En finir avec l'angélisme pénal

98 vues

Publié le

Par Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collection aux Belles Lettres. Non seulement, la sécurité des citoyens est de moins en moins assurée en raison du laxisme délibéré imprégnant les réponses pénales surtout telles qu’elles sont repensées selon les canons de la scélérate idéologie de type Syndicat de la Magistrature (la culture de l’excuse et la réinsertion sans peine…) dont s’inspirent Christiane Taubira et François Hollande, mais que la pratique pénale depuis longtemps suivie et maintenant érigée en doctrine d’État est foncièrement immorale.

Publié dans : Droit
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
98
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

En finir avec l'angélisme pénal

  1. 1. N°04 © Novembre 2013 TRIBUNE LIBRE Alain Laurent est philosophe, essayiste et directeur des collections « Bibliothèque classique de la liberté » et « Penseurs de la liberté » aux Belles Lettres. Il est l’auteur en 2013, d’un essai : En finir avec l’angélisme pénal. Édité par l’Institut pour la Justice Association loi 1901 Contacts : 01 70 38 24 07 publications@institutpourlajustice.org En finir avec l’angélisme pénal Alain Laurent philosophe, essayiste et directeur de collections aux Belles Lettres. Entretien réalisé par Damien Theillier, professeur de philosophie et essayiste.
  2. 2. En finir avec l’angélisme pénal Tribune libre Novembre 2013 – Page 3 ENTRETIEN Damien Theillier : Vous partez dans votre livre d’un état des lieux de la justice en France. Et votre analyse s’appuie sur un constat que je résume : notre système judiciaire et pénitentiaire ne parvient plus à assurer la sécurité face aux délinquants et aux criminels. Pourtant vous dites que le problème est d’ordre philosophique et non simplement politique. Qu’entendez-vous par là ? Alain Laurent : Ce qui suscite légitimement l’indignation dans cet état des lieux, c’est que, non seulement, la sécurité des citoyens est de moins en moins assurée en raison du laxisme délibéré imprégnant les réponses pénales surtout telles qu’elles sont repensées selon les canons de la scélérate idéologie de type Syndicat de la Magistrature (la culture de l’excuse et la réinsertion sans peine…) dont s’inspirent Christiane Taubira et François Hollande, mais que la pratique pénale depuis longtemps suivie et maintenant érigée en doctrine d’État est foncièrement immorale. Ce qui renvoie à une problématique de philosophie morale  : le rejet des principes et de la logique de la responsabilité individuelle, le refus de punir comme il convient le viol des droits d’autrui, et la politique de « traitement social » de la délinquance qui s’ensuit – avec le comble : l’attribution de droits sociaux aux délinquants sous main de justice. Damien Theillier : Vous aviez pensé à prendre comme titre de votre ouvrage : « La compassion dévoyée ». En effet, la compassion de nos jours ne va pas tellement aux victimes des viols et des agressions en tout genre mais plutôt aux auteurs desdits crimes. Comment expliquez-vous cette perversion de la compassion que vous appelez « angélisme pénal » ? Alain Laurent : Notre époque se caractérise en effet par le dévoiement et l’hypertrophie obsessionnelle de la compassion, un sentiment moral fondamental qui fait des humains des êtres réellement civilisés lorsqu’il s’applique à bon escient à ceux de nos semblables qui subissent les coups du sort et en souffrent (on notera qu’un délinquant en est radicalement dépourvu : c’est même sa définition). Mais qui dérape et déraille totalement quand au contraire en bénéficient les individus qui violent volontairement et brutalement les droits élémentaires des autres, criminels et délinquants en premier lieu qu’on transmue en malheureuses victimes. En fait, l’« angélisme pénal » n’est qu’un point d’application particulier d’un plus vaste syndrome moral dévastateur : il s’agit d’une inversion radicale des valeurs alimentée par la « haine de soi », un complexe de culpabilité effréné mais immérité. Tenter d’expliquer en profondeur l’emprise croissante de cette pathologie nous mènerait trop loin ici. Damien Theillier : Selon Maurice Cusson, que vous citez, un criminel est un calculateur rationnel pour lequel la plus petite satisfaction de ses appétits « égoïstes » vaut n’importe quel tourment pour les autres. L’utilité économique est-elle donc le moteur qui anime ces criminels et délinquants ?
