1
L'aventure	Pacifique	!		
Un	français	et	2	kiwis	vers	l'oceanie!
2
Salut a tous, familles, amis, collègues marins et lecteurs passionnes ! Avant de vous deballer mon gros
pave, je tiens d...
3
La bete
Et puis c'est pas tout :
• un espace perso, une couchette perso, une étagère perso, pour mettre mes affaires per...
4
L’interieur de la bete
• De l'électricité en masse du a un parc de batterie tout neuf et un capitaine qui n'hésite pas a...
5
Ptites courses de dernieres minute (le frigo et les placards etaient deja pleins a craquer)
Les	2	kiwis	:	
Bon maintenan...
6
Au point que ça déteint sur moi, je ne pense plus tabarnac, estie ou putain, je pense Fack! C'est vrai
aussi qu'on aime ...
7
Captain Robin
Eliott, le jeune crew de 21 ans, kiwi lui aussi, m'a paru un gars plutôt réservé et très tranquille,
sympa...
8
Eliott le ptit kiwi
Le	temps	:
Bah on a eu de tout! Du très froid au départ de la Californie, ou j'essayais de mettre to...
9
Tres chaud, trop chaud
x
Question facilité de navigation, je dirais qu'on a été plutôt chanceux, on a toujours eu un
min...
10
situations, mais moi une perte de contrôle de même, ça me fais plus stresser qu'autre chose! Pis
me semble que c'est le...
11
Chacun son bouquin
- a gratter : avec Eliott on s'est achetée une guitare quadragénaire pour une bouchée de pain, pour ...
12
- a cuisiner : bah oui, c'est moi le cuistot ! et la pour une fois, j'avais du beau matériel et de la bonne
bouffe pour...
13
de l'Atlantique!). Et puis faut le voir a longueur de journée en train d'astiquer un peu partout avec des
mouchoirs, a ...
14
Les	bons	moments:
ahhhh enfin le pourquoi naviguer vaut le coup, j'en ai un peu plus cette fois-ci !!
• Bon bien sur il...
15 
On s’est fait quelques copains
• les bains dans le pacifique par temps calme ! Wow qu'elle bizarre de sensation de de ...
16 
ok juste pour la photo, on s’eloigne pas tgrop qd meme
•Les bons repas chauds, parce qu'on était bien équipés, je pouv...
17 
Et puis bien sur apres les bons moments, faut bien que je raconte les	moments	difficiles, parce
qu'yen a eu pas mal au...
18 
beau, c'est isole, c'est aéré et les dauphins viennent t'encourager did-donc !pis si tu es "chanceux" tu
peux faire d'...
19 
bien vite ( enfin y'avait bien la réserve personnelle de Robin, mais il se l'est bien gardée le maudit, de
toute façon...
20 
Des vraies mains de navigateur
*Les maudit cheveux longs : j'ai commencé a les regretter pas mal sur ce bateau, encore...
21 
peut plus lentement , surtout les quarts, les quarts les plus long du monde, je me suis mis a détester ma
montre )! C'...
22 
montrer ce a quoi j'avais le droit au petit déjeuner, mais la avec un gars prêt a me tuer pour une canne
de fruit, j'a...
23 
il a pas arrêté de de plaindre et un matin, sans même nous avertir, il a starté le moteur et nous a fait
quitter les S...
24 
Les Samoa en 6 photos
Les	fidjis méritent bien leur réputations, c'est vraique c'est magnifique, mais qu'est ce que c'...
25 
26 
Les fidjis en 10 photos
Et voila c’est finis, j’espere que vous avez pas trouve ca trop long (faut savoir que j’aurais...
27 
Ouah, c’est comme si 
j’etait un pirate !! 
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La venture pas si fique

244 vues

Publié le

récit d'une traversée pas comme les autres

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
244
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La venture pas si fique

  1. 1. 1 L'aventure Pacifique ! Un français et 2 kiwis vers l'oceanie!
  2. 2. 2 Salut a tous, familles, amis, collègues marins et lecteurs passionnes ! Avant de vous deballer mon gros pave, je tiens d’abord a remercier encore tout ceux qui m'ont écris depuis la dernière fois, ouah j'ai eu de ces messages tellement hots, gentils, pleins d'amours et de super compliments ! Le genre de message qui donne des frissons et qui me fait m'ennuyer de vous encore plus !! Plusieurs ont demandes si je tenais un journal un peu dans le meme style que mes mails, et oui, c'est bien ce que je fais, j'avais acheté un super journal de voyage dans le désert du Rhajastan ( désolé pour l'hortografe si c'est pas ça...^^), avec une belle couverture un peau de couille de chameau, j'avais pas su quoi en faire jusqu'à partir sur les mers! Faqueu je l'ai bien bien rempli, et si ça intéresse du monde un de ces jours, je pourrais le faire tourner, y doit yavoir encore plus de détails dedans que ce que je vous écris maintenant !! Revenons a notre traversée, vous etes prêt la ?? Pour ceux qui sont aux boulot, allez vous chercher un café e assurez vous que le patron viendra pas vous emmerder dans la prochaine demi-heure!! Pis si vous êtes patrons, bah mettez vous a votre aise!! Nous partimes le 28 fevrier de San Diego Californie, un samedi si je ne m'abuses parce qu'il etait pas question de partir un vendredi, porteur de malheur dans le milieu des marins ! Et bien sur on est partis la tête dans le cul ( Eliott et moi du moins, le capitaine lui ne bois pas ou peu, j'y reviendrais), parce qu'il fallait bien dire au revoir aux nouveaux amis qu'on s'était fait a la marina, et vu qu'on étaient un peu les vedettes la-bas ( le vieux et les 2 jeunots qui vont se manger une tranche de pacifique, ça impressionnait, faut dire que la plupart d'entre eux ne naviguaient jamais plus loin que la baie de san diego ...), on s'est fait payer pas mal de coups, un peu trop en fait. C'est donc les idées et l'estomac pas très clair que tout a commencé!! Nous passames 2 mois sur l'eau entre la Californie et l'Australie, avec entre les 2, nous fimes 2 petites escales aux Samoas puis aux Fidjis.Ce fut ptet 2 fois plus long que sur l'Atlantique, mais ça paru pas mal moins, et la principale raison je pense, le confort... C'est vrai que c'est jamais indispensable, mais crime, des fois ça rend les choses bien plus facile! Rien que le fait d'être 3 au lieu de 2 a bord change toute la donne. Ça apporte pas mal de sommeil en plus ( 9 a 12h de sommeil pour 6 h de quart par nuit contre 6 h pour 6h quand on était sur Lilo, c'est vraiment beaucoup plus, bon après faut être capable de dormir...), mais aussi une meilleure dynamique pour les manœuvres de tout les jours et surtout la possibilité se replier sur l'un quand l'autre te fait chier et de faire sa langue de pute de temps en temps ( casser un peu de sucre sur le dos de celui qu'est pas la, enfin qu'est pas dans le même 2m carré que les 2 autres...). En fait la traversée aurait pas ete possible si j'avais ete tout seul avec Robin le capitaine, pour pleins de raisons que je devrais aborder plus tard, le fait d'avoir Eliott change tout et a rendu les choses bien plus faciles pour moi! Bien sur le bateau est pas mal plus grand aussi, quasiment le double de la longueur du Lilo, ce qui donne beaucoup plus d'espace vital, plus d'oxygène, et la possibilité de "s'isoler" des autres qu'en l'humeur de cochon prend le dessus ! Bon ca reste un bateau et par s'isoler, j'entend se rendre sur le pont avant ou dans une des couchettes quand les autres sont dans le cockpit ( d'ou ils peuvent presque pas me voir!). Autre point très important, le bateau est bcp plus stable sur l'eau, face a la houle, ce qui vient avec la longueur,le profil de la quille et surtout le poids et sa répartition du bateau , j'peux vous dire que les 30 tonnes du Robon III réagissent pas comme les 3 tonnes du Lilo sur l'eau...ca balance pas mal moins ou disons pas mal moins souvent et pas mal moins fort ( c'est plus rapide pour faire une salade de tomate , et mes patchworks sont pas mal plus beaux) c'est ça que j'appelle le confort!!!
