La filière du nautisme                                                en BretagneÉtude et chiffres clés                   ...
p. 2
SommaireSynthèse ............................................................................................................
SynthèseEN RESUME, LA BRETAGNE NAUTIQUE C’EST :    -    Une région moins touchée par la crise du secteur qui a entraîné de...
Introduction« Avec sa 2e place mondiale derrière les États-Unis et devant l’Italie, la France occupe uneposition de premie...
La filière nationaleEn 2009, la filière nautique française représentait 5 008 entreprises pour 4,16 milliards d’eurosde ch...
« Afin de conquérir de nouveaux clients, les constructeurs renouvellent une part substantiellede leur gamme de bateaux. Le...
Les marchés de la plaisanceLE MARCHE NATIONALLa France compte environ 4.5 millions de plaisanciers qui passent en moyenne ...
Les retombées de la crise ont engendré un changement remarquable des importations et desexportations. Le solde commercial ...
La Bretagne compte 846 installations de plaisance comprenant20 :    - 192 ports21 (structures d’accueil pour la plaisance ...
LES IMMATRICULATIONS EN BRETAGNELes immatriculations de navires de plaisance constituent un indicateur pertinent de l’état...
La filière régionaleLA FILIERE NAUTIQUE BRETONNE REGROUPE :                                              • Les industries ...
L’échantillon*, ainsi constitué, est composé de 584 entreprises représentant 2 714 emplois et448 millions de chiffres d’af...
Toutes les entreprises présentes dans le classement 2009 ont subi des pertes au cours de        l’année 2009.        Au ni...
Chiffre daffaires        Chiffre daffaires        Chiffre daffairesTypologie dactivités                            2009 en...
LA REPARTITION DES EMPLOIS AU SEIN DE LA FILIERE                                                          Source : Altares...
Source : Xerfi, données Unedic 2009La Bretagne confirme donc son profil économique dans le secteur : de petits établisseme...
Cette carte met en évidence une plus forte présence des entreprises de la filière nautique dansla partie sud de la Bretagn...
Elles sont présentes plus                                                                       majoritairement dans le su...
Les dispositifs                                 d’accompagnement en                                             BretagneLE...
Les entreprises qui adhèrent à ce dispositif bénéficient ainsi d’une valorisation           commerciale par la mise en ava...
Abréviations-   AEB : Agence Economique de Bretagne (devenu Bretagne Développement Innovation en 2011 par    la fusion ave...
SourcesDonnées bibliographiques et documentaires   -   DGITM, La plaisance en quelques chiffres, Edition 2010, 30 pages   ...
© Photos couverture : Y. Zedda, pour Multi OneDesign – MOD70                                          Contact étude :     ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude sur la filière du nautisme en bretagne

3 660 vues

Publié le

Publié dans : Business
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 660
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
577
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude sur la filière du nautisme en bretagne

  1. 1. La filière du nautisme en BretagneÉtude et chiffres clés Déc. 2011 p. 1
  2. 2. p. 2
  3. 3. SommaireSynthèse .......................................................................................................................................... 4Introduction .................................................................................................................................... 5La filière nationale .......................................................................................................................... 6 La construction et les équipementiers ........................................................................................ 6 Les entreprises de distribution .................................................................................................... 8Les marchés de la plaisance ............................................................................................................ 8 Le marché national....................................................................................................................... 8 Le marché régional....................................................................................................................... 9 Les immatriculations en Bretagne ...................................................................................................... 11 Le marché de l’occasion...................................................................................................................... 11La filière régionale......................................................................................................................... 12Les dispositifs d’accompagnement .............................................................................................. 21Abréviations .................................................................................................................................. 22Sources .......................................................................................................................................... 23 p. 3
