SlideShare une entreprise Scribd logo

Guy de maupassant

E
EPSILIM
1  sur  19
Télécharger pour lire hors ligne
Guy de MAUPASSANT
      (1850-1893)
BIOGRAPHIE

Maupassant est né à Fécamp (Normandie) en août 1850. Il est élevé par sa
mère, passionnée de littérature et amie de Flaubert. Celle-ci l’encourage et
lui sert de guide dans ses lectures.
C’est Gustave Flaubert qui aide Maupassant à devenir écrivain en lui
donnant des conseils. Par l’intermédiaire de celui-ci, Maupassant rencontre
les grands écrivains de l’époque : Zola, Huysmans, Daudet et les frères
Goncourt.
Après le succès de Boule-de-Suif (1880) et de La Maison Tellier (publié en
1881), Maupassant abandonne son emploi dans un ministère et se
consacre entièrement à l’écriture. Dès lors, il publie des recueils de
nouvelles, des romans et des articles dans les journaux, et cela sans
renoncer à ses passions qui sont la chasse, le canotage et les femmes. Il
voyage aussi en Corse, en Italie et en Afrique du Nord sur son voilier « Le
Bel-Ami ».
Mais peu à peu, Maupassant éprouve un sentiment de malaise et est
victime d’hallucinations (au début de l’année 1891). Il tente de se suicider
et est interné dans la maison de santé du Docteur Blanche. Il y meurt en
juillet 1893.
ŒUVRES PRINCIPALES

L’œuvre de Maupassant est abondante et variée. En prose ou en vers, elle se
compose d'articles, de pièces de théâtre, de récits courts, de romans, de récits de
voyage sans compter la correspondance privée.



         Romans                              Récits de voyage
        •Une vie (1883)                      •Au soleil (1884)
        •Bel-Ami (1885)                      •Sur l’eau (1888)
        •Pierre et Jean (1887)               •La Vie errante (1890)
        •Mont-Oriol (1887)
        •Notre cœur (1889)
        •Fort comme la mort (1889)
BEL-AMI

                                  Résumé
         Bel-Ami a pour cadre un monde parisien trépidant dans lequel le
héros, arriviste et séducteur, veut se frayer un chemin.
Véritable « homme à femmes », changeant et inconstant dans le domaine de
l’amour comme dans celui des idées, Georges Duroy se sert de son corps et
des femmes pour s’élever, d’où le surnom de Bel-Ami, que Laurine, fillette de
Clotilde de Marelle, l’une de ses maîtresses, lui a donné. À travers le
personnage, l’auteur nous fait découvrir le milieu du journalisme et de la Haute
Banque, sur fond de scandales politico-financiers.
Toute l’ascension de « Bel-Ami » se passe à Paris. Au départ, celui-ci est un
jeune provincial pauvre qui y monte pour faire fortune. Après avoir été un petit
employé des chemins de fer, il fait la rencontre de Madeleine Forestier, de
Clotilde de Marelle, qui seront ses maîtresses dans tout le livre, de Monsieur
Walter, le patron du journal La Vie française, et de sa femme. Ces personnages
auront une importance majeure dans sa future évolution.
BEL-AMI – 1re partie

            Chapitre I : Premiers succès sur le boulevard
Georges Duroy est un ancien sous-officier qui a gardé de son métier
l'arrogance, une soif, un désir violent de réussir à Paris, quels qu'en soient les
moyens.
La chance aidant, il rencontre Charles Forestier, un ami de régiment, rédacteur
politique à La Vie Française. Ce journaliste arrivé - encore que malade - lui
conseille de suivre sa propre voie car c'est par la presse, la grande, qu'on arrive
à Paris. Forestier invite alors Duroy à dîner pour le lendemain : il rencontrera
le Patron, M. Walter, ainsi que des journalistes et des femmes.
Chemin faisant, les deux compères arrivent aux portes des Folies-Bergères : on
va assister - gratuitement - au spectacle. À la sortie, une fille, Rachel, remarque
la prestance de Duroy et l'entraîne. Forestier, en connaisseur, constate : " Dis
donc, mon vieux, sais-tu que tu as vraiment du succès auprès des femmes ? Il
faut soigner ça. Ça peut te mener loin ” (P. 45).
Chapitre II: diner important

