La gouvernance
économique mondiale
depuis 1944
THÈME 4 – LES ÉCHELLES DE GOUVERNEMENT DANS LE MONDE
DE LA FIN DE LA SECOND...
Évolutions du pouvoir politique depuis 1945
▪ Question centrale : place de l’État-nation.
▪ Fin 2ème Guerre Mondiale → nat...
La notion de « gouvernance »
▪ Un mot tombé en désuétude en France & réapparu à partir de l’Anglais dans le
contexte de la...
La SDN, une tentative échouée
Pourquoi une gouvernance économique
mondiale ?
▪ Crise de 1929 considérée comme causes de la montée du nazisme en Europe.
...
I. Un nouvel ordre
économique mondial
(1944-1971)
A. La réorganisation de
l’économie mondiale sous
l’égide des Etats-Unis
Un monde à reconstruire
Dresde et Tokyo en 1945
Réserves d’or en 1945
Reste du monde USA
Les USA réorganisent l’économie mondiale
La Conférence de Bretton Woods
John Maynard
KEYNES
Officiellement
« Conférence
monétaire et
financière des
Nations Unies »
Le rôle des Américains
à Bretton Woods, vu
par un Français
Le bloc soviétique reste à l’écart
▪ URSS, seul pays parmi les 45
membres de la Conférence
ne signe pas les accords de
Bre...
Les accords de Bretton Woods (22 juillet
1944)
▪ → Grandes lignes du système financier international
▪ → mise en place d’u...
35 dollars 1 once d’or (31,1
gr)
Monnaie de réserve des banques
centrales (« as good as gold »)
Le système de
Bretton Wood...
Le dollar au centre du système
1 $
Japon
360 ¥
3,5
FF
625
Lires
4,2
DM
0, 35
£
Les taux en 1955
À Washington, le FMI
 promouvoir la coopération monétaire internationale
 favoriser le développement harmonieux du comme...
À Washington, la Banque Mondiale
De la BIRD à la Banque Mondiale
▪ 1944 : création
▪ 1946 : début du fonctionnement
▪ Buts...
Le GATT
▪ 1947 - 1990 : GATT → General Agreement on
Tariffs and Trade (Accord général sur les tarifs
douaniers et le comme...
Le Plan Marshall (1947)
Affiche de 1950
Photographie
de propagande
prise dans le
secteur
américain ,
Berlin, 1948
SYSTEME
MONETAIRE
INTERNATIONAL
FONDS
MONÉTAIRE
INTERNATIONAL
Washington
BANQUE
MONDIALE
Washington
Dollar
Convertible en ...
B. Les limites du
système de Bretton
Woods
L’appel à un nouvel
ordre mondial
CNUCED : Conférence des Nations unies sur
le commerce et le développement
1964 : création du G77
▪ Obtention de mesures particulières en
faveur des pays pauvres
▪ → droit de maintenir des barrière...
Fragilisation de la puissance américaine
« L'heure des
Européens »,
Caricature Gabor
BENEDEK, parue
dans le
Süddeutsche
Zeitung, le 20
aout 1971, après
l'annonce d...
La critique des politiques keynésiennes
▪ La politique de plein emploi a d’abord été pratiquée systématiquement par
l’orga...
La création du G6
2. […] Chacun d’entre nous a la responsabilité d’assurer la prospérité de l’économie d’un
pays industrie...
II. Gouverner la
mondialisation
(depuis 1971)
A. Un contexte de
profondes mutations
économiques
mondiales
Les chocs pétroliers
Le discours de Bruges
▪ La leçon de l’histoire économique de l’Europe des années 1970 et 1980 est que la planification cen...
Les pays du Sud face à la crise
Le nouveau rôle du FMI
▪ Prêts conditionnés :
▪ → en échanges les pays concernés doivent réaliser des réformes libérales
▪...
Les politiques d’ajustement structurel
Le FMI remis en cause
▪ Ecouter les réflexions des "pays clients" sur des sujets
comme la stratégie du développement ou l'...
La mondialisation
Dessin de Boligan, El Universal,
Mexique, 2011
Dessin de Chapatte, 13/12/2005
La libéralisation des marchés financiers
depuis 1980
Années 1980 : dérégulation financière
▪ Remise en cause de la régulation publique de l’économie
▪ Relâchement du contrôle ...
