Etude Apec - Les effectifs cadres en France fin 2015

94 vues

Publié le

Évolution des effectifs cadres dans chaque fonction entre
2005, 2010 et 2015.

L’effectif cadre du secteur privé s’est accru de façon continue durant ces dernières années à l’inverse de l’effectif salarié. Fin 2015, près d’un salarié sur cinq était cadre. Et, près de deux cadres sur trois étaient en poste dans des activités de
services. Les trois premières fonctions recruteuses de cadres - commercial-marketing, informatique et études-R&D - employaient aussi 45 % des cadres.
En dix ans, les fonctions informatique et études-R&D ont vu augmenter fortement leurs effectifs cadres, sous l’effet du
développement des activités informatiques et de celles de l’ingénierie-R&D. Aussi, la nouvelle carte territoriale a contribué à homogénéiser le poids des régions, à l’exception de l’Île-de-France qui représentait 38 % des effectifs cadres fin
2015.

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
94
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Les effectifs cadres en France fin 2015

  1. 1. – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015– L’effectif cadre du secteur privé s’est accru de façon continue durant ces dernières années à l’inverse de l’effectif salarié. Fin 2015, près d’un salarié sur cinq était cadre. Et, près de deux cadres sur trois étaient en poste dans des activités de services. Les trois premières fonctions recruteuses de cadres - commercial-marketing, informatique et études-R&D - employaient aussi 45 % des cadres. En dix ans, les fonctions informatique et études-R&D ont vu augmenter fortement leurs effectifs cadres, sous l’effet du développement des activités informatiques et de celles de l’ingénierie-R&D. Aussi, la nouvelle carte territoriale a contribué à homogénéiser le poids des régions, à l’exception de l’Île-de-France qui représentait 38 % des effectifs cadres fin 2015. LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE — Évolution des effectifs cadres dans chaque fonction entre 2005, 2010 et 2015. Dernier volet des publications de l’enquête annuelle de conjoncture menée auprès de 11 000 entreprises du secteur privé. N°2016-47 OCTOBRE 2016
  2. 2. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 20152 –UNE PROGRESSION DES EFFECTIFS CADRES PLUS RAPIDE QUE LES EFFECTIFS SALARIÉS– – 2 975 200 CADRES EN POSTE EN 20151 – Entre 2010 et 2015, les effectifs cadres du secteur privé en France métropolitaine ont augmenté de 5,2 %, soit une croissance un peu moins soutenue qu’entre 2005 et 2010 (+6,8 %). En comparant l’effectif cadre aux 15 882 700 salariés, le taux d’encadrement en 2015 s’élevait à 19 %, soit un point de plus qu’en 2010. La population cadre a en effet continué d’augmenter entre 2010 et 2015, et ce sous l’effet d’une création d’emploi continue, tandis que le nombre de salariés était en légère décroissance. Entre 2000 et 2015, l’évolution est très nette entre d’un côté un nombre de cadres qui s’accroît de façon continue et un effectif salarié qui alterne périodes de croissance et de décroissance. Ainsi, la crise économique de 2008 s’est fortement répercutée sur l’effectif salarié tandis que l’effet a été amoindri pour l’effectif cadre : en 2009, l’emploi salarié a enregistré de très nombreuses destructions d’emplois tandis que l’emploi cadre n’en a connu aucune (figure 1). Au cours des 20 dernières années, la tertiarisation de l’économie conjuguée au développement d’activités technologiques à haute valeur ajoutée, s’est accompagnée d’une modification structurelle des emplois. Ainsi sous l’effet des évolutions sociétales, réglementaires, technologiques, environnementales et organisationnelles, de nombreux métiers cadres se transforment en permanence en se dotant de nouvelles compétences, et d’autres, plus à la marge, se créent. Pour se développer, les entreprises ont intégré toutes cescompétencesetcertaines,ontaussiprofessionnalisé leur encadrement. – Figure 1 – Évolution de l’effectif cadre et salarié entre 2000 et 2015 (base 100 en 2000) 2000 100 Effectif cadre Effectif salarié 105 110 115 120 125 130 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Sources:effectifscadres:Apec,2016–effectifssalariés:Unédicjusqu’en2010, puisestimationsApecàpartirdesdonnéesAcossde2011à2014. 1. L’effectif est proche de celui estimé à partir des données DADS en délimitant le champ aux cadres salariés du secteur privé mais différent de celui estimé par l’Agirc-Arrco en considérant les cotisants au titre des articles 4 et 4 bis et un champ plus large (voir la méthodologie présentée en page 14).
