Dépasser les oppositions du web 2.0 Les complémentarités entre   « réseaux sociaux »  et industries culturelles Franck Reb...
Le web 2.0 vu par les médias <ul><li>«Révolus, les circuits traditionnels et la suprématie des  majors . Ou franchement me...
Le web 2.0 vu par les essayistes <ul><li>Les médias de s  masses </li></ul><ul><li>(De Rosnay, 2006) </li></ul><ul><li>La ...
Le web 2.0 vu par les chercheurs <ul><li>Un moment dans l’histoire longue des dispositifs de communication et de leur ancr...
Industries culturelles et « réseaux sociaux » du web 2.0 <ul><li>Objet : un des domaines  concerné par le web 2.0 et les «...
Trois oppositions binaires à dépasser Liberté de la création amateur Contr ôle industriel de la production Posture active ...
<ul><li>« Les médias 1.0 sont descendants, centralisés, fermés. L’information y est hautement filtrée. […] Les médias 2.0 ...
Les échanges entre individus en matière de culture et d’information :  une fausse nouveauté <ul><li>2 formes d’échange : <...
Les échanges entre individus en matière de culture et d’information sur l’internet : une dimension nouvelle <ul><li>Dimens...
L’interpénétration entre communautés médiatées et industries culturelles <ul><li>La circulation de biens culturels industr...
Interpénétration conjoncturelle ou mouvement de fond ? <ul><li>L’aléa de valorisation dans la théorie des industries cultu...
<ul><li>«D’utilisateur, l’internaute bascule progressivement vers un acteur du web, grâce notamment aux outils mis à dispo...
La participation aux réseaux sociaux du web 2.0 : de QUOI parle-t-on ? <ul><li>Les trois grands registres d’utilisation de...
La participation aux réseaux sociaux du web 2.0 : de QUOI parle-ton ? <ul><li>Un exemple : Médiamétrie (oct. 2006) </li></...
La participation aux « réseaux sociaux » du web 2.0 : de QUI parle-t-on ? <ul><li>« Créateurs » : 3,1 millions </li></ul><...
La participation aux « réseaux sociaux » du web 2.0 : de QUI parle-t-on ? <ul><li>Les acteurs du journalisme « participati...
Une participation accrue ? <ul><li>Impression d’élargissement quantitatif et de continuité qualitative </li></ul><ul><li>P...
You Tube : Broadcast Yourself !
Autopublication :  amateur, automatisée et autonome ? <ul><li>Les risques d’une publication sans public </li></ul><ul><li>...
Ressources et contraintes des réseaux sociaux pour la publication amateur <ul><li>Des procédés de publication ET d’interre...
Une liberté de création contr ôlée <ul><li>Le dilemme de la publication web 2.0 : </li></ul><ul><li>l’enfermement après l’...
Conclusion <ul><li>Le web 2.0 : un moment d’hybridation entre internet et industries culturelles : </li></ul><ul><li>Échan...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rebillard Web2 Reseaux Sociaux

3 518 vues

Publié le

Présentation de Franck Rebillard (Université Lyon 2) à la journée d'étude "Réseaux sociaux" du Groupe de recherche "Acteurs et production numérique éditoriale" (CNRS - 17 décembre 2007)

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 518
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
431
Actions
Partages
0
Téléchargements
60
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rebillard Web2 Reseaux Sociaux