  3. 3. Tribune libre Page 4 – Novembre 2013 En finir avec l’angélisme pénal Alain Laurent : D’abord, il ne s’agit pas seulement d’utilité « économique » et, d’autre part la catégorie de l’ « utilité » ne me paraît pas particulièrement pertinente pour rendre compte des motivations sous-tendant réellement la conduite transgressive et violente. Ce qui fait courir la plupart de ceux qui choisissent le mode de vie délinquant ou criminel, c’est le plaisir (le « fun », l’adrénaline) de s’affranchir des disciplines auxquelles s’astreignent les citoyens ordinaires pour gagner leur vie par leurs propres efforts et sans agresser les autres, mais aussi celui, à connotation parfois sadique, de réduire les autres à l’état d’objets ou d’esclaves. Le véritable moteur est avant tout d’ordre existentiel. Damien Theillier : Si les criminels méprisent totalement les droits d’autrui, pensez-vous que la fermeté et la sévérité de la réponse pénale soient à même de réduire la criminalité ? Alain Laurent : Bien entendu, parce qu’étant des « calculateurs rationnels » capables de monter fort intelligemment des « coups », mais donc aussi de prendre en compte d’éventuels risques croissants que ça finisse très mal pour eux par un enfermement rigoureux de longue durée, une partie d’entre eux va y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une carrière délinquante. Mais le plus important est peut-être ailleurs : dans la persuasion autant que la dissuasion. J’entends par là qu’en créant un contexte global de réprobation sociale impitoyable de tout ce qui viole brutalement les droits d’autrui, une prévention morale peut se révéler efficace en faisant intégrer en amont chez les individus dits en « perte de repères » qu’il y a des interdits à respecter absolument. C’est l’actuel climat ambiant de tolérance et d’excuse préalable à tout (le laxisme) qui constitue le terrain criminogène de base. Damien Theillier : Vous êtes philosophe et un chapitre de la seconde partie du livre est consacré à Kant. Pourquoi cet auteur du XVIIIe siècle vous semble plus important pour penser la justice pénale que d’autres comme Beccaria ou Bentham qui sont souvent plus connus sur ce sujet ? Alain Laurent : On est là en effet au cœur du sujet. Beccaria a servi d’alibi au développement inconsidéré d’un humanitarisme de mauvais aloi porteur d’un nouvel abolitionnisme, celui des peines et de la prison. Quant à Bentham, il mise tout sur une conception exclusivement et platement utilitariste à courte vue, avec laquelle on peut justifier n’importe quoi, de la peine de mort en série jusqu’à un monde sans prisons. Avec Kant, au contraire, on a affaire à une philosophie morale raisonnée qui pose de manière fondamentale les principes d’un monde authentiquement civilisé : le primat de la responsabilité personnelle et l’impératif catégorique du respect d’autrui, à toujours traiter comme une fin et jamais comme un moyen : d’où procède la légitimité et la nécessité du punir si on l’enfreint. Kant rappelle qu’il y a une infirmité originelle de l’utilitarisme pénal: au nom de quoi et en vue de quoi une chose peut-elle apparaître « utile » ? On ne peut pas faire l’économie d’une réflexion préalable sur les valeurs et leur hiérarchie.