B. Quelle nouvelle
gouvernance mondiale
face aux crises
récurrentes ?
Le poids du crédit et de la spéculation
▪ De profondes similitudes apparaissent entre la crise mondiale d'aujourd'hui et l...
L’effet domino de la crise des subprimes
L’OMC remplace le GATT
▪ 1995 : création de l’OMC
▪ Chargé de libéraliser le commerce et
de régler les différends entre Ét...
Les limites de l’OMC
▪ Procédures longues et complexes
▪ → difficultés des pays pauvres pour défendre réellement leurs int...
Le G7
▪ Rappel : G6 créé en 1975
▪ 1976 : G7 → Canada
▪ 1977 : inclusion de l’UE en tant qu’invitée
▪ 1997 : G8 (→ Russie)...
Le G20 : une gouvernance économique globale
 Créé en 1999
 → groupe des 19 États les +
puissants de la planète (+ UE)
→ ...
Bilan des G20
▪ Le G20 a été créé en 1999, en réponse aux crises financières qui ont touché les pays émergents pendant les...
La formalisation des BRICS
▪ 2001 : apparition du terme BRIC dans
une note de Jim O'Neill, économiste
de la banque d'inves...
La formalisation des BRICS
▪ Pour Jim O'Neil, de Goldman Sachs, l'inventeur du terme, l'entrée de l'Afrique du Sud dans ce...
Un renversement de situation ?
▪ La crise financière a entraîné dans une certaine mesure la montée du protectionnisme, mêm...
Le Forum économique mondial
▪ Fondation à but non lucratif
▪ Siège en Suisse
▪ réunion annuelle à Davos, en Suisse :
dirig...
Vers la fin du multilatéralisme ?
Partenariat transatlantique de
commerce et d'investissement
Accord de partenariat transp...
Vers la fin du
multilatéralisme ?
« Un projet de partenariat transatlantique
menaçant »
« Le traité transatlantique, un ty...
Mouvement altermondialiste
▪ ONG, associations ou syndicats
▪ Dénoncent dérives sociales et environnementales de
la mondia...
Conclusion
Les 3 échelles de la gouvernance
▪ Je dis souvent à mes étudiants que j'ai eu la chance de passer par trois états de
gouve...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Gouv eco 2015

719 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
719
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • 8
  • 21
  • 26
  • Gouv eco 2015

    1. 1. La gouvernance économique mondiale depuis 1944 THÈME 4 – LES ÉCHELLES DE GOUVERNEMENT DANS LE MONDE DE LA FIN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE À NOS JOURS 3ÈME PARTIE : L’ÉCHELLE MONDIALE
    2. 2. Évolutions du pouvoir politique depuis 1945 ▪ Question centrale : place de l’État-nation. ▪ Fin 2ème Guerre Mondiale → nationalisme rendu responsable des deux conflits → l’État-nation n’est plus considéré comme étant capable d’assurer une paix durable et un ordre économique stable. ▪ → projet d’une Europe politique + d’une gouvernance économique mondiale. ▪ → dans quelle mesure ces deux nouvelles échelles de gouvernement du monde ont- elles remis en cause la souveraineté de l’État-nation ?
    3. 3. La notion de « gouvernance » ▪ Un mot tombé en désuétude en France & réapparu à partir de l’Anglais dans le contexte de la révolution néo-libérale des années 1980 → conception minimaliste de l’État ▪ Gouvernance ≠ gouvernement → ni gouvernement mondial ni simple coopération entre états ▪ → Nouveau mode de gestion des relations internationales concernant les problèmes à caractère mondial nécessitant l'élaboration de normes communes ▪ Aujourd’hui, la gouvernance renvoie aux interactions entre l’État, le corps politique et la société. La bonne gouvernance vise à rendre l’action publique plus efficace et proche du bien public et de l'intérêt général, et donc plus légitime.