  3. 3. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 3 – UN CADRE SUR CINQ OCCUPE UNE FONCTION COMMERCIAL-MARKETING – – Figure 2 – Répartition des effectifs cadres selon la fonction occupée en 2015 Source:Apec,2016 Direction générale 6 % Finance, comptabilité 10 % Administration, personnel, communication 11 % Études-RD 12 % Production industrielle, chantier 8 % Services techniques 8 % Exploitation tertiaire 12 % Commercial 21 % Informatique 12 % Si la fonction commercial-marketing reste majoritaire parmi les cadres en emploi, trois autres fonctions se partagent la deuxième place : l’informatique, les études-RD et l’exploitation tertiaire (fonctions spécifiques de certains secteurs, comme la santé- action sociale, la formation initiale et continue, l’hôtellerie-restauration-loisirs…), avec chacune 12 % des cadres (figure 2). Comparativement aux flux de recrutements observés en 2015, la hiérarchie des 2. Perspectives de l’emploi cadre 2016, Apec coll. Les études de l’emploi cadre, n°2016-07, février 2016. Fin 2015, 8 % des cadres en emploi occupaient une fonction dans les services techniques (achats, qualité, maintenance, logistique, sécurité). fonctions est globalement similaire2 : les trois premières fonctions d’embauches de cadres sont l’informatique, le commercial-marketing et les études- RD. Néanmoins, certains écarts sont à noter : si les effectifs cadres en informatique et études-RD représentent chacun 12 %, leur poids dans les recrutements est nettement plus élevé : 21 % pour l’informatique, et 16 % pour les cadres et ingénieurs en études-RD.
  4. 4. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 20154 Sur l’ensemble de la période, l’évolution est plus marquée entre 2005-2010 qu’en 2010-2015. Dans la fonction études-RD par exemple, le poids des cadres a progressé de sept points entre 2005 et 2010 et d’un point entre 2010 et 2015. De même, la part des cadres en production industrielle-chantier a reculé de six points entre 2005 et 2010 et d’un point entre 2010 et 2015. Ainsi, les évolutions enregistrées en 2015 confirment les tendances observées en 2010 (tableau 1). Au global, la répartition des effectifs cadres par fonction en 2015 est assez proche de celle de 2010. La part est restée stable ou quasi-stable en cinq ans dans les fonctions de direction générale, finance- comptabilité, administration, études-RD, services techniques (achats, qualité, maintenance, logistique, sécurité) et exploitation tertiaire. Les fonctions informatique et commercial-marketing ont enregistré les évolutions les plus fortes sur la période. Mais si la part des cadres informaticiens a progressé (+2 points), celle des cadres commerciaux, à l’inverse, a diminué (-3 points). Source:Apec,2016 – Tableau  1– Répartition des effectifs cadres par fonction 2005 2010 2015 Direction générale 10 % 6 % 6 % Finance, comptabilité 10 % 10 % 10 % Administration 9 % 10 % 11 % Études-RD 4 % 11 % 12 % Production industrielle, chantier 15 % 9 % 8 % Services techniques 6 % 8 % 8 % Exploitation tertiaire 14 % 12 % 12 % Commercial 22 % 24 % 21 % Informatique 10 % 10 % 12 % Total 100 % 100 % 100 % Fin 2005, 15 % des cadres en emploi occupaient une fonction de production industrielle-chantier. Fin 2015, ils étaient 8 %. – UNE HAUSSE CONTINUE DU NOMBRE DE CADRES EN ÉTUDES-RD – Au global, les effectifs cadres en études-RD ont triplé sur la période 2005-2015 : on comptait 15 % de cadres dans cette fonction fin 2015 contre 4 % dix ans auparavant (tableau 1). Cette hausse s’est principalement observée dans l’industrie et les services. C’est particulièrement le cas dans le secteur de l’industrie automobile-aéronautique et autres matériels de transport, où la part de cadres en études-RD s’est accrue de cinq points entre 2010 et 2015 (tableau 2). Cette fonction cadre est devenue stratégique dans ces activités avec la présence de nombreux ingénieurs et cadres dans les bureaux d’études pour accompagner les innovations technologiques (matériaux composites, systèmes embarqués…). –LA RÉPARTITION DES CADRES PAR FONCTION EN 2015 CONFIRME LES ÉVOLUTIONS OBSERVÉES ENTRE 2005 ET 2010–
  5. 5. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 5 Avec une hausse de quatre points entre 2010 et 2015, le secteur de l’énergie-eau et gestion des déchets a également enregistré une progression du poids des cadres en études-RD. Les problématiques autour du développement durable et de la transition énergétique, soutenues par les politiques publiques, se sont imposées ces dernières années et ont favorisé les métiers de l’accompagnement à la transition énergétique, tels que le chargé de mission énergie et les spécialistes en efficacité énergétique. Parallèlement, ces enjeux ont également eu des répercussions dans le secteur des équipements électriques et électroniques, par exemple pour la conception des systèmes de chauffage et d’éclairage plus performants et moins énergivores, ou encore l’essor d’objets électroniques sans fil connectés. Le poids des cadres en études-RD y a progressé de deux points entre 2010 et 2015, pour représenter près de 4 cadres sur 10 dans le secteur. L’autresecteurindustrielquiaenregistréuneprogression de son effectif cadre en études-RD, est celui de l’agroalimentaire. Secteur où l’innovation et la RD constituent un atout stratégique, les métiers de la recherche s’y sont développés (par exemple, le chercheur en génie alimentaire, le formulateur de produits alimentaires …)3 , ainsi que les métiers juridiques, comptables, et conseil et gestion aux entreprises. La transformation de l’industrie au cours des 20 dernières années vers des activités à plus forte valeur ajoutée s’est également répercutée dans le secteur de l’ingénierie-RD. Le renforcement de l’automatisation, de la communication entre les machines, mais aussi la recherche d’optimisation des lignes de production, ont conduit les entreprises industrielles à recourir à davantage de prestations de services d’ingénierie-RD. Plus globalement à l’échelle de l’ensemble des secteurs, les enjeux de développement