SlideShare une entreprise Scribd logo
94
MARINE&OCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
95
MARINE&OCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
TÊTIÈRE
Sommaire
	 95	Editorial
		« Protéger la haute mer des convoitises est un
enjeu crucial pour les prochaines années »
Par S.E. Bernard Fautrier
	 96	 COP22, le rendez-vous de l’Action
		 Par Raphaël Cuvelier
	 97	 BeMed, pour une Méditerranée sans plastique
		 Par Jean-Stéphane Betton
	 98	 Interview Sandra Bessudo
		 « Les aires marines protégées sont une nécessité
		 pour l’avenir de l’Humanité »
	100	 Les aires marines protégées de Méditerranée
		 passées au crible
		 Par le Professeur Paolo Guidetti
« Nous devons protéger l’océan
comme si nos vies en dépendaient.
Et c’est précisément le cas. »
Sylvia EARLE, biologiste, exploratrice, ambassadrice de l’Appel de l’océan pour le climat
PHOTO :PHILIPPEMONDIELLI.
Editorial PAR S.E. BERNARD FAUTRIER
Ministre plénipotentiaire
Administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco
E
n 2015, après dix années
de débats scientifiques et
de tractations politiques,
grâce à la résolution 69/292, les
États se sont finalement entendus
pour ouvrir des négociations, afin
d’élaborer un instrument juridique
contraignant sur la conservation
de la biodiversité marine dans les
zones marines situées au-delà des
juridictions nationales (ZAJN) (en
anglais, BBNJ). A ce titre, La Fon-
dation Prince Albert II de Monaco
s’était investie dans les négocia-
tions, en partenariat avec d’autres
ONG, dont le Pew Charitable
Trusts.
Après une première réunion pré-
paratoire qui s’est tenue en mars
2016, les pays membres de l’ONU
se sont penchés, en Aout et Sep-
tembre, sur l’élaboration d’un ac-
cord qui protégerait la haute mer,
au-delà des 200 milles marins sur
lesquels chaque Etat peut exercer
sa juridiction.
Protéger la haute mer est une ini-
tiative essentielle. Mais le chemin
est encore long avant d’aboutir à un accord international, le premier du genre, qui permet-
trait de gérer raisonnablement les ressources prometteuses de ces vastes étendues, tout en
préservant leur environnement et leur biodiversité. Deux prochaines réunions auront lieu
en 2017. L’entrée en vigueur d’un traité pourrait avoir lieu aux alentours de 2020.
Les gouvernements ont discuté de manière constructive de la nécessité d’un consensus
international permettant notamment d’instaurer des aires marines protégées. A cet égard,
Monaco est intervenu à New York, en Août dernier, sur la question des aires marines pro-
tégées conjointement avec le Costa Rica : l’objectif est de mettre sur pied un cadre pour la
création et le développement des AMP en haute mer.
Cela étant, à ce jour, il n’y a pas encore de texte sur la table, et les principaux points
litigieux n’ont pas été tranchés. L’on pourrait comparer la haute mer à un grand jardin, où
chaque pays cultiverait ses légumes et ses fleurs. La pierre d’achoppement étant qu’il n’y
a pas de maraîcher en chef, pas de gouvernance globale. Les négociateurs devront avoir
rédigé un premier projet de texte d’ici à la fin 2017. Un espoir pour que la haute mer soit
enfin considérée comme un patrimoine commun de l’humanité.	
« Protéger la haute mer
des convoitises est un enjeu crucial
pour les prochaines années »
LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS
Avec la Fondation Prince Albert II de Monaco
L’île de Porquerolles dans le Var
(Région Provence-Alpes-Côte d’Azur)
96
MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
97
MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS
COP22
le temps de l’Action
BeMed,
pour une Méditerranée
sans plastique
L
’Accord de Paris, obtenu
lors de la COP21 en dé-
cembre 2015 et ratifié en
octobre 2016, a marqué une étape
essentielle dans l’engagement
des Etats à faire face aux défis
des changements climatiques et
à mettre en place une économie
sobre en carbone.
Maispourlemondedel’Océan,
cette COP et l’Accord de Paris
ont marqué une étape majeure
avec l’apparition de l’Océan dans
le texte de l’Accord, et la formi-
dableprisedeconscienceetmobi-
lisation sur les enjeux climatiques
qui y sont liés.
Ceci s’est traduit directement,
dès avril 2016, par la décision de
la 43ème session du GIEC, de
produire un rapport spécial sur
le changement climatique, les
océans et la cryosphère. Initiative
dont la demande avait été initiée
par la Fondation Prince Albert II
de Monaco et portée par le gou-
vernement de la Principauté.
La COP22, réunie à Marrakech
du 7 au 18 novembre 2016, aura
marqué une nouvelle étape avec
la mise en œuvre de l’Accord de
Paris, et en particulier le déploie-
ment de l’Agenda de l’Action.
A cette occasion la Fondation a
poursuivi ses efforts pour l’Océan
lors de plusieurs événements.
Avec la société civile réunie au
sein de la Plateforme Océan et
Climat, il s’est agi, lors du Forum
Océan et Climat du 11 novembre,
d’apporter des éclairages nou-
veaux : sur les défis scientifiques
à explorer en lien avec l’océan et
le climat, sur les actions néces-
saires pour réduire les émissions
du transport maritime, et sur les
solutions d’adaptation basées sur
les écosystèmes marins. Ce Fo-
rum a également fait une place
E
n mars 2015, lors de la
conférence internationale
« Plastique en Méditerra-
née » tenue à Monaco, les prin-
cipaux intervenants – après avoir
dressé le constat inquiétant de la
pollution plastique dans cette
mer quasi fermée - ont décidé
d’agir pour tenter de la limiter.
Ainsi est née Beyond Plastic
Med (BeMed), une initiative de
la Fondation Prince Albert II
importante à la jeunesse et à ses
ambitions pour l’Océan.
L’Ocean Action Day du 12 no-
vembre aura été la journée offi-
cielle de l’Océan dans le Climate
Action Agenda. Ce dispositif,
inscrit dans l’Accord de Paris,
consacre officiellement - sous
l’égide de la Convention Cadre
des Nations Unies pour le Chan-
gement Climatique -, l’engage-
ment des pays à œuvrer conjoin-
tement avec la société civile et les
acteurs économiques en dévelop-
pant des initiatives d’atténuation
et d’adaptation.
L’Océan Action Day était or-
ganisé par le gouvernement du
Maroc, avec la Fondation Prince
Albert II de Monaco, la FAO, le
Global Ocean Forum et la Plate-
forme Ocean et Climat. Il a réuni
les leaders de la planète, repré-
sentants du monde politique et
économique, de la société civile
et des agences internationales. Il a
souligné quelques-unes des initia-
tives majeures à promouvoir pour
les océans dans le cadre des en-
jeux climatiques mais également
de Monaco et de ses partenaires
Tara Expéditions, Surfrider
Foundation Europe, l’IUCN et la
Fondation Mava, destinée à faire
émerger des solutions innovantes
pour une Méditerranée propre.
L’idée est de répondre à une
problématique régionale par des
actions locales, adaptées en fonc-
tions des conditions économiques
sociales et culturelles, puis de dé-
velopper un réseau. C’est donc
