rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan

1 220 vues

Publié le

Rapport d'activité 2014 de l'association La Gerbe à Lézan

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
373
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan

  1. 1. 1 ASSOCİATİON LA GERBE LA FERME CLARİS & LA MAISON D’À CÔTÉ RAPPORT D’ACTIVITÉ 2014 - PROJETS 2015 Ferme Claris La Maison d’À Côté 62 chemin de Sauve 58 chemin de Sauve 30350 Lézan 30350 Lézan Tél/Fax : 04 66 92 01 08 Tél : 04 66 55 34 67 claris@lagerbe.org pension@lagerbe.org www.lezan.lagerbe.org http://claris.solidairesdumonde.org
  2. 2. 2 Dessin de couverture offert par Aurélie Balard
  3. 3. 3 Quoi de neuf ? Des appartements qui petit à petit remplissent leur rôle de lieux de socialisation et qui apportent de nouveaux citoyens au village ; un engagement sans relâche auprès des enfants qui ont vécu dans des ambiances de violence ; un soutien renouvelé pour le développement personnel de leurs mères en leur permettant de vivre, d’agir et de créer avec d’autres familles des environs ; des conventions qui signent notre repérage sur le territoire ; de nouveaux outils de communication qui font vivre nos sympathisants à l’heure de Lézan ; des projets d’habitat solidaire qui se mettent en place lentement ; une initiative d’économie sociale agricole qui émerge au Cameroun… Voilà quelques aperçus pour vous donner envie de parcourir ces pages écrites en équipe et éclairées par des témoignages et divers éclats de vie. Le président de La Gerbe, Philippe Fournier Contribution à la rédaction Martine Fournier, Marie Kotian, Nathalie Portalès, Sara Poungoué, Philippe Fournier RAPPORTS 2014 & PROJETS 2015 1- ACCUEIL - HEBERGEMENT - LOGEMENT 1-1 Activité d’hébergement-accompagnement page 4 1-2 Logement en pension de famille page 10 1-3 Initiative de logement solidaire page 14 2- ESPACE DE VIE SOCIALE 2-1 Développement personnel et lien social page 16 2-2 Accompagnement à la scolarité page 20 2-3 Soutien à la Parentalité page 23 ANNEXES page 29
  4. 4. 4 Chapitre 1 ACCUEIL HEBERGEMENT LOGEMENT 1-1 Activité d’hébergement-accompagnement A/ Objectif et contexte La Ferme Claris dispose de 6 places d’urgence gérées par le 115 et de 2 places de stabilisation gérées par le SIAO. Elle a pour missions l’hébergement, l’ouverture des droits des personnes accueillies, l’accompagnement aux démarches juridiques et de santé, et leur orientation soit vers le logement soit vers les dispositifs d’insertion sociale. Le travail social se fait en lien avec l’assistante sociale de secteur qui a orienté la situation et reste référente durant la durée du séjour. Nous accueillons des femmes avec leurs enfants, aussi le personnel veille à ce que la femme prenne soin d’elle et fasse un trajet de développement de ses qualités personnelles. L’équipe veille aussi à ce que la mère prenne soin de son enfant et que celui-ci connaisse une éducation bienveillante. Installée dans un contexte villageois, la Ferme Claris ouvre ses portes vers l’extérieur. Elle a été agréée cette année «espace de vie sociale », reconnue comme un lieu d’échange, de partage et de convivialité entre générations, entre milieux sociaux et culturels différents. Une richesse à découvrir, à partager. Cette année l’établissement a signé une convention avec la DDCS comme établissement accomplissant une mission particulière d’hébergement dédié aux femmes victimes de violences. De ce fait, les admissions peuvent se faire directement suite aux appels du commissariat, ou des assistantes sociales des CMS, mais toujours en signalant les entrées au SIAO. B/ Faits marquants 2014 L’accueil a été caractérisé par un plus petit nombre de situations hébergées. C’est une tendance déjà remarquée l’année précédente. La cause essentielle cette année reste les problématiques complexes des situations familiales rencontrées, nécessitant un soutien autour du lien mère-enfants et entrainant, soit un accueil de plusieurs mois avec à la clé une demande de mesure éducative à mettre en place et à poursuivre lors du départ au domicile des familles, soit une orientation vers le Centre Départemental d’Accueil des Familles avec une attente longue, plusieurs mois cette année. Pour une des situations accueillies, nous avons même opté, après concertation et évaluation de la situation avec l’assistante sociale, pour un séjour sans aucune pression de temps, le lien mère enfant étant bon dans un contexte de sécurité et de confiance avec l’équipe, mais les fragilités de la mère très jeune nécessitant une prise en charge de longue durée. En fin d’année il restait 5 situations familiales qui n’avaient pas encore de réponse vers le logement, dont surtout deux qui étaient présentes depuis plus de 8 mois. B-1 Hébergement d’urgence et de stabilisation Le temps de séjour s’allonge et de ce fait le nombre d’entrées est moindre, bien que le taux de remplissage soit élevé. Critères de flux en urgence et stabilisation 2011 2012 2013 2014 Moyenne Nb. personnes au 1er janvier 7 8 10 6 8 Nb. personnes entrées 48 36 34 28 37 Nb. personnes sorties 47 34 38 21 35 Nb. personnes au 31 décembre 8 10 6 13 9 Nb. personnes hébergées 55 44 44 34 44 Nb. ménages sortis 19 18 15 10 16 Nb. nuitées 2731 3091 3464 3407 3173 Durée séjour (jours) 54 87 106 118 91 Taux remplissage 94% 106% 119% 117% 109%
  5. 5. 5 Il n’y a pas de différence d’accompagnement entre les personnes reçues dans le cadre de l’urgence et celles reçues en stabilisation mais la procédure d’accueil diffère puisque c’est le SIAO qui est le portail de l’admission en stabilisation. Nous avons accueilli 3 femmes enceintes et il y a eu 2 naissances en 2014. Cette année, une majorité de femmes avec 1 enfant. Le Conseil Départemental apporte le plus souvent une prise en charge. Les enfants de moins de 3 ans représentent la moitié des enfants (5 sur les 11 enfants appartenant aux cellules familiales sorties en 2014). 4 sorties vers CHRS ou Centre Départemental d’accueil des familles. 4 sorties vers le logement en parc privé ou accompagné. 1 sortie vers ALT. 1 retour au domicile. Témoignages /Flash - Un enfant de 6 ans arrivé avec sa mère et son frère après un temps d’errance : « Maman, on va rester ici, je crois que c’est le paradis ». - Une dame étrangère avec ses 2 enfants : « C’est dur, je connais pas la campagne mais je reste. C’est vos boulots, mais y’a du cœur ». - Une pensionnaire qui fait plusieurs choses à la fois : téléphone, surveille son fils, regarde la télé à la veille des élections. Elle pianote, ne lève pas la tête quand on rentre dans le salon mais une voix s’élève : « C’est quoi une triangulaire ?» B-2 La Passerelle Les situations ont été moins nombreuses car les séjours ont été plus longs. En revanche La Passerelle a été occupée quasiment sans discontinuer (le logement offre la possibilité de 3 ou 4 occupants, 1242 nuitées en 2014). Une maman y a vécu avec ses 3 filles de 3, 7 et 11 ans du 30 décembre 2013 au 30 juin 2014. Ses enfants allaient à l’école de Lézan. Cette dame séjournait dans l’attente d’un relogement et avait besoin d’un soutien du fait de soucis de santé. Elle a retrouvé à se loger sur Nîmes car elle était suivie médicalement à l’Hôpital Caremeau. L’équipe l’a aidée pour son emménagement. Une autre maman lui a succédé le 11 juillet 2014 avec ses 2 garçons de 5 et 8 ans et s’y trouve encore. Elle avait au préalable été accueillie 3 mois à la Ferme Claris. Il est apparu que l’obtention de son titre de séjour prendrait du temps et au vu de son Nb ménages hébergés en stabilisation 3 Nb. personnes hébergées en stabilisation 7 Nb. ménages sortis 2 Nombre de nuitées en stabilisation 677 Taux de remplissage en stabilisation 93% Durée de séjour en stabilisation (ménages sortis) 122 Nb ménages hébergés en places d'urgence 12 Nb. personnes hébergées en places d'urgence 27 Nb. ménages sortis 8 Nombre de nuitées en places d'urgence 2730 Taux remplissage en places d'urgence 125% Durée de séjour en places d'urgence (ménages sortis) 117 Flux selon le type d'hébergement Age des résidents 2011 2012 2013 2014 Moy. pondérée Personnes sorties 47 34 38 21 35 < 3 ans 25% 32% 34% 24% 29% 3-17 ans 32% 15% 26% 29% 26% 18-24 ans 9% 18% 8% 10% 11% 25-39 ans 28% 21% 16% 29% 23% 40-65 ans 6% 15% 16% 10% 11% > 65 ans 0% 0% 0% 0% 0% Etat civil 2011 2012 2013 2014 Moy. pondérée Personnes sorties 47 34 38 21 35 Hommes 2% 0% 0% 0% 1% Femmes 40% 53% 39% 48% 44% Enfants <18 ans 57% 47% 61% 52% 55% Nb % Nb % Nb % Nb % Nb % Isolé 2 11% 6 33% 2 13% 2 20% 3 19% Isolé +1 7 37% 8 44% 7 47% 6 60% 7 45% Isolé +2 8 42% 4 22% 4 27% 1 10% 4 27% Isolé +3 ou plus 1 5% 0 0% 2 13% 1 10% 1 6% Couple avec ou ss enfants 1 5% 0 0% 0 0% 0 0% 0 2% TOTAL 19 100% 18 100% 15 100% 10 100% 16 100% Sortis en 2014 Sortis en 2013 Sortis en 2011 Moy.Composition des ménages Sortis en 2012 Hébergement ou Logement 2011 2012 2013 2014 Moy. Nb. ménages sortis 19 18 15 10 23 Logement parc public 5% 0% 0% 0% 10% Logement parc privé ou logtn adapté 32% 50% 33% 40% 31% CHRS, centre maternel, struct. collective 16% 22% 27% 40% 24% Famille, amis, retour domicile 21% 22% 40% 10% 24% Autres (hôpital, maison retraite..) 26% 6% 0% 10% 11%
  6. 6. 6 autonomie, elle a été dirigée sur La Passerelle. Elle a développé de nombreux liens dans le village, comme en témoigne l’organisation du goûter solidaire en sa faveur le vendredi 13 mars 2015. Ses enfants suivent leur scolarité à Lézan, et elle apporte de temps à autre une aide bénévole à la bibliothèque. L’accueil est soutenu par une Allocation au Logement Temporaire, et dans certains cas par une prise en charge du Conseil Départemental. L’équipe socio-éducative de La Gerbe a été très présente pour les accompagnements, pour la mise à jour des papiers administratifs, et pour veiller à un suivi médical ou psychologique des situations. Plusieurs personnes de la paroisse ont rendu des visites ou des services aux familles accueillies. Fruits et légumes cultivés au jardin avec l’aide d’Alain Bourges ont bénéficié aux résidents, et à quelques enfants du centre aéré. B-3 Accueil de ressourcement 5 personnes seules et 2 mères avec 1 enfant sont venues en ressourcement pour, en moyenne, une semaine chacune. Certaines ont désiré des entretiens de relation d’aide (13 entretiens d’une heure), d’autres venaient pour un temps de repos, à l’écart. L’intégration avec les pensionnaires s’est bien passée et les enfants ont joué avec ceux qui sont accueillis. Plusieurs ont participé aux activités proposées dans les ateliers. Cette année, l’hébergement s’est effectué dans le studio d’accueil pour visiteurs « Le Pigeonnier » de la pension de famille car tous les appartements étaient occupés du côté de la Ferme. Quelques personnes ayant séjourné en ressourcement dans les années précédentes continuent des entretiens de relation d’aide (assurés par Ph. Fournier) en présence physique (8 heures en 2014) ou par téléphone (une vingtaine d’heures). C/ Aspects humains et financiers C-1 Accompagnement humain et psychologique