et à les faire subir une </li></ul><ul><li>formation accélérée pour leur permettre d’intégrer la 4 ème année de </li></ul><ul><li>l’enseignement fondamental à l’issue d’un test et de pouvoir y évoluer normalement. </li></ul><ul><li>Elle est basée sur une formation de neuf (9) mois avec un curriculum enseigné </li></ul><ul><li>en mode d’apprentissage accéléré qui se fait en deux phases : </li></ul><ul><li>Une 1 ère phase axée sur l’acquisition des connaissances instrumentales de base à travers l’alphabétisation en langue nationale pour une durée de quarante cinq (45) à soixante (60) jours. La langue nationale est utilisée pour favoriser l’apprentissage du français ; </li></ul><ul><li>Une 2 ème phase de sept (7) mois essentiellement axée sur l’apprentissage du français fondamental et des compétences de vie courante. </li></ul><ul><li>Les langues nationales utilisées dans la SSA/P sont les suivantes : le bambara, le khassonké, le fulfulde, le dɔgɔsɔ, le songhoy et le tamasheq. </li></ul><ul><li>De 2004 à nos jours, la SSA/P a permis à 29 869 enfants maliens d’intégrer le système formel. </li></ul>
  18. 18. <ul><li>5.3. Forces et faiblesses de l’utilisation des langues nationales dans l’éducation non formelle  et l’enseignement fondamental </li></ul><ul><li>FORCES   </li></ul><ul><li>- Capacités cognitives plus élevées des apprenants;  </li></ul><ul><li>- Amélioration du taux d’alphabétisation; </li></ul><ul><li>- Relations inter-actives entre école/milieu;  </li></ul><ul><li>- Connaissance et valorisation de la culture et du patrimoine local; </li></ul><ul><li>- Capacités des apprenants à s’intégrer dans le milieu local; </li></ul><ul><li>- Participation plus accrue des bénéficiaires aux activités de développement.  </li></ul>
  19. 19. <ul><li>FAIBLESSES : </li></ul><ul><li>- Insuffisance d’aménagement de la langue, notamment au plan terminologique ; </li></ul><ul><li>- Fréquence des changements ne favorisant pas l’appropriation des innovations par les acteurs ; </li></ul><ul><li>- Insuffisance de supports didactiques, notamment de manuels scolaires et d’ouvrages dans les langues maternelles des apprenants ; </li></ul><ul><li>- Déploiement inadéquat et formation insuffisante des enseignants en particulier la formation initiale ; </li></ul><ul><li>- Description insuffisante du passage de la langue maternelle à la langue seconde ; </li></ul><ul><li>- Non disponibilité de nombreux documents de références en langues nationales ; </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  20. 20. <ul><li>PROPOSITIONS DE SOLUTIONS  : </li></ul><ul><li>- l’exploitation des expériences et des expertises en matière d’utilisation du français dans un contexte multilingue ; </li></ul><ul><li>- le développement des capacités de l’Institut des Langues Abdoulaye Barry (ILAB) grâce à la qualification des ressources humaines, à la couverture de toutes les langues en matière de recherche et grâce à un appui logistique et un budget conséquent pour la recherche ; </li></ul><ul><li>- la traduction des documents de référence du curriculum (écrits en français) dans les langues nationales ; </li></ul><ul><li>- la dotation des écoles en manuels écrits dans les langues nationales, conformément au curriculum ; </li></ul><ul><li>- l’utilisation des langues nationales selon leur degré d’instrumentation ; </li></ul><ul><li>- le recrutement des maîtres par les collectivités territoriales selon leurs compétences linguistiques. </li></ul><ul><li>- l’introduction de la transcription des langues nationales dans les IFM. </li></ul><ul><li>  </li></ul>
  21. 21. <ul><li>5. 4. Enseignement secondaire et langues nationales </li></ul><ul><li>L’enseignement secondaire a évolué pendant près de cinq décennies sans une véritable prise en compte des langues nationales dans ses programmes d’enseignement. Ce constat a été fait par le Forum National sur l’Education dont une des recommandations a été de renforcer la convergence des langues nationales et du français dans le processus d’apprentissage jusqu’au lycée dans les écoles publiques et privées. </li></ul><ul><li>Pour satisfaire cette préoccupation, la Réforme de l’Enseignement Secondaire Général accorde une place de choix aux langues nationales. Sa mise en œuvre se fera de façon progressive et déjà les langues nationales adoptées par Académie d’Enseignement ont été introduites en 10 ème à la rentrée d’octobre 2011 . </li></ul>