  4. 4. SynthèseEN RESUME, LA BRETAGNE NAUTIQUE C’EST : - Une région moins touchée par la crise du secteur qui a entraîné de fortes restructurations et concentrations, notamment chez les gros constructeurs, au niveau national : une filière constituée de jeunes et très petites entreprises spécialisées dans des domaines de pointe, des marchés de niche. - La région française où le nombre d’immatriculations est le plus important et qui dispose de la plus importante flotte active de France métropolitaine puisqu’elle compte plus d’un quart des bateaux immatriculés en France (37% des voiliers et 23% des bateaux à moteur).1 - La plus grande capacité d’accueil de bateaux de plaisance au niveau national. - Une part importante de l’industrie nautique située sur la côte sud de la Bretagne. - Un plan d’aide structuré agissant sur plusieurs axes : professionnalisation, développement économique, environnement, animation, valorisation et visibilité de la filière. (c) A Courcoux - Espoir Bretagne - Crédit Mutuel1 DREAL, L’accueil des navires de plaisance en Bretagne dans la perspective d’une gestion intégrée des zones côtières, juillet2011, p.61 p. 4
  5. 5. Introduction« Avec sa 2e place mondiale derrière les États-Unis et devant l’Italie, la France occupe uneposition de premier rang dans l’industrie mondiale depuis une dizaine d’année : 1er rangmondial dans l’univers de la glisse, 4e mondial pour la production de bateaux à moteur, leadereuropéen dans le secteur de la location maritime et fluviale, leader mondial dans le secteur dela voile et des bateaux pneumatiques. Si la France est principalement reconnue dans ledomaine de la plaisance, les marques françaises occupent également une place de choix enmatière d’accastillage, d’équipements et d’électronique. »2La filière nautique, emblématique de la région Bretagne, se décompose en de multiplessecteurs complémentaires : entreprises de construction navale, chantiers de réparation,équipementiers, concessionnaires, commerces généralistes ou spécialisés, mais aussi centresd’apprentissage associatifs, ports de plaisance et écuries de course au large.Le marché des bateaux de plaisance est constitué de constructeurs de voiliers et de bateaux àmoteur disposant d’outil de production en France et de distributeurs d’embarcations,d’équipement de plaisance (concessionnaires, brokers, filiales commerciales etc.). (c) D. Leroux – CDK Lorient2 UBIFRANCE et les missions économiques, Fiche secteur nautisme 2011, 2011, p.3 p. 5
  6. 6. La filière nationaleEn 2009, la filière nautique française représentait 5 008 entreprises pour 4,16 milliards d’eurosde chiffres d’affaires et 40 520 emplois3.LA CONSTRUCTION ET LES EQUIPEMENTIERS Dans son ensemble, la filière construction et vente de bateau de plaisance génère un chiffre d’affaires estimé à 1 092, 5 millions d’euros4. Elle emploie à minima l’équivalent de 7 973 salariés dans 233 établissements5. Le secteur de la construction de bateaux de plaisance est très concentré. Les 4 premiers fabricants réalisent 63% du chiffre d’affaires6. Avec plus de la moitié de leurs activités réalisées à l’étranger, les chantiers français sont très dépendants de la demande internationale. Les principaux leaders dans le domaine de la construction de navire de plaisance au sein de la filière nautisme sont SPBI, située en Vendée, avec un chiffre d’affaires de 515 millions d’euros, CNB (Construction Navale Bordeaux) avec un chiffre (c) D Leroux – CDK Lorient d’affaires de 104,6 millions d’euros puis Dufour Yachts avec un chiffres de 93,1 millions d’euros (données 2007) et ZodiacInternational avec 59,4 millions d’euros de chiffre d’affaires7.Le secteur a beaucoup évolué et on constate une baisse significative des chiffres d’affairesdepuis 2008.Bénéteau reste leader dans le secteur malgré une restructuration de ses entreprises :absorption des chantiers Bénéteau et Jeanneau par SPBI. Il est à noter que CNB est égalementsous contrôle financier du groupe Bénéteau. Dufour Yachts fait partie du groupe allemandBavaria Yachtbau depuis Janvier 2011, n°2 des constructeurs de bateaux de plaisance en Europederrière Bénéteau.La crise de 2008/2009 a engendré une forte diminution de la production liée à un apurementdes stocks (-44% pour l’année 2009)8. Par effet mécanique, ces mêmes stocks ont dû êtrereconstitués en 2010 et se traduit par une hausse de la production de + 30.8%9. Effet criseoblige, la filière française a connu quelques fermetures, des réductions d’effectifs, desconcentrations, et des rachats.3 Fédération des Industries Nautiques, Les chiffres clés du nautisme 2009/2010, Décembre 2010, p.64 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.60-615 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.35 - 366 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.607 Chiffres d’affaires 2010 issues de la base Altares8 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.339 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.28 p. 6
