IV- Le partage des regards
• - Identification primaire  identification à la
caméra, (cf JL Baudry)
• - Identifcation secondaire  identification au
...
• - La focalisation : qui raconte ? Qui sait ? 
narration littéraire
• - L’ocularisation : qui voit ?  narration
filmique
• « Quand celle-ci semblera être à la place de
l'œil du personnage on parlera d'«
ocularisation interne » ; lorsque, à
l'i...
• « Quand il y a raccord sur le regard pour que
la caméra s’y substitue dans le deuxième
plan, elle ne se contente pas, en...
• « Apparent paradoxe : pour rabattre sur
l’identification primaire à la caméra une
identification secondaire à un personn...
• « On a pu appeler cela la caméra subjective, ou
semi-subjective, ou le point de vue, ou
l’ocularisation. Je préfère le t...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

IV - Partage des regards

880 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
880
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
378
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

IV - Partage des regards

  1. 1. IV- Le partage des regards
  2. 2. • - Identification primaire  identification à la caméra, (cf JL Baudry) • - Identifcation secondaire  identification au personnage
  3. 3. • - La focalisation : qui raconte ? Qui sait ?  narration littéraire • - L’ocularisation : qui voit ?  narration filmique
  4. 4. • « Quand celle-ci semblera être à la place de l'œil du personnage on parlera d'« ocularisation interne » ; lorsque, à l'inverse, elle semblera être placée en dehors de lui, j'utiliserai provisoirement — on verra pourquoi — l'expression « ocularisation externe » • François Jost
  5. 5. • « Quand il y a raccord sur le regard pour que la caméra s’y substitue dans le deuxième plan, elle ne se contente pas, en prenant sa place, de le rendre invisible (le personnage) : elle le réduit à son regard qui demeure par là, dans le champ, le seul élément perceptible pour ne pas dire visible, de sa présence dans la portion N° 6 » • M. Vernet p. 31
  6. 6. • « Apparent paradoxe : pour rabattre sur l’identification primaire à la caméra une identification secondaire à un personnage invisible et regardeur, il faut en passer d’abord par l’identification secondaire à un personnage visible mais partiellement aveugle. »
  7. 7. • « On a pu appeler cela la caméra subjective, ou semi-subjective, ou le point de vue, ou l’ocularisation. Je préfère le terme d’en-deçà pour ne pas de nouveau aplatir sur une technicité supposée du tournage une figure qui ne prend sa force que de l’interaction entre des composantes iconiques, des composantes diégétiques et l’interprétation que leur donne le spectateur » • p. 56

×