SlideShare une entreprise Scribd logo
22 /
/

Mardi 22 octobre 2013 Les Echos

Facebook perturbé
hier après-midi
Le réseau social a été confronté
à quelques problèmes
techniques, hier en début
d’après-midi. Le service était
inaccessible à certains
utilisateurs et il était difficile
de mettre à jour son statut.
Facebook a indiqué toutefois
que le problème avait été résolu
et s’est justifié en évoquant
une « maintenance ».

HIGH-TECH
&MEDIAS
pixels

Tellabs racheté
par un fonds
Tellabs va passer sous la coupe
du fonds Marlin Equity Partners
et sortir de la cote. L’opération
de 891 millions de dollars
intervient alors que la gestion
de l’équipementier télécoms de
l’Illinois était critiquée par son
actionnaire Dialectic Capital
Management. En perte en 2012,
Tellabs voit son chiffre d’affaires
fondre depuis trois ans.

31
MILLIONS DE CLIENTS
PAYANTS
Netflix a dépassé HBO en
nombre de clients qui paient
pour voir des vidéos : 31 millions pour le géant du Net,
contre 29 millions pour la
chaîne aux séries télévisées.
Avec 1,1 milliard de dollars
de revenus à fin septembre.

Le « media for equity », uneautrevoie
pourle financement desstart-up
l Des groupes de médias proposent
des espaces publicitaires à des start-up
en échange d’une prise de participation.
l Deux fonds spécialisés, 5M Ventures
et L’Express Ventures, ont commencé
à investir cette année.
INTERNET
Nicolas Rauline
nrauline@lesechos.fr
Alors que le financement des
start-up françaises reste souvent
problématique, une nouvelle
forme de capital-risque a fait son
apparition dans l’Hexagone ces
derniers mois. Le « media for
equity » consiste, pour un groupe
média, à investir dans une start-up
enéchangedecampagnesdepublicité. Selon la valorisation de l’entreprise,legroupeprendunepartplus
ou moins importante du capital,
correspondant à la vente des espaces publicitaires. La pratique est
déjà courante depuis les années
2000 en Europe du Nord et en Allemagne (lire ci-contre).
En France, deux fonds viennent
d’être créés : L’Express Ventures,
mis en place par le groupe
L’Express-Roularta, et 5M Ventures, qui accueille des investisseurs
comme « 20 Minutes », le groupe
audiovisuel Clear Channel ou
encore le fonds allemand German
Media Pool, lui aussi spécialisé
dans le « media for equity ». Le premier a, pour l’instant, financé trois
start-up : le service de découverte
gastronomique Kitchen Trotter, le
site de location d’appartements
Morning Croissant et le service
immobilierImmoInversé.Ilvisede
6 à 10 investissements sur l’année
2014. Le second, avec une capacité
d’investissement de 15 millions
d’euros brut en espaces publicitaires, a investi, lui, dans deux projets :
Youboox (voir ci-dessous) et le service d’emploi Jobaroundme. La
demande est déjà très élevée.

Le marché du « media for equity » dans le monde
Les principaux fonds d’investissement spécialisés

L’Express Ventures

5M Ventures

Aggregate Media Fund

France

France

Suède

Objectif :

15 millions d’euros

120 investissements

8 à 10 investissements
en 2013-2014

Seven Ventures, la filiale
du groupe audiovisuel, fait
des émules en Allemagne,
où le « media for equity »
s’impose.

L’Express Ventures a reçu 156 dossiers sur sa première année d’existence et 188 lors d’un concours qu’il
a récemment organisé. 5M Ventures a reçu, de son côté, près de
150 dossiers. Et plusieurs investissements devraient aboutir dans les
semaines à venir.

