EXPRESSION PLURIELLE      DÉCOUVERTE et INITIATION          au JEU THÉÂTRALProjets d’ouverture à soi et aux autres par la ...
Thématique : Dire, Lire, Ecrire, et CréerPar la médiation théâtrale :     –   Retrouver ou maîtriser sa voix.     –   L’ex...
L ATELIER D EXPRESSION :                UN MODE DE VALORISATION DU PATIENT        Amener l’usager à reprendre confiance en...
LES DIFFÉRENTS PALIERS POUR LÉVEIL        DE CETTE EXPRESSION.Il parait évident que tout changement, toute situation nouve...
LA PRATIQUE THÉÂTRALE :         Une fonction pédagogique originale.        "Lactivité artistique est naturelle à tous les ...
LEXPRESSION THÉÂTRALELexpression théâtrale recueille des attitudes enthousiastes auprès de la trèslarge majorité des perso...
I) POUR UNE COMPRÉHENSION              LITTÉRALE ACTIVE:Dans le domaine de la lecture, tant au point de vue vitesse quecom...
DE LEXPRESSION ORALE À           LEXPRESSION ÉCRITE :      Laction théâtrale, grâce en particulier auxmécanismes déchanges...
I) Présentation traditionnelle suivie   dune présentation croisée :Un tour de table où le premier intervenant, de préféren...
EN CHACUN DE NOUS, SOMMEILLE               UN ARTISTE...Partant de ce postulat, nous avons élaboré une "batterie" dexercic...
QUELQUES EXEMPLES D EXERCICES :A- "Qui suis-je?"On commence par lexercice qui est le plus facile à faire et qui entraîne u...
d/ Hypnose :L’animateur ou un participant met sa main à quelques centimètres du visaged’une personne (qui est alors hypnot...
e/ Variante de cet exercice :       Hypnotisme avec deux mains – le référent oul’animateur dirige cette fois deux des part...
MÉMORISATION et DICTIONCe type de travail, tout en se voulant ludique, permetdabord aux patients de se familiariser avec l...
LE RÉCIT… À SUIVRE…• Jeu destiné à la fois à exercer limagination et à donner la  conscience de la diversité du cheminemen...
EXEMPLES DE JEUX                Les jeux de déblocage :A/ LE MIME :Je vais dans une salle voisine et revient, mimant le tr...
B) SIMULATION DE SCÈNES                 QUOTIDIENNES :•      On définit un milieu social constitué de 5 à 10 partenaires  ...
EXPRESSION CORPORELLE ( Le Mime )Qui suis-je ?             On commence par l’exercice qui est le plus facile à faire et qu...
Proverbes, dictons et expressions :Même procédé que pour le premier exercice. Il s’agit cette fois de mimer desexpressions...
Le monologue :   « Le Cid »   de Corneille
Le Cid : Don Diègue
Le dialogue: « LA GRAMMAIRE »                                              ...( Eugène LABICHE..)( scène VI )Blanche : ( t...
Le DIALOGUE: « En attendant Godot » de Samuel Becket•   ACTE I•   Estragon•   –Endroit délicieux. (Il se retourne, avance ...
En attendant Godot•   Estragon•   qu’est ce que c’est ?•   Vladimir•   on dirait un saule.•   Estragon•   Où sont les feui...
En attendant Godot•   Estragon•   Il devrait être là.•   Vladimir•   Il na pas dit ferme quil viendrait.•   Estragon•   Et...
En attendant Godot•   Estragon•   Nous sommes déjà venus hier.•   Vladimir•   Ah non, là tu te goures.•   Estragon•   Ques...
En attendant Godot•   Vladimir•   Tout de même…. Cet arbre…. (se tournant vers le public) Cette tourbière…•   Estragon•   ...
