Histoires-deHistoires-de-Paris.fr
- Au détour d’une rue Rue Vieille du Temple,
Assassinat de Louis d’Orléans
Une enquête d...
- 23 novembre 1407 Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI le fou, régent, est
assassiné en plein Paris entre 8 et 9 heur...
Saisi par le connétable de France, le prévôt de Paris,
Guillaume de Tignonville démarre son enquête dés la mort de
Louis d...
A l’hôtel d’Anjou, devant le roi de Sicile, Louis d’Anjou, le
duc de Berry, le duc de Bourgogne, le duc de Bourbon, le
com...
Le prévôt de Paris revient sur les lieux et interroge le
voisinage.
Il découvre que les meurtriers avaient été logés dans ...
Déposition de Marie, femme de maître Robert
Fouchier, maître des œuvres de charpenterie du roi
« Un jour de la semaine pas...
Déposition de Perrin Fouchier, valet de chambre du
roi, demeurant avec Maître Robert Fouchier
« Le 23 novembre au soir, je...
Déposition de Driete, femme de Nicolas Labbé, charpentier
Driete,
Labbé,
« Il y a une semaine, j’ai vu vers 10 heures du m...
Déposition de Drouet Prieur, valet, demeurant à
l’Hôtel de Rieux
« Vers 8 heures du soir, j’étais descendu pour voir le ch...
Déposition de Jaquete, femme de Jean Griffart
Jaquete,
cordonnier, demeurant à l’Hôtel Rieux
« Entre 8 et 9 heures, ne voy...
Déposition de Simon Cayn, boulanger, demeurant rue
Cayn,
Vieille du Temple devant l’issue de l’hôtel de Rieux
« Vers 8 heu...
Déposition de Amelot Lavelle, chapellière, demeurant
chapellière,
rue des Rosiers
« Entre 8 et 9 heures du soir, le 23 nov...
Déposition de Jean Pagot, clerc de Maître Pierre Cousinot ,
Pagot,
Procureur au Parlement de Paris et demeurant rue Vieill...
Déposition de Gilet le Sellier, sellier demeurant près
de la Porte Saint Martin
« Entre 8 et 9 heures, hier, j’ai vu des c...
Déposition de Jehanin Fouel, valet barbier de Jean le Roy,
Fouel,
barbier, demeurant rue Saint Martin dans un hôtel à
l’an...
Déposition de Guillemin Moriset, barbier demeurant
Moriset,
rue des oies au coin de la rue de Quinquanpoix
« Entre 8 et 9 ...
Déposition de Jean Porcelet dit le petit, valet barbier,
demeurant à l’hôtel de Jean le Roy
« Je faisais la barbe à l’un d...
Déposition de Ysabeau La Guionne, veuve de
Guionne,
Guillaume Guion sergent à cheval du Châtelet,
demeurant rue Saint Mart...
Suite à ces dépositions, le prévôt ordonna que le courtier qui
avait loué la maison soit arrêté et emprisonné au Châtelet....
Déposition de François d’Asignac, courtier de maison
d’Asignac
Asignac,
« Aux alentours de la Saint Jean Baptiste, un jeun...
Les porteurs d’eau furent mandés pour savoir qui avaient porté
l’eau en l’hôtel Image Notre Dame
Rue Guillaume Porée : Per...
Les porteurs d’eau furent mandés pour savoir qui avaient porté
l’eau en l’hôtel Image Notre Dame
« Gérard Lendouil de la r...
Les biens retrouvés dans l’hôtel Image Notre Dame
doivent être montrés aux marchands concernés pour
savoir qui les avaient...
Les vendeurs d’écouelles, tranchoirs et paniers à bois
d’écouelles
écouelles,
furent interrogés
Richarde, femme de Jean Le...
Retour sur le trajet de Louis d’Orléans juste avant d’être tué
1.

1

2

Louis d’Orléans sort à
cheval de chez la reine à
...
Retour sur le trajet des assassins en fuite
1.