Brand Capital
Inde

400 investissements

Participations minoritaires
Les participations sont, en règle
générale, peu élevées. Elles excèdent rarement 10 % du capital,
pour quelques dizaines, voire quelques centaines de milliers d’euros,
même si en Allemagne, en Europe
du Nord et aux Etats-Unis certains
investissements ont atteint plusieurs millions. « Ce type de financement convient aux start-up qui commencent à générer des revenus, ont
déjà un modèle économique viable,
mais manquent encore de notoriété.
Le “media for equity” doit être un
accélérateur. A l’inverse, il sera inutile sur des sociétés trop importantes », note Raphaël Labbé, directeur de l’innovation du groupe
L’Express-Roularta et directeur de
L’Express Ventures, qui peut offrir
aux start-up une variété de publications, généralistes, professionnelles ou spécialisées.
Au-delà de l’aspect capitalistique
et de l’enjeu de communication, les
premières expériences montrent
que start-up et grands groupes ont
des choses à apprendre les uns des
autres. « Il est encore trop tôt pour
tirer un bilan des campagnes, qui
sont encore en cours, affirme Aicha
Mansouri, cofondatrice de Kitchen
Trotter. Mais “L’Express” nous a
accompagnés en nous apportant des
compétences que nous n’avions pas.
Et le fait de s’adosser à un grand
groupe nous a apporté une crédibi-

Seven Ventures

German Media Pool

Allemagne

Allemagne

40 millions d’euros

10 investissements

PLUS DE DONNÉES SUR DATA.LESECHOS.FR

« Ce type
de financement
convient aux start-up
qui commencent à
générer des revenus,
ont un modèle
économique viable,
mais manquent
encore de notoriété.
Il sera inutile sur des
sociétés trop
importantes. »
RAPHAËL LABBÉ
Directeur de L’Express Ventures

« LES ÉCHOS » / IDÉ / SOURCE : « LES ÉCHOS »

lité, une confiance qui nous a ouvert
de nouveaux marchés. » Et, pour les
groupes médias, ce mode d’investissement a une vertu : mettre le
pied dans le monde des start-up et
voir leurs évolutions. « C’est un
poste d’observation privilégié »,
indique Christophe Montague, fondateur de 5M Ventures. Certains
groupes pourraient ainsi se servir
de ce système pour mettre la main
sur des pépites. Peu, en revanche,
ont encore les moyens pour investir en propre en « media for
equity ». Seuls TF1 et M6 (avec MisterGoodDeal) auraient tenté des
expériences dans ce domaine, mais
restent discrets sur les modalités
d’investissement et les retombées.
Enfin, le dispositif se heurte à
plusieurs limites, à commencer

par un manque de transparence ou
de lisibilité. Beaucoup de jeunes
entrepreneurs n’ont ainsi aucune
idée des tarifs publicitaires. Et certains groupes médias pourraient
être tentés de ne fournir que des
inventaires invendus ou des espaces bas de gamme.
Autotal,àterme,lesecteurpourrait peser une vingtaine de millions
d’euros par an en France. « Nous
restons prudents sur le marché français, ce mode de financement restera
sans doute minoritaire, mais il est
très complémentaire des investissements classiques », affirme Christophe Montague. La plupart du
temps, les levées en « media for
equity » s’accompagnent d’ailleurs
de financements en cash auprès de
fonds traditionnels. n

Unaccélérateurdenotoriété
pourlastart-upYouboox
Le « Spotify du livre »
français a reçu un investissement de 5M Ventures,
en échange de campagnes
dans « 20 Minutes ».
Le bouche-à-oreille ne fait pas tout,
même pour une start-up. C’est pour
cela que de plus en plus de jeunes
pousses se posent la question du
« media for equity ». Youboox a
franchi le pas il y a quelques semaines. Cette start-up française se définit comme le « Spotify du livre » et
donneunaccèsillimitéàl’ensemble
de son catalogue de livres, soit environ 10.000 titres. Créée il y a deux
ans par Hélène Mérillon, Vincent
Daubry et Fabien Sauleman, la
société a noué des partenariats avec
une centaine d’éditeurs, dont Kero,
Michelin, Le Petit Futé, les éditeurs
de BD Dupuis ou Dargaud ou celui

de science-fiction Bragelonne. Les
livres sont accessibles au format
numérique, sur PC et iPad pour
l’instant, mais une nouvelle version
doit être lancée dans les prochains
jours pour iPhone et Android. Deux
offres coexistent : l’une est gratuite
et financée par la publicité, l’autre,
payante, propose un catalogue plus
fournipour9,99 eurosparmois.Au
total, Youboox compte aujourd’hui
140.000 utilisateurs, dont
2.000 abonnés payants. La start-up
reverse la moitié de ses revenus aux
éditeurs et la redistribution se fait
selon le nombre de pages vues pour
chaque livre.