  3. 3. 3 La bete Et puis c'est pas tout : • un espace perso, une couchette perso, une étagère perso, pour mettre mes affaires perso , ou elles resteront bien au sec, pas en boule dans un coin, imbibées d'eau...le grand luxe! ya meme des toilettes a bord dis donc, mais ça je les considèrent plus du tout comme un confort les tabarnac!! Haha, une nouvelle anecdote sur ce merveilleux thème ^^, je vais y revenir plus tard aussi
  4. 4. 4 L’interieur de la bete • De l'électricité en masse du a un parc de batterie tout neuf et un capitaine qui n'hésite pas a faire tourner le moteur pour les recharger des que nécessaire ! Du coup, on a un frigo qui fonctionne 24h/24 qui nous permet de garder des produits frais pendant toute la traversée, de la viande notamment (haaaaaaa!), de la lumière au tant qu'on en veut, et la possibilité de recharger le lecteur mp3 et les appareils photos autant qu'on veut. Pis pour moi, avoir de la musique en batterie illimitée, ça change une traversée itoo!! La musique, c'est tellement vital, je sais pas comment on peut faire sans!! et sur un bateau encore plus, c'est elle qui permet de rester éveillé ( entre autres) pendant les quarts de nuit, qui fait apprécier davantage un beau coucher ou lever de soleil ( un ptit tallest man on earth pour ça), un ciel étoilé, la voie lactée ( pourquoi pas night in White satin...) ou encore une bonne tempête ( j'ai tripe a me faire brasser sur the wall des pink Floyd !). C'est aussi le meilleur moyen de penser a vous, toutes les chansons que j'écoute ayant une histoire et étant lié a un événement particulier, un souvenir, un sentiment, une anecdote, bref c'est une bonne porte d'entrée pour se perdre dans sa mémoire, je donnerais même pas d'exemple parce qu'yen a ben de trop qui me viennent en tête ( au moins mille), et faut que j'évite de m'égarer trop, sinon ça va vous prendre un deuxième café pour tout lire ! Je dirais aussi que c'est un bon moyen de se faire des films de toutes sortes, bref la musique, y'a rien de mieux pour rentrer dans sa bulle !! • Des quantités de bouffes qui nous auraient permis de faire le tour du monde sur Lilo^^! Au moins un repas de viande par jours (haaaaaaaa!), des légumes frais, des œufs, du beurre, de la mayo, et pleins de cochonneries en tout genre achetées chez Cosco ( le paradis de la bouffe américain) Le seul supermarché sur terres ou tu peux acheter un pot de mayonnaise de 10 kilos, un sac de 30 kilos de viande hachée ou une boite de 100 knickers, on s'entend que je trippe en tabarouette!! En plus tu peux faire ton repas avec les dégustations qu'ils proposent a tous les rayons, suffit de passer 3 fois a chaque!)
  5. 5. 5 Ptites courses de dernieres minute (le frigo et les placards etaient deja pleins a craquer) Les 2 kiwis : Bon maintenant faut que je revienne sur les 2 coéquipiers, point très important pour déroulement de la traversée. D'autant plus que ma perception des 2 bonhommes ( enfin du capitaine surtout), a totalement changée au cours du voyage et que nos relations sont devenues pas mal différentes ! C'est fou, mais d'être en mer de même, ça te fais redécouvrir les gens, ou peut-être juste les découvrir tout court, je l'avais déjà abordé dans mon dernier roman, mais ça m'aura encore plus choqué sur cette traversée, ya vraiment des jours ou tu te demande ce qu'on a fait de la personne en face de toi, si c'est vraiment a elle que t'es en train de parler ou si c'est pas quelqu'un d'autre dans le même corps, comme si y'avait un ptit piton a l'arrière du crâne qu'on avait switché ! La première fois que j'ai rencontré capitaine Robin, j'me suis dit que le courant allait bien passer malgré la barrière de la langue ( l'accent) et les quelques générations d'écart entre nous. La première impression qu'il m'a donné, c'était d'être bien plus jeune en dedans que ce qu'il paraissait en dehors, un papy patate qui aime bien déconner, qui rote, pète ( plus que moi...) et qui dis fuck ( prononcé FACK dans son kiwi d'origine) au moins 2 fois par phrases...son mot favoris ! c'est assez drôle a écouter parler, il l'utilise vraiment a toutes les sauces : - pour se plaindre, " fack, it's facking expensive !" - pour exprimer sa satisfaction, " fack, It's facking good !" - pour critiquer, " fack, they are facking fat !" - pour faire un constat, " fack, it's facking hot today !" -ou pour me poser une question, " did you eat this facking fruit can, fack?" (cf plus loin dans le recit pour comprendre^^) - et quand de temps en temps on l'entend parler dans son sommeil, c'est encore le seul mot qu'il utilise !
  6. 6. 6 Au point que ça déteint sur moi, je ne pense plus tabarnac, estie ou putain, je pense Fack! C'est vrai aussi qu'on aime bien parodier avec Eliott en en mettant le plus possible dans nô phrases! La deuxième chose que je dirais de Robin, c'est que malgré son ( pas mal) grand âge et les faiblesses physiques qui vont avec, il est encore la sur un bateau a traverser un océan et a faire pas mal de choses que beaucoup n'oserait jamais faire! on s'entend qu'un long voyage de même, c'est assez éprouvant pour le mental et le physique et que c'est l'idée que tout le monde a d'une retraite... Et pour ça,"respect le vieux "! Pour illustrer, Robin semble avoir des problèmes de dos et d'épaules et ça a l'air d'être un combat a chaque fois qu'il se lève d'une chaise ( ça fait "crack" et "fack" en même temps^^), et chacun de ses mouvements, lents et tremblants, sont ceux d'une personne âgée qui fait attention de ne pas se casser la gueule ou de s'abîmer quelque chose. Eh ben malgré ça, c'est toujours le premier a monter sur le pont ( même par gros temps) pour aller hisser ou affaler une voile, poser une corde de sécurité ou n'importe quelle autre manœuvre, bien sur on est la pour l'aider des que ça devient un peu trop physique, et on essaye toujours de lui demander s'il veut pas qu'on le fasse a sa place, mais quand même hein... J'me rappelle m'être dit une coupe de fois :"crime, quand ch'rai vieux, j'veux être de même !!" (bon maintenant je sais que j'veux pas être exactement exactement de même!). Le pire c'est que c'est assez stressant a regarder, tu sais quand il est sur le pont, que le bateau gite a 20 dégrés et que les vagues font rouler tout ça, t'imagines juste le pire, une chute fatale ou quelquechose de même, tu voudrais être la juste derrière pour le rattraper au cas ou, mais tu sais aussi que ça l'insulterais... Donc tu serres les fesses et tu croises les doigts et surtout tu te débrouille pour faire les manœuvres avant lui!