Asyl
J'avais récemment été embauché pour un poste de gardien de prison, à
Verrückt, en Allemagne. Le temps était glacial, ...
le sens de ces mots. Je compris alors qu'il ne s'agissait pas d'une prison
mais d'un asile. Des personnes dont les habits ...
Le gardien antipathique me réveilla. Je me dirigeais vers la cafétéria
mais c'était un dédale, un vrai labyrinthe, j'étais...
faisais tout pour les arrêter, mais c'était plus fort que moi. La fièvre
m'emporta dans un délire qui me fit tourner dans ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Asyl

253 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
253
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Asyl

  1. 1. Asyl J'avais récemment été embauché pour un poste de gardien de prison, à Verrückt, en Allemagne. Le temps était glacial, la camionnette amochée avec laquelle je me rendais là-bas avait dû faire plusieurs arrêts à cause de la glace et du chemin étroit. Lorsque j'arrivais devant cet énorme bâtiment, les grandes portes métalliques s'ouvrirent et un gardien antipathique m’emmena dans la cellule où je passais la nuit, car il se faisait tard et je ne tenais presque plus sur mes jambes. La cellule était occupée par un autre gardien du nom de Richtofen, il ne parlait pas la même langue que moi, mais on s'était rapidement compris, il était fort sympathique, celui-là, grand et plutôt musclé. Je compris aussi que c'était un ancien soldat. Il était arrivé quelques heures auparavant. Le matin nous nous réveillâmes et un agent de sécurité nous montra l'endroit où l'on avait besoin de nous. C'était dans un grand bâtiment juste à côté de celui où je m'étais endormi, je ne l'avais pas vu en arrivant ici. Nous entrâmes et un spectacle horrible me laissa sans voix: c'était un long couloir où plusieurs cellules se faisaient face. J'entendais des cris, des personnes qui pleuraient, mais je ne comprenais rien. Je pouvais lire sur les murs : « MIR HELFEN » ou encore « ICH WERDE STERBEN ? » je ne pouvais pas comprendre
  2. 2. le sens de ces mots. Je compris alors qu'il ne s'agissait pas d'une prison mais d'un asile. Des personnes dont les habits étaient arrachés secouaient les barreaux de leurs cellules et répétaient sans cesse des mots incompréhensibles pour moi. Après ces quelques minutes le chef des gardes nous convoqua, Richtofen et moi pour nous expliquer notre tâche. La journée se passa à comprendre notre nouveau métier. Cependant, l'asile était dans la montagne et l'obscurité tombait vite. Nous retrouvâmes très tôt notre cellule pour la nuit . Pour oublier mes affreuses pensées, je bus un peu de liqueur et m'endormis d'un coup sec. Au milieu de la nuit un courant d'air me réveilla je sortis de ma cellule et j'entendis un bruit. C'était une voix, celle d'un homme. Ma tête tournait... d'autres cris, un chien qui aboyait, et une petite fille qui pleurait... des mots revenaient dans ma tête, c'était les mots que j'avais vus dans l'autre bâtiment, encore des cris, des pleurs et puis plus rien. Je tombais sur le dos et m'endormis. C'était le premier jour. A mon réveil, je pris quelques bouts de pain rassis, et je retournais dans l'autre bâtiment. Encore des rires, des pleurs, des cris. Je me bouchais les oreilles, fermais les yeux quelque temps pour ne plus penser à cette horreur. Quand j'ouvris les yeux, un fou était à l'autre bout du couloir, il était debout la tête ravagée, les habits déchirés, les yeux noir comme du charbon. Il me regardait mais ne disait rien. Dans l'immense couloir un silence de mort flottait, plus un bruit. Le seul être que je voyais à présent était ce fou, mais quand je clignais des yeux il disparaissait. La cacophonie reprit et j'eus une et folle et soudaine envie de partir. Mais il avait neigé, les routes étaient dangereuses, même à pied. Il me fallait ce travail qui était bien payé. La nuit arrivait et je devais aller me coucher. Je repris un coup de liqueur et m'endormis. Je fus encore réveillé par un courant d'air glacial, encore plus glacial que la dernière fois, et j'entendis les bruits apocalyptiques des personnes de l'autre bâtiment. Je me levais, sortit de ma cellule, regardais autour de moi. Vers la droite : personne. Vers la gauche: le fou! Il était debout, et se mit à courir vers moi à toute vitesse ! Il me heurta et me fit tomber. C'était le deuxième jour.