Vers la télévision
Youboox s’est heurté au problème
rencontré par de nombreuses
start-up : après des débuts prometteurs, elle a eu du mal à franchir un

palier supplémentaire et à se faire
connaître auprès du grand public.
« Nous ne nous sommes pas posé la
question très longtemps sur cette
opportunité, explique Hélène
Mérillon, cofondatrice de Youboox.
Il y a eu des négociations, mais elles
ont été rapides. Nous connaissions
les tarifs du marché sur les espaces
publicitaires qui nous intéressaient,
nous avons converti cela en capital.
Au final, ce n’est pas très différent
d’un investissement classique, sauf
que la transaction se fait en espaces
publicitaires. » Lors de sa levée de
fonds de 1,1 million d’euros l’été dernier, financée pour moitié par des
business angels et pour une autre
moitié par les Editions Atlas et le
fonds spécialisé en « media for
equity » 5M Ventures, une partie
(inférieure à 5 % du capital) a donc
été convertie en espaces publicitai-

Legroupe
ProSiebenSat.1
donneleton
enAllemagne

La page d’accueil du site sur iPad. Document Youboox
res. Youboox a ainsi pu faire la promotion de son service dans le journal « 20 Minutes », actionnaire de
5M Ventures. « L’impact de ces campagnes, sur Internet et le mobile
notamment, est conforme à nos
objectifs, elles nous ont permis de
conquérir de nouveaux clients,

affirme Hélène Mérillon. Mais,
pour les médias de notoriété pure,
c’est sans doute encore un peu tôt
pour nous. » Youboox se réserve
ainsi la possibilité de négocier des
spots télévisés dans les prochains
mois, lorsque sa marque sera un
peu plus connue. — N. R.

Thibaut Madelin
tmadelin@lesechos.fr
— Correspondant à Berlin
L’an dernier, Busuu a levé 4 millions
d’euros. Mais pour la PME de cours
de langue en ligne, cette levée de
fonds était différente. Non seulement parce qu’elle a eu lieu au terme
d’un « pitch » retransmis sur Internet, mais aussi parce que les fonds
avaient une forme différente : il
s’agissait de publicité. L’investisseur
n’étaitautrequeSevenVentures,une
filiale du groupe audiovisuel allemand ProSiebenSat.1. Fondé en 2011,
SevenVenturesproposeàdesjeunes
entreprisesdel’espacepublicitaireet
se fait rémunérer sous forme de participation au capital de son client
(« media for equity »), de participation à son chiffre d’affaires (« media
for revenue share ») ou un mélange
des deux. Le fonds doit sa réputation
àsoncontratavecZalando,lasociété
allemande de commerce électronique en forte croissance.