^^ bien sur ça arrive qu'il se casse la gueule, dans ces temps la, ça fait "boum" et "fac, fac, fac!", suivi de "Robin ça va, t'es sur, besoin d'aide pour te relever, t'es sur que ça va ??". Il est toujours vivant a l'heure qu'il est !! Il a l'air d'avoir eu une vie pas mal animée,d'être allé partout dans le monde et d'avoir profité des bonnes choses ( ces récits de femmes exotiques, de nuits arrosées et sa jolie bedaine de bière nous laisse imaginer...), je n'avais jamais vu un passeport aussi tamponné y'a pas une page vierge dessus !! Ah oui, pis c'était ptet la 20 eme fois qu'il traversait le pacifique, rien que ça ! Bref un bon capitaine a premier abord, mis a part le problème de la compréhension, j'ai eu beau faire des efforts pendant 2 mois pour le saisir, c'est toujours difficile pour moi de savoir exactement ce qu'il veut dire... Surtout pour les manœuvres, ce qui posait problème de temps en temps ! Bien sur encore une fois ya des techniques a développer pour s'en sortir, comme anticiper ce qu'il va te demander ou analyser ses mouvements plutôt que ce qu'il dit ( ok il vient de me pointer cette corde, il veut probablement que je tire dessus...), ce qui peut-être dangereux des fois^^( ah c'était pas celle-la...)! Le plus frustrant étant quand je prend l'initiative de faire une manœuvre moi-même, et que Robin se met a me donner des directives, et la vu que j'ai souvent du mal a me concentrer sur 2 choses a la fois, je me concentre plutôt sur ce qu'il essaye de me dire, et ne le comprenant pas, j'essaye la technique du essai-erreur, c'est ça que tu veux que je fasse ? Ou bien ça ?... Bref je passe pour un épais pendant quelques minutes pour me rendre compte qu'il me demandait exactemt ce que jetais en train de faire au début tabarnac ( ou plutôt Fac!). Ce qui est dommage, c'est que je pense que ça nous a amené a un point ou ni lui ni moi n'essayons de faire d'effort pour bien communiquer, j'ai finis par connaitre la plupart des manœuvres anyway et sinon il y a toujours Eliott pas loin , a qui j'irais demander " qué sé qu'ya dit?" par après! J'ai aussi développé la mauvaise habitude de faire répéter Robin a chaque fois qu'il me dit quelque chose, plutôt que de me concentrer sur ce qu'il dit, comme si je savais deja que j'allais pas comprendre... what what ?( très mauvais réflexe qui a le don d'énerver le capitaine^^)
  7. 7. 7 Captain Robin Eliott, le jeune crew de 21 ans, kiwi lui aussi, m'a paru un gars plutôt réservé et très tranquille, sympathique toutefois et surtout pas mal plus compréhensible ( ouf)... Mais pour son âge, il a déjà vécus pas mal de choses intenses que peu de monde feront dans leur vie ! Il avait déjà traversé le pacifique dans l'autre sens se rendant jusqu'en Alaska pour après passer 6 mois a descendre toute la cote ouest de la jusqu'à San Diego... Une bonne introduction au monde du voyage! Je m'étendrais pas trop sur tout ce quil a fait dans sa courte vie, mais a chaque jours, il m'en racontes de nouvelles, et crime y'na fait' !!c'est un excellent marin qui d'ailleurs pense bien passer son yatchmaster de retour en NZ, histoire de devenir skipper. C'est aussi le brillant de la gang, qui sait a peu près tout réparer et comment tout fonctionne, celui qui fait que je la ramène pas trop avec mes papiers d'ingénieurs... Quand y'a de quoi qui casse ou que le moteur fait des siennes, c'est pas moi qui arrive en trombe en disant " poussez vous, je suis ingénieur en Mécanique!!!", non en général, je reste un peu derrière et je lui demande son diagnostic, en hochant tranquillement la tête pour dire " ouai c'est ça que je pensais aussi!"^^ On s'entend bien, et chose cool ( et importante) on a toujours de quoi a se dire, lui me raconte plein d'affaires sur la Nouvelle-zelande et moi sur la France ou le Québec, c'est toujours intéressant !
  8. 8. 8 Eliott le ptit kiwi Le temps : Bah on a eu de tout! Du très froid au départ de la Californie, ou j'essayais de mettre tout les vêtements que j'avais (3 pantalons, 2 polaires, 5 TEE-shirts et 2 manteaux, plus les gants de ski, 2 bonnets et pleins de chaussettes, je sais c'est pas mon genre d'être frileux, mais en mer, c'est vraiment une autre histoire!) et qui faisait sacrer notre capitaine toutes les 5 minutes : " fack, it's facking cold" ! Puis après ca on a eu du moins froid, mais du très mouillé ce qui n'était pas mieux, et puis tout c'est réchauffé rapidement au fur et a mesure qu'on s'approchait de l'Équateur! Et enfin on est passé a du trop chaud, vraiment trop chaud si vous voulez mon avis ( fac vous savez ce que le capitaine arrêtais pas de répéter a ce moment la!), au point que je préférais le grand froid ! rien de pire que d'être sur un bateau en plein caniar, tout est brulant, on se déshydrate, on s'insolate, on ne peut plus dormir,... Atroce ! Je pense que ça nous a tous mis un gros coup dans le physique, surtout moi et Robin, lui ne prenait même plus ses quarts de jours au bout d'un moment (ou alors il s’endormait au Volant…)! Tres froid, tres chaud
  9. 9. 9 Tres chaud, trop chaud x Question facilité de navigation, je dirais qu'on a été plutôt chanceux, on a toujours eu un minimum de vent et c'est assez rare qu'on ai eu a utiliser le moteur plus de 24 h continue! Pis le Robon avance très très bien, on sent bien qu'il a été designé pour faire la course, et malgré les 30 tonnes, un rien de vent peut le faire partir ! Nous avons eu un beau vent de face pendant 2 semaines, puis après ça un peu de tout, nous faisant utiliser toutes les configuration et combinaisons de voiles ( Eliott etait pas mal bon pour savoir comment mettre a profit le moindre pet' de vent!) je pourrais pas vraiment faire un résumé détaillé et de toute façon, ça n'intéressera pas 98% du monde ( donc cf le carnet de bord du capitaine!) . Pas de grosses grosses tempêtes ( 35 nœuds de vents et 3 m de vagues est pas mal le max qu'on ai eu ) mais des moments ou je me suis senti pas trop a l'aise avec le temps changeant subitement et un bateau puissant en perte de contrôle. Je sais pas si j'avais déjà expliqué le phénomène, mais il y a en mer ce qu'on appelle un grain : un gros nuage généralement plein d'eau et bas en altitude. Le fait que le nuage soit bas, eh ben ça réduit l'espace du vent qui se trouve entre celui-ci et la mer, et Bernouilli nous dit ( pour être bref) que quand on essaye de faire passer un fluide ( le vent en est un) dans un espace plus restreint, bah la vitesse de celui-ci augmente ! Bref tout ça pour dire que les marins n'aiment pas trop les grains, car ils peuvent arriver subitement ( surtout de nuit quand tu ne peux pas les distinguer...),malmener un bateau qui ne s'y est pas préparé avec une augmentation considérable du vent et des vagues et disparaitre aussi subitement qu'ils sont arrivés ! Des fois ca peut ne durer que 5 minutes, des fois quelques heures selon la taille du nuage! Donc en général, un capitaine prudent prend ses précautions et fait diminuer le volume de voile sur le bateau au cas ou avant la tombée de la nuit... mais ce capitaine n'est pas Robin, je dirais pas qu'il est imprudent quand même mais juste peut-être un peu trop confiant en notre réactivité d'équipe ! Bref, je me suis retrouvé certaines nuits, toutes voiles déployées ( et même avec le spi, une très très grosse voile que l'on utilise seulement pour les petits vents...) et avec des grains qui me tombent dessus...bah c'est pas drôle!! Le bateau se me a giter ( pencher de coté) a mort, et le gouvernail qui est surcontraint ne répond plus, et la tout ce qu'il y a a faire, c'est relâcher le plus possible les voiles ( pour diminuer l'emprise du vent) et réveiller les 2 autres ( on a une cloche dans le cockpit pour les urgences) pour diminuer la voilure, parce que ça ne peut pas se faire tout seul, pour la grand voile du moins...donc j'ai eu droit a quelques petites frayeurs de meme! Y'a plein de marins qui réagiraient probablement mieux que moi dans ces