EXPRESSION PLURIELLE"Regarder, cest être peintre. Souffrir, cest être poète.De lunion de la plastique et de lâme on peut f...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La pratique théâtrale

3 090 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 090
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 292
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La pratique théâtrale

  1. 1. EXPRESSION PLURIELLE DÉCOUVERTE et INITIATION au JEU THÉÂTRALProjets d’ouverture à soi et aux autres par la médiation de l’expression théâtrale dans le cadre d’un atelier. Conception et animation : Smaïl Grim
  2. 2. Thématique : Dire, Lire, Ecrire, et CréerPar la médiation théâtrale : – Retrouver ou maîtriser sa voix. – L’expression corporelle. – Travailler sa mémoire, valoriser sa prestance. – Créer du lien social et culturel. Objectifs :Découverte, approche et initiation au jeu théâtral. Enjeux :Revalorisation de soi, découvrir son potentiel et ses savoirs informels d’être, de créativité,d’ouverture à soi et aux autres. Lieu et services concernés : Etab. Sanitaires et médico-sociaux… Public ciblé : patients, résidents EHPAD………………………………………. Calendrier de réalisation : …15 séances………………………… Intervenant : …Smaïl Grim, référent Culture & Santé Epsilim + référent étab.
  3. 3. L ATELIER D EXPRESSION : UN MODE DE VALORISATION DU PATIENT Amener l’usager à reprendre confiance en soi, à se reconstruire uneimage positive, à confronter ses connaissances informelles à celles de sescamarades, est une étape nécessaire et déterminante pour renouer les lienssociaux. Elle peut aussi servir d’antichambre pour une reprise de la vie active.Afin de lui permettre, à la fin de son séjour médicalisé, de maîtriser ledéveloppement " de limagination, du goût, de la sensibilité, du jugement " quipermettent lappropriation dune culture, il lui est proposé une participationvolontaire à des activités "artistiques". Cet atelier dexpression, moyen déveil de la sensibilité , de lécoute, delémotion, de la réflexion fonctionnera une à deux heures par regroupement.`
  4. 4. LES DIFFÉRENTS PALIERS POUR LÉVEIL DE CETTE EXPRESSION.Il parait évident que tout changement, toute situation nouvelleentraînent, de la part de celui qui les vit, des formes derésistance plus ou moins conscientisées. Aussi est-ilfondamental de procéder par "petites touches" et de fairebaisser progressivement les boucliers de la réticence de certainspatients et résidents.Pour répondre à des attentes et à des motivations aussi diversesque variées pour exprimer des savoirs informels longtempsjugulés, nous les invitons à se faire plaisir, à se détendre pourmieux saccepter.Lobjectif étant de développer la créativité personnelle oucollective en les préparant à se produire en public, le travailinitial et primordial concernera lintégration au groupe.
  5. 5. LA PRATIQUE THÉÂTRALE : Une fonction pédagogique originale. "Lactivité artistique est naturelle à tous les hommes et à toutes les femmes. Ce sont lesrépressions dont nous pâtissons par notre "éducation" qui nous limitent et qui réduisent notre capacité dexpression." Augusto Boal (Pratique du théâtre de lopprimé)
  6. 6. LEXPRESSION THÉÂTRALELexpression théâtrale recueille des attitudes enthousiastes auprès de la trèslarge majorité des personnes depuis que nous la proposons comme alternativeaux techniques danimation plus classiques. Elles se montrent sensibles enparticulier à laspect créatif (individuel ou collectif) et "vivant’ desinterventions, à la dynamique de groupe qui sen dégage et au mode interactifdanimation. Ladhésion volontaire des usagers à ces pratiques entraine, en terme dechangements, une amélioration de comportements, d’identification et desociabilité.Il est utile de rappeler que notre hypothèse de travail initiale est denvisagerou de considérer ces changements comme un processus continu plutôt quecomme un changement instantané.Il semblait donc nécessaire, à partir dobservations sur le terrain, dinstituer unmode de fonctionnement à même de "réveiller" les savoirs informels quisommeillent en chacun de nous. Dans le chapitre qui suit nous allons aborder les techniques appliquées pourléveil de cette adhésion.
  7. 7. I) POUR UNE COMPRÉHENSION LITTÉRALE ACTIVE:Dans le domaine de la lecture, tant au point de vue vitesse quecompréhension, il nous est apparu que reprendre des techniquesclassiques de déchiffrage nétait sans doute pas la meilleure manièredaborder avec les patients ce domaine mais quil sagissait plutôtdaccentuer le travail sur la mémorisation.Lexpression "LIRE UTILE", souvent utilisée par les pédagogues, prenddans ce cadre toute son ampleur, permettant ainsi à lapprenant demieux comprendre son environnement et de restituer, sous forme desaynètes, des textes "revisités" ou créés.Une méthode qui présuppose comme préalables un choix concertéde textes littéraires, de poèmes, de dialogues de théâtre, darticlesde presse et de documents concrets tirés de la vie de tous les jours.