des objectifs de développement
durable (ODD), en particulier
l’ODD 14 relatif à l’Océan. Le
Partenariat International pour le
Carbone Bleu, porté par le gou-
vernement d’Australie, et dont
la Fondation Prince Albert II
de Monaco est un des membres
actifs, illustre ces initiatives qui
visentàintégrerlerôledel’Océan
dans le stockage du carbone.
Dans le segment régional de
l’Ocean Action Day, la Fondation
a joué un rôle actif, aux côtés des
gouvernements de la France et
du Maroc, pour organiser l’évé-
nement relatif à la Méditerranée
et aux défis particuliers que cette
région doit relever.
Enfin, la Fondation a participé
activement à l’événement or-
ganisé avec les pays signataires
de la déclaration « Because the
Ocean ». Au travers de cette dé-
claration, 22 pays s’étaient enga-
gés, dès la COP21, sur des actions
concrètes en faveur de l’Océan et
du climat. Cet engagement re-
nouvelé à la COP22 et rejoint par
d’autres pays, est complété par
de nouvelles mesures telles que,
par exemple, l’engagement des
pays à intégrer l’Océan dans leurs
contributions prévues au niveau
national.
La COP21 aura été celle de la
décision politique, la COP22 celle
de l’action et de la mise en œuvre.
La Fondation Prince Albert II de
Monaco entend poursuivre son
actionpoursoutenirl’engagement
des Parties et de la société civile,
pour faire en sorte d’atténuer les
impacts des changements clima-
tiques sur l’Océan et les popu-
lations qui en vivent, mais aussi
pour renforcer le rôle de l’Océan
et des activités maritimes dans
l’atténuation.	
dans cet esprit que le 8 juin der-
nier, lors de la Journée Mondiale
des Océans, BeMed a lancé son
Appel à micro-initiatives (AMI)
vers de nombreux pays du pour-
tour méditerranéen : Albanie,
Algérie, Bosnie-Herzégovine,
Chypre, Croatie, Egypte, Grèce,
Liban, Libye, Malte, Maroc,
Monténégro, Palestine, Tunisie,
Turquie...
PROMOUVOIR DES
PRATIQUES VERTUEUSES
Ces micro-initiatives de ter-
rain doivent faire évoluer les
regards vis-à-vis de l’utilisation
des plastiques et promouvoir
des pratiques vertueuses dans la
lutte contre cette forme de pol-
lution. Les porteurs de projets
sont potentiellement des ONG,
des collectivités territoriales,
des institutions scientifiques ou
des entreprises privées de moins
de vingt salariés. Les actions
concernent la protection de la
nature, le lobbying environne-
mental, le changement sociétal
et la recherche de l’innovation.
Le budget de chaque action ne
doit pas dépasser 30 000 euros,
la contribution de BeMed n’ex-
cédant pas 10 000 euros et 75%
du montant total. La durée des
initiatives est comprise entre 12
et 18 mois et tous les projets de-
vront avoir été achevés au plus
tard en décembre 2018. Cette ini-
tiative monégasque s’inscrit par-
faitement dans la dynamique de
l’interdiction des sacs plastiques
à usage unique impulsée par la
France, le Maroc et la Princi-
pauté de Monaco.	
Par RAPHAËL CUVELIER
Coordinateur projets - Fondation Prince Albert II de Monaco
Par JEAN-STÉPHANE BETTON
Ci-dessous :
S.A.S. le Prince
Albert II de Monaco
avec M. Ban Ki-moon,
alors Secrétaire
général des Nations
Unies, en décembre
2015, à Paris, pour
la COP21.
« La COP21 aura été
celle de la décision
politique, la COP22
celle de l’action et de
la mise en œuvre ».
Raphaël CUVELIER Ci-contre :
« Mi air mi eau
mais déchets ».
Selon François
Galgani, chercheur
à l’Ifreme « La
mer Méditerranée
connaît, en
moyenne, les
densités de
plastiques les plus
importantes au
monde »
PHOTO :DR.
PHOTO :ERICMATHON/PALAISPRINCIER.
PHOTO :RAMOGE/SANDRINEAGNELLI.
	En savoir plus :
www.beyondplasticmed.org
98
MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
99
MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
sous-marines qui font partie
de cette dorsale sous-marine
unique connue sous le nom de
Dorsale de Malpelo. Les hauts
fonds sous-marins ou montagnes
sous-marines sont des habitats
uniques, riches d’une énorme
biodiversité encore méconnue.
Par leur éloignement en zones
profondes, elles provoquent des
changements de courants océanographiques favorisant la
montée de nutriments vers la surface. Grâce à cette augmen-
tation de la productivité dans les eaux qui les entourent, les
montagnes sous-marines deviennent des « points chauds »
pour la biodiversité marine. Se sont des habitats avec une
énorme richesse écologique et économique.
Cette décision d’accroître la surface de l’aire marine proté-
gée de Malpelo va permettre de récupérer, de protéger et de
maintenir l’énorme biodiversité de cette zone. Elle répond,
en outre, aux divers engagements internationaux pris par la
Colombie parmi lesquels – entre autres - l’augmentation de
10 % des aires marines protégées d’ici à 2020 (COP de Biodi-
versité) et les Objectifs de Développement Durable.
Comment fonctionne aujourd’hui la Réserve et pour quels
objectifs ?
Malpelo est une île océanique située à 490 kilomètres de la
côte de Buenaventura, dans le Pacifique colombien. La Ré-
serve qui y est attachée protège actuellement 1 500 espèces
aujourd’hui répertoriées. C’est un endroit riche en espèces
pélagiques avec plusieurs espèces de requins (marteaux, re-
nards, soyeux, baleines...), mais aussi de thons, de tortues,
de mammifères marins et d’oiseaux, beaucoup d’entre elles
étant menacées. Cette aire marine contribue également à
protéger de nombreuses espèces endémiques ainsi que des
formations coralliennes propres à cette région du Pacifique
oriental tropical.
gées déjà existantes. C’est vraiment une nécessité pour l’ave-
nir de l’homme. C’est pour cette raison que la Colombie s’est
engagée devant la Communauté internationale à créer de
nouvelles aires marines protégées. Tout les pays devrait faire
la même chose... On parle là de l’avenir des écosystèmes et
des espèces dont nous dépendons !
Economie et écologie sont-ils, selon vous, compatibles ?
Je pense que oui. Cela dépend seulement de la façon dont
on voit les choses. L’économie telle qu’elle est vue et mise en
œuvre dans la plupart des pays, consistant à extraire des res-
sources sans limites, n’est pas durable et donc néfaste. Si l’on
regarde l’économie à travers l’exemple de l’écotourisme, on
constate qu’elle peut être durable et profitable pour les gé-
nérations futures. L’économie de la biodiversité, c’est à dire
la valorisation économique de la biodiversité, à partir no-
tamment de la bioprospection, dans les domaines pharma-
ceutiques ou cosmétiques par exemple, est une économie de
recherche lucrative et nécessaire. Il faut, en ce sens, aider les
pays pauvres qui dépendent obligatoirement et entièrement
de leurs ressources naturelles pour survivre.	
Le Président Santos a annoncé l’extension de la Réserve de
Malpelo. De quoi s’agit-il exactement ?
Le Président Juan Manuel Santos a en effet annoncé la
décision de multiplier par quatre l’aire marine protégée de
Malpelo. Malpelo, classée depuis 1995 par le gouvernement
colombiencommeunsanctuairepourlafauneetpourlaflore,