  10. 10. 10 situations, mais moi une perte de contrôle de même, ça me fais plus stresser qu'autre chose! Pis me semble que c'est le meilleur moyen de se retrouver avec un mat brisé (fin de l'aventure...) ou des voiles déchirée, ou un français a la mer ^^. Bon je disais plus tôt que l'on ressentait moins les vagues que sur Lilo, on a quand même du droit a quelques séries de houles qui pouvaient devenir bien tannantes aussi. Combinées a la chaleur, c'est le pire tueur de sommeil que j'ai jamais rencontré, et combiné a une chute de vent, ça devient un enfer de claquement de voile qui casse le moral et fait "facker" le capitaine! Et si je ne me souviens pas avoir fait tomber une seule salade, je me suis quand même retrouvé un soir avec des steacks de thons et de la purée de pétate dans les cheveux... Les fours dans les bateaux sont montés sur pivot pour ne pas suivre les mouvements du bateau et garder la nourriture a peu près dans les casseroles et j'ai appris a mes dépends qu'il ne fallait surtout pas essayer de se rattraper avec le four quand une vague te fais perdre l'équilibre, même Si c'est la seule option que tu vois pour le moment ! Les 2 autres se sont bien foutu de ma gueule ce soir la... mais ils avaient des cheveux dans leur diner pour la peine ! Les occupations a bord étaient a peine plus variée que sur Lilo, mais de meilleures qualité je dirais. La plupart de nos journées quand nous ne sommes pas a la barre ( a la roue en fait), nous les passons : - a lire ( original...)Robin avait une quasi bibliothèque dans le bateau, avec un peu toutes sortes de livres! J'ai lu une coupe de polar, des romans neo-zélandais, la biographie de Keith Richards ( le guitariste des stones, super super intéressant, ça m'a vraiment fait redécouvrir les rolling!), et un bouquin sur les vagues géantes, super intéressant aussi,'mais surtout pas mal flippant, ça disait en très très bref que les vagues géantes de plusieurs centaines de pieds étaient de plus en plus fréquentes aux quatres coins du globe et totalement impredictibles, pouvant briser et couler les plus gros bateaux du monde en quelques secondes! J'ai été choqué notamment par les statistiques comme quoi au moins 2 cargos ou paquebots par semaines disparaissaient sans laisser de traces quelques part dans le monde, avec tout l'équipage a chaque fois. On en entend jamais parler parce que les compagnies qui les emploient tiennent a garder ça discret, et probablement que le monde s'en fou aussi, sauf quand le bateau en question contient des produits toxiques ou du pétrole et que tout ça vient de déverser sur les cotes les plus proches ! Et je parle pas des plus petits bateaux yatchs et voilers... L'auteur dit que c'est un millier par ans qui disparaissent comme ça!! Bref ça fais réfléchir et tu croises toujours les doigts quand le temps se gâte, espérant ne pas apercevoir une vague de 100 pieds ( ~30m) a l'horizons qui ne ferait qu'une bouchée du bateau. Bon après la plupart des malheureux disparus sont pas forcément aller jouer dans les eaux les plus sures...
  11. 11. 11 Chacun son bouquin - a gratter : avec Eliott on s'est achetée une guitare quadragénaire pour une bouchée de pain, pour se pratiquer sur le bateau, un bon investissement ! Ça m'aura occupé pas mal d'heures, surtout changer les cordes qui rouillent en un rien de temps et te pètent dans les doigts tout les 3 jours ! La quatrieme equipiere
  12. 12. 12 - a cuisiner : bah oui, c'est moi le cuistot ! et la pour une fois, j'avais du beau matériel et de la bonne bouffe pour travailler, c'était très plaisant, et puis quand tu cuisines tu passes moins de temps a la barre, un bon avantage !! De haut en bas, gauche a droite : Pain maison, steaks de thons marines et suchis, le cuistot, et pate chinois (c’est pas chinois c’est japonais) - a Nettoyer : ah oui, j'ai oublié de préciser que Robin est un super maniaque de la propreté, il nous fait faire la vaisselle 5 fois par jours ( par exemple tu viens d'utiliser une poêle et tu sais que le collègue va l'utiliser pour se faire le même gueuleton une heure plus tard quand il va se réveiller, t'es tenté de la laisser comme ca dans l'evier... bah Robin lui, il veut que tu la nettoie de suite ! 1 heure dans l'évier c'est trop! Ça change de Mikael qui détestait faire la vaisselle ( j'ai du la faire 3-4 fois dans toute la traversée
  13. 13. 13 de l'Atlantique!). Et puis faut le voir a longueur de journée en train d'astiquer un peu partout avec des mouchoirs, a balayer cent fois les mêmes planches, et a laver cent fois ses même bobettes, ça devient super énervant a observer a la longue ! Et quand on est arrivé aux Fidji et qu'on a pu avoir accès a l'eau, on l'a regardé nettoyer le pont du Robon a la hose 3 fois de suite ( je parle de nos premières heures aux Fidji la...), plus 1 nouvelle fois a chaque jours qui ont suivis ! Et j'ai jamais vu de différence de propreté entre les avants et les après! Mais bon chacun son truc hein ! A pecher, meme si la peche en soit revenais a laisser trainer une ligne a l’arriere du bateau et attendre que ca morde ! On a quand meme eu pas mal de departs et pas mal de poissons au final, donc quelques beaux morceaux qui nous ont donnes quelques heures de combats !! Robin aurait meme un matin combat avec un espadon monstre qui lui a rapdiment emporte toute la ligne, mais je peux pas vraiment le certifier, je finissais ma nuit a ce moment la, et pour etre pecheur, je sais qu’on aime bien en rajouter tjs un peu ^^n’empeche qu’on avait plus de fil après ca !! Du coup on mangeait autant de poisson que de viande, et j’ai pu me pratiquer a pas mal de recettes differentes (pannés, en marinades, sushis, rilletes, currys, columbos, blanquettes^^, et j’en passe !) Un ti thon et un gros mahi mahi (daurade coriphene), les 2 principales especes pognee -A jouer aux échecs : j'ai découvert les échecs au Nepal pas plus tard qu'il ya un an ( ça m'avait jamais attiré avant, trop geek pour moi^^), et je dois dire que j'y ai bien pris goût, on essayait d'avoir a peu près une partie quotidienne avec Eliott ( avec un jeu aimanté bien sur !) - a Écrire mon journal, - A penser, l'activité qui prend le plus de temps a bord !
