Matr                                        s 1                                         e                                 ...
       L’émergence de la métacognition en centre de documentation.                                         Du structuralis...
INTRODUCTION             À travers l’étude de l’histoire de la logique aristotélicienne, nous verrons quelle incidence la ...
1 De la syllogistique à l’inconcevabilité          1.1 Aristote démontre, Descartes compartimente          En développant ...
Nous  sommes  bien  dans  la  juxtaposition  d’éléments  simples  issus  d’un  découpage       logique de la réalité (appr...
constat nous permet d’établir que l’approche analytique, en divisant les éléments, ne       peut  pas  appréhender  la  re...
inconsciente,  ces  besoins  sont  hiérarchisés  et  régit  par  une  règle  simple :  un  besoin       supérieur  ne  dev...
D’un  point  de  vue  général  retenons  que  « l’exploitation  de  l’information  est  un       processus complexe qui, d...
connaître  particulièrement  les  parties  »,  Ludwig  von  Bertalanffy  formalise  les       réflexions  de  Platon  dans...
observer  les  interactions  dynamiques  entre  les  différents  éléments  (élève,       documentaliste,  savoir,  centre ...
l’approche systémique permet d’envisager plusieurs chemins pour apprendre la même       chose.       2.4 De la nécessité d...
CONCLUSION                        Aujourd’hui « Nous donnons du pouvoir aux gens quand nous leur accordons notre attention...
BIBLIOGRAPHIE    [ALA 89] ALA (American Library Association), 1989, « Presidential Committee on Information Literacy: Fina...
  [GAL 02] GALLEZOT Gabriel, 2002, « La recherche in silico » In : Chartron G. (dir.) Les chercheurs et la documentation é...
 [SAL 03] SALANSKIS Jean‐Michel, 2003, « Herméneutique et cognition. », Villeneuve‐dAscq : Presses universitaires du septe...
SITOGRAHIE  Affordance.info http://affordance.typepad.com  Blog d’Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Métacognition en centre de documentation

2 455 vues

Publié le

Réflexions sur l'émergence de la métacognition en centre de documentation.
Du structuralisme à la systémique, comment ces approches mettent en évidence les connaissances métacognitives et l'affectivité dans un usage d'apprentissage en centre de documentation.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 455
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
210
Actions
Partages
0
Téléchargements
35
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Métacognition en centre de documentation

  1. 1. Matr s 1 e I om o e C m u i o , n r a n to m n a n f c pr us ou et o , ac rD cm na n o e esi e et d tne n ne nm n à iac, g s 21-01 0021.Lm r ne ea éaon o e cnr d’ eg c d lm tcgi n n et e é e ed cm nao ou et nD s utrlm àa ytmq ecm ete apohs e- u t c as e lss i ,o m n cs p rce m t r u i é utn e éi nee cn a sne m tcgi e e lff cvéet n v ec l o niacs éaon vs ta e i d s s ’ tdn u uae ’ pe s g e cnr d d cm nao as n sg d p rn s e n et e ou et n a a eN p uat pe p u u e at o u shm ,e u e o vn o tr o r n cr u n cé ac q i evu ari ûe etéé m n u i ri e o -o s ua srm n rvl o « n esn n n t é v tnl(le Kr bk, vu péet i m sé e Af d oz sij o s rsnec e r- » r y )e iflx n sra i e vl r a lp rce ytm- ei su lms n a u pr’ poh ss i o e e a éq e e d es n m tcgi e t ff cv e d u ds i ni s éaon v e a e e t e m ol rm at n i ao d p rn s g,t l séie ipce su n ’ pe s ee p spc u t a a u -fi um n dn u cnr d d cm nao . q e et as n et e ou et n e
  2. 2.    L’émergence de la métacognition en centre de documentation.    Du structuralisme à la systémique, comment ces approches mettent‐elles en  évidence les connaissances métacognitives et l’affectivité dans un usage  d’apprentissage en centre de documentation.   INTRODUCTION ............................................................................................................................... 3 1 De la syllogistique à l’inconcevabilité...................................................................................... 4  1.1 Aristote démontre, Descartes compartimente................................................................ 4  1.2 On a perdu la 71ème section.............................................................................................. 4  1.3 Complexité de Kolmogorov et incomplétude de Gödel................................................... 5  1.4 Des « besoins » de Maslow, inconcevables ..................................................................... 6 2 De la kybernêtikê de Google à l’homéostasie de Facebook ................................................... 8  2.1 Qui sauve le vaisseau en perdition ?................................................................................ 8  2.2 Les invariants d’un centre de documentation ................................................................. 9  2.3 Rat de bibliothèque versus Google ................................................................................ 10  2.4 De la nécessité d’une culture informationnelle............................................................. 11 CONCLUSION ................................................................................................................................ 12 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................. 13 SITOGRAHIE .................................................................................................................................. 16   Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  2Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  3. 