Dans les situations que nous accueillons, la violence est le plus souvent présente dans le couple conjugal et en répercussion dans la famille. Les enfants sont donc victimes, souvent silencieuses mais partie prenante. A l’arrivée, la famille est en état de choc et des paroles vont se dire pour faire fuir le silence et sortir de l’isolement, aussi bien avec la mère qu’avec les enfants. Les paroles d’accueil sont là pour qu’ils entendent qu’ils ne sont pas seuls, que nous pouvons entendre l’horreur de leur quotidien et qu’il va être enfin possible d’en parler, quand ils le voudront et à leur rythme. Plusieurs espaces de parole sont proposés. -Des entretiens individuels ont lieu régulièrement au cours du séjour en s’adaptant au désir de la personne. -Un groupe de parole pour les femmes a lieu tous les 15 jours environ avec le psychologue Charles George: 19 séances autour des thèmes qui émergent du groupe comme histoire d’amour/histoire traumatique, la parole tue/la parole entendue, l’enfant et la figure paternelle, le temps de la colère/le temps du pardon, l’attente entre angoisse et espoir, fatalité/culpabilité, se trouver quand on s’est perdu…. -Les enfants sont vus ensuite avec la mère puis individuellement, temps de systèmie familiale et de parole personnelle. -Un groupe de parole pour les enfants a lieu aussi tous les 15 jours, animé par une bénévole, psychologue, formée par Mme Vasselier-Novelli. Des enfants du village y participent aussi et apprennent à dire leurs émotions, dans l’écoute bienveillante. La vie au gîte dans son quotidien est là aussi pour soigner doucement le choc traumatique, ramenant peu à peu chacun dans une réalité qui reste douloureuse mais avec un entourage qui apaise, écoute, ouvre à la bienveillance et entrouvre une fenêtre d’espérance. Chacun s’en saisira ou non. Mais une autre réalité que la violence est possible. C’est l’expérience qu’il est offert de vivre, même si elle est quelquefois mise à mal par le vécu
  7. 7. 7 en collectif, par les blessures qui ressurgissent en côtoyant les autres. Encore et toujours, un espace de réflexion est offert pour dire de quoi parlent nos réactions instinctives, parfois violentes qui viennent tout à coup nous rejoindre et brouiller la relation avec l’autre. Je te cherche Tu me cherches… On vient d’un même coin de planète Mais que se passe-t-il dans nos têtes Mémoire ravivée De vie parfois blessée Perception différente Font naître la tourmente Je te trouve Tu me trouves… Dans nos yeux des éclairs de souffrance Mêlés d’étincelles de violence… Mais que… ? Mais quoi ? Aaarrh ! Mais pourquoi ?... Ce jour-là deux cœurs en chagrin Ont besoin d’attention, de soin Pour déposer l’émotion Trouver la paix du pardon Guylaine C-2 Equipe Salariés : L’équipe est stable avec - 2 salariées à temps plein: Marie Kotian (TESF) et Priscille Quintin (maîtresse de maison). - 3 salariées à temps partiel: Nathalie Portalès travaille spécifiquement le soutien à la parentalité, tandis que Claire Basile et Charlène Dumas (en CDD) se partagent entre l’aspect hôtelier et le soutien aux mères et aux enfants. Charlène Dumas a été apprentie TESF puis recrutée à mi-temps en CDD au niveau BTS depuis septembre. Elle s’occupe également d’un atelier pour les enfants en âge scolaire. - Timothée Adjouadi est en emploi d’avenir depuis septembre 2013. Il partage son temps sur la Ferme Claris et la Pension comme ouvrier polyvalent d’entretien du bâtiment. - Martine Fournier est en charge de la direction. Stagiaires Joy Martens, stagiaire diététicienne. Manon Gibert puis Mélanie Torregrossa, stagiaires BTS ESF 2éme année. Isabelle Regard, stagiaire maitresse de maison. Formations : 2 personnes ont suivi la formation de Mme Vasselier-Novelli sur l’entretien et l’écoute des personnes victimes de violence. Formation de 2 jours, avec retransmission des éléments essentiels à l’équipe. En supervision interne, la psychothérapeute Marlène Escoffier a approfondi la théorie de l’attachement car en analyse de la pratique cette question est récurrente. Charlène Dumas a commencé sa formation BAFA Timothée Ajouadi a obtenu son examen comme ouvrier polyvalent du bâtiment. Il a suivi les cours en alternance à l’AFPA. C-3 Relation partenariale Philippe Fournier a continué de s’impliquer à RESEDA dans le groupe de travail sur les violences faites aux femmes, qui a développé particulièrement la sensibilisation à la prise en compte des enfants dans ces situations. Il fait partie du comité de pilotage qui a mis en place plusieurs formations au cours de l’année et il est identifié au sein d’un
  8. 8. 8 groupe de « ressources » (encore informel) qui répond à des sollicitations de différents acteurs (association de quartiers, médecins…). La directrice Martine Fournier est régulièrement sollicitée par la municipalité pour participer aux réunions du CCAS lorsqu’il s’agit de définir des réponses adaptées à certaines demandes qui lui sont adressées. Témoignage / Flash Pour ce qui me concerne cela fait maintenant un peu plus de 4 ans que je me déplace à la Ferme Claris pour la comptabilité, et en effet l’entraide et la solidarité qui sont présentes au sein de l’établissement me touchent beaucoup. Un fait qui m’a marqué, c’est de voir que certains résidents de la Ferme Claris, après quelque temps d’hébergement, se sont installés dans la Maison d’à Côté et ont évolué en terme d’autonomie. J’apprécie énormément l’action qui est menée et je suis contente de travailler à vos côtés. A très bientôt, Fadime. C-4 Budget Le montant total des charges de 251 673 € est très proche du montant de 255 801 € prévu au budget prévisionnel. Les contributions volontaires, qui représentent près de 30 % de ce montant, correspondent aux denrées reçues de la banque alimentaire, aux dépenses faites par les bénévoles et dont ils ne demandent pas le remboursement, et à la contrevaleur du temps qu’ils offrent à l’association. Les frais de personnel représentent 43 % du total (61 % des dépenses réelles en €uros). Parmi les dépenses spécifiques de l’année on peut noter la réfection du coin cuisine d’un des studios, la mise en place d’une isolation performante sous toiture d’un des deux bâtiments, la remise à neuf de la terrasse bois de jardin, l’achat de matériel photo et de vidéo-projection. Côté ressources, le montant constaté de 194 644 € dépasse la prévision de 10 605 €, essentiellement du fait de la difficulté à prévoir le montant annuel des prises en charges qui sont accordées par le Conseil Départemental en fonction des situations des familles accueillies. Cette fluctuation reste dans la variation constatée d’une année à l’autre. A signaler également l’obtention d’une prime de 1 000 € accordée par la Région pour l’emploi d’une jeune en apprentissage. L’excédent constaté par rapport aux charges permet de proposer une réserve de compensation pour les années à venir et une attribution pour des travaux de rénovation pour 2015 (voir ci-dessous). D/ Projets -Remplacement des véhicules La R5 nous accompagne aux rendez-vous et aux courses, et même en balade, depuis 15 ans. Elle a perdu son éclat de jeunesse et surtout ne répond plus aux normes de sécurité. Alors nous lui dirons « Adieu », début 2015. Elle sera remplacée par une Kangoo. 65,5% 1,0% 1,1% 5,1% 27,3% Produits Héberg. : réalisé 2014 Subventions Participation bénéf. Dons Divers Contrib. Volont. 8,6% 9,8% 43,1% 6,9% 2,5% 29,1% Charges Héberg. Réalisé2014 Achats Services Personnel et formation Amortissements Taxes, intérêts, divers Contribut. Volont.
  9. 9. 9 Le Jumpy a 6 ans, il est temps avant qu’il ne soit plus coté. Nous reprendrons un Jumpy qui est son clone, mais cette fois nous optons pour la climatisation. Les enfants et leur confort en été prévalent sur nos hésitations d’ordre écologique. Il sera là en mars 2015. Il faudra également penser à acheter de nouveaux vélos. -Aménagement et réfexion du studio du « chemin des vignes ». Nous proposerons une rénovation du studio du « chemin des vignes », avec remplacement de la fenêtre, peinture des murs et révision de la salle de bain et son aération. -Jardin Nous proposons un aménagement de la cour qui a de nombreuses ornières, ainsi qu’un apport de bonne terre pour les espaces verts car ils sont envahis de mousse et très glissants et spongieux en temps de pluie. -Le projet d’établissement Un travail spécifique a été réalisé pour dresser les caractères particuliers de l’accompagnement des femmes victimes de violences et avoir à disposition un document simple qui serve de référence pour le travail, comme un rappel des éléments spécifiques à cet accompagnement (cf. annexe). Il sera inclus dans le projet d’établissement qui reste un document plus conséquent et ambitieux qui nous demande encore du travail et certainement un temps spécifique à sa finalisation sera nécessaire.
  10. 10. 10 Chapitre 1 ACCUEIL HEBERGEMENT LOGEMENT 1-2 Logement en pension de famille A/ Objectif et contexte La Maison d’à Côté est une pension de famille à caractère semi communautaire. Le SIAO gère le flux et l’orientation des demandes au niveau départemental, la structure offrant un entretien d’admission et ayant la possibilité d’accueillir ou de refuser une demande. La pension propose des logements privés et offre des espaces communs dans une grande maison de village. L’objectif majeur est de permettre à ses résidents de bénéficier de temps et de soutien afin de renouer progressivement une relation avec les autres et de réintégrer une vie sociale. Les résidents sont dans une situation sociale et psychologique souvent fragile (isolement social, familial, maladie, minima sociaux). Vivre dans un logement autonome peut contribuer à creuser cette fragilité et entraîner de graves conséquences. La pension de famille offre du logement accompagné et participe donc au maintien à domicile. La pension de famille a signé une convention qui permet aux résidents de percevoir l’APL (spécifique résidence sociale). Elle est directement versée à l’association pour le paiement de ce que l’on appelle la redevance (part de loyer, charges eau, électricité et chauffage). Les résidents versent ensuite le résiduel. Lors de la remise des clefs de leur logement, les résidents signent un « titre d’occupation » qui est renouvelable tacitement chaque mois. Au préalable, ils ont eu connaissance et ont accepté la charte de vie de la pension. B/ Faits marquants 2014 B-1 Résidents Depuis l’ouverture encore récente de la pension en décembre 2012, l’attribution des logements a été très progressive. La pension a aussi vécu 2 départs en 2013. Fin 2013, deux logements restaient à occuper. Une résidente est arrivée en avril et une autre résidente avec sa fille en mai (appartement famille monoparentale). Origine des demandes des résidents :  1 résident par un organisme de tutelle,  3 résidents par des services sociaux hospitaliers,  1 résidente par le Centre Médico-Social  2 résidentes par la Ferme Claris. En 2014, tous les logements ont été occupés.