  7. 7. « Afin de conquérir de nouveaux clients, les constructeurs renouvellent une part substantiellede leur gamme de bateaux. Les stratégies de croissance de nombreux industriels françaiss’orientent désormais vers les embarcations à moteurs, qui représentaient près d’un tiers desnouvelles immatriculations en 2010. »10Autre méthode pour sortir de la crise, l’innovation qui est au cœur des stratégies desindustriels, notamment dans le domaine de la protection de l’environnement. L’éco-construction, les biomatériaux, la gestion des déchets, le recyclage sont des tendances lourdesdu marketing que les industriels doivent prendre en compte. Le durcissement des normesécologiques européennes, prévu à l’horizon 2012, va entrainer des changements importantsdans ces thématiques mais aussi des opportunités.LES ENTREPRISES DE DISTRIBUTIONDans le secteur de la distribution, le groupe Yamaha Motor France arrive en tête avec un chiffred’affaires de 319 millions d’euros, suivi de Service Navigation Plaisance Boat Service (détenue à99% par le groupe Rodriguez) dont le chiffre d’affaires a subi une forte baisse depuis 2008,passant de 410 millions d’euros en 2007 à 60 millions d’euros en 2010.Dans le Grand Ouest, les deux principaux distributeurs sont LBC Distribution (LBC Nautic) etMassif Marine avec respectivement 24 millions d’euros et 14 millions d’euros de chiffred’affaires, ce quiles situe au 3ème et6ème rang nationalsur ce typed’activité.CornouaillesNautique, 1erdistributeur auniveau régional en2009, est passésous contrôlefinancier de LBCDistribution enavril 2009. Source : Fin (Fédération des Industries Nautiques), données 201010 Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.9 p. 7
  8. 8. Les marchés de la plaisanceLE MARCHE NATIONALLa France compte environ 4.5 millions de plaisanciers qui passent en moyenne 8 jours en merpar an.11 L’envie de naviguer des français est toujours très forte ; le nombre de permis denavigation traduit bien cette tendance avec des chiffres toujours en croissance (+4,1% en2010)12. L’évolution de ces trois dernières années a été marquée par un changement de laréglementation en janvier 2009 qui a complexifié l’obtention du permis et a entrainé une forteaugmentation en 2008, sans pour autant engendrer de baisse sur les années suivantes. Le tauxd’équipement des ménages en bateaux de plaisance ne cesse de croître depuis 2003 avec 3.5%en 201013.(c) E Bertier - CRTB - Port de VannesLes principaux clients pour la vente de voiliers et de bateaux à moteurs sont des particuliers(dont d’abord des retraités et des cadres), des entreprises et des loueurs de bateaux.Après une longue période de croissance soutenue, marquée par une augmentation de 45% deséchanges (fabrication et distribution) entre 2001 et 2007, l’industrie nautique connaît depuis2008-2009 l’une de ses plus grandes crises (-44% pour la production de bateaux de plaisance en2009). Classiquement dans les modèles de crise, le haut de gamme et le marché de l’occasions’en sortent le mieux. En 2010, la fabrication de bateaux de plaisance a retrouvé les niveaux de2002 en atteignant une croissance de 30,8%14.11 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.112 Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et des Transports, citée dans l’étude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril2011, p.2213 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.2014 Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.28-33 p. 8
  9. 9. Les retombées de la crise ont engendré un changement remarquable des importations et desexportations. Le solde commercial reste positif avec 67 millions d’euros mais a sérieusementété égratigné par une hausse de 20.3% des importations15 (principalement d’Italie, et de plus enplus d’Asie et d’Amérique) et qui vaut à la France d’être passé 2e pays importateur derrière lesUSA et devant l’Italie16. La part de l’activité des constructeurs français à l’export reste tout demême élevée en se maintenant à plus de 50% de leur chiffre d’affaires. La France est le 4 e paysexportateur, avec des efforts des constructeurs tournés vers les nouveaux marchés comme laRussie ou la Chine. La Chine, par exemple, avec ses 20 000 km de côte et son récent intérêtpour les pratiques nautiques constitue un marché d’avenir dont les perspectives serontcependant sans doute réservées aux principaux leaders de la construction.Cette logique externe est renforcée par un marché interne relativement atone dûprincipalement à la saturation dans les ports de plaisance français (54 000 places manquantes).Autre effet de la crise sur les marchés, le développement du marché de l’occasion représentaiten 2010 près des ¾ des nouvelles immatriculations, au détriment de l’achat de nouveauxbateaux.LE MARCHE REGIONALLes ports de plaisance français génèrent plus de 900 millions d’euros de chiffre d’affaires dont530 millions d’euros pour les escales17.27% de ces escales en 2010 ont lieu en Bretagne, seconde région au niveau national, soitenviron 140 400 bateaux (520 000 sur l’ensemble de la France) et 9% (319 500) des nuitéescontre 29% pour la région PACA18. « A raison de 4 personnes par bateau, les escalescomptabilisent pas moins d’1 millions de clients de passage »19 en Bretagne.