    4. 4. La SDN, une tentative échouée
    5. 5. Pourquoi une gouvernance économique mondiale ? ▪ Crise de 1929 considérée comme causes de la montée du nazisme en Europe. ▪ Il apparait donc nécessaire, à la fin de la 2° guerre mondiale, de garantir l’ordre économique. ▪ → dès 1944 mises en place de nouvelles institutions (sous l’influence des États Unis ) pour établir une gouver ▪ Années 70 : crise économique et la mondialisation remise en cause de ces institutions qui doivent donc s’adapter, subir des mutations face aux nouvelles donnes économiques et politiques.
    6. 6. I. Un nouvel ordre économique mondial (1944-1971)
    7. 7. A. La réorganisation de l’économie mondiale sous l’égide des Etats-Unis
    8. 8. Un monde à reconstruire Dresde et Tokyo en 1945
    9. 9. Réserves d’or en 1945 Reste du monde USA
    10. 10. Les USA réorganisent l’économie mondiale
    11. 11. La Conférence de Bretton Woods John Maynard KEYNES Officiellement « Conférence monétaire et financière des Nations Unies »
    12. 12. Le rôle des Américains à Bretton Woods, vu par un Français
    13. 13. Le bloc soviétique reste à l’écart ▪ URSS, seul pays parmi les 45 membres de la Conférence ne signe pas les accords de Bretton Woods ▪ → Création du CAEM (Conseil d’Assistance Economique Mutuelle) aussi appelé COMECON ▪ = organisation de coopération économique sous la domination de l’URSS Pays membre Pays observateur
    14. 14. Les accords de Bretton Woods (22 juillet 1944) ▪ → Grandes lignes du système financier international ▪ → mise en place d’une organisation monétaire mondiale fondée sur la coopération des pays (but : éviter le retour d’une crise pareille à celle de 1929) + aide à la reconstruction des pays touchés par la guerre. ▪ Présence de représentants de l’ensemble des 44 nations alliées + un observateur soviétique ▪ Organisent le système monétaire mondial autour du dollar américain. ▪ Créent aussi 2 organismes : ▪ la Banque mondiale formée de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et de l'Association internationale de développement (IDA) ▪ le Fonds monétaire international (FMI) ▪ Un 3ème organisme aurait dû être créé, chargé du commerce international. En l'absence d'accord, il ne verra le jour qu'en 1995 avec la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) après les cycles de négociations de l'accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT).
    15. 15. 35 dollars 1 once d’or (31,1 gr) Monnaie de réserve des banques centrales (« as good as gold ») Le système de Bretton Woods (mis en place en juillet 1944, il fonctionne jusqu’en 1976) Système de parités fixes Marge de variation des monnaies du SMI + _ FED Le dollar, monnaie internationale
    16. 16. Le dollar au centre du système 1 $ Japon 360 ¥ 3,5 FF 625 Lires 4,2 DM 0, 35 £ Les taux en 1955
    17. 17. À Washington, le FMI  promouvoir la coopération monétaire internationale  favoriser le développement harmonieux du commerce mondial  améliorer la stabilité des taux de change  mettre temporairement à la disposition des États membres des ressources financières (prêts à court terme) Buts du FMI selon l’art. 1er de ses statuts
    18. 18. À Washington, la Banque Mondiale De la BIRD à la Banque Mondiale ▪ 1944 : création ▪ 1946 : début du fonctionnement ▪ Buts : financer la reconstruction en Europe
    19. 19. Le GATT ▪ 1947 - 1990 : GATT → General Agreement on Tariffs and Trade (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) ▪ Objectif : libéraliser progressivement le commerce international en limitant le protectionnisme ▪ → faire baisser les prix pour les consommateurs et favoriser l'emploi dans les secteurs où chaque pays détient un avantage comparatif. ▪ Série de conférences et d’accords appelés « cycles » (« rounds » en anglais) ▪ Pb : ≠ une véritable organisation internationale (juste un secrétariat à Genève), des dérogations trop nombreuses