  11. 11. 11 Profil des résidents fin 2014 : Il est important de rappeler qu’il s’agit d’un logement durable qui permet aux résidents de se poser et de prendre le temps pour se reconstruire. Les résidents sont chez eux, à la différence de l’hébergement de la Ferme Claris. B-2 Vie de la pension La vie semi communautaire crée forcément des liens entre les uns et les autres et contribue à rompre la solitude. Parvenir à vivre ensemble, à se respecter, à s’adapter au fonctionnement de la maison est un défi de chaque jour. Les ateliers proposés par l’Espace de Vie Sociale, la Table Solidaire offrent aux résidents la possibilité de développer leurs talents et de partager leur savoir faire et contribuent à leur bien-être. Des sorties sont organisées tout au long de l’année (bowling, restaurant, cinéma, mer) ainsi que quelques sorties inter-pensions (visites du musée du désert et du parc ornithologique). Plusieurs résidents se sont inscrits sur les listes électorales et ont pu voter pour l’élection municipale de 2014, un geste qu’ils n’avaient pas accompli depuis longtemps. La plupart des résidents ont besoin d’un rythme tranquille et routinier. Ils apprécient les moments simples d’échange autour d’une tasse de café, d’un jeu de société. Les rituels hebdomadaires sont des repères et permettent de rythmer la semaine : la réunion du lundi matin, les repas communs, les courses, le passage des infirmières, les rendez-vous médicaux, les repas du week-end à la Ferme Claris… Quelques récits de vie : Une résidente a suivi un chantier d’insertion tout au long de cette année qui a ensuite débouché vers une formation d’accompagnement des personnes âgées. Un résident, ayant connu plusieurs séjours en hôpital psychiatrique s’éveille peu à peu à la relation, il apprécie la compagnie et ne se replie plus seul chez lui toute la journée. Il participe à la vie de la maison. Nous avons entamé des démarches d’accompagnement vers l’emploi pour un résident demandeur en situation de handicap physique. Cependant, d’autres problèmes de santé se sont accru ce qui n’a pas permis de poursuivre la piste emploi. Une autre résidente pour qui la pension de famille est un lieu d’autoprotection nous dit un jour : « si je pars d’ici, je retombe ». B-3 Relations partenariales Nous travaillons en collaboration avec divers partenaires, ce qui favorise l’accompagnement global des résidents. Nous avons des échanges avec les services médicaux (CMP, hôpitaux et cliniques, infirmières libérales, médecin du village), le Centre Médico-social et des services tutélaires. Nous continuons d’avoir contact avec les hôtes des pensions de familles du département. Deux réunions inter-hôtes ont été organisées : l’une en mars à la Maison d’à Côté de Lézan sur le thème de l’hygiène, et l’autre à la pension de famille de Bagnols-sur-Cèze en octobre sur le thème de la dynamique des résidents. 0 1 2 3 4 5 6 7 fam ille m onoparentalehom m e seulfem m e seule AAH RSA Autre M oins de 20 ans20 -30 ans30 -40 ans50 -60 ans Tutelle/curatelleCM P,C ATTP
  12. 12. 12 En 2014… Notre adhésion à l’Union des Lieux à vivre nous permet d’intégrer un réseau dont l’éthique correspond à nos valeurs et à notre fonctionnement. Cette adhésion concerne notre pôle hébergement (Ferme Claris) et notre pôle logement (Maison d’à Côté). Deux rencontres ont eu lieu à Aubagne sur le site de « Vogue la Galère » et à la communauté de La Celle (Roquedur). Diverses thématiques ont été abordées, le groupe travaille sur un projet de reconnaissance de ce type d’accueil (pas de limite de durée, et insertion sociale par l’activité) du point de vue légal. Nous faisons partie d’un groupe de sept associations Hébergement-Logement-Insertion de l’arc méditerranéen, adhérentes à la Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) qui s’étaient associées pour un stand commun lors de Protestants en Fête (septembre 2013). Elles se sont à nouveau réunies cette année. Les Journées Nationales de la FEP ont eu lieu à Nîmes en avril sur le thème « Grâce à la crise, refonder l’action ». A cette occasion, nous avons travaillé sur une présentation de notre groupe d’associations ainsi que sur l’organisation de l’animation d’un atelier auxquels les participants s’inscrivaient au préalable. C/ Aspects financiers et humains C-1 Résultat d’exploitation Le budget des dépenses de l’année pour la Maison d’à Côté s’élève à 104 352€ pour une recette de 103 353 €, ce qui représente un déséquilibre de 999 € (soit 1% du total). Si nous prenons en compte les contributions volontaires (valeur du bénévolat, renoncement au remboursement des frais kilométriques et les dons en nature de la banque alimentaire), nous ajoutons 13 312 € au budget de la Maison d’à Côté. Nous obtenons donc un total de 117 664 € (dépenses) et de 116 665 € (recettes). Ce budget a suivi la prévision votée en avril 2014 à 2000 € près. Ravalement de la façade en mars Finalité de l’accès handicapé : pose d’une terrasse en bois en avril Adhésion de La Gerbe Lézan à l’Union des Lieux à Vivre e (Annexe) 2 Rencontre inter lieux à vivre (Vogue La Galère et La Celle) Activités productives : Vide Grenier lors de la Fête Claris en juin et Bourse aux jouets en décembre, confection de cartes message en bois Appartement de Tourisme Solidaire : moins de vacanciers avec 11 personnes (soit 6 couples dont 2 avec enfant et 1 personne seule). En tout 4 semaines d’occupation. Table Solidaire : les repas proposés les jeudi midi ont concerné 32 personnes soit 51 participations 2 stagiaires (Sophie Camacho en formation CESF octobre à décembre et Sabrina Pascual 1 semaine) Participation aux 4 tables rondes ADRH (Accompagnement Diversité Réhabilitation Handicap) Thème : Le handicap psychique, pour un accompagnement global de la personne entre soins et insertion Création d’un « flyer » pour la pension de famille
  13. 13. 13 Du côté des dépenses, l’amortissement a été légèrement plus élevé car il a inclus le ravalement de la façade. Par ailleurs, les intérêts d’emprunt sont plus faibles, le taux du livret A étant très bas. Dans les dépenses diverses, à noter une part de l’impression de l’album « Fleur de Mots » (voir chapitre 2-1). Côté recettes, la participation des résidents et la subvention du Conseil Départemental sont plus élevées que notre prévision prudente, car les appartements ont finalement tous été occupés dans l’année (même si ce fut progressif), notamment l’appartement pour famille monoparentale. De ce fait nous avons eu besoin d’un montant un peu plus faible de dons pour équilibrer le budget (7,3 % contre 18 % en 2013), et ce même si les recettes de l’appartement solidaire sont moins importantes que prévu car nous avons eu moins de touristes cette année. Le budget de la pension s’équilibre donc davantage. Une étude plus précise des chiffres montre que les amortissements et les intérêts d'emprunts sont couverts par les redevances et le tourisme solidaire, ce qui est cohérent avec l'esprit d'un tel projet, tandis que les subventions, dons et recettes diverses couvrent les salaires et les dépenses de fonctionnement. C-2 La mission des employées Les employés représentent 1,71 ETP : 1,25 ETP permanent et 0,46 ETP en CDD (Timothée Adjouadi, jeune en Emploi d’Avenir, intervient sur la pension dans l’entretien régulier du bâtiment et du jardin). La directrice supervise l’équipe quotidiennement. A cela s’ajoute 0,44 ETP qui correspond à un pourcentage du temps passé par les bénévoles lors des week-ends. La mission des deux hôtes Sara Poungoué et Janny Maurin est d’accueillir, d’être à l’écoute, de soutenir les résidents, de rythmer le quotidien. Elles interviennent sur les plans hôteliers, animation et accompagnement social. Elles effectuent des visites dans les appartements. C’est l’occasion de faire le point avec les résidents quant à leur vécu, leurs projets, leurs idées, leurs besoins et les constats et de vérifier avec eux le bon fonctionnement de leur appartement. Les résidents sont régulièrement accompagnés sur les questions administratives, d’emploi et de santé. D/ Projets Le projet de réaménagement de la cour de la pension qui devait démarrer en 2014 débutera finalement au début de l’année 2015 (aménagement des espaces verts existants, amélioration de l’abri de jardin, construction des bacs de jardin). Continuité des actions d’autofinancement afin d’organiser un séjour à la mer pour les résidents qui le souhaitent. Nous développerons l’information concernant l’appartement de tourisme solidaire via Internet, et ferons mieux connaître la table solidaire. Nous participerons au prochain festival « C’est pas du luxe » qui réunit, sous l’égide de la Fondation Abbé Pierre, les pensions de familles de France autour de leurs initiatives artistiques.