(c) SCHULTE-KELLINGHAUS Martin /Crtb - La Côte de granit rose (22)15 Douanes françaises16 UbiFrance et les missions économiques, Fiche secteur nautisme 2011, p.217 Fédération Française des Ports de Plaisance, rapport Les ports de plaisance : Premiers bilan & Perspectives suite à uneenquête auprès des ports de plaisance français en 2011, p.218 Ibid.19 Site internet de l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne, http://www.portsdeplaisancedebretagne.fr/p/les-port-de-bretagne.html, consulté le 18 novembre 2011 p. 9
  10. 10. La Bretagne compte 846 installations de plaisance comprenant20 : - 192 ports21 (structures d’accueil pour la plaisance ayant le statut juridique de port) proposant 266 places en moyennes dont 58 ports dits structurants proposant des places à flots, à quai ou sur ponton et 11 ports à sec. - 654 zones de mouillages relevant d’AOT22 individuelles, d’AOT groupées ou synonymes de mouillages sauvages.La capacité d’accueil bretonne sur ponton et à terre est de 47 500 places sur les 250 000françaises (soit 19%)23 et atteint 79 297 places en comptant les mouillages24. Il manquerait6 000 places de port en Bretagne25.La Bretagne reste une terre de navigation : en 2009, elle a délivré 5 60226 permis, ce quireprésente 8% du nombre total de permis accordés en France. On constate une plus fortehausse de la délivrance de permis en Bretagne entre 2008 et 2009 : 23% contre 19% au niveaunational.Dans la région, c’est le Morbihan qui arrive en tête avec 1 810 permis délivrés, suivi par leFinistère (1 716 permis). L’Ille-et-Vilaine compte 1 191 délivrances de permis et les Côtesd’Armor 885. COM : collectivité d’outre-mer Source : Etude de la Fédération des Industries Nautiques, données DAM20 DREAL, L’accueil des navires de plaisance en Bretagne dans la perspective d’une gestion intégrée des zones côtières, juillet2011, p.3321 Dont 21 ports dans la baie de Vilaine (presqu’île de Guérande), l’étude de la DREAL sur l’accueil des navires de plaisance enBretagne prenant en compte la partie nord de la Loire Atlantique jusqu’à Pornichet inclus.22 AOT : Autorisation d’Occupation Temporaire23 Fédération Française des Ports de Plaisance, rapport Les ports de plaisance : Premiers bilan & Perspectives suite à uneenquête auprès des ports de plaisance français en 2011, p.324 DREAL, L’accueil des navires de plaisance en Bretagne dans la perspective d’une gestion intégrée des zones côtières, juillet2011, p.3325 Site internet de l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne, http://www.portsdeplaisancedebretagne.fr/p/les-port-de-bretagne.html, consulté le 18 novembre 201126 Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer, La plaisance en quelques chiffres, 2010, p.23 p. 10
  11. 11. LES IMMATRICULATIONS EN BRETAGNELes immatriculations de navires de plaisance constituent un indicateur pertinent de l’état dumarché en Région. En effet, les immatriculations permettent d’évaluer le nombre de vente denavires neufs ou d’occasion.La Bretagne compte 221 788 navires de plaisance immatriculés au 31 août 201027.Malgré la baisse des nouvelles immatriculations constatées depuis 2008 sur l’ensemble desrégions, la Bretagne observe une hausse relative en 2010. En effet, elle fait partie avec lesrégions Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon des trois régions françaises ayant uneaugmentation des immatriculations entre 2009 et 2010.Avec 4 981 nouvelles immatriculations, la Bretagne se situe toujours au premier rang desrégions françaises pour le nombre de navires immatriculés annuellement avec 26% desimmatriculations totales.La Bretagne se situe également au premier rang pour l’immatriculation des voiliers. Les 878nouvelles immatriculations en 2010 représentent 34% du total national. LE MARCHE DE L’OCCASIONLe marché de l’occasion reste très actif en Bretagne, région française qui concentre le plus demutations de propriété en 2010 : 14 101 navires d’occasion y ont changé de main28 (23% dumarché national). Source : Etude de la Fédération des Industries Nautiques, données DAM27 INSEE à partir des données de la Direction des Affaires maritimes28 Fédération des Industries Nautiques, Les chiffres clés du nautisme 2009/2010, décembre 2010, graphique p19 p. 11