3. INTRODUCTION       À travers l’étude de l’histoire de la logique aristotélicienne, nous verrons quelle incidence la formalisation par Descartes a scellé une forme de vision linéaire à l’approche analytique. Nous  nous  interrogerons  alors  sur  l’impact  de  cette  approche  dans  les  Sciences  de l’Information  et  de  la  Communication  et  spécifiquement  au  sein  d’un  centre  de documentation.  Nous  verrons  comment  les  différentes  opérations  de  la  chaîne documentaire,  pur  produit  de  la  conception  mécaniste,  ont  logiquement  engendré  des modèles analytiques détaillés comme la bibliométrie. Nous  nous  appuierons  sur  une  théorie  algorithmique  de  linformation  et  un  théorème  de logique mathématique pour démontrer que prises séparément ou combinées, les méthodes et  conceptions  analytiques  ne  peuvent  pas  appréhender  la  complexité  d’une  situation,  ni concevoir d’équifinalité face un à problème rencontré dans un centre de documentation ; ce que permet la systémique. Nous détournerons ensuite la pyramide de Maslow pour définir que le besoin le plus élaboré que l’on peut attendre d’un centre de documentation est l’évaluation de l’information.  Nous nous interrogerons donc sur la pertinence de l’approche analytique pour la résolution d’un  problème  dans  le  champ  des  sciences  humaines.  La  communication  étant  une constante anthropologique, à quoi peut donc servir une approche qui n’appréhende pas les interactions entre les individus, les objets ? De fait, en s’efforçant de relier les ensembles au lieu de les isoler, et en insistant sur l’étude des transactions, l’approche structurale, et plus précisément la systémique ne sont‐elles pas plus  adaptées ?  Nous  mettrons  en  évidence  les  invariants  d’un  centre  de  documentation puis  nous  re‐situerons  (in  situ)  le  centre  de  documentation  dans  ses  objectifs d’apprentissage en milieu scolaire et montrerons que l’approche systémique permet de faire émerger, les connaissances métacognitives, les émotions, la motivation et la confiance en soi dans une démarche didactique. Nous  illustrerons  les  difficultés  d’un  documentaliste  d’aujourd’hui  face  aux  phénomènes d’immédiateté  (Google,  Facebook),  vécu  par  ses  interlocuteurs  (collégiens,  lycéens)  et  la pertinence  d’utiliser  l’approche  systémique  pour  concevoir  plus  qu’une  culture informationnelle.   Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  3Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  4. 4. 1 De la syllogistique à l’inconcevabilité  1.1 Aristote démontre, Descartes compartimente  En développant la syllogistique et la logique dans ses « Premiers Analytiques », Aristote  donne naissance à la logique comme discipline formelle. Il introduit la démonstration  et le syllogisme, bases de la réflexion mathématique, de la logique, de la rhétorique.    René Descartes « applique », en 1637, la logique d’Aristote aux sciences en expliquant  son  approche  dans  son  célèbre  « Discours  de  la  méthode ».  Nous  retiendrons  des  quatre préceptes que Descartes énonce, le deuxième et le dernier :  ‐ « De diviser chacune des difficultés que j’examinerais en autant de parcelles qu’il se  pourrait et qu’il serait requis pour les mieux résoudre. »   ‐    «  De  faire  partout  des  dénombrements  si  entiers  et  des  revues  si  générales  que  je  fusse assuré de ne rien omettre. » [LEM 94]    Du  dernier  précepte,  la  science  a  conçu  une  prétention,  celle  de  l’universalité.  Le  deuxième précepte de Descartes, quant à lui, a amené les scientifiques à fragmenter le  savoir en autant de domaines qu’il y a de phénomène à observer, étudier. L’isolement  des  disciplines  scientifiques  les  unes  par  rapport  aux  autres  les  conduit  à  chercher  à  définir  de  façon  étroite  les  problèmes  que  nous  affrontons.  Les  résultats  d’une  discipline sont soumis selon une tendance : celle de n’envisager le problème que selon  un seul prisme et d’en déduire des attributs pour un ensemble.    Checkland,  de  constater,  en  1976  [CHE  76],  que  l’approche  expérimentale  « étant  aujourdhui,  conscient  de  lincapacité  manifeste,  des  pays  les  plus  avancés  sur  le  plan  scientifique,  à  résoudre  les  problèmes  du  monde  réel  (par  opposition  aux  problèmes  artificiels  de  type  laboratoire),  on  se  demande  si  la  fragmentation  de  la  science  en  plusieurs disciplines isolées nest pas une de ses principales faiblesses. »  1.2 On a perdu la 71ème section  1  Qu’en  est‐il  au  sein  de  la  71ème  section ?  Les  Sciences  de  l’Information  et  de  la  Communication sont‐elles incapables de résoudre les problèmes du monde réel ?    Appréhender aujourd’hui un centre de documentation avec les conceptions mécaniste  ou  holiste,  revient  à  le  considérer  comme  un  objet  technique.  Cet  objet,  grâce  à  un  assemblage  de  composants  pluritechniques  interfacés  (outils  informatiques,  classification  et  rayonnage,  documentaliste  formé),  réalise  des  fonctions  techniques  (classer  un  document  par  exemple)  qui  assurent  des  fonctions  de  services  (prêter  le  document  trouvé  pour  continuer  l’exemple)  qui  à  leur  tour,  garantissent  la  fonction  globale recherchée (gestion du fonds documentaire).   1  Voyez dans cette référence au film de Robert Lamoureux, une pointe d’humour et non d’irrespect Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  4Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  5. 