s’étire actuellement sur une surface de 6 475 kilomètres car-
rés (25 milles nautiques autour de l’ile principale). Elle fera
désormais 27 000 kilomètres carrés et permettra de protéger
des zones profondes (jusqu’à 4 000 mètres), et des montagnes
« Les aires marines protégées
sont une nécessité pour l’avenir
de l’Humanité  »
Propos recueillis par Bertrand de Lesquen
Entretien avec SANDRA BESSUDO
Biologiste marin, Sandra Bessudo est conseillère pour les océans
du Vice-président de Colombie et directrice-fondatrice de la
Fondation Malpelo. Elle est à l’origine de la création de la
Réserve de Malpelo, classée Patrimoine mondial de l’Humanité
par l’Unesco en 2006, et dont la Colombie vient de décider de
multiplier la surface. Explications.
Quels sont les autres projets sur lesquels vous travaillez ?
Nous développons des projets scientifiques. Nous réali-
sons entre deux et trois expéditions par an auxquelles nous
proposons à de nombreuses institutions - travaillant dans
différents domaines comme l’océanographie, le plancton,
les oiseaux, les mammifères marins, les coraux, les requins,
les poissons… -, de se joindre. Ces recherches et ces travaux
menés sur un temps long permettent d’obtenir des informa-
tions importantes pour déterminer et démontrer l’impor-
tance de la création des aires marines protégées mais aussi
pour établir des relations avec le changement climatique.
Personnellement, je m’investis dans la recherche. J’utilise
la télémétrie satellite et acoustique pour étudier différentes
espèces de requins, connaitre leurs mouvements, leurs zones
d’évolution et de reproduction et ainsi pouvoir mieux les
protéger. Nous travaillons également dans les domaines de
l’éducation et de la communication, de l’écotourisme ou de
la politique de surveillance et de contrôle pour lutter contre
la pêche illégale.
Les objectifs de création d’aires marines protégées dans le
monde sont-ils en passe d’être tenus ?
Beaucoup de pays sont en train de créer des aires marines
protégées ou d’augmenter la surface d’aires marines proté-
PHOTO :MAURICIOANGEL.
	En savoir plus : www.fundacionmalpelo.org
PHOTO :DR/FUNDACIONMALPELO.
Le sanctuaire marin autour de l’île de Malpelo s’étendra désormais sur une superficie de 27 000 kilomètres carrés et permettra de protéger des zones profondes
jusqu’à 4000 mètres.
LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS
100
MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016
LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS
Les aires marines protégées
de Méditerranée passées au crible
L
es Aires marines protégées
(AMP) sont des zones
clairement délimitées, nor-
malement constituées par une
ou plusieurs zones de protection
totale (sans prélèvement, parfois
sans accès) et par des zones à
protection partielle où plusieurs
activités humaines (par exemple
la pêche artisanale, la naviga-
tion, la plongée) sont autorisées
mais contrôlées. L’Université
Nice Sophia Antipolis, à travers
son Laboratoire Ecosystèmes cô-
tiers marins et réponses aux stress
(Ecomers)1
, a développé autour
de trois axes un projet destiné à
améliorerl’efficacitédesairesma-
rines protégées de Méditerranée.
Le premier axe a consisté à ana-
lyser les données existantes sur un
échantillon d’AMP et à en collec-
terdenouvellessurleterrainpour
évaluer leur efficacité, principa-
lement écologique. Le second a
permis de conduire une analyse
de type « organisationnelle »
destinée à identifier les différents
aspects de l’organisation interne
des AMP pouvant avoir un effet
sur leur efficacité, sur le plan éco-
logique et socio-économique. Le
troisième axe, enfin, met l’accent
surlacommunicationetlapromo-
tion - dans des publications spé-
cialisées, sur le web, les réseaux
sociaux, dans la presse et à la
télévision -, des résultats scienti-
fiques obtenus à l’occasion de ces
analyses.Cetravailestprévupour
être restitué d’ici fin 2016, dans un
livretintitulé« Lasciencedesaires
marines protégées - version Médi-
terranéenne »,destinéauxagences
gouvernementales, aux organisa-
tions non-gouvernementales, aux
gestionnaires de tous niveaux et
au grand public pour les informer
sur le rôle des aires marines pro-
tégées et leur apport à la société.
PLUS DE CENT EXPERTS
MOBILISÉS
Porté par le laboratoire Eco-
mers - et réalisé en collaboration
avec le groupe de travail PIS-
CO-USA2
, le WWF MedPO3
,
l’Université de Pise (Italie), Me-
dPAN4
, le CNRS et l’Agence des
aires marines protégées -, il aura
mobilisé plus de cent experts
des aires marines protégées.
Le livret sera traduit dans plu-
sieurs langues pour être diffusé
dans la région méditerranéenne
et dans le monde entier. Il a été fi-
nancé par la Fondation Prince Al-
bert II de Monaco, la Fondation
Total, MedPAN, le CAR/ASP de
Tunis5
,l’Agencedesairesmarines
protégées, le WWF, l’Université
de l’Oregon, le CNRS et l’Uni-
versité Nice Sophia Antipolis. La
France est, de fait, directement
concernée par cette thématique
des aires marines protégées. Avec
11 millions de km² principalement
situés en outre-mer, elle possède
le second espace maritime au
monde, réparti sur trois océans, et
héberge 10% des récifs coralliens,
20% des atolls et 6% des monts
sous-marins répertoriés sur la
surface du globe. Ces milieux sont
d’une grande richesse biologique.
Ils supportent de nombreuses ac-
tivités économiques et d’autres
services écosystémiques (comme
la protection de l’érosion et des
changements globaux dans des
milieux littoraux) dont le déve-
loppementnonmaitriséprovoque
des pressions sur les écosystèmes
marins et les fragilise. Particuliè-
rement concernée par les enjeux
liés à la protection du milieu ma-
rin, la France a fortement accru la
surface déclarée comme « proté-
gées » qui représente aujourd’hui,
selon la ministre de l’Environne-
ment, Ségolène Royal, 21% de
son domaine maritime.	
Par le PROFESSEUR PAOLO GUIDETTI, directeur du Laboratoire Ecosystèmes côtiers
marins et réponses aux stress de l’Université Nice-Sophia-Antipolis
Ci-dessus :
Les Aires marines
protégées (AMP)
sont normalement
constituées par une
ou plusieurs zones
de protection totale
et des zones de
protection partielle
où des activités
humaines comme
la pêche artisanale
ou la plongée sont
autorisées.
En médaillon :
Gorgones sur
un fond coralligène.
PHOTO :EDARIOFIORENTINO.
CommentaméliorerlesperformancesdesairesmarinesprotégéesdeMéditerranée ?
Les meilleurs experts se sont mobilisés pour y parvenir avec à la clé un document
qui fera référence. Explications.
PHOTO :PIERPANZALIS.
1	-	ECOMERS FRE 3927-CNRS
2	-	Partnership for Interdisciplinary Studies of Coastal Oceans - USA
incluant,surceprojet,l’OregonStateUniversity, StanfordUniversity,
University of California Santa Barbara.
3	-	WWF Mediterranean Programme Office
4	-	 Réseau des gestionnaires d’aires marines protégées en Méditerranée
5	-	Centre d’activités régionales pour les aires spécialement protégées