  1. 1. Dépasser les oppositions du web 2.0 Les complémentarités entre  « réseaux sociaux » et industries culturelles Franck Rebillard Elico - Université Lyon 2 [email_address] Journée d’étude « Réseaux sociaux : des outils et des usages » CNAM Paris - 17 décembre 2007 Groupe Acteurs et production numérique éditoriale GDR Tic et Société - CNRS
  2. 2. Le web 2.0 vu par les médias <ul><li>«Révolus, les circuits traditionnels et la suprématie des majors . Ou franchement menacés. […] un séisme culturel : une mini caméra et un ordinateur vous donnent accès à des millions de personnes. […] À chaque lever de soleil, le monde compte 100 000 nouveaux éditorialistes ! Et que dire du milieu artistique, où chacun devient producteur avec la même facilité qu’il était autrefois spectateur . » </li></ul><ul><li>L’Express, 7 décembre 2006, p. 36. </li></ul>
  3. 3. Le web 2.0 vu par les essayistes <ul><li>Les médias de s masses </li></ul><ul><li>(De Rosnay, 2006) </li></ul><ul><li>La fin de la télévision </li></ul><ul><li>(Missika, 2006) </li></ul>
  4. 4. Le web 2.0 vu par les chercheurs <ul><li>Un moment dans l’histoire longue des dispositifs de communication et de leur ancrage social (Proulx, 2004, Miège, 2007) </li></ul><ul><li>Un moment à ne pas négliger </li></ul><ul><li>Un moment à ne pas surestimer </li></ul><ul><li>Une position tenable dans un moment de bouillonnement médiatique et idéologique ? </li></ul>
  5. 5. Industries culturelles et « réseaux sociaux » du web 2.0 <ul><li>Objet : un des domaines concerné par le web 2.0 et les « réseaux sociaux » </li></ul><ul><li>Objectif : appréhender à sa juste mesure le degré de nouveauté apporté par le web 2.0 </li></ul><ul><li>en matière de diffusion d’information et de culture </li></ul>
  6. 6. Trois oppositions binaires à dépasser Liberté de la création amateur Contr ôle industriel de la production Posture active de l’internaute Passivité de la consommation mass-médiatique Horizontalité des échanges Verticalité de la diffusion Après le web 2.0 Avant le web 2.0
  7. 7. <ul><li>« Les médias 1.0 sont descendants, centralisés, fermés. L’information y est hautement filtrée. […] Les médias 2.0 sont ceux que produit la révolution des médias personnels. L’audience devient le contenu. C’est le royaume de la conversation : on veut commenter, évaluer, recommander. » </li></ul><ul><li>Propos de JD Lasica, Internet Actu, http://www.internetactu.net, 1er juin 2006. </li></ul>
  8. 8. Les échanges entre individus en matière de culture et d’information : une fausse nouveauté <ul><li>2 formes d’échange : </li></ul><ul><li>- échanges autour de l’information et de la culture </li></ul><ul><li>- échanges de biens informationnels et culturels </li></ul><ul><li>Pour 2 pratiques anciennes </li></ul>
  9. 9. Les échanges entre individus en matière de culture et d’information sur l’internet : une dimension nouvelle <ul><li>Dimension spatiotemporelle modifiée : </li></ul><ul><li>- envergure mondiale </li></ul><ul><li>- Rapidité des transmissions </li></ul><ul><li>Dimension instrumentale renforcée : </li></ul><ul><li>des communautés imaginées (Anderson, 1991) aux communautés médiatées (Gensollen, 2004) </li></ul>
  10. 10. L’interpénétration entre communautés médiatées et industries culturelles <ul><li>La circulation de biens culturels industrialisés au sein des communautés médiatées </li></ul><ul><li>Les jugements des communautés médiatées comme outil marketing des industries culturelles </li></ul>
  11. 11. Interpénétration conjoncturelle ou mouvement de fond ? <ul><li>L’aléa de valorisation dans la théorie des industries culturelles </li></ul><ul><li>Un marketing amont par l’aval avec l’internet ? </li></ul><ul><li>Une tendance plus générale pour les industries culturelles, activée par les Tic ? </li></ul>
  12. 12. <ul><li>«D’utilisateur, l’internaute bascule progressivement vers un acteur du web, grâce notamment aux outils mis à disposition, outils qui lui permettent de participer au développement de cette nouvelle génération du web, moins statiques, plus interactifs, participatifs et collaboratifs. » </li></ul><ul><li>lemonde.fr, 6 octobre 2006. </li></ul>