  12. 12. La filière régionaleLA FILIERE NAUTIQUE BRETONNE REGROUPE : • Les industries nautiques : 1100 entreprises29, un chiffre d’affaires estimé à 486 millions d’euros par la FIN (11,7% du CA national) et 4 860 emplois ETP30 (12% des effectifs nationaux)31. • Les ports de plaisance : 192 ports et mouillages représentant 365 emplois ETP32 et un chiffre d’affaires estimé à 40 millions d’euros33. Les activités d’escale génèrent à elles seules 34 millions d’euros de chiffre d’affaires34. • Les sports et activités nautiques : 581 prestataires qui emploient l’équivalent de 1954 ETP et réalisent 111 millions d’euros de chiffre d’affaires35. Selon la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat, la filière régionale est constituée à 80% de TPE. 40% des entreprises seraient situées dans le Morbihan et 35% dans le Finistère. Les Côtes d’Armor comptabilisent 14% des(c) D. Leroux - Lorima Lorient entreprises et l’Ille-et-Vilaine 11%36.Il est toutefois difficile de dénombrer précisément les entreprises de la filière nautique. Celles-ci n’ont pas toutes des activités strictement liées au domaine de la plaisance ce qui ne facilitepas leur identification.C’est pourquoi, afin d’analyser et décrire les grandes caractéristiques et tendances régionales,nous avons constitué un échantillon en reprenant les principaux codes NAF 37 de la filière.29 Chambre des Métiers et de l’Artisanat, http://www.crma-bretagne.fr/LESACTIONSDELACHAMBRE/Nautisme/tabid/318/Default.aspx, consulté le 16 novembre 201130 ETP : Equivalent temps plein31 Fédération des Industries Nautiques, Les chiffres clés du nautisme 2009/2010, décembre 2010, graphique p.6-7. Ces chiffressont issus de pourcentages et correspondent donc à des valeurs approximatives.32 Fédération Française des Ports de Plaisance, rapport Les ports de plaisance : Premiers bilan & Perspectives, suite à uneenquête auprès des ports de plaisance français en 2011.33 Site internet de l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne, http://www.portsdeplaisancedebretagne.fr/p/les-port-de-bretagne.html, consulté le 18 novembre 201134 Ibid.35 Nautisme en Bretagne, Les chiffres clés Sport et activité nautique, 2011, p.4-536 Chambre des Métiers et de l’Artisanat, http://www.crma-bretagne.fr/LESACTIONSDELACHAMBRE/Nautisme/tabid/318/Default.aspx, consulté le 16 novembre 201137 Notamment ceux identifiés par Xerfi dans ses études sectorielles. p. 12
  13. 13. L’échantillon*, ainsi constitué, est composé de 584 entreprises représentant 2 714 emplois et448 millions de chiffres d’affaires.*L’échantillon, constitué manuellement à partir des annuaires et répertoires des organismes territoriaux etprofessionnels, est uniquement composé des entreprises ayant leur siège social en Bretagne. Tous les autresétablissements dont le siège social se trouve à l’extérieur de la Bretagne ne peuvent être pris en compte dansl’échantillon, les données financières n’étant pas disponibles séparément de la maison mère.De même, beaucoup d’entreprises de services n’ont pu être prises en compte, leur statut (artisan, libéral,….) nepermettant pas l’accès à des données financières.LA REPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES AU SEIN DE LA FILIEREREGIONALELe chiffre d’affaires global de 448 millionsd’euros est réparti de manière inégale, commecela a été constaté pour la filière nationale maissa répartition au niveau régional est toutefoisplus atomisée.En effet, si 51 entreprises régionales réalisent50% du chiffre d’affaires, il faut comptabiliser167 entreprises de l’échantillon pour atteindre80% du chiffre d’affaires de la filière. Onconstate que 20% du chiffre d’affaire est réalisépar les 10 premières entreprises régionales soit97 millions d’euros.On relève bien ici la baisse significative duchiffre d’affaires des entreprises par rapport à (c) D. Leroux - CDK Lorientceux relevés dans le rapport réalisé en 2009 oùles 10 premières entreprises de la filière réalisaient 151 millions d’euros de chiffres d’affaires àelles seules38.Parmi les 5 premières entreprises régionales identifiées lors de cette première étude, certainesont d’ailleurs durement subi la crise.Parmi ces 5 entreprises citées dans le rapport 200939 (données 2007), 3 ont été plus touchéespar la crise de la filière :  Plastimo France, 1ère entreprise de la filière régionale, du groupe Navimo, a été radiée le 26 Février 2010 suite à une baisse de ses activités allant jusqu’à 40%40 qui a entrainé un plan de restructuration du groupe et une suppression d’emplois. Plastimo Marine, créée en Septembre 2009, emploie aujourd’hui 80 salariés contre 200 pour Plastimo France en 2008.  Cornouaille Nautique, 4ème entreprise de la filière, a été radiée en 2009 (établissement détenue aujourd’hui par LBC Distribution basée à Pornichet).  Kelt, chantier naval basé à Vannes et 5ème de la filière, a été fermé en Juin 2009. La production a été rapatriée à Marans (Charente-Maritime).38 Le Norment Jean Jacques, AEB, La Filière du Nautisme en Bretagne, Octobre 200939 Ibid.40 La lettre économique de Bretagne N°1920 du 23 octobre 09 p. 13
