Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Iii

1 493 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Iii

  1. 1. III. Les espaces maritimes, des espaces géostratégiques En quoi la mondialisation influe-t-elle sur la géostratégie des espaces maritimes ?
  2. 2. INTRODUCTION
  3. 3. La planète océan • 70% surface de la Terre • 361 milliards de km² • 97% volume eau sur Terre • 76% des océans = plaines abyssales [ 3000 à 6000 m de profondeur + étroites fosses océaniques dont profondeur maximum = fosse des Mariannes ( 11 034 m) ] • Uniquement 2% explorés par scientifiques
  4. 4. A. DES ESPACES VITAUX POUR LA MONDIALISATION
  5. 5. Notions clé • Littoralisation : concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux (phénomène ancien mais accentué dans la 2ème moitié du XXème siècle) • Maritimisation : processus d'accroissement des échanges internationaux par voie maritime mais aussi de plus en plus exploitation des ressources, prise de contrôle des mers et océans • ZIP : Zone Industrialo-portuaire • Façade maritime : Bande de quelques dizaines à plusieurs centaines de kilomètres de large à partir du littoral comportant un ensemble de ports faisant interface entre un avant-pays maritime et un arrière-pays terrestre.
  6. 6. Système du « hub and spoke »
  7. 7. Mer du Nord Rotterdam, porte d’entrée mondialisée de l’Europe
  8. 8. Un port ouvert au monde Un port relié au cœur économique de l’Union européenne 2 km Oostvoorne Rockanje Hoek van Holland Brielle Spijkenisse Hoogvliet Vlaardingen Maassluis Den Hoorn Vers Rotterdam Massvlakte 1 Massvlakte 2 Europoort Botlek Mer du Nord N Terminal de conteneurs et entrepôts Terminal de conteneurs en projet Terminal pétrolier, réservoirs, industries Zone industrielle et de services Port de voyageurs (ferry) Zone urbanisée Zone de distribution Principales voies routières Voies ferrées
  9. 9. Vers Tokyo Centre historique de Yokohama Centre urbain tertiaire Activités portuaires Quais à conteneurs Industrie lourde, énergie Tertiarisation du front de mer Source:Googleearth/Documentationphotographique La littoralisation de Yokohama
  10. 10. Les principales routes maritimes
  11. 11. Des points de passage stratégiques Le canal de Panama
  12. 12. La Manche : un trafic saturé
  13. 13. Le premier espace maritime mondial (en densité du trafic) • Northern Range, près de 20 % du trafic maritime mondial → 700 à 800 bateaux par jour. • Transit annuel de 275 millions de tonnes de produits dangereux dont 85 % d’hydrocarbures • Trafic transmanche : près de 22 millions de passagers entre le Royaume-Uni et le continent par voie maritime chaque année, soit environ 70 000 passagers par jour (plus de 15 millions de personnes Calais / Douvres) . • Tunnel sous la Manche (13,5 millions de voyageurs transportés)
  14. 14. Les routes du pétrole
  15. 15. Le détroit d’Ormuz
  16. 16. détroit canal couloir Axes géostratégiques maritimes mondiaux
  17. 17. détroit canal Gibraltar Madagascar Aden Ormuz Malacca Corée Suez Panama couloir Cap de Bonne espéranceDétroit de Magellan Corne d’or Points géostratégiques maritimes mondiaux
  18. 18. La saturation des routes maritimes mondiales
  19. 19. B. DES ESPACES CONVOITÉES
  20. 20. Les richesses des espaces maritimes
  21. 21. L’appropriation des espaces maritimes
  22. 22. Le zonage des espaces maritimes
  23. 23. Les ressources en bref • Convention de Montego Bay, 1982 • ZEE : 200 miles (possibilité d’extension à 350 miles) • Autorité internationale des fonds marins • Hydrocarbures • Nodules et sulfures polymétalliques • Ressources halieutiques
  24. 24. Ressources minérales des grands fonds
  25. 25. Les hydrocarbures
  26. 26. Les hydrocarbures L’offshore représente 30% de la production mondiale de pétrole, 27% de celle de gaz et 20% des réserves mondiales de pétrole et 30% de celles de gaz. Environ 450 champs ont été découverts dont 38% dans le golfe du Mexique aux États-Unis, 26% dans le golfe de Guinée en Afrique et 18% au Brésil. C’est en mer profonde que se situent les plus grandes zones non explorées. La production offshore devrait se poursuivre : près de 30 nouveaux champs situés sous plus de 1000 m d’eau devraient être mis en exploitation tous les ans d’ici à 2020, soit plus du double de la décennie 2000-2010. Au-delà de 200m, l’exploration ne se fait plus avec des plateformes mais avec des installations flottantes, et l’intervention humaine n’est plus possible. Même si la technologie a fait d’énormes progrès, cela reste une production complexe et coûteuse, avec des défis technologiques majeurs. Les compagnies