Contenu connexe

Tendances

Les Expéditions 7e Continent
Les Expéditions 7e ContinentLes Expéditions 7e Continent
Les Expéditions 7e Continent
Gilles Broise
 
La mer en questions
La mer en questionsLa mer en questions
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
Oussama Abaouss
 
plastique
plastiqueplastique
plastique
aidafg2003
 
Le 7ème continent
Le 7ème continentLe 7ème continent
Le 7ème continent
Baboosh Ka
 
Villefranche
VillefrancheVillefranche
Villefranche
LECREURER
 
Surexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiquesSurexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiques
Myriam Beauchamp
 
Surpêche svt nouvelle version
Surpêche svt nouvelle versionSurpêche svt nouvelle version
Surpêche svt nouvelle version
night_like
 
Ressources Halieutiques Mondiales
Ressources Halieutiques MondialesRessources Halieutiques Mondiales
Ressources Halieutiques Mondiales
jllman94
 
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
Culture Scientifique - Académie de Lyon
 
Offshore oil fr
Offshore oil frOffshore oil fr
Offshore oil fr
Souad Hadjadj
 
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
Sennse
 
Usages en milieux humides de la Guadeloupe
Usages en milieux humides de la GuadeloupeUsages en milieux humides de la Guadeloupe
Usages en milieux humides de la Guadeloupe
mangrov
 
Presentation district 11 sept 2010
Presentation district 11 sept 2010Presentation district 11 sept 2010
Presentation district 11 sept 2010
michelleaustin18
 
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, VenezuelaRestauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
VincensC
 
Milieux littoraux humides de la Guadeloupe
Milieux littoraux humides de la GuadeloupeMilieux littoraux humides de la Guadeloupe
Milieux littoraux humides de la Guadeloupe
mangrov
 
diaporama les sacs plastiques
diaporama les sacs plastiquesdiaporama les sacs plastiques
diaporama les sacs plastiques
Maud Bonnefon
 
La Pêche - Données récentes
La Pêche - Données récentesLa Pêche - Données récentes
La Pêche - Données récentes
GreenFacts
 
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
Musée océanographique Monaco
 

Tendances (20)

Les Expéditions 7e Continent
Les Expéditions 7e ContinentLes Expéditions 7e Continent
Les Expéditions 7e Continent
 
La mer en questions
La mer en questionsLa mer en questions
La mer en questions
 
L’approche ecosystemique des peches – P. Cury
L’approche ecosystemique des peches – P. CuryL’approche ecosystemique des peches – P. Cury
L’approche ecosystemique des peches – P. Cury
 
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
Impact des sacs en plastique sur les écosystèmes naturels
 
plastique
plastiqueplastique
plastique
 
Le 7ème continent
Le 7ème continentLe 7ème continent
Le 7ème continent
 
Villefranche
VillefrancheVillefranche
Villefranche
 
Surexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiquesSurexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiques
 
Surpêche svt nouvelle version
Surpêche svt nouvelle versionSurpêche svt nouvelle version
Surpêche svt nouvelle version
 
Ressources Halieutiques Mondiales
Ressources Halieutiques MondialesRessources Halieutiques Mondiales
Ressources Halieutiques Mondiales
 
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
Nicolas Conté - Le sac plastique, hors course?
 
Offshore oil fr
Offshore oil frOffshore oil fr
Offshore oil fr
 
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
Congés solidaires Sennse Guadeloupe 2014
 
Usages en milieux humides de la Guadeloupe
Usages en milieux humides de la GuadeloupeUsages en milieux humides de la Guadeloupe
Usages en milieux humides de la Guadeloupe
 
Presentation district 11 sept 2010
Presentation district 11 sept 2010Presentation district 11 sept 2010
Presentation district 11 sept 2010
 
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, VenezuelaRestauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
Restauration de la mangrove du Parc national Laguna de la Restinga, Venezuela
 
Milieux littoraux humides de la Guadeloupe
Milieux littoraux humides de la GuadeloupeMilieux littoraux humides de la Guadeloupe
Milieux littoraux humides de la Guadeloupe
 
diaporama les sacs plastiques
diaporama les sacs plastiquesdiaporama les sacs plastiques
diaporama les sacs plastiques
 
La Pêche - Données récentes
La Pêche - Données récentesLa Pêche - Données récentes
La Pêche - Données récentes
 
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
Conférence internationale grands fonds marins paris octobre 2011
 

En vedette

Marine & Océans numéro 253
Marine & Océans numéro 253Marine & Océans numéro 253
Marine & Océans numéro 253
Bertrand de Lesquen
 