  14. 14. 14 Les bons moments: ahhhh enfin le pourquoi naviguer vaut le coup, j'en ai un peu plus cette fois-ci !! • Bon bien sur il y a toujours la faune locale qui est bien plaisante a observer surtout quand ca s'approche du bateau ! J'ai vu des tripotées et des tripotées de dauphins tout du long de la traversée, ils arrivent par groupe de 10,20,30,...100,...300...( c'est vrai !) et viennent faire les cons autour du bateau et nous narguer parce qu'on va pas assez vite! On a eu pas mal de phoques au début aussi et 2-3 baleines vraiment belles ( le capitaine partait le moteur a chaque fois qu'on en voyait une pour être sur qu'elle viennent pas essayer de copuler avec notre bateau, c'est très dangereux y parait, faut dire que ça a un méchant gros pénis ces mammifères la). Mais le définitivement plus beau, c'est les dauphins de nuit, je sais pas pourquoi, mais le pacifique est blindé de planctons qui devient fluorescent la nuit ( ça reflète la lumière de la lune et des étoiles probablement) et ils brillent encore plus quand il y a des mouvements d'eau ! Donc imaginez un groupe de dauphins nageant autour du bateau que t'es pas supposé voir parce qu'il fait nuit, mais que tu vois a travers les trainées fluorescentes et scintillantes laissées derrière eux et suivant leur trajectoires, je sais pas si je m'explique bien, mais qu'est ce que c'est beau! Gracieux, magique et majestueux sont les 3 mots qui me viennent a l'esprit !! Quand tu vois ça, tu te dis que ce monde n'a pas besoin de drogue... Je me demande bien c’est quoi qu’ils mangent aux samoas
  15. 15. 15  On s’est fait quelques copains • les bains dans le pacifique par temps calme ! Wow qu'elle bizarre de sensation de de baigner en plein milieu d'un océan, totalement vertigineux, surtout essayer de descendre le plus profond possible avec un masque et un tuba ! Tu te sens englouti dans un univers sans fin et de penser qu'il y a quelques milliers de mètres d'eau en dessous, ça fou un peu les chocotes ! L'eau etait pas ben ben froide contrairement a ce que je pensais ( enfin j'ai pas forcément la meme notion du froid que tout le monde ^^). Eliott a réussis a me foutre un peu les boules en me racontant qu'à sa première traversée du pacifique, il était allé piquer une tête dans l'eau histoire de se laver par une journée sans vent, et que 2 minutes après être sortis de l'eau, un requin était venus tourner autour du bateau... Ouai bah t'as beau te dire qu'ya pas grand chance que ça arrive, a chaque fois que tu plonges, tu jettes un ptit coup d'oeil craintif a 360* des fois qu'un eleron se présenterais a la surface, et tu te demandes ce que tu ferais si tu te retrouvais vraiment dans cette situation... Et tu sort de l'eau assez rapidement! La Nouvelle-Zelande?  Vous virez a babord et  c’est tout droit! 
  16. 16. 16  ok juste pour la photo, on s’eloigne pas tgrop qd meme •Les bons repas chauds, parce qu'on était bien équipés, je pouvais préparer des bonnes bouffes, avec de la viande ou du poisson frais et des vrais légumes, et ça change vraiment tout de bien manger, quel plaisir !! Pis moi, j'étais bien content de passer du temps aux cuisines, c'est une bonne occupation surtout quand on a le bon matériel ( pouvoir vider et préparer un poisson avec un vrai couteau, ça prend 5 minutes, ça m'en prenait 60 sur Lilo avec mon couteau a beurre), et des bons produits ! •La guitare a l'avant du bateau pendant les couchers de soleil, parce que oui, je suis romantique ( mais ça servait a rien, y'avait pas de fille!) •Les poissons volants au ptit dej : ça c'était assez fou aussi, tout les matins pendant un moment, on retrouvait une dizaine de poisson volants ( si c'est pas plus) qui s'était suicidés sur le bateau pendant la nuit, juste pour notre petit déjeuner! Je les écaillais, leur coupais les ailes et les faisait paner tout entier, et c'était trop bon, encore meilleur que du maquereau ou des sardines fraiches ! Et surtout c'était trop facile ! Bon par contre, c'est toujours un peu dangereux la nuit, ca sait ptet voler ces bibittes la, mais c'est pas fort fort sur les obstacles, je m'en suis mangé un en pleine face un soir, ça surprend un peu ! Qu’est ce qu’ils sont con ces poissons !
  17. 17. 17  Et puis bien sur apres les bons moments, faut bien que je raconte les moments difficiles, parce qu'yen a eu pas mal aussi !! *Encore une fois, j'ai perdu le sommeil super rapidement sur le bateau, c'était pourtant bien parti, les premières nuits étaient plutôt bonnes, et j'appréciais le fait d'avoir mon lit a moi et surtout de pouvoir avoir des tranches de sommeil un peu plus longues, mais petit a petit j'ai commence a passer plus de temps a essayer de m'endormir, ce qui est tjs stressant quand tu sais que ton temps de sommeil est très limite ( et ce qui t'empêche encore plus de dormir!)...jusqu'à être pu capable pentoute de m'endormir! Je saurais pas trop dire a quoi c'est du, mais probablement que les roulis du bateau, le stress du prochain quart de garde et la chaleur qui devenait de plus en plus intense au fur et a mesure qu'on descendait en latitude y étaient pour quelquechose !!Quoi de pire que de passer 3h a regarder ta montre et a te tourner dans tout les sens pour enfin fermer les yeux juste quand ton alarme sonne! c'était mon quotidien...et le pire dans tout ça, c'est que c'était pendant les quarts de garde que je cognais des clous ( je me dormais dessus) et que je luttais pour ne pas m'endormir, bref l'horreur ! J'ai bien essayer de supprimer les siestes dans la journée pour passer de meilleures nuits, mais rien a faire, ça ne faisait que me supprimer plus de sommeil au final. Pis c'te manque de sommeil la, ça amenait pas mal d'autre problèmes, ma concentration déjà pas fameuse chutait, j'avais de plus en plus de mal a être réactif ou a comprendre le capitaine, qui lui meme avait des problèmes de sommeil... Et fatigue+stress+pbm de communication, c'est vraiment pas un bon mélange sur un bateau en plein milieu d'un océan! Ça a malheureusement crée pas mal de friction entre moi et Robin !v *Les problèmes de toilettes : eh oui desole, faut toujours qu'yait un paragraphe "caca" dans mes récits, c'est qu'en navigation, c'est un point pas mal important !! Je m'étais habitué a faire mes besoins dans un seau a bord de Lilo, et voilà que je me retrouvais avec des vrais toilettes sur le Robon III... J'aurais du etre content, mais je sais pas pourquoi, je les sentaient pas ces toilettes, sûrement déjà a cause du système de valves qui fait que si t'oublie de tout refermer après le moindre petit besoin, bah le bateau s’inonde petit a petit... Ce serait con quand même de couler un bateau juste parce qu'on a été tête en l'air après un ptit pipi de réveil matin ( j'ai oublié que 3 fois pendant tout le séjour, et heureusement, y'avait toujours quelqu'un derrière moi pour s'en rendre compte !!)Et j'avais raison de pas les sentir, parce qu'après 2 semaines de navigation, j'ai réussis a les boucher bien sur...ça faisait un moment que Robin avait pas nettoyé ses tuyauterie, et les résidus de défécation et d'urine mélangés au sel marin, ça forme une croute super résistante qui se fixe tout autour des parois des tuyaux, réduisant le débit de déchet pouvant passer, jusqu'à ce que le pauvre bonhomme qu'à eu un déjeuner un peu plus conséquent que les autres se retrouve a s'acharner sur le levier de la pompe en espérant faire passer le tout en force.... Et non! Ce jour la, j'ai passé un bon 4 h a jouer dans le caca, a démonter toute la tuyauterie pour essayer de la nettoyer avec les moyens du bord!