5. Nous  sommes  bien  dans  la  juxtaposition  d’éléments  simples  issus  d’un  découpage  logique de la réalité (approche mécaniste) : traiter un document, le classer, le mettre à  disposition, le conserver, permettre une évaluation de sa pertinence dans un contexte  particulier. Certains vont plus loin et n’apprécie la totalité de ces éléments (approche  holiste)  qu’en  ayant  une  vue  générale :  « il  s’agit  de  la  gestion  d’un  fonds  documentaire ».  Nous  rappellerons  ici  le  quatrième  précepte  du  Discours  de  la  méthode de Descartes : « De faire partout des dénombrements si entiers et des revues  si générales que je fusse assuré de ne rien omettre. »    Plus  précisément,  l’ensemble  des  opérations  successives  de  sélection/collecte,  de  traitement,  de  mise  en  mémoire  et  de  stockage,  et  de  diffusion  de  documents  et  dinformations qui forme la « chaîne documentaire » est typiquement le résultat d’une  approche  mécaniste.  Qu’il  s’agisse  des  opérations  d’entrée  (phase  matérielle),  des  opérations  de  traitement  (phase  intellectuelle)  ou  des  opérations  de  sortie  (phase  mécanique),  l’ensemble  de  la  chaîne  documentaire  est  compartimenté.  Nous  rappellerons ici le quatrième précepte du Discours de la méthode de Descartes : « De  diviser chacune des difficultés que j’examinerais en autant de parcelles qu’il se pourrait  et qu’il serait requis pour les mieux résoudre.  »    De  fait,  on  a  bien  en  Sciences  de  l’Information  et  de  la  Communication,  et  plus  spécifiquement dans notre champ d’études en documentation, des modèles précis et  détaillés, issus d’études analytiques. Nous allons voir qu’ils sont difficilement utilisables  en pratique.  1.3 Complexité de Kolmogorov et incomplétude de Gödel  Nous utiliserons ici le fallacieux prétexte du champ d’études transverse des Sciences de  l’Information  et  de  la  Communication  pour  faire  appel  à  la  théorie  algorithmique  de  linformation et au célèbre théorème de logique mathématique de Gödel. Leur emploi  est selon nous nécessaire, pour illustrer, à l’aide de la quintessence de la science la plus  « dure »  (les  mathématiques)  la  réduction  des  données  opérées  par  les  modèles  bibliométriques  (une  science  un  peu  plus  « molle »)  et  mettre  en  évidence  l’impossibilité de l’approche analytique à modéliser la complexité.    La  théorie  de  la  complexité  de  Kolmogorov  synthétise  plusieurs  mesures  de  complexité,  dont  celle  proposée  par  Shannon  dans  sa  théorie  de  linformation.  La  théorie établit que la complexité d’un objet fini peut se définir par la taille du plus petit  programme  informatique  (au  sens  théorique)  qui  permet  de  produire  cet  objet.  La  particularité supplémentaire de cette théorie est qu’elle n’est pas décidable. En effet,  on  peut  concevoir  un  algorithme  produisant  lobjet  voulu,  ce  qui  prouve  que  la  complexité de  cet  objet  est  au  plus  la  taille  de  cet  algorithme,  mais on  ne  peut pas  écrire  de  programme  qui  donne  la  complexité  de  Kolmogorov  de  tout  objet  que  lon  voudrait lui donner en entrée.    Nous retiendrons de cette théorie qu’une information n’est jamais contenue dans un  message  seul,  mais  dans  le  couple  message  et  décodeur,  de  façon  indissociable.  Ce Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  5Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  6. 6. constat nous permet d’établir que l’approche analytique, en divisant les éléments, ne  peut  pas  appréhender  la  relation  entre  un  message  et  son  décodeur,  base  de  la  complexité.    Ce  constat  est  renforcé  par  le  fameux  théorème  d’incomplétude  de  Gödel,  publié  en  1931 dans son article « Über formal unentscheidbare Sätze der Principia Mathematica  und  verwandter  Systeme »  (Sur  les  propositions  formellement  indécidables  des  Principia Mathematica et des systèmes apparentés).    « Dans nimporte quelle théorie récursivement axiomatisable, cohérente et capable de  « formaliser  larithmétique »,  on  peut  construire  un  énoncé  arithmétique  qui  ne  peut  être ni prouvé ni réfuté dans cette théorie.     Si T est une théorie cohérente qui satisfait des hypothèses analogues, la cohérence de T,  qui peut sexprimer dans la théorie T, nest pas démontrable dans T. »  Nous retiendrons et transposerons du premier énoncé aux Sciences de l’Information et  de la Communication, qu’une théorie suffisante pour « faire » de la documentation est  nécessairement incomplète. Il existe dans cette théorie des énoncés qu’on ne sait pas  démontrer à partir des seuls axiomes de la logique et dont la négation n’est pas non  plus  démontrable.  « Il  n’existe  aucun  formalisme  qui  embrasserait  toutes  ces  étapes  [du développement mathématique]. » [BON 08] La science la plus « dure » éprouve ses  frontières avec humilité, la documentation en est‐elle capable ?    L’approche  scientifique,  analytique,  logique,  montre  ici  ses  limites.  Cette  volonté  d’appréhender le réel de façon linéaire rend les aristotéliciens incapables de se rendre  compte de leur incompétence face à la complexité.  1.4 Des « besoins » de Maslow, inconcevables  Paul Watzlawick enfonce le clou [WAT 72] : "...tant que la science a eu pour objet des  relations causales linéaires, univoques et progressives, des phénomènes fort importants  sont restés à lextérieur de limmense territoire conquis par la science depuis les quatre  derniers siècles".    Jacques  Jean  Lapointe  [LAP  92]  ouvre  une  piste  de  réflexion  intéressante :  « Ce  fait  nous  incite  à  explorer  des  méthodologies  susceptibles  de  mieux  composer  avec  la  complexité des phénomènes qui nous entourent sans les isoler de lenvironnement dans  lequel ils naissent et évoluent. »    Sur  la  réflexion  de  J.J.  