durable et de transition énergétique cités précédemment, ont aussi favorisé la demande de cadres en études-RD dans le secteur de l’ingénierie. Les effectifs cadres en études-RD dans ce secteur se sont ainsi accrus entre 2010 et 2015, pour représenter 6 cadres sur 10 en 2015. D’autres secteurs des services ont également vu leur part de cadres en études-RD progresser, comme dans la communication-médias et les activités juridiques-comptables- conseil aux entreprises. Dans le secteur de la communication-médias, l’avènement du numérique a profondément modifié la structure des métiers. Le cinéma d’animation, l’utilisation croissante des effets spéciaux et de manière générale, la dématérialisation des biens culturels en fichiers numériques, ont entraîné une forte demande dans les métiers de la création et de la gestion des ressources numériques4 . Dans ce contexte, certains métiers tels que l’infographiste 3D - aussi appelé motion designer - et le media manager ont pu être particulièrement sollicités sur la période 2010-2015. A contrario, certains secteurs d’activité ont affiché un recul de cadres en études-RD, notamment dans les activités des organisations associatives et dans les activités informatiques et télécommunications. La réforme des réseaux des chambres de commerce et d’industrie a entraîné la mutualisation de fonctions supports et une réorganisation administrative des structures. Dans ce contexte, les métiers de l’analyse économique, principalement des études ont été concernés par une réduction des effectifs salariés. Danslesactivitésinformatiquesettélécommunications, le développement du cloud computing a notamment participé à la hausse des cadres informaticiens au détriment des cadres en études-RD. L’effectif cadre en études-RD devrait poursuivre sa hausse dans les prochaines années. La montée en puissance du numérique dans la sphère industrielle va certainement transformer certains métiers. Les technologies liées à l’industrie 4.0, notamment les objets connectés et l’utilisation de l’informatique décisionnelle, devraient conduire au développement de nouvelles qualifications et métiers cadres tels que le statisticien de maintenance prédictive, le formateur de « cobots »5 , le cyber-testeur, ou encore le paramétreur de systèmes de contrôle…. Dans l’industrie automobile, le développementdesvéhiculesdedemain,quiserontplus connectés et communicants, devrait favoriser une demande croissante d’ingénieurs en système embarqué etd’ingénieursconceptionlogiciel6 .Dansl’aéronautique, ce sont les projets autour de l’avion électrique rechargeable au sol qui devraient favoriser les activités de recherche et développement. Dans ce contexte, les activités d’ingénierie devraient être particulièrement sollicitées pour accompagner ces différents projets innovants. 3. Horizon 2020 – Quel avenir pour les industries alimentaires et leurs métiers ? Observia, septembre 2009. 4. Les métiers de la culture et des médias, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 160 p., 2015. 5. La cobotique désigne la collaboration entre un homme et un robot. Ce dernier intervient lorsque l’opérateur humain est indispensable mais confronté à des tâches pénibles, difficiles, dangereuses, répétitives ou à très faible valeur ajoutée. Source : La cobotique en région Centre-Val de Loire, Dirrecte Centre-Val de Loire 6. Transition énergétique : impacts sur les métiers cadres, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2015-83, décembre 2015
  6. 6. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 20156 7. Industrie : facteurs d’évolution et perspectives du marché de l’emploi cadre, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2014-13, mars 2014. 2010 2015 Industrie agroalimentaire 4 % 6 % Industrie automobile, aéronautique et autres matériels de transport 29 % 34 % Chimie et industrie pharmaceutique 21 % 18 % Caoutchouc, plastiques 22 % 19 % Énergie, eau, gestion des déchets 10 % 14 % Équipements électriques et électroniques 35 % 37 % Activités informatiques et télécommunications 13 % 8 % Activités juridiques, comptables, conseil et gestion des entreprises 7 % 11 % Activités des organisations associatives 20 % 12 % Communication et médias 3 % 7 % Ingénierie et RD 56 % 60 % Tous secteurs confondus 11 % 12 % Fin 2015, 37 % des cadres en emploi dans les équipements électriques et électroniques occupaient une fonction en études-RD. Seuls les secteurs présentant les évolutions les plus marquantes sont présentés. Note : La hausse des cadres en études-RD dans les activités juridiques, comptables, conseil et gestion des entreprises est essentiellement liée à la présence dans ce secteur d’entreprises appartenant au code NAF 70.10Z Activités des sièges sociaux. – LES CADRES EN PRODUCTION INDUSTRIELLE-CHANTIER SONT DE MOINS EN MOINS NOMBREUX – Sur la période 2005-2015, la fonction production industrielle-chantier a enregistré une baisse des effectifs cadres au global : elle comptait 8 % de cadres fin 2015 contre 15 % fin 2005 soit une perte de 7 points en 10 ans (tableau 1). Cette diminution s’est principalement observée dans l’industrie et la construction sur les 5 dernières années. Au sein de l’industrie, les situations ne sont pas homogènes selon les secteurs d’activité. Dans un contexte de restructuration, les secteurs de l’agroalimentaire et de l’automobile- aéronautique et autres matériels de transport ont particulièrement souffert de la délocalisation de l’appareil productif, laissant sur le territoire les activités à plus forte valeur ajoutée7 . Cela explique certainement la contraction des effectifs cadres en production industrielle- chantier dans ces secteurs : de -5 à -8 points entre 2010 et 2015 (tableau 3). Par ailleurs, les contraintes de coûts, de rentabilité et d’efficacité ont entraîné des réorganisations, des externalisations d’activités et des fermetures de sites. Les besoins en compétences des entreprises ont évolué pour répondre à ces nouvelles contraintes. Dans le secteur de l’énergie-eau et gestion des déchets, la part