<ul><li>Maupassant utilise B de S pour mettre en évidence le thème de la prostituée, thème récurrent dans ses nouvelles.  ...
<ul><li>Elle est voluptueuse, sensuelle, charnue, désirable. </li></ul><ul><li>Maupassant utilise la métaphore de la nourr...
<ul><li>Les femmes se sentent supérieures du fait qu’elles sont mariées et que leur « amour [est] légal » . Elles portent ...
<ul><li>Les hommes utilisent les prostituées pour satisfaire leurs pulsions sexuelles ; d’une certaine manière ils sont re...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La prostituee

3 443 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Voyages, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 443
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La prostituee

  1. 2. <ul><li>Maupassant utilise B de S pour mettre en évidence le thème de la prostituée, thème récurrent dans ses nouvelles. </li></ul><ul><li>Maupassant était fasciné par la beauté, que ce soit la beauté de la nature ou la beauté des femmes, notamment celle des prostituées. </li></ul><ul><li>Maupassant fréquentait les prostituées (il a contracté la syphilis, dont il est mort, auprès de l’une d’entre elles). </li></ul><ul><li>Elles transgressent les lois morales et sociales ; elles contrastent avec le reste de la société (bien pensante) qui les exclut. </li></ul><ul><li>Les différents types de prostituées : </li></ul><ul><li>La fille entretenue (un amant en titre qui subvient à tous ses besoins) dans Le Lit 29 </li></ul><ul><li>La prostituée qui vit confortablement en recevant chez elle des clients qui la paient. Boule de suif : « J’avais ma maison pleine de provisions » (L.479-480) </li></ul><ul><li>Les « filles de maison » pensionnaires d’une « maison » dans laquelle elles accueillent des bourgeois et notables. L’Ami Patience </li></ul><ul><li>La fille de brasserie aux multiples clients imposés par le patron de l’établissement. </li></ul>Les prostituées dans l’œuvre de Maupassant
  2. 3. <ul><li>Elle est voluptueuse, sensuelle, charnue, désirable. </li></ul><ul><li>Maupassant utilise la métaphore de la nourriture pour mettre en évidence l’apparence physique séduisante et « appétissante » (L.300) de B de S. Néanmoins, cette description métaphorique dénigre toute dignité au personnage qui est considéré comme un produit consommable. (Loiseau suggère par ailleurs de « manger le plus gras des voyageurs », L.375) </li></ul><ul><li>En dépit de « ses qualités inappréciables » (L.306) – générosité, courage, probité (=honnêteté) - , c’est « une prostituée, « une honte publique », exemple typique de focalisation interne (le narrateur adopte le point de vue d’un personnage, ici les bourgeoises). </li></ul><ul><li>Maupassant a de l’admiration pour son personnage, femme libre et patriote , « Puis il en est venu pour loger chez moi ; alors j’ai sauté à la gorge du premier » (L.486-487) </li></ul>
  3. 4. <ul><li>Les femmes se sentent supérieures du fait qu’elles sont mariées et que leur « amour [est] légal » . Elles portent un jugement moral : elles la méprisent, « l’amour légal le prend toujours de haut avec son libre confrère » (L.318). </li></ul><ul><li>Cependant, leur attitude change. Elles admirent la patriote bonapartiste, elles « se sentaient, malgré elles, attirées par cette prostituée pleine de dignité » (L.514-515). En outre, elles font preuve de « commisération » envers B de S lorsqu’elles découvrent la proposition indécente faite à B de S par l’officier prussien (L.878-879). </li></ul><ul><li>Cependant, à la fin de la nouvelle, elles ostracisent B de S et témoignent un mépris féroce ; Mme C-L a « un regard de vertu outragée » (L.1260) et Mme Loiseau déclare : « elle pleure sa honte » (L.1338). Leur réaction cause le désespoir de B de S, qui se sent alors , « humiliée », « souillée » (L.1271) et rejetée. </li></ul><ul><li>Comparaison avec Mme C-L : cette jeune et belle bourgeoise trompe son mari avec des officiers. Elle se comporte comme B de S à la seule différence qu’elle ne se fait pas payer pour ses faveurs (« Mme C-L demeurait la consolation des officiers de bonne famille », L.243-244). Elle est, de toutes les femmes, la plus hypocrite. </li></ul>
  4. 5. <ul><li>Les hommes utilisent les prostituées pour satisfaire leurs pulsions sexuelles ; d’une certaine manière ils sont responsables du traitement des prostituées par l’ensemble de la société. </li></ul><ul><li>Les interactions des hommes de la nouvelle avec B de S sont similaires aux attitudes masculines envers les prostituées. Loiseau est « émoustillé » (L.313) ; Cornudet essaie de profiter de la situation et de B de S ; Le comte traite B de S avec condescendance (« il lui parla de ce ton familier, paternel, un peu dédaigneux, l’appelant : ‘ma chère enfant’ » (L. 1134-1136). </li></ul>

×