Lapointe,  nous  avons  conduit  une  étude  de  besoins  pour  un  centre  de  documentation.  Nous  avons  transposé  la  pyramide  de  hiérarchisation  des  besoins d’un individu de Maslow aux fonctions d’un centre de documentation.    La  pyramide  originale  de  Maslow  définit  cinq  niveaux  de  besoins  qui  constituent  la  base  des  motivations  des  individus.  Présents  chez  chacun  de  nous  de  façon Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  6Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  7. 7. inconsciente,  ces  besoins  sont  hiérarchisés  et  régit  par  une  règle  simple :  un  besoin  supérieur  ne  devient  conscient  que  lorsque  les  besoins  inférieurs  sont  satisfaits.  Par  exemple,  un  individu  ne  peut  se  sentir  en  sécurité  (niveau  2)  si  sa  première  préoccupation est de trouver à boire et à manger (niveau 1).  Pyramide des besoins de Maslow.  Nous  transposons  le  besoin  d’accomplissement  (niveau  ultime)  en  fonction  d’apprentissage à l’évaluation de l’information qui, selon nous, est le besoin / fonction  le plus évolué que l’on peut attendre d’un centre de documentation.   Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  7Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  8. 8. D’un  point  de  vue  général  retenons  que  « l’exploitation  de  l’information  est  un  processus complexe qui, de ce fait, n’est pas infaillible. » [BUL 04]  Dans le cas particulier d’un centre de documentation en milieu scolaire, ayons à l’esprit  que les lycéens (Digitales Natives) ne sont pas à même d’évaluer l’information trouvée  sur le Web. [LOR 01] « One writer noted that the major difficulty in the use of the World  Wide  Web  by  children  was  their  inability  to  distinguish  between  accurate  and  inaccurate information. »    En  hiérarchisant  les  fonctions  /  besoins  d’un  centre  de  documentation  selon  la  pyramide de Maslow, nous montrons que la fonction d’évaluation de l’information est  complexe.  Hors,  ayant  expliqué  auparavant  que  l’approche  analytique  n’est  pas  en  capacité d’appréhender la complexité, nous démontrons, n’en déplaise à Aristote, que  les  besoins  les  plus  évolués  et  les  problèmes  liés  à  ces  besoins  doivent  être  appréhendés par une autre approche. Une approche qui tienne compte des relations  entre les objets / individus.  2 De la kybernêtikê de Google à l’homéostasie de Facebook  2.1 Qui sauve le vaisseau en perdition ?  "Aujourdhui la science se trouve en quelque sorte sur une ligne de partage. Pendant  deux siècles elle a étudié des systèmes intrinsèquement simples... Le fait quun dogme  comme faire varier les facteurs un par un ait pu être admis pendant un siècle, montre  que  lobjet  des  recherches  scientifiques  était  dans  une  large  mesure  les  systèmes  quautorisait  justement  cette  méthode,  car  une  telle  méthode  est  souvent  totalement  impropre à létude des systèmes complexes... Jusquà une époque récente, la science a  eu tendance à concentrer son attention sur les systèmes simples et, notamment, sur les  systèmes réductibles par lanalyse." [ASH 56]    Cette ligne de partage dressée par Ashby en 1956 opposait déjà le maître et l’élève il y  a  2300  ans.  Comme  nous  avons  vu  ce  qu’en  pensait  l’élève,  étudions  maintenant  les  propos de son maître.    « Nest‐ce pas à la fois le pilote et les matelots, dont les sens sunissent à lintelligence  du pilote, qui se sauvent eux‐mêmes en même temps que le vaisseau. » Loin de fermer  la porte au rire, Platon, dans cet extrait de « Les lois » (Livre XII), met en évidence la  première  approche  systémique.  Ni  le  pilote  seul,  ni  les  matelots,  non  plus  que  le  vaisseau, ne peuvent trouver une solution à leur problème (sauver le vaisseau). Platon  conçoit le vaisseau, le pilote et les matelots comme un système. Quand il parle de sens  et d’intelligence, il est de plus dans l’analyse des relations de ce système.    Tout comme Blaise Pascal pour qui « Toutes choses étant causées et causantes, aidées  et  aidantes,  médiates  et  immédiates,  et  toutes  s’entretenant  par  un  lien  naturel  et  insensible  qui  lie  les  plus  éloignées  et  les  plus  différentes,  je  tiens  impossible  de  connaître  les  parties  sans  connaître  le  tout,  non  plus  que  de  connaître  le  tout  sans Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  8Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  9. 9. connaître  particulièrement  les  parties  »,  Ludwig  von  Bertalanffy  formalise  les  réflexions  de  Platon  dans  sa  théorie  générale  des  systèmes :  « Le  tout  d’un  système  est plus que la somme de toutes les parties du système. Toute approche s’y rapportant  doit partir d’une recherche globale de la solution. »    Joël de Rosnay va plus loin [ROS 75] et intègre le kybernêtikê de la pensée grecque à la  systémique :  « Aujourd’hui,  nous  sommes  confrontés  à  […]  l’infiniment  complexe  […]  Nous  sommes  confondus  par  le  nombre  et  la  prodigieuse  variété  des  éléments,  des  relations, des interactions ou des combinaisons sur lesquels reposent le fonctionnement  des grands systèmes […] Nous sommes déroutés par le jeu de leurs interdépendances et  de  leur  dynamique  propre,  qui  les  font  se  transformer  au  moment  même  où  nous  les  étudions. Lapproche systémique […]sappuie sur une démarche globale des problèmes  ou des systèmes que lon étudie et se concentre sur le jeu des interactions entre leurs  éléments. »  2.2 Les invariants d’un centre de documentation  Tout comme Gödel, les structuralistes tels que Levy‐Strauss, Lacan, Piaget ou Bourdieu  sont convaincus de la présence d’invariants qui échappent à la conscience du sujet, du  système.  