    20. 20. Le Plan Marshall (1947) Affiche de 1950 Photographie de propagande prise dans le secteur américain , Berlin, 1948
    21. 21. SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Washington BANQUE MONDIALE Washington Dollar Convertible en or USA → minorité de blocage Présidence confiée à un américain Parité des autres Monnaies définie Par rapport au dollar Prêts aux pays déficitaires Financement projets reconstruction & développement Les États-Unis dominent le système de Bretton Woods
    22. 22. B. Les limites du système de Bretton Woods
    23. 23. L’appel à un nouvel ordre mondial CNUCED : Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement
    24. 24. 1964 : création du G77 ▪ Obtention de mesures particulières en faveur des pays pauvres ▪ → droit de maintenir des barrières douanières fortes
    25. 25. Fragilisation de la puissance américaine
    26. 26. « L'heure des Européens », Caricature Gabor BENEDEK, parue dans le Süddeutsche Zeitung, le 20 aout 1971, après l'annonce de la fin de la convertibilité du dollar par le président américain Nixon Communauté Économique Européenne Le Président américain, Richard NIXON, lors de son allocution télévisée, le 15 août 1971
    27. 27. La critique des politiques keynésiennes ▪ La politique de plein emploi a d’abord été pratiquée systématiquement par l’organisation de grands travaux, puis par l’acceptation et la création volontaire de déficits budgétaires. […] Le dérèglement du système monétaire international, dû à la pratique généralisée de l’étalon de change-or (Gold Exchange Standard), a engendré, dans tout l’Occident, des balances dollar génératrices d’inflation. Cette inflation est restée modérée jusqu’au 17 mars 1968 parce qu’elle s’étanchait par l’absorption des réserves d’or et de devises du pool de l’or — essentiellement celles des Etats-Unis — mais lorsque, à cette date, le dollar est devenu en fait inconvertible, avant de le devenir en droit temporairement le 15 août 1971, le processus inflationniste s’est spontanément accéléré pour devenir, le 15 mars 1973, galopant. […] ▪ Le chômage est apparu et s’est généralisé dans tout l’Occident. […] A pareille crise, les gouvernements ont réagi en appliquant partout des politiques keynésiennes, dites de « relance ». […] Elles avaient presque toujours pour effet, sous prétexte de sauvegarder le pouvoir d’achat et de défendre les niveaux de vie, de créer du chômage. ▪ C’est ainsi que l’on est entré dans une ère où l’effet keynésien, bien loin de jouer, s’est trouvé inversé. ▪ Jacques Rueff, « Les voies du retour au plein emploi », Le Monde, 20/21 février 1976
    28. 28. La création du G6 2. […] Chacun d’entre nous a la responsabilité d’assurer la prospérité de l’économie d’un pays industriel important. La croissance et la stabilité de nos économies aideront à la prospérité de l’ensemble du monde industriel et des pays en développement. 3. Pour atteindre ces objectifs, dans un monde marqué par une interdépendance croissante, nous sommes décidés à assumer pleinement nos responsabilités et à développer nos efforts en vue d’une coopération internationale accrue et d’un dialogue constructif entre tous les pays, dépassant les disparités de leur développement économique, l’inégalité des ressources dont ils disposent et les différences de leurs systèmes politiques et sociaux. 5. La tâche la plus urgente consiste à assurer le redressement de nos économies et à réduire le gaspillage de ressources humaines que provoque le chômage. […] 7. Nous nous sommes aussi attachés à définir les nouveaux efforts qui sont nécessaires dans les domaines du commerce international, des questions monétaires et des matières premières, y compris l’énergie. Déclaration de Rambouillet, 17 novembre 1975