  13. 13. La participation aux réseaux sociaux du web 2.0 : de QUOI parle-t-on ? <ul><li>Les trois grands registres d’utilisation des Tic : </li></ul><ul><li>A) interprétation intellectuelle </li></ul><ul><li>B) manipulation matérielle </li></ul><ul><li>C) intervention sur le contenu </li></ul><ul><li>Usages des biens culturels industrialisés = A + B </li></ul><ul><li>Participation aux réseaux sociaux du web 2.0 = A+B + C ? </li></ul>
  14. 14. La participation aux réseaux sociaux du web 2.0 : de QUOI parle-ton ? <ul><li>Un exemple : Médiamétrie (oct. 2006) </li></ul><ul><li>« Contribuer » : « donner [un] avis sur un produit ou un service, voter pour un site, devenir “beta-testeur”, contribuer à un wiki , poster un commentaire sur un blog, ou participer à un forum » </li></ul><ul><li>« s’exprimer et participer en ligne » </li></ul><ul><li>« Créer » : « créer un forum de discussion, posséder un blog, ou diffuser ses propres contenus audio et vidéo » </li></ul>
  15. 15. La participation aux « réseaux sociaux » du web 2.0 : de QUI parle-t-on ? <ul><li>« Créateurs » : 3,1 millions </li></ul><ul><li>« Contributeurs » : 14,8 millions </li></ul><ul><li>« internautes assidus » : 17,7 millions </li></ul><ul><li>« population internaute + 15 ans » : 25 millions </li></ul><ul><li>Population française + 15 ans : 50 millions </li></ul><ul><li>1/3 de contributeurs : </li></ul><ul><li>une pratique non pas mineure sur l’internet, mais minoritaire dans la population </li></ul>
  16. 16. La participation aux « réseaux sociaux » du web 2.0 : de QUI parle-t-on ? <ul><li>Les acteurs du journalisme « participatif » (Rebillard, 2007) : </li></ul><ul><li>surreprésentation des professions intellectuelles et des individus engagés. </li></ul><ul><li>les « ingénieurs du social » à la télévision (Rouquette, 2001) </li></ul><ul><li>Les participants déjà actifs des réseaux sociaux </li></ul>
  17. 17. Une participation accrue ? <ul><li>Impression d’élargissement quantitatif et de continuité qualitative </li></ul><ul><li>Problèmes méthodologiques : </li></ul><ul><li>- manque de référents antérieurs </li></ul><ul><li>-dépendance des organismes et de leurs catégorisations </li></ul>
  18. 18. You Tube : Broadcast Yourself !
  19. 19. Autopublication : amateur, automatisée et autonome ? <ul><li>Les risques d’une publication sans public </li></ul><ul><li>Un rappel : r ôle central de la fonction éditoriale dans les industries culturelles </li></ul><ul><li>Les deux voies de la publication amateur : </li></ul><ul><li>- publication distribuée et filtrage collectif </li></ul><ul><li>(Le Crosnier, 2004) </li></ul><ul><li>- plateformes « vectorielles » de publication amateur </li></ul><ul><li>(Broudoux, 2007) </li></ul>
  20. 20. Ressources et contraintes des réseaux sociaux pour la publication amateur <ul><li>Des procédés de publication ET d’interrelation : </li></ul><ul><li>- trackbacks </li></ul><ul><li>- RSS </li></ul><ul><li>- folksonomy </li></ul><ul><li>- « amis » </li></ul><ul><li>L’injonction à la connexion permanente </li></ul>
  21. 21. Une liberté de création contr ôlée <ul><li>Le dilemme de la publication web 2.0 : </li></ul><ul><li>l’enfermement après l’ouverture </li></ul><ul><li>ou </li></ul><ul><li>L’exploitation marchande de l’audience </li></ul><ul><li>La plate-forme d’autopublication comme évolution possible pour les industries culturelles sur l’internet : </li></ul><ul><li>niveau méta-éditorial et modèle du courtage informationnel (Moeglin, 2005). </li></ul>
  22. 22. Conclusion <ul><li>Le web 2.0 : un moment d’hybridation entre internet et industries culturelles : </li></ul><ul><li>Échanges entre internautes + diffusion de masse </li></ul><ul><li>Pratiques interactives minoritaires + attitudes de consultations majoritaires </li></ul><ul><li>Publication amateur + exploitation marchande </li></ul><ul><li>Configuration sociotechnique en gestation, dynamique cumulative. </li></ul>

×