Car,  contrairement  au  holisme,  le  structuralisme  explique  le  complexe  par  l’interaction entre les éléments d’un système.    Cette  conception  particulière  se  retrouve  chez  les  chercheurs  du  Mental  Research  Institute de Palo Alto qui  considère exclusivement les systèmes humains comme des  systèmes  de  relations,  des  systèmes  de  communication.  Pour  eux,  « Les  liens  qui  unissent  les  éléments  d’un  système  sont  si  étroits  qu’une  modification  de  l’un  des  éléments entraînera une modification de tous les autres, et du système entier. » [WAT  72]    Cette  capacité  à  laisser  la  porte  ouverte  à  un  phénomène  que  l’on  ne  maîtrise  pas,  voire dont on a pas conscience est plus qu’un pied de nez à l’approche scientifique, elle  est tout simplement magique. Magie, identifiée par Flawell comme « La métacognition  se  rapporte  à  la  connaissance  quon  a  de  ses  propres  processus  cognitifs,  de  leurs  produits  et  de  tout  ce  qui  y  touche,  par  exemple,  les  propriétés  pertinentes  pour  lapprentissage dinformation ou de données... » [FLA 76]    Dans  notre  champ  d’études  concernant  un  centre  de  documentation,  l’évaluation  de  l’information  est  notre  besoin  /  fonction  identifié  comme  étant  le  plus  élevé,  le  plus  complexe,  attendu  /  proposé.  Or,  en  psychologie  cognitive,  l´étude  du  système  de  traitement  de  l´information  chez  l´être  humain  a  fait  apparaître  que  celui‐ci  est  et  devient  un  acte  de  connaissance.  Tout  ce  qui  se  passe  donc  dans  un  centre  de  documentation est acte de connaissance.    Nous allons étudier le cas particulier de l’approche systémique en milieu scolaire et au  rôle que peut / doit jouer le centre de documentation dans un tel milieu. La systémique  permet  d’étudier  la  difficulté  scolaire  dans  le  cadre  d’un  système.  Cette  approche  va Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  9Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  10. 10. observer  les  interactions  dynamiques  entre  les  différents  éléments  (élève,  documentaliste,  savoir,  centre  de  documentation,  école,  famille,  environnement)  et  leur structuration organisée en fonction d’un but. Nous retiendrons qu’un de ces buts  est  l’acquisition  autonome  de  connaissances  et  de  compétences  (apprendre  à  chercher des informations, apprendre à les évaluer).    L’approche  systémique  permet  l’appréhension  de  systèmes  complexes  et  donc  de  problèmes  complexes.  La  systémique  permet  donc  d’éviter  les  réponses  binaires  de  l’approche  linéaire telle  qu’« une  difficulté  en  français  nécessite  uniquement  une  remédiation en français » (souvent avec le même type dexercices déjà proposé).  2.3 Dans la bibliothèque de Google, le rat n’a plus rien à ronger  Nous ne prenons guère de risque en énonçant qu’en milieu scolaire (CDI) un centre de  documentation  reste  pour  beaucoup  aujourd’hui  un  lieu  inintéressant  où  végète  un  « rat de bibliothèque », avec qui, bien souvent, il est difficile de discuter.    Ces difficultés de compréhension sont en grande partie dues aux nouvelles typologies  de recherche. On est passé de « Madame, il me faudrait un livre dhistoire récent pour  une photo du président des USA. » à un jeune devant un ordinateur qui « cherche une  photo du visage de Barack Obama, de grandes tailles, au format JPEG, et dont la licence  autorise des modifications. » (lien vers la requête). De plus, Google, le principal moteur  de  recherche,  propose  une  interface  si  simple  qu’elle  ne  requiert  aucun  effort  de  structuration  et  de  formulation  de  la  demande.  Ainsi  donc,  on  saisit  « vacances  en  Laponie »  pour  trouver  aussi  bien  une  agence  de  voyages  spécialisée  dans  cette  destination  que  pour  regarder  des  photos  de  rennes  tirant  un  traîneau.  Des  finalités  très  différentes  et  pourtant  une  formulation  identique.  Aucun  documentaliste  n’accepte  une  requête  de  ce  genre.  La  première  chose  qu’il  demandera  sera  de  préciser  la  requête.  « Vous  cherchez  une  agence  de  voyages  ou  des  fichiers  multimédias ? »    Le fossé est trop large. D’un côté, nous avons un univers pensé, normalisé et classifié,  régi par un professionnel qui inscrit ses démarches dans le temps (conservation) et de  l’autre, un monde de l’immédiateté, de l’instant, dans lequel trouver par erreur (effet  serendip) est presque devenu une étape incontournable de l’activité de recherche (je  ne recherche plus, je navigue). Notre rapport à l’information a tellement évolué depuis  la démocratisation du web que « les schèmes cognitifs changent, on ne joue plus de la  même manière avec les outils de recherche. » [GAL 08]    On  s’aperçoit  bien  qu’appréhender  un  centre  de  documentation  sans  analyser,  cartographier et évaluer les relations qui sont en jeu dans des méthodes pédagogiques,  des  techniques  d’enseignement,  des  modalités  d’évaluation  et  des  activités  d’apprentissage, réduit considérablement sa portée et sa compréhension.    L’entropie informationnelle [ERT 03, GAL 02] change notre rapport à l’information, nos  façons  de  la  rechercher,  de  l’évaluer,  de  la  stocker,  de  l’annoter.  L’équifinalité  de Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  10Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  11. 