  14. 14. 14 Chapitre 1 ACCUEIL HEBERGEMENT LOGEMENT 1-3 Initiative de logement solidaire A/ Objectif et contexte La Gerbe souhaite contribuer sur le territoire à l’offre de logements rénovés et économes en termes de consommation énergétique. Ce projet des « Etoiles » mobilisera des ressources immobilières non utilisées en zone rurale, à travers une mise à disposition (bail emphytéotique), et impliquera : - La réhabilitation de petits ensembles de quelques appartements créés dans une maison ou un mas, permettant de réserver également des espaces de rencontres intérieurs (salon ou tisanerie, voire buanderie commune) et si possible extérieurs (jardin, atelier). - Le logement de personnes ayant des parcours de vie dissemblables, ayant des situations variées (mixité sociale), et représentant la dimension intergénérationnelle. Le projet avait déjà été validé par les instances de l’association (CA, AG), mais sa mise en œuvre a été retardée pour des questions administratives B/ Faits marquants 2014 B-1 Extension de La Passerelle à Lézan Il s’agit ici de créer un studio réservé au logement durable, et qui viendra s’adjoindre à la partie de cette maison du village qui est consacrée à l’hébergement en parcours d’autonomie (chapitre 1-1). Les plans ont été établis par Jean-Luc Portalès, ingénieur conseil en rénovation partenaire de La Gerbe, et des devis ont déjà été demandés et obtenus auprès de plusieurs entreprises (total du projet environ 65 000 €). Une demande de subvention a été déposée lors de l’appel à projets du ministère du logement (juillet 2014) qui vise à créer des ensembles de taille modeste en mixité sociale. L’accord a été obtenu par arrêté préfectoral en décembre 2014. Toutefois la disposition juridique du bien n’est pas encore acquise définitivement du fait de délais dans la signature d’une donation préalable de l’Eglise Protestante (propriétaire actuelle) à une fondation habilitée à nous signer un bail emphytéotique en vue de logement social. B-2 Le mas Latour Un propriétaire privé a proposé à l’association la reprise d’un grand mas situé à Molières-Cavaillac (près du Vigan) dans lequel seront créés 8 logements. Par ailleurs ce bien offre la possibilité d’ateliers et locaux communs, ainsi qu’un espace agricole de 4,5 ha. De nombreuses visites sur place ont été effectuées pour dresser les plans avec
  15. 15. 15 l’architecte Joëlle Pons et Jean-Luc Portalès. Le chiffrage complet de la rénovation a été établi (environ 670 000 €). Une étude détaillée a été conduite en lien avec la chambre de commerce et d’industrie (Gard-Lozère, filière Bois) pour prévoir l’installation d’un chauffage central à chaudière bois subventionnée par l’ADEME. Un dossier de demande de subvention pour la réhabilitation globale a été déposé au même appel d’offres du Ministère du Logement que pour La Passerelle. L’accord a également été obtenu en fin d’année. Toutefois les contacts établis avec les collectivités publiques (mairie, communauté de communes du Pays Viganais) ont fait apparaître en cours d’année 2014 que celles- ci souhaitaient maintenant réserver cet espace de la plaine de Cavaillac pour une zone d’activité économique. Plusieurs réunions ont été nécessaires pour que le projet de La Gerbe soit maintenu sur ce terrain, et en fin d’année 2014 la communauté a permis que La Gerbe conduise, en lien avec les acteurs territoriaux de l’OCAGER (opération concertée d’aménagement et de gestion des espaces ruraux), une étude d’expertise agricole pour la valorisation du terrain autour du mas. Cette étude a permis d’identifier plusieurs exploitants agricoles qui cherchent à s’installer dans le secteur avec des projets pertinents pour ce terrain. D/ Projets Pour les deux projets ci-dessus, les demandes de subventions aux Conseils Départemental et Régional devront être finalisées, ainsi qu’auprès de la Fondation Abbé Pierre. Dans le cas du mas Latour, d’autres financements complémentaires devront être recherchés. La Passerelle : si la signature du bail intervient avant la mi-année, les travaux pourraient débuter en septembre et dureront probablement 4 à 6 mois. Ils associeront entreprises, bénévoles et personnel qualifié de La Gerbe en rénovation. La paroisse, qui est à l’origine de cette donation, sera associée aux différentes étapes du projet. Le mas Latour à Molières-Cavaillac : les discussions en cours avec la communauté de communes devraient permettre d’aboutir au maintien d’une surface exploitable suffisante autour du mas. Ces négociations devront prendre en compte les questions des nuisances sonores apportées par l’installation d’entreprises à proximité. Une fois cet accord obtenu, la signature du bail pourrait permettre de lancer une mise en concurrence d’entreprises en fin d’année. Les travaux dureront plus d’un an. L’association approfondira les contacts avec les associations d’entraide sociale présentes sur ce territoire (Le Vigan Interaide, Association Educative du Mas Cavaillac), ainsi que la chambre d’agriculture (étude sur les ressources en eau), mais également les communautés chrétiennes (partenariats sur le fonctionnement de la maison). L’association restera attentive à identifier un porteur du projet de solidarité qui pourrait représenter La Gerbe et vivre sur place. Scierie Canalisation eaux usées 2 puits Rivière Coudoulous Mas Latour et ses dépendances D999 Négociation avec la CC
  16. 16. 16 Chapitre 2 ESPACE DE VIE SOCIALE 2-1 Développement personnel et lien social A/ Objectifs et contexte L’Espace de Vie Sociale (EVS) réunit toutes les actions de développement personnel et de lien social proposées à la Ferme Claris depuis plusieurs années, parmi lesquelles nous retrouvons le soutien à la parentalité et l’accompagnement à la scolarité (présentés ci-après). Ces ateliers sont ouverts tant aux villageois qu’aux résidents de la Ferme Claris et la pension de famille. A-1 Finalités Finalité des actions Objectifs généraux Fraternité Renforcer les liens sociaux et familiaux Solidarité Estomper/effacer la peur de l’autre, de l’inconnu Epanouissement personnel Susciter et renforcer la solidarité de voisinage Citoyenneté Favoriser la vie en collectivité Encourager à la participation et à l’expression A-2 Types d’ateliers Ateliers de découverte et de reconquête de soi : poterie, couture, patchwork, informatique, balade, atelier d’écriture, chant. Soutien à la parentalité : Mamans Kangourous, Coup de Pouce, Groupe de parole pour enfants. Accompagnement à la scolarité : Coup de Pouce (Ronde des étoiles, Soutien Scolaire, Copains des arts, Conte, Mille couleurs (2014-15). Ateliers de la Vie quotidienne : Budget, Tri sélectif, Ecogestes. Donner de soi : Ateliers cuisine, tri du linge, citoyenneté. Moments festifs : Kermesse, « Fête Claris », autres fêtes ponctuelles. A-3 Un lieu à vivre L’Espace de Vie Sociale se veut un lieu à vivre, où chacun avance à son rythme, vient chercher ce dont il a besoin et prend sa place dans le groupe. L’EVS doit permettre à chacun de s’exprimer, de concevoir et de réaliser ses projets, afin de devenir acteur et auteur de ses propres choix de vie. Les caractéristiques d’un lieu à vivre tel que celui de La Gerbe sont rappelées en annexe. Les résidentes de la Ferme Claris (hébergement) ont parfois des difficultés à sortir de la structure, éprouvent une peur de la rencontre avec des inconnus. Le lien social va leur permettre de se relier au présent et au réel. Les résidents de la Maison d’à Côté (pension de famille) ont souvent passé beaucoup de temps de solitude, en errance ou à l’hôpital. Pour eux, la relation à l’autre ne semble pas un besoin essentiel, et pourtant ! Et les villageois, des personnes seules ou en famille, ont parfois besoin de (re)créer du lien social, ou juste apporter leur contribution à la dynamique des ateliers proposés dans l’EVS… enfants, adultes de tous âges… … toutes ces personnes se retrouvent au cours d’un atelier, se « font ensemble » ou font quelque chose ensemble, sans savoir qui vient d’où. Toutes prennent plaisir à apprendre et à partager avec d’autres qu’elles ne rencontreraient pas ailleurs.
  17. 17. 17 B/ Faits marquants 2014 B-1 Chiffres de participation L’EVS a concerné globalement 80 familles, de façon ponctuelle ou régulière, soit environ 150 personnes de tous âges et de toutes provenances. De façon générale, la fréquentation des ateliers (cf. annexes) est régulière par rapport à l’année 2013. Toutefois, suite à la réforme des rythmes scolaires en vigueur depuis septembre, le changement des horaires de l’école oblige les mamans à quitter l’atelier de l’après-midi de façon précoce, ce qui limite l’investissement et la création. Le jeudi, Charlène Dumas, en charge des « Mille Couleurs », va chercher les enfants à l’école, ce qui laisse du temps aux mères pour finir l’atelier. Concernant la parentalité, ce que nous appelons les « bulles d’air » (garde ponctuelle des enfants à la demande des mères) ne sont plus comptabilisées, vu leur nombre important au cours des journées. Le nombre d’ateliers de « vie quotidienne » a baissé : en effet, ces ateliers sont proposés selon le besoin du groupe ou lorsque le groupe change. B-2 Quelques points forts de l’année En avril, deux professeurs du lycée Jacques Prévert de St-Christol-lez-Alès nous ont contactés pour nous faire part de leur projet « COMENIUS », dont le thème était « Ecole conviviale et service solidaire ». Leur désir était qu’une association locale ayant des actions de solidarité puisse intervenir dans une classe pour expliquer aux élèves le travail réalisé. Charlène Dumas et Marie Kotian sont donc allées présenter « le tri du linge », expliquant bien l’intérêt solidaire local et ailleurs dans le monde. En vue de ce moment, les élèves s’étaient préparés : ils avaient récolté dans le lycée deux caisses pleines de vêtements, en 24h de temps. La rencontre s’est terminée par un petit « tri du linge » au bénéfice de l’association FOI, notre partenaire autour de cette action. Le retour des lycéens a été très positif, plusieurs ont même manifesté le désir de continuer ce tri du linge dans la structure ! La Kermesse organisée en fin d’année scolaire en partenariat avec le centre de loisirs de Lézan a accueilli une soixantaine d’enfants : tir au plouf, chamboule tout, course d’échasses… petits et grands enfants se sont bien amusés ! Les stands ont été animés par les animateurs du centre de loisirs, les employés, bénévoles et résidents de la Ferme Claris et Maison d’à Côté, les quelques parents présents aidant également si besoin. La fête Claris au mois de juin a accueilli toute la journée les amis, sympathisants, participants aux activités, bénévoles et intervenants… un vide grenier à la Maison d’à Côté, et des ateliers à la Ferme Claris : poterie, dessin, piscine, jeux divers, maquillage, déguisement… une rencontre intergénérationnelle conviviale et paisible… ! Les résidents et pensionnaires ont tenu les stands avec persévérance. « Fleurs de mots ». C’est le titre du nouveau recueil des textes surgis de l'atelier d'écriture animé par Colette Compan, accompagnés des photos d’Aline Cholet. Le climat de confiance qui se crée lors de l’atelier permet de lâcher prise, se donner le plaisir d'inventer, se laisser surprendre par les mots, les phrases qui naissent : une parole retrouvée pour celles et ceux que la vie avait pour un temps rendus silencieux. Bravo à tous les participants, petits et grands, d’ici et d’ailleurs… !
  18. 18. 18 En novembre nous avons organisé une réunion de concertation, invitant les participants plus ou moins réguliers à l’espace de vie sociale. Chacun a pu partager ses ressentis et expériences, et apporter ses idées, même les plus petits ! Témoignages / Flash Bonjour, La Vie, La Vraie, La Ferme Claris ! Un jour d'anniversaire, un bon goûter, un foot de rue dans la cour, enfants, adultes, amis, travailleurs sociaux, stagiaires et bénévoles, tout le monde partage un bon moment et s'amuse dans ce petit coin de paradis secret. Aurélie Cours de Maths : J'ai trouvé un site avec des exercices. J'en ai fait 2 et puis j'ai buté. J'ai recommencé et recommencé mais je n'y arrivais pas. J'ai regardé la réponse. Je vous attendais. Ça y est j'ai compris pourquoi je faisais toujours la même erreur. Meyliss -19 ans Pour trouver la valeur en euros de l'argent dans mon pays, j'ai bien la calculatrice mais il y a trop de zéros. Je ne sais pas ce que ça veut dire. On apprend toutes les 2. C'est super. A très bientôt Mauricia -21 ans C/ Aspects financiers et humains C- 1 Des professionnels, des bénévoles, des stagiaires La plupart des ateliers sont animés par des bénévoles qualifiés. Pour leur investissement et leur bonne volonté, nous remercions Yvette Chazot pour le patchwork, Marie-Claire Vitart pour le chant, Monique Cazalet pour la balade, Colette Compan pour l’atelier d’écriture et le CLAS, Aurélie Balard et Mylène Maurin pour le CLAS (Copain des Arts), Martine Fossat pour le soutien au français adulte et le CLAS, Françoise Arsac pour le groupe de parole enfants et les mamans kangourous, Jean- Marie Poulhès et Isabelle Passeneau pour l’informatique, Marie-Jeanne Bergerat pour le soutien en mathématiques. Un grand merci à Guylaine et son ordinateur pour la communication et la tenue du blog, très vivant et « à jour ». Nous pouvons aussi compter sur le dévouement des deux couturières Sophie Besset et Annie Bonnet et du potier Éric Hengl, tous trois intervenants professionnels dans la structure depuis de nombreuses années. C-2 Financement L’Espace de Vie Sociale peut porter ce terme officiel depuis juillet 2014 ! Le projet de reconnaissance d’un EVS a été porté par Philippe Fournier et Marie Kotian, il est financé par la Prestation de Service d’Animation Locale (PSAL), un dispositif de la CAF. 31,3% 1,6%23,4% 2,5% 41,2% Produits Prév. EVS 2014 Subventions Participation bénéf. Dons Divers Contrib. Volont. 23,0% 2,2% 31,8% 3,0% 39,5% Produits Réal. EVS 2014 Subventions Participation bénéf. Dons Divers Contrib. Volont.
