SlideShare une entreprise Scribd logo
IDEES & DEBATS
LE POINT
DE VUE
de Guy Loichemol
Nenégligeonspas
l’actionnaire
individuel…
L
a saison 2013 des assemblées
généralestiresain’unpoint
de vue juridique, le constat est
positif puisque la plupart des assem-
bléesgénéralesont connu desniveaux
record de vote desrésolutions propo-
séesaux suffragesdesactionnaires. En
revanche,dupointdevuedelarelation
l’actionnairelaaissedelaréuenta
tion aux assembléesgénéralesest pré-
occupante.Cettetendanceest liée, sauf
eceptionsienconnuesaupeud’inté
rêt des sociétés cotées pour leurs
actionnairesindividuelsourtantc’est
sans doute d’eu dont dépendent les
clefs de leurs développements futurs.
Comment enest-onarrivé là ?
Au-delà du quitus donné au manage-
ment pour sa gestion et levote ou non
d’un dividende,l’asselée généralefut
longtemps la seule rencontre entre la
sociétécotéeet sesactionnaires indivi-
duels. ’asselée générale leur était
d’ailleursexclusivement réservée.Mais
au fil du temps et l’accs donné à la
Bourse au plus grand nombre, notam-
ment aumoment desgrandesprivatisa-
tions et ouvertures decapital desentre-
prisespubliques,l’asselée généralea
élargi sonpublic s’adressanttout autant
aux publics internes, à la presseet aux
autres parties prenantes. Certes, les
sociétés cotées ont fait degros efforts
pourqueleuraccueilsoitoptimaletcréé
ainsi les conditions d’uneréunion sans
accroc,mais sur le fond, lesassemblées
généralesneconcernent plus vraiment
lesactionnairesindividuels. Plus récem-
ment, l’ouverture à tous via la retrans-
mission sur Internet, la possibilité de
podcaster leurs contenus vers des
pulicsn’aantpaslestatutd’actionnaire
ont transformé cesAG en grand-messe
pour l’entreprise alors surexposée.Les
patrons,pleinementconscientsqueleur
discours sera suivi, interprété, décodé
par tous lespublics del’entreprise ont
adaptéleursmessagesenoubliantleplus
souventla relation à l’actionnaire traité
avecrespectetdéérencersil’onconti
nuedanscettevoiedeainl’actionnaire
individuel sera considéré comme une
partie du décor. Il serait irresponsable
d’enarriver là, irresponsablepour notre
économieetlasantédenosentreprises.
Déjàtropabsentsducapitaldesentre-
prises,alors que leur capacitéd’épargne
resteimportante,lesactionnairesindivi-
duels sont considérés par nombre de
sociétéscotéescomme une population
pluscontraignantequeconstructivedont
ilautsedéaireassevite’estoulierle
rôle essentielu’ils peuvent jouer dans
leurinanceentenparticulierl’eure
critiqueoùlessourcessetarissentdeplus
en plus. Il n’ a rien à attendre dans
l’iédiatdespouvoirspulicsuiien
que pouvant jouer un rôle primordial,
ont pris d’annéeen annéedesmesures
décourageant l’investisseent en
valeurs mobilières. Les sociétéscotées
n’ontalorsd’autrescoiued’agirelles
mêmesenfaveurdecettereconquête.
Partir à la reconquête desinvestis-
seurs particuliers, c’estaccepter que
l’actionnaire a lui aussi évolué, que ses
exigencesont changé, que sessources
d’inorations ont été bouleversées
notaentavecl’arrivéedesnouveau
médias.’est connaître sonprofil et ses
comportementsetenfiniraveclesidées
reuesd’ unactionnaireindividuelqui
coûte cher » ou «d’un actionnaire indi-
viduelintéresséparlesseulspetitsfours
et cadeaux ».’est tâcher decompren-
dre sesattentes.’est oser seréinterro-
ger sur le contrat relationnel à nouer
avec lui. Trop d’outils sont encore
auourd’ui utilisés sans perspective
réfléchieni aboutie.
Fortheureusement,certainessociétés
apportent déjàdesréponsesvia notam-
ment la mise en placed’outils relation-
nelscomme lescomités consultatifs ou
lesclusd’actionnairesanscesinitiati
ves,cettepopulationdiminueraitencore,
seoiliseraittouoursoinsetl’éuili
bre qui soutient le fonctionnement de
notre économie, celui dessources de
financement des entreprises, serait
encore plus fragile. Il est grand temps
d’agirpour rediriger l’épargnedesparti-
culiersverslesactionsendirectetencou-
ragerladétentionlongtered’actions
desociétéspetites et grandes.Car c’est
aussidela participation desparticuliers
aufinancementetàlacroissancedenos
entreprisesque dépendront notre com-
pétitivitéetlamarqueFrance.
GuyLoichemolest«partner»
deHavasParis
Trop de sociétés voient
les actionnaires
individuels comme
une contrainte.
’est oublier le rôle
essentiel u’ils peuvent
jouer dans leur
financement.
Tous droits de reproduction réservés
Date : 11/07/2013
Pays : FRANCE
Page(s) : 8
Rubrique : IDEES ET DEBATS
Diffusion : (121630)
Périodicité : Quotidien
Surface : 27 %