Assassinat de Louis
d’Orléans rue Vieille du
Temple,

2. Fuite

rue des Bl...
- 25 et 26 novembre 1407 Après l’enquête du prévôt de Paris, le duc de Bourgogne, Jean sans peur
reconnaît devant ses oncl...
Histoires-deHistoires-de-Paris.fr

Sources bibliographiques :
◦ Lechien Paul. Enquête du prévôt de Paris sur l'assassinat ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

1407 assassinat de louis d'orléans enquête du prévôt de paris

808 vues

Publié le

23 novembre 1407, il est entre 8 et 9 heures du soir, le frère du roi est assassiné en pleine rue. Le Prévôt de Paris enquête...

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
808
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
307
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1407 assassinat de louis d'orléans enquête du prévôt de paris

  1. 1. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr - Au détour d’une rue Rue Vieille du Temple, Assassinat de Louis d’Orléans Une enquête du Prévôt de Paris
  2. 2. - 23 novembre 1407 Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI le fou, régent, est assassiné en plein Paris entre 8 et 9 heures du soir Le Prévôt de Paris enquête…
  3. 3. Saisi par le connétable de France, le prévôt de Paris, Guillaume de Tignonville démarre son enquête dés la mort de Louis d’Orléans le 23 novembre au soir. Tuillères, Il se rend sur place, accompagné par Robert de Tuillères, son lieutenant. « Un valet est aussi blessé mais n’est plus sur les lieux et aurait été conduit dans un hôtel de la ville » D’après les témoins, les meurtriers auraient fui, laissant les morts dans la boue.
  4. 4. A l’hôtel d’Anjou, devant le roi de Sicile, Louis d’Anjou, le duc de Berry, le duc de Bourgogne, le duc de Bourbon, le comte de Clermont, le conte de Nevers, le connétable de France, le comte de Tancarville et autres seigneurs de France et du grand Conseil, il rend compte de ce qu’il vient de voir. A leur demande, les portes de Paris furent fermées tout de suite afin que personne ne puisse partir sans que la vérité ne soit connue, des gardes déployés dans les rues et une ouverte. enquête ouverte.
  5. 5. Le prévôt de Paris revient sur les lieux et interroge le voisinage. Il découvre que les meurtriers avaient été logés dans la rue Vieille du Temple, près du lieu du meurtre, dans un hôtel appartenant à Robert Fouchier, Après le meurtre, les coupables avaient mis le feu en leur logis, et jeté dans les rues où ils passaient des chaussetrappes de fer Ils étaient au nombre de 18 et 20, les uns à cheval et les autres à pied.
  6. 6. Déposition de Marie, femme de maître Robert Fouchier, maître des œuvres de charpenterie du roi « Un jour de la semaine passée, mardi ou mercredi, vient un courtier que je ne connaissais pas pour louer un hôtel dans la rue Vieille du Temple près de la porte Barbette. Après que j’ai accepté, vint un grand homme vêtu long, brun en habit de clerc, pour me demander si je pouvais louer une maison, pour lui et un compagnon pour y stocker du vin, du blé et autres garnisons. Ils seraient là jusqu’ à la Saint Jean pour 16 livres parisis, dont la moitié m’a été réglée alors. Je leur ai indiqué qu’il pourraient récupérer les clef auprès de mon gendre Nicolas Labbé, qui a son hôtel près de ma maison à louer. »
  7. 7. Déposition de Perrin Fouchier, valet de chambre du roi, demeurant avec Maître Robert Fouchier « Le 23 novembre au soir, je soupais à l’Escut de France, rue des Blancs manteaux, avec Haquennée, Ermequin, Billecoq, Perrin Luilier, Le Camus, Perrin Ducreux. Au moment où Le Camus propose de jouer aux dés, rentre une personne nommée Maillefer avec une torche allumée, tenant 3 flèches à la main disant que des gens fuyaient dans la rue. Un peu plus tard, pendant que nous jouions, on a hurlé qu’il y a le feu chez mon beau frère Nicolas Labbé, rue Vieille du Temple. Aussitôt je me suis rendu chez eux et ait découvert que c’était chez mon père que cela brulait. Accompagné par un cousin, Beaugrant, je suis entré dans la maison, ai éteint le feu En descendant, j’ai croisé des gens entrés dans la maison également pour éteindre le feu. J’ai appris alors que Monseigneur d’Orléans a été tué. »