  4. 4. En finir avec l’angélisme pénal Tribune libre Novembre 2013 – Page 5 Damien Theillier : Vous avez écrit de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire de la pensée libérale. Or le libéralisme est souvent taxé de laxisme, notamment en matière juridique. Peut-on concilier un libéralisme authentique, avec une réhabilitation de la sanction pénale ? Alain Laurent : Il est exact qu’un certain libéralisme contemporain, et pas seulement celui qui croit se reconnaître dans le « liberalism » gauchisant à l’américaine, semble parfois pécher lui aussi par aveuglement volontaire  : soit en délaissant carrément la problématique pénale, soit en psalmodiant le refrain de « la douceur des peines », soit même en prétendant tout résoudre par la seule réparation financière. Or, dans la grande tradition libérale, le principe et la logique de la responsabilité individuelle sont au fondement de l’édification d’une société de pleine liberté pour tous  : voir avant tout Bastiat, mais aussi auparavant Benjamin Constant puis ensuite Tocqueville, connu pour son soutien à une sanction des plus sévères des actes criminels. Dans la mouvance libertarienne elle-même, au moins dans sa version « objectiviste » (Ayn Rand, Robert Bidinotto…), on n’est pas moins actuellement aussi rigoureux  : la plus grande liberté individuelle pour tous ne peut aller, à moins d’être incohérente et vouée à l’autodestruction, sans une ferme répression de tout ce qui viole le droit des gens de vivre paisiblement et librement dans leur existence courante. Damien Theillier : Le libéralisme économique est accusé de faire la guerre aux pauvres. Je vais me faire l’avocat du diable, n’est- ce pas justement le cas avec l’appel à plus de fermeté envers les délinquants, ce que vous appelez le « réalisme pénal » ? Alain Laurent : C’est insulter les pauvres que prétendre qu’ils seraient fatalement voués à devenir des délinquants. La réalité sociale prouve qu’il n’en est rien, et c’est bien souvent chez les personnes les plus modestes qu’on trouve une pratique encore vivante de la décence morale, cette clé de l’inhibition dans l’œuf de toute velléité transgressive violente. Les catégories populaires et certainement pas « populistes » ne sont-elles pas d’ailleurs actuellement les plus demandeuses de rigueur pénale accrue ? Damien Theillier : Au-delà du débat philosophique sur la peine, quelles sont les mesures concrètes que vous voudriez voir appliquer pour améliorer la justice en France ? N’y a-t-il pas un problème structurel de formation uniformisée et étatisée des magistrats ? Alain Laurent : Le rétablissement des peines plancher, l’exécution intégrale des peines prononcées sauf exceptions à définir prudemment, des peines à hauteur de la violence subie par les victimes, droits nouveaux pour celles-ci dans la procédure pénale, révision du statut pénal des mineurs les plus âgés  : ça suffirait amplement à nous remettre sur le droit chemin ! La formation des magistrats ne souffre pas selon moi du fait qu’elle soit dispensée dans des institutions étatiques, mais de la prégnance idéologique dans celles-ci de ce que j’ai appelé « l’angélisme pénal ».
  5. 5. Édité par l’Institut pour la Justice - Association loi 1901 - 140 bis, rue de Rennes - 75006 PARIS - www.institutpourlajustice.org Les Tribunes Libres de l’Institut pour la Justice, réalisées par des experts du champ pénal, ont vocation à éclairer le débat public sur les enjeux relatifs à la Justice pénale. Les opinions exprimées dans chacune des tribunes sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l’association. Contacts : + 33 (0)1 70 38 24 07 Email : publications@institutpourlajustice.org Retrouvez l’ensemble des publications de l’Institut pour la Justice sur le site www.institutpourlajustice.org DERNIÈRES PARUTIONS N°1 Les malfaiteurs sont-ils des victimes de la société ? par Xavier Raufer,Criminologue, directeur des études au Centre universitaire de recherche sur les menaces criminelles contemporaines. N°2 Politique pénitentiaire : réconcilier éthique de conviction et éthique de responsabilité par Alexandre Giuglaris, juriste et délégué général de l’Institut pour la Justice. N°3 La politique pénale, l’idéologie anti-sécuritaire et le libéralisme par Alain Wolfelsperger, économiste, a été professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Tribune libre

×