    29. 29. II. Gouverner la mondialisation (depuis 1971)
    30. 30. A. Un contexte de profondes mutations économiques mondiales
    31. 31. Les chocs pétroliers
    32. 32. Le discours de Bruges ▪ La leçon de l’histoire économique de l’Europe des années 1970 et 1980 est que la planification centrale ne marche pas, contrairement à l’effort et à l’initiative personnels. Qu’une économie dirigée par l’Etat est une recette de croissance lente, et que la libre entreprise dans le cadre du droit donne de meilleurs résultats. ▪ C’est en nous débarrassant des barrières et en donnant aux entreprises la possibilité d’opérer à l’échelle européenne que nous pourrons le mieux concurrencer les Etats-Unis, le Japon et les autres puissances économiques qui naissent en Asie et ailleurs. ▪ Cela signifie agir pour libérer les marchés, élargir les choix, réduire l’intervention gouvernementale et donc entraîner une plus grande convergence économique. ▪ Notre objectif ne doit pas être de fabriquer à partir du centre des règlements toujours plus nombreux et détaillés ; il doit être de déréglementer, d’éliminer les contraintes commerciales, de nous ouvrir. […] ▪ Nous avons ouvert notre marché des télécommunications, introduit la concurrence entre les services et jusque dans le réseau lui-même ; ce sont des mesures que les autres pays d’Europe commencent seulement à envisager. ▪ En matière de transports aériens, nous avons montré l’exemple avec la libéralisation, et nous avons pu en voir les avantages avec des tarifs moins élevés et un choix élargi. […] Déclaration de Margaret Thatcher, Premier Ministre britannique, au Conseil européen lors du sommet de Bruges, le 20 septembre 1988
    33. 33. Les pays du Sud face à la crise
    34. 34. Le nouveau rôle du FMI ▪ Prêts conditionnés : ▪ → en échanges les pays concernés doivent réaliser des réformes libérales ▪ → privatisation des entreprises, libéralisation du commerce international, dérégulation financière
    35. 35. Les politiques d’ajustement structurel
    36. 36. Le FMI remis en cause ▪ Ecouter les réflexions des "pays clients" sur des sujets comme la stratégie du développement ou l'austérité budgétaire n'intéresse pas beaucoup le FMI. Trop souvent, il s'adresse à eux sur le ton du maître colonial. Une image peut valoir mille mots, et une photo saisie au vol en 1998 et montrée dans le monde entier s’est gravée dans l’esprit de millions de personnes, en particulier dans les ex-colonies. On y voit le directeur général du FMI, Michel Camdessus, un ex-bureaucrate du Trésor français, de petite taille et bien vêtu, qui se disait autrefois socialiste – il se définit lui-même, avec malice, comme un « socialiste de l’espèce néolibérale » – debout, regard sévère et bras croisés, dominant le président indonésien assis et humilié. Celui-ci, impuissant, se voit contraint d’abandonner la souveraineté économique de son pays au FMI en échange de l’aide dont il a besoin. Paradoxalement, une bonne partie de cet argent n'a pas servi, en fin de compte, à aider l'Indonésie mais à tirer d'affaire ses créanciers - qui appartenaient au secteur privé des puissances coloniales … ▪ Joseph STIGLITZ, La Grande Désillusion, Fayard, Paris, 2002
    37. 37. La mondialisation Dessin de Boligan, El Universal, Mexique, 2011 Dessin de Chapatte, 13/12/2005
    38. 38. La libéralisation des marchés financiers depuis 1980
    39. 39. Années 1980 : dérégulation financière ▪ Remise en cause de la régulation publique de l’économie ▪ Relâchement du contrôle des États sur la circulation des capitaux → accélération des flux de capitaux mondiaux : ▪ flux d’IDE passent de 25 à 200 milliards de dollars ▪ ↘ barrières douanières → intensification des échanges, mondialisation
    40. 40. B. Quelle nouvelle gouvernance mondiale face aux crises récurrentes ?