  8. 8. DE LEXPRESSION ORALE À LEXPRESSION ÉCRITE : Laction théâtrale, grâce en particulier auxmécanismes déchanges, de projection et didentification,constitue un mode particulièrement intéressant pourinduire des pratiques de parole auprès de personnesnayant pas de telles habitudes.Le premier contact des membres du groupe est trèsimportant. Venus dhorizons différents, ils cherchentavant tout une sécurité affective et une reconnaissancedès le premier regroupement. On peut rendre cettecommunication plus rapide et plus intime au moyen deces procédés:
  9. 9. I) Présentation traditionnelle suivie dune présentation croisée :Un tour de table où le premier intervenant, de préférence volontaire ou bienchoisi par rapport à lordre alphabétique (la position spatiale peut être aussidéterminante : le premier à ma droite ou à ma gauche, la personne aumilieu...) donne un style personnel à la présentation sans aucune influence delanimateur.Généralement le modèle quil aura proposé sera, inconsciemment ou pas,suivi, reproduit par les autres patients. Cette présentation stéréotypée, trèssouvent limitée à décliner son identité, son/ ses expérience(s)professionnelle(s), permet à chacun de se décrire par ce quil a de plus banal etde plus extérieur. Cependant l’animateur peut proposer que chacun ait uncarton devant lui mentionnant son identité.Ceci facilitera cette première prise de contact et une écoute plus attentive,préludes à une " attention aux autres" et à une présentation croisée.Cet exercice consiste à demander à quelquun du groupe de nous représenteravec son vocabulaire un de ses camarades. On pourrait également constituerdes sous-groupes dans lesquels chaque membre est chargé de présenterlautre. Un temps déchange et dapprofondissement mutuels est nécessairepour éventuellement répondre aux questions de certains éléments du groupe.
  10. 10. EN CHACUN DE NOUS, SOMMEILLE UN ARTISTE...Partant de ce postulat, nous avons élaboré une "batterie" dexercices et de jeux qui aident leparticipant à exprimer sa théâtralité.Nous appelons Exercices tout mouvement physique, musculaire (respiratoire, moteur, vocal...)qui aide celui qui laccomplit à mieux connaître ou reconnaître son corps, ses muscles, sesrelations avec les autres corps, la gravité, les objets, lespace, les dimensions... Ces exercicesvisent à une meilleure connaissance de lexpression corporelle, de ses mécanismes. Cest ensorte une INTROVERSION.Les Jeux, en revanche, ont trait à lexpressivité du corps émetteur et récepteur de messages. Ilsdemandent un ou des interlocuteurs. Pour cela les jeux sont EXTROVERSION.En plus de ceux créés par nos soins, nous en avons choisis et adaptés à nos besoins quelquesuns tirés de larsenal du Théâtre de lopprimé dAugusto Boal ainsi que dans les travaux deStanislavski pour qui " idées, émotions, sensations sont indissolublement entrelacées", "unmouvement corporel est une pensée " et que cette dernière " sexprime aussi corporellement."Pour encourager le patient à participer, il faut auparavant l "échauffer", le préparer avec desexercices simples et plaisants. Il est indispensable de le stimuler afin de le désinhiber.
  11. 11. QUELQUES EXEMPLES D EXERCICES :A- "Qui suis-je?"On commence par lexercice qui est le plus facile à faire et qui entraîne une adhésion quasi-totale des participants. Ilsagit de mimer des professions, préalablement proposées par lanimateur et les usagers sur des bouts de papiertirés au sort. Chacun, à son tour, essaie de faire deviner par des mimes ce dont il sagit.Variante de cet exercice :B- Proverbes et expressionsMême procédé que pour le premier exercice.Il sagit cette fois de mimer des expressions connues en en donnant le nombre de mots contenus.C- " La croix et le cercle"Un exercice qui semble facile à faire et pourtant, à cause des mécanisations psychologique et physique, il savèredifficile à réaliser dans la pratique. On est assis ou debout. On demande à chaque participant de faire un cercle avec la main droite- grand ou petit,comme ils veulent.Cest facile, tout le monde y arrive. STOP.On leur demande de faire une croix avec la main gauche.Tout le monde le fait. STOP.On leur demande de faire les deux choses en même temps...Cest presque impossible.