  8. 8. Déposition de Driete, femme de Nicolas Labbé, charpentier Driete, Labbé, « Il y a une semaine, j’ai vu vers 10 heures du matin, un homme venant me voir pour demander les clef de la maison vide de maître Robert Fouchier. Ensuite, deux heures après le diner, un autre homme est venu pour demander aussi la maison de Robert Fouchier. Des chevaux sont rentrés vers 8 heures. Mes enfants m’ont dit qu’on était également venu apporter un charretée d’avoine, de la buche et du foin. Rien ne s’est passé jusqu’à vendredi dernier lorsque 8 à 10 chevaux sont entrés vers 8 heures du soir. A nouveau, 8 à 10 chevaux sont venus à 8 heures du soir lundi dernier. Hier, j’ai vu 8 à 10 personnes dans la maison de maître Fouchier, les uns en blancs et les autres en noir. En disant que je trouvais ces gens bizarres, je suis allée me coucher. C’est alors que j’ entendis que la maison de Robert Fouchier était en feu et que Monseigneur d’Orléans avait été tué dans la rue par des gens qui en venaient. »
  9. 9. Déposition de Drouet Prieur, valet, demeurant à l’Hôtel de Rieux « Vers 8 heures du soir, j’étais descendu pour voir le cheval de mon maître. J’entendis alors des combats dans la rue et des gens dire « A mort, a mort ». Je suis remonté aussitôt et ai vu mon maître Jean de Rouvray à la fenêtre avec le page, le barbier. De là, nous avons vu, à la lueur de la torche, plusieurs hommes à pied près de l’hôtel Image Notre Dame de Robert Fouchier, au nombre de 12 à 14 qui tenaient épées, haches, becs de faucons, et massues de bois avec piquant de fer. 5 à 6 personnes sont ensuite sortis de l’hôtel Image Notre Dame à cheval. Un homme à pied frappait un autre qui était étendu à terre et vêtu avec un manteau de drap damas noir avec des martres, puis ai monté sur un cheval. Tous ont fuit sans lumière par la rue des Blanc Manteaux Ensuite, nous avons aperçu du feu sortant des fenêtres de l’hôtel Image Notre Dame. Jean de Rouvray et Monseigneur de Garencières allèrent dans la rue et portèrent le corps de l’homme mort dans l’hôtel Rieux. »
  10. 10. Déposition de Jaquete, femme de Jean Griffart Jaquete, cordonnier, demeurant à l’Hôtel Rieux « Entre 8 et 9 heures, ne voyant pas mon mari arriver et pour récupérer un drap à sécher, je me suis penchée à la fenêtre et ai vu un grand seigneur à cheval accompagné de 5 à 6 personnes à cheval et 3 à 4 personnes à pied qui venaient de l’Hôtel de la reine, porte Barbette. Il chantait et était sans chaperon. Après l’avoir un peu regardé, je suis allée pour coucher mon enfant. Tout d’un coup, j’ ai entendu crier « A mort à mort » et me suis précipitée à la fenêtre avec mon enfant dans les bras. Et là, des hommes entouraient le grand seigneur à genoux et le frappaient. Il disait « Qu’est-ce ceci ? D’où vient ceci ? » sans obtenir de réponse. Je me suis mise à crier « Au meurtre » mais un homme dans la rue me dit alors « Taisez vous, mauvaise femme, taisez vous ».. Un homme est ensuite sorti de l’hôtel Image Notre Dame avec un grand chaperon vermeil, disant aux hommes qui battaient le grand seigneur « Eteignez tout ! Allons nous en, il est mort ». Après qu’ils ne soient partis par la rue des Blancs Manteaux, un homme allongé par terre, a levé la tête et a hurlé « Au meurtre ». »