    41. 41. Le poids du crédit et de la spéculation ▪ De profondes similitudes apparaissent entre la crise mondiale d'aujourd'hui et la Grande Dépression de 1929-1934 […] ▪ Qu'il s'agisse de la spéculation sur les monnaies ou de la spéculation sur les actions, ou de la spéculation sur les produits dérivés, le monde est devenu un vaste casino où les tables de jeu sont réparties sur toutes les longitudes et toutes les latitudes. Le jeu et les enchères, auxquelles participent des millions de joueurs, ne s'arrêtent jamais. Aux cotations américaines se succèdent les cotations à Tokyo et à Hongkong, puis à Londres, Francfort et Paris. ▪ Partout la spéculation est favorisée par le crédit puisqu’on peut acheter sans payer et vendre sans détenir. On constate le plus souvent une dissociation entre les données de l’économie réelle et les cours nominaux déterminés par la spéculation. Sur toutes les places, cette spéculation, frénétique et fébrile, est permise, alimentée et amplifiée par le crédit. Jamais dans le passé elle n'avait atteint une telle ampleur. ▪ L'économie mondiale tout entière repose aujourd'hui sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres dans un équilibre fragile. Jamais dans le passé une pareille accumulation de promesses de payer ne s'était constatée. Jamais sans doute il n'est devenu plus difficile d'y faire face. Jamais sans doute une telle instabilité potentielle n'était apparue avec une telle menace d'un effondrement général. ▪ Maurice Allais, (économiste français, prix Nobel en 1988), La Crise mondiale d'aujourd'hui, Éditions Clément Juglar, 1999
    42. 42. L’effet domino de la crise des subprimes
    43. 43. L’OMC remplace le GATT ▪ 1995 : création de l’OMC ▪ Chargé de libéraliser le commerce et de régler les différends entre États partenaires ▪ corriger les défauts du GATT → pouvoir de sanctions contre les Etats ▪ inclut quasiment tous les États du monde : 1 État = 1 voix ▪ 2001 : adhésion de la Chine à l’OMC
    44. 44. Les limites de l’OMC ▪ Procédures longues et complexes ▪ → difficultés des pays pauvres pour défendre réellement leurs intérêts. ▪ → pays industrialisés maintiennent une forme de protectionnisme toute en encourageant une ouverture des marchés des PED au nom du libre-échange. ▪ Décisions limitées par la multiplication des accords régionaux comme l’UE ou l’ALENA.
    45. 45. Le G7 ▪ Rappel : G6 créé en 1975 ▪ 1976 : G7 → Canada ▪ 1977 : inclusion de l’UE en tant qu’invitée ▪ 1997 : G8 (→ Russie) ▪ 2014 : exclusion de la Russie ▪ Réunion annuelle, présidence tournante ▪ → traiter les questions économiques et financières de façon informelle ▪ Le pays tenant la présidence accueille une série de réunions au niveau ministériel amenant à un sommet de deux ou trois jours au milieu de l'année avec les chefs d'États et de gouvernements. Campagne de protestation d'Oxfam à Rostock en 2007
    46. 46. Le G20 : une gouvernance économique globale  Créé en 1999  → groupe des 19 États les + puissants de la planète (+ UE) → ici à Séoul en 2010 pour tenter de juguler la crise de 2007
    47. 47. Bilan des G20 ▪ Le G20 a été créé en 1999, en réponse aux crises financières qui ont touché les pays émergents pendant les années 1990, notamment la crise asiatique. Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des pays industrialisés et émergents se sont réunis une fois par an dans ce format. En 2008, face à la crise financière mondiale, le G20 a été promu en forum de pilotage de l’économie mondiale, désormais au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement. La montée en puissance du G20 va de pair avec une perte d’importance du G8. Représentant 85% de l’économie mondiale et 66% de la population mondiale, le G20 reflète mieux les réalités du 21ème siècle. ▪ Bilan de cinq sommets du G20 : ▪ Coordination des mesures pour limiter les effets de la crise au niveau national (mesures de soutien aux activités de crédit des banques, injections de liquidités par les banques centrales, plans de relance, etc.) : l’idée est d’optimiser la réponse politique et d’éviter des problèmes d’action collective (passagers clandestins). Pourtant, la coopération ne s’est pas faite sans frictions ou réflexes protectionnistes. Deux exemples sont les querelles sur la clause « Buy America » du plan de relance américain et les querelles monétaires, notamment la sous-évaluation du taux d’échange de la monnaie chinoise. ▪ Détermination de l’agenda de réforme pour la régulation et la surveillance financières. ▪ Renforcement des capacités d’aide des institutions financières internationales. Le sommet de Washington, par exemple, a augmenté les ressources du FMI et des banques de développement de 850 milliards €. ▪ Réformes des institutions internationales (FMI, Banque mondiale, CSF*,…) pour accroître leur efficacité ainsi que leur légitimité, notamment en tenant compte du poids croissant des pays émergents. » ▪ Source: Sebastian Paulo, L’Europe et la crise mondiale expliquée en 10 fiches, Fondation Robert Schuman, avril 2011. ▪ Note : CSF = Conseil de Stabilité Financière