  12. 12. d/ Hypnose :L’animateur ou un participant met sa main à quelques centimètres du visaged’une personne (qui est alors hypnotisée et doit constamment maintenir sonvisage à la même distance de la main : -Les cheveux devant les doigts. -Le menton face au poignet.L’hypnotiseur commence une série de mouvements avec sa main, de haut enbas, à droite et à gauche, en avant et en arrière, la main verticale par rapportau sol, horizontale, en diagonale. L’hypnotisé doit faire toutes les contorsionspossibles pour garder toujours la même distance.La main peut changer pour obliger le participant à passer, par exemple, entreles jambes de l’hypnotiseur. Pas de mouvements rapides qui ne peuvent pasêtre suivis, la main ne doit jamais non plus s’arrêter.L’hypnotiseur doit obliger son partenaire à prendre toutes les positionsridicules, grotesques, inconfortables. Il l’obligera ainsi à mettre en mouvementune série de structures musculaires qui ne sont jamais ou rarement activées.
  13. 13. e/ Variante de cet exercice : Hypnotisme avec deux mains – le référent oul’animateur dirige cette fois deux des participants, unavec chaque main. Il ne peut arrêter ni une main nil’autre – l’exercice est pour lui aussi.Il peut croiser ses mains et obliger un participant àpasser au dessus de l’autre. Ils ne doivent pas setoucher.
  14. 14. MÉMORISATION et DICTIONCe type de travail, tout en se voulant ludique, permetdabord aux patients de se familiariser avec l’univers desauteurs choisis et dacquérir des notions nouvelles.Nous choisissons des textes littéraires " à trous"(généralement des poèmes célèbres).Il sagit de trouver les mots manquants grâce auxdéfinitions et explications proposées. Ce premier travailachevé, chacun lit son texte et imagine les personnages etles décors à planter pour une éventuelle mise en jeu. Il peut sagir aussi dun récit à suivre ou à épisodes.Exercice qui permet daborder un éventail varié de modesnarratifs: fiction, historique, autobiographique...
  15. 15. LE RÉCIT… À SUIVRE…• Jeu destiné à la fois à exercer limagination et à donner la conscience de la diversité du cheminement intellectuel.• On lance une histoire, lanimateur campe le personnage principal, décrit lenvironnement, les personnages secondaires, puis place tout à coup son héros dans une situation inattendue ou ambiguë...il passe alors la parole à lun des membres du groupe qui doit dabord résoudre la situation dont il hérite, ensuite remettre le personnage dans une nouvelle situation dincertitude et passer la parole à un troisième...et ainsi de suite jusquà la fin.• (temps dintervention 2 à 3 minutes)• Pour conclure lexercice, il est demandé à des sous-groupes de réfléchir à la mise en situation théâtrale du ou des récits et dimaginer et de rédiger des dialogues et décors en fonction du contexte choisi.