Un modèle alternatif
ProSiebenSat.1 peut vendre douze
minutes de publicité par heure mais
ne fait pas toujours le plein, explique
le groupe. « Pour bien exploiter le
reste du temps, nous cherchons de
nouveaux clients qui ont besoin de cet
espaceavecunautremodèleéconomique. » Autrement dit, des clients qui
n’ont pas les moyens de payer la pub
à la télévision au prix fort, mais en
ont besoin pour atteindre leur cible.
Matthias Bohlig, en charge de la
communication, ne donne pas de
chiffres, mais il assure que l’unité
connaît une forte croissance.
German Media Pool (GMPVC),
son concurrent, a aussi le vent en
poupe. La société vient de lancer un
deuxième fonds de 20 à 30 millions
d’euros, auquel participent notamment RTL, la filiale de Bertelsmann,
etWall,legroupedemobilierurbain
contrôlé par JCDecaux. GMPVC se
rémunère sous forme de participation au capital. « Nous sommes le
deuxième fonds indépendant de
“media for equity” au monde derrière
le suédois Agregate », estime son
cofondateur et directeur général,
Aljoscha Kaplan.
Nouveau venu, Alternate se spécialise dans les investissements dans
les sites Internet ou les applications
mobiles. « Nous nous comprenons
comme une agence de communication alternative », déclare Sebastian
Erasmus, directeur général, qui
vient de United Internet. D’autres
acteurs, comme le groupe de mobilier urbain Ströer ou le leader européen de la presse Axel Springer, qui
est ainsi entré au capital de la plateforme de logements Airbnb, sont
aussi actifs sur ce marché. n

Contenu connexe

Similaire à Le media for equity une autre voie

Quel avenir pour le media for equity en france
Quel avenir pour le media for equity en franceQuel avenir pour le media for equity en france
Quel avenir pour le media for equity en france
Raphael Labbé
 
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
groupe_cerise
 
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
IE-Club
 
Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"
Roger Peverelli
 
PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015
Adrien Long
 
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
plaine images
 
Crowdfunding : on vous dit tout !
Crowdfunding : on vous dit tout !Crowdfunding : on vous dit tout !
Crowdfunding : on vous dit tout !
Kalamos
 
Les echos capital-risque français
Les echos   capital-risque françaisLes echos   capital-risque français
Les echos capital-risque français
Remedeo
 
Onopia - Business Model d'October
Onopia - Business Model d'OctoberOnopia - Business Model d'October
Onopia - Business Model d'October
Onopia
 
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en WallonieBilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
LeSoir.be
 
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
Sébastien Bourguignon
 
Marque et le "buzz"
Marque et le "buzz"Marque et le "buzz"
Marque et le "buzz"
IONIS Education Group
 
Web review 14
Web review 14Web review 14
Web review 14
Ugo Setti
 
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startupsLivre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
polenumerique33
 
Relations banques-startups mars 2015
Relations banques-startups mars 2015Relations banques-startups mars 2015
Relations banques-startups mars 2015
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
CBien
 
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
Louis-Alexandre Louvet
 
Cup of com n°2
Cup of com n°2Cup of com n°2
Cup of com n°2
Cup-of-Com
 

Similaire à Le media for equity une autre voie (20)

Quel avenir pour le media for equity en france
Quel avenir pour le media for equity en franceQuel avenir pour le media for equity en france
Quel avenir pour le media for equity en france
 
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
2015 : le Groupe Cerise internationalise ses activités
 
Executive yoofeel
Executive yoofeelExecutive yoofeel
Executive yoofeel
 
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
Compte-rendu événement "corporate finance" 2013
 
Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"
 
PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015PlandAffaires_75Factory_2015
PlandAffaires_75Factory_2015
 
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015Levee de fonds, mode d'emploi 2015
Levee de fonds, mode d'emploi 2015
 
Crowdfunding : on vous dit tout !
Crowdfunding : on vous dit tout !Crowdfunding : on vous dit tout !
Crowdfunding : on vous dit tout !
 
Les echos capital-risque français
Les echos   capital-risque françaisLes echos   capital-risque français
Les echos capital-risque français
 
Onopia - Business Model d'October
Onopia - Business Model d'OctoberOnopia - Business Model d'October
Onopia - Business Model d'October
 
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en WallonieBilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
Bilan 2013 du premier accélérateur de start-up en Wallonie
 
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
Emmanuel Vivier - Hub Institute - Extrait Livre Blanc 100 #PortraitDeStartupe...
 