  14. 14. Toutes les entreprises présentes dans le classement 2009 ont subi des pertes au cours de l’année 2009. Au niveau national, la filière a connu quelques rachats notamment par des entreprises étrangères (Dufour par Bavaria Yachtbau en janvier 2011). En Bretagne, les investisseurs étrangers restent discrets : on en compte à peine une dizaine pour moitié des pays du Nord de l’Europe (Danemark, Pays Bas, Finlande). LES ENTREPRISES LEADERS DE LA FILIERE REGIONALE AUJOURD’HUI SONT : (Classement par rapport au chiffre d’affaires) Chiffre daffaires Chiffre daffaires Chiffre daffaires Chiffre daffaires Entreprises 2010 en K€ 2009 en K€ 2008 en K€ 2007 en K€1 BIC SPORT 19315 17100 19025 194262 KANNAD 13100 16533 19444 57683 JFA CHANTIER NAVAL 15389 13003 3723 73014 PLASTIMO MARINE* 12165 12165 * 55035** 54326**5 NKE 7657 7065 5449 4035* Utilisation des données 2010. La société étant en restructuration en 2009, aucune donnée n’est disponible.** Données Plastimo France, radiée en Février 2010 LA REPARTITION DES ENTREPRISES REGIONALES PAR CLASSE DE CHIFFRE D’AFFAIRES EST DECRITE DANS LE TABLEAU CI-DESSOUS41Chiffredaffaires en 0- 100- 250- 500- 750- 1000- 1250- 1500- 1750- 2000- 5000- 10000- 50000K€ 100* 250 500 750 1000 1250 1500 1750 2000 5000 10000 50000 et plus totalEffectif(nombredentreprises) 128 116 126 59 27 25 17 10 8 44 8 4 0 572Effectifscumulés 128 244 370 429 456 481 498 508 516 560 568 572 572 572Pourcentagescumulés 22,38 42,66 64,69 75 79,72 84,09 87,06 88,81 90,21 97,9 99,3 100 100 * 100 non inclus Selon ces données, 80% des entreprises réalisent moins de 1 millions de chiffre d’affaires, constat également fait dans l’étude 2009. Par contre, contrairement à 2009 et c’est là que l’on voit les effets de la crise, aucune entreprise ne réalise plus de 50 millions de chiffre d’affaires. LA REPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GRANDE CLASSE D’ACTIVITES Afin de mieux comparer et cerner les caractéristiques des entreprises bretonnes, voici une répartition du chiffre d’affaires par grande classe d’activités (mêmes typologies d’activités que l’étude 2009). 41 Sur l’échantillon de 584 entreprises, 572 disposaient d’un chiffre d’affaires renseigné pour la même année. Les entreprises non renseignées appartenaient à des classes d’effectifs ne leur permettant pas de réaliser un CA susceptible de perturber l’ordonnancement décrit dans le tableau. p. 14
  15. 15. Chiffre daffaires Chiffre daffaires Chiffre daffairesTypologie dactivités 2009 en K€ 2008 en K€ 2007 en K€Industries manufacturières adjointes ausecteur de la plaisance 45508 51481 50901Construction réparation navale deplaisance 164826 149464 145388BTP en lien avec le secteur de la plaisance 2013 1382 1122Activités commerciales (revendeursplaisance essentiellement) 165240 180434 161082Services 71404 71991 71714 448991 454752 430207On constate des différences par rapport aux chiffres exprimés dans l’étude 2009. Ceci est dûnotamment à l’évolution de l’échantillon (suppression et création d’entreprises) mais lesproportions entre activités restent sensiblement les mêmes. Source : Altares, données 2009 de l’échantillon formé pour l’étude 2011 Source : Altares, données 2007 de l’échantillon formé pour l’étude 2009L’échantillon met en évidence l’évolution du chiffre d’affaires des constructeurs par unemoindre proportion dans le chiffre d’affaires global de la filière nautique bretonne. p. 15
  16. 16. LA REPARTITION DES EMPLOIS AU SEIN DE LA FILIERE Source : Altares, données 2009 de l’échantillonLa majorité des entreprises de la filière sont de très petites entreprises. On constate que 70%des entreprises emploient moins de 10 salariés, donnée qui se rapproche de celle de laChambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat énoncée plus en amont. C’est un élémentsouligné d’ailleurs par la dernière étude Xerfi42.Selon cette étude, les établissements de fabrication de bateaux de plaisance sont concentrésdans l’Arc Atlantique avec près de 70% des établissements français et 88,2% des effectifs. LaBretagne occupe le 1er rang en nombre d’établissement mais le 4e en nombre d’emplois avec9,7% des effectifs nationaux. Ce qui signifie que le nombre de salariés par établissement estinférieur à la moyenne national : 12,6 salariés en Bretagne contre 37,5 en Poitou Charente ou110 en Pays de la Loire.Ces chiffres issus de l’étude Xerfi ne portent que sur les constructeurs de bateaux et ne comptent pas lesaccastilleurs, et autres équipementiers nombreux dans la région.42 Xerfi, Bateaux de plaisance, Avril 2011, p.37 p. 16
  17. 17. Source : Xerfi, données Unedic 2009La Bretagne confirme donc son profil économique dans le secteur : de petits établissements,pointus dans leur domaine, adoptant des stratégies de niche au service de leurs clients.Les cartes présentées, ci-après, représentent la répartition des effectifs des entreprises del’échantillon sur le territoire breton. Les effectifs pris en considération dans cette étude sontceux déclarés par les entreprises aux greffes (données issues de la base financière Altares). p. 17