  16. 16. EXEMPLES DE JEUX Les jeux de déblocage :A/ LE MIME :Je vais dans une salle voisine et revient, mimant le transport dune caisse.Japporte mon carton et le propose à X, qui le porte à un autre etc... Entre-temps, quelquun fait remarquer que le carton sest allégé...Le porteurcorrige son attitude; la balade continue. Enfin quelquun dépose le carton,dénoue la ficelle, en sort un objet assez volumineux quil dépose sur une table.Quelques manipulations...Enfin il invite une personne et mime une danse. Toutle monde a pigé, dautres viennent danser. On arrête le jeu. Discussion.Pourquoi navait-on pas compris quil sagissait dun électrophone?Certains voudront expliquer comment il aurait fallu sy prendre. On leurdemande d "essayer de le faire."Tâtonnements, recherches...le fil quon déroule, la prise quon branche, ledisque quon saisit, sort de la pochette, nettoie, quon pose sur lélectrophone,le bras de ce dernier quon actionne.Si un geste nest pas convaincant, quelquun propose sa solution...Cest parti...Cest à qui ira chercher un objet dans la cour ou la salle à côté:seau, bouteille, casse-croûte...etc…
  17. 17. B) SIMULATION DE SCÈNES QUOTIDIENNES :• On définit un milieu social constitué de 5 à 10 partenaires (par exemple un semblant de procès en cour dassises, la cohabitation dans son immeuble, dans le hall d’un hôpital ou d’un EHPAD, laccueil dans un commerce, lattente devant un arrêt de bus un jour de grève etc.). On distribue ensuite les rôles, ainsi définis (collectivement ou pas) à des membres du groupe et on leur demande dimproviser un cas, une situation, dans lesquels seront impliqués les personnages quils représentent.• Toute liberté leur est donnée dinventer les circonstances dans lesquelles ils se mettent et de conduire laction ou la discussion.• Jeu important en ce qui concerne la cohésion du groupe.
  18. 18. EXPRESSION CORPORELLE ( Le Mime )Qui suis-je ? On commence par l’exercice qui est le plus facile à faire et qui entraîne une adhésion quasi-totale des participants. Ils’agit de mimer des professions, préalablement proposées par l’animateur et les participants sur des bouts de papier tirés au sort.Chacun, à son tour, essaie de faire deviner par des mimes de quel métier il s’agit. LE PROFESSEUR- LE CAMERAMAN- LE JOURNALISTE-REPORTER- LE CHASSEUR- L’ARTISTE-PEINTRE- LE PEINTRE en BATIMENT- L’ANIMATEUR TV- LA FEMME de MENAGE- LE MEDECIN LE JARDINIER LE CORDONNIER
  19. 19. Proverbes, dictons et expressions :Même procédé que pour le premier exercice. Il s’agit cette fois de mimer desexpressions connues en en donnant le nombre de mots contenus.- UN FROID DE CANARD - AVOIR LES YEUX PLUS GROS QUE LE VENTRE- UNE FAIM DE LOUP -L’APPETIT VIENT EN MANGEANT- DOUX COMME UN AGNEAU -NE PAS Y ALLER PAR QUATRE CHEMINS- QUI S’Y FROTTE, S’Y PIQUE -AU ROYAUME DES AVEUGLES, LE BORGNE EST ROI- HEUREUX AU JEU, MALHEUREUX EN AMOUR. -PRENDRE LE TAUREAU PAR LES CORNES- RIEN NE SERT DE COURIR , IL FAUT PARTIR A POINT. - QUI VEUT VOYAGER LOIN, MENAGE SA MONTURE.- QUI DORT, DINE. - A PAROLES LOURDES, OREILLES SOURDES- QUI SEME LE VENT, RECOLTE LA TEMPETE. - QUI AIME BIEN CHATIE BIEN- JEU DE MAINS, JEU DE VILAINS. -L’ARGENT N’A PAS D’ODEUR- SE CREPER LE CHIGNON. -L’ OISIVETE EST MERE DE TOUS LES VICES.- MOURIR D’AMOUR. -QUAND LES BOUGIES SONT ETEINTES, TOUTES LES FEMMES SONT JOLIES.- IL PLEUT DES CORDES. - A TABLE COMME EN AMOUR, CHANGEMENT DONNE SAVEUR
  20. 20. Le monologue : « Le Cid » de Corneille
  21. 21. Le Cid : Don Diègue
  22. 22. Le dialogue: « LA GRAMMAIRE » ...( Eugène LABICHE..)( scène VI )Blanche : ( tenant un papier) ( scène VI ) Je te cherchais pour te remettre le discours que tu dois prononcer au comité agricole.Caboussat : Si je suis réélu... Tu las revu? Blanche: Recopié seulementCaboussat: Oui... comme les autres... ( lembrassant.) Ah! chère petite...sans toi! ( dépliant le papier) Comment trouves-tu lecommencement? Blanche: Très beau!Caboussat: (lisant) " Messieurs et chers collègues, lagriculture est la plus belle des professions..." ( sarrêtant). Tiens! tu as mis 2S à professions ?Blanche: Sans doute... Caboussat: ( l embrassant)Ah! chère petite ! ... ( à part) Moi, javais mis un T ..Tout simplement. ( lisant) " la plus noble des professions ". ( parlé )avec 2 S( Lisant) " Jose le dire , celui qui naime pas la terre , celui dont le coeur ne bondit pas à la vue dune charrue , celui-làne comprend pas la richesse des nations..." ( S arrêtant) Tiens, tu as mis un T à nations ? Blanche: Toujours. Caboussat: ( lembrassant) Ah! chère petite !... ( à part) Moi, javais mis un S tout simplement!... les T, les S... jamais je nepourrai retenir ça !( Lisant ) " La richesse des nations ..." ( parlé ) avec un T ...