  22. 22. <ul><li>5.5. Utilisation des langues nationales dans l’enseignement supérieur </li></ul><ul><li>Depuis 1998, introduction des langues nationales dans les programmes de l’Université du Mali à travers la Faculté des Langues, Art et Sciences Humaines (FLASH), tous DER et sections confondus. </li></ul><ul><li>De nos jours, toutes les onze langues instrumentées sont enseignées dans toutes les 1ères années de la FLASH et non pas simplement comme matière à option mais comme Unité de Valeur. </li></ul><ul><li>En vue d’intensifier la recherche sur nos langues nationales et assurer leur promotion, un Département de Linguistique, Littérature orale et langues nationales a vu le jour à la FLASH à la rentrée universitaire 2007-2008. </li></ul><ul><li>Il faut également souligner qu’au niveau de l’Ecole Normale Supérieure ainsi qu’à celui de l’ISFRA, des thèmes de mémoires d’étudiants, de DEA et de Thèse de Doctorat portent sur les langues nationales et les recherches sont menées dans ce sens dans les services techniques de l’éducation en charge de l’Education Non Formelle. </li></ul>
  23. 23. <ul><li>5.6. Utilisation des langues nationales dans d’autres ordres /types d’enseignement </li></ul><ul><li>Les actes et recommandations issus de différentes rencontres sur l’éducation et certaines </li></ul><ul><li>dispositions législatives et réglementaires précisent les articulations à opérer entre les sous </li></ul><ul><li>secteurs du système éducatif, notamment la Loi n° 99/046/du 28 décembre 1999 modifiée, </li></ul><ul><li>portant orientation sur l’éducation, la Politique Nationale de l’ENF et le dernier Forum sur </li></ul><ul><li>l’éducation. </li></ul><ul><li>De façon générale, il est admis que les expériences et l’expertise développées dans </li></ul><ul><li>l’alphabétisation ENF en matière de didactique des langues nationales peuvent être capitalisées </li></ul><ul><li>pour renforcer la qualité de l’enseignement dans les différents sous secteurs de l’éducation. </li></ul><ul><li>Cette articulation est visible dans l’éducation préscolaire et l’enseignement primaire. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>Dans la réalité, si le programme d’enseignement du préscolaire est en français, le médium utilisé </li></ul><ul><li>est dans la plupart des cas, la langue nationale, d’où le recours au matériel didactique en langue </li></ul><ul><li>nationale : recueil de contes, de devinettes, comptines…. </li></ul><ul><li>Le programme de formation initiale des élèves éducateurs/éducatrices de l’Ecole de Formation des Educateurs Préscolaires (EFEP) n’intègre pas l’initiation aux règles de transcription en langue nationale de façon formelle mais les sessions de formation continue organisées à l’intention des éducatrices prennent en charge cette préoccupation. </li></ul><ul><li>Notons qu’en accompagnement de l’introduction des langues nationales dans l’enseignement, les Instituts de Formation des Maîtres (IFM) commencent à intégrer dans leurs programmes de formation initiale et continue, la linguistique et l’initiation à la transcription des langues, toute chose qui facilite la pratique de l’enseignement par les sortants de ces écoles dans un contexte d’utilisation des langues nationales comme médium d’enseignement. </li></ul>
  24. 24. <ul><li>CONCLUSION </li></ul><ul><li>L’utilisation des langues nationales dans le système éducatif formel et non formel a fait déjà un long chemin avec des acquis indéniables mais force est de reconnaître que ce chemin est parsemé d’embuches. La mise en application des recommandations du forum national sur l’éducation relatives aux langues nationales permettra de surmonter ces embuches. </li></ul><ul><li>Pour conclure, nous invoquerons un proverbe bouddhiste qui dit : « quand le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt ». </li></ul><ul><li>N’agissons donc pas comme cet imbécile. Regardons plutôt avec intelligence l’essentiel que nous offre chaque rencontre, ….. </li></ul><ul><li>Puisse cette conférence nous permettre d’avoir un document de politique linguistique consensuelle prenant en compte les préoccupations de tous les acteurs ! </li></ul>
  25. 25. <ul><li>JE VOUS REMERCIE!! </li></ul>

×