Pénétré de sa valeur, tout à sa joie d'une première réussite,
Duroy, qui a soigné sa tenue de soirée, se présente chez Forestier. Passées les
premières timidités devant le patron de La Vie Française, il s'enhardit et
raconte à sa manière la situation économique de l'Algérie et ses souvenirs
d'Afrique.
L'évidente facilité du conteur appelle la curiosité autour d'un sujet mal connu.
Et d'abord celle de trois femmes - Mme Forestier, Mme de Marelle, son amie,
et Mme Walter, la femme du Patron - “ qui avaient les Yeux fixés sur lui ”. Une
bonne soirée: trois femmes - sans compter la petite Laurine, fille de Mme de
Marelle - l'admirent, et le Patron lui donne rendez-vous pour le lendemain,
non sans lui avoir commandé “ une petite série fantaisiste sur l'Algérie ” (p.
56).
Publicité

Recommandé

Roman d'apprentissage
Roman d'apprentissageRoman d'apprentissage
Roman d'apprentissagejeanvaljean44
 
Sigitas geda
Sigitas gedaSigitas geda
Sigitas gedathegrett
 
Nazım hikmet2
Nazım hikmet2Nazım hikmet2
Nazım hikmet2duygu135
 
Stendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 26 : Julien au séminaire
Stendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 26 : Julien au séminaireStendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 26 : Julien au séminaire
Stendhal, Le Rouge et le noir, part. II, chap. 26 : Julien au séminaireCaroline REYS, Lycée virtuel
 
3-сабақ Қазақтың Қанышы.pptx
3-сабақ Қазақтың Қанышы.pptx3-сабақ Қазақтың Қанышы.pptx
3-сабақ Қазақтың Қанышы.pptxssuser7a793e
 
中三中文 - 06 風箏
中三中文 - 06 風箏中三中文 - 06 風箏
中三中文 - 06 風箏CY Hui
 
文學賞析筆記 教師版
文學賞析筆記 教師版文學賞析筆記 教師版
文學賞析筆記 教師版ken1470
 

Contenu connexe

Tendances

Os miseráveis
Os miseráveisOs miseráveis
Os miseráveisAna Santos
 
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 dias
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 diasFicha de leitura: A volta ao mundo em 80 dias
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 diasDilson Gomes
 
Nazım Hikmet Ran
Nazım Hikmet RanNazım Hikmet Ran
Nazım Hikmet RanUmutcan
 
水調歌頭 筆記
水調歌頭 筆記水調歌頭 筆記
水調歌頭 筆記ken1470
 
A lua de joana
A lua de joana A lua de joana
A lua de joana Ana Sousa
 
天淨沙(秋思).ppt
天淨沙(秋思).ppt天淨沙(秋思).ppt
天淨沙(秋思).pptliutommy1
 
Eça de queiróz trabalho da universidade
Eça de queiróz trabalho da universidadeEça de queiróz trabalho da universidade
Eça de queiróz trabalho da universidademarcos pereira
 
誠一宮河圖洛書.pptx
誠一宮河圖洛書.pptx誠一宮河圖洛書.pptx
誠一宮河圖洛書.pptxssuser13827c
 
A comunicação social no contexto do governo médici
A comunicação social no contexto do governo médiciA comunicação social no contexto do governo médici
A comunicação social no contexto do governo médiciMarcioveras
 
TüRkiyede Akarsu şEkilleri
TüRkiyede Akarsu şEkilleriTüRkiyede Akarsu şEkilleri
TüRkiyede Akarsu şEkilleriesmus2
 
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokyma
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokymaApie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokyma
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokymaJurgitaStokuvien1
 
Jonas Biliūnas
Jonas BiliūnasJonas Biliūnas
Jonas Biliūnasdainorab
 

Tendances (20)

Os miseráveis
Os miseráveisOs miseráveis
Os miseráveis
 
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 dias
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 diasFicha de leitura: A volta ao mundo em 80 dias
Ficha de leitura: A volta ao mundo em 80 dias
 
Nazım Hikmet Ran
Nazım Hikmet RanNazım Hikmet Ran
Nazım Hikmet Ran
 
Balys Sruoga
Balys SruogaBalys Sruoga
Balys Sruoga
 
水調歌頭 筆記
水調歌頭 筆記水調歌頭 筆記
水調歌頭 筆記
 
A lua de joana
A lua de joana A lua de joana
A lua de joana
 
天淨沙(秋思).ppt
天淨沙(秋思).ppt天淨沙(秋思).ppt
天淨沙(秋思).ppt
 
Eça de queiróz trabalho da universidade
Eça de queiróz trabalho da universidadeEça de queiróz trabalho da universidade
Eça de queiróz trabalho da universidade
 
José saramago
José saramagoJosé saramago
José saramago
 
Salomeja neris
Salomeja neris Salomeja neris
Salomeja neris
 
誠一宮河圖洛書.pptx
誠一宮河圖洛書.pptx誠一宮河圖洛書.pptx
誠一宮河圖洛書.pptx
 
Nazım+hik..
Nazım+hik..Nazım+hik..
Nazım+hik..
 