Contenu connexe

Similaire à 11juillet 2013-LesEchos-Guy Loichemol

Democratie actionnariale en France - Ca evolue ...lentement
Democratie actionnariale en France -  Ca evolue ...lentement Democratie actionnariale en France -  Ca evolue ...lentement
Democratie actionnariale en France - Ca evolue ...lentement
Viviane de Beaufort
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Gouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entrepriseGouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entreprise
Yan Huang
 
L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?
Patrick Namotte
 
La dette mezzanine
La dette mezzanineLa dette mezzanine
La dette mezzanine
VTM Conseil
 
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDF
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDFGuy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDF
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDFGuy Loichemol
 
Rapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pmeRapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pme
Gaudefroy Ariane
 
Comment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
Comment un fonds peut aider au développement des PME industriellesComment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
Comment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
La Fabrique de l'industrie
 
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'AzurEntreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
Philippe Foulquier
 
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
Jérôme Chevallerau
 
La transformation de l'EI en SARL.pdf
La transformation de l'EI en SARL.pdfLa transformation de l'EI en SARL.pdf
La transformation de l'EI en SARL.pdf
SoukainaAitounougmar1
 
Ernst and young la gouvernance éclairée des coopératives
Ernst and young    la gouvernance éclairée des coopérativesErnst and young    la gouvernance éclairée des coopératives
Ernst and young la gouvernance éclairée des coopérativesInformaEuropa
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la repriseFannyJack
 
Magazine Synthèses n°108
Magazine Synthèses n°108Magazine Synthèses n°108
Magazine Synthèses n°108
Jean-Pierre Levayer
 
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
LEGUEVAQUES Christophe
 
La capitalisation des entreprises de l’économie sociale
La capitalisation des entreprises de l’économie socialeLa capitalisation des entreprises de l’économie sociale
La capitalisation des entreprises de l’économie sociale
Investissement Québec
 
Statut juridique comment faire le bon choix
Statut juridique   comment faire le bon choixStatut juridique   comment faire le bon choix
Statut juridique comment faire le bon choix
Réseau Création Orléans Loiret
 
Gestion d'entreprise droit - s4
Gestion d'entreprise   droit - s4Gestion d'entreprise   droit - s4
Gestion d'entreprise droit - s4Mahmoud Hakmouni
 
Gestion d'entreprise droit - s4
Gestion d'entreprise   droit - s4Gestion d'entreprise   droit - s4
Gestion d'entreprise droit - s4Amine Chahed
 

Similaire à 11juillet 2013-LesEchos-Guy Loichemol (20)

Democratie actionnariale en France - Ca evolue ...lentement
Democratie actionnariale en France -  Ca evolue ...lentement Democratie actionnariale en France -  Ca evolue ...lentement
Democratie actionnariale en France - Ca evolue ...lentement
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
 
Alexandre pourchet
Alexandre pourchetAlexandre pourchet
Alexandre pourchet
 
Gouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entrepriseGouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entreprise
 
L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?
 
La dette mezzanine
La dette mezzanineLa dette mezzanine
La dette mezzanine
 
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDF
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDFGuy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDF
Guy Loichemol investir 18 juillet 2015.PDF
 
Rapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pmeRapport financement transmission tpe pme
Rapport financement transmission tpe pme
 
Comment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
Comment un fonds peut aider au développement des PME industriellesComment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
Comment un fonds peut aider au développement des PME industrielles
 
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'AzurEntreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
Entreprises familiales, endettez-vous - Tribune Bulletin Côte d'Azur
 
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
Prévoyance des PME, Agefi magazine, Jérôme Chevallerau octobre 2015
 
La transformation de l'EI en SARL.pdf
La transformation de l'EI en SARL.pdfLa transformation de l'EI en SARL.pdf
La transformation de l'EI en SARL.pdf
 
Ernst and young la gouvernance éclairée des coopératives
Ernst and young    la gouvernance éclairée des coopérativesErnst and young    la gouvernance éclairée des coopératives
Ernst and young la gouvernance éclairée des coopératives
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la reprise
 
Magazine Synthèses n°108
Magazine Synthèses n°108Magazine Synthèses n°108
Magazine Synthèses n°108
 
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
Droit des faillites : « un projet d'ordonnance dangereux »
 
La capitalisation des entreprises de l’économie sociale
La capitalisation des entreprises de l’économie socialeLa capitalisation des entreprises de l’économie sociale
La capitalisation des entreprises de l’économie sociale
 
Statut juridique comment faire le bon choix
Statut juridique   comment faire le bon choixStatut juridique   comment faire le bon choix
Statut juridique comment faire le bon choix
 
Gestion d'entreprise droit - s4
Gestion d'entreprise   droit - s4Gestion d'entreprise   droit - s4
Gestion d'entreprise droit - s4
 