    48. 48. La formalisation des BRICS ▪ 2001 : apparition du terme BRIC dans une note de Jim O'Neill, économiste de la banque d'investissement Goldman Sachs ▪ 2009 : 1er sommet des BRIC ▪ 2011 : adhésion de l’Afrique du Sud → BRICS
    49. 49. La formalisation des BRICS ▪ Pour Jim O'Neil, de Goldman Sachs, l'inventeur du terme, l'entrée de l'Afrique du Sud dans ce club ne peut se comprendre que si « on la considère comme le représentant du continent africain ». L'avis est partagé par Catherine Grant, ancienne diplomate et chercheuse à l'Institut sud-africain pour les affaires internationales (SAIIA), qui estime que : « pour être crédible et représenter le Sud sur la scène mondiale, les BRICS avaient besoin d'un membre africain, et le choix de l'Afrique du Sud est très judicieux.» En effet, selon elle, les BRICS ne sont plus aujourd'hui une simple alliance économique, mais bel et bien un groupe de puissances dont les ambitions sont devenues politiques, notamment celle de concurrencer les grandes institutions internationales occidentales. Catherine Grant souligne que « les BRICS ne sont pas une union économique. Avant, la taille économique comptait, mais maintenant c'est un regroupement politique.» ▪ […] Lors du sommet de Fortaleza, au Brésil, en juillet 2014, les BRICS ont décidé la création d'une banque de développement basée à Shanghai et d'un fonds de réserve. La banque est dotée d'un capital de 50 milliards de dollars qui doit être porté à 100 milliards de dollars dans deux ans. Elle peut accorder jusqu'à 350 milliards de prêts pour financer des projets d'infrastructures, de santé, d'éducation, etc., dans les pays concernés et, à terme, dans d’autres émergents. Point notable, elle n’assortit pas ses prêts de conditions contraignantes, comme c'est le cas du FMI, qui lui « exige des réformes structurelles et une ingérence politique intolérable en échange de son aide », a expliqué Anton Silouanov, le ministre des Finances russe. ▪ Source : Article Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud de Wikipédia en français
    50. 50. Un renversement de situation ? ▪ La crise financière a entraîné dans une certaine mesure la montée du protectionnisme, même s’il ne sape pas les fondements de la mondialisation économique. Dans un contexte de forte interdépendance entre les pays, le commerce et la libéralisation des investissements continueront d’être les courants du développement économique du monde. Par exemple, le plan de relance américain comprend des dispositions sur le « Buy American » et « Hire American » et prévoyait d’augmenter les taxes sur les bénéfices des grandes entreprises américaines à l’étranger. La portée de ces mesures a été par la suite considérablement réduite en raison de la menace de représailles de partenaires commerciaux des États-Unis et de la forte opposition des entreprises américaines. […] ▪ Grâce à l’amélioration de leur compétitivité sur le plan international, les économies émergentes vont devenir les principaux défenseurs de la libéralisation du commerce. […] Si les différents pays doivent apprendre quelque chose de la crise, - à savoir comprendre vraiment la nécessité d’une coopération internationale pour promouvoir un système économique international égalitaire, équitable et transparent – alors les négociations du cycle de Doha* devraient pouvoir aboutir. ▪ Xiaoji Zhang, « La Chine dans le commerce international de l’après-crise », Département de la recherche des relations économiques extérieures et du développement, Chine, 2010 * Cycle de Doha : round de négociations de l’OMC commencé en 2001
    51. 51. Le Forum économique mondial ▪ Fondation à but non lucratif ▪ Siège en Suisse ▪ réunion annuelle à Davos, en Suisse : dirigeants d’entreprise, responsables politiques du monde entier, intellectuels, journalistes → débattre des problèmes les plus urgents de la planète ▪ statut d’observateur auprès du Conseil économique et social des Nations unies - placé sous la supervision du gouvernement suisse
    52. 52. Vers la fin du multilatéralisme ? Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement Accord de partenariat transpacifique