Les abeilles
Les abeillesLes abeilles
Les abeilles
Thomas Sallantin
 
L’altercroissance, pourquoi et comment ?
L’altercroissance, pourquoi et comment ?L’altercroissance, pourquoi et comment ?
L’altercroissance, pourquoi et comment ?
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Grades, galons et appellations au service de santé des armées
Grades, galons et appellations au service de santé des arméesGrades, galons et appellations au service de santé des armées
Grades, galons et appellations au service de santé des armées
Service de santé des armées - France
 
Présentation du service de santé des armées djibouti
Présentation du service de santé des armées djiboutiPrésentation du service de santé des armées djibouti
Présentation du service de santé des armées djibouti
Habib Moussa Ali
 
Service de santé des armées, le modèle 2020
Service de santé des armées, le modèle 2020Service de santé des armées, le modèle 2020
Service de santé des armées, le modèle 2020
santearmees
 

En vedette (6)

Marine & Océans numéro 253
Marine & Océans numéro 253Marine & Océans numéro 253
Marine & Océans numéro 253
 
Les abeilles
Les abeillesLes abeilles
Les abeilles
 
L’altercroissance, pourquoi et comment ?
L’altercroissance, pourquoi et comment ?L’altercroissance, pourquoi et comment ?
L’altercroissance, pourquoi et comment ?
 
Grades, galons et appellations au service de santé des armées
Grades, galons et appellations au service de santé des arméesGrades, galons et appellations au service de santé des armées
Grades, galons et appellations au service de santé des armées
 
Présentation du service de santé des armées djibouti
Présentation du service de santé des armées djiboutiPrésentation du service de santé des armées djibouti
Présentation du service de santé des armées djibouti
 
Service de santé des armées, le modèle 2020
Service de santé des armées, le modèle 2020Service de santé des armées, le modèle 2020
Service de santé des armées, le modèle 2020
 

Similaire à Cahier environnement FPA2

Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Leonard
 
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdfNEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
mosfa-africa
 
Songadina 21_Avril-Juin 2014
Songadina 21_Avril-Juin 2014Songadina 21_Avril-Juin 2014
Songadina 21_Avril-Juin 2014
hraoeliarivelo
 
Songadina 21
Songadina 21Songadina 21
Songadina 21
hraoeliarivelo
 
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovationEntre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
Kevin Lognoné
 
Peuples sommet 2014 le climat de l´onu
Peuples   sommet 2014 le climat de l´onuPeuples   sommet 2014 le climat de l´onu
Peuples sommet 2014 le climat de l´onu
alianzabosques
 
Les îles face au défi climatique
Les îles face au défi climatiqueLes îles face au défi climatique
Les îles face au défi climatique
SPATPortToamasina
 
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
rac_marion
 
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinée
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinéeSécurité et sûreté maritime golf fe guinée
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinée
Rabah HELAL
 
Travail de recherche C.FREMEAUX.pdf
Travail de recherche  C.FREMEAUX.pdfTravail de recherche  C.FREMEAUX.pdf
Travail de recherche C.FREMEAUX.pdf
celiafremeaux
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
LucileD
 
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARISLA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
Reine MAHOULE
 
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatiqueRiches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
Fatoumata Chérif
 
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
Surfrider Foundation Europe
 
Rapport du fem sur comment financer l'adaptation au changement climatique
Rapport du fem sur comment financer  l'adaptation au changement climatiqueRapport du fem sur comment financer  l'adaptation au changement climatique
Rapport du fem sur comment financer l'adaptation au changement climatique
Fatoumata Chérif
 
Supplementtout
SupplementtoutSupplementtout
Supplementtout
mdemuelenaere
 
L'énergie au 21è siècle etude ar 27 ihedn 2007
L'énergie au 21è siècle  etude  ar 27 ihedn 2007L'énergie au 21è siècle  etude  ar 27 ihedn 2007
L'énergie au 21è siècle etude ar 27 ihedn 2007
Claude GINDREY
 
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
Younes IDERDAR
 

Similaire à Cahier environnement FPA2 (20)

Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
 
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdfNEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
NEWSLETTER N° 010_Comhafat-Atlafco_Juill-July 2022.pdf
 
L'extension du port
L'extension du portL'extension du port
L'extension du port
 
Songadina 21_Avril-Juin 2014
Songadina 21_Avril-Juin 2014Songadina 21_Avril-Juin 2014
Songadina 21_Avril-Juin 2014
 
Songadina 21
Songadina 21Songadina 21
Songadina 21
 
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovationEntre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
Entre mer & terroir : économie circulaire et leviers d'innovation
 
Peuples sommet 2014 le climat de l´onu
Peuples   sommet 2014 le climat de l´onuPeuples   sommet 2014 le climat de l´onu
Peuples sommet 2014 le climat de l´onu
 
Les îles face au défi climatique
Les îles face au défi climatiqueLes îles face au défi climatique
Les îles face au défi climatique
 
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
Quels défis l'accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des p...
 
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinée
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinéeSécurité et sûreté maritime golf fe guinée
Sécurité et sûreté maritime golf fe guinée
 
Travail de recherche C.FREMEAUX.pdf
Travail de recherche  C.FREMEAUX.pdfTravail de recherche  C.FREMEAUX.pdf
Travail de recherche C.FREMEAUX.pdf
 
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
La justice climatique au coeur de la mise en oeuvre de l'Accord de Paris
 
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARISLA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
LA JUSTICE CLIMATIQUE AU CŒUR DE LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE PARIS
 
Le caillou vert N°9 reduced
Le caillou vert N°9 reducedLe caillou vert N°9 reduced
Le caillou vert N°9 reduced
 
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatiqueRiches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique
 
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
Politic of a local authority for the protection of ocean activate - Marie-Chr...
 
Rapport du fem sur comment financer l'adaptation au changement climatique
Rapport du fem sur comment financer  l'adaptation au changement climatiqueRapport du fem sur comment financer  l'adaptation au changement climatique
Rapport du fem sur comment financer l'adaptation au changement climatique
 
Supplementtout
SupplementtoutSupplementtout
Supplementtout
 
L'énergie au 21è siècle etude ar 27 ihedn 2007
L'énergie au 21è siècle  etude  ar 27 ihedn 2007L'énergie au 21è siècle  etude  ar 27 ihedn 2007
L'énergie au 21è siècle etude ar 27 ihedn 2007
 
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
La promotion de l’environnement et les différents intervenants dans la protec...
 