des cadres en production industrielle- chantier a fortement baissé : de 10 points entre 2010 et 2015. Les enjeux liés au développement durable, à la transition énergétique et aux réglementations en vigueur ont certainement entraîné un recentrage des besoins de cadres en production industrielle-chantier vers des profils en études-RD (cf. supra). Dans d’autres secteurs, cette baisse des effectifs cadres en production industrielle-chantier s’est accompagnée en parallèle d’une progression du poids des cadres dans les services techniques (achats, qualité, maintenance, logistique, sécurité), notamment dans l’énergie-eau et gestion des déchets (+ 10 points) d’une part, et l’industrie agroalimentaire (+ 4 points) d’autre part (tableau 4). A contrario, dans d’autres secteurs industriels, la part des cadres dans la fonction production industrielle- chantier a augmenté. C’est le cas du secteur de la mécanique-métallurgie, la chimie-pharmaceutique et le caoutchouc-plastiques. Source:Apec,2016 – Tableau  2– Poids des effectifs cadres de la fonction études-RD dans chaque secteur en 2010 et 2015
  7. 7. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 7 Dans un souci de compétitivité, les entreprises de ces secteurs ont entrepris une modernisation et une automatisation de leur appareil productif pour gagner en productivité et en efficacité. La production industrielle y joue un rôle essentiel et mobilise des compétences très diverses, aussi bien en gestion de production qu’en hygiène, sécurité, process, méthodes, qualité, maintenance, compte tenu des normes nationales et internationales strictes à respecter8 . Certaines industries ont ainsi vu parallèlement leurs effectifs cadres en services techniques augmenter comme dans la chimie et la pharmacie (tableau 4). Dans la construction, la baisse des cadres en production industrielle-chantier est imputée à une conjoncture économique défavorable au secteur sur la période 2010-2015. La réduction du nombre de chantiers, la baisse des investissements publics, entre autres, ont contribué à la contraction de cadres dans cette fonction. Dans ce contexte, le secteur de l’immobilier a également été impacté puisqu’il a aussi affiché une baisse de cadres en production industrielle-chantier sur la période étudiée (-8 points). 2010 2015 Industrie agroalimentaire 25 % 20 % Industrie automobile, aéronautique et autres matériels de transport 29 % 21 % Chimie et industrie pharmaceutique 17 % 19 % Caoutchouc, plastiques 16 % 18 % Énergie, eau, gestion des déchets 39 % 29 % Équipements électriques et électroniques 16 % 17 % Mécanique, métallurgie 21 % 24 % Bâtiment, génie civil et matériaux de construction 44 % 36 % Tous secteurs confondus 9 % 8 % Fin 2015, 24 % des cadres en emploi dans le secteur de la mécanique-métallurgie occupaient une fonction de production industrielle-chantier. Seuls les secteurs présentant les évolutions les plus marquantes sont présentés. Source:Apec,2016 – LE NOMBRE DE CADRES EN SERVICES TECHNIQUES SE MAINTIENT, EN LIEN AVEC UNE RÉGLEMENTATION FORTE DANS LES SECTEURS DE L’INDUSTRIE ET DU COMMERCE – Sur la période 2005-2015, la fonction services techniques, qui comprend les achats, qualité, maintenance, logistique et sécurité, a enregistré une hausse de ses effectifs cadres (+2 points) (tableau 1). Entre 2010 et 2015, la part de cadres dans les services techniques s’est accrue dans l’industrie et le commerce (tableau 4). Avec une hausse importante de 13 points, le secteur de l’énergie-eau et gestion des déchets a affiché la plus forte progression de cadres dans les services techniques. L’industrie agroalimentaire et le secteur de la chimie et l’industrie pharmaceutique ont également enregistré une hausse de cadres dans la fonction services techniques, respectivement +4 points et +2 points. Ces industries dites de « transformation de matières premières » ont connu un accroissement des normes réglementaires et environnementales en termes de méthodes de production, de contrôle de qualité et de maîtrise des coûts. Parallèlement, la recherche de performance et de réduction des coûts dans les entreprises s’est traduite par la mise en œuvre des concepts du « lean9  ». 8. Les difficultés de recrutement de cadres en production industrielle, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2016-35, août 2016. 9. Le « Lean » est une approche de la production industrielle conçue pour « produire au plus juste », l’objectif étant d’améliorer au mieux la performance des processus : réduction des délais, des coûts et amélioration continue de la qualité des produits. – Tableau  3– Poids des effectifs cadres de la fonction production industrielle-chantier dans chaque secteur en 2010 et 2015
  8. 8. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 20158 Ainsi, la réglementation combinée aux objectifs de performance a favorisé la demande de responsables environnement, d’ingénieurs méthodes et procédés, d’ingénieurs de maintenance, d’ingénieurs sûreté/ qualité dans ces industries. Dans l’agroalimentaire, le métier d’acheteur/négociateur de matières premières est devenu stratégique compte tenu de l’environnement de plus en plus concurrentiel tiré par l’optimisation des coûts et des prix. Et pour répondre aux problématiques d’approvisionnement et d’acheminement des matières premières et des produits de consommation, de nouveaux besoins sont apparus également en logistique et supply-chain. La part de cadres dans les services techniques dans le secteur du commerce a aussi progressé sur la période 2005-2015, et plus particulièrement entre 2010-2015 (+2 points). Cette hausse est à mettre en lien avec la progression de la part des cadres dans le secteur du commerce interentreprises (+4 points). Le développement du e-commerce, et plus récemment du m-commerce (achat sur tablettes et smartphones), s’est traduit par une hausse de cadres dans les métiers de la logistique et des achats. À l’inverse, dans le secteur de l’immobilier, la fonction services techniques a enregistré un recul des effectifs cadres (-4 