( je tiens a préciser que je faisais tout ça dans un petit placard a espace très très réduit et que ça valdinguait dans tout les sens parce que les vagues étaient de belle taille ce jour la...)les 2 autres se foutaient bien de ma gueule en disant : " plus de porridge pour francois" ( oui parce qu'on avait mangé du porridge le matin même !). Bref ça m'a bien fais chier au point que pendant que j'avais les mains dedans, je me suis juré de ne plus jamais utiliser ces toilettes et de retourner au bon vieux seau... Tu parles, le lendemain, j'me suis dit : bon maintenant que je me suis cassé le cul a tout nettoyer, je peux bien y retourner... Et bang rebelotte !! Nooooooonnnnn!!! Je sais ce que vous allez penser et non ça vient pas de moi, c'est cette maudite tuyauterie a marde qui déconne... Bon en fait non, c'est juste qu'un des tuyeaux avait ete mal nettoyé, parce qu'il etait super inaccessible ok !! Et donc j'ai du remettre les mains dedans... Ce fu la dernière fois qu'on m'aperçut dans les toilettes !! J'ai établis mon nouveau poste ( enfin mon seau quoi) sur le pont avant du bateau, c'est
  18. 18. 18  beau, c'est isole, c'est aéré et les dauphins viennent t'encourager did-donc !pis si tu es "chanceux" tu peux faire d'une pierre deux coup et prendre une douche en même temps! *La canne de fruit mortelle : elle m'a causée bien du soucis cette canne de fruits au sirop que j'ai mangé une nuit pendant mon quart de garde, il faut dire que je l'ai mangée en entier et tout seul ( oulala). Bon c'est vrai que d'habitude, je la partage avec un des 2 compères s'ils sont dans le coin, mais la j'etais tout seul et les fruits étaient bons et frais ( c'est tout ce qui nous restait comme fruit après un mois de nav....), fac j'ai tout mangé! Et la quand robin c'en est rendu compte, il est devenu tout rouge et tremblant de colère, et avec des yeux pleins de haine, il m'as dit : if you facking touch another facking canne of fruit, I swear I will facking kill you !! ( pour ceux qu'on de la misère avec l'anglais, ça dis en gros : putain! (Tabarnac!)si tu touche encore a une putain ( estie) de canne, jte jure que je te tue, putain de merde ( criss de tabarnac)! Pis apres ça il ma traite de petite merde qui volait sa bouffe,.... Bang dans ma face ! J'avoue que sur le coup j'etait ben trop choqué pour savoir comment réagir a ça ! Tout d'un coup le gentil papy pour qui j'avais pas mal de respect ( jme voyais presque lui dire ala fin du voyage que c'était le grand-père que j'avais jamais eu avec une tite larme au coin des yeux... Ahah non ptet pas qd meme !), mais la il venait de me trouer le cul avec sa canne defruit et sesmenaces de mort !et me faire traiter de voleur en plus...ça faisait vraiment pas de sens sa crise ! Sauf que la, il fallait que je réplique et me défende en anglais et avec le coup de chaud que je venais de prendre, j'avais ben du mal a rassembler mes esprits pour faire face! Tout ce que j'ai réussis a faire, c'est rigoler bêtement et a lui dire que sa réaction est complètement démesurée et que c'est qu'une facking canne ( vous auriez vu le nombre de facking sortant de nos bouches , enfin c'est pas mal lui qu'en sortait le plus!!). Et la il me rembarre en me disant " fin de l'histoire" sans vouloir m'écouter! Crime, comment veux tu que j'oublie une histoire de même, ça m'est vraiment resté en travers de la gorge cette histoire et je suis resté muet le reste de la journée ( Robin aussi, on s'évitaient autant que possible), a ruminer ce qui s'était passé, et surtout a construire une argumentation pour lui faire reconnaitre que sa réaction faisait aucun sens et obtenir ses excuses ! Si j'avais pas d'excuses , je comptais faire la grève de la faim, la grève de la cuisine et quitter le bateau aux Samoas ou on allai arriver dans une ptite semaine...( en croisant les doigts pour avoir des excuses^^)! J'ai attendu son premier quart de nuit histoire d'avoir un face a face tranquille avec lui! Pis la j'lui ai déballé toute une après midi de ruminations, et je l'ai pas épargné, et il devait bien de sentir comme une merde a la fin, parce qu'avec sa tête déconfite qui en disait long sur ses remords, il m'a lâchée des excuses de suite ( ouf j'allais pouvoir continuer a manger !). Il m'a aussi avoue que sa crise de colère avait été le résultat de trop de fatigue et de stress, ce que je pouvais bien comprendre vu que je vivais un peu la même chose ( et j'ai pas 77 ans...), stress notamment du a une fuite d'eau de mer dans nos réservoir d'eau potable...( voir prochain paragraphe...) ! J'me suis qd même excusé d'avoir mange la canne tout seul a mon tour ( même si j'en pensais pas un mot) et on s'est serré la main! Problème résolu ! Bon reste que pour tout le reste de la traversée, ça jettera un froid sur la relation avec Robin, et notre entente ne sera jamais plus que cordiale...!! J'ai essayé de faire de l'humour un jour quand Eliott m'a proposé de partager une canne de fruit, je lui ai dit que je pourrais en mourir, mais ça n'a pas fait rire Robin... J'ai pas réitéré! *L'eau salée dans l'eau potable ! Fallait bien qu'une couille comme ça nous arrive, et c'était vraiment pas drôle du tout! Ça c'est fait petit a petit, l'eau a commencée a avoir un goût dégueulasse, qu'on arrivait a masquer avec le the et le café, mais qui a finis par devenir tellement dégueulasse que ni le the ni le café ne pouvait plus rien y faire, on avait bien quelques grosses bouteilles d'eau en réserve mais on les a finis
  19. 19. 19  bien vite ( enfin y'avait bien la réserve personnelle de Robin, mais il se l'est bien gardée le maudit, de toute façon je préférais la lui laisser, il nous aurait trucidé tt les 2 si on lui avait en plus enlevé son eau ) et les 3 derniers jours avant d'arriver aux Samoas furent durs, l'eau etait suffisamment salée qu'elle en perdait son pouvoir hydratant, c'était un supplice a boire, mais la chaleur était t'elle qu'on se forçait qd même ! Au moins on était pas loin d'arriver, ça aurait ou être pire... La première chose qu'on a fait en arrivant aux Samoas avant même de prendre une bière, c'est de boire 4 ou 5 litres d'eau fraiche ( j'ai jamais autant aime l'eau de ma vie!!) *Le maudit spinnaker : je sais pas pourquoi mais passé les Samoas, Robin s'est mis a aimer le spinnaker un peu trop a mon goût... Le spi, j'en avais ptet déjà parlé dans les précédant mail, c'est la plus grande voile qu'on peut utiliser sur un bateau, elle est vraiment gigantesque et super légère, on l'utilise par vents très faibles pour gagner quelques nœuds qd le bateau se traine ! C'est vraiment beau a regarder, mais c'est pas mal plus chiant a hisser et a affaler ( du moins ça l'était sur le Robon !), et bon le problème c'est quand le capitaine veut l'utiliser tout le temps, même pendant la nuit ou on voit pas les grains arriver et quand le temps se gâte... Et du coup on s'est retrouvé plusieurs fois en situation d'urgence a essayer d'affaler le spi comme on peut ( parce que quand il est gonflé a bloc, ça se descend pas comme ça!) avant de se faire renverser ! Eliott et moi, on detestait être en quart de nuit avec le spi, deja parce que c'est plus dur a barrer et puis parce que