Cahier environnement FPA2

  • 1. 94 MARINE&OCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 95 MARINE&OCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 TÊTIÈRE Sommaire 95 Editorial « Protéger la haute mer des convoitises est un enjeu crucial pour les prochaines années » Par S.E. Bernard Fautrier 96 COP22, le rendez-vous de l’Action Par Raphaël Cuvelier 97 BeMed, pour une Méditerranée sans plastique Par Jean-Stéphane Betton 98 Interview Sandra Bessudo « Les aires marines protégées sont une nécessité pour l’avenir de l’Humanité » 100 Les aires marines protégées de Méditerranée passées au crible Par le Professeur Paolo Guidetti « Nous devons protéger l’océan comme si nos vies en dépendaient. Et c’est précisément le cas. » Sylvia EARLE, biologiste, exploratrice, ambassadrice de l’Appel de l’océan pour le climat PHOTO :PHILIPPEMONDIELLI. Editorial PAR S.E. BERNARD FAUTRIER Ministre plénipotentiaire Administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco E n 2015, après dix années de débats scientifiques et de tractations politiques, grâce à la résolution 69/292, les États se sont finalement entendus pour ouvrir des négociations, afin d’élaborer un instrument juridique contraignant sur la conservation de la biodiversité marine dans les zones marines situées au-delà des juridictions nationales (ZAJN) (en anglais, BBNJ). A ce titre, La Fon- dation Prince Albert II de Monaco s’était investie dans les négocia- tions, en partenariat avec d’autres ONG, dont le Pew Charitable Trusts. Après une première réunion pré- paratoire qui s’est tenue en mars 2016, les pays membres de l’ONU se sont penchés, en Aout et Sep- tembre, sur l’élaboration d’un ac- cord qui protégerait la haute mer, au-delà des 200 milles marins sur lesquels chaque Etat peut exercer sa juridiction. Protéger la haute mer est une ini- tiative essentielle. Mais le chemin est encore long avant d’aboutir à un accord international, le premier du genre, qui permet- trait de gérer raisonnablement les ressources prometteuses de ces vastes étendues, tout en préservant leur environnement et leur biodiversité. Deux prochaines réunions auront lieu en 2017. L’entrée en vigueur d’un traité pourrait avoir lieu aux alentours de 2020. Les gouvernements ont discuté de manière constructive de la nécessité d’un consensus international permettant notamment d’instaurer des aires marines protégées. A cet égard, Monaco est intervenu à New York, en Août dernier, sur la question des aires marines pro- tégées conjointement avec le Costa Rica : l’objectif est de mettre sur pied un cadre pour la création et le développement des AMP en haute mer. Cela étant, à ce jour, il n’y a pas encore de texte sur la table, et les principaux points litigieux n’ont pas été tranchés. L’on pourrait comparer la haute mer à un grand jardin, où chaque pays cultiverait ses légumes et ses fleurs. La pierre d’achoppement étant qu’il n’y a pas de maraîcher en chef, pas de gouvernance globale. Les négociateurs devront avoir rédigé un premier projet de texte d’ici à la fin 2017. Un espoir pour que la haute mer soit enfin considérée comme un patrimoine commun de l’humanité. « Protéger la haute mer des convoitises est un enjeu crucial pour les prochaines années » LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS Avec la Fondation Prince Albert II de Monaco L’île de Porquerolles dans le Var (Région Provence-Alpes-Côte d’Azur)
  • 2. 96 MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 97 MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS COP22 le temps de l’Action BeMed, pour une Méditerranée sans plastique L ’Accord de Paris, obtenu lors de la COP21 en dé- cembre 2015 et ratifié en octobre 2016, a marqué une étape essentielle dans l’engagement des Etats à faire face aux défis des changements climatiques et à mettre en place une économie sobre en carbone. Maispourlemondedel’Océan, cette COP et l’Accord de Paris ont marqué une étape majeure avec l’apparition de l’Océan dans le texte de l’Accord, et la formi- dableprisedeconscienceetmobi- lisation sur les enjeux climatiques qui y sont liés. Ceci s’est traduit directement, dès avril 2016, par la décision de la 43ème session du GIEC, de produire un rapport spécial sur le changement climatique, les océans et la cryosphère. Initiative dont la demande avait été initiée par la Fondation Prince Albert II de Monaco et portée par le gou- vernement de la Principauté. La COP22, réunie à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, aura marqué une nouvelle étape avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris, et en particulier le déploie- ment de l’Agenda de l’Action. A cette occasion la Fondation a poursuivi ses efforts pour l’Océan lors de plusieurs événements. Avec la société civile réunie au sein de la Plateforme Océan et Climat, il s’est agi, lors du Forum Océan et Climat du 11 novembre, d’apporter des éclairages nou- veaux : sur les défis scientifiques à explorer en lien avec l’océan et le climat, sur les actions néces- saires pour réduire les émissions du transport maritime, et sur les solutions d’adaptation basées sur les écosystèmes marins. Ce Fo- rum a également fait une place E n mars 2015, lors de la conférence internationale « Plastique en Méditerra- née » tenue à Monaco, les prin- cipaux intervenants – après avoir dressé le constat inquiétant de la pollution plastique dans cette mer quasi fermée - ont décidé d’agir pour tenter de la limiter. Ainsi est née Beyond Plastic Med (BeMed), une initiative de la Fondation Prince Albert II importante à la jeunesse et à ses ambitions pour l’Océan. L’Ocean Action Day du 12 no- vembre aura été la journée offi- cielle de l’Océan dans le Climate Action Agenda. Ce dispositif, inscrit dans l’Accord de Paris, consacre officiellement - sous l’égide de la Convention Cadre des Nations Unies pour le Chan- gement Climatique -, l’engage- ment des pays à œuvrer conjoin- tement avec la société civile et les acteurs économiques en dévelop- pant des initiatives d’atténuation et d’adaptation. L’Océan Action Day était or- ganisé par le gouvernement du Maroc, avec la Fondation Prince Albert II de Monaco, la FAO, le Global Ocean Forum et la Plate- forme Ocean et Climat. Il a réuni les leaders de la planète, repré- sentants du monde politique et économique, de la société civile et des agences internationales. Il a souligné quelques-unes des initia- tives majeures à promouvoir pour les océans dans le cadre des en- jeux climatiques mais également de Monaco et de ses partenaires Tara Expéditions, Surfrider Foundation Europe, l’IUCN et la Fondation Mava, destinée à faire émerger des solutions innovantes pour une Méditerranée propre. L’idée est de répondre à une problématique régionale par des actions locales, adaptées en fonc- tions des conditions économiques sociales et culturelles, puis de dé- velopper un réseau. C’est donc des objectifs de développement