  19. 19. 19 La différence entre le prévisionnel 2014 (58 757 € de produits) et le réalisé (48 685 €) vient du fait qu’au début 2014 nous ne connaissions pas le montant réel de la subvention qui pourrait nous être accordée, car la constitution de notre dossier avait pris du retard. En fait nous avons reçu une subvention partielle en fin d’année. Pour assurer l’équilibre, nous avons en conséquence affecté à l’EVS une part plus importante des dons reçus par l’association et avons ajusté les charges, entre autres la quote-part des dépenses du personnel affecté à cette action. A ces chiffres correspondant aux flux réels s’ajoutent les contributions volontaires (essentiellement le bénévolat) dont la contre-valeur s’élève à 35 623 €. Les pourcentages de ventilation des dépenses présentés ci-dessus correspondent donc à la globalité du projet (84 751 € pour la somme des charges en euros ou contre-valeur). D/ Projets A la suite de la réunion de concertation (Cf. B-2) il a été décidé d’organiser un « atelier événement » tous les deux mois : comme un atelier d’échange de savoirs et savoir-faire, chacun pourrait proposer une activité qu’il maîtrise et qu’il a envie de partager avec d’autres. Pour permettre l’ouverture aux villageois qui travaillent la semaine, cet atelier aura lieu le samedi matin. A travers l’EVS nous souhaitons développer la contribution des bénéficiaires pour le déroulement des ateliers mais aussi pour l’élaboration de ces derniers, et pourquoi pas, un jour, pour l’animation elle-même ! Témoignage de Marie Selon la demande et/ou le besoin, j’accompagne les résidentes dans la gestion de leur budget, sous forme d’entretiens individuels. Les entretiens peuvent être ponctuels pour un état des lieux ou une estimation du budget, ou bien ils peuvent demander un suivi de courte ou longue durée. En 2014, 7 personnes ont été accompagnées dont 4 ont bénéficié d’un suivi régulier, à raison d’au moins un entretien hebdomadaire. Parmi ces 4, Clara qui, au début, ne semblait pas du tout intéressée par nos entretiens. Elle était pressée, riait beaucoup, ne mettait aucune bonne volonté à travailler à son budget. Après son déménagement, je me suis retrouvée à trier plusieurs de ses cabas remplis de papiers en tout genre : factures diverses (acquittées ou non), lettres d’huissiers, notes et photos personnelles, contrats d’abonnement téléphonique, prospectus… le tout saupoudré de miettes de tabac et d’urine de chat. Après deux semaines de tri et d’appels aux différents créanciers, j’ai annoncé à Clara qu’elle devait la somme d’environ 7500 € à divers organismes : hôpital, assurances, électricité, agence immobilière… Clara a ri un peu, puis a cessé. Là, c’était sérieux. Si le réflexe de bon nombre de personnes que j’accompagne au budget est de dire « Est-ce qu’on ne pourrait pas faire un dossier de surendettement ? », Clara, qui pourtant connaissait cette procédure, a dit « Et bien je vais les rembourser, mais je ne peux pas tout payer d’un coup ! » Il était certain que Clara ne pouvait pas tout rembourser, et sa future tutrice, nommée quelques mois plus tard, allait très certainement proposer un dossier de surendettement… Mais quelle joie de voir enfin quelqu’un prendre ses responsabilités ! Après cela, nous avons eu des entretiens deux à trois fois par semaine, pour un suivi de budget très exigeant. A chaque début de mois, Clara regardait le tableau dans lequel j’avais détaillé ses dettes, elle choisissait une, deux ou trois créances à rembourser, et on envoyait un chèque. Elle s’est vivement intéressée à son budget, me laissant d’abord faire les comptes, puis, peu à peu, faisant elle-même. Après plusieurs mois, Clara est partie de la Ferme Claris en sachant remplir ses tableaux de comptes, qu’elle a installés sur son Netbook acheté tout exprès, et elle a déjà remboursé 1724 € de dettes. J’étais fière d’elle. Elle aussi était fière d’elle-même. 3,8% 5,8% 47,3% 3,8% 39,3% Charges Réal. EVS 2014 Achats Services Personnel et formation Taxes, intérêts, divers Contribut. Volont. 1,2% 5,3% 49,2% 3,0% 41,2% Charges Prév. EVS 2014 Achats Services Personnel et formation Taxes, intérêts, divers Contribut. Volont.
  20. 20. 20 Chapitre 2 ESPACE DE VIE SOCIALE 2-3 Accompagnement à la scolarité Le « Coup de Pouce » A/ Objectif et contexte de l’action Le Coup de Pouce est un projet d’accompagnement à la scolarité pour les enfants accueillis à la Ferme Claris, ainsi que ceux du village ; l’accompagnement se fait en relation étroite avec les parents qui sont encouragés et soutenus tout au long de l’année dans leurs responsabilités éducatives. A-1 Objectifs Concernant l’enfant Concernant le(s) parent(s)  L’ouvrir au monde culturel ; Développer la créativité, l’imagination ;  Développer l’estime de soi et la confiance en soi, la concentration ;  Développer les notions de respect et d’écoute de soi, de l’autre ;  Rompre les blocages ou craintes que peut provoquer le groupe chez certains enfants ;  Accepter l’autre avec sa différence ;  Permettre l’expression, qu’elle soit de façon orale, écrite ou artistique.  L’associer aux activités extra scolaires de son enfant ;  Encourager son intérêt à la scolarité de son enfant ;  Soutenir la relation parent- enfant. A-2 Types d’ateliers Le Coup de Pouce se compose de 4 ateliers : La ronde des étoiles, atelier d’expression orale ; Copains des arts, atelier d’expression artistique ; le soutien scolaire, atelier d’apports méthodologiques ; le conte, un moment convivial réunissant petits et grands autour d’une histoire contée. B/ Faits marquants1 B-1 La ronde des étoiles Cette année, seuls deux garçons ont participé au premier trimestre, le reste de l’année le groupe n’était composé que de filles. Les enfants ont été force de proposition dans l’interprétation et la mise en place des scénettes. L’ambiance et l’entente dans le groupe a été plutôt bonne malgré l’excitation de fin de journée lors des séances. Lors du premier trimestre, la représentation était sur le thème de Noël, les enfants ont proposé de jouer une scénette écrite par eux-mêmes : « Les reines mages » (et non pas « les rois mages »). Les enfants se sont amusés et ont fait preuve de courage devant un large public ! Lors du second trimestre, la scénette proposée par Colette était sur le thème de la persévérance. Après la représentation, une enfant a pris la décision de ne plus participer à l’atelier. Pourtant, au retour des vacances scolaires, elle est revenue pour s’engager à nouveau pour le dernier trimestre en disant : « J’ai choisi de persévérer » ! 1 Le Coup de pouce est décrit sur l’année scolaire, de septembre 2013 à juin 2014
  21. 21. 21 Les parents des enfants accompagnés dans cette action ont été très présents, et pour la première année, deux pères se sont investis autant que les mamans, en communiquant avec les animateurs et en assistant aux représentations. B-2 Copains des arts Avec en moyenne 13 enfants inscrits chaque trimestre, cette année 2013-2014 fut une année de grandes créations ! De 6 à 12 ans, les enfants ont dessiné, peint, découpé, collé… Les jeunes collégiens, des copains des arts depuis plusieurs années, ont aidé les petits, tout juste entrés au CP et découvrant l’atelier, mais ont montré quelque ennui lors du « travail » demandé, adapté aux 6-10 ans mais trop simple et/ou trop répétitif pour les plus grands ! D’eux-mêmes ils ont choisi de ne plus participer à l’atelier à partir du 3 ème trimestre. Après cette observation, il a été décidé de n’ouvrir l’atelier qu’aux enfants de l’école primaire. L’ambiance dans le groupe a été très bonne malgré la mésentente entre certains. En début d’année scolaire, nous avons proposé une visite au musée PAB, pour une exposition de Francis Picabia. Nous avions travaillé en amont sur ce peintre, et les enfants se sont montrés très intéressés de voir la diversité de styles qu’un peintre pouvait adopter. A la fin de chaque mois, il a été proposé une « séance silence » : pas de consigne particulière, seulement une mise à disposition d’un certain matériel, l’enfant pouvant l’utiliser à sa guise et réaliser l’œuvre de son choix. Ces « séances silence » ont été au début de réels défis pour la plupart des enfants du groupe : « Mais qu’est-ce que je peux faire ? » « Tu peux me donner des idées ? » Il est arrivé souvent que des enfants reprennent le thème ou la composition du tableau découvert lors d’une précédente séance « découverte d’un artiste et d’une œuvre ». Au fil de l’année, les enfants s’étant mis à l’aise dans l’atelier, les idées ont germé et les œuvres se sont personnalisées ! B-3 Le soutien scolaire Cette année le soutien scolaire a été tout en couleur, et pour tous les âges ! Plusieurs enfants d’origine étrangère hébergés au gîte ont bénéficié du soutien scolaire… avec leur maman ! Mères et enfants ont appris ou perfectionné leur français en même temps. Ces moments mis à part pour apprendre une langue ensemble a permis un autre regard sur son enfant, ou sa maman ! Et il était drôle de voir comme parfois, les enfants apprennent plus vite que les grands… ! B-4 Le conte Ce conte est toujours un moment fort attendu par différentes familles et les enfants du centre de loisirs du village. Il a réuni des familles participant régulièrement aux ateliers de la Ferme Claris et des familles qui ne viennent que ponctuellement, lors de moments festifs par exemple. Cette année, des contes principalement sur le thème de l’environnement ont été présentés aux enfants. C/ Aspects financiers et humains C-1 Des bénévoles, des salariés, des stagiaires Cette année, Colette Compan a continué d’animer bénévolement la Ronde des Etoiles, soutenue par Paul Genêt, déjà responsable bénévole de la bibliothèque de Lézan ; Martine Fossat a mis encore tout son cœur dans l’accompagnement des enfants – et des mamans – pour le soutien scolaire ; Marie Kotian a animé Copains des Arts, régulièrement soutenue par Mylène Maurin.