n'importe quel grain ( accélération momentanée du vent) peut devenir dangereux, moi je suis tjs a me demander si je dois réveiller ou non les collègues quand je sens le vent forcir... C'edt super dur a jauger, ca m'est arrivé de les réveiller pour rien , mais ça m'est aussi arrivé de les réveiller un peu trop tard ^^! et pis y'as eu cette fameuse nuit ou en essayant d'affaler le spi sous un grain qui allait nous foutre en l'air, la corde ( le bout') a saute du winch ( j'avais pas fait assez de tour...) et je me suis retrouvé avec entre les mains une corde tractée par une voile surpuissante et surgonflee ( je serais bien curieux de savoir quelle force j'avais entre les mains...), et comme un épais, j'ai pas eu le réflexe de lâcher la corde ( toujours lâcher la corde dans ce genre de situation!), et heureusement, au lieu de m'envoler avec le spi, la corde m'a juste brulée les mains... Je me suis retrouve avec tout les doigts écorchés a vif, ce qui, je m'en rendrais compte plus tard, est vraiment pas drôle en milieu marin !! Le sel creusant les plaies plutôt que de les refermées, mes bobos ont mis vraiment longtemps a guérir, et chaque contact avec de l'eau salée était un vrai supplice ( c'est a dire toute les 5 minutes !). Et je détestais encore plus avoir a affaler le spi de nuit ( j'en avais même peur!), parce que le capitaine, lui, ça l'a pas arrêté dans son trip de spi ( j’ai omis de dire qu’on a dechire 2 spis sur les 3 qu’on avaient^^)... Je sais pas pourquoi, il avait envie de sensation a ce moment la !! Un des maudit spi
  20. 20. 20  Des vraies mains de navigateur *Les maudit cheveux longs : j'ai commencé a les regretter pas mal sur ce bateau, encore une fois les douches étaient a l'eau de mer froide, et les cheveux longs et frisés... Ils aiment pas ben ben ça!! J'ai commencé a avoir des sacrée dread de sel, que j'arrivais vraiment pas a démêler ou si j'y arrivais après quelques heures a m'arracher les cheveux, c'était déjà redevenu un vrai bordel quelques heures après ! *Autre moment très très difficile pour moi, le pire pas mal en fait, celui qui m'a vraiment écœuré de la navigation pour un moment, et qui heureusement est arrivé pendant les 2 dernières semaines de nav' ! j'ai chopé une infection aux oreilles qui s'est développée un peu trop me bouchant les oreilles, me paralysant un peu la mâchoire et me donnant des sacrés maux de tête! génial, j'avais bien besoin de ça, surtout pour mieux comprendre ce que me disait Robin ! Ce qui me faisait flipper le plus, c'est que j'avais déjà eu ça et je savais que ça pouvais éventuellement endommager le tympan si l'infection se rendait trop loin, pis la j'étais au milieu de l'eau, pas de docteur accessible et avec seulement quelques pilules d'antibiotiques et quelques anti-inflammatoires pour tenir 4-5 jours... Ouai…, j'étais pas ben ben rassuré! Pis la c'est pas tout, 2 jours après ça, une bonne grosse fièvre m'est tombée dessus, me pompant tout ce qu'il me restait d'énergie ! Fatigue intense, perte d'équilibre, tantôt gelé tantôt en nage, la tête qui explose, plus aucune aucune force, pas évident quand on est sur un bateau !! pis bien sur, c'était pas encore assez et il fallait que le temps deviennent vraiment vraiment, on a eu probablement les 10 jours avec la plus mauvaise météo du voyage !! Juste de m'habiller était une mission, alors je vous raconte pas de rester debout 3 h a barrer le bateau de nuit dans ce qui me paraissait être un froid intense ( je portais toutes les couches de vêtements alors que Eliott était en short et Tee-short)! J'ai jamais autant hais la mer, tout ce dont je voulais, c'était un lit chaud et sec ( ah oui parce qu'une vague est passée par dessus bord une nuit qu'Eliott avait ouvert une des trappes pour aérer l'intérieur, et qui s'est qui s'est mangé la vague ? j'avais un aquarium dans mon duvet qui est resté mouillé jusqu'à notre arrivée!), une nuit complète de repos dans un milieu qui ne tangue pas, ma maman qui vient prendre ma température, m'apporter delà bonne soupe et préndre soin de moi ( hey que j'me suis ennuyé de ma maman), mais non tout ce que j'avais, c'était Robin qui venait me secouer pour m'envoyer dans le froid et sous les vagues pour les 3 prochaines heures ! Y'etais pas vraiment question que je me repose plus pour récupérer, Robin était lui même pas bien sur la fin, et on n'aurait pas pu laisser Eliott tt seul a gérer le bateau ! Fac j'ai serré les fesses et j'ai pris sur moi en priant pour que ça passe vite ( ça a passé on ne
  21. 21. 21  peut plus lentement , surtout les quarts, les quarts les plus long du monde, je me suis mis a détester ma montre )! C'est triste, je n'avais plus aucune concentration sur la navigation, j'essayais juste de survivre a mes quarts, le reste ne retenait pas vraiment mon attention, et c'est comme ça que j'ai failli nous faire rentrer dans un chalutier une de ces nuits....disons que je lisais un peu le radar de travers ( j'étais vraiment vraiment pas la...^^), et on est pas passé loin, mais bon on est passés hein! Et pis comme c'était pas encore assez ( c'est drôle a raconter maintenant seulement!), le gouvernail nous a lâché... Enfin l'engrenage entre la steering wheel et le gouvernail a lâché 2 jours avant d' arriver en Australie ( 2 jours heureusement, je vois pas comment on aurait enduré plus!), c'est a dire que la roue tournait dans le vent et qu'on avait plus aucun contrôle sur le gouvernail! Dur! Bon heureusement on avait bien une barre d'urgence, mais c'est vraiment vraiment pas cool a manoeuvrer, il fallait être debout au milieu du cockpit avec un pied sur la barre pour la tenir emboitée dans le gouvernail, et bien sur plus d'autopilote et impossible de checker le GPS et le radar parce qu'ils sont a l'arrière du cockpit avec la roue... Ça ça voulait dire qu'on devait être 2 minimum toujours sur le pont, un a la barre et un au GPS donnant le cap toutes les 2 secondes pour que l'autre puisse se corriger, la barre d'urgence étant vraiment très raide ( c'est un peu comme avoir a conduire sans direction assistée qd on y a ete habitué trop longtemps) ...l'horreur avec le sale temps et le trop de fatigue accumulée ! Pendant 48 estie s d'heures on luttaient contre le sommeil ( 1h tte les 3 heures), a se taper le même refrain " 245, 247, 250, 257, 280, 290, 275, 270, 250,...." On étaient tellement fatigué qu'on arrivaient a s'endormir en comptant, surtout Robin, Il pouvait s'endormir 10 minutes entre 2 chiffres et revenir comme si de rien n'était, alors je m'étirais le plus possible pour avoir un œil de temps en temps sur le GPs ! Ce furent les pires 2 semaines de tout mon périple et encore plus les pires 48 h, c'était tellement frustrant d'être si prêt du but et si loin en même temps ! Quand on est enfin arrivés, j'avais Envie de pleurer, d'embrasser la terre ferme et n'importe qui sur mon passage!! A peine arrivé, j'ai eu droit a une tite engueulade des douanes maritimes parce que j'étais pas en règle, je n'avais pas fait de demande de Visa pour l'Australie ( parce que maintenant il faut demander un Visa même pour faire du tourisme...) et il comprenaient pas que c'était dur de faire une demande d'un bateau en plein milieu de l'océan ^^ et surtout que je ne pouvais pas prévoir parce qu'on étaient supposés arriver en Nouvelle-Zélande normalement! Un des gars c'est amusé a jouer avec mes nerfs en me