A comunicação social no contexto do governo médici
A comunicação social no contexto do governo médiciA comunicação social no contexto do governo médici
A comunicação social no contexto do governo médici
 
TüRkiyede Akarsu şEkilleri
TüRkiyede Akarsu şEkilleriTüRkiyede Akarsu şEkilleri
TüRkiyede Akarsu şEkilleri
 
Sherlock Holmes
Sherlock HolmesSherlock Holmes
Sherlock Holmes
 
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokyma
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokymaApie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokyma
Apie daiktavardzio ir_budvardzio_rasybos_mokyma
 
Jonas Biliūnas
Jonas BiliūnasJonas Biliūnas
Jonas Biliūnas
 
Simone Beauvoir
Simone BeauvoirSimone Beauvoir
Simone Beauvoir
 
Washington Irving
Washington IrvingWashington Irving
Washington Irving
 
Jorge amado biografia
Jorge amado biografiaJorge amado biografia
Jorge amado biografia
 

Similaire à Guy de maupassant

VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013
VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013
VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013Communication Clermont
 
Atelier lecture hugo
Atelier lecture hugoAtelier lecture hugo
Atelier lecture hugoEPSILIM
 
Notre-Dame de Paris Victor Hugo
Notre-Dame de Paris Victor HugoNotre-Dame de Paris Victor Hugo
Notre-Dame de Paris Victor HugoJessicaBurnazi
 
Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013ecrivains-vendee
 
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !FREDERIC DELBERT
 
L'étranger réusmé et personnages
L'étranger réusmé et personnagesL'étranger réusmé et personnages
L'étranger réusmé et personnagesjeanluc2000
 
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancy
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancyLes dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancy
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancybibliothequeargancy
 
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TC
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TCLe chevalier-double-fiche-de-lecture TC
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TCmehdirhora
 
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014bibliothequeargancy
 
Femmes engagées
Femmes engagéesFemmes engagées
Femmes engagéesTxaruka
 
Les victorieuses
Les victorieusesLes victorieuses
Les victorieusesTxaruka
 

Similaire à Guy de maupassant (20)

VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013
VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013
VILLE DE CLERMONT - BIBLIOTHEQUE - RENTREE LITTERAIRE 2013
 
Atelier lecture hugo
Atelier lecture hugoAtelier lecture hugo
Atelier lecture hugo
 
F. de Grossouvre
F. de GrossouvreF. de Grossouvre
F. de Grossouvre
 
Francês 2007
Francês 2007Francês 2007
Francês 2007
 
Notre-Dame de Paris Victor Hugo
Notre-Dame de Paris Victor HugoNotre-Dame de Paris Victor Hugo
Notre-Dame de Paris Victor Hugo
 
Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013
 
Victor hugo
Victor hugoVictor hugo
Victor hugo
 
Tournepage top100-2016-couv
Tournepage top100-2016-couvTournepage top100-2016-couv
Tournepage top100-2016-couv
 
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
 
L'étranger réusmé et personnages
L'étranger réusmé et personnagesL'étranger réusmé et personnages
L'étranger réusmé et personnages
 
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancy
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancyLes dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancy
Les dernières acquisitions bibliotheque municipale d argancy
 
Nouveautés février 2015
Nouveautés février 2015Nouveautés février 2015
Nouveautés février 2015
 
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TC
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TCLe chevalier-double-fiche-de-lecture TC
Le chevalier-double-fiche-de-lecture TC
 
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014
Présentation des nouveautés- Portes ouvertes 3 octobre 2014
 
Femmes engagees
Femmes engageesFemmes engagees
Femmes engagees
 
Femmes engagées
Femmes engagéesFemmes engagées
Femmes engagées
 
Les victorieuses
Les victorieusesLes victorieuses
Les victorieuses
 
Notre Dame de Paris
Notre Dame de ParisNotre Dame de Paris
Notre Dame de Paris
 
Les derniers achats
Les derniers achatsLes derniers achats
Les derniers achats
 
Gustave flaubert et madame bovary
Gustave flaubert  et  madame bovaryGustave flaubert  et  madame bovary
Gustave flaubert et madame bovary
 

Plus de EPSILIM

Georges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel ClancierGeorges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel ClancierEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Culture et santé prestations
Culture et santé prestationsCulture et santé prestations
Culture et santé prestationsEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4EPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Ppt template
Ppt templatePpt template
Ppt templateEPSILIM
 
Poètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursPoètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursEPSILIM
 
Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverEPSILIM
 
Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir EPSILIM
 
La pratique théâtrale
La pratique théâtraleLa pratique théâtrale
La pratique théâtraleEPSILIM
 
Jean de la fontaine
Jean de la fontaineJean de la fontaine
Jean de la fontaineEPSILIM
 