  3. 3. Le gardien antipathique me réveilla. Je me dirigeais vers la cafétéria mais c'était un dédale, un vrai labyrinthe, j'étais perdu. C'était un couloir blanc, où la lumière vous brûlait les yeux. J'étais arrivé par hasard dans la salle où l'on menait des expériences sur les résidents de l'autre bâtiment. Jusqu’à ce jour inconnu pour moi. Des taches de sang coulaient sur les murs, des cris forts retentissaient, avec une phrase que j'entendais se répéter : MIR HELFEN ! Une personne à la mine patibulaire me ramena à la cafétéria. Je me rendis à abominable construction, je bus quelques gorgés de café et franchi l’énorme porte métallique. J'entrais, pas un bruit, toutes les cellules étaient ouvertes, je poussais un terrible hurlement et tombais. Quand je repris connaissance, j'étais dans ma cellule et Richtofen était près de moi, il faisait bientôt nuit et je dus m'endormir en prenant un peu d'alcool. Au milieu de la nuit, un cri retentissait et me réveilla, les cris dans ma tête se firent de plus en plus fort, je décidais de sortir de mon dortoir de fortune, Richtofen dormait. En regardant par la fenêtre je m’aperçus que la porte métallique du bâtiment était ouverte. Je courus vers Richtofen pour le réveiller mais il n'était plus là. L'absence de mon vaillant coéquipier était incompréhensible. Un rire démoniaque se fit entendre. Et avant de comprendre l'horrible vérité, je reçu un coup énorme à l’arrière du crâne. C'était le troisième jour. Je me réveillais, une fois encore, dans ma cellule. Cela faisait quatre jours que j’étais dans cet asile, et en l'espace d'un instant, je décidais de m’échapper. Quitter tout cela, partir, m'enfuir, ne plus jamais voir ces fous! Avant que les gardes ne viennent vérifier notre travail dans le bâtiment démoniaque, je me mis à courir en passant par la grande porte métallique, de toutes mes forces, vers la forêt. La nuit tombait vite et la forêt paraissait immense, interminable. J'y passais toute la nuit. Pendant des heures les bruits de la folie résonnèrent dans ma tête. Je
  4. 4. faisais tout pour les arrêter, mais c'était plus fort que moi. La fièvre m'emporta dans un délire qui me fit tourner dans tous les sens. Je me tapais la tête pour arrêter cette cacophonie, mais en vain. Ma tête frappa contre quelque chose de dur, une branche, du moins je l'espère. Je me réveillais en sursaut, et sautai hors dans mon lit. Il fallait me dépêcher, j'avais récemment été embauché pour un poste de gardien de prison, à Verrückt, en Allemagne. Le temps était glacial, la camionnette amochée avec laquelle je me rendais là-bas avait dû faire plusieurs arrêts à cause de la glace et du chemin étroit. J'avais déjà vu cette route, mais je ne pus me rappeler et l'oubliai. Lorsque j'arrivais devant cet énorme bâtiment, les grandes portes métalliques s'ouvrirent et un gardien antipathique se présenta. Nous entrâmes et un spectacle horrible me laissa sans voix: c'était un long couloir où plusieurs cellules se faisaient face. J'entendais des cris, des personnes qui pleuraient, mais je ne comprenais rien. Je pouvais lire sur les murs : « MIR HELFEN » ou encore « ICH WERDE STERBEN ? » je ne pouvais pas comprendre le sens de ces mots. Je compris alors qu'il ne s'agissait pas d'une prison mais d'un asile.

×