Gestion d'entreprise droit - s4
Gestion d'entreprise   droit - s4Gestion d'entreprise   droit - s4
Gestion d'entreprise droit - s4
 

11juillet 2013-LesEchos-Guy Loichemol

  • 1. IDEES & DEBATS LE POINT DE VUE de Guy Loichemol Nenégligeonspas l’actionnaire individuel… L a saison 2013 des assemblées généralestiresain’unpoint de vue juridique, le constat est positif puisque la plupart des assem- bléesgénéralesont connu desniveaux record de vote desrésolutions propo- séesaux suffragesdesactionnaires. En revanche,dupointdevuedelarelation l’actionnairelaaissedelaréuenta tion aux assembléesgénéralesest pré- occupante.Cettetendanceest liée, sauf eceptionsienconnuesaupeud’inté rêt des sociétés cotées pour leurs actionnairesindividuelsourtantc’est sans doute d’eu dont dépendent les clefs de leurs développements futurs. Comment enest-onarrivé là ? Au-delà du quitus donné au manage- ment pour sa gestion et levote ou non d’un dividende,l’asselée généralefut longtemps la seule rencontre entre la sociétécotéeet sesactionnaires indivi- duels. ’asselée générale leur était d’ailleursexclusivement réservée.Mais au fil du temps et l’accs donné à la Bourse au plus grand nombre, notam- ment aumoment desgrandesprivatisa- tions et ouvertures decapital desentre- prisespubliques,l’asselée généralea élargi sonpublic s’adressanttout autant aux publics internes, à la presseet aux autres parties prenantes. Certes, les sociétés cotées ont fait degros efforts pourqueleuraccueilsoitoptimaletcréé ainsi les conditions d’uneréunion sans accroc,mais sur le fond, lesassemblées généralesneconcernent plus vraiment lesactionnairesindividuels. Plus récem- ment, l’ouverture à tous via la retrans- mission sur Internet, la possibilité de podcaster leurs contenus vers des pulicsn’aantpaslestatutd’actionnaire ont transformé cesAG en grand-messe pour l’entreprise alors surexposée.Les patrons,pleinementconscientsqueleur discours sera suivi, interprété, décodé par tous lespublics del’entreprise ont adaptéleursmessagesenoubliantleplus souventla relation à l’actionnaire traité avecrespectetdéérencersil’onconti nuedanscettevoiedeainl’actionnaire individuel sera considéré comme une partie du décor. Il serait irresponsable d’enarriver là, irresponsablepour notre économieetlasantédenosentreprises. Déjàtropabsentsducapitaldesentre- prises,alors que leur capacitéd’épargne resteimportante,lesactionnairesindivi- duels sont considérés par nombre de sociétéscotéescomme une population pluscontraignantequeconstructivedont ilautsedéaireassevite’estoulierle rôle essentielu’ils peuvent jouer dans leurinanceentenparticulierl’eure critiqueoùlessourcessetarissentdeplus en plus. Il n’ a rien à attendre dans l’iédiatdespouvoirspulicsuiien que pouvant jouer un rôle primordial, ont pris d’annéeen annéedesmesures décourageant l’investisseent en valeurs mobilières. Les sociétéscotées n’ontalorsd’autrescoiued’agirelles mêmesenfaveurdecettereconquête. Partir à la reconquête desinvestis- seurs particuliers, c’estaccepter que l’actionnaire a lui aussi évolué, que ses exigencesont changé, que sessources d’inorations ont été bouleversées notaentavecl’arrivéedesnouveau médias.’est connaître sonprofil et ses comportementsetenfiniraveclesidées reuesd’ unactionnaireindividuelqui coûte cher » ou «d’un actionnaire indi- viduelintéresséparlesseulspetitsfours et cadeaux ».’est tâcher decompren- dre sesattentes.’est oser seréinterro- ger sur le contrat relationnel à nouer avec lui. Trop d’outils sont encore auourd’ui utilisés sans perspective réfléchieni aboutie. Fortheureusement,certainessociétés apportent déjàdesréponsesvia notam- ment la mise en placed’outils relation- nelscomme lescomités consultatifs ou lesclusd’actionnairesanscesinitiati ves,cettepopulationdiminueraitencore, seoiliseraittouoursoinsetl’éuili bre qui soutient le fonctionnement de notre économie, celui dessources de financement des entreprises, serait encore plus fragile. Il est grand temps d’agirpour rediriger l’épargnedesparti- culiersverslesactionsendirectetencou- ragerladétentionlongtered’actions desociétéspetites et grandes.Car c’est aussidela participation desparticuliers aufinancementetàlacroissancedenos entreprisesque dépendront notre com- pétitivitéetlamarqueFrance. GuyLoichemolest«partner» deHavasParis Trop de sociétés voient les actionnaires individuels comme une contrainte. ’est oublier le rôle essentiel u’ils peuvent jouer dans leur financement. Tous droits de reproduction réservés Date : 11/07/2013 Pays : FRANCE Page(s) : 8 Rubrique : IDEES ET DEBATS Diffusion : (121630) Périodicité : Quotidien Surface : 27 %