points). Cette contraction s’est accompagnée d’une augmentation de la part des cadres en 2010 2015 Industrie agroalimentaire 14 % 18 % Chimie et industrie pharmaceutique 18 % 20 % Énergie, eau, gestion des déchets 10 % 23 % Mécanique, métallurgie 16 % 14 % Commerce interentreprises 11 % 15 % Immobilier 7 % 3 % Services divers aux entreprises 7 % 9 % Tous secteurs confondus 8 % 8 % Fin 2015, 15 % des cadres en emploi dans le secteur du commerce interentreprises occupaient une fonction de services techniques. Seuls les secteurs présentant les évolutions les plus marquantes sont présentés. Source:Apec,2016 exploitation tertiaire (+10 points). Les entreprises du secteur ont dû s’ajuster aux nombreuses évolutions (réglementations, baisse des volumes d’activité…) et ainsi adapter leurs métiers pour répondre aux exigences du marché, à l’évolution de leurs organisations, et professionnaliser leurs équipes. On observe ainsi un recentrage vers des métiers spécifiques à l’immobilier (directeur de patrimoine immobilier, directeur immobilier…). En outre, liés notamment à la financiarisation de l’immobilier, les métiers de l’investissement (asset manager, gestionnaires d’actifs immobiliers…) se sont développés. Dans les prochaines années, le secteur immobilier sera confronté à d’autres enjeux : de nouvelles formes d’organisation de travail pour l’immobilier d’entreprise, des besoins croissants dans les résidences gérées (services, étudiants, séniors…). Cela va impliquer une évolution des profils et des compétences recherchés, vers un renforcement du conseil pour les métiers de la négociation et de la transaction, et de ceux de l’investissement et de l’expertise… Par ailleurs, compte tenu des exigences et de l’importance des réglementations en matière d’hygiène et de sécurité, qualité, process, méthodes, dans l’ensemble des secteurs d’activité, il est probable que les effectifs cadres de cette fonction se maintiendront dans les prochaines années. – Tableau  4– Poids des effectifs cadres de la fonction services techniques dans chaque secteur en 2010 et 2015
  9. 9. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 9 – LE NIVEAU EST HISTORIQUEMENT HAUT POUR LES CADRES INFORMATICIENS DANS LE SECTEUR DES SERVICES – Sur la période 2005-2015, la part de cadres informaticiens s’est accrue de 2 points, principalement entre 2010 et 2015 (tableau 1). Cette hausse s’observe dans le secteur des services, notamment dans les activitésinformatiquesettélécommunications.En2015, 72 % des cadres de ce secteur sont informaticiens contre62%en2010(tableau6).Lefortdéveloppement du cloud computing, en réponse aux besoins des entreprises de réduire les coûts des infrastructures, a conduit à la création et au développement des centres de données ou datacenters10 . Dans ce contexte, certains métiers tels que les ingénieurs cloud et virtualisation et chefs de projet infrastructure ont été particulièrement sollicités. Également, avec la montée en puissance d’Internet, le développement de la messagerie et du Web collaboratif, les entreprises ont été confrontées à de nouvelles contraintes en matière de disponibilité (siteswebinterconnectésaveclessystèmesd’information de l’entreprise, disponibilité des systèmes…) et de sécurité (sécurisation accrue des applicatifs, identité et sécurité numérique, cryptographie...). Cela a conduit à un recours important à des prestataires informatiques en l’absence de compétences pointues en interne. Avec une progression de trois points en 5 ans, le secteur de la banque-assurance a également affiché une hausse de cadres informaticiens. L’introduction des technologies de la communication et de l’information dans la sphère bancaire, a fait émerger de nouvelles pratiques de consommation. À titre d’exemple, les clients sont de plus en plus nombreux à utiliser les applications mobiles afin d’effectuer les opérations courantes. Récemment, le paiement sans contact, introduit en 2012, qui permet de régler de petits achats au quotidien, a renforcé le poids de l’informatique dans les activités bancaires. En effet, toutes ces technologies nécessitent une importante gestion des données et un besoin de sécurisation. Dans ce contexte, certains métiers sont particulièrement sollicités, notamment les experts en sécurité informatique et de traitements de données11 . Parallèlement, la dématérialisation des services bancaires a entraîné une chute de la fréquentation des agences ce qui pourrait expliquer la baisse de cadres commerciaux sur la période 2010-2015. À moyen et long terme, les problématiques de sécurisation des systèmes et des données devraient rester prioritaires pour les entreprises. Également, la montée en puissance de l’informatique décisionnelle pourrait faire progresser, les effectifs cadres en informatique. Par ailleurs, toutes les fonctions d’ingénierie de la production vont continuer à prendre de l’importance pour fluidifier les mises en production, respecter les délais et la qualité des travaux, maîtriser les nouvelles technologies et leurs outils. Les compétences recherchées concerneront particulièrement l’articulation entre les études et le développement, l’administration des réseaux et la connectivité. – Tableau  5– Poids des effectifs cadres de la fonction informatique dans chaque secteur en 2010 et 2015 2010 2015 Activités informatiques et télécommunications 62 % 72 % Activités juridiques, comptables, conseil et gestion des entreprises 11 % 6 % Banques et assurance 7 % 10 % Communication et médias 9 % 6 % Tous secteurs confondus 10 % 12 % Fin 2015, 10 % des cadres en emploi dans le secteur de la banque-assurance occupaient une fonction informatique. Seuls les secteurs présentant les évolutions les plus marquantes sont présentés. Source:Apec,2016 10. Les métiers des systèmes d’information, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 160 p., 2014. 11. L’impact du numérique sur les métiers de la banque, Observatoire des métiers, des qualifications et de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque, mars 2014.