  11. 11. Déposition de Simon Cayn, boulanger, demeurant rue Cayn, Vieille du Temple devant l’issue de l’hôtel de Rieux « Vers 8 heures du soir, lorsque j’allais me coucher j’ai entendu crier dans la rue « Hélas, hélas » à haute voix. Je pensais qu’il s’agissait de pages qui se battaient mais il y avait de plus en plus de bruit et de tumultes. Je suis allé voir et ai vu un homme étendu devant sa porte. J’ai eu très peur. J’ai aussitôt refermé ma porte. Une demie- heure plus tard, on m’a dit de faire attention à ce que mon hôtel ne soit pas brulé. En effet, le feu était à l’hôtel Image Notre Dame, touchant ma maison. J’ai envoyé mes gens chercher de l’eau au puits dans la rue à deux maisons de la. J’avais vu passer la semaine dernière des hommes à cheval en fin de journée dans cet hôtel Image Notre Dame. Il était fermé depuis la Saint Jean Baptiste lorsqu’un chirurgien Nicolle du Car qui y habitait était parti pour la rue Sainte Croix. »
  12. 12. Déposition de Amelot Lavelle, chapellière, demeurant chapellière, rue des Rosiers « Entre 8 et 9 heures du soir, le 23 novembre, j’entends dans la rue crier « Au meurtre ». Pour en savoir plus, j’ai ouvert ma porte, et là est entré un homme en gris brun, blessé la tête et au front me disant que je lui sauvais la vie. Comme je ne voulais pas qu’il ne meure sans confession, je suis allée chercher un prêtre à l’église des Blancs manteaux et devant l’hôtel de Rieux, j’ai vu gens lever Monseigneur d’Orléans qui semblait mort. A côte de lui, gisait également un autre homme. Je suis allé frapper à l’église sans obtenir de réponse et suis retournée rue des rosiers pour demander Maître Jean Vaillant. Ce dernier vient confessé le pauvre homme que j’avais accueilli. Il nous a dit qu’il s’appelait Robinet, venait de l’hôtel de la reine et était avec Monseigneur d’Orléans lorsqu’il a été attaqué. »
  13. 13. Déposition de Jean Pagot, clerc de Maître Pierre Cousinot , Pagot, Procureur au Parlement de Paris et demeurant rue Vieille du Temple « Je suis rentré dans son hôtel à 8 heures, après être sorti en ville pour mon maître. A ce moment là, j’ai trouvé deux grands hommes vêtus de noir, arrêtés dans la rue et qui me dévisageaient. Un quart d’heures plus tard, j’ai entendu crier dans la rue « Haro Haro ». Comme l’hôtel n’avait pas de fenêtre sur la rue, j’ai ouvert la porte et vois passer une flèche. J’ai tout de suite refermé. En regardant par le trou de la porte, j’ai vu des gens que l’on frappait. Il y avait plein de monde, à pied, à cheval, sans aucune lumière. Après que ce gens soient partis vers la porte du Chaume, un homme avec une torche disant que « Hélas, Monseigneur est mort ». D’autres arrivèrent et pleuraient. C’est alors que je suis sorti et ai vu deux morts par terre, que des personnes ont emmené vite en l’hôtel de Rieux. J’ai appris alors que ceux qui avaient fait ça logeaient dans un hôtel de la rue et y avaient mis le feu »
  14. 14. Déposition de Gilet le Sellier, sellier demeurant près de la Porte Saint Martin « Entre 8 et 9 heures, hier, j’ai vu des chevaux courir dans la rue Saint Martin, venant de Saint Merry vers la porte Saint Martin. Mon fils à qui j’avais demandé de regarder, m’a dit qu’il s’agissait d’hommes en armes en nombre de 13 à 15. Ils ont tourné dans la rue aux Oies. Au moment de passer devant l’hôtel de Jean le Roy, Barbier, l’un a dit « Eteignez vos chandelles, fermez tout » et un autre a frappé la chandelle qui était sur l’atelier. Je les ai vu continuer, au moins jusqu’à la rue Saint Denis. Des hommes à pied les suivaient mais je ne sais pas d’où il venaient. Après qu’ils soient passés, Michelet, valet de Jean le Roy, m’a montré un chaussetrappe de fer dans la rue aux Oies. Un boulanger proche en trouva également deux autres. »