durable (ODD), en particulier l’ODD 14 relatif à l’Océan. Le Partenariat International pour le Carbone Bleu, porté par le gou- vernement d’Australie, et dont la Fondation Prince Albert II de Monaco est un des membres actifs, illustre ces initiatives qui visentàintégrerlerôledel’Océan dans le stockage du carbone. Dans le segment régional de l’Ocean Action Day, la Fondation a joué un rôle actif, aux côtés des gouvernements de la France et du Maroc, pour organiser l’évé- nement relatif à la Méditerranée et aux défis particuliers que cette région doit relever. Enfin, la Fondation a participé activement à l’événement or- ganisé avec les pays signataires de la déclaration « Because the Ocean ». Au travers de cette dé- claration, 22 pays s’étaient enga- gés, dès la COP21, sur des actions concrètes en faveur de l’Océan et du climat. Cet engagement re- nouvelé à la COP22 et rejoint par d’autres pays, est complété par de nouvelles mesures telles que, par exemple, l’engagement des pays à intégrer l’Océan dans leurs contributions prévues au niveau national. La COP21 aura été celle de la décision politique, la COP22 celle de l’action et de la mise en œuvre. La Fondation Prince Albert II de Monaco entend poursuivre son actionpoursoutenirl’engagement des Parties et de la société civile, pour faire en sorte d’atténuer les impacts des changements clima- tiques sur l’Océan et les popu- lations qui en vivent, mais aussi pour renforcer le rôle de l’Océan et des activités maritimes dans l’atténuation. dans cet esprit que le 8 juin der- nier, lors de la Journée Mondiale des Océans, BeMed a lancé son Appel à micro-initiatives (AMI) vers de nombreux pays du pour- tour méditerranéen : Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Egypte, Grèce, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monténégro, Palestine, Tunisie, Turquie... PROMOUVOIR DES PRATIQUES VERTUEUSES Ces micro-initiatives de ter- rain doivent faire évoluer les regards vis-à-vis de l’utilisation des plastiques et promouvoir des pratiques vertueuses dans la lutte contre cette forme de pol- lution. Les porteurs de projets sont potentiellement des ONG, des collectivités territoriales, des institutions scientifiques ou des entreprises privées de moins de vingt salariés. Les actions concernent la protection de la nature, le lobbying environne- mental, le changement sociétal et la recherche de l’innovation. Le budget de chaque action ne doit pas dépasser 30 000 euros, la contribution de BeMed n’ex- cédant pas 10 000 euros et 75% du montant total. La durée des initiatives est comprise entre 12 et 18 mois et tous les projets de- vront avoir été achevés au plus tard en décembre 2018. Cette ini- tiative monégasque s’inscrit par- faitement dans la dynamique de l’interdiction des sacs plastiques à usage unique impulsée par la France, le Maroc et la Princi- pauté de Monaco. Par RAPHAËL CUVELIER Coordinateur projets - Fondation Prince Albert II de Monaco Par JEAN-STÉPHANE BETTON Ci-dessous : S.A.S. le Prince Albert II de Monaco avec M. Ban Ki-moon, alors Secrétaire général des Nations Unies, en décembre 2015, à Paris, pour la COP21. « La COP21 aura été celle de la décision politique, la COP22 celle de l’action et de la mise en œuvre ». Raphaël CUVELIER Ci-contre : « Mi air mi eau mais déchets ». Selon François Galgani, chercheur à l’Ifreme « La mer Méditerranée connaît, en moyenne, les densités de plastiques les plus importantes au monde » PHOTO :DR. PHOTO :ERICMATHON/PALAISPRINCIER. PHOTO :RAMOGE/SANDRINEAGNELLI. En savoir plus : www.beyondplasticmed.org
  • 3. 98 MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 99 MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 sous-marines qui font partie de cette dorsale sous-marine unique connue sous le nom de Dorsale de Malpelo. Les hauts fonds sous-marins ou montagnes sous-marines sont des habitats uniques, riches d’une énorme biodiversité encore méconnue. Par leur éloignement en zones profondes, elles provoquent des changements de courants océanographiques favorisant la montée de nutriments vers la surface. Grâce à cette augmen- tation de la productivité dans les eaux qui les entourent, les montagnes sous-marines deviennent des « points chauds » pour la biodiversité marine. Se sont des habitats avec une énorme richesse écologique et économique. Cette décision d’accroître la surface de l’aire marine proté- gée de Malpelo va permettre de récupérer, de protéger et de maintenir l’énorme biodiversité de cette zone. Elle répond, en outre, aux divers engagements internationaux pris par la Colombie parmi lesquels – entre autres - l’augmentation de 10 % des aires marines protégées d’ici à 2020 (COP de Biodi- versité) et les Objectifs de Développement Durable. Comment fonctionne aujourd’hui la Réserve et pour quels objectifs ? Malpelo est une île océanique située à 490 kilomètres de la côte de Buenaventura, dans le Pacifique colombien. La Ré- serve qui y est attachée protège actuellement 1 500 espèces aujourd’hui répertoriées. C’est un endroit riche en espèces pélagiques avec plusieurs espèces de requins (marteaux, re- nards, soyeux, baleines...), mais aussi de thons, de tortues, de mammifères marins et d’oiseaux, beaucoup d’entre elles étant menacées. Cette aire marine contribue également à protéger de nombreuses espèces endémiques ainsi que des formations coralliennes propres à cette région du Pacifique oriental tropical. gées déjà existantes. C’est vraiment une nécessité pour l’ave- nir de l’homme. C’est pour cette raison que la Colombie s’est engagée devant la Communauté internationale à créer de nouvelles aires marines protégées. Tout les pays devrait faire la même chose... On parle là de l’avenir des écosystèmes et des espèces dont nous dépendons ! Economie et écologie sont-ils, selon vous, compatibles ? Je pense que oui. Cela dépend seulement de la façon dont on voit les choses. L’économie telle qu’elle est vue et mise en œuvre dans la plupart des pays, consistant à extraire des res- sources sans limites, n’est pas durable et donc néfaste. Si l’on regarde l’économie à travers l’exemple de l’écotourisme, on constate qu’elle peut être durable et profitable pour les gé- nérations futures. L’économie de la biodiversité, c’est à dire la valorisation économique de la biodiversité, à partir no- tamment de la bioprospection, dans les domaines pharma- ceutiques ou cosmétiques par exemple, est une économie de recherche lucrative et nécessaire. Il faut, en ce sens, aider les pays pauvres qui dépendent obligatoirement et entièrement de leurs ressources naturelles pour survivre. Le Président Santos a annoncé l’extension de la Réserve de Malpelo. De quoi s’agit-il exactement ? Le Président Juan Manuel Santos a en effet annoncé la décision de multiplier par quatre l’aire marine protégée de Malpelo. Malpelo, classée depuis 1995 par le gouvernement colombiencommeunsanctuairepourlafauneetpourlaflore, s’étire