  18. 18. Cette carte met en évidence une plus forte présence des entreprises de la filière nautique dansla partie sud de la Bretagne. C’est également dans cette zone que l’on trouve les plusimportants effectifs, au niveau de Lorient et de Vannes où l’on a les plus gros constructeurs debateaux de plaisance comme Plastimo Marine et Multiplast.Les Côtes d’Armor concentrentégalement beaucoupd’entreprises mais de pluspetites tailles : des entreprisesde réparation navale et descommerces liés aux activitésnautiques. Le Finistère est la seconde région où la concentration des entreprises du nautique est la plus élevée. C’est toujours dans la partie sud que l’on retrouve le plus fort regroupement d’entreprises : constructeurs, réparateurs et industries connexes sont fortement présentes dans cette zone.L’Ille-et-Vilaine détient quelquesentreprises à Saint Malo et sesalentours ainsi qu’au niveau de Rennes(activités commerciales majori-tairement et de services)Logiquement, les entreprises deservices liées à l’activité de la filièrenautique se rencontrent dans les zonesoù la concentration d’entreprises deconstruction, de maintenance et denégoce est la plus importante. p. 18
  19. 19. Elles sont présentes plus majoritairement dans le sud du Morbihan mais on remarque une activité sur toute la côte bretonne, au niveau des ports comme Concarneau, Brest, Saint Brieuc et Saint Malo. L’ANCIENNETE DES ENTREPRISES DE LA FILIERE REGIONALE Classe dâge 0-5 ans* 5-15 ans 15-20 ans 20-25 ans 25-30 ans 30 ans et plus Total Effectif 108 289 65 58 34 30 584 ème* N’inclut pas la 5 année Source : Altares, données 2009 de l’échantillonLa filière régionale semble être majoritairement constituée d’entreprises ayant moins de 20 ansd’existence (80% de l’échantillon). 50% des entreprises ont entre 5 et 15 ans.La part des entreprises de moins de 5 ans n’est pas négligeable puisqu’elle représente ici prèsde 20% de l’échantillon mais on constate une baisse de cette tranche par rapport à l’étude 2009ce qui peut être analysé comme une baisse de création d’entreprises dans cette filièreengendrée par la crise. p. 19
  20. 20. Les dispositifs d’accompagnement en BretagneLE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES TPE DE LA FILIERE Le Plan Bretagne Action Nautisme, initié depuis 2006 par la Région en collaboration avec la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat, vise à favoriser le développement des entreprises de la filière. Financé cette année à hauteur de 159 217 euros (animation et actions collectives) par la région Bretagne et mis en œuvre par la Chambre des Métiers, il permet aux entreprises de pouvoir bénéficier de prestations de conseil opérationnel sur l’ensemble des volets liés à la performance économique des entreprises.(c) D. Leroux - ART Saint Malo Ce plan s’appuie sur un réseau de conseillerset de partenaires spécialisés afin de mener des opérations collectives et individuelles. LE PLAN D’ACTIONS 2011 SE DEPLOIE SUR QUATRE AXES : 1. Les Ressources Humaines : favoriser la professionnalisation des métiers en renforçant l’attractivité de la filière par le biais de formations continues. 2. Le Développement Économique : accroître la compétitivité par une optimisation des outils de commercialisation et de performance interne. Plusieurs actions collectives ont été mises en place en 2011 : Occasion Plaisance pour le marché de l’occasion, Refit pour la rénovation, Prévention et Sécurité pour les conditions de travail, Parcours Nautiques pour la performance, et les salons Nautic de Paris et Mille Sabords du Crouesty pour la commercialisation et la visibilité. 3. L’environnement et la Sécurité : répondre aux préoccupations environnementales en corrélation avec les évolutions de la législation et s’inscrire dans une démarche de développement durable. Pour ce faire, deux actions ont été développées en partenariat avec l’Agence de l’Eau Loire Bretagne : Vague Bleue est une marque spécifique à la filière nautique. Elle dresse un état des lieux et propose des actions correctives. p. 20
  21. 21. Les entreprises qui adhèrent à ce dispositif bénéficient ainsi d’une valorisation commerciale par la mise en avant de leurs engagements. Vague Bleue Carénage est une aide technique et financière. Elle concerne les chantiers navals qui adoptent des technologies de carénage avec traitement des effluents. 