Thème 1 : la mondialisation en fonctionnement.
Sport et mondialisation à travers l'organisation de la coupe du monde de fo...
Michel Platini, actuel président de la FIFA a déclaré « Il faut absolument dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe
du mond...
pays en voie de développement et la coupe du monde permet donc de bénéficier du succès économique et de
former ainsi un ce...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sport et mondialisation: La coupe du monde de football au Brésil.

622 vues

Publié le

Dossier réalisé par élèves de term S dans le cadre de l'option HG. Lycée des Chaumes, Avallon.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
622
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
51
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sport et mondialisation: La coupe du monde de football au Brésil.

  1. 1. Thème 1 : la mondialisation en fonctionnement. Sport et mondialisation à travers l'organisation de la coupe du monde de football au Brésil Problématique : Quelles conséquences sur la société un évènement comme la coupe du monde peut-il engendré ? A l’occasion de la prochaine coupe du monde de football qui se déroulera au Brésil à partir du mois de juin 2014, le pays hôte a dû construire des infrastructures pour accueillir les 64 matchs opposant plusieurs pays du monde, mais également les infrastructures qui accueilleront les touristes venant supporter leur équipe. Ces constructions ont coûté plus de de 11 milliards d’euro ce que en fait la coupe de monde la plus onéreuse de l’histoire du football. L’image ci-contre montre le budget initial prévu par les villes à l’ occasion de cet évènement (en rose pâle) et le budget réévalué (en rouge). Les chiffres sont en réaux qui est la monnaie officielle du Brésil (1 real brésilien = 0,33 euros). Presque la totalité des villes du Brésil ont dépassé le budget initial qu’elles souhaitaient dépenser. Lors de cette coupe du monde, les es touristes devraient dépenser environ 8 milliards d’euros dont 72% pour les Brésiliens eux même (6,2 milliards d’euros). La mise de place de ces infrastructures a eu pour conséquence l’augmentation de certaines taxes et du coût de la vie pour les Brésiliens (augmentation de 7 % du prix des billets de bus et de métro). Les taxes augmentent mais les salaires, eux, ne montent pas (salaire moyen environ 230 euros par mois par personne). Pour exprimer leur mécontentement les Brésiliens ont organisé de grandes manifestations dans les rues afin de protester. Ces constructions se font aux dépends de certains services publics comme l’hygiène des villes qui induit de véritables problèmes de santé publique et entrainent de la corruption, vrai frein dans l’avancée sociale du brésil. Sur l’image ci-contre nous voyons des personnes brandissant des panneaux où il est écrit « nous n’avons pas besoin de la coupe du monde » et « nous avons besoin d’argent pour les hôpitaux et l’éducation ». Dans le monde, nous avons une vision idéalisée de la coupe du monde mais en réalité cette vision est utopique. En effet, l’argent utilisé pour les infrastructures n’est pas utilisé pour les Brésiliens eux même, ce qui en fait un sujet sensible. Le budget de la coupe du monde 2014 au brésil
  2. 2. Michel Platini, actuel président de la FIFA a déclaré « Il faut absolument dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde et qu’ils sont là pour montrer les beautés de leur pays et leur passion pour le football. Et que s’ils peuvent attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux, ce serait bien pour le Brésil et pour la planète football. » Puis Platini a repris de plus belle : « Faites un effort pendant un mois, calmez-vous. Rendez hommage à cette belle Coupe du monde. On a été au Brésil pour leur faire plaisir. On va au Brésil, c’est comme si les musulmans allaient à la Mecque, les chrétiens à Rome ou les juifs à Jérusalem. Les Brésiliens, il faut qu’ils se mettent dans l’idée de recevoir les touristes du monde entier, et que pendant un mois ils fassent la trêve. » 27 avril 2014 En quelques années le Brésil est devenu la 7ème puissance économique mondiale, cependant certaines régions restent proche du tiers monde dans leur développement social y compris à Rio de Janeiro. Sur cette image, nous voyons le Brésil à travers l’exemple des jeux olympiques de 2016. Les travaux coûteront autant que pour la coupe du monde à savoir 12 milliards d’euros. Certains quartiers pauvres nommés favelas vont être soit détruits, soit emmurés pour que les touristes ne voient pas la misère apparente. Ces constructions ont induit une hausse importante des loyers, ce qui va provoquer un phénomène d’embourgeoisement de la population des centres villes appelé aussi gentrification alors que les pauvres sont rejetés vers la périphérie. Conclusion : La coupe du monde 2014 qui se déroulera au Brésil peut renvoyer l’image d’un évènement qui permettrait à tous de se réunir autour du football qui est un sport universel sans tension et sans violence. Cependant, des tensions existent vis-à-vis des dépenses publiques qui favoriseraient plus l’aspect lucratif de l’évènement que l’aspect social dans le pays hôte. La communauté internationale met de côté l’aspect humain des relations sociales. Ils recherchent en priorité l’aspect lucratif de la coupe du monde. A titre de comparaison, nous pouvons évoquer la coupe du monde précédente qui s’est déroulée en Afrique du sud en 2010. Cet évènement fut un succès au point de vu sportif, économique et social pour le pays hôte. Comme le Brésil, l’Afrique du sud est un Dépenses prévues à l’ occasion des JO de 2016
  3. 3. pays en voie de développement et la coupe du monde permet donc de bénéficier du succès économique et de former ainsi un cercle vertueux. Contrairement aux 12 milliards d’euros de dépense pour le Brésil, l’Afrique du sud a dépensé « seulement » 3,5 milliard de dollars, soit 4 fois moins environ. En prenant du recul, la coupe du monde en Afrique du sud a permis au pays d’avoir des infrastructures neuves et de développer l’aspect touristique du pays, même si la plupart des stades construits pour l’occasion reste inoccupés aujourd’hui. Contrairement à la FIFA qui a touché d’énorme retombée économique grâce à la rediffusion de cet évènement, l’Afrique du sud qui espérait atteindre des recettes à hauteur d’1,5 milliards de dollars n’en a perçu que 500 millions. La coupe du monde profite alors plus à la FIFA plutôt qu’aux pays hôtes.

×