11. l’approche systémique permet d’envisager plusieurs chemins pour apprendre la même  chose.  2.4 De la nécessité d’une culture informationnelle   Les  nouvelles  typologies  de  recherche  ont  créé  un  lien  de  dépendance  très  fort  des  utilisateurs vis‐à‐vis des moteurs de recherche. « Une écrasante majorité d’utilisateurs  considère  que  les  résultats  donnés  par  les  moteurs  de  recherche  sont  fiables  et  questionne  peu  la  pertinence  des  résultats. »  [BRO  07]  Un  centre  de  documentation  peut difficilement rivaliser avec Google.    De  plus,  « Je  l’ai  trouvé  sur  Internet »  est  devenu  le  nouveau  « dicton  d’autorité  personnelle », selon la formule de Régis Debray, de la cybershère. [SER 05]    Or,  des  notions  « évidentes »  pour  chacun  comme  la  confiance,  la  pertinence,  la  qualité, la crédibilité et la fiabilité deviennent très vite difficiles à définir dans un cadre  d’évaluation de l’information. Et c’est sans compter que « les moteurs de recherche ne  sont pas à l’abri des manipulations et de la propagande. » [SIM 09]    Comme le concept de réseau social, les concepts de qualité et d’autorité ne sont pas  nouveaux. [RIE 02] « The concepts of quality and authority are not new. » Mais arriver à  une  pertinence  sociocognitive  satisfaisante  est  un  processus  itératif  complexe  que  nous  mettons  en  œuvre  à  toutes  les  étapes  de  notre  vie.  De  l’enfance  à  l’analyse  stratégique,  nous  devons  régulièrement  évaluer  la  pertinence  sociocognitive  d’une  information  et  donc  accepter  de,  parfois,  nous  tromper.  Se  tromper  n’est  pas  envisageable dans l’approche analytique.    Quand  on  sait  que  « La  maîtrise  de  l’information  […]  est  l’une  des  cinq  habiletés  essentielles pour pouvoir intégrer le marché de travail dans l’avenir. » [INF 95], on se dit  qu’il est grand temps d’opter pour l’approche systémique, qui nous permettra, nous en  sommes convaincus de développer une culture informationnelle durable.    « On  croyait  que  le  numérique  nous  apporterait  un  accès  facilité  à  la  connaissance,  il  n’en  est  rien.  La  littératie  se  complexifie  au  contraire  et  l’illusion  de  la  transparence  dissimule délégations techniques et intellectuelles. » [LED 10]       Tu ne m’apprends rien si tu ne  m’apprends à faire quelque chose.       Paul ValéryMaster 1 Information et Communication, parcours Documentation  11Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  12. 12. CONCLUSION        Aujourd’hui « Nous donnons du pouvoir aux gens quand nous leur accordons notre attention  et  les  gens  gagnent  du  pouvoir  quand  ils  font  le  pont  entre  des  mondes  différents  et  déterminent  quelles  informations  seront  reversées  dans  les  réseaux »  dont  ils  sont  l’un  des  nœuds. [BOY 09]    D’un autre côté, avec « Google Suggest » qui prédit les requêtes de recherche en temps réel  et  « Google  Instant  Search »,  qui  affiche  automatiquement  les  résultats  associés  à  une  requête populaire commençant par ces lettres on peut légitimement se dire que « suggérer  nest pas prédire, mais peut fortement y ressembler ». [ERT 10]    Dès  lors,  on  peut  se  poser  la  question :  « la  capacité  prédictive  de  nos  systèmes  socio‐ techniques  va‐t‐elle  tuer  notre  libre  arbitre  ? »  [SCH  09]  Et  qui  mieux  qu’un  centre  de  documentation peut appendre à apprendre, peut développer le libre arbitre ?    L’approche  linéaire  ne  permet  pas  d’intervenir  sur  la  métacognition  et  l’affectivité  de  l’apprentissage, voire même de prendre en compte ces notions. Or cette erreur, cet oubli, a  déjà  été  commis  il  y  a  quinze  ans  par  le  Ministère  de  la  Recherche  et  de  la  Technologie.  Quand  il  a  demandé  à  sa  délégation  à  l’Information  Scientifique  et  Technique  (la  DIST)  un  rapport sur la qualité de l’information scientifique et technique (IST), il a oublié l’analyse des  relations des producteurs et des consommateurs d’IST.    Cet oubli a été comblé depuis par le Ministère de l’Éducation Nationale qui mentionne  dans  « Repères  pour  la  mise  en  œuvre  du  Parcours  de  formation  à  la  culture  de  l’information »  paru  en  octobre  2010  que  « L’activité  informationnelle  sollicite  plusieurs  compétences  cognitives,  au  premier  rang  desquelles  arrive,  bien  sûr,  la  lecture  mais  aussi  différentes  modalités  de  raisonnement,  l’aptitude  à  analyser,  évaluer  et  synthétiser  ainsi  que  des  compétences sociales et communicationnelles. »     Tout comme vous, nous sommes convaincus que « La notion de culture de l’information a eu  très  tôt  une  connotation  pédagogique. »  [CHA  10]  et  qu’avec  les  nouvelles  typologies  de  recherche et la lecture participative des documents sur le web, on assiste à une déformation  de lhexagone cognitif [SAL 03] du lecteur / chercheur.    C’est  bien  l’approche  systémique  de  la  documentation  qui  a  permis  l’épanouissement  du  knowledge  management  (gestion  des  connaissances)  dans  les  entreprises,  via,  notamment  les réseaux sociaux d’entreprise.    Va‐t‐on  arriver,  doit‐on  arriver,  à  un  réseau  social  en  collège  et  lycée,  dont  la  gestion  des  connaissances serait un héritage du centre de documentation ?     Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  12Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  13. 