actuellement sur une surface de 6 475 kilomètres car- rés (25 milles nautiques autour de l’ile principale). Elle fera désormais 27 000 kilomètres carrés et permettra de protéger des zones profondes (jusqu’à 4 000 mètres), et des montagnes « Les aires marines protégées sont une nécessité pour l’avenir de l’Humanité  » Propos recueillis par Bertrand de Lesquen Entretien avec SANDRA BESSUDO Biologiste marin, Sandra Bessudo est conseillère pour les océans du Vice-président de Colombie et directrice-fondatrice de la Fondation Malpelo. Elle est à l’origine de la création de la Réserve de Malpelo, classée Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco en 2006, et dont la Colombie vient de décider de multiplier la surface. Explications. Quels sont les autres projets sur lesquels vous travaillez ? Nous développons des projets scientifiques. Nous réali- sons entre deux et trois expéditions par an auxquelles nous proposons à de nombreuses institutions - travaillant dans différents domaines comme l’océanographie, le plancton, les oiseaux, les mammifères marins, les coraux, les requins, les poissons… -, de se joindre. Ces recherches et ces travaux menés sur un temps long permettent d’obtenir des informa- tions importantes pour déterminer et démontrer l’impor- tance de la création des aires marines protégées mais aussi pour établir des relations avec le changement climatique. Personnellement, je m’investis dans la recherche. J’utilise la télémétrie satellite et acoustique pour étudier différentes espèces de requins, connaitre leurs mouvements, leurs zones d’évolution et de reproduction et ainsi pouvoir mieux les protéger. Nous travaillons également dans les domaines de l’éducation et de la communication, de l’écotourisme ou de la politique de surveillance et de contrôle pour lutter contre la pêche illégale. Les objectifs de création d’aires marines protégées dans le monde sont-ils en passe d’être tenus ? Beaucoup de pays sont en train de créer des aires marines protégées ou d’augmenter la surface d’aires marines proté- PHOTO :MAURICIOANGEL. En savoir plus : www.fundacionmalpelo.org PHOTO :DR/FUNDACIONMALPELO. Le sanctuaire marin autour de l’île de Malpelo s’étendra désormais sur une superficie de 27 000 kilomètres carrés et permettra de protéger des zones profondes jusqu’à 4000 mètres. LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS
  • 4. 100 MARINEOCÉANS N° 253 - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2016 LE CAHIER ENVIRONNEMENT DE MARINE  OCÉANS Les aires marines protégées de Méditerranée passées au crible L es Aires marines protégées (AMP) sont des zones clairement délimitées, nor- malement constituées par une ou plusieurs zones de protection totale (sans prélèvement, parfois sans accès) et par des zones à protection partielle où plusieurs activités humaines (par exemple la pêche artisanale, la naviga- tion, la plongée) sont autorisées mais contrôlées. L’Université Nice Sophia Antipolis, à travers son Laboratoire Ecosystèmes cô- tiers marins et réponses aux stress (Ecomers)1 , a développé autour de trois axes un projet destiné à améliorerl’efficacitédesairesma- rines protégées de Méditerranée. Le premier axe a consisté à ana- lyser les données existantes sur un échantillon d’AMP et à en collec- terdenouvellessurleterrainpour évaluer leur efficacité, principa- lement écologique. Le second a permis de conduire une analyse de type « organisationnelle » destinée à identifier les différents aspects de l’organisation interne des AMP pouvant avoir un effet sur leur efficacité, sur le plan éco- logique et socio-économique. Le troisième axe, enfin, met l’accent surlacommunicationetlapromo- tion - dans des publications spé- cialisées, sur le web, les réseaux sociaux, dans la presse et à la télévision -, des résultats scienti- fiques obtenus à l’occasion de ces analyses.Cetravailestprévupour être restitué d’ici fin 2016, dans un livretintitulé« Lasciencedesaires marines protégées - version Médi- terranéenne »,destinéauxagences gouvernementales, aux organisa- tions non-gouvernementales, aux gestionnaires de tous niveaux et au grand public pour les informer sur le rôle des aires marines pro- tégées et leur apport à la société. PLUS DE CENT EXPERTS MOBILISÉS Porté par le laboratoire Eco- mers - et réalisé en collaboration avec le groupe de travail PIS- CO-USA2 , le WWF MedPO3 , l’Université de Pise (Italie), Me- dPAN4 , le CNRS et l’Agence des aires marines protégées -, il aura mobilisé plus de cent experts des aires marines protégées. Le livret sera traduit dans plu- sieurs langues pour être diffusé dans la région méditerranéenne et dans le monde entier. Il a été fi- nancé par la Fondation Prince Al- bert II de Monaco, la Fondation Total, MedPAN, le CAR/ASP de Tunis5 ,l’Agencedesairesmarines protégées, le WWF, l’Université de l’Oregon, le CNRS et l’Uni- versité Nice Sophia Antipolis. La France est, de fait, directement concernée par cette thématique des aires marines protégées. Avec 11 millions de km² principalement situés en outre-mer, elle possède le second espace maritime au monde, réparti sur trois océans, et héberge 10% des récifs coralliens, 20% des atolls et 6% des monts sous-marins répertoriés sur la surface du globe. Ces milieux sont d’une grande richesse biologique. Ils supportent de nombreuses ac- tivités économiques et d’autres services écosystémiques (comme la protection de l’érosion et des changements globaux dans des milieux littoraux) dont le déve- loppementnonmaitriséprovoque des pressions sur les écosystèmes marins et les fragilise. Particuliè- rement concernée par les enjeux liés à la protection du milieu ma- rin, la France a fortement accru la surface déclarée comme « proté- gées » qui représente aujourd’hui, selon la ministre de l’Environne- ment, Ségolène Royal, 21% de son domaine maritime. Par le PROFESSEUR PAOLO GUIDETTI, directeur du Laboratoire Ecosystèmes côtiers marins et réponses aux stress de l’Université Nice-Sophia-Antipolis Ci-dessus : Les Aires marines protégées (AMP) sont normalement constituées par une ou plusieurs zones de protection totale et des zones de protection partielle où des activités humaines comme la pêche artisanale ou la plongée sont autorisées. En médaillon : Gorgones sur un fond coralligène. PHOTO :EDARIOFIORENTINO. CommentaméliorerlesperformancesdesairesmarinesprotégéesdeMéditerranée ? Les meilleurs experts se sont mobilisés pour y parvenir avec à la clé un document qui fera référence. Explications. PHOTO :PIERPANZALIS. 1 - ECOMERS FRE 3927-CNRS 2 - Partnership for Interdisciplinary Studies of Coastal Oceans - USA incluant,surceprojet,l’OregonStateUniversity, StanfordUniversity, University of California Santa Barbara. 3 - WWF Mediterranean Programme Office 4 - Réseau des gestionnaires d’aires marines protégées en Méditerranée 5 - Centre d’activités régionales pour les aires spécialement protégées