Marque et le "buzz"
Marque et le "buzz"Marque et le "buzz"
Marque et le "buzz"
 
Web review 14
Web review 14Web review 14
Web review 14
 
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startupsLivre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
Livre blanc : Guide des bonnes relations banques startups
 
Relations banques-startups mars 2015
Relations banques-startups mars 2015Relations banques-startups mars 2015
Relations banques-startups mars 2015
 
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
Communiqué levée de fonds finalisé 1er sept 2015
 
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
 
Cup of com n°2
Cup of com n°2Cup of com n°2
Cup of com n°2
 
Veille medias et tendances 09111
Veille medias et tendances 09111Veille medias et tendances 09111
Veille medias et tendances 09111
 

Plus de Raphael Labbé

Article Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
Article Stratégies - Etude de cas Schneider ElectricArticle Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
Article Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
Raphael Labbé
 
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de PartnerRaphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
Raphael Labbé
 
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
Raphael Labbé
 
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google GlassGlasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
Raphael Labbé
 
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
Raphael Labbé
 
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
Raphael Labbé
 
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
Raphael Labbé
 
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
Raphael Labbé
 
Interview à propos du Social Reader de Facebook
Interview à propos du Social Reader de FacebookInterview à propos du Social Reader de Facebook
Interview à propos du Social Reader de Facebook
Raphael Labbé
 
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
Raphael Labbé
 
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
Raphael Labbé
 
L'innovation ... comment ça marche ?
L'innovation ... comment ça marche ?L'innovation ... comment ça marche ?
L'innovation ... comment ça marche ?
Raphael Labbé
 
Drone it - retour d'expériences
Drone it - retour d'expériencesDrone it - retour d'expériences
Drone it - retour d'expériences
Raphael Labbé
 
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
Raphael Labbé
 
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du webLes gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
Raphael Labbé
 
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du WebSéléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
Raphael Labbé
 
La Culture En Numérique
La Culture En  NumériqueLa Culture En  Numérique
La Culture En Numérique
Raphael Labbé
 
Virtual Identity 1.0 by Leafar
Virtual Identity 1.0 by LeafarVirtual Identity 1.0 by Leafar
Virtual Identity 1.0 by Leafar
Raphael Labbé
 

Plus de Raphael Labbé (18)

Article Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
Article Stratégies - Etude de cas Schneider ElectricArticle Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
Article Stratégies - Etude de cas Schneider Electric
 
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de PartnerRaphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
Raphael Labbé rejoint L'Express Ventures en qualité de Partner
 
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
Annonce Départ Raphaël Labbé - Satellinet du 24 février 2014
 
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google GlassGlasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
Glasscamp : le 1er hackhaton européen pour les Google Glass
 
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
Baromètre 2013 des directeurs de l'innovation par Actone & Hec
 
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
09 11-13 vers l'instauration d'un «droit à l'oubli» numérique
 
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
13 06-25 l'info prend de la hauteur drone
 
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
13 10-22 Interview dans Press News bilan innovation
 
Interview à propos du Social Reader de Facebook
Interview à propos du Social Reader de FacebookInterview à propos du Social Reader de Facebook
Interview à propos du Social Reader de Facebook
 
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
"Les geeks se débranchent" Interviews Figaro
 
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
"Le grand méchant facebook" Interview L'Express
 
L'innovation ... comment ça marche ?
L'innovation ... comment ça marche ?L'innovation ... comment ça marche ?
L'innovation ... comment ça marche ?
 
Drone it - retour d'expériences
Drone it - retour d'expériencesDrone it - retour d'expériences
Drone it - retour d'expériences
 
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
Présentation SMX Paris 2013 : Comment développer une vraie stratégie de conte...
 