13. BIBLIOGRAPHIE    [ALA 89] ALA (American Library Association), 1989, « Presidential Committee on Information Literacy: Final Report », accessible [en ligne], http://www.ala.org/ala/mgrps/divs/acrl/publications/whitepapers/presidential.cfm, consulté le 5 novembre 2010  [ASH 56] ASHBY W. Ross, Introduction to Cybernetics, Chapman & Hall, London, [disponible en ligne], http://pespmc1.vub.ac.be/books/IntroCyb.pdf, consulté le 1 janvier 2011.  [BON 08] Boniface Jacqueline, 2008, « Gödel : des théorèmes d’incomplétude à la théorie des concepts », in Noesis, N°14 | 2008 : Sciences du vivant et phénoménologie de la vie, [en ligne], http://noesis.revues.org/index1661.html, consulté le 30 décembre 2010.  [BOY 09] BOYD Danah, 2009, « Ce qu’implique de vivre dans un monde de flux. », Web 2.0 Expo 2009, tiré de l’article de Hubert Guillaud du 06/01/10 paru sur InternetActu, [en ligne], http://www.internetactu.net/2010/01/06/danah‐boyd‐ce‐quimplique‐de‐vivre‐dans‐un‐monde‐de‐flux/, consulté le 13 novembre 2010.  [BRO 07] BROUDOUX Évelyne, 2007, « Construction de l’autorité informationnelle sur le web. », accessible [en ligne], http://hal.archives‐ouvertes.fr/sic_00120710/, consulté le 16 octobre 2010.  [BUL 04] BULINGE Franck, 2004, « Rôle et faiblesse de l’analyse dans la culture française de l’information. » in « Regards sur l’Intelligence Économique N°5, Septembre / Octobre 2004.  [CHA 10] CHANTE Alain, 2010, « La culture de l’information, un domaine de débats conceptuels », [en ligne], http://w3.u‐grenoble3.fr/les_enjeux/2010/Chante/Chante.pdf, consulté le 2 janvier 2011.  [CHE 76] CHECKLAND Peter, 1976, « Science and the systems paradigm », in « International Journal of General Systems 3 », pp 127‐134, Gordon and Breach Science Publishers Ltd, [en ligne], http://books.google.fr/books?id=ERvCHnKtEooC&lpg=PP1&dq=facets%20of%20systems%20science&pg=PP1#v=onepage&q&f=false, consulté le 26 décembre 2010.  [COS 00] COSIJN Erica, INGWERSEN Peter, 2000, « Dimension of relevance. », Information Processing and Management, vol. 36 (4), p. 533‐550.  [ERT 03] ERTZSCHEID Olivier, GALLEZOT Gabriel, 2003, « Chercher faux et trouver juste, Serendipité et recherche d’information. », CIFSIC, Bucarest 2003 – Atelier D2 ‐ «Communication et complexité ».  [ERT 10] ERTZSCHEID Olivier, 2010, « La réponse avant la question. Ou le complexe du scribe. », blog affordance.info, [en ligne], http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/09/la‐reponse‐avant‐la‐question.html, consulté le 30 septembre 2010.  [FAL 05] FALLOWS Deborah, 2005, « Search Engine Users: Internet searchers are confident, satisfied and trusting – but they are also unaware and naïve », Pew Internet & American Life Project, [en ligne], http://www.pewinternet.org/~/media/Files/Reports/2005/PIP_Searchengine_users.pdf.pdf, consulté le 11 novembre 2010.  [FLA 76] FLAVELL J.H., 1976, « Metacognitive aspects of problem‐solving », In Resnick and all : The nature of intelligence : Lawrence Erlbaum Associates. Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  13Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  14. 14.   [GAL 02] GALLEZOT Gabriel, 2002, « La recherche in silico » In : Chartron G. (dir.) Les chercheurs et la documentation électronique : nouveaux services, nouveaux usages, Edition du cercle de la Librairie, Coll. Bibliothèque.  [GAL 08] GALLEZOT Gabriel, ROLAND Michel, ARASZKIEWIEZ Jacques, 2008, « La recherche floue » In : Traitements et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ? – Document numérique et Société, Paris, CNAM, France.  [INF 95], Information Literacy Committee, 1995, « Information Literacy », Ocotillo Report 94, Arizona, USA, Maricopa Center for Learning and Instruction (MCLI), disponible [en ligne] à l’adresse : http://hakatai.mcli.dist.maricopa.edu/ocotillo/report94/rep7.html, traduction disponible [en ligne] sur http://www.ebsi.umontreal.ca/formanet/culture.html, consulté le 12 novembre 2010.  [JEA 00] JEANNERET Yves, 2000, « Y a‐t‐il (vraiment) des technologies de l’information ? », Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.  [LAP 92] LAPOINTE Jacques‐Jean, 1992, « La conduite dune étude de besoins en éducation et en formation », Presses de lUniversité du Québec.  [LED 06] LE DEUFF Olivier, 2006, « Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations, institutionnelles. » 7 p., [en ligne], http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00122603, consulté le 26 octobre 2010.  [LED 10] Le Deuff Olivier, 2010, « Nous avons de plus en plus besoin de lecteurs de crânes de licorne », [en ligne], http://www.guidedesegares.info/2010/12/31/nous‐avons‐de‐plus‐en‐plus‐besoin‐de‐lecteurs‐de‐cranes‐de‐licorne/, consulté le 2 janvier 2011.  [LEM 94] LE MOIGNE Jean‐Louis, 1994, « La théorie du système général », ré édition de ce livre en 2006 sous le format dit ‘e‐book’ dans la Collection des CLASSIQUES DU RESEAU INTELLIGENCE DE LA COMPLEXITE , [en ligne], http://www.mcxapc.org/inserts/ouvrages/0609tsgtm.pdf, téléchargé le 24 novembre 2010.  [LOR 01] LORENZEN Michaël, 2001, « The land of confusion? High school students and their use of the World Wide Web for research », Research Strategies, vol.18, n°2, p151‐163, accessible en partie [en ligne] à cette adresse http://www.libraryinstruction.com/confusion.html, consulté le 11 novembre 2010.  [NAW 09] NAWAL Boudechiche, 2009, « Traitement de l’écrit et construction de connaissances en contexte plurilingue : défis et opportunités. », in Synergies Algérie n° 6‐ 2009 pp. 29‐40, Centre Universitaire d’El Tarf, accessible [en ligne], http://ressources‐cla.univ‐fcomte.fr/gerflint/Algerie6/nawal.pdf, consulté le 1er novembre 2010.  [PER 00] PERRIAULT Jacques, « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information. », [en ligne], http://archives.limsi.fr/WkG/PCD2000/textes/perriault.html, consulté le 15 octobre 2010.  [RIE 02] RIEH, Soo Young, 2002, « Judgment of Information Quality and Cognitive Authority in the Web. », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 53(2), 145‐161.  [ROU 08] ROUET Jean‐François, MACEDO‐ROUET Mônica, ZAMPA Virgiie, « L’information Internet : le jugement de crédibilité des usagers. », Communications du 16ème Congrès de la SFSIC (Société française des sciences de linformation et de la communication) [en ligne], http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?article132, consulté le 30 octobre 2010.  [ROS 75] DE ROSNAY Joël, 1975, « Le macroscope, vers une vision globale », Seuil, collection Points Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  14Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  15. 15.  [SAL 03] SALANSKIS Jean‐Michel, 2003, « Herméneutique et cognition. », Villeneuve‐dAscq : Presses universitaires du septentrion.  [SCH 09] SCHIRRMACHER Franck, 2009, « La capacité prédictive de nos systèmes socio‐techniques va‐t‐elle tuer notre libre arbitre ? », article d’Hubert Guillaud, le 18 novembre 2009 pour InternetActu, [en ligne], http://www.internetactu.net/2009/11/18/la‐capacite‐predictive‐de‐nos‐systemes‐socio‐techniques‐va‐t‐elle‐tuer‐notre‐libre‐arbitre/, consulté le 07 novembre 2010.  [SER 05] SERRES Alexandre, 2005, « Évaluation de l’information sur Internet, le défi de la formation. », Bulettin des Bibliothèque de France ‐ Paris, t. 50, n° 6, dossier : Formation des usagers, [en ligne], http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf‐2005‐06‐0038‐006, consulté le 10 octobre 2010.  [SER 08] SERRES Alexandre, 2008, « La culture informationnelle. », ERELLIF ‐ Equipe de Recherches sur la diversité Linguistique et Littéraire du Monde Francophone. UHB, accessible [en ligne], http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00267115/fr/, consulté le 27 octobre 2010.  [SIM 08] SIMMONOT Brigitte, 2008, « La pertinence en sciences de l’information : des modèles, une théorie ? », pp. 161‐182 ch 6 in Papy F. (dir.), Problématiques émergentes dans les Sciences de l’Information, Paris : Hermes‐Lavoisier.  [SIM 09] SIMMONOT Brigitte, 2008, « Être usager de l’information en ligne nécessite‐t‐il de nouvelles compétences ? », Ch1, p 21‐39 in Dinet J. (dir, « Usages, usages et compétences informationnelles au 21ème siècle », Paris : Hemès Lavoisier.  [TIL 05] TILMAN Francis, 2005, « Les concepts de l’évaluation », Atelier de pédagogie sociale Le Grain ASBL, [en ligne], http://www.legrainasbl.org/Les‐concepts‐de‐l‐evaluation, consulté le 04 novembre 2010.  [WAN 98] WANG Peiling, SOERGEL Dagobert, 1998, « A Cognitive Model of Document Use during a Research Project. Study I. », Document Selection, Journal of the American Society for Information Science and Technology, 49(2), 115‐133.  [WAN 99] WANG Peiling, DOMAS WHITE Marilyn, 1999, « A Cognitive Model of Document Use during a Research Project. Study II. », Decisions at the Reading and Citing Stages, Journal of the American Society for Information Science and Technology, 50(2), 98‐114.  [WAT 72] WATZLAWICK Paul, HELMICK BEAVIN Janet, JACKSON Don D., 1972, « Une logique de la communication », Paris, Seuil.  [WIL 83] WILSON Patrick, 1983, « Second Hand Knowledge : An Inquiry into Cognitive Authority. », Westport, Connecticut : Greenport Press.    Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  15Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 
  16. 16. SITOGRAHIE  Affordance.info http://affordance.typepad.com  Blog d’Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de linformation.  Archimag http://beta.archimag.com/ Stratégies & ressources de la mémoire & du savoir  Archive Ouverte en Sciences de lInformation et de la Communication http://hal.archives‐ouvertes.fr  @rchiveSIC  a  vu  le  jour  en  Mai  2002.  Il  sinscrit  dans  le  mouvement  mondial  des  Archives ouvertes  pluridisciplinaire  HAL,  et  est  destinée  au  dépôt  et  à  la  diffusion  darticles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements denseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.  Association des professionnels de linformation et de la documentation  http://www.adbs.fr Créée  en  1963,  lADBS,  forte  de  ses  5 000  adhérents  professionnels,  est  la  première association professionnelle de linformation et de la documentation en Europe.  Huyghe.fr http://www.huyghe.fr  Le  blog  de  François‐Bernard  Huyghe,  Docteur  dÉtat  en  Sciences  Politiques Habilité à diriger des recherches en Sciences de lInformation et Communication.  Internet Actu www.internetactu.net Internet  Actu,  l’un  des  principaux  sites  francophones  de  veille  sur  l’innovation  dans  le domaine  des  technologies  de  l’information  et  de  la  communication,  est  soutenu  par  15 acteurs  de  l’innovation  et  de  la  recherche  pour  garantir  son  indépendance,  assurer  son développement et enrichir son contenu.  Le guide des égarés. http://www.guidedesegares.info  Blog  d’Olivier  Le  Deuff  dont  les  mots‐clés  sont :  Information  literacy,  documentation,  CDI, Internet,  Pédagogie,  culture  de  linformation,  sciences  de  linformation  et  de  la communication.  Société française des sciences de linformation et de la communication http://www.sfsic.org La Société Française des Sciences de lInformation et de la Communication, créée en 1974, est une Association régie par la loi de 1901.  Master 1 Information et Communication, parcours Documentation  16Guillaume‐Nicolas MEYER 2010 – 2011 

×