  15. 15. Déposition de Jehanin Fouel, valet barbier de Jean le Roy, Fouel, barbier, demeurant rue Saint Martin dans un hôtel à l’angle avec la rue des Oies « Hier soir, j’étais dans l’atelier de mon maître avec 3 compagnons valets barbier de Jean Le Roy, dont un, petit Jean, faisait la barbe du clerc de Pierre de Fresne. C’est alors que nous avons vu passer quantité de gens à cheval et beaucoup de monde à pied portant lances, épées. Certains sont entrés dans l’atelier pour éteindre les chandelles. Puis les sergents du guet passèrent, ramassant chaussetrappes (dont une douzaine avaient été trouvés). Nous avons entendu dire que Monseigneur d’Orléans avait été tué. »
  16. 16. Déposition de Guillemin Moriset, barbier demeurant Moriset, rue des oies au coin de la rue de Quinquanpoix « Entre 8 et 9 heures, je dinais à table dans mon atelier et vis passer dans la rue une grande quantité de gens à cheval, entre 20 et 30 et qui chevauchaient en rang serré vers la rue Saint Denis. Parmi eux, il y avait des personnes avec des arcs et des flèches. Un homme à pied tenait une épée. Un autre nous a dit d’éteindre les chandelles qui était dans le chandelier de mon atelier. Plein de personnes à pied couraient après eux. Ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai appris que Monseigneur d’Orléans était mort et que ceux qui étaient passés hier étaient les meurtriers. »
  17. 17. Déposition de Jean Porcelet dit le petit, valet barbier, demeurant à l’hôtel de Jean le Roy « Je faisais la barbe à l’un des clercs de Maître Pierre de Fresne et j’ai entendu une foule de chevaux venant de l’église Saint Julien au long de la rue Saint Martin au trot. Ils ont tourné dans la rue aux oies vers de la rue Saint Denis 8 compagnons à pied passèrent et firent éteindre les chandelles. Puis passèrent les sergents de guet qui nous ont interrogés sur les fuyards. Je ne sais pas si ces fuyards sont allés jusqu’ à la rue Saint Denis, ou s’ ils ont tourné vers le Bourg l’Abbé. »
  18. 18. Déposition de Ysabeau La Guionne, veuve de Guionne, Guillaume Guion sergent à cheval du Châtelet, demeurant rue Saint Martin « Comme cela avait été demandé pour les gens tenant hôtellerie, je suis venu apporter la liste des gens qui ont passé la nuit dans mon hôtel : Hector de Sainte More, chevalier, Régnier Cousin, avocat, Guillaume de Sens, Pierre la Mace et Maciot Baquet, bourgeois. A 9 heures du soir, j’ai appris de la mort de Monseigneur d’Orléans. Tout le monde était alors couché sauf Pierre la Mace qui s’occupait de son cheval à l’écurie. »
  19. 19. Suite à ces dépositions, le prévôt ordonna que le courtier qui avait loué la maison soit arrêté et emprisonné au Châtelet. d’Asignac Asignac, François d’Asignac, courtier de maison, demeurant rue Saint Martin, homme ancien et boiteux fut emmené au Châtelet. Il fut montré en jugement à Marie femme de maître Robert Fouchier, à Perrin Fouchier, leur fils, qui le reconnurent.
  20. 20. Déposition de François d’Asignac, courtier de maison d’Asignac Asignac, « Aux alentours de la Saint Jean Baptiste, un jeune homme en habit de l’Université vint me voir alors que j’étais à l’église Saint Merry. Il m’a demandé si je connaissais une maison à louer près de l’Hôtel Saint Pol, dans la rue Saint Antoine ou aux environs. J’ai répondu alors que je pouvais chercher s’il le voulait. Un peu plus tard, l’homme revint, cherchant une maison en la rue Vieille du Temple près de l’hôtel de la reine. Il proposait de me payer avec du bon vin. Je suis alors allé trouver la femme de Maître Fouchier. Ensuite, l’homme loua la maison et me paya. C’est après avoir entendu parler du meurtre de Monseigneur d’Orléans et m’être rendu sur place que j’ai appris. Je ne savais rien de leurs projets. »