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du webLes gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
Les gagnants du 1er Grand Prix littéraire du web
 
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du WebSéléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
Séléction du 1er Grand Prix Littéraire du Web
 
La Culture En Numérique
La Culture En  NumériqueLa Culture En  Numérique
La Culture En Numérique
 
Virtual Identity 1.0 by Leafar
Virtual Identity 1.0 by LeafarVirtual Identity 1.0 by Leafar
Virtual Identity 1.0 by Leafar
 

Le media for equity une autre voie

  • 1. 22 / / Mardi 22 octobre 2013 Les Echos Facebook perturbé hier après-midi Le réseau social a été confronté à quelques problèmes techniques, hier en début d’après-midi. Le service était inaccessible à certains utilisateurs et il était difficile de mettre à jour son statut. Facebook a indiqué toutefois que le problème avait été résolu et s’est justifié en évoquant une « maintenance ». HIGH-TECH &MEDIAS pixels Tellabs racheté par un fonds Tellabs va passer sous la coupe du fonds Marlin Equity Partners et sortir de la cote. L’opération de 891 millions de dollars intervient alors que la gestion de l’équipementier télécoms de l’Illinois était critiquée par son actionnaire Dialectic Capital Management. En perte en 2012, Tellabs voit son chiffre d’affaires fondre depuis trois ans. 31 MILLIONS DE CLIENTS PAYANTS Netflix a dépassé HBO en nombre de clients qui paient pour voir des vidéos : 31 millions pour le géant du Net, contre 29 millions pour la chaîne aux séries télévisées. Avec 1,1 milliard de dollars de revenus à fin septembre. Le « media for equity », uneautrevoie pourle financement desstart-up l Des groupes de médias proposent des espaces publicitaires à des start-up en échange d’une prise de participation. l Deux fonds spécialisés, 5M Ventures et L’Express Ventures, ont commencé à investir cette année. INTERNET Nicolas Rauline nrauline@lesechos.fr Alors que le financement des start-up françaises reste souvent problématique, une nouvelle forme de capital-risque a fait son apparition dans l’Hexagone ces derniers mois. Le « media for equity » consiste, pour un groupe média, à investir dans une start-up enéchangedecampagnesdepublicité. Selon la valorisation de l’entreprise,legroupeprendunepartplus ou moins importante du capital, correspondant à la vente des espaces publicitaires. La pratique est déjà courante depuis les années 2000 en Europe du Nord et en Allemagne (lire ci-contre). En France, deux fonds viennent d’être créés : L’Express Ventures, mis en place par le groupe L’Express-Roularta, et 5M Ventures, qui accueille des investisseurs comme « 20 Minutes », le groupe audiovisuel Clear Channel ou encore le fonds allemand German Media Pool, lui aussi spécialisé dans le « media for equity ». Le premier a, pour l’instant, financé trois start-up : le service de découverte gastronomique Kitchen Trotter, le site de location d’appartements Morning Croissant et le service immobilierImmoInversé.Ilvisede 6 à 10 investissements sur l’année 2014. Le second, avec une capacité d’investissement de 15 millions d’euros brut en espaces publicitaires, a investi, lui, dans deux projets : Youboox (voir ci-dessous) et le service d’emploi Jobaroundme. La demande est déjà très élevée. Le marché du « media for equity » dans le monde Les principaux fonds d’investissement spécialisés L’Express Ventures 5M Ventures Aggregate Media Fund France France Suède Objectif : 15 millions d’euros 120 investissements 8 à 10 investissements en 2013-2014 Seven Ventures, la filiale du groupe audiovisuel, fait des émules en Allemagne, où le « media for equity » s’impose. L’Express Ventures a reçu 156 dossiers sur sa première année d’existence et 188 lors d’un concours qu’il a récemment organisé. 