  22. 22. 22 C-2 Le dispositif CLAS Le Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité – notre Coup de Pouce – est subventionné par la CAF et le Conseil Départemental. Seules deux actions sont en réalité subventionnées (La Ronde des Etoiles et Copains des Arts) : en effet, pour pouvoir prétendre à la subvention, une action doit accueillir un groupe de 5 à 15 enfants. Le Soutien Scolaire ne propose que des entretiens individuels et le Conte accueille une trentaine de personnes. L’ensemble des actions menées en 2014 a engagé un volume financier de 14 300 €, et 5 200 € de contributions volontaires (27% du total). Sur ce total de 19 500 €, 62 % correspondent aux charges de personnel, tandis que seulement 11 % proviennent des dépenses d’achats et services qui représentent donc une dépense très modique. D/ Projets2 Suite à la réforme des rythmes scolaires, un 5 ème atelier a été proposé à partir de la rentrée scolaire 2014-2015 : « Les mille couleurs », qui sera un atelier de découverte de l’environnement proche et d’activités manuelles ; il aura lieu chaque jeudi après l’école. Il sera animé par Charlène Dumas. 2 Présentés pour l’année scolaire pour 2014-2015
  23. 23. 23 Chapitre 2 ESPACE DE VIE SOCIALE 2-4 Soutien à la Parentalité Les « Mamans Kangourous » A/ Objectif et contexte Notre objectif est de restaurer, de développer et d’entretenir le lien parent-enfant au travers d’activités, de rencontres et de jeux. Nous privilégions la qualité des relations et des interventions pour essayer de répondre aux besoins de chacun en étant convaincus que chaque parent a un potentiel qui se développera plus facilement dans un contexte de confiance et de respect. A-1 Les Mamans Kangourous Cet atelier est ouvert aux parents accompagnés d’enfants de moins de 3 ans, aux futurs parents et grands-parents. Il peut s’agir d’habitants des villages, ou de mamans résidant au gîte. L’activité se déroule dans une salle d’environ 50 m² située au rez-de-chaussée, aménagée avec un coin cuisine et toilette. Elle est équipée de jeux, jouets et tapis de sol adaptés à l’âge des enfants. Une bénévole et une animatrice salariée encadrent cet atelier, qui a lieu tous les jeudis matins. Les mamans qui y viennent régulièrement apprécient : -d’une part les rencontres, les échanges entre adultes, et le fait que leurs enfants sont en contact avec d’autres en leur présence. -d’autre part les animations proposées, d’autant plus qu’elles peuvent en demander librement à tout moment. Elles sont impliquées dans le déroulement de la matinée. D’une rencontre à l’autre, les tout-petits se familiarisent avec les lieux, les jeux, les comptines et les personnes, et se développent de façon spectaculaire. En 2014, l’activité a réuni 65 personnes soit 32 adultes et 33 enfants, lors des 22 rencontres. -12 mères et 9 enfants étaient hébergés dans le gîte, leur fréquence de participation était globalement très bonne, plusieurs personnes non attendues ont même participé à nos rencontres, il en venait plus que nous n’en attendions 3 . -20 adultes et 24 enfants venaient de Lézan et des villages environnants, leur fréquence de participation était également très bonne: le rapport entre le nombre de personnes présentes et le nombre de personnes attendues est équilibré 4 . Nous notons plusieurs satisfactions : - le nombre de participations était stable par rapport à 2013 (une personne de plus en 2014 !) - le nombre d'enfants et le nombre d'adultes étaient équilibrés. -à partir de septembre 2014 les rencontres devenaient hebdomadaires, avec accord des familles concernées. Intervenants : 3 présents physiquement et 3 en vidéo ont permis les partages lors de 8 rencontres sur les thèmes suivants : Le développement de l’enfant (et portage des bébés) La sécurité Le développement psychomoteur L’agressivité Le jeu, avec la ludothèque Le lien d’attachement L’acquisition de la propreté La gestion de la colère 3 Une maman qui séjourne au gîte avec un enfant de moins de 3 ans est considérée comme bénéficiaire potentielle de l’atelier. Cette année elles sont quasiment toutes venues avec régularité. 4 Dès qu’une maman vient à une séance elle est comptabilisée comme participante potentielle pour la séance suivante.
  24. 24. 24 Liste des thèmes approfondis et des activités réalisées durant l’année 2014 Janvier Galette des Rois Massages des bébés // vidéo sur la parentalité bienveillante et le développement des enfants de 0 à 3 ans (portage bébé, sécurité, agressivité) Février Ludothèque Intervention de Mme Gourc, Dr Spécialisée en pédiatrie et développement psychomoteur des bébés Mars Peinture aux doigts d’un masque de loup et sortie au parc Avril Ludothèque Chasse aux œufs et aux images dans le jardin ! Comptines, histoires et chants sur le thème de Pâques Mai Massages bébés //Peinture pour les plus grands Juin Comptines à gestes // fabrication de comètes multicolores que nous allons jeter dans le ciel au-dessus du Parc Vidéo sur le lien d’attachement Juillet Ludothèque Septembre Rentrée, café, échanges de nouvelles, sélection de thèmes pour l’année, grande variété de jeux et comptines Thème : Le sommeil Octobre Collage de feuilles d’automne sur le dessin d’un escargot Les émotions intenses Novembre Jeux de motricité, parcours de débrouillardise Jeux de rôle : gestion des émotions des enfants Massages bébés et peinture monochrome pour les plus grands Discussion sur l’organisation des activités pour Noël // peinture monochrome et éponge Décembre Intervention de Gislaine Cazaly-Sabatier : Acquisition de la propreté // jeux de construction, de motricité et de déplacement Boules et sapin en carton coloré avec gommettes pour décorer le sapin de Noël Vidéo sur la colère : son origine et les erreurs les plus fréquemment commises Conformément aux projets que nous avions pour cette année nous avons pu: - Inviter d’autres professionnels de la petite enfance pour traiter des sujets demandés par les mamans (troubles du sommeil, de l’alimentation, massages, retard de langage, développement psychomoteur du bébé, type d’attachement à la mère...) - Retourner à la bibliothèque de Lézan, déjà connue par la plupart des parents du village, mais très peu par nos résidentes. - Poursuivre les interventions de la responsable de la ludothèque. - Développer des ateliers de parentalité bienveillante (Faber et Mazlish), l’exploration et l’approfondissement des langages émotionnels (Gary Chapman) : ces sujets ont intéressé un grand nombre de personnes. Selon les besoins, nous les reprendrons en 2015. - Proposer de nouveau des activités d’arts plastiques et/ou de cuisine impliquant les tout-petits. A-2 Canevas d’accompagnement Ce canevas est un questionnaire proposé aux résidentes sous 2 formes : un pour leur arrivée et 1 pour leur départ. Il permet d'évaluer le changement (en positif ou en négatif) qui s’est produit pendant le séjour. La colonne « Nombre de changements » indique le nombre de changements positifs et négatifs ; exemple : Est-ce que vous aidez aux tâches ménagères ? -1 /+2 signifie que 1 résidente aide moins bien en fin de séjour (ou a pris conscience qu’elles aidaient peu) et 2 ont aidé davantage. Remarque : les 14 séjours s’étalent de 18 jours à 10 mois (les séjours les plus longs se sont prolongés en 2015) et concernent 14 femmes et 17 enfants âgés de quelques jours à 16 ans. Il est intéressant de se laisser interpeller par les thèmes qui recensent plus de 50% de changement d’avis de la part des résidents (note > ou = 3).
  25. 25. 25 Thèmes VIE PERSONNELLE - Est-ce que vous dormez bien ? Les personnes sont plus apaisées en fin de séjour. - Est-ce que vous prenez soin de vous et comment ? Elles prennent mieux soin d’elles- mêmes. - Avez-vous besoin de parler de vos difficultés en groupe ? Grande révélation pour les personnes interrogées, elles ont découvert les groupes de parole. Quant aux entretiens individuels, il n’y a pas de changement dans les réponses : elles les appréciaient déjà. ACTIVITES - Seul l’atelier Couture / Patchwork, a été découvert et apprécié malgré un a priori négatif à l’arrivée des dames. BUDGET - Avez-vous besoin d'aide pour faire vos comptes ? Alors qu’elles ne pensaient pas en avoir besoin, l’aide apportée durant le séjour a été efficace pour faire prendre conscience des manques et des moyens d’y pallier. ENFANT : Santé - Mon enfant a-t-il des nuits paisibles ? - Êtes-vous satisfaite de la manière dont il s'alimente ? Les fins de séjours sont marquées par une meilleure qualité de sommeil et de l’alimentation des enfants. ENFANT : Relations - Comment est-ce que vous accueillez et gérez ses émotions ? La question a plus de sens après un travail d’analyse du comportement de la mère durant le séjour, les réponses montrent un changement des comportements vers plus de tolérance et de bienveillance. Thèmes : Nb. changements (positifs et négatifs) Total > ou = 50% COLLECTIVITE : La vie en collectif, est-ce que cela vous plaît ? +2 Est-ce que vous aidez volontiers aux tâches ménagères ? -1 / +2 VIE PERSONNELLE : Est-ce que vous dormez bien ? +3 > 50% Est-ce que vous prenez soin de vous et comment ? +5 = 100% Savez-vous cuisiner ? +1 Aimez-vous faire le ménage ? +2 Avez-vous un agenda ? +1 Est-ce que vous y notez les RDV importants ? +1 Avez-vous besoin de parler de vos difficultés en groupe ? +5 = 100% Avez-vous besoin de parler de vos difficultés en individuel ? +1 ACTIVITES Couture / patchwork +3 > 50% Bricolage --- Décoration +1 Poterie -1 Jardinage +2 Jeux de société +2 Télévision DVD -2 / +1 Informatique --- Lecture +1 Vélo -1 Foot / Gym -2 Randonnée Marche +1 Ménage, entretien +2 Soutien français -1 atelier écriture --- Autres : bien-être +1 BUDGET : Arrivez-vous à boucler vos fins de mois ? +4 > 50% Avez-vous besoin d'aide pour faire cos comptes ? +2 ENFANT : Santé
  26. 26. 26 Le carnet de santé est-il à jour ? +1 sur 3 Y a-t-il un suivi régulier en PMI ou chez le pédiatre ? --- Mon enfant aime-t-il se laver : le matin, le soir ? +1 Est-ce un bon moment avec lui ? --- Est-il autonome ? --- Aime-t-il se laver les dents ? --- Mon enfant a-t-il des nuits paisibles ? +2 > 50% A-t-il besoin de sieste ? --- Y a-t-il des rituels pour qu'il s'endorme ? -1 / +1 Trouve-t-il rapidement le sommeil ? +1 Cuisinez-vous parfois avec votre enfant ? +1 Êtes-vous satisfaite de la manière dont il s'alimente ? +2 > 50% Mange-t-il à des heures régulières ? --- Aime-t-il les aliments variés ? -1 Relations : Vous arrive-t-il de jouer avec votre enfant ? --- Avez-vous des moments de complicité avec lui ? --- Est-ce que vous discutez ensemble ? --- Qu'est-ce que vous dites de votre enfant ? --- Comment est-ce que vous accueillez et gérez ses émotions ? +2 > 50% Est-ce que vous lui parlez du père, et comment ? --- Est-ce que vous arrivez lui dire non quand vous n'êtes pas d'accord ? --- L'enfant respecte-t-il votre parole ? +1 Vous arrive-t-il de le punir ? --- Sécurité : Assurez-vous bien sa sécurité face aux dangers domestiques ? --- Est-ce que vous sentez votre enfant rassuré ? --- École : Comment vit-il le changement d'école ? --- Aime-t-il l'école ? --- Avez-vous l'habitude d'aller rencontrer l'enseignant ? --- Un coup de pouce serait-il le bienvenu ? --- A-3 Groupe de Parole pour Enfants Cet atelier est animé par Françoise Arsac une fois tous les quinze jours et nécessite des groupes d’au moins 3 enfants. En 2014, 11 séances ont eu lieu avec de petits groupes de 4 à 5 enfants. De janvier à décembre 2014, 13 enfants étaient présents (pour 52 participations) soit une augmentation de 38% par rapport à 2013. 3 venaient du village, et 10 étaient hébergés par la Ferme Claris. Ils formaient un groupe homogène, tous étaient scolarisés en école primaire. De janvier à juin le groupe était constitué de filles et de garçons, de septembre à décembre il y a eu uniquement des garçons. B/ Faits marquants 2014 Dans les relations : Lors d’une de nos séances de massages, une des résidentes très en difficulté avec ses enfants a pu présenter les massages de bébé qu’elle avait appris lors d’un précédent hébergement et qu’elle savait pratiquer, elle a répondu à la demande d’autres mamans non initiées ! Moment de valorisation de cette maman, moment doux avec les enfants concernés. Dans l’organisation : A la rentrée de septembre les rencontres sont devenues hebdomadaires. Les invitations sont envoyées par mail tous les vendredis. L’introduction de courtes vidéos permet d’animer les échanges. La visite de professionnelles accompagnant des familles suivies par leur structure ou de stagiaires en formation dans d’autres lieux d’accueil.