  10. 10. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 201510 –STRUCTURE DE L’EMPLOI CADRE– – Figure 3 – Effectif cadre fin 2015 selon le secteur d’activité INDUSTRIE 429 200 CONSTRUCTION 197 400 COMMERCE 432 600 Santé - Action sociale 174 800 Ingénierie – RD 236 500 Banque - Assurance 279 000 Activités informatiques - Télécommunications 321 300 SERVICES 1 916 000 Autres services 692 400 Activités juridiques, comptables - Conseil 212 000 14 % 7 % 15 %11 % 23 % 6 % 7 %8 % 9 % Source:Apec,2016 Fin 2015, 11 % des cadres en emploi travaillaient dans le secteur des activités informatiques et télécommunications.
  11. 11. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 11 Fin 2015, 7 % des cadres étaient en emploi dans la région Occitanie. Fin 2015, 68 % des cadres de la fonction études-RD étaient en emploi dans le secteur des services contre 64 % pour l’ensemble. Source:Apec,2016Source:Apec,2016 – Figure 4 – Répartition des effectifs cadres par région fin 2015 – Figure 5 – Répartition par grand secteur des effectifs cadres de chaque fonction fin 2015 Hauts-de- France Grand Est Bourgogne- Franche-Comté Auvergne- Rhône-Alpes Provence-Alpes- Côte d’Azur et Corse Occitanie Nouvelle Aquitaine Centre-Val de Loire Pays de la Loire Bretagne Normandie Île-de- France 38 % 12 % de 6 à 7 % 5 % 3 % Direction générale Finance Administration Études-RD Services techniques Exportation tertiaire Commercial Informatique Ensemble Production industrielle, chantier Industrie Construction Commerce Services 14 % 11 % 17 % 58 % 10 % 7 % 5 % 5 % 30 % 5 % 6 % 1 % 11 % 10 % 2 % 7 % 24 % 5 % 34 % 15 % 4 %4 % 7 %14 % 13 % 30 % 39 % 25 % 8 % 1 % 72 % 77 % 68 % 24 % 41 % 94 % 47 % 91 % 64 %
  12. 12. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 201512 Direction générale Finance Adminis- tration Études- RD Pro- duction indus- trielle, chantier Services tech- niques Exploi- tation tertiaire Commer- cial Informa- tique Ensemble Industrie agroalimentaire 9 % 8 % 7 % 6 % 20 % 18 % 2 % 27 % 3 % 100 % Automobile, aéronautique et autres matériels de transport 2 % 5 % 5 % 34 % 21 % 20 % 0 % 8 % 5 % 100 % Bois, papier, imprimerie 9 % 8 % 6 % 5 % 26 % 12 % 1 % 28 % 5 % 100 % Chimie et industrie pharmaceutique 3 % 7 % 8 % 18 % 19 % 20 % 0 % 21 % 4 % 100 % Caoutchouc, plastiques 5 % 7 % 7 % 19 % 18 % 17 % 0 % 22 % 5 % 100 % Énergies, eau, gestion des déchets 4 % 7 % 8 % 14 % 29 % 23 % 1 % 12 % 2 % 100 % Équipements électriques et électroniques 3 % 5 % 4 % 37 % 17 % 15 % 0 % 14 % 5 % 100 % Mécanique, métallurgie 7 % 7 % 6 % 18 % 24 % 14 % 0 % 22 % 2 % 100 % Meubles, textiles et autres industries manufacturières 8 % 8 % 8 % 11 % 15 % 12 % 1 % 35 % 2 % 100 % Industrie 6 % 7 % 6 % 20 % 20 % 16 % 1 % 20 % 4 % 100 % Bâtiment, génie civil et matériaux de construction 7 % 9 % 7 % 11 % 36 % 6 % 0 % 21 % 3 % 100 % Travaux de construction