5M Ventures a reçu, de son côté, près de 150 dossiers. Et plusieurs investissements devraient aboutir dans les semaines à venir. Brand Capital Inde 400 investissements Participations minoritaires Les participations sont, en règle générale, peu élevées. Elles excèdent rarement 10 % du capital, pour quelques dizaines, voire quelques centaines de milliers d’euros, même si en Allemagne, en Europe du Nord et aux Etats-Unis certains investissements ont atteint plusieurs millions. « Ce type de financement convient aux start-up qui commencent à générer des revenus, ont déjà un modèle économique viable, mais manquent encore de notoriété. Le “media for equity” doit être un accélérateur. A l’inverse, il sera inutile sur des sociétés trop importantes », note Raphaël Labbé, directeur de l’innovation du groupe L’Express-Roularta et directeur de L’Express Ventures, qui peut offrir aux start-up une variété de publications, généralistes, professionnelles ou spécialisées. Au-delà de l’aspect capitalistique et de l’enjeu de communication, les premières expériences montrent que start-up et grands groupes ont des choses à apprendre les uns des autres. « Il est encore trop tôt pour tirer un bilan des campagnes, qui sont encore en cours, affirme Aicha Mansouri, cofondatrice de Kitchen Trotter. Mais “L’Express” nous a accompagnés en nous apportant des compétences que nous n’avions pas. Et le fait de s’adosser à un grand groupe nous a apporté une crédibi- Seven Ventures German Media Pool Allemagne Allemagne 40 millions d’euros 10 investissements PLUS DE DONNÉES SUR DATA.LESECHOS.FR « Ce type de financement convient aux start-up qui commencent à générer des revenus, ont un modèle économique viable, mais manquent encore de notoriété. Il sera inutile sur des sociétés trop importantes. » RAPHAËL LABBÉ Directeur de L’Express Ventures « LES ÉCHOS » / IDÉ / SOURCE : « LES ÉCHOS » lité, une confiance qui nous a ouvert de nouveaux marchés. » Et, pour les groupes médias, ce mode d’investissement a une vertu : mettre le pied dans le monde des start-up et voir leurs évolutions. « C’est un poste d’observation privilégié », indique Christophe Montague, fondateur de 5M Ventures. Certains groupes pourraient ainsi se servir de ce système pour mettre la main sur des pépites. Peu, en revanche, ont encore les moyens pour investir en propre en « media for equity ». Seuls TF1 et M6 (avec MisterGoodDeal) auraient tenté des expériences dans ce domaine, mais restent discrets sur les modalités d’investissement et les retombées. Enfin, le dispositif se heurte à plusieurs limites, à commencer par un manque de transparence ou de lisibilité. Beaucoup de jeunes entrepreneurs n’ont ainsi aucune idée des tarifs publicitaires. Et certains groupes médias pourraient être tentés de ne fournir que des inventaires invendus ou des espaces bas de gamme. Autotal,àterme,lesecteurpourrait peser une vingtaine de millions d’euros par an en France. « Nous restons prudents sur le marché français, ce mode de financement restera sans doute minoritaire, mais il est très complémentaire des investissements classiques », affirme Christophe Montague. La plupart du temps, les levées en « media for equity » s’accompagnent d’ailleurs de financements en cash auprès de fonds traditionnels. n Unaccélérateurdenotoriété pourlastart-upYouboox Le « Spotify du livre » français a reçu un investissement de 5M Ventures, en échange de campagnes dans « 20 Minutes ». Le bouche-à-oreille ne fait pas tout, même pour une start-up. C’est pour cela que de plus en plus de jeunes pousses se posent la question du « media for equity ». Youboox a franchi le pas il y a quelques semaines. Cette start-up française se définit comme le « Spotify du livre » et donneunaccèsillimitéàl’ensemble de son catalogue de livres, soit environ 10.000 titres. Créée il y a deux ans par Hélène Mérillon, Vincent Daubry et Fabien Sauleman, la société a noué des partenariats avec une centaine d’éditeurs, dont Kero, Michelin, Le Petit Futé, les éditeurs de BD Dupuis ou Dargaud ou celui de science-fiction Bragelonne. Les livres sont accessibles au format numérique, sur PC et iPad pour l’instant, mais une nouvelle version doit être lancée dans les prochains jours pour iPhone et Android. Deux offres coexistent : l’une est gratuite et financée par la publicité, l’autre, payante, propose un catalogue plus fournipour9,99 eurosparmois.Au total, Youboox compte aujourd’hui 140.000 utilisateurs, dont 2.000 