  23. 23. Le DIALOGUE: « En attendant Godot » de Samuel Becket• ACTE I• Estragon• –Endroit délicieux. (Il se retourne, avance jusquà la rampe, regarde vers le public) aspects riants (il se tourne vers Vladimir )• Allons-nous-en !• Vladimir• – On ne peut pas• Estragon• Pourquoi ?• Vladimir• On attend godot• Estragon• C’est vrai (un temps) Tu es sûr que c’est ici ?• Vladimir• Quoi ?• Estragon• Qu’il faut attendre.• Vladimir• Il a dit devant l’arbre (Ils regardent l’arbre). Tu en vois d’autres ?
  24. 24. En attendant Godot• Estragon• qu’est ce que c’est ?• Vladimir• on dirait un saule.• Estragon• Où sont les feuilles ?• Vladimir : Il doit être mort• Estragon• Finis les pleurs.• Vladimir• A moins que ce ne soit pas la saison.• Estragon• Ce ne serait pas plutôt un arbrisseau ?• Vladimir• Un arbuste• Estragon• Un arbrisseau• Vladimir• Un… (Il se reprend). Qu’est ce que tu veux insinuer ? Qu’on s’est trompé d’endroit ?
  25. 25. En attendant Godot• Estragon• Il devrait être là.• Vladimir• Il na pas dit ferme quil viendrait.• Estragon• Et sil ne vient pas ?• Vladimir• Nous reviendrons demain.• Estragon• Et puis après demain.• Vladimir• Peut-être.• Estragon• Et ainsi de suite.• Vladimir :• C’est à dire...• Estragon• Jusquà ce quil vienne ?• Vladimir• Tu es impitoyable.
  26. 26. En attendant Godot• Estragon• Nous sommes déjà venus hier.• Vladimir• Ah non, là tu te goures.• Estragon• Quest-ce que nous avons fait hier ?• Vladimir• Ce que nous avons fait hier ?• Estragon• Oui.• Vladimir• Ma foi... (se fâchant) Pour jeter le doute, à toi le pompon.• Estragon• Pour moi, nous étions ici.• Vladimir• (regard circulaire) Lendroit te semble familier ?• Estragon• Je ne dis pas ça.• Vladimir• Alors ?• Estragon• Ca n’empêche pas
  27. 27. En attendant Godot• Vladimir• Tout de même…. Cet arbre…. (se tournant vers le public) Cette tourbière…• Estragon• Ca nempêche pas. Tu es sûr que cétait ce soir.• Vladimir• Quoi ?• Estragon• Quil fallait attendre ?• Vladimir• Il a dit samedi (un temps). Il me semble.• Estragon• Après le turbin. (Chante : le samedi soir après le turbin, on voit l’ouvrier parisien mais pas de bigote)• Vladimir• Jai du le noter. (fouille dans ses poches, archibondées de saletés de toutes sortes)• Estragon• Mais quel samedi ? Et sommes-nous samedi ? Ne serait-on pas plutôt dimanche ? ou lundi ? ou Vendredi ? (Chanson « Depuis le lundi jusqu’au samedi »
  28. 28. EXPRESSION PLURIELLE"Regarder, cest être peintre. Souffrir, cest être poète.De lunion de la plastique et de lâme on peut faire naîtrele plus bel art vivant intégral : le théâtre". Henry Bataille

×