spécialisés 11 % 11 % 9 % 9 % 33 % 6 % 0 % 20 % 1 % 100 % Construction 9 % 10 % 9 % 10 % 34 % 6 % 0 % 20 % 2 % 100 % Commerce interentreprises 6 % 7 % 6 % 2 % 3 % 15 % 0 % 58 % 3 % 100 % Distribution généraliste 10 % 6 % 11 % 1 % 1 % 6 % 0 % 64 % 1 % 100 % Distribution spécialisée 7 % 7 % 8 % 2 % 5 % 13 % 8 % 47 % 3 % 100 % Commerce 7 % 7 % 8 % 2 % 4 % 13 % 4 % 52 % 3 % 100 % Activités informatiques et télécommunication 2 % 4 % 4 % 8 % 0 % 2 % 0 % 8 % 72 % 100 % Activités juridiques et comptables, conseil et gestion des entreprises 4 % 36 % 26 % 11 % 2 % 4 % 3 % 8 % 6 % 100 % Activités des organisations associatives 9 % 8 % 27 % 12 % 0 % 3 % 31 % 7 % 3 % 100 % Banques et assurance 3 % 15 % 8 % 3 % 0 % 3 % 17 % 41 % 10 % 100 % Communication et médias 3 % 4 % 13 % 7 % 1 % 3 % 31 % 32 % 6 % 100 % Formation initiale et continue 6 % 6 % 19 % 5 % 0 % 2 % 51 % 8 % 3 % 100 % Hôtellerie, restauration, loisirs 14 % 10 % 17 % 2 % 2 % 5 % 31 % 18 % 1 % 100 % Immobilier 8 % 13 % 20 % 8 % 7 % 3 % 19 % 19 % 3 % 100 % Ingénierie et RD 3 % 4 % 5 % 60 % 13 % 7 % 0 % 4 % 4 % 100 % Santé et action sociale 6 % 6 % 16 % 2 % 0 % 3 % 65 % 1 % 1 % 100 % Services divers aux entreprises 9 % 10 % 18 % 3 % 6 % 9 % 5 % 34 % 6 % 100 % Transports et logistique 8 % 8 % 13 % 4 % 2 % 29 % 13 % 19 % 4 % 100 % Services 5 % 11 % 13 % 12 % 3 % 5 % 19 % 16 % 16 % 100 % Ensemble 6 % 10 % 11 % 12 % 8 % 8 % 12 % 21 % 12 % 100 % Source:Apec,2016 Fin 2015, dans le secteur du commerce, 52 % des cadres occupaient une fonction commercial-marketing contre 21 % tous secteurs confondus. – Figure 6 – Répartition des effectifs cadres par fonction selon le secteur d’activité fin 2015
  13. 13. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 13 – Tableau  7– Répartition des effectifs cadres par région et fonction fin 2015 Direction générale Finance Adminis- tration Études- RD Pro- duction indus- trielle, chantier Services tech- niques Exploi- tation tertiaire Commer- cial Informa- tique Ensemble Auvergne-Rhône-Alpes 13 % 10 % 10 % 15 % 14 % 13 % 10 % 14 % 11 % 12 % Bourgogne-Franche-Comté 5 % 4 % 4 % 3 % 4 % 3 % 3 % 3 % 0 % 3 % Bretagne 3 % 3 % 3 % 3 % 3 % 3 % 3 % 3 % 4 % 3 % Centre-Val de Loire 3 % 4 % 3 % 2 % 3 % 4 % 3 % 3 % 3 % 3 % Grand Est 7 % 7 % 6 % 5 % 8 % 7 % 5 % 7 % 4 % 6 % Hauts-de-France 7 % 8 % 7 % 6 % 8 % 8 % 10 % 8 % 6 % 7 % Normandie 5 % 3 % 3 % 3 % 5 % 4 % 3 % 3 % 1 % 3 % Nouvelle Aquitaine 7 % 6 % 6 % 4 % 9 % 6 % 6 % 6 % 3 % 6 % Occitanie 8 % 6 % 7 % 9 % 8 % 7 % 9 % 6 % 6 % 7 % Pays de la Loire 5 % 4 % 4 % 4 % 5 % 4 % 7 % 5 % 6 % 5 % Paca et Corse 8 % 6 % 7 % 6 % 8 % 6 % 9 % 8 % 6 % 7 % Île-de-France 29 % 39 % 40 % 40 % 25 % 35 % 32 % 34 % 50 % 38 % Source:Apec,2016 Fin 2015, 14 % des cadres en production industrielle-chantier étaient en emploi en région Auvergne-Rhône-Alpes contre 12 % pour l’ensemble de la France métropolitaine.