  21. 21. Les porteurs d’eau furent mandés pour savoir qui avaient porté l’eau en l’hôtel Image Notre Dame Rue Guillaume Porée : Perrin Bouier : « non » Rue des Lavandières : Thomas Guilleme, Gérard de Fisme, Henriet Dupont, Guillemete Lafaye, Guérin Rennouart Jean Bossot Oudin Warton : « non » Rue de la Plâtrière : Jehanin Ambouchefille, Jean de Fay : « non » Grand cul de sac : Thomas Lombart, : « non » La Tacherie : Adam Pillon, : « non » Rue au Lion : Jean de Bray: « non » Ruelle Saint Julien : Denis Yvain : « non » La Savonnerie : Jacquet Coignart : « non » Rue du Plâtre : Gérard Coat : « non » Rue Almaury de Roissy : Thomas Boncol : « non »
  22. 22. Les porteurs d’eau furent mandés pour savoir qui avaient porté l’eau en l’hôtel Image Notre Dame « Gérard Lendouil de la rue du Franc Meunier, Jehannin le Tixerrant de la rue Pastourelle, Denisot du chevet Saint Gervais ont porté mercredi dernier dans l’hôtel Image Notre Dame 12 voies d’eau qui furent mis dans une cuve près de la porte. » « Deux hommes étaient venus les chercher à la rivière, sans donner leurs noms. L’un était vêtu l’un en habit d’écolier de drap violet et un chaperon vermeil et l’autre en gris. »
  23. 23. Les biens retrouvés dans l’hôtel Image Notre Dame doivent être montrés aux marchands concernés pour savoir qui les avaient vendus. 1 poing, 1 table et deux fourmes de bois, 1 vieille chaise 2 nappes, 4 petits lits 4 paires de vieux draps, 1 panier d’osier, ½ quarteron de foin, ½ cent de buches
  24. 24. Les vendeurs d’écouelles, tranchoirs et paniers à bois d’écouelles écouelles, furent interrogés Richarde, femme de Jean Lempérier, demeurant aux halles, près de la Rappée : ◦ Vente à son étal un quarteron de tranchoirs, aucun panier vendu depuis un mois et vente de 2 écuelles à jeune homme pour un seigneur de la Coquille près de Saint Eustache. ◦ Ne connait pas le panier retrouvé à l’Hôtel Image Notre Dame Jeanne, femme de Guillaume de la Planchette, marchande et demeurant aux Halles aux Porées ◦ Vente d’une douzaine de tranchoirs de bois la semaine passée, vente 3 ou 4 tailloirs, une cuiller à pot, 2 petites en bois, ◦ Ne connait pas le panier retrouvé à l’Hôtel Image Notre Dame. Etiennete, femme de Berthelot le Roy, marchande, à la rue au Feurre ◦ Vente d’écouelles en bois, ◦ Ne connait pas le panier retrouvé à l’Hôtel Image Notre Dame. Jean de Pardieu marchand dans la rue au Feurre ◦ A vendu le panier à un petit homme qui n’avait qu’un œil, vêtu avec un petit manteau et qui avait servi Guillaume des Bordes. L’homme qui avait acheté le panier fut arrêté et emmené au Chatelet
  25. 25. Retour sur le trajet de Louis d’Orléans juste avant d’être tué 1. 1 2 Louis d’Orléans sort à cheval de chez la reine à l’Hôtel Barbette pour rejoindre l’Hôtel Saint Pol où il a été appelé 2. S’engage 3 rue Vieille du temple avec une très légère escorte 3. Est Vers l’Hôtel saint Pol, résidence du roi attaqué et tué
  26. 26. Retour sur le trajet des assassins en fuite 1. Assassinat de Louis d’Orléans rue Vieille du Temple, 2. Fuite rue des Blancs manteaux, 5 4 3. Ils tournent rue Saint Martin vers la porte Saint Martin, 3 4. Vont rue aux oies (devenus rue aux ours), 2 1 5. Et arrivent à l’hôtel de Bourgogne.
  27. 27. - 25 et 26 novembre 1407 Après l’enquête du prévôt de Paris, le duc de Bourgogne, Jean sans peur reconnaît devant ses oncles le meurtre et doit fuir de la ville. - Février 1408 Jean sans peur revient dans Paris sans y être inquiété - 8 mars 1408 Le docteur en théologie de l’Université de Paris Jean Petit justifie le meurtre devant le roi au nom du tyrannicide.
  28. 28. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr Sources bibliographiques : ◦ Lechien Paul. Enquête du prévôt de Paris sur l'assassinat de Louis, duc d'Orléans (1407).. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1865, tome 26. pp. 215-249. Crédits photo : Bibliothèque nationale de France

×