4. La visibilité de la filière avec le Portail Bretagne Info Nautisme, un outil internet dédié à au nautisme en Bretagne. En tant qu’observatoire économique de la filière, il dresse une liste détaillée de tous les acteurs et des offres de compétences régionales. Véritable mine d’informations pratiques et économiques, il permet, entre autre, aux professionnels de disposer d’un tour d’horizon des aides techniques et financières proposées par la Région et les départements dans des domaines tels que : le développement durable, les projets de R&D, le recrutement, les investissements industriels et immobiliers, l’aménagement du territoire (ex : Innovarmor, Nautinov56). L’ANIMATION TECHNOLOGIQUE DE LA FILIERELa structure d’animation technologique Eurolarge Innovation43 est une association issue deLorient Technopôle Innovation et financée notamment par la Région Bretagne. A travers leprisme des mutations technologiques, elle propose un programme d’animationstechnologiques autour de conférences et de projets collectifs. En fédérant ainsi les entreprisesde la filière, elle contribue à maintenir un haut niveau de compétences.Eurolarge propose chaque année un programme d’animation basé sur des journéesprofessionnelles et des journées thématiques. Elle publie également des newsletters àdestination de ses adhérents. UN SYSTEME D’AIDE AUX PMEL’aide régionale au projet entreprise de filière est un dispositif de soutien financier visant àfaciliter l’investissement matériel (acquisition de machines et d’outils de production) etimmatériel (aide au conseil, communication, normalisation etc.).ACB (aides individuelles *salons, communication, performance…+), ARPEF et ARDC44 (Aide àl’investissement matériel / immatériel) font parties du dispositif d’accompagnement mis enplace par le Conseil régional de Bretagne.43 www.eurolarge.fr44 ACB : Aide au Conseil Bretagne, ARPEF : Aide Régionale aux Projets des Entreprises des Filières, ARDC :Accompagnement Régional de la Diversification et de la Création p. 21
  22. 22. Abréviations- AEB : Agence Economique de Bretagne (devenu Bretagne Développement Innovation en 2011 par la fusion avec Bretagne Innovation)- AOT : Autorisation d’Occupation Temporaire- APPB : Association des Ports de Plaisance de Bretagne- CAD 22 : Côtes d’Armor Développement, Agence de développement économique et territorial des Côtes d’Armor- COM : Collectivité d’outre-mer- CRMA : Chambre Régional des Métiers et de l’Artisanat- DGITM : Direction Général des infrastructures, des transports et de la mer- DREAL : Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement- ETP : Equivalent temps plein- FFPP : Fédération Française des Ports de Plaisance- FIN : Fédération des Industries Nautique- INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques p. 22
  23. 23. SourcesDonnées bibliographiques et documentaires - DGITM, La plaisance en quelques chiffres, Edition 2010, 30 pages - DREAL, L’accueil des navires de plaisance en Bretagne dans la perspective d’une gestion intégrée des zones côtières, Edition juillet 2011, p.33 - 61 - Etude Xerfi, Bateaux de plaisance, Edition avril 2011, 87 pages - FFPP, Les ports de plaisance : Premiers bilan & Perspectives, rapport suite à une enquête auprès des ports de plaisance français en 2011, 4 pages - FIN, Les chiffres clés du nautisme 2009/2010, Edition décembre 2010, 28 pages - AEB, Le Norment Jean Jacques, La Filière du Nautisme en Bretagne, Edition octobre 2009, 27 pages - Nautisme en Bretagne, Les chiffres clés Sport et activité nautique, 2011, 12 pages - UBIFRANCE et les missions économiques, Fiche secteur nautisme 2011, Edition 2011, 8 pagesDonnées transmises par des organismes publiques ou privés - Altares - Les douanes françaisesPériodique - La lettre économique de Bretagne N°1920 du 23 octobre 09Sites internet - APPB, http://www.portsdeplaisancedebretagne.fr/p/les-port-de-bretagne.html, consulté le 18 novembre 2011 - Bodacc, http://www.bodacc.fr/ - Bretagne Info Nautisme, Cartographie des 15 bassins de navigation breton, http://www.bretagne-info- nautisme.fr/Cartographie-des-15-bassins-de.html?lang=fr&retour=back, consulté le 23 novembre 2011 - Bretagne Info Nautisme, Les chiffres de la plaisance en Bretagne, http://www.bretagne-info- nautisme.fr/Les-chiffres-2009-de-la-plaisance, consulté le 23 novembre 2011 - CAD 22, La Filière Plaisance en Côtes dArmor, http://www.cad22.com/armorstat/Filieres_economiques/Armorstat_filiere_Plaisance.htm - CRMA de Bretagne, http://www.crma- bretagne.fr/LESACTIONSDELACHAMBRE/Nautisme/tabid/318/Default.aspx, consulté le 16 novembre 2011 - DGCIS, Bon vent pour l’industrie nautique française, http://www.industrie.gouv.fr/biblioth/docu/kiosque/cahiers/c113p26.html, consulté le 21 octobre 2011 - DGCIS, Industrie manufacturière : industries navales, http://www.industrie.gouv.fr/portail/secteurs/indnavales.html, consulté le 14 octobre 2011 - Info greffe, http://www.infogreffe.fr/ - INSEE, http://www.insee.fr - Nautisme en Finistère, http://www.nautisme-finistere.com/ - Frédéric Thérin pour l’Entreprise.com, Redressement dentreprise : comment Bavaria Yachtbau a passé la tempête, http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-et-finance/les-methodes-de-jeans-ludman-dirigeant-de- bavaria-yachtbau-pour-redresser-une-entreprise_30399.html, consulté le 21 novembre 2011 p. 23
  24. 24. © Photos couverture : Y. Zedda, pour Multi OneDesign – MOD70 Contact étude : Département Veille et appui stratégique Emilie Faucheux e.faucheux@bdi.fr 02 99 84 53 001bis route de Fougères – 35510 Cesson-Sévignéwww.bdi.fr p. 24

×