  14. 14. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 201514 –MÉTHODOLOGIE– Cette étude s’appuie sur les résultats de l’enquête annuelle de conjoncture sur l’emploi des cadres dans les entreprises du secteur privé (cotisant à Pôle emploi pour leurs salariés). L’enquête est menée auprès d’un échantillon permanent de 11 000 entreprises représentatif de la répartition par région, par taille et secteur d’activité des entreprises du secteur privé. Fin 2015, en plus de l’interrogation habituelle, les entreprises ont été interrogées sur leurs effectifs de cadres par fonction occupée. Cette question avait déjà été posée en 2005 et 2010 dans cette même enquête. L’analyse s’est donc orientée sur les évolutions dans la répartition des cadres par fonction pour la période 2005-2015. Néanmoins, la nomenclature des secteurs d’activité ayant fait l’objet d’une rénovation par l’Insee en 2008, la comparaison de la répartition des cadres selon les secteurs d’activité avant 2008 et après n’est plus possible. Les cadres considérés sont ceux pour lesquels les entreprises cotisent à l’Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) au titre des articles 4 (ingénieurs et cadres) et 4 bis (assimilés cadres). Au global, l’Apec estime à 2 975 200 le nombre de cadres en poste dans le secteur privé en France métropolitaine fin 2015. A titre de comparaison, l’Agirc-Arrco estime à un peu plus de 3,6 millions le nombre de cotisants à ses caisses au titre des articles 4 et 4 bis à la même période. Les données de l’Agirc-Arrco recouvrent les entreprises du secteur privé comptant au moins un salarié, quel que soit le secteur d’activité, ainsi que certaines entreprises semi publiques, qui cotisent à une caisse de retraite cadre adhérente de l’Agirc. L’écart observé entre ces deux chiffres s’explique à la fois par la prise en compte de certaines entreprises avec participation de l’Etat qui cotisent à l’Agirc ou à une caisse de retraite cadre adhérente, ainsi que par un champ sectoriel plus large que celui de cette enquête. Une estimation de l’effectif cadre en poste à partir des données DADS (déclarations annuelles des données sociales) en délimitant le champ aux cadres salariés du secteur privé et en reconstituant à partir des PCS une catégorie de cadre s’approchant au mieux de celle définie par l’Apec, permet de relever 2 998 300 cadres en 2013. – NOMENCLATURE DES FONCTIONS – Direction générale : personnes siégeant au conseil d’administration, adjoints de direction générale. Finance : finance, comptabilité, contrôle de gestion, audit. Administration : administration, RH, communication, juridique. Études, recherche et développement (études, RD): études scientifiques et techniques, projets, affaires, urbanisme, architecture, brevets, normes, homologations, études socio-économiques, statistiques. Production industrielle, chantier. Services techniques : achats, qualité, maintenance, logistique, sécurité. Exploitation tertiaire : métiers spécifiques des secteurs santé et action sociale, banque, assurance, immobilier, formation, tourisme, transports. Commercial : commercial et marketing. Informatique.
  15. 15. APEC – LES EFFECTIFS CADRES EN FRANCE FIN 2015 15 – SOURCES INTERNES – • Les difficultés de recrutement de cadres en production industrielle, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2016-35, août 2016. • Baromètre Apec/Opcalim : Le marché de l’emploi cadre dans le secteur alimentaire, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2016-30, juin 2016. • Perspectives de l’emploi cadre 2016, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2016-07, février 2016. • Transition énergétique : impacts sur les métiers cadres, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2015-83, décembre 2015. • Industrie : évolution et tendances sur le marché de l’emploi cadre, Apec, coll. Les études de l’emploi cadre, n°2013-09, mars 2013. • Les métiers de la culture et des médias, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 160 p., 2015. • Les métiers des systèmes d’information, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 160 p., 2014. • Les métiers du secteur de l’immobilier, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 147 p., 2014. • Les métiers en émergence, hors-série, Apec, coll. Les référentiels des métiers cadres, 111 p., 2013 – SOURCES EXTERNES – • La cobotique en région Centre-Val de Loire, Direccte Centre-Val de Loire, mai 2016. • Les métiers en 2022 – Rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications, France Stratégie / DARES, avril 2015. • Métiers porteurs – Horizon 2022, Carreerbuilder, octobre 2014. • L’impact du numérique sur les métiers de la banque, Observatoire des métiers, des qualifications et de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque, mars 2014. • Horizon 2020 – Quel avenir pour les industries alimentaires et leurs métiers ?, Observia, septembre 2009. –BIBLIOGRAPHIE–
  16. 16. www.apec.fr © Apec, 2016 Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association pour l’emploi des Cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901 et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre collective, l’Apec en a la qualité d’auteur. L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, CFTC Cadres, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122-4 et L335-2 du code de la Propriété intellectuelle). ISSN 978-2-7336-0959-0 OCTOBRE 2016 Cette étude a été réalisée par le département études et recherche de l’Apec. Pilotage de l’étude : Véronique Lagandré. Analyse et rédaction : May Cha, Thi Minh Chau Nguyen Direction du département : Pierre Lamblin. EDOBSA0120-10.16 – LES ÉTUDES DE L’EMPLOI CADRE DE L’APEC– Observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe les évolutions dans un programme annuel d’études et de veille : grandes enquêtes annuelles (recrutements, salaires, métiers et mobilité professionnelle des cadres, insertion professionnelle des jeunes diplômés…) et études spécifiques sur des thématiques clés auprès des jeunes diplômés, des cadres et des entreprises. Le département études et recherche de l’Apec et sa quarantaine de collaborateurs animent cet observatoire. Toutes les études de l’Apec sont disponibles gratuitement sur le site www.cadres.apec.fr rubrique Observatoire de l’emploi ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H 0 809 361 212

×