  27. 27. 27 Propos de Sandra recueillis lors d’une conversation téléphonique. « Oui, ma famille va bien maintenant. Parce que moi je me souviens de ce qu’on m’a dit à la Ferme Claris et je le mets en pratique. Moi parfois je discute avec mon mari et je lui explique. Je suis arrivée le 18 avril il y a 3 ans à la Ferme Claris. Au début je ne voulais pas m’occuper de ma fille, je pensais qu’à mon mari, aux copines. A la Ferme Claris ils font pas comme ça, ils m’ont appris à m’occuper de ma fille. Je me souviens du premier jour où je me suis décidée à m’occuper d’elle : c’était le jour de la fête des mères à Lézan. » C/ Aspects humains et financiers C-1 Des bénévoles, des salariés, des stagiaires, des partenaires Françoise Arsac (bénévole) et Nathalie Portalès (salariée) sont les responsables de l’atelier « Mamans Kangourous ». Toutes deux sont des professionnelles de l’enfance. Pour le soutien aux mamans, l’équipe socio-éducative de la Ferme Claris propose aussi d’autres actions que les ateliers : - parfois en répondant à leur demande de « bulles d’air », temps pendant lequel elles peuvent être soulagées d’un enfant pendant qu’elles se livrent à une activité ; - parfois par des entretiens personnalisés sur des thèmes éducatifs. Au cours de l’année, ont participé occasionnellement et bénévolement à ces ateliers : 1 CESF accompagnatrice de parents : Emilie 1 sage-femme : Stéphanie 4 stagiaires CESF : Manon, Sophie, Mélanie, Cynthia, dont une travaille sur un projet de soutien à la parentalité 1 étudiante en psychologie pour son mémoire sur les lieux d’accueil parents-enfants : Coralie 2 éducatrices : Anne-Marie, Anne Le président de l’association Lez’Embouquinés (Bibliothèque de Lézan) : Paul 1 stagiaire en fin de 1 ère année Bac Pro d’Aide à la personne : Andréa. A l’occasion d’ateliers à thème, nous avons reçu 3 fois Martine Gazon responsable de la ludothèque de St Jean du Gard (avec son beau matériel) ; 1 fois Maguelonne Gourc médecin spécialisée en pédiatrie et développement psychomoteur des tout-petits ; 1 fois Gislaine Cazaly-Sabatier : Éducatrice PMI. C-2 Aspects financiers Ces actions entrent dans le cadre d’un soutien à la parentalité à l’attention des familles hébergées et des familles résidant dans les villages environnants. Cette année elles ont été subventionnées par le Conseil Départemental et la CAF du Gard ainsi que par la commune de Lézan. Elles sont coordonnées par le Réseau d’Écoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP) du Gard. Le budget s’est établi à des valeurs plus faibles que celles du prévisionnel (28 844 € contre 34 880 €, en incluant les contributions volontaires). La subvention reçue pour l’activité diminue régulièrement depuis plusieurs années, mais nous avons apprécié que la CAF supplée cette année la défection de la DDCS. La Gerbe réussit à mobiliser son réseau de donateurs et de bénévoles (73 % des ressources globales) autour de cette action de soutien à la parentalité, ce qui permet d’assurer une prestation de qualité. 20,61% 39,56% 6,73% 33,11% Compte de produits : réalisé 2014 Subventions Dons Ressouces diverses Contrib. volontaires
  28. 28. 28 Du côté des dépenses, les achats, services et charges diverses sont très faibles (7 %) au regard de l’implication de l’équipe de salariés et bénévoles (93%). Cette activité implique un engagement de l’ensemble de l’établissement et de plusieurs membres de son équipe socio-éducative, ce qui permet des économies de fonctionnement (mise à disposition des locaux avec faible coût de fluides, assurance, comptabilité, réunions d’équipe et supervision professionnelle commune). D/ Projets Nous cherchons toujours à soutenir un esprit de co-construction des ateliers avec les bénéficiaires. Dans cette perspective, la liste de thèmes présentée aux participantes nous servira de nouveau de support pour le choix des sujets à aborder en priorité: ce sont les propositions faites aux nouvelles arrivantes et réactualisées avec les habituées.  Comprendre les émotions intenses  Règles et limites  Susciter la coopération  Alternatives aux punitions  Encourager l’autonomie  Les compliments : quels types ?  Les rôles et étiquettes  L’impact du rang de naissance  Prévenir et gérer les conflits  Communiquer avec bébé  Langues des signes avec bébé  L’acquisition du langage  Les massages pour bébé  Décrypter ses pleurs  Le sommeil  De la couche au pot  La naissance d’un petit frère (ou sœur)  Les questions des petits  Les repas… sans stress  Le coucher  L’allaitement  Les séparations, comment les gérer ?  La séparation des parents  La famille recomposée  Aider les enfants à gérer leur propre conflit  Favoriser la confiance et l’estime de soi  L’acquisition de la marche  Doudou et tétine  Le moment du bain  Comment motiver son enfant ?  Les peurs et les angoisses  Faire face à la fatigue  S’organiser pour être plus disponible  Réaliser des activités d’éveil et créatrices selon l’âge de mon enfant  Se détendre et se relaxer en famille  Le rythme de vie et les routines  Les écrans (télé, tablette, ordinateur)  …………………………………… 1,72% 2,33% 60,03% 2,96% 32,95% Compte de charges: réalisé 2014 Achats Services Personnel et formation Taxes, intérêts, divers Contrib. volontaires
  29. 29. 29 ANNEXES Statistiques de fréquentation des ateliers Répartition des missions du personnel Hébergement des femmes victimes de violence Caractéristiques de l’Espace de Vie Sociale Communication La Charte des Lieux à Vivre Projet Cameroun Etude budgétaire globale
  30. 30. 30 Statistiques de fréquentation des ateliers Comparatif avec l’année 2013 Ateliers Nb. séances 2013 Nb. Participations 2013 Mamans Kangourous 22 17 352 280 Coup de Pouce (4 actions réunies) 102 117 784 762 Théâtre 29 28 179 137 Soutien à la scolarité 33 42 33 42 Copains des Arts 34 38 340 329 Le Conte 6 9 232 254 L'Atelier Ecriture 10 11 91 111 Poterie 20 20 117 118 Couture 14 16 65 91 Patchwork 16 18 34 48 Informatique 19 24 54 87 Autre parentalité (bulles d'air, entretiens ponctuels) 21 51 61 156 Groupes de parole pour enfants 8 10 34 31 Balades 16 12 64 45 Relation d'aide (entretiens, groupes de paroles) 83 86 173 158 Relation d'aide (Philippe Fournier) 50 42 50 42 Groupes de paroles 19 21 96 80 Entretiens pour enfants (Charles George) 14 17 27 30 Soutien au Français (adultes) 35 17 51 17 Tri du linge 8 10 41 50 Détente (jeux, sport, bien-être, chant) 35 24 153 93 Moments festifs (anniversaires, fêtes) 12 22 279 436 Ateliers Vie Quotidienne 12 19 58 89 Budget collectif 7 9 34 52 (avec Conseil Départemental) Écogestes, Tri sélectif 3 7 16 34 Alimentation 2 3 8 3
  31. 31. 31 Répartition des missions des personnels entre les diverses activités L’affectation de plusieurs salariés de façon mixte sur l’hébergement, la pension ou l’espace de vie sociale permet une mutualisation de moyens qui réduit les dépenses de personnel, mais surtout assure une cohésion dans la façon dont l’accueil et l’accompagnement social sont mis en œuvre sur l’ensemble des activités. A noter que depuis l’automne 2014 le pôle gardois de La Gerbe s’est affilié à l’association VISA-AD qui bénéficie d’un agrément collectif de service civique, ce qui a permis l’accueil d’une jeune sur un poste d’animation à la fin 2014 pour 10 mois. FOURNIER Martine Direction, Accueil & Accompagnement Social QUINTIN Priscille - 1 ETP Maitresse de maison BASILE Claire - 0,75 ETP Assistante familiale PORTALES Nathalie - 0,5 ETP Conseillère familiale KOTIAN Marie - 1 ETP Technicienne ESF MAURIN Janny - 0,9 ETP Hôte maîtresse de maison Ferme Claris Maison d’à Côté Héberg. 87% 87% 76% 30% 47% 10% 10% 24% 70% 53% 90% Esp. Vie Soc. Pension 77% 13% 10% 10% ADJOUADI Timothée - 0,46 ETP Agent d’entretien CDD ADJOUADI Timothée - 0,46 ETP Agent d’entretien CDD DUMAS Charlène - 0,5 ETP, CDD Aide fonct. hôtelière & sociale 50% 50% 50% 50% POUNGOUE Sara - 0,5 ETP CESF - Gestionnaire 92% 8% 3% 3%
  32. 32. 32 Caractéristique Pédagogie Opérationnel Etablissement fermé le soir // Pas de visite des hommes auprès des enfants, saisir le lieu rencontre parents enfants // Accompagner aux 1ers rendez-vous. Mise à jour administrative // Papiers identité, sécurité sociale, ouverture des droits // Ouverture d'un compte // Déclaration gendarmerie, médecin, avocat. Laisser dire autant que nécessaire le récit en un lieu approprié // Définir les lieux et les temps de parole et contenir les débordements // Consultation CMP. Repérage dans l'espace et le temps // Scolarisation rapide des enfants // Relier aux activités quotidiennes ne nécessitant pas de "penser" mais occupant l'esprit (cuisine, ménage...) Ateliers sport ou expression corporelle (gym douce, bien-être, balade, vélo). 3 Ambivalence Informer rapidement sur les droits // Laisser le temps à la personne pour élaboré son choix qui sera respecté Favoriser le lien avec d'autres intervenants // Inciter l'inscription durable aux ateliers (notion d'engagement) // Anticiper l'éventuel retour à domicile, en parler sans tabou et le travailler. Conseil de maison // Groupe de parole // Atelier d'écriture // Aide au français // Entretiens individuels en relation d'aide. Préparer la femme aux divers entretiens (gendarmes, avocats, juges), éventuellement accompagner. Ateliers créatifs (couture, poterie, cuisine), de communication (informatique), et de développement social (gestion budget) Entretiens personnels de relation d'aide // Créer des lieux de parole // Apprendre à fermer sa porte d'appartement, à cultiver l'hygiène, le soin corporel et la féminité // Ateliers de relooking. Scolarisation des enfants // Mobiliser l'intervention de partenaires externes // Dans un 2ème temps, favoriser l'inscription à des ateliers d'insertion à l'extérieur. Ouverture des droits // Ouverture d'un compte // Aller aux courses, démarches. Balades // Découverte de l'environnement // Gestes citoyens. 7 Lien parental en difficulté Soutien à la parentalité // Prise de conscience du système familial // Place du père Echanges avec d'autres publics dans les ateliers // Rencontres ludiques et éducatives mamans-enfants // Apprendre à demander de l'aide en relais (Bulles d'air) // Initiation à l'éducation non violente // Entretiens systémiques avec le psy // Groupe de paroles enfants // PMI // Ateliers créatifs enfants. Accueil individualisé à l'arrivée // Vérifier ce qu'il a compris // Observation du comportement // Offrir jeux collectifs ou individuels, inviter la mère // Lecture. Entretiens systémiques avec le psy // Groupe de paroles enfants // Rencontres médiatisées avec le père. 8 Enfants victimes du système violent Parler en vérité // Identifier chaque enfant Hébergement semi-communautaire // Zone rurale // Accès de type mas privé Parole fragile Soutenir l'expression // Découvrir la parole Choc traumatique Debriefing traumatique Isolement social Accueil à caractère familial // Ouverture du lieu vers l'extérieur 2 4 5 6 en rapport avec l'hébergement de femmes victimes de violence Caractéristiques du Projet d'établissement de La Gerbe 1 Victimisation // Dévalorisation Construire la confiance (en soi et les autres) // Recréer la notion de l'intime Besoin de Sécurité