abonnés payants. La start-up reverse la moitié de ses revenus aux éditeurs et la redistribution se fait selon le nombre de pages vues pour chaque livre. Vers la télévision Youboox s’est heurté au problème rencontré par de nombreuses start-up : après des débuts prometteurs, elle a eu du mal à franchir un palier supplémentaire et à se faire connaître auprès du grand public. « Nous ne nous sommes pas posé la question très longtemps sur cette opportunité, explique Hélène Mérillon, cofondatrice de Youboox. Il y a eu des négociations, mais elles ont été rapides. Nous connaissions les tarifs du marché sur les espaces publicitaires qui nous intéressaient, nous avons converti cela en capital. Au final, ce n’est pas très différent d’un investissement classique, sauf que la transaction se fait en espaces publicitaires. » Lors de sa levée de fonds de 1,1 million d’euros l’été dernier, financée pour moitié par des business angels et pour une autre moitié par les Editions Atlas et le fonds spécialisé en « media for equity » 5M Ventures, une partie (inférieure à 5 % du capital) a donc été convertie en espaces publicitai- Legroupe ProSiebenSat.1 donneleton enAllemagne La page d’accueil du site sur iPad. Document Youboox res. Youboox a ainsi pu faire la promotion de son service dans le journal « 20 Minutes », actionnaire de 5M Ventures. « L’impact de ces campagnes, sur Internet et le mobile notamment, est conforme à nos objectifs, elles nous ont permis de conquérir de nouveaux clients, affirme Hélène Mérillon. Mais, pour les médias de notoriété pure, c’est sans doute encore un peu tôt pour nous. » Youboox se réserve ainsi la possibilité de négocier des spots télévisés dans les prochains mois, lorsque sa marque sera un peu plus connue. — N. R. Thibaut Madelin tmadelin@lesechos.fr — Correspondant à Berlin L’an dernier, Busuu a levé 4 millions d’euros. Mais pour la PME de cours de langue en ligne, cette levée de fonds était différente. Non seulement parce qu’elle a eu lieu au terme d’un « pitch » retransmis sur Internet, mais aussi parce que les fonds avaient une forme différente : il s’agissait de publicité. L’investisseur n’étaitautrequeSevenVentures,une filiale du groupe audiovisuel allemand ProSiebenSat.1. Fondé en 2011, SevenVenturesproposeàdesjeunes entreprisesdel’espacepublicitaireet se fait rémunérer sous forme de participation au capital de son client (« media for equity »), de participation à son chiffre d’affaires (« media for revenue share ») ou un mélange des deux. Le fonds doit sa réputation àsoncontratavecZalando,lasociété allemande de commerce électronique en forte croissance. Un modèle alternatif ProSiebenSat.1 peut vendre douze minutes de publicité par heure mais ne fait pas toujours le plein, explique le groupe. « Pour bien exploiter le reste du temps, nous cherchons de nouveaux clients qui ont besoin de cet espaceavecunautremodèleéconomique. » Autrement dit, des clients qui n’ont pas les moyens de payer la pub à la télévision au prix fort, mais en ont besoin pour atteindre leur cible. Matthias Bohlig, en charge de la communication, ne donne pas de chiffres, mais il assure que l’unité connaît une forte croissance. German Media Pool (GMPVC), son concurrent, a aussi le vent en poupe. La société vient de lancer un deuxième fonds de 20 à 30 millions d’euros, auquel participent notamment RTL, la filiale de Bertelsmann, etWall,legroupedemobilierurbain contrôlé par JCDecaux. GMPVC se rémunère sous forme de participation au capital. « Nous sommes le deuxième fonds indépendant de “media for equity” au monde derrière le suédois Agregate », estime son cofondateur et directeur général, Aljoscha Kaplan. Nouveau venu, Alternate se spécialise dans les investissements dans les sites Internet ou les applications mobiles. « Nous nous comprenons comme une agence de communication alternative », déclare Sebastian Erasmus, directeur général, qui vient de United Internet. D’autres acteurs, comme le groupe de mobilier urbain Ströer ou le leader européen de la presse Axel Springer, qui est ainsi entré au capital de la plateforme de logements Airbnb, sont aussi actifs sur ce marché. n