Présentation des ateliers
Présentation des ateliersPrésentation des ateliers
Présentation des ateliersEPSILIM
 
Alphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineAlphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineEPSILIM
 
Florileges
Florileges Florileges
Florileges EPSILIM
 
Voltaire zadig
Voltaire zadigVoltaire zadig
Voltaire zadigEPSILIM
 

Plus de EPSILIM (20)

Georges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel ClancierGeorges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel Clancier
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Culture et santé prestations
Culture et santé prestationsCulture et santé prestations
Culture et santé prestations
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Ppt template
Ppt templatePpt template
Ppt template
 
Poètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursPoètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleurs
 
Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiver
 
Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir
 
La pratique théâtrale
La pratique théâtraleLa pratique théâtrale
La pratique théâtrale
 
Jean de la fontaine
Jean de la fontaineJean de la fontaine
Jean de la fontaine
 
Présentation des ateliers
Présentation des ateliersPrésentation des ateliers
Présentation des ateliers
 
Alphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineAlphonse de Lamartine
Alphonse de Lamartine
 
Florileges
Florileges Florileges
Florileges
 
Voltaire zadig
Voltaire zadigVoltaire zadig
Voltaire zadig
 

Guy de maupassant

  • 1. Guy de MAUPASSANT (1850-1893)
  • 2. BIOGRAPHIE Maupassant est né à Fécamp (Normandie) en août 1850. Il est élevé par sa mère, passionnée de littérature et amie de Flaubert. Celle-ci l’encourage et lui sert de guide dans ses lectures. C’est Gustave Flaubert qui aide Maupassant à devenir écrivain en lui donnant des conseils. Par l’intermédiaire de celui-ci, Maupassant rencontre les grands écrivains de l’époque : Zola, Huysmans, Daudet et les frères Goncourt. Après le succès de Boule-de-Suif (1880) et de La Maison Tellier (publié en 1881), Maupassant abandonne son emploi dans un ministère et se consacre entièrement à l’écriture. Dès lors, il publie des recueils de nouvelles, des romans et des articles dans les journaux, et cela sans renoncer à ses passions qui sont la chasse, le canotage et les femmes. Il voyage aussi en Corse, en Italie et en Afrique du Nord sur son voilier « Le Bel-Ami ». Mais peu à peu, Maupassant éprouve un sentiment de malaise et est victime d’hallucinations (au début de l’année 1891). Il tente de se suicider et est interné dans la maison de santé du Docteur Blanche. Il y meurt en juillet 1893.
  • 3. ŒUVRES PRINCIPALES L’œuvre de Maupassant est abondante et variée. En prose ou en vers, elle se compose d'articles, de pièces de théâtre, de récits courts, de romans, de récits de voyage sans compter la correspondance privée. Romans Récits de voyage •Une vie (1883) •Au soleil (1884) •Bel-Ami (1885) •Sur l’eau (1888) •Pierre et Jean (1887) •La Vie errante (1890) •Mont-Oriol (1887) •Notre cœur (1889) •Fort comme la mort (1889)
  • 4. BEL-AMI Résumé Bel-Ami a pour cadre un monde parisien trépidant dans lequel le héros, arriviste et séducteur, veut se frayer un chemin. Véritable « homme à femmes », changeant et inconstant dans le domaine de l’amour comme dans celui des idées, Georges Duroy se sert de son corps et des femmes pour s’élever, d’où le surnom de Bel-Ami, que Laurine, fillette de Clotilde de Marelle, l’une de ses maîtresses, lui a donné. À travers le personnage, l’auteur nous fait découvrir le milieu du journalisme et de la Haute Banque, sur fond de scandales politico-financiers. Toute l’ascension de « Bel-Ami » se passe à Paris. Au départ, celui-ci est un jeune provincial pauvre qui y monte pour faire fortune. Après avoir été un petit employé des chemins de fer, il fait la rencontre de Madeleine Forestier, de Clotilde de Marelle, qui seront ses maîtresses dans tout le livre, de Monsieur Walter, le patron du journal La Vie française, et de sa femme. Ces personnages auront une importance majeure dans sa future évolution.