  33. 33. 33 Les caractéristiques de l’Espace de Vie Sociale Ouverture à la mixité sociale et intergénérationnelle des publics Bénévolat et dynamique participative Partenariat local Espace de Vie Sociale identifié sur le territoire de Lézan et environs
  34. 34. 34 Communication Guylaine Brunel Plusieurs outils ont été développés pour communiquer des informations sur la Ferme Claris et la Maison d’à Côté :  Deux lettres d’informations synthétiques, l’une sur la pension de famille, l’autre sur l’espace de vie sociale, ont été adressées essentiellement aux donateurs pour expliquer nos actions et nos projets.  Cinq flyers ont été réalisés et sont distribués aux personnes désireuses d’avoir des renseignements sur le gîte d’accueil, la pension de famille, les ateliers, le « Coup de Pouce » ou les « Mamans Kangourous ».  Sur le site www.lezan.lagerbe.org deux onglets « Actualités » et « Tourisme solidaire » ont été ajoutés. Les personnes proches de Lézan peuvent y trouver les dates des ateliers, et les vacanciers y découvrir nos offres de séjour dans l’appartement de tourisme solidaire.  Le blog claris.solidairesdumonde.org connaît un succès grandissant et chaque mois plus de 600 visiteurs découvrent la vie de La Gerbe à Lézan.  La page Facebook www.facebook.com/Fermeclaris permet d’échanger des nouvelles brèves et de créer des contacts.  Le journal Espérance, que l’on peut recevoir à présent en version électronique ou papier, présente des témoignages, des récits de vie des personnes qui partagent pour un temps la vie avec nous : cette année il a fêté ses 20 ans ! «Merci de nous faire profiter de tout ce que vous vivez de chouette à la Ferme Claris et à la pension, à nous qui sommes loin, grâce à vos photos, vos news ! »
  35. 35. 35 La charte des Lieux à Vivre Pour l’homme Le respect des personnes est l’essentiel de nos pratiques et de nos propositions. Nous affirmons que chacun a un avenir et doit pouvoir sortir de la spirale des contraintes imposées par la misère pour accéder au projet et au choix. Agir Chaque habitant est appelé selon ses talents à participer, à construire « le bien-être collectif ». Il se voit offrir la possibilité d’exercer des activités de qualité, fondatrices de sa reconstruction physique, mentale, sociale et citoyenne. De telles activités demandent la mise en œuvre de réelles compétences que nous nous engageons à faire reconnaître formellement. Ensemble Le vivre ensemble est la dimension essentielle des « lieux à vivre », que l’arrivée dans ces structures soit le résultat d’une série d’échecs, de perte de repères, de destruction des liens sociaux ou l’adhésion à un projet communautaire d’accueil de personnes en difficulté. L’insertion dans une communauté permet de retrouver son identité après une période de survie dans la « jungle » de la rue. Elle est constituée par l’obligation de participer, selon ses moyens, au financement de l’hébergement et de la nourriture et, selon ses capacités, aux activités de la communauté telles que définies par le règlement intérieur. Dans la durée Le contrat qui lie les associations et les habitants des lieux à vivre et les habitants entre eux, peut-être qualifié de « contrat de compagnonnage ». Pour beaucoup, la reconquête de soi, la réapparition du désir d’une vie faite de liens sociaux et du goût d’une activité, impliquent plus qu’une mise en conformité avec les normes sociales. Permettre une reconstruction nécessite du temps et s’inscrit dans les exigences des mesures administratives. Un tel projet n’est pas de nature institutionnelle, mais « un contrat de solidarité fraternelle » dans la durée. Dans la société Les habitants des « lieux à vivre » sont des citoyens. A ce titre, ils bénéficient d’un statut leur assurant protection et qualité de vie orientées vers le bien-être et la beauté, dans le respect de la dignité de chacun. Ils participent aux responsabilités et aux décisions de la vie commune. Les « lieux à vivre » sont accueillants et ouverts aux débats de société et sont acteurs de la vie locale.
  36. 36. 36 Projet Cameroun C’est habituellement le pôle Francilien (dép. des Yvelines) de notre association qui développe les projets internationaux. Mais ici la collaboration avec l’ONG Camerounaise FARESO a fortement motivé le pôle Gardois de notre association, car le porteur du projet au Cameroun est Jocanto N’Djoumé, éducateur venu se former il y a quelques années dans un établissement social du Conseil Départemental du Gard. Il est resté en lien avec plusieurs personnes membres de l’association. Le foyer qu’il a créé en 1998 avec son épouse, est situé à N’tolo, dans l’Ouest du Cameroun et accueille une trentaine de jeunes à leur sortie de l’orphelinat du village, dès l’âge de 14 ans. L’objectif est d’accueillir ces jeunes et de favoriser leur scolarité, mais également de développer des initiatives locales et l’épanouissement des familles. Actuellement l’approvisionnement alimentaire n’est pas assez sécurisé car il est impossible de conserver tous les aliments produits sur les parcelles agricoles faute de moyens performants. La perte post-récolte est estimée à 60%. Le projet envisagé par le partenariat entre l’association FARESO et La Gerbe est le suivant : - Construire un atelier agroalimentaire pour préparer, déshydrater et conditionner les fruits et légumes dans les meilleures conditions d’hygiène pour satisfaire le besoin vital de nourriture. - Apporter une solution globale par une unité de production autonome respectueuse de l’environnement : énergie solaire et traitement de l’eau et des rejets. Un bâtiment sur pilotis (sécurité) de 240 m2 avec production d’électricité par panneaux PV en toiture serait projeté - Organiser la production et développer l’activité de formation liée à la transformation de ces produits et aux métiers concernés par l’entretien des matériels utilisés (mécanique, électricité, bâtiment, froid) - Déployer l’activité avec les acteurs locaux pour qu’ils puissent eux-mêmes s’impliquer dans la réalisation d’autres modules. Notre structure gardoise bénéficiera évidemment de l’expertise des collègues de La Gerbe ayant l’expérience de la solidarité internationale et qui sont garants de cette opération. Nous serons impliqués - dans la recherche de partenaires institutionnels ou privés (fondations), - dans une sensibilisation citoyenne en direction soit des jeunes (lycée de St Christol) soit des publics habituels de l’établissement de Lézan (personnes hébergées à la Ferme Claris ou résidents de la pension). J-M. Fages, J-L. Portalès
  37. 37. 37 Etude budgétaire globale Le montant des charges d’exploitation de l’ensemble des activités décrites ci-dessus s’élève à 331 964 € présente un écart de seulement 4% en diminution par rapport à la prévision initiale. A cette somme s’ajoutent 123 536 € de contributions volontaires. Ce budget se répartit entre l’hébergement (55% au lieu de 57 % en 2013), la pension (26 % pour 29% en 2013) et l’Espace de Vie Sociale (19 % pour 14 % en 2013). On voit le rééquilibrage progressif des budgets du fait de l’affectation plus cohérente des dépenses spécifiques aux ateliers vers l’EVS. L’exercice présente un excédent de 14 719 € (soit 4 % des produits effectifs), ce qui reste cohérent avec les difficultés de prévision budgétaire. L’affectation de cette somme sera proposée à l’assemblée générale en réserve de compensation et en provision pour travaux d’entretien. La répartition entre les grands postes de produits reflète toujours la forte mobilisation des donateurs et des contributions volontaires (34 % du budget global), ce qui assure à l’association une souplesse pour la création de projets. Après une période porteuse d’inquiétude, la Banque Alimentaire a retrouvé en 2014 une activité généreuse et la contrevaleur des denrées reçues est en nette augmentation cette année (7 784 €). Enfin l’augmentation de la participation du bénévolat continue avec le passage de 3.04 ETP à 3.37 ETP. Si pour les activités d’hébergement et de logement adapté la contribution bénévole ne représente que 30 % des personnes impliquées (70 % étant des salariés), en revanche pour l’espace de vie sociale elle s’élève à 45%, ce qui reflète le fonctionnement attendu pour ce centre social villageois. 7,6% 7,9% 43,6%10,8% 3,0% 27,1% Charges Réal. 2014 Achats Services Personnel et formation Amortissements Taxes, intérêts, divers Contribut. Volont. 52,2% 7,8% 7,9% 5,9% 26,3% Produits Lézan Réalisé 2014 Subventions Participation bénéf. Dons Divers Contrib. Volont.
  38. 38. 38 Les 2 pôles de La Gerbe
  39. 39. 39 Les partenaires du pôle gardois de La Gerbe ------------------------------------- La Gerbe est partie prenante de fédérations, associations et réseaux Union des Lieux à Vivre

×