menaçant de me renvoyer aux États-unis... ( et mes nerfs etaient pas mal fragiles !), pis ils m'ont laissé tranquille après 2 h de niaisage, ça ira pour cette fois, mais je suis fiché dans les dossiers de la douane Australienne maintenant! Apres que Robin nous ai payé un Mc Donald comme repas d'arrivée dans son pays (super chic le capitaine quand même!), on a bu une bière et j'ai sombré dans un formidable sommeil de 16h! Qu'on me parle plus de bateau, de mer, de vent ou de Robin, j'en ai eu ma claque ! une nouvelle aventure va commencer et tout ce dont j'ai envie maintenant, c'est de montagnes, de forets, de campagnes avec la terre ferme sous mes pieds !! Divers (je savais pas ou placer ca…) : Le festival des Craks : ah oui, ça c'était plutôt drôle, je sais pas si c'est une mode kiwi, mais la plupart du temps sur le bateau, j'avais droit un a super défilé de craks de fesses ( raies de fesses ) d'Eliott et de Robin, surtout de Robin, qu'avait disons pas la plus sexy des cracks a exhiber !! Bon il se trouvent qu'après un certain moment passé entre hommes en mer, les retenues de lâchent, et certains commencent a se balader sur le pont en slip kangourou dont l'élastique est un peu trop detendue, exhibant un peu plus que ce qu'on voudrait voir ! J'voulais vraiment prendre des photos pour vous
  22. 22. 22  montrer ce a quoi j'avais le droit au petit déjeuner, mais la avec un gars prêt a me tuer pour une canne de fruit, j'avais comme un peu peur de me faire surprendre en train de lui photographier les fesses ! Autres chose qui nous faisait rire au début avec Eliott, mais qui a finis par devenir énervant par la suite, c'est que Robin ne ronfle pas seulement quand il dort, il gémit aussi ! pis c'est pas du ptit gémissement la, ça porte vraiment a confusion, on en venait presque a l'envier d'avoir des rêves aussi intéressants ! Mais au bout d'un moment, surtout quand je commençais a chercher mon sommeil, c'était vraiment vraiment plus drôle, je préfère encore des ronflements, eux autres au moins y'a pas d'images gênantes qui viennent avec ! Pas de crack, mais un beau slip de champion Les îles Samoa Nous arrivames aux Samoa apres 35 jours de navigation, et quel plaisir de voir ces petites îles volcaniques se distinguer au large ! c'est un véritable paradis terrestre et qui a l'avantage par rapport aux îles fidjis d'être beaucoup beaucoup moins envahis par les touristes ( j'ai pas ben ben vu de blanc pendant notre séjour!),on y voit pas d'hôtels tt inclus a tout les bords de plage, et ces montagnes et cette végétation luxuriante et sauvage, ahhhhhh!! La première chose a laquelle j'ai pensé en voyant ces îles au loin, c'est aux randos que j'allais me claquer dans ces jungles en altitude ! Sauf que... J'avais oublié que j'étais juste un "crew" sur le bateau, et que je ne pouvais pas vraiment faire tout ce que j'avais envie de faire! On a passés que 5 jours sur une des îles ( dans la baie de pongo pongo), et Robin nous a bien tenus occupés tt ce temps, entre les réparations, les paperasses ( bcp bcp de paperasse dans ces petites îles quand on a un bateau!!), les ravitaillements,... on a pas eu une vraie journée a nous, et les belles randos que je m'étais planifiée ne ce sont jamais concrétisées ! Pourquoi pas plus que 5 jours? ( je suis d'accord ça craint), parce que le capitaine n'aimait pas du tout l'ile, il faisait trop chaud, les gens etaient trop gros, la bouffe pas assez bonne y'avait pas assez d'hotels et de plages cartes postales,... Bref
  23. 23. 23  il a pas arrêté de de plaindre et un matin, sans même nous avertir, il a starté le moteur et nous a fait quitter les Samoas ! Ce fut vraiment frustrant pour moi, et il pouvait bien nous dire qu'on allait se rattraper aux fidjis, que ça allait être mille fois mieux, et que la on allait avoir du bon temps, je lui en voulais en estie ( a mort !). Moi j'l'aimais bien cet endroit ( enfin le peu que j'en ai vu), les samoains sont adorables, gros certes...que dis-je énorme !! Encore pire qu'aux États-unis dis-donc, bon faut dire que c'est dans leur gènes, pis ils s'aident pas avec leur modes d'alimentation qui a tendance a se rapprocher un peu trop de celui des ricains !! Ça fait des beaux joueurs de rugby croyez moi, j'en ai rencontré et j'avais pas vraiment envie de jouer une partie pour le plaisir !! ( même si je me le suis fait proposer, c'est ça qu'arrive quand on a l'accent français et le look chabal!!)! Leur transports en communs sont géniaux, des vieux bus scolaires américains, trafiqués, repeinds avec style et équipé d'un système son qui te noit ( te naye) les oreilles dans du bon zouc polynésien dans le tapis ( a fond !), 5 minutes de ride te procurent 1 journée de sourire, et une envie de te trémousser le popotins !!!
  24. 24. 24  Les Samoa en 6 photos Les fidjis méritent bien leur réputations, c'est vraique c'est magnifique, mais qu'est ce que c'est balnéaire!! Du moins les places ou nous a amené Robin ( parce que c'est ça qu'il aime !)! Ok les plages étaient belles, mais la quand y'a un estie d'hôtel derrière chaque cocotier, moi ça me refroidis pas mal, enfin bon j'ai fait avec ! Bon je dois avouer que j'ai vu 1 ou 2 endroits a couper le souffle et je sais qu'il y a des milliers d'iles au fidjis dont pas mal n'ont pas encore été envahis par des bedaines de bières rouges brulées et graisseuse, et ou on peut rencontrer des peuples un peu plus authentiques que ceux qui viennent faire la danse du feu et des couteaux aux hôtels tout les jeudis soirs ! Ça veut dire qu'il va falloir que j'y retourne ! On y restera pas ben ben longtemps non plus, 10 jours, le double quand même, avec cette fois-ci un peu plus de temps libre pour enfin relaxer et se ballader !! Bon j'ai pas retrouvé le relief excitant des Samoas pour me faire plaisir, fac ça a été plus plage, plongée et bière que randos dans la jungle, mais j'ai quand même pu me faire une tite expédition sympa dans une des îles, qui m'a bien achevée d'ailleurs, c'est qu'on sait pu trop ce que c'est que marcher après un mois et demi en mer ! Pis ça m'apprendras a vouloir prendre des raccourcis foireux a travers des champs d'arbrananas ( c'est comment dont qu'on appelle ça en français ??) et des mangroves impénétrables ! Pis en passant, pour les quebecois qui lisent Bruno Blanchet, le cochon qu’il a pas reussis a tuer, j’pense bien que je l’ai rencontre, mais j’avais pas de lance ni de filet sur moi, fac j’ai juste fait du bruit et essaye de m’eloigner le plus possible !!
  25. 25. 25 
  26. 26. 26  Les fidjis en 10 photos Et voila c’est finis, j’espere que vous avez pas trouve ca trop long (faut savoir que j’aurais pu en ecrire pas mal pus que ca, bon j’aurais pu en ecrire moins itoo ^^) et que ca vous a plu, j’vais vous laisser sur une ptite statistique n peu macabre, mais qe je trouve marrante qd meme! Saviez vous qu la plupart des corps noyés retrouvés ont la braguette ouverte, parce que c'est en s'accrochant a son bazard plutôt qu'aux câbles d'etai qu'on risque de passer pas dessus bord avec une mauvaise secousse ! D'ou l'importance de mettre son gilet de sauvetage pour les besoins, Robin arrêtaient pas de nous bassiner avec ça, mais je pense qu'il a bien fait, c'est vrai qu'on a souvent la flemme de sortir le gilet a chaque pipi, mais c'est quand même con comme mort !!
  27. 27. 27  Ouah, c’est comme si  j’etait un pirate !! 

×