pétrolières occidentales s’intéressent à l’offshore car les réserves terrestres sont le plus souvent exploitées par les sociétés nationales des États producteurs. L’exploitation offshore permet aussi de se protéger des conflits à terre comme par exemple dans le golfe de Guinée où il est plus sûr de produire en mer qu’à terre. Le prix du baril élevé a aussi favorisé ce développement, l’exploitation des gisements en mer étant devenue rentable. Enfin, l’exploitation en offshore profond exige une haute technologie et d’énormes investissements que seules les « majors » ou certaines compagnies nationales comme Petrobras peuvent fournir. D’après le site internet de l’IFP (Institut Français du Pétrole
  27. 27. Les ressources halieutiques
  28. 28. Le différend anglo-argentin
  29. 29. Dessin du caricaturiste brésilien Simanca, 2010
  30. 30. Le contentieux Chili-Pérou
  31. 31. Les rivalités en mer de Chine orientale
  32. 32. Lesrivalitésenmer deChineméridionale
  33. 33. La stratégie du « collier de perles »
  34. 34. Les enjeux de l’Arctique Ce jeudi matin, un bathyscaphe russe a planté un drapeau en titane inoxydable à la verticale du pôle Nord... à 4 261 mètres de profondeur ! L’expédition « Arctique 2007 », qui mobilise, à bord du vaisseau Akademik Fedorov, une centaine de scientifiques russes, est une formidable aventure scientifique. […] Mais derrière l’aspect scientifique se cachent d’autres intentions. L’objectif des scientifiques […] est de démontrer que la dorsale de Lomonossov, une ride montagneuse qui relie la Russie au Groenland, est le prolongement du plateau continental russe. Moscou affirme que 1,2 millions de km² de l’océan Arctique lui appartiennent. Avec le réchauffement climatique, une grande partie des glaces de la région est en train de fondre. Ce qui faciliterait l’accès vers d’importantes réserves d’hydrocarbures. […] D’où la « course » qui se joue entre les Etats-Unis, le Canada, la Russie, la Norvège, le Danemark et la Finlande. « Ce sont des régions très riches, confirme Jean Malaury, directeur des études arctiques à l’EHESS et au CNRS, président d’honneur de l’Académie polaire d’Etat de Saint- Pétersbourg. Certains scientifiques affirment que 20 % des richesses pétrolières mondiales pourraient se trouver dans l’Océan glacial. De mon côté, je ne me hasarderais pas à faire de tels pronostics. Mais il est certain que l’Arctique est appelé à jouer un rôle géopolitique considérable pour notre génération et les générations à venir. » Le célèbre explorateur poursuit : « Nous entrons dans une nouvelle ère, dans celle que j’appellerais postglaciaire. Du point de vue des transports, déjà, on peut pronostiquer un renversement des voies du shipping. Certains passages qui ont hanté les explorateurs, comme le détroit de Lancaster, passage du nord-ouest canadien, pourront être fréquentés par des navires, d’ici 20 ou 30 ans, avec une fréquence qui sera peut-être celle du canal de Suez ! » « La Russie plante son drapeau au fond de l’océan Arctique », Virginie Pironon, 02/08/2007, http://www1.rfi.fr/sciencefr/articles/092/article_54765.asp
  35. 35. La piraterie maritime
  36. 36. Les puissances navales
  37. 37. 1. Les principales routes maritimes : Les routes principales (vrac et conteneurs) les routes secondaires Les hypothétiques passages arctiques Les principaux seuils stratégiques : détroits et isthmes 2. Les grandes façades maritimes : Les principales façades des façades en devenir 3. Les richesses des océans. Les principales zones d'exploitation d'hydrocarbures Quelques réserves d'HC Les zones de pêche I. Les océans au cœur de la mondialisation
  38. 38. 1. Les grandes zones à risques. Le risque environnemental lié à l'exploitation des hydrocarbures Le risque économique : une piraterie active Le risque politique : la fermeture d'un seuil vital, Ormuz Zones disputées (eaux territoriales, ZEE, extension de la ZEE) pour la ressource halieutique et énergétique les deux grandes zones de migrations clandestines 2. Les puissances maritimes. Les EUA, première puissance maritime du monde Les « seconds » : les puissances européennes (France, Royaume-Uni) Les BRIC : des ambitions géopolitiques maritimes fortes... … illustrées par la stratégie chinoise dans l'océan indien : les bases militaires du « collier de perles ». II. Des espaces maritimes sous tension
  39. 39. Enjeux géostratégiques des espaces maritimes Panama Gibraltar Suez Bab-el-Mandeb Ormuz Malacca Océan Arctique Océan Indien Océan Atlantique Océan Pacifique Cap Horn Cap de Bonne Espérance USA BRESIL INDE CHINE RUSSIE FRANCE R-UNI

×