    53. 53. Vers la fin du multilatéralisme ? « Un projet de partenariat transatlantique menaçant » « Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens » Imagine-t-on des multinationales traîner en justice les gouvernements dont l’orientation politique aurait pour effet d’amoindrir leurs profits ? Se conçoit-il qu’elles puissent réclamer — et obtenir ! — une généreuse compensation pour le manque à gagner induit par un droit du travail trop contraignant ou par une législation environnementale trop spoliatrice ? Si invraisemblable qu’il paraisse, ce scénario ne date pas d’hier. Il figurait déjà en toutes lettres dans le projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI) négocié secrètement entre 1995 et 1997 par les vingt-neuf Etats membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Divulguée in extremis, notamment par Le Monde diplomatique, la copie souleva une vague de protestations sans précédent, contraignant ses promoteurs à la remiser. Quinze ans plus tard, la voilà qui fait son grand retour sous un nouvel habillage. L’accord de partenariat transatlantique (APT) négocié depuis juillet 2013 par les Etats-Unis et l’Union européenne est une version modifiée de l’AMI. Il prévoit que les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique se plient aux normes du libre-échange établies par et pour les grandes entreprises européennes et américaines, sous peine de sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou d’une réparation de plusieurs millions d’euros au bénéfice des plaignants. Lori M. Wallach, Le Monde diplomatique, novembre 2013 Si le cycle des négociations multilatérales est définitivement enterré, c'est l'avenir de l'OMC qui est en jeu. […] Sur l'Europe, les Etats-Unis disposent de deux avantages essentiels. Le premier est qu'ils sont un Etat pour lequel le commerce est l'élément d'une équation géopolitique beaucoup plus large dont l'objectif avoué est de contenir la montée en puissance de la Chine. Dans cette perspective, leur objectif est de mettre en place deux mâchoires réglementaires puissantes couvrant 60 % du commerce américain : l'une avec l'Europe, l'autre avec l'Asie mais sans la Chine, et ce en plaçant la barre des négociations de l'accord Partenariat transpacifique (TPP) suffisamment haut pour dissuader Pékin d'y entrer. Zaki Laïdi, directeur de recherche au Centre d'études européennes de Sciences Po, Le Monde, 15/03/2013
    54. 54. Mouvement altermondialiste ▪ ONG, associations ou syndicats ▪ Dénoncent dérives sociales et environnementales de la mondialisation libérale. ▪ Critiquent l’action des acteurs de la finance défendant les intérêts des plus riches. ▪ En 1999, la mobilisation antimondialiste apparaît au grand jour : 40 000 personnes manifestent lors d’un sommet de l’OMC à Seattle (Etats-Unis) contre la « dictature des marchés financiers ». ▪ 2001, contre Davos, 1er Forum social mondial à Porto Alegre (Brésil). → slogan « Un autre monde est possible » ▪ → Antimondialistes deviennent altermondialistes.
    55. 55. Conclusion
    56. 56. Les 3 échelles de la gouvernance ▪ Je dis souvent à mes étudiants que j'ai eu la chance de passer par trois états de gouvernance dans ma vie professionnelle : la République française, qui est solide ; l'Union européenne, qui est liquide ; et le système international, qui est gazeux. [...] Dans un État-nation, on ne se demande pas pourquoi on est ensemble. [...] À l'échelon européen, c'est déjà plus compliqué. [...] À l'échelon mondial, les institutions sont faibles et le sentiment d'appartenance est encore plus ténu. [...] Pour que la gouvernance marche, elle doit combiner leadership, cohérence et légitimité. C'est le cas dans une entreprise, dans un club de football ou en politique nationale. [...] Dans le système international, il n'y a pas un lieu qui regroupe ces trois fonctions. Le G20 exerce un vrai leadership mais il n'a pas beaucoup de légitimité ni d'efficacité. Les Nations unies sont légitimes mais elles n'ont pas beaucoup d'efficacité ou de leadership. Les organisations internationales spécialisées sont efficaces, elles ont une vrai capacité à mobiliser les ressources, de l'expertise, des financements, mais elles sont régulièrement mises en question sur leur légitimité ou leur leadership. ▪ Pascal Lamy (directeur de l'OMC de 2005 à 2013), « La gouvernance en pensée et en action », dans Christine Lagarde, Angel Gurria, Pascal Lamy, François Bourguignon et Michel Camdessus, Pour une gouvernance mondiale ; entretiens avec Jean-Marc Vittori, Paris, éditions Autrement, 2010

    ×