  • 5. BEL-AMI – 1re partie Chapitre I : Premiers succès sur le boulevard Georges Duroy est un ancien sous-officier qui a gardé de son métier l'arrogance, une soif, un désir violent de réussir à Paris, quels qu'en soient les moyens. La chance aidant, il rencontre Charles Forestier, un ami de régiment, rédacteur politique à La Vie Française. Ce journaliste arrivé - encore que malade - lui conseille de suivre sa propre voie car c'est par la presse, la grande, qu'on arrive à Paris. Forestier invite alors Duroy à dîner pour le lendemain : il rencontrera le Patron, M. Walter, ainsi que des journalistes et des femmes. Chemin faisant, les deux compères arrivent aux portes des Folies-Bergères : on va assister - gratuitement - au spectacle. À la sortie, une fille, Rachel, remarque la prestance de Duroy et l'entraîne. Forestier, en connaisseur, constate : " Dis donc, mon vieux, sais-tu que tu as vraiment du succès auprès des femmes ? Il faut soigner ça. Ça peut te mener loin ” (P. 45).
  • 6. Chapitre II: diner important Pénétré de sa valeur, tout à sa joie d'une première réussite, Duroy, qui a soigné sa tenue de soirée, se présente chez Forestier. Passées les premières timidités devant le patron de La Vie Française, il s'enhardit et raconte à sa manière la situation économique de l'Algérie et ses souvenirs d'Afrique. L'évidente facilité du conteur appelle la curiosité autour d'un sujet mal connu. Et d'abord celle de trois femmes - Mme Forestier, Mme de Marelle, son amie, et Mme Walter, la femme du Patron - “ qui avaient les Yeux fixés sur lui ”. Une bonne soirée: trois femmes - sans compter la petite Laurine, fille de Mme de Marelle - l'admirent, et le Patron lui donne rendez-vous pour le lendemain, non sans lui avoir commandé “ une petite série fantaisiste sur l'Algérie ” (p. 56).
  • 7. Chapitre III : Une collaboration réussie • Duroy est rentré chez lui - une triste chambre dans un immeuble crasseux - et commence l'article promis. L'inspiration se fait attendre ; il rêve au pays natal, aux vieux parents normands qui “avaient voulu faire de leur fils un monsieur ” (P. 66-67) : il ne les décevra pas. Mais la plume le trahit et il doit se rendre auprès de Forestier pour lui expliquer ses difficultés. Toujours compréhensif, l'ami le pousse à rencontrer sa femme, elle-même journaliste de talent, experte en l'art d'écrire des chroniques. • Madame Forestier, énigmatique et sûre d'elle-même, écoute son récit algérien et montre à Duroy, médusé, comment on s'y prend pour offrir au public un papier qui l'intéresse. Très amicale, elle engage l'homme à rendre visite à Mme de Marelle cependant qu'arrive le comte de Vaudrec, “ le meilleur et le plus intime de nos amis ” (p. 77), précise-t-elle. Duroy, gêné, s'efface. • À La Vie Française où il se rend plus tard, il s'étonne de trouver des femmes parmi les journalistes - une nouveauté dans la presse moderne - et commence à découvrir que tout est fait pour le paraître, pour l'apparence, pour le masque. Forestier le fait pénétrer dans le bureau de Walter qui confirme l'engagement de son nouveau collaborateur et lui demande de continuer sa série d'articles sur l'Algérie.
  • 8. Chapitre IV - Une Facile Conquête Duroy ne progresse pas assez vite à son gré. Il se souvient alors du conseil de Mme Forestier: “ Allez donc voir [Mme de Marelle] un de ces jours ” (p. 77). Cette visite lui procure une alliée: la fille de la maison, la petite Laurine. À son tour, la mère se laisse séduire par le beau sous-officier et l'invite à un dîner “ intime ” avec les Forestier. Ce dîner commence dans la bonne humeur mais s'achève trop vite: Forestier, malade, doit rentrer. Georges Duroy raccompagne Mme de Marelle, lui fait une cour pressante à laquelle elle répond favorablement: “ Il en tenait une, enfin, une femme mariée! une femme du monde! du vrai monde! du monde parisien ! Comme ça avait été facile et inattendu ! ” (p. 116-117). Alors les rendez-vous se succèdent: chez Mme de Marelle où Laurine, sa fille, baptise le jeune homme du nom de Bel-Ami; dans le triste appartement de Bel-Ami, une garçonnière louée par l'obligeante maîtresse. Il devient habituel d'oublier la présence d'un mari et de s'encanailler dans les bistrots, “ dans tous les endroits louches où s'amuse le peuple ” (p. 129). À ce jeu, les maigres ressources de Duroy fondent à vue d'oeil et Clotilde de Marelle, quia perçu la gêne de son amant, glisse dans ses vêtements pièce après pièce. Il doit accepter, en grognant, ces générosités nécessaires et obéir à tous les caprices de la femme. Mais il se trouve que l'un de ces caprices amène les amants aux Folies-Bergère où Rachel entreprend de se faire reconnaître par Duroy. Gêné, l'homme se sauve sous les quolibets de la fille.
  • 9. Chapitre V : Vers d'autres amours Duroy a vite retrouvé son aplomb et déclare à Mme Forestier son amour naissant. Très grande dame, elle écarte l'intrus au nom d'une conception très moderne de la passion : toute passion est dangereuse et “je cesse, avec les gens qui m'aiment d'amour ou qui le prétendent, toute relation intime ” (p. 147). Madame Forestier engage Duroy à rendre visite à Mme Walter, la femme du patron, une femme utile, avec une réputation sans tache. Le journaliste fait son chemin. Les leçons de Mme de Marelle et celles de ses amis reporters ont porté leurs fruits. L'homme qui se présente chez Mme Walter a acquis l'aisance et le délié. Devant un cercle féminin très choisi, il produit forte impression en ridiculisant ces messieurs de l'Académie: la semaine suivante, il est nommé chef des Échos, ces Échos qui sont “ la moelle du journal ”, la somme des petits entrefilets aguicheurs et trompeurs où chaque lecteur doit trouver son intérêt. Un intérêt qui peut être politique ou culturel, professionnel ou social, quand “ il faut penser à tout et à tous ” (p. 155). Le journaliste va montrer là toutes ses qualités de ruse, d'astuce, de souplesse et de flair pour réussir dans la fonction. Et comme une bonne nouvelle peut cacher d'autres bonnes nouvelles, il est invité à dîner chez les Walter, reçoit un salaire de Crésus et songe à ses parents normands et au pays natal. Le dîner - en présence de tous les rédacteurs du journal est somptueux. Duroy fait plus ample connaissance avec les deux filles Walter, Suzanne en particulier. Il revoit Mme de Marelle : c'est la réconciliation. Le vieux poète Norbert de Varenne, étrange figure de raté pessimiste, l'accompagne sur le chemin du retour en lui administrant un véritable sermon sur la mort. L'homme s'arrache à ce pessimisme durement révélé à la pensée de sa rencontre du lendemain avec Mme de Marelle. Forestier, de plus en plus malade, doit partir pour Cannes et son soleil. Bel-Ami rappelle à sa femme qu'elle peut compter sur son dévouement, en toute occasion.
  • 10. Chapitre VI: Un incident de parcours Charles Forestier est loin, Duroy signe ses premiers articles politiques mais il doit faire face à l'humeur belliqueuse d'un reporter de La Plume qui le prend rudement à partie tout en égratignant le journal. Un échange de communiqués insultants n'arrange rien : un seul recours, le duel. Bel-Ami possède quelques qualités d'apparence et beaucoup de savoir-faire et d'ambition, mais bien peu de courage physique. Le choix des armes l'inquiète, puis l'angoisse, le terrorise. On se battra au pistolet. Malgré une formation accélérée, il se sent au bord de toutes les lâchetés. La chance aidant, les balles épargnent les deux hommes. L'honneur de La Vie Française est intact et Bel-Ami reçoit les chaudes félicitations du Patron et les tendresses renouvelées de Mme de Marelle: on s'installe dans la garçonnière du bonheur.
  • 11. Chapitre VII : La mort de Forestier Duroy et Clotilde consacrent leur entente quasi familiale - M. de Marelle, toujours absent, ne compte pas - quand arrivent de mauvaises nouvelles de Cannes : Charles se meurt et sa femme demande l'aide promise par l'ami. À Cannes, c'est l'heure difficile d'une longue et crispante agonie. La maladie n'en finit pas de jouer avec les dernières forces du malade. Bientôt, il faudra veiller le mort et ne pas se laisser prendre aux ultimes angoisses du hideux spectacle. C'est le moment que choisit Bel-Ami, profitant des circonstances qui lui sont favorables, pour redire à Madeleine Forestier son amour et son espoir d'un mariage. Sans écarter le projet, la brillante journaliste en fixe les limites : “ Le mariage pour moi n'est pas une chaîne, mais une association Mais il faudrait aussi que cet homme s'engageât à voir en moi une égale, une alliée ” (p. 224-225). Conscient des progrès réalisés, Duroy se montre compréhensif : il saura attendre.
  • 13. BOULE DE SUIF Résumé L'histoire se déroule pendant la guerre de 1870, en plein hiver et débute par le repli des troupes françaises et l'envahissement de Rouen par les prussiens. C'est à bord d'une diligence tirée par six chevaux que l'héroïne, baptisée par l'auteur "Boule de suif" et neuf autres personnes s'enfuient vers Dieppe. Il y a là un couple de commerçants, deux couples de la bourgeoisie et de la noblesse, deux religieuses, un démocrate, et Boule de suif, une femme galante, dont la présence soulève la méfiance, l’indignation ou la curiosité. • Le voyage s’annonce difficile, le froid est vif. La neige ralentit la progression de la diligence. Les voyageurs ont faim. Seule, Boule de Suif a pensé à emporter des provisions qu’elle partage volontiers avec ses compagnons de voyage. Ceux-ci n’hésitent pas alors à oublier provisoirement leurs préjugés pour bénéficier de la générosité de la passagère. • Le soir, la diligence s’arrête pour une étape à l’auberge de Tôtes. Celle-ci est occupée par les Prussiens. L’officier prussien interdit à la diligence de repartir tant que Boule de suif n’a pas accepté ses avances. Avant le souper elle est appelée à le rejoindre mais refuse. Bonapartiste, elle n’accepte pas de coucher avec l'ennemi. • Les passagers restent bloqués la journée à l'auberge et réalisent que l'officier prussien ne les laissera partir que lorsque Boule de suif se sera offerte à lui. Chacun y va alors de son argument pour convaincre la jeune femme d’accepter de se sacrifier. • Elle passe la nuit avec l'officier et ils partent au petit matin. • Tous se sont fait préparer des petits plats sauf Boule de Suif qui n'a pas eu le temps. • Quand arrive l’heure du repas, les voyageurs se régalent mais personne ne partagera son repas avec Boule de Suif. Elle n’aura droit qu’au mépris de la part de cette microsociété bien pensante, qu’elle a nourrie puis libérée.
  • 14. BOULE DE SUIF - Extraits BOULE DE SUIF - Extraits Tout à coup, Loiseau, la face anxieuse et levant les bras, hurla: "Silence!" Tout le monde se tut, surpris, presque effrayé déjà. Alors il tendit l'oreille en faisant "Chut!" des deux mains, leva les yeux vers le plafond, écouta de nouveau, et reprit, de sa voix naturelle: "Rassurez-vous, tout va bien." On hésitait à comprendre, mais bientôt un sourire passa. Au bout d'un quart d'heure il recommença la même farce, la renouvela souvent dans la soirée; et il faisait semblant d'interpeller quelqu'un à l'étage au-dessus, en lui donnant des conseils à double sens puisés dans son esprit de commis voyageur. Par moments il prenait un air triste pour soupirer: "Pauvre fille!" ou bien il murmurait entre ses dents d'un air rageur : "Gueux de Prussien, va!" Quelquefois, au moment où l'on n'y songeait plus, il poussait, d'une voix vibrante, plusieurs: "Assez! assez!" et ajoutait, comme se parlant à lui-même: "Pourvu que nous la revoyions; qu'il ne l'en fasse pas mourir, le misérable!" Bien que ces plaisanteries fussent d'un goût déplorable, elles amusaient et ne blessaient personne, car l'indignation dépend des milieux comme le reste, et l'atmosphère qui s'était peu à peu créée autour d'eux était chargée de pensées grivoises. Au dessert, les femmes elles-mêmes firent des allusions spirituelles et discrètes. Les regards luisaient; on avait bu beaucoup. Le comte, qui conservait, même en ses écarts, sa grande apparence de gravité, trouva une comparaison fort goûtée sur la fin des hivernages au pôle et la joie des naufragés qui voient s'ouvrir une route vers le sud. Loiseau, lancé, se leva, un verre de champagne à la main: "Je bois à notre délivrance!" Tout le monde fut debout : on l'acclamait. Les deux bonnes sœurs, elles-mêmes, sollicitées par ces dames, consentirent à tremper leurs lèvres dans ce vin mousseux dont elles n'avaient jamais goûté. Elles déclarèrent que cela ressemblait à la limonade gazeuse, mais que c'était plus fin cependant.
  • 15. BOULE DE SUIF - Extraits Loiseau résuma la situation. "C'est malheureux de ne pas avoir de piano parce qu'on pourrait pincer un quadrille." Cornudet n'avait pas dit un mot, pas fait un geste; il paraissait même plongé dans des pensées très graves, et tirait parfois, d'un geste furieux, sa grande barbe qu'il semblait vouloir allonger encore. Enfin, vers minuit, comme on allait se séparer, Loiseau qui titubait, lui tapa soudain sur le ventre et lui dit en bredouillant: "Vous n'êtes pas farce, vous, ce soir; vous ne dites rien, citoyen?" Mais Cornudet releva brusquement la tête, et, parcourant la société d'un regard luisant et terrible: "Je vous dis à tous que vous venez de faire une infamie!" Il se leva, gagna la porte, répéta encore une fois: "Une infamie!" et disparut. Cela jeta un froid d'abord. Loiseau, interloqué, restait bête; mais il reprit son aplomb, puis, tout à coup, se tordit en répétant: "Ils sont trop verts mon vieux, ils sont trop verts." Comme on ne comprenait pas, il raconta les "mystères du corridor". Alors il y eut une reprise de gaieté formidable. Ces dames s'amusaient comme des folles. Le comte et M. Carré-Lamadon pleuraient à force de rire. Ils ne pouvaient croire. "Comment! vous êtes sûr! Il voulait... - Je vous dis que je l'ai vu. - Et, elle a refusé... - Parce que le Prussien était dans la chambre à côté. - Pas possible? - Je vous le jure."
  • 16. BOULE DE SUIF - Extraits Le comte étouffait. L'industriel se comprimait le ventre à deux mains. Loiseau continuait: "Et, vous comprenez, ce soir, il ne la trouve pas drôle, mais pas du tout.« Et tous les trois repartaient, malades, essoufflés, toussant. On se sépara là-dessus. Mais Mme Loiseau, qui « était de la nature des orties », fit remarquer à son mari, au moment où ils se couchaient, que "cette chipie" de petite Carré- Lamadon avait ri jaune toute la soirée: "Tu sais, les femmes, quand ça en tient pour l'uniforme, qu'il soit français ou bien prussien, ça leur est, ma foi, bien égal. Si ce n'est pas une pitié, Seigneur Dieu!" Et toute la nuit, dans l'obscurité du corridor coururent comme des frémissements, des bruits légers, à peine sensibles, pareils à des souffles, des effleurements de pieds nus, d'imperceptibles craquements. Et l'on ne dormit que très tard, assurément, car des filets de lumière glissèrent longtemps sous les portes. Le champagne a de ces effets-là; il trouble, dit-on, le sommeil. Le lendemain, un clair soleil d'hiver rendait la neige éblouissante. La diligence, attelée enfin, attendait devant la porte, tandis qu'une armée de pigeons blancs, rengorgés dans leurs plumes épaisses, avec un œil rose, taché, au milieu, d'un point noir, se promenaient gravement entre les jambes des six chevaux, et cherchaient leur vie dans le crottin fumant qu'ils éparpillaient. Le cocher, enveloppé dans sa peau de mouton, grillait une pipe sur le siège, et tous les voyageurs radieux faisaient rapidement empaqueter des provisions pour le reste du voyage. On n'attendait plus que Boule de suif. Elle parut.
  • 17. BOULE DE SUIF - Extraits • Elle semblait un peu troublée, honteuse, et elle s'avança timidement vers ses compagnons, qui, tous, d'un même mouvement, se détournèrent comme s'ils ne l'avaient pas aperçue. Le comte prit avec dignité le bras de sa femme et l'éloigna de ce contact impur. • La grosse fille s'arrêta, stupéfaite; alors, ramassant tout son courage, elle aborda la femme du manufacturier d'un "bonjour, Madame" humblement murmuré. L'autre fit de la tête seule un petit salut impertinent qu'elle accompagna d'un regard de vertu outragée. Tout le monde semblait affairé, et l'on se tenait loin d'elle comme si elle eût apporté une infection dans ses jupes. Puis on se précipita vers la voiture où elle arriva seule, la dernière, et reprit en silence la place qu'elle avait occupée pendant la première partie de la route. • On semblait ne pas la voir, ne pas la connaître; mais Mme Loiseau, la considérant de loin avec indignation, dit à mi-voix à son mari: "Heureusement que je ne suis pas à côté d'elle." • La lourde voiture s'ébranla, et le voyage recommença.
  • 18. BOULE DE SUIF - Extraits Personne ne la regardait, ne songeait à elle. Elle se sentait noyée dans le mépris de ces gredins honnêtes qui l'avaient sacrifiée d'abord, rejetée ensuite, comme une chose malpropre et inutile. Alors elle songea à son grand panier tout plein de bonnes choses qu'ils avaient goulûment dévorées, à ses deux poulets luisants de gelée, à ses pâtés, à ses poires, à ses quatre bouteilles de bordeaux; et sa fureur tombant soudain, comme une corde trop tendue qui casse, elle se sentit prête à pleurer. Elle fit des efforts terribles, se raidit, avala ses sanglots comme les enfants; mais les pleurs montaient, luisaient au bord de ses paupières, et bientôt deux grosses larmes, se détachant des yeux, roulèrent lentement sur ses joues. D'autres les suivirent plus rapides coulant comme les gouttes d'eau qui filtrent d'une roche, et tombant régulièrement sur la courbe rebondie de sa poitrine. Elle restait droite, le regard fixe, la face rigide et pâle, espérant qu'on ne la verrait pas. Mais la comtesse s'en aperçut et prévint son mari d'un signe. Il haussa les épaules comme pour dire: "Que voulez-vous? ce n'est pas ma faute." Mme